Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les récentes crises alimentaires au Sahel ont conduit les partenaires au développement à revoir leurs modes d’action pour intégrer les « nouveaux » enjeux de la sécurité alimentaire. Cette évolution n’est pas sans poser plusieurs défis, dont témoignent dans ces entretiens Jean-Luc François (AFD), Éric Hazard (Oxfam) et Alain Sy Traoré (Cedeao).

GDS : Les récentes crises alimentaires au Sahel ontelles conduit les partenaires au développement de la région à revoir leurs approches pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ?

Jean-Luc François : Oui, les dernières crises nous ont fait réfléchir à ce que nous faisons. Le Cadre d’intervention sectoriel « Sécurité alimentaire » de l’AFD témoigne de cette évolution. Jusque récemment, on pensait qu’augmenter la production et la productivité allait nous permettre de réduire la pauvreté. Cette vision n’est pas fausse, mais on y a ajouté l’idée que, dans une trajectoire de développement de cette nature, certaines populations se retrouvent marginalisées. L’enjeu est d’intégrer ces populations, en prenant en compte des questions plus « sociales » : filets sociaux, nutrition, aide ciblée aux personnes vulnérables…

GDS : N’est-ce pas difficile pour les partenaires au développement de prendre en compte ces enjeux qui relèvent traditionnellement davantage de l’action humanitaire ?

JLF : Oui, il s’agit d’un exercice difficile. Nous devons apprendre à concevoir des opérations articulant bien le court terme et le long terme, l’urgence et le structurel, le social et l’économique, pour une population donnée et un territoire donné. Mais nous avons aussi un problème au niveau des outils : faire du filet social, quand vous fonctionnez sur des subventions, ne pose pas trop de difficultés, au-delà des enjeux de ciblage, d’efficacité, etc. Or le problème d’une maison comme l’AFD, c’est que l’on fonctionne principalement sur des prêts et très peu sur des subventions ; on n’a donc moins d’avantages comparatifs en la matière.

Éric Hazard : Il est encore un peu tôt pour dire si les partenaires au développement parviennent à bien intégrer ces enjeux. Mais ce qui est certain, c’est qu’un certain nombre de thèmes chers aux partenaires au développement, comme les filets sociaux ou la nutrition, ne sont pas encore intégrés par de nombreux États ou la Cedeao, qui accordent davantage d’importance aux enjeux de production et de productivité. C’est bien là que réside toute la difficulté : je pense que les partenaires au développement ont une forte volonté d’intégrer ces enjeux mais la vraie question porte en fait sur leur capacité à convaincre les États et la région de l’importance de ces enjeux, à accompagner et soutenir des processus, et non à se substituer à eux, afin de porter sur le long terme des politiques autonomes, indépendantes et durables.

GDS : Comment l’AFD sensibilise-t-elle les États avec lesquels elle travaille à l’importance de ces enjeux plus « sociaux » ?

JLF : Par le dialogue. Lorsque nous construisons un projet avec nos partenaires que sont les États, nous y intégrons ces questions de vulnérabilité et de sécurité alimentaire et nous essayons de voir qui pourrait intervenir sur ces enjeux et comment. Soit nous pouvons nous-mêmes intégrer au projet une composante « aide aux plus vulnérables » et nous le faisons. Soit nous ne le pouvons pas et nous devons alors nous assurer, par le dialogue avec les autres bailleurs de fonds, que ceux qui ont la ressource pour ces populations vulnérables (Echo, USAID…) s’en occuperont.

GDS : Cette nouvelle forme de coopération entre les États de la région et leurs partenaires, qui repose davantage sur une approche d’accompagnement et de sensibilisation, n’est-elle pas difficile à mettre en œuvre pour les partenaires au développement ?

EH : Si car elle nécessite pour les partenaires d’intégrer dans leurs réflexions, leur travail et leurs objectifs la question de la coordination comme un objectif à part entière, et non plus comme quelque chose de marginal. C’est un élément nouveau. On ne travaille plus seulement pour son agence, mais en partenariat avec d’autres agences. Par ailleurs, la coordination est consommatrice de temps et d’énergie. Elle est difficile à mesurer en termes d’indicateurs de performance et pas forcément intégrée dans les objectifs et mécanismes actuels d’évaluations de performance. Cela nécessite donc des réformes internes pour un certain nombre de partenaires.

GDS : Ces dernières années, une série d’initiatives ont été lancées dans la région, visant toutes à éradiquer la faim et la malnutrition : Agir, « Faim zéro », Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, etc. Cette multiplication d’initiatives ne nuit-elle pas à la cohérence et l’efficacité de l’action ?

JLF : Il est vrai que l’on assiste depuis quelques temps à une multiplication d’initiatives aux objectifs similaires, chacune portée par une institution différente, qu’elle soit multilatérale, bilatérale ou sous-régionale. Si ces initiatives disent toutes plus ou moins la même chose, Agir et la Nouvelle Alliance sont porteuses tout de même de deux idées intéressantes. Agir apporte une vision assez claire des composantes que devraient avoir une bonne politique de sécurité alimentaire régionale et sa déclinaison nationale. La Nouvelle Alliance apporte quant à elle, une nouvelle façon de considérer l’action publique, en relativisant le rôle des bailleurs de fonds, ce qui est sain.

Alain Sy Traoré : La cohérence des initiatives est en effet un enjeu compliqué car chaque partenaire a son agenda propre — genre, nutrition, développement durable, etc. — et finance des projets en fonction de cet agenda. Ce n’est pas une mauvaise chose et il y a, dans le fond, de la place pour tous les projets, quel que soit leur nom : Nouvelle Alliance, Agir, initiative « faim zéro », etc. Ce qui importe réellement, c’est que ces initiatives arrivent en complémentarité et en appui aux priorités et orientations définies par la région et les États.

GDS : Est-ce le cas ?

EH : Ce que l’on observe aujourd’hui, c’est que la majorité des interventions des partenaires techniques et financiers reste encore le fait de projets, peu coordonnés et peu alignés sur les procédures, les calendriers et les systèmes nationaux. Au Sénégal, il y a 152 projets en cours dans la mise en œuvre du Pnia, au Niger, pas moins de 90. On ne peut pas avoir une politique cohérente avec autant de projets, ce n’est pas gérable, surtout quand on connaît les rares ressources dont disposent les ministères aujourd’hui. De nombreux efforts ont été entrepris, notamment par l’Espagne, en termes de coordination des bailleurs, au niveau régional, mais il reste encore beaucoup de progrès à accomplir.

GDS : Huit ans après la Déclaration de Paris, les enjeux de cohérence et d’alignement de l’aide restent donc d’actualité ?

EH : Plus que jamais, surtout en Afrique de l’Ouest où l’aide publique au développement est une composante cruciale du financement du secteur rural. On reste dans le marché du développement traditionnel : une opportunité financière se présente aux États, qui la saisissent pour l’intégrer dans leur Pnia et se rapprocher ou dépasser les 10 % de Maputo. Dans de nombreux pays sahéliens, de 70 % à 80 % du budget national alloué à l’agriculture provient de fonds des bailleurs. Mais ces financements ne coïncident pas forcément avec les priorités identifiées par les États. Or ces initiatives conservent une particularité : toutes affirment vouloir s’aligner sur les politiques locales ! Cette multiplication d’initiative souligne, autant la difficulté des partenaires à se coordonner, que la faible visibilité des initiatives ouest-africaines et la difficulté pour les dirigeants de la région à développer un partenariat international autour de leurs priorités.

GDS : Ces défis de cohérence et d’alignement de l’aide renvoient ainsi fondamentalement à la question de la gouvernance de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Celle-ci relève-t-elle davantage de la responsabilité des partenaires au développement, ou des États et de la région ?

EH : Une partie des réponses se trouve chez les partenaires au développement et dans leurs difficultés à réformer ou à modifier leurs approches et leur mode de travail. Mais l’autre se trouve évidemment dans les capacités des États et de la Cedeao à maintenir leur cap et à investir leurs rares ressources propres dans ce qu’ils considèrent être leurs priorités. Si on compare la situation de l’Afrique de l’Ouest avec celle du Brésil, toute proportion gardée bien sûr, étant donné que les ressources du Brésil ne sont pas les mêmes que celles des pays ouest-africains, on voit bien que pour mettre en œuvre la politique Faim zéro au Brésil, le tempo a été donné par les ressources propres qui ont été investies par l’État lui-même.

AST : Cette problématique de la gouvernance est en effet capitale. Et c’est à nous de développer les capacités d’assurer la gouvernance et la coordination de toutes les initiatives. Seuls les États et la région peuvent définir leurs propres priorités et s’assurer que celles-ci sont financées à la hauteur des besoins identifiés. Personne ne peut faire ce travail à notre place. Si tous les États faisaient des efforts importants sur ces 2 points — améliorer le pilotage de la politique nationale de sécurité alimentaire et assurer la cohérence des initiatives mises en œuvre par tous les acteurs présents sur ces questions — on verrait alors des progrès importants en termes de lutte contre l’insécurité alimentaire et de développement de l’agriculture.

GDS : Des progrès n’ont-ils pas déjà été accomplis dans ce domaine ?

AST : À l’échelle de la Cedeao, nous menons un travail important d’amélioration de la gouvernance. Avec nos partenaires, nous avons ainsi établi une cartographie permettant de déterminer qui faisait quoi dans la région. Et ce travail nous a d’ailleurs permis de nous rendre compte que certains secteurs étaient « oubliés » des financements, comme l’élevage et la pêche par exemple. On a également mené un travail important d’amélioration de la gouvernance, avec la création de l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (Araa), du Fonds de développement agricole de la Cedeao (Ecowadf) et du Comité consultatif pour l’agriculture et l’alimentation. L’Araa va se consacrer à la mise en oeuvre du Pria, le Fonds va permettre de mieux mobiliser les ressources au niveau régional et le Comité consultatif d’institutionnaliser le partenariat multi-acteurs. Ces 3 institutions nous permettent d’améliorer la mise en œuvre cohérente et coordonnée de l’Ecowap à l’échelle régionale. On a la capacité de faire ce travail au niveau régional mais les États doivent le faire au niveau national. Certes, ce n’est pas un travail facile, et les États le soulignent régulièrement, mais la Cedeao ne peut pas se substituer aux États sur ce point, et il faut aussi compter souvent sur la bonne volonté des partenaires financiers.

EH : Il y a bien eu un effort, ces dernières années, au niveau régional mais il reste inabouti. Lorsque l’Ecowap a été lancée il y a quelques années, la région disait : « avec ou sans partenaires au développement, nous allons mettre en œuvre cette politique, sur nos ressources propres ». Mais si on fait le bilan de la dernière réunion ministérielle, qui s’est tenue à Lomé en septembre 2013, on voit que le programme « Faim zéro » va être lancé sur des fonds de l’agence de coopération allemande (la GIZ), les réserves alimentaires seront financées par l’Union européenne, le programme « nutrition » par l’AFD, etc. Finalement, les institutions nationales ou régionales, sur lesquelles s’appuient toutes ces initiatives, subissent encore ce « marché du développement » : elles continuent de recevoir l’appui de différents partenaires, sans forcément que ces partenaires ne facilitent la démarche de rationalisation et de clarification de leurs mandats et de leurs prérogatives, ou améliorent la gouvernance sur les questions de sécurité alimentaire et d’agriculture.

GDS : Et au niveau national ?

AST : Certains pays réalisent des progrès importants, comme le Sénégal, le Togo, le Burkina Faso ou le Niger, le Ghana, la Côte d’Ivoire plus récemment. La dynamique commence à prendre mais j’aimerais insister sur un point : je pense qu’il est important que ce processus de coordination des initiatives se fasse au niveau institutionnel, comme c’est le cas au Burkina, au Togo, au Niger ou au Sénégal qui ont adopté des décrets pour institutionnaliser des coordinations interministérielles, des structures fortes et pérennes avec une responsabilisation plus accrue des hauts fonctionnaires de l’État, plutôt qu’il soit le fait d’un leader éclairé. Car si dans le cadre d’élections ce leader venait à laisser sa place à quelqu’un d’autre, comment être sûr que tous les efforts entrepris ne vont pas s’effondrer ? J’ai parlé du niveau régional et du niveau national mais in fine l’agriculture et la sécurité alimentaire sont des enjeux locaux. La décentralisation du système est donc capitale et toutes ces dynamiques, en termes de cohérence des actions et de coordination des acteurs, doivent se retrouver au niveau des communes, des provinces etc.

EH : La gouvernance est en effet un élément fondamental à toutes les échelles. Quand on évoque ces « nouveaux » enjeux, on en parle souvent sous l’angle thématique, mais on a du mal à réfléchir à leurs implications du point de vue de la gouvernance. Si l’on reprend l’exemple du programme « Faim zéro » au Brésil, on voit bien que les institutions publiques ont dû réaliser de nombreux ajustements, qui n’étaient pas de petites réformes administratives et financières. Faim zéro implique plus de 8 ministères, dont l’action est coordonnée par le ministère du Développement social, et non l’Agriculture, comme on pourrait le penser lorsque l’on parle de faim ou d’alimentation. Il y a eu des réformes en profondeur, qui ont impliqué les différents départements gouvernementaux pour qu’ils modifient leur mode de fonctionnement, en donnant un rôle plus prépondérant à la société civile, et en développant une approche multisectorielle. Le rôle de la société civile a notamment était inscrit dans la Constitution brésilienne. Ce n’est pas rien ! Si ces enjeux « nouveaux » ne sont pas appréhendés selon leurs implications en termes de gouvernance et de processus, il est peu probable que l’on parvienne à des avancées significatives dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "59-62 : Quelles politiques pour les populations rurales pauvres du Sahel ?".

Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : un renouvellement des approches ?
Inter-réseaux

En juillet 2003, les chefs d’État africains prenaient l’engagement d’accorder 10 % de leur budget à l’agriculture afin de favoriser la croissance agricole et réduire la faim. Dix ans plus tard, la situation de l’Afrique de l’Ouest et plus particulièrement du Sahel reste problématique. Des crises de forte ampleur se sont succédé : crise alimentaire et nutritionnelle grave au Niger en 2005, crise régionale liée à la hausse des prix en 2007/8, crises pastorales en 2009 et 2011,…

Lire PDF
Sécurité alimentaire, nutrition, résilience : quelques définitions
Inter-réseaux

Sécurité alimentaire, moyens d’existence, risques, résilience… Ce glossaire apporte des éléments de définition des principaux concepts utilisés actuellement dans le domaine de la lutte contre la faim. Le concept de sécurité alimentaire a été constamment élargi depuis sa première définition en 1974. Axé initialement sur la quantité de nourriture disponible, il a évolué notamment vers la notion d’accès des populations à l’alimentation. La définition la plus consensuelle aujourd’hui est celle du Sommet mondial de l’alimentation de 2009 :…

Lire PDF
Pauvreté et vulnérabilité en Afrique de l’Ouest : quelles évolutions ?
Mado Evrard Diakité

La pauvreté et la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire ont connu des évolutions profondes au cours des dernières décennies dans les zones rurales ouest-africaines. Ces transformations nécessitent de renouveler les analyses ainsi que les outils de prévention et gestion des crises et de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Une fragilisation progressive de l’environnement et des moyens d’existence. Ces dernières décennies, le Sahel rural a été globalement marqué par une dégradation progressive de l’environnement et des systèmes et moyens…

Lire PDF
Les travaux des OP sur les réalités des exploitations familiales
Marc Gansoré, Nadjirou Sall

Plusieurs organisations paysannes ouest-africaines réalisent actuellement des travaux de suivi des exploitations familiales, pour mieux comprendre leurs situations et cibler leurs besoins d’accompagnement. Ces travaux témoignent des réalités vécues par les agriculteurs ouest-africains, de leurs réussites, leurs difficultés et leurs perspectives. GDS : La CPF travaille actuellement à la mise en place d’un dispositif de suivi des exploitations familiales (EF) au Burkina. Pourquoi avoir lancé un tel travail ? Marc Gansoré (MG) : Le dispositif sur lequel la…

Lire PDF
Les exploitations familiales d’éleveurs à travers les enquêtes de l’Apess
Ibrahima Aliou, Loic Barbedette

L’Apess a récemment mené, avec le sociologue Loïc Barbedette, des enquêtes auprès des exploitations familiales d’éleveurs au Sahel. Ce travail apporte des éléments sur la situation de ces exploitations, les difficultés auxquelles elles sont confrontées, ainsi que les stratégies de sécurisation développées par les populations. GDS : L’Apess a réalisé des enquêtes sur les exploitations familiales (EF) d’éleveurs. Quels en étaient les objectifs et la méthode ? Ibrahima Aliou (AI) : L’Apess a mené en 2010 et en…

Lire PDF
Les Greniers de sécurité alimentaire au Burkina Faso
Dominique Lesaffre, Ganamé Amidou, Soré Adama

Au Burkina Faso, la Fédération nationale des Groupements Naam (FNGN) a mis en place depuis les années 1970 des banques de céréales qui ont connu ces dernières années une série d’évolutions leur permettant d’améliorer leur fonctionnement, de renforcer leur autonomie financière et de mieux répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire. Les « banques de céréales » (BC) avaient été promues au Sahel dans les années 70, suite aux sécheresses qui ont sévi dans la région. Si les…

Lire PDF
Mooriben : des banques de céréales pour la sécurité alimentaire
Amadou Moussa Abdoulaye

Amadou Moussa Abdoulaye, Secrétaire exécutif de la Fédération des Unions de groupements paysans du Niger (FUGN-Mooriben), détaille la stratégie mise en place par son organisation face à des crises alimentaires de plus en plus récurrentes au Niger depuis le milieu des années 2000. GDS : Comment sont nées et ont évolué les banques de céréales (BC) de Mooriben ? Amadou Moussa Abdoulaye : Elles sont nées de la volonté des membres de lutter contre l’insécurité alimentaire, se protéger…

Lire PDF
Le warrantage paysan, un outil de protection des ressources
Andrea Ghione, Félicité Kambou, Gauthier Malnoury, Tristan Le Cotty, Élodie Maître d’Hôtel

Souvent présenté comme un outil de spéculation sur les fluctuations de prix et d’accès au crédit, le warrantage permet aussi aux producteurs de se protéger d’une pression sociale qui les pousse à ponctionner régulièrement une partie de leurs récoltes et peut mettre en danger la sécurité alimentaire de leur ménage en période de soudure. Le warrantage existe au Burkina Faso depuis 2005 et connaît un vif succès auprès des producteurs et des institutions financières. Les deux plus anciennes…

Lire PDF
Construire la résilience des ménages grâce à la gestion durable des terres
Edwige Botoni, Sébastien Subsol, mbadiao

L’ampleur de la dégradation des terres dans les pays ouest-africains nécessite de développer les techniques de gestion durable des terres, qui ont déjà prouvé leur efficacité. Cet article évalue les effets d’une telle mise à l’échelle sur la résilience des populations, ainsi que ses coûts et bénéfices pour les pays. Les pays sahéliens sont particulièrement sujets à la dégradation des terres. Au Niger, ce sont plus de la moitié des terres agricoles qui sont considérées comme dégradées, au…

Lire PDF
Niger : points de vue sur l’initiative 3N
Mamoudou Hassane, Moussa Tchangari

En avril 2012, le Niger a adopté une nouvelle politique de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Reposant sur une approche décentralisée et multisectorielle, cette stratégie se veut résolument novatrice. Mamoudou Hassane (Haut commissariat à l’i3N) et Moussa Tchangari (Alternative Niger) exposent leur point de vue sur cette initiative. GDS : Dans quelle mesure l’initiative 3N (i3N) constitue- t-elle une approche novatrice pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger ? Mamoudou Hassane (MH) : Pour rappel,…

Lire PDF
Burkina Faso : vers une nouvelle politique nationale de sécurité alimentaire
Stéphane Degueurce, Tinga Ramdé

Le Burkina Faso révise actuellement sa stratégie de sécurité alimentaire. Tinga Ramdé (Conseil national de sécurité alimentaire) et Stéphane Degueurce (Pam) évoquent les enjeux et objectifs de cette stratégie, ainsi que les outils développés par l’État pour lutter contre l’insécurité alimentaire. GDS : Pourquoi vous êtes-vous engagés dans une révision de la stratégie de sécurité alimentaire du Burkina Faso ? Tinga Ramdé : Cette stratégie était en place depuis plusieurs années et notre contexte évolue vite. Avant les…

Lire PDF
Filets sociaux en Afrique de l’Ouest : des outils en constante évolution
Inter-réseaux

Les filets sociaux sont largement utilisés pour lutter contre la faim en Afrique de l’Ouest. Ils ont connu de nombreuses évolutions au cours des dernières années, se diversifiant et visant des objectifs dépassant la simple réponse à une situation d’urgence. Les « filets de sécurité sociaux » (Traduction du terme anglais « social safety net ») sont des transferts de ressources non contributifs (aucune participation financière n’est demandée aux bénéficiaires) visant à venir en aide aux populations pauvres…

Lire PDF
Vers des filets sociaux « prévisibles » en Afrique de l’Ouest ?
Henri Leturque, Nathalie Jarno, Yoann Jolly

La récurrence des crises alimentaires et la prévalence de la faim en Afrique de l’Ouest ont conduit les partenaires au développement et les États à envisager des systèmes de transferts sociaux allant au-delà de la réponse ponctuelle d’urgence suite aux crises. Cet article s’intéresse à l’émergence de ces filets sociaux « prévisibles » en Afrique de l’Ouest. Filets sociaux : systèmes réactifs versus prévisibles En Afrique de l’Ouest, la plupart des filets sociaux existant sont de nature réactive…

Lire PDF
Soutenir et renforcer la résilience de l’élevage pastoral
bbonnet-test

Longtemps oubliés des politiques publiques, les systèmes pastoraux ont fait preuve de grandes capacités d’adaptation et de résistance, toutefois mises à mal par des facteurs de vulnérabilité croissants. La reconnaissance accrue de l’importance de ces systèmes pourrait permettre de renforcer les politiques publiques en leur faveur. Les sociétés pastorales des espaces saharo-sahéliens font preuve de longue date de capacités de résilience et d’un capital social exceptionnel, leur permettant de tirer parti d’un accès très aléatoire aux ressources vitales…

Lire PDF
Lutter contre la vulnérabilité et la faim à l’échelle régionale ?
Alain Sy Traoré, Ibrahima Aliou, Kalilou Sylla

Quelles initiatives la Cedeao a-t-elle initié pour faire face à l’insécurité alimentaire des populations de la région ? Avec quels succès et limites ? Quelles sont les priorités pour les années à venir ? Alain Sy Traoré (Cedeao), Kalilou Sylla (Roppa) et Aliou Ibrahima (Apess) apportent quelques éclairages à ces questions. GDS : Huit ans après son adoption, la politique agricole de la Cedeao (l’Ecowap) est-elle toujours adaptée aux enjeux auxquels l’Afrique de l’Ouest est confrontée ? Alain…

Lire PDF
L’Alliance « Agir » : une opportunité pour les populations vulnérables au Sahel ?
Hélène Berton, Jan Eijkenaar, Philippe Thomas, Zoltan Agai

L’Alliance globale pour l’initiative résilience — Sahel et Afrique de l’Ouest (Agir) vise l’éradication de la faim et de la malnutrition dans cette région d’ici 20 ans. À court terme, son objectif est de renforcer la résilience des ménages et communautés vulnérables. Entretien avec des responsables de la Commission européenne. GDS : Pourquoi l’alliance Agir a-t-elle été lancée ? Philippe Thomas & Zoltan Agai : Le Sahel a connu ces dernières années des crises alimentaires qui n’ont plus…

Lire PDF
Nutrition : enjeux et intégration dans les politiques publiques
Anne Bichard, Nanthilde Kamara

La malnutrition touche l’Afrique de l’Ouest avec une ampleur et des impacts considérables. Depuis peu à l’agenda politique, la vulnérabilité nutritionnelle nécessite des approches multisectorielles et intégrées, que les États de la région ont encore des difficultés à mettre en œuvre. L’Afrique de l’Ouest et le Sahel en particulier présentent des taux de malnutrition aiguë et chronique chez les enfants parmi les plus élevés au monde. Selon l’Unicef, 18 % des enfants de moins de 3 ans, soit…

Lire PDF
Lutter contre la malnutrition au Sénégal : les enjeux de la coordination
Abdoulaye Ka

Abdoulaye Ka est le Coordonnateur national de la Cellule de lutte contre la malnutrition, créée en 2001 au Sénégal. Il témoigne dans cet entretien de l’expérience sénégalaise en matière de coordination de la lutte contre la malnutrition. GDS : Pourquoi la malnutrition est-elle encore aussi répandue au Sénégal alors que des traitements efficaces et relativement peu coûteux sont connus ? Abdoulaye Ka : Si on sait ce qu’il faut faire contre la malnutrition, il est désormais crucial de…

Lire PDF
Quelles perspectives pour l’agriculture ouest-africaine ?
Sibiri Jean Zoundi

Quelles sont les perspectives démographiques de l’Afrique de l’Ouest d’ici 2050 ? Quelles sont les implications de ces transformations pour les agriculteurs et le monde rural ? Quelle est la responsabilité des pouvoirs publics face aux enjeux de demain ? Quelques questions auxquelles répond Sibiri Jean Zoundi dans cet entretien. GDS : Quelles sont les perspectives démographiques en Afrique de l’Ouest pour les années à venir et leurs implications pour la sécurité alimentaire ? Sibiri Jean Zoundi :…

Lire PDF
Intégrer la question de l’emploi dans les politiques publiques
Jérôme Coste

La question de l’emploi en Afrique est un enjeu crucial placé sous une triple contrainte : la population agricole continue d’augmenter, les terres disponibles sont de plus en plus rares et les créations d’emploi dans les autres secteurs demeurent lentes. Dans ce contexte, les solutions devront combiner les instruments de plusieurs politiques sectorielles. Au cours des 15 prochaines années, 330 millions de jeunes vont arriver sur le marché du travail en Afrique subsaharienne, dont 190 millions dans les…

Lire PDF
Poser la question de la démographie en Afrique de l’Ouest
Jean-Pierre Guengant, Liora Stührenberg

Enjeux cruciaux pour le développement et la sécurité alimentaire de l’Afrique de l’Ouest, les questions de population sont pourtant encore insuffisamment intégrées dans les politiques publiques des États. Accélérer la transition démographique et la maîtrise de la fécondité devrait constituer l’une des priorités majeures des pays. L’Afrique de l’Ouest est l’une des dernières régions du monde à ne pas avoir achevé sa transition démographique. Si la première phase de cette transition (baisse de la mortalité) est bien avancée,…

Lire PDF
Les transferts monétaires au Niger : des conditionnalités mal perçues et contournées
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Il existe toujours des écarts entre une politique sur le papier et son application sur le terrain. La mise en œuvre des transferts monétaires (CT) au Niger est un exemple typique de l’imposition de normes externes contestées et contournées par les destinataires. Cet article décrit les perceptions et les stratégies des populations face à ces transferts. Cet article est la version longue de l’article du même auteur publié dans le numéro 59-62 de la revue Grain de Sel….

Lire PDF
Cibler les politiques de sécurité alimentaire sur les plus pauvres
Bakari Seidou

Les politiques de sécurité alimentaire mises en œuvre en Afrique de l’Ouest parviennent-elles à toucher les plus pauvres ? Comment les approches de ciblage ont-elles évolué ces dernières années ? Dans cet entretien, Dr Bakari Seidou témoigne des enjeux du ciblage des interventions en faveur de la sécurité alimentaire. GDS : Les politiques de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest sont-elles ciblées sur les plus pauvres ? Bakari Seidou : Très peu, même si la situation commence à…

Lire PDF
L’aide internationale face aux enjeux de la sécurité alimentaire au Sahel
Alain Sy Traoré, Jean-Luc François, Éric Hazard

Les récentes crises alimentaires au Sahel ont conduit les partenaires au développement à revoir leurs modes d’action pour intégrer les « nouveaux » enjeux de la sécurité alimentaire. Cette évolution n’est pas sans poser plusieurs défis, dont témoignent dans ces entretiens Jean-Luc François (AFD), Éric Hazard (Oxfam) et Alain Sy Traoré (Cedeao). GDS : Les récentes crises alimentaires au Sahel ontelles conduit les partenaires au développement de la région à revoir leurs approches pour lutter contre l’insécurité alimentaire…

La « résilience » : renouvellement des approches contre l’insécurité alimentaire ?

Le concept de « résilience » a envahi ces dernières années le champ de la réflexion et de l’action dans le domaine de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Quelles avancées concrètes apporte-t-il ? Quels défis soulève-t-il ? Différents acteurs impliqués dans les questions de sécurité alimentaire s’expriment à ce sujet. GDS : Le concept de « résilience » évoque-t-il quelque chose de nouveau pour vous ? Alain Sy Traoré (Cedeao) : Le terme de résilience est…

Lire PDF
Comment financer des politiques en faveur des ruraux pauvres ?
Alain Sy Traoré, Frédéric Bontems, Moussa Kaboré, Roger Blein, Éric Hazard

Comment financer les politiques en faveur des plus démunis ? Les États disposent-ils de marges de manœuvre suffisantes ? L’aide internationale et le secteur privé offrent-ils des opportunités ? Plusieurs personnes de diverses institutions apportent quelques éclairages sur ces questions. GDS : En 2003 à Maputo, les États africains se sont engagés à allouer au moins 10 % de leur budget à l’agriculture, afin de réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim d’ici 2015 ou 2020. Ces…

Lire PDF
Construire une vision partagée des enjeux ruraux ouest-africains
Roger Blein

Dans la conclusion de ce Grain de sel consacré à l’évolution du débat et des politiques concernant la sécurité alimentaire au Sahel, Roger Blein relève les avancées qui ont eu lieu ces dernières années. Il montre aussi que beaucoup reste à faire pour bâtir des stratégies de sécurité alimentaire durables et émancipées de l’aide extérieure. Ce numéro reflète l’évolution du débat et des politiques consacrés à la sécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Il illustre…

Lire PDF
Le HEA au Sahel : Les enseignements tirés de 3 ans de travail de terrain
Jérôme Bernard

Les enquêtes HEA fournissent une description dynamique de l’économie alimentaire des ménages ruraux. 51 profils de référence utilisant le cadre d’analyse complet du HEA ont été réalisés à ce jour depuis 2010 dans sept pays du Sahel. Cet article détaille les enseignements tirés de 3 années de travail de terrain. Le cadre d’analyse de l’approche HEA (Household Economy Approach), ou Analyse de l’Economie des Ménages (AEM), a été développé par l’ONG Save the Children et le Food Economy…

Lire