The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 25 février 2020

Regards croisés : le Ghana peut-il servir d’exemple pour l’Afrique de l’Ouest ?

Anaëlle Tanquerey-Cado/King David Amoah/Manson Nwafor/Michael Owusu

Politique agricole et rurale nationaleGhana

Le Ghana est un pays particulièrement important en Afrique de l’Ouest, du fait de sa démographie, de son poids économique et de son secteur agricole, moteur de la croissance axé sur les cultures d’exportation. Il est souvent érigé en modèle de démocratie et de libéralisation, mais s’agit-il d’une exception en Afrique de l’Ouest ? Pour quelles raisons ?

Grain de Sel (GDS) : En quoi le Ghana se démarque-t-il de ses voisins d’Afrique de l’Ouest en matière de développement rural et agricole ? Michael Owusu (MO) : Le Ghana dispose d’un système de gouvernance solide au niveau local, notamment dans le secteur de l’agriculture, qui vise à développer l’économie locale. Il met en place des politiques et des programmes afin de soutenir la population rurale, qui travaille en grande partie dans l’agriculture.

Manson Nwafor (MN) : Sur le plan socio-économique, le Ghana sort véritablement du lot. Il s’est débrouillé pour réaliser à temps les objectifs de développement durable liés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Des interventions sociales ont été menées en complément des politiques agricoles et le pays a pu mettre en place des infrastructures pour faciliter l’accès des producteurs aux marchés.

King David (KG) : Absolument. Le Ghana se distingue grâce au programme phare de son gouvernement, Planting for Food and Jobs (PFJ), qui a permis de créer de l’emploi, notamment pour les jeunes des zones rurales, et d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle. D’autres programmes, comme Planting for Export and Rural Development (PERD) et Rearing for Food and Jobs (RFJ), ont également été bénéfiques. De plus, ces programmes sont supervisés par des organisations paysannes et des organismes internationaux faîtiers.

GDS : Pensez-vous que l’héritage britannique joue un rôle dans le développement du Ghana ?

MO : Notre système de gouvernance et certains de nos organismes bien structurés sont issus du régime colonial.

Anaelle Tanquerey-Cado (ATC) : Les spécificités de la gestion foncière au Ghana comportent une partie d’héritage de la période britannique. La structuration des filières agricoles au Ghana diffère aussi sensiblement de ce que l’on peut rencontrer dans les pays voisins : structuration paysanne moins développée ; importance des agroindustriels dans l’organisation des filières ; moins d’interprofession.

MN : Je ne suis pas d’accord. Nous ne pouvons pas justifier notre développement par ce qu’il s’est passé il y a 60 ans. Au contraire : il faut rectifier ce qui a été fait !

KD : Nous devrions plutôt parler de l’héritage que laissera le gouvernement actuel : il investit par exemple pour la jeunesse et a instauré des écoles gratuites qui accueillent aujourd’hui près de 1,3 million de lycéens. Il entend aussi agir pour la santé en mettant en place un régime d’assurance gratuit.

GDS : Où se situe le Ghana dans l’économie de la région ?

KD : Le Ghana est la deuxième économie de la CEDEAO, derrière le Nigéria.

MO : Le Ghana ne domine pas la région, mais il est très important du point de vue politique et économique et exerce une certaine autorité en Afrique. Accra a d’ailleurs été choisie comme siège de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC).

MN : Le secteur agricole du Nigéria doit être 3 ou 4 fois plus important que celui du Ghana. Cependant, en termes de croissance et de revenu par tête, le Ghana enregistre la meilleure performance depuis 2000 et détient le deuxième taux le plus bas de pauvreté d’Afrique de l’Ouest. Finalement, le principal, c’est d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et c’est ce qu’il fait.

GDS : En 2019, le Ghana a été le premier pays à bénéficier d’IDE. Pourquoi, d’après vous ?

MN : C’est grâce à son climat des affaires et à sa stabilité : les investisseurs cherchent davantage de prédictibilité.

MO : Les investisseurs veulent être sûrs d’être remboursés. Le gouvernement a élaboré des politiques favorables aux investissements, comme des exonérations fiscales. Par exemple, dans le secteur agricole, le groupe marocain OCP, leader de l’industrie des engrais, souhaite y implanter des usines de production : il considère le Ghana comme un pays stable propice aux investissements.

GDS : Comment les politiques agricoles sont-elles structurées ? Pensez-vous qu’elles sont cohérentes ?

KD : Le gouvernement a établi plusieurs programmes phares qui couvrent l’ensemble du secteur : programme de subvention pour l’accès aux intrants, emploi de plus de 2 500 agents pour les services de vulgarisation, accès au marché et commercialisation, etc.

MO : Effectivement. L’objectif du gouvernement central est d’éradiquer la pauvreté chez les petits producteurs, qui constituent la majorité des travailleurs agricoles. Le pays dispose également d’un système d’administration local solide et les deux niveaux s’équilibrent plutôt bien. De plus, nos politiques agricoles s’alignent avec celles de la CEDEAO et de l’Union africaine afin de faciliter les échanges entre les pays.

MN : C’est vrai. Si l’on regarde la progression du Ghana depuis le déploiement du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) en Afrique de l’Ouest en 2009, on voit qu’il s’efforce réellement de s’y tenir, malgré quelques écarts dus aux changements de gouvernement.

GDS : Que représente le secteur agricole pour le gouvernement ?

NW : En termes relatifs, le budget alloué à l’agriculture diminue depuis 2014. Cela peut s’expliquer, entre autres, par le fait que les réductions budgétaires visent en premier le secteur agricole car il produit des résultats moins visibles aux yeux des décideurs politiques. De plus, l’évolution des dépenses sera perçue différemment selon si celles des institutions publiques, telles que le Ghana Cocoa Board, sont retenues. En revanche, les dépenses agricoles telles qu’elles sont définies par l’Union africaine pour l’ensemble des pays africains ne tiennent pas compte de celles des institutions publiques.

MO : Depuis 2 ans, le Ghana poursuit les objectifs de la déclaration de Malabo en consacrant 10,2 % de ses ressources à l’agriculture. Le gouvernement actuel a décidé d’investir davantage dans le secteur : le budget alloué au PFJ, au PfE et au RFJ s’élève à 750 millions de cedis ghanéens. Il reconnaît son importance pour l’économie : il représente en moyenne 20 % du PIB et emploie plus de 40 % de la population active. L’agriculture est le secteur dans lequel il faut investir si l’on veut produire des résultats en peu de temps. Il reste encore au gouvernement deux défis à relever : créer de l’emploi pour les jeunes et réduire les importations.

KD : Le gouvernement doit également faire en sorte que le secteur agricole reçoive au moins autant d’attention que celui du pétrole.

ATC : L’agriculture est considérée comme un secteur à haut potentiel de création d’emplois, de dynamisation économique et de réduction de la pauvreté rurale. Les rendements agricoles sont encore faibles et le gouvernement cherche à intensifier l’agriculture ghanéenne. Le potentiel d’aménagement du territoire notamment en termes de gestion de l’eau agricole est pour le moment peu exploité mais considéré comme essentiel y compris par le gouvernement.

KD : De plus, les partenaires de développement, comme le Fonds international de développement agricole, la Commission européenne et les ONG internationales, participent au renforcement des capacités des producteurs.

GDS : L’économie (agricole) du Ghana est surtout axée sur les exportations. Quels sont les avantages et les inconvénients d’un tel système, notamment pour les exploitations familiales ?

KD : L’objectif final du PFJ est de garantir la sécurité alimentaire au Ghana, alors que celui du PfE est d’encourager le commerce international. Il cible principalement le cacao et l’huile de palme, mais également d’autres cultures comme la noix de coco, la mangue, la papaye, etc.

MN : Le PIB du Ghana est dominé par les services (45 %), qui sont peu exportés. Le cacao représente environ 14 % du PIB agricole et les 86 % restants proviennent d’autres cultures. Ce qui a vraiment bénéficié aux exploitations familiales, ce sont les politiques complémentaires entre l’agriculture et d’autres secteurs sociaux.

MO : Nous tirons peu de bénéfices de l’exportation de produits ruraux, si ce n’est les revenus en devises étrangères. L’argent issu de l’exportation de cacao, de bois d’œuvre et de pétrole sert à importer du sucre, du riz, de la volaille ou du chocolat, et nous sommes toujours en déficit commercial, ce qui affaiblit notre monnaie. Il faut donc avant tout ajouter de la valeur à nos produits. C’est l’idée derrière l’initiative « One District One Factory » : la plupart des usines implantées serviront à la transformation. Il faut également accroître la production des denrées que nous importons, comme le riz ou la volaille. Dans ce contexte, la politique actuelle du ministère s’avère efficace, puisque la production nationale a fortement augmenté en 2019. À long terme, l’ajout de valeur à nos produits et l’accroissement de la production nationale bénéficieront aux familles d’agriculteurs et à l’économie locale.

GDS : Comment expliquez-vous que malgré une croissance économique soutenue, des inégalités sociales persistent au Ghana ? Peut-on parler d’une « success story » ghanéenne ?

MO : Notre croissance repose sur le pétrole, qui n’emploie que 1 ou 2 % de la main d’œuvre, contre 40 % pour l’agriculture. Ainsi, l’amélioration de la situation économique ne profite pas au plus grand nombre.

MN : Le taux de pauvreté est deux fois plus élevé dans le nord que dans le sud. Il faut que la croissance nationale englobe davantage de foyers du nord.

ATC : Oui, d’où l’intention de l’AFD de soutenir avec ses partenaires un projet d’infrastructures d’irrigation à petite échelle dans le nord.

KD : Je pense que la solution réside entre autres dans le développement du réseau routier, qui laisse à désirer, notamment pour l’acheminement des produits ruraux vers les villes.

GDS : Le cacao et la pêche sont deux filières majeures, et chacune dépend des ressources naturelles (forêts et stocks de poissons) tout en les menaçant. Comment y remédier ?

MO : Les efforts fournis par le Ghana et la Côte d’Ivoire pour influencer le cours du cacao (p.25) sont un premier pas vers l’ajout de valeur à nos produits. Mais il faut également diversifier notre économie. Ajouter de la valeur au cacao et diversifier l’économie permettrait de réduire la pression exercée sur les forêts. Pour ce qui est de la pêche, nos ressources naturelles ne suffiront jamais à satisfaire la demande ; le gouvernement doit élaborer des politiques en faveur de l’aquaculture (p.38-39).

KD : Je pense que le gouvernement néglige la filière de la pêche, qui manque de financement. Il incite cependant le secteur privé à investir dans l’aquaculture. L’agroforesterie est aussi de plus en plus encouragée, notamment chez les jeunes : ils sont près de 65 000 à planter des arbres sur tout le territoire.

ATC : Le Cocoa Board et certaines ONG interviennent en faveur de l’agroforesterie. Il s’agit d’une activité clé, puisqu’elle limite la déforestation en préservant la fertilité des sols à long terme. La plupart des cacaoyers sont toujours cultivés en plein soleil, mais des initiatives gouvernementales comme le programme REDD+ devraient y remédier petit à petit.

GDS : Dans quelle mesure le Ghana peut-il influencer le modèle de développement des autres pays de la région, et inversement ?

MN : Au niveau local, je pense que le Ghana est un exemple à suivre. Il a réussi à réduire considérablement la pauvreté et a démontré que les interventions sociales réussissent là où le processus de croissance échoue.

KD : D’autres pays viennent au Ghana pour observer la stratégie qu’il a mis en place et voir comment la transposer chez eux. FONG, qui regroupe 256 organisations paysannes, entretient des liens avec le ROPPA, la SACAU (Confédération des syndicats agricoles d’Afrique australe) et la Fédération des agriculteurs d’Afrique de l’Est.

ATC : En effet, le Ghana peut se nourrir d’autres modèles qui permettent aux organisations paysannes d’être représentées au même titre que les autres parties prenantes de la filière. La prise en compte des conséquences environnementales et la gestion de la mobilité du bétail progressent dans les pays voisins et le Ghana observe ce qui est entrepris afin de s’en inspirer.

MO : Nous nous déplaçons aussi pour améliorer nos programmes. Par exemple, nous sommes allés au Nigéria étudier leur programme de subvention et nous devrions nous rendre au Kenya pour découvrir leur plateforme agricole, dédiée notamment aux acteurs du secteur des engrais, qui peuvent y partager leurs difficultés et influencer les décisions du gouvernement. Réciproquement, si elle est mise en œuvre, la stratégie « Ghana beyond aid » pourra servir de source d’inspiration en Afrique.

Manson Nwafor travaille comme analyste des politiques pour l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) et la Direction de l’Agriculture et du Développement Rural de la CEDEAO.

King David Amoah est Président de la Farmers Organisation Network of Ghana (FONG) et Directeur exécutif de la Ecumenical Association for Sustainable Agriculture and Rural Development (Ecasard).

Michael Owusu travaille au Ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana, où il est en charge du programme des engrais pour le département des cultures (Directorate of Crops Services).

Anaëlle Tanquerey-Cado est Chargée de projets Agriculture & Environnement à l’Agence française de développement.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "n°78 : Le Ghana, une exception agricole en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial – Le Ghana, un voisin si différent dans sa trajectoire de développement agricole ?
Inter-réseaux

Pour qui garde en mémoire l’Histoire des Indépendances africaines, le Ghana demeure la référence d’un pays qui devient en 1957, après les boycotts et la désobéissance civile conduits par Kwame Nkrumah, le troisième pays indépendant en Afrique Subsaharienne après le Libéria (1847) et le Soudan (1956). Pionnier du panafricanisme et fer de lance de la Tricontinentale, première revendication d’un multilatéralisme plus équilibré, le Ghana présente un profil spécifique en Afrique de l’Ouest. Anglophone mais associé à l’Organisation internationale…

Lire PDF
Repères – Ghana et Côte d’Ivoire, faux jumeaux ?
Inter-réseaux

Cette rubrique introductive a pour objectif de fournir sous forme d’infographie des éléments de compréhension généraux de la situation géographique, économique, agricole et politique du Ghana. Dans un esprit de comparaison, nous avons intégré les repères équivalents de son pays voisin, la Côte d’Ivoire, dont la trajectoire de développement (économique et politique) est sensiblement opposée.

Lire PDF
Transformation économique et agricole au Ghana : performances passées et perspectives futures
John Asafu-Adjaye

Dans Ghana’s Agricultural and Economic Transformation : Past Performance and Future Prospects, les auteurs s’appuient sur l’exemple du Ghana pour analyser la trajectoire de développement de l’Afrique et les opportunités qui s’offrent à elle en matière d’agriculture. Le présent article reprend les grandes lignes de l’ouvrage et met en évidence certains éléments manquants, tels que les conséquences du changement climatique. Depuis une vingtaine d’années, l’Afrique occupe la deuxième place du classement des croissances économiques les plus rapides, derrière…

Lire PDF
Comment le Ghana cédi a eu raison de mon entreprise burkinabé
Olivier Édouard Kabré

Le Ghana dispose de sa propre monnaie nationale, le cédi ghanéen. Il doit emprunter sur le marché international en dollars (US$), avec d’importants risques de change. C’est l’amère expérience qu’en a fait Olivier Édouard Kabré, un entrepreneur burkinabé qui a misé sur les opportunités du marché ghanéen. Avant de reculer. No pity in business, time is money, cash and carry, autant de slogans scandés par les hommes d’affaires ghanéens. Plusieurs investisseurs de la région ouest-africaine ont élu domicile…

Lire PDF
Ghana beyond aid : quelles perspectives ?
Inter-réseaux

Développement endogène et indépendance économique : voilà les objectifs ambitieux du Plan Ghana Beyond Aid (GhBA), annoncé par le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo en 2017. Une déclaration forte qui crée autant d’espoirs que d’interrogations sur sa faisabilité. “Nous voulons construire un Ghana au-delà de l’aide, un Ghana qui se tourne vers l’utilisation de ses propres ressources” : c’est ainsi que le président ghanéen a évoqué sa volonté d’affranchir son pays de l’aide financière internationale. Pour l’heure, cette…

Lire PDF
Réussir l’intégration régionale : le Ghana peut-il surmonter le problème nigérian ?
Ziad Hamoui

Fort d’une démocratie florissante, d’une économie stable, d’une législation de qualité et d’avantages attractifs pour les investissements, le Ghana a su affirmer son rôle de moteur de l’intégration économique régionale. Mais son leadership est-il suffisamment solide pour lui permettre de répondre aux défis qui subsistent ? Le Ghana joue un rôle moteur dans le domaine de l’intégration économique régionale en Afrique de l’Ouest. Le lancement officiel de la “Ghana Commodity Exchange” (GCX), la première plateforme régionale en ligne…

Lire PDF
Aménagement du territoire et développement rural au Ghana
Félix Amakye, Nicholas Awortwi

Au Ghana, le processus d’urbanisation et la commercialisation des terres progressent à un rythme soutenu, aux dépens du développement agricole. Cette tendance exige de procéder à une planification adéquate de l’utilisation des terres, qui relève aujourd’hui des autorités traditionnelles et des gouvernements locaux. La population du Ghana augmente de 2,2 % chaque année et devrait atteindre le seuil des 40 millions d’ici 2035. En 2019, près de 56,1 % des Ghanéens vivaient en ville. L’urbanisation affecte grandement les…

Lire PDF
Le Ghana, pionnier des “programmes intelligents” de subvention aux intrants
Kido Kouassi, Michael Owusu, Patrice Annequin

En 2008, le Ghana a relancé ses programmes de subventions aux intrants qu’il conçoit comme des outils de développement des chaînes de valeur agricoles. Les programmes servent en priorité les petits exploitants et les cultures vivrières. Malgré des ajustements pour améliorer l’efficacité de ces subventions, plusieurs éléments interrogent leur impact. À l’instar de la majorité des États de l’Afrique de l’Ouest, le Ghana a engagé de longue date des programmes de subventions aux intrants agricoles. En facilitant l’accès…

Lire PDF
Programmes de subvention des intrants au Ghana : dans l’attente du verdict
Kwaw Andam

Au Ghana, les programmes de subvention des intrants sont ambitieux, tant par leur ampleur que par leur portée, et méritent de faire l’objet d’un examen approfondi. En s’appuyant sur une étude menée par l’IFPRI, Kwaw Andam revient sur certaines interrogations qu’ils suscitent, telles que la définition de leurs cibles et leurs effets à long terme. Les gouvernements successifs du Ghana ont cherché à réduire les dépenses en intrants des producteurs et à leur donner accès aux nouvelles technologies…

Lire PDF
La filière du sésame : une aubaine pour l’agroécologie au Ghana
Clifford Amoah Adagenera

Au Ghana, la production agricole repose sur l’utilisation de semences hybrides et l’épandage d’engrais chimiques. Le Coordinateur national de la Ghana National Sesame Business Farmers Association préconise donc d’adopter des pratiques agroécologiques dans la filière du sésame afin de rendre l’agriculture durable. Grain de Sel (GDS) : Quels sont les défis auxquels fait face le secteur agricole au Ghana ? Qu’en est-il de la filière du sésame ? Amoah Clifford (AC) : Au Ghana, ce sont la faible…

Lire PDF
Le rôle des TIC dans le développement rural et agricole du Ghana
Worlali Senyo

En 2017, le Ghana était premier dans le domaine des technologies de l’information et de la communication en Afrique de l’Ouest. Dans la filière du cacao, les TIC semblent être un bon moyen d’augmenter les revenus des producteurs, d’éradiquer le travail des enfants et de lutter contre la déforestation Pour que les TIC contribuent au développement socio-économique de l’Afrique, il est crucial d’adopter un cadre réglementaire solide. Au Ghana, deux politiques prévalent : la politique des TIC pour…

Lire PDF
Les organisations paysannes, moteurs du développement durable
Emmanuel Kwesi Boon, Samuel Weniga Anuga

Du « Nnoboa », forme traditionnelle d’association au Ghana, aux organisations de producteurs (OP) actuelles, cet article permet de cerner l’histoire, le rôle et l’importance de l’agriculture paysanne au Ghana, ainsi que les difficultés auxquelles le secteur est confronté, en prenant pour exemples les OP de riz de Kesena-Nakana. Depuis son indépendance politique en 1957, le gouvernement ghanéen a porté beaucoup d’intérêt à la création d’organisations de petits producteurs et au renforcement de leurs capacités. L’agriculture a toujours…

Lire PDF
La place des femmes dans l’industrie agro-alimentaire au Ghana
Margareta Lela

Dans la région Nord du Ghana, l’étuvage du riz est l’une des principales activités de transformation qu’exercent les femmes. Lors de réunions de groupes, elles font part de leurs attentes et des difficultés liées à la dévalorisation des petites entreprises agroalimentaires au profit d’un développement axé sur la modernisation. Dans les zones rurales de la région Nord du Ghana, les femmes exercent plusieurs activités pour assurer leur subsistance. En plus d’accomplir leurs tâches agricoles et ménagères, elles génèrent…

Lire PDF
Cacao : Ghana et Côte d’Ivoire, ensemble pour les planteurs ?
François Ruf

La filière cacao et ses planteurs font face à des enjeux de surproduction et de baisse des cours mondiaux. Les principaux pays producteurs, le Ghana et la Côte d’Ivoire, habituellement concurrents, ont fait voie commune dans la bataille. Pour combien de temps ? Grain de Sel (GDS) : Pourquoi le Ghana et la Côte d’Ivoire viennent-ils d’imposer aux acheteurs de cacao une taxe de 400 dollars la tonne de cacao ? François Ruf (FR) : Le prix du…

Lire PDF
Le rôle de la cacaoculture dans la déforestation
Richard Asare

Au Ghana, le cacao fournit une grande part des revenus agricoles en devises et fait vivre des millions d’agriculteurs. Sa culture affecte néanmoins l’environnement et il est crucial d’élaborer des politiques en faveur de pratiques agricoles durables afin de concilier production cacaoyère et préservation de la biodiversité. Dans son plan d’action national pour la biodiversité (2002), le ministère de l’Environnement, de la Science et de la Technologie du Ghana annonçait voir son PIB décroître de 4 % chaque…

Lire PDF
Hévéa : l’alliance entre une entreprise, une banque et les producteurs
Isaac Bosomtwe, Simon Tetteh

Si la filière de l’hévéa pèse peu dans l’économie du Ghana, elle illustre bien le rôle que jouent les entreprises privées dans l’agriculture. Un membre de la ROAA et un employé de la société GREL, toutes deux protagonistes d’un même accord, nous parlent du modèle tripartite sur lequel repose la filière hévéicole. Grain de Sel (GDS) : Pouvez-vous présenter la filière de l’hévéa au Ghana ? Simon Tetteh – ST (GREL) : En Afrique, la zone de production…

Lire PDF
Atteindre l’autosuffisance dans la filière du riz
Evans Sackey Teye

Le Ghana entend augmenter sa production locale de riz afin de répondre à la demande croissante et atteindre l’autosuffisance. Toutefois, la prédilection pour le riz importé et la faiblesse du Tarif Extérieur Commun (TEC) de la CEDEAO freinent le développement du secteur. La production rizicole au Ghana a fortement augmenté : 510 000 tonnes de riz auraient été produites entre 2018 et 2019 (USDA 2018). Cette hausse coïncide avec la stratégie de production adoptée par le pays. En…

Lire PDF
Le rôle de Guinness Ghana dans la structuration de la filière sorgho
Abu Huudu, Lucien Rossignol

Cet article présente le modèle de développement d’une filière vivrière au Ghana. Il apparaît que les acteurs du secteur privé comme Guinness Ghana jouent un rôle déterminant dans la structuration de la chaîne de valeurs du sorgho. Quelles questions cela soulève-t-il ? Le sorgho représente la deuxième céréale produite au Nord Ghana, après le maïs. Les statistiques de production sont assez peu fiables, on estime la superficie totale emblavée à environ 250 000 hectares (ha), pour une production…

Lire PDF
Coton : la contre-performance ghanéenne
Jean-Luc François

Au Ghana, le coton est le “cacao du Nord”. Pourtant, le développement de la filière coton est loin d’être une réussite. En examinant l’histoire récente de la filière au Ghana et en la comparant avec celle du Burkina Faso, cette note de lecture donne quelques clés de compréhension de cette contre-performance. Cette note de lecture est basée sur deux articles “The state of Cotton Production in Northern Ghana”, by Benjamin K. Asinyo, Charles Frimpong, Emmanuel Amankwah, Kwame Nkruma…

Lire PDF
Saiko : le problème de la pêche illégale au Ghana
Steve Trent

Le Ghana est connu pour son activité de pêche, mais le déclin de la pêche en mer menace grandement la sécurité alimentaire et la subsistance du pays. La pêche illégale, pratiquée surtout par les exploitants chinois, ne fait qu’empirer la situation. Steve Trent et l’EJF appellent le gouvernement ghanéen à faire appliquer la loi. Grain de Sel (GDS) : Pouvez-vous nous présenter la filière pêche au Ghana et le rôle qu’elle joue dans la sécurité alimentaire ? Steve…

Lire PDF
L’aquaculture en cage du tilapia au Ghana, quelle suite ?
Marc Oswald

Pour beaucoup, le Ghana avait réussi son développement aquacole. Tirant parti des qualités du lac Volta, des capitaux internationaux ont investi la production de tilapia en cages. Malgré le bon vouloir des autorités, cette production peu intégrée a saturé le créneau et d’autres difficultés (des maladies) effacent même les avantages de cette ressource. Les débuts de l’aquaculture en cage Le poisson joue un rôle majeur dans la sécurité alimentaire des populations des pays côtiers du golfe de Guinée…

Lire PDF
Regards croisés : le Ghana peut-il servir d’exemple pour l’Afrique de l’Ouest ?
Anaëlle Tanquerey-Cado, King David Amoah, Manson Nwafor, Michael Owusu

Le Ghana est un pays particulièrement important en Afrique de l’Ouest, du fait de sa démographie, de son poids économique et de son secteur agricole, moteur de la croissance axé sur les cultures d’exportation. Il est souvent érigé en modèle de démocratie et de libéralisation, mais s’agit-il d’une exception en Afrique de l’Ouest ? Pour quelles raisons ? Grain de Sel (GDS) : En quoi le Ghana se démarque-t-il de ses voisins d’Afrique de l’Ouest en matière de…

Du côté des membres d’Inter-réseaux
Inter-réseaux

Si le Ghana, pays d’Afrique de l’Ouest anglophone, ne constitue pas une géographie habituelle d’intérêt pour Inter-réseaux, ce numéro a été l’occasion de mener une réflexion plus en profondeur sur les spécificités du pays. Il a été réalisé en étroite collaboration avec nos membres, dont certains ont des activités directement au Ghana Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) mène Depuis 2016, l’association des interventions au Ghana, notamment avec la mise en oeuvre de programmes sous-régionaux en lien avec…

Lire PDF
Portrait – Gladys Adusah Serwaa
Gladys Adusah Serwaa

Les femmes rurales au service de l’agriculture Je m’appelle Gladys Adusah Serwaa, je suis née à Techiman, dans la région de Bono, au Ghana. Je suis l’aînée d’une fratrie de cinq. J’ai 61 ans et je suis agricultrice ; je cultive du manioc, du maïs et des noix de cajou. J’ai un diplôme en enseignement et un master en gouvernance démocratique, droit et développement. J’ai travaillé pendant 13 ans comme enseignante, puis pendant 14 ans dans le domaine…

Lire PDF
Ghana, histoire politique et agricole
Pierre Jacquemot

Devenu un “modèle” africain pour de nombreux observateurs, le Ghana s’est installé dans une démocratie pacifiée et mature, tout en gardant vivaces certaines de ses traditions. Si cette dynamique lui permet de relever les enjeux d’un développement inclusif, le pays reste notamment marqué par les inégalités et l’insécurité alimentaire. Au Ghana, un professeur d’histoire peut commencer sa classe avec un billet de banque. Sur les coupures de 1, 5, 10, 20 et 50 cédis figurent six personnages. La…

Lire PDF