Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 25 février 2020

Coton : la contre-performance ghanéenne

Jean-Luc François

CotonGhana

Au Ghana, le coton est le “cacao du Nord”. Pourtant, le développement de la filière coton est loin d’être une réussite. En examinant l’histoire récente de la filière au Ghana et en la comparant avec celle du Burkina Faso, cette note de lecture donne quelques clés de compréhension de cette contre-performance. Cette note de lecture est basée sur deux articles “The state of Cotton Production in Northern Ghana”, by Benjamin K. Asinyo, Charles Frimpong, Emmanuel Amankwah, Kwame Nkruma University of Science and Technologie, International Journal of Fiber and Textile Research, 2015 ; “Stakeholder perceptions of the impact of reforms on the performance and sustainibility of the cotton sector in Ghana and Burkina Faso : a tale of two countries” By Boafo Yaw Agyeman and al. Cogent Food & Agriculture, 2018

Ces deux articles retracent l’histoire récente de la filière coton au Ghana, en la comparant à celle du Burkina-Faso, les deux pays ayant appliqué des “réformes” au cours des années 1990 et 2000. Sans trahir les auteurs, on peut dire qu’ils concluent, pour le Ghana, à une défaillance politique. Malgré l’engagement de compagnies privées disposant de solides références et partenaires, l’État a manqué de volonté dans son soutien à la filière. Au Ghana, comme au Nigeria, les réformes des années 80 ont entraîné l’effondrement de la filière alors qu’elles ont permis à d’autres pays de la région de la redresser.

En 2015, B. Asinyo, C. Frimpong et E. Amankwah, universitaires ghanéens, ont visité 2 des 3 zones cotonnières du pays et rencontré des responsables de compagnies y opérant. De 2015 à 2016, Boafo Yax Agyeman et ses 7 co-auteurs, appartenant à des universités ghanéennes, japonaises, à la Commission Economique pour l’Afrique et au Ministère de l’agriculture du Burkina-Faso ont interrogé des acteurs des filières du Ghana et du Burkina- Faso sur leur perception des réformes dans six domaines : (i) le crédit intrant, (ii) le prix du coton et le partage de la valeur, (iii) la vulgarisation, (iv) la recherche – développement, (v) la régulation de la filière et (vi) la sécurité alimentaire. Ils posent 3 questions : (i) quelles ont été les réformes dans les deux pays ? (ii) comment les acteurs en perçoivent-ils l’impact ? (iii) leur perception est-elle en accord avec l’évolution de la filière ? Ils ont entendu des représentants des sociétés cotonnières, des agriculteurs, des chercheurs, des fonctionnaires et des ONG.

Au Ghana, le coton est cultivé en agriculture pluviale au nord du pays (Upper East, Upper West, Northern, et une partie de Brong Ahafo). Dans les années 70 et 80, l’industrie textile employait 25 000 personnes (27 % des emplois dans le secteur manufacturier). En 1968, un Cotton Development Board (CDB) avait été créé par le gouvernement, vite relayé par des entreprises privées. La chute des cours mondiaux du coton mis en difficulté la CDB qui fut remplacée en 1985 par la Ghana Cotton Company Ltd (GCCL). Elle fournissait semences, engrais, pesticides, tracteurs et conseil aux agriculteurs. En 1986, des sociétés privées apparaissent. En 2 000, on en comptait 16. En 2005, il en restait 5. Le “zonage” est apparu comme indispensable. Mais il fut mal respecté. Certaines sociétés se révélaient incapables de remplir leurs obligations visà- vis des agriculteurs de la zone qui leur avait été attribuée ; des agriculteurs recevant des engrais et semences à crédit d’une compagnie vendaient le coton à une autre. Le “boom” relatif de la production (moins de 1 000 t en 1985-86 à 25 000 t en 1996-1997 et même 38 000 t en 1999) est dû à des interventions de l’État en faveur des entreprises textiles, mais en 2010 la production est retombée à 2 500 t. En 2009, le gouvernement considéra que la relance de la filière serait un facteur clé de la lutte contre la pauvreté dans le Nord, d’autant que les cours mondiaux étaient favorables. Des zones furent attribuées à trois compagnies internationales, présentes au Ghana dans le Cacao, OLAM, Armajaro, Wienco, respectivement en zones Upper West, North Central et Southern Central. Cela n’a pas permis de faire décoller la filière.

Asinyo & al. font l’inventaire de tous les facteurs explicatifs de cet échec ghanéen : le maraudage, une industrie textile nationale exposée à la concurrence internationale, le manque de crédit, le manque de R&D, la dépendance au Burkina-Faso pour les semences, le climat au Nord du pays, l’absence d’organisation paysanne, etc. et finalement, le “manque de régulation”, sans qu’ils précisent ce qui aurait dû être régulé, et comment cela aurait pu être fait.

Agyeman & al. sont plus explicites à cet égard grâce à la comparaison avec le Burkina-Faso. Un grand intérêt de leur enquête est de révéler la lucidité des acteurs des filières dans les deux pays sur les avantages, inconvénients et erreurs dans la conduite des réformes dans les deux pays. Les avis recueillis sont cohérents avec les analyses d’observateurs indépendants.

Sur le crédit aux intrants, les avis des effets des réformes sont négatifs au Ghana (prix, inadéquation, financement) et mitigés au Burkina-Faso (bonne chaîne d’approvisionnement, subvention de l’État mais coût de la semence Bt). De même, sur les prix payés aux producteurs et le partage de la valeur, au Ghana les avis sont critiques (prix bas, prix plancher non respecté, manque de transparence dans la fixation du prix, absence de consultation) tandis qu’au Burkina-Faso, le délai de paiement est un point négatif mais la garantie du prix et sa détermination sont appréciées. En matière de conseil et de R&D, les avis divergent fortement : négatifs au Ghana pour la faiblesse de la vulgarisation et le manque de recherche, positifs au Burkina- Faso pour l’amélioration de la qualité des formations et la recherche agronomique. Enfin, s’agissant du système institutionnel et de régulateur, les acteurs de la filière du Ghana déplorent l’échec du zonage, le manque de coopérative et la politisation du choix de compagnies, tandis que ceux du Burkina-Faso apprécient l’existence d’une association interprofessionnelle (réunissant industriels et producteurs) et l’engagement du gouvernement.

De la lecture de ces deux articles, on retiendra qu’il a manqué au Ghana une intervention ferme de l’État pour organiser la filière à travers quatre “obligations” qui ne sont nullement contradictoires avec la libre entreprise :

(i) N’autoriser qu’un nombre limité de sociétés solides financièrement et techniquement (trois étaient un bon choix), intégrant l’égrenage du coton graine et la trituration de la graine ; (ii) Leur attribuer une zone de collecte de taille nécessaire et suffisante pour assurer leur rentabilité (et sanctionner financièrement celle qui ne respecterait pas ce zonage) ; (iii) Les obliger à fonder leurs relations avec des agriculteurs, individus ou groupements, sur la base de contrats précis en termes de fournitures d’intrants (prix, qualité), de conseil et d’achat du coton graine (prix, délais de paiement) ; (iv) Veiller au bon fonctionnement, sans interférence, d’une instance de gouvernance de la filière constituée de représentants des entreprises et des syndicats de producteurs, instance principalement chargée de la fixation des prix de vente des intrants et d’achat du coton graine, sur une base nationale unique (sur la base des cours mondiaux, de la réalisation des ventes et en intégrant dans ces calculs les éventuelles aides de l’État).

Par analogie avec ce qui se passe dans tous les pays voisins du Ghana, si une telle “interpro coton” existait, elle agirait sûrement sur d’autres dimensions économiques (financement des campagnes, fonds de lissage interannuel des prix, intrants), agronomiques (génétique, fertilisation, lutte contre les ravageurs, transitions écologiques) et pour une stratégie commerciale commune basée sur l’origine Ghanéenne (longueur de la fibre, propreté de la fibre, voire équitable et bio.). Il faut le souhaiter pour les paysans du Nord du Ghana.

Jean-Luc François est ancien responsable de la division agriculture, développement rural et biodiversité à l’AFD (2009-2018). Il est retraité du Ministère de l’Agriculture français.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "n°78 : Le Ghana, une exception agricole en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial – Le Ghana, un voisin si différent dans sa trajectoire de développement agricole ?
Inter-réseaux

Pour qui garde en mémoire l’Histoire des Indépendances africaines, le Ghana demeure la référence d’un pays qui devient en 1957, après les boycotts et la désobéissance civile conduits par Kwame Nkrumah, le troisième pays indépendant en Afrique Subsaharienne après le Libéria (1847) et le Soudan (1956). Pionnier du panafricanisme et fer de lance de la Tricontinentale, première revendication d’un multilatéralisme plus équilibré, le Ghana présente un profil spécifique en Afrique de l’Ouest. Anglophone mais associé à l’Organisation internationale…

Lire PDF
Repères – Ghana et Côte d’Ivoire, faux jumeaux ?
Inter-réseaux

Cette rubrique introductive a pour objectif de fournir sous forme d’infographie des éléments de compréhension généraux de la situation géographique, économique, agricole et politique du Ghana. Dans un esprit de comparaison, nous avons intégré les repères équivalents de son pays voisin, la Côte d’Ivoire, dont la trajectoire de développement (économique et politique) est sensiblement opposée.

Lire PDF
Transformation économique et agricole au Ghana : performances passées et perspectives futures
John Asafu-Adjaye

Dans Ghana’s Agricultural and Economic Transformation : Past Performance and Future Prospects, les auteurs s’appuient sur l’exemple du Ghana pour analyser la trajectoire de développement de l’Afrique et les opportunités qui s’offrent à elle en matière d’agriculture. Le présent article reprend les grandes lignes de l’ouvrage et met en évidence certains éléments manquants, tels que les conséquences du changement climatique. Depuis une vingtaine d’années, l’Afrique occupe la deuxième place du classement des croissances économiques les plus rapides, derrière…

Lire PDF
Comment le Ghana cédi a eu raison de mon entreprise burkinabé
Olivier Édouard Kabré

Le Ghana dispose de sa propre monnaie nationale, le cédi ghanéen. Il doit emprunter sur le marché international en dollars (US$), avec d’importants risques de change. C’est l’amère expérience qu’en a fait Olivier Édouard Kabré, un entrepreneur burkinabé qui a misé sur les opportunités du marché ghanéen. Avant de reculer. No pity in business, time is money, cash and carry, autant de slogans scandés par les hommes d’affaires ghanéens. Plusieurs investisseurs de la région ouest-africaine ont élu domicile…

Lire PDF
Ghana beyond aid : quelles perspectives ?
Inter-réseaux

Développement endogène et indépendance économique : voilà les objectifs ambitieux du Plan Ghana Beyond Aid (GhBA), annoncé par le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo en 2017. Une déclaration forte qui crée autant d’espoirs que d’interrogations sur sa faisabilité. “Nous voulons construire un Ghana au-delà de l’aide, un Ghana qui se tourne vers l’utilisation de ses propres ressources” : c’est ainsi que le président ghanéen a évoqué sa volonté d’affranchir son pays de l’aide financière internationale. Pour l’heure, cette…

Lire PDF
Réussir l’intégration régionale : le Ghana peut-il surmonter le problème nigérian ?
Ziad Hamoui

Fort d’une démocratie florissante, d’une économie stable, d’une législation de qualité et d’avantages attractifs pour les investissements, le Ghana a su affirmer son rôle de moteur de l’intégration économique régionale. Mais son leadership est-il suffisamment solide pour lui permettre de répondre aux défis qui subsistent ? Le Ghana joue un rôle moteur dans le domaine de l’intégration économique régionale en Afrique de l’Ouest. Le lancement officiel de la “Ghana Commodity Exchange” (GCX), la première plateforme régionale en ligne…

Lire PDF
Aménagement du territoire et développement rural au Ghana
Félix Amakye, Nicholas Awortwi

Au Ghana, le processus d’urbanisation et la commercialisation des terres progressent à un rythme soutenu, aux dépens du développement agricole. Cette tendance exige de procéder à une planification adéquate de l’utilisation des terres, qui relève aujourd’hui des autorités traditionnelles et des gouvernements locaux. La population du Ghana augmente de 2,2 % chaque année et devrait atteindre le seuil des 40 millions d’ici 2035. En 2019, près de 56,1 % des Ghanéens vivaient en ville. L’urbanisation affecte grandement les…

Lire PDF
Le Ghana, pionnier des “programmes intelligents” de subvention aux intrants
Kido Kouassi, Michael Owusu, Patrice Annequin

En 2008, le Ghana a relancé ses programmes de subventions aux intrants qu’il conçoit comme des outils de développement des chaînes de valeur agricoles. Les programmes servent en priorité les petits exploitants et les cultures vivrières. Malgré des ajustements pour améliorer l’efficacité de ces subventions, plusieurs éléments interrogent leur impact. À l’instar de la majorité des États de l’Afrique de l’Ouest, le Ghana a engagé de longue date des programmes de subventions aux intrants agricoles. En facilitant l’accès…

Lire PDF
Programmes de subvention des intrants au Ghana : dans l’attente du verdict
Kwaw Andam

Au Ghana, les programmes de subvention des intrants sont ambitieux, tant par leur ampleur que par leur portée, et méritent de faire l’objet d’un examen approfondi. En s’appuyant sur une étude menée par l’IFPRI, Kwaw Andam revient sur certaines interrogations qu’ils suscitent, telles que la définition de leurs cibles et leurs effets à long terme. Les gouvernements successifs du Ghana ont cherché à réduire les dépenses en intrants des producteurs et à leur donner accès aux nouvelles technologies…

Lire PDF
La filière du sésame : une aubaine pour l’agroécologie au Ghana
Clifford Amoah Adagenera

Au Ghana, la production agricole repose sur l’utilisation de semences hybrides et l’épandage d’engrais chimiques. Le Coordinateur national de la Ghana National Sesame Business Farmers Association préconise donc d’adopter des pratiques agroécologiques dans la filière du sésame afin de rendre l’agriculture durable. Grain de Sel (GDS) : Quels sont les défis auxquels fait face le secteur agricole au Ghana ? Qu’en est-il de la filière du sésame ? Amoah Clifford (AC) : Au Ghana, ce sont la faible…

Lire PDF
Le rôle des TIC dans le développement rural et agricole du Ghana
Worlali Senyo

En 2017, le Ghana était premier dans le domaine des technologies de l’information et de la communication en Afrique de l’Ouest. Dans la filière du cacao, les TIC semblent être un bon moyen d’augmenter les revenus des producteurs, d’éradiquer le travail des enfants et de lutter contre la déforestation Pour que les TIC contribuent au développement socio-économique de l’Afrique, il est crucial d’adopter un cadre réglementaire solide. Au Ghana, deux politiques prévalent : la politique des TIC pour…

Lire PDF
Les organisations paysannes, moteurs du développement durable
Emmanuel Kwesi Boon, Samuel Weniga Anuga

Du « Nnoboa », forme traditionnelle d’association au Ghana, aux organisations de producteurs (OP) actuelles, cet article permet de cerner l’histoire, le rôle et l’importance de l’agriculture paysanne au Ghana, ainsi que les difficultés auxquelles le secteur est confronté, en prenant pour exemples les OP de riz de Kesena-Nakana. Depuis son indépendance politique en 1957, le gouvernement ghanéen a porté beaucoup d’intérêt à la création d’organisations de petits producteurs et au renforcement de leurs capacités. L’agriculture a toujours…

Lire PDF
La place des femmes dans l’industrie agro-alimentaire au Ghana
Margareta Lela

Dans la région Nord du Ghana, l’étuvage du riz est l’une des principales activités de transformation qu’exercent les femmes. Lors de réunions de groupes, elles font part de leurs attentes et des difficultés liées à la dévalorisation des petites entreprises agroalimentaires au profit d’un développement axé sur la modernisation. Dans les zones rurales de la région Nord du Ghana, les femmes exercent plusieurs activités pour assurer leur subsistance. En plus d’accomplir leurs tâches agricoles et ménagères, elles génèrent…

Lire PDF
Cacao : Ghana et Côte d’Ivoire, ensemble pour les planteurs ?
François Ruf

La filière cacao et ses planteurs font face à des enjeux de surproduction et de baisse des cours mondiaux. Les principaux pays producteurs, le Ghana et la Côte d’Ivoire, habituellement concurrents, ont fait voie commune dans la bataille. Pour combien de temps ? Grain de Sel (GDS) : Pourquoi le Ghana et la Côte d’Ivoire viennent-ils d’imposer aux acheteurs de cacao une taxe de 400 dollars la tonne de cacao ? François Ruf (FR) : Le prix du…

Lire PDF
Le rôle de la cacaoculture dans la déforestation
Richard Asare

Au Ghana, le cacao fournit une grande part des revenus agricoles en devises et fait vivre des millions d’agriculteurs. Sa culture affecte néanmoins l’environnement et il est crucial d’élaborer des politiques en faveur de pratiques agricoles durables afin de concilier production cacaoyère et préservation de la biodiversité. Dans son plan d’action national pour la biodiversité (2002), le ministère de l’Environnement, de la Science et de la Technologie du Ghana annonçait voir son PIB décroître de 4 % chaque…

Lire PDF
Hévéa : l’alliance entre une entreprise, une banque et les producteurs
Isaac Bosomtwe, Simon Tetteh

Si la filière de l’hévéa pèse peu dans l’économie du Ghana, elle illustre bien le rôle que jouent les entreprises privées dans l’agriculture. Un membre de la ROAA et un employé de la société GREL, toutes deux protagonistes d’un même accord, nous parlent du modèle tripartite sur lequel repose la filière hévéicole. Grain de Sel (GDS) : Pouvez-vous présenter la filière de l’hévéa au Ghana ? Simon Tetteh – ST (GREL) : En Afrique, la zone de production…

Lire PDF
Atteindre l’autosuffisance dans la filière du riz
Evans Sackey Teye

Le Ghana entend augmenter sa production locale de riz afin de répondre à la demande croissante et atteindre l’autosuffisance. Toutefois, la prédilection pour le riz importé et la faiblesse du Tarif Extérieur Commun (TEC) de la CEDEAO freinent le développement du secteur. La production rizicole au Ghana a fortement augmenté : 510 000 tonnes de riz auraient été produites entre 2018 et 2019 (USDA 2018). Cette hausse coïncide avec la stratégie de production adoptée par le pays. En…

Lire PDF
Le rôle de Guinness Ghana dans la structuration de la filière sorgho
Abu Huudu, Lucien Rossignol

Cet article présente le modèle de développement d’une filière vivrière au Ghana. Il apparaît que les acteurs du secteur privé comme Guinness Ghana jouent un rôle déterminant dans la structuration de la chaîne de valeurs du sorgho. Quelles questions cela soulève-t-il ? Le sorgho représente la deuxième céréale produite au Nord Ghana, après le maïs. Les statistiques de production sont assez peu fiables, on estime la superficie totale emblavée à environ 250 000 hectares (ha), pour une production…

Lire PDF
Coton : la contre-performance ghanéenne
Jean-Luc François

Au Ghana, le coton est le “cacao du Nord”. Pourtant, le développement de la filière coton est loin d’être une réussite. En examinant l’histoire récente de la filière au Ghana et en la comparant avec celle du Burkina Faso, cette note de lecture donne quelques clés de compréhension de cette contre-performance. Cette note de lecture est basée sur deux articles “The state of Cotton Production in Northern Ghana”, by Benjamin K. Asinyo, Charles Frimpong, Emmanuel Amankwah, Kwame Nkruma…

Saiko : le problème de la pêche illégale au Ghana
Steve Trent

Le Ghana est connu pour son activité de pêche, mais le déclin de la pêche en mer menace grandement la sécurité alimentaire et la subsistance du pays. La pêche illégale, pratiquée surtout par les exploitants chinois, ne fait qu’empirer la situation. Steve Trent et l’EJF appellent le gouvernement ghanéen à faire appliquer la loi. Grain de Sel (GDS) : Pouvez-vous nous présenter la filière pêche au Ghana et le rôle qu’elle joue dans la sécurité alimentaire ? Steve…

Lire PDF
L’aquaculture en cage du tilapia au Ghana, quelle suite ?
Marc Oswald

Pour beaucoup, le Ghana avait réussi son développement aquacole. Tirant parti des qualités du lac Volta, des capitaux internationaux ont investi la production de tilapia en cages. Malgré le bon vouloir des autorités, cette production peu intégrée a saturé le créneau et d’autres difficultés (des maladies) effacent même les avantages de cette ressource. Les débuts de l’aquaculture en cage Le poisson joue un rôle majeur dans la sécurité alimentaire des populations des pays côtiers du golfe de Guinée…

Lire PDF
Regards croisés : le Ghana peut-il servir d’exemple pour l’Afrique de l’Ouest ?
Anaëlle Tanquerey-Cado, King David Amoah, Manson Nwafor, Michael Owusu

Le Ghana est un pays particulièrement important en Afrique de l’Ouest, du fait de sa démographie, de son poids économique et de son secteur agricole, moteur de la croissance axé sur les cultures d’exportation. Il est souvent érigé en modèle de démocratie et de libéralisation, mais s’agit-il d’une exception en Afrique de l’Ouest ? Pour quelles raisons ? Grain de Sel (GDS) : En quoi le Ghana se démarque-t-il de ses voisins d’Afrique de l’Ouest en matière de…

Lire PDF
Du côté des membres d’Inter-réseaux
Inter-réseaux

Si le Ghana, pays d’Afrique de l’Ouest anglophone, ne constitue pas une géographie habituelle d’intérêt pour Inter-réseaux, ce numéro a été l’occasion de mener une réflexion plus en profondeur sur les spécificités du pays. Il a été réalisé en étroite collaboration avec nos membres, dont certains ont des activités directement au Ghana Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) mène Depuis 2016, l’association des interventions au Ghana, notamment avec la mise en oeuvre de programmes sous-régionaux en lien avec…

Lire PDF
Portrait – Gladys Adusah Serwaa
Gladys Adusah Serwaa

Les femmes rurales au service de l’agriculture Je m’appelle Gladys Adusah Serwaa, je suis née à Techiman, dans la région de Bono, au Ghana. Je suis l’aînée d’une fratrie de cinq. J’ai 61 ans et je suis agricultrice ; je cultive du manioc, du maïs et des noix de cajou. J’ai un diplôme en enseignement et un master en gouvernance démocratique, droit et développement. J’ai travaillé pendant 13 ans comme enseignante, puis pendant 14 ans dans le domaine…

Lire PDF
Ghana, histoire politique et agricole
Pierre Jacquemot

Devenu un “modèle” africain pour de nombreux observateurs, le Ghana s’est installé dans une démocratie pacifiée et mature, tout en gardant vivaces certaines de ses traditions. Si cette dynamique lui permet de relever les enjeux d’un développement inclusif, le pays reste notamment marqué par les inégalités et l’insécurité alimentaire. Au Ghana, un professeur d’histoire peut commencer sa classe avec un billet de banque. Sur les coupures de 1, 5, 10, 20 et 50 cédis figurent six personnages. La…

Lire PDF