Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 15 décembre 2011

Quelles évolutions des systèmes de production céréaliers au Mali ?

Aboubacar Traoré (Oxfam)/Jean-François Bélières/Mamy Soumaré/Thea Hilhorst

CéréalesAfrique de l’OuestMali

Au Mali, les céréales constituent la part principale de la production agricole et restent faiblement commercialisées. Tendances d’évolutions des systèmes de production céréaliers en zone cotonnière et en zone Office du Niger.

Au cours de ces vingt dernières années, le monde rural malien semble avoir profondément changé, avec la monétarisation de l’économie, les investissements publics dans l’éducation et la santé, et la mise en oeuvre de la décentralisation. Qu’en est-il des systèmes de production des exploitations agricoles ? Ont-ils beaucoup évolué ?

Des exploitations agricoles familiales toujours plus petites, centrées sur les céréales. Le secteur agricole du Mali est constitué, dans sa base productive, presque exclusivement d’exploitations agricoles familiales. En 2004, le recensement général de l’agriculture (RGA) dénombrait environ 800 000 exploitations agricoles, pour une population concernée de près de 9 millions, soit 78% de la population totale. Les grandes entreprises agricoles de type capitaliste restent rares, même si les politiques menées depuis le début des années 2000 tendent à les promouvoir, notamment dans la zone irriguée de l’Office du Niger et autour de Bamako.
Les tailles des exploitations agricoles sont globalement faibles (en moyenne 4,7 ha ; soit 0,43 ha par personne), la surface moyenne cultivée par personne étant inférieure au Nord qu’au Sud du pays (de 0,5 ha/pers à Sikasso à 0,2 ha/pers au nord du pays). Les surfaces sont essentiellement cultivées en céréales (72%).

Une économie de subsistance : 15 % des céréales sont mises en marché. Dans toutes les régions du pays, la stratégie des chefs d’exploitation en termes de production céréalière vise avant tout l’autosuffisance. Ainsi, seule une faible part de la production céréalière est commercialisée. L’étude RuralStruc note que moins de 15% des céréales sont mises en marché, à l’exception du riz dans la zone de l’Office du Niger (57%). Une part conséquente des exploitations agricoles ne commercialise aucune céréale : 45% à Diéma, 85% à Tominian, et même dans la zone Office du Niger, avec 25% à Macina.
La recherche de l’autosuffisance céréalière n’empêche pas l’adoption d’innovations par les exploitants pour s’adapter aux conditions climatiques ou aux évolutions de marché. Les producteurs adoptent de plus en plus des variétés précoces et résistantes à la sécheresse. Si l’adoption de nouvelles variétés concernait auparavant surtout le coton et le maïs, elle s’étend aujourd’hui au niébé, mil et sorgho. Pour faire face à la crise cotonnière, et au-delà pour s’insérer dans les marchés et dégager des revenus monétaires, les producteurs se sont par ailleurs diversifiés vers des cultures facilement commercialisables (comme le niébé, riz, maïs et sésame).
La production céréalière est également en nette croissance. Les surfaces cultivées en céréales ont par exemple augmenté de 16% entre 2006 et 2010 dans les cercles de Banamba, Dioila et Koulikoro, où des suivis ont été effectués dans des villages témoins. Cette augmentation de la superficie moyenne cultivée a été gagnée sur les jachères.
Un des freins majeurs au développement de la production céréalière (mil et sorgho) reste certainement la forte variabilité des prix. La forte variabilité interannuelle, liée essentiellement aux aléas climatiques, gomme le cycle saisonnier attendu, qui devrait permettre d’assurer la rémunération du stockage. Avec de telles variations les risques sont très élevés, ce qui explique en grande partie les faibles investissements sur ces filières céréalières et une organisation qui reste « traditionnelle », avec un faible niveau de création de valeur ajoutée.

Produit brut agricole de quatre zones du Mali
Les enquêtes menées en 2007 dans le cadre du programme RuralStruc permettent d’avoir, pour 4 zones du Mali, la composition du produit brut moyen. Celle-ci ne reflète qu’en partie seulement l’assolement, car les productivités et les prix génèrent quelques écarts. Dans les 4 zones, les céréales représentent au moins 60% du produit brut.
Pour la zone de Macina (dans l’Office du Niger), le produit brut agricole dépend presque exclusivement du riz (78%) et de l’échalote (18%). À Koutiala, en zone cotonnière, une part conséquente du produit brut est constituée avec le maïs (15%) ; le coton occupe une place encore importante (27%) même si les superficies cultivées ont baissé par rapport aux années précédentes ; le reste est constitué par le mil (22%) et le sorgho (24%). Le mil et le sorgho représentent une part importante du produit brut à Diéma (75%) et à Tominian (60%). Les légumineuses occupent une part importante dans les systèmes pluviaux (21% à Tominian, 18% à Diéma et 7% à Koutiala). Le fonio constitue une part importante du produit brut à Tominian (12%).
Les producteurs n’ont recours à des consommations intermédiaires que sur les cultures de riz, d’échalote et de coton. À ces cultures il faut ajouter le maïs en zone cotonnière, mais à un degré moindre. Pour les autres cultures, les intrants sont limités aux semences le plus souvent autoproduites, et quelques poignées d’engrais. Il faut y ajouter un peu de travail extérieur pour quelques exploitations. Les charges sont donc très faibles, mais les productivités, aussi avec des marges nettes qui varient de 47 000 FCFA/ha à 176 000 FCFA/ha, et de 52 000 FCFA à 161 000 FCFA par actif présent dans l’exploitation.

Stagnation des rendements des principales cultures, le mil et le sorgho. Les rendements des principales cultures (mil et sorgho) ont très faiblement évolué au cours des 30 dernières années. Seuls les rendements du riz et dans une moindre mesure du maïs ont enregistré une progression sensible.
Cette absence de progression pour les deux cultures les plus pratiquées au Mali peut s’expliquer par le fait que peu d’innovations utiles aux producteurs aient été mises au point pour ces cultures, en dehors de nouvelles variétés résistantes à la sècheresse, qui jusqu’à ces dernières années se sont peu diffusées. En 2004, seulement 20% des exploitations avaient accès aux semences améliorées, 45% de la superficie cultivée ne bénéficiait d’aucune fertilisation et 80% des exploitations n’avait pas accès au crédit.

Évolution des systèmes de culture de la zone cotonnière et impact sur la production céréalière.

Des céréales qui bénéficiaient du système coton. Dans la zone Sud du Mali, les systèmes de cultures sont divers. Les systèmes qui intègrent coton et céréales constituent le moteur de toutes les exploitations, avec plus de 80% de l’assolement. La production en continu de riz (bas-fond ou pluvial) reste une culture marginale (0,5 ha par exploitation), mais participe à la diversification des cultures.
Parmi les systèmes de culture pratiqués, le système coton-maïs est de loin le plus intensifié du pays avec un recours important aux intrants. En dehors du coton, c’est la culture du maïs qui reçoit prioritairement l’engrais. Par ailleurs, l’engrais et la fumure organique ne sont pas systématiquement épandus de manière homogène sur toute la surface de la parcelle : les producteurs font souvent des apports localisés en fonction de la connaissance qu’ils ont de la fertilité de leur parcelle.

Les jachères se réduisent mais la fertilité des sols est entretenue. Sur le plan de l’utilisation agricole des terres, la durée de la période de jachère a baissé, et cette pratique a même disparu dans certains agro-systèmes villageois. La disparition progressive de la jachère depuis une vingtaine d’années n’est pas liée à la rareté des terres, mais à la généralisation des pratiques du labour en traction animale, de production de fumure organique et de fertilisation, qui ont conduit les paysans à adopter la culture permanente pour valoriser les investissements de défrichage et de nettoyage des terres, et d’entretien de la fertilité. Ainsi l’âge moyen des champs a augmenté et on rencontre des parcelles cultivées depuis plus de 30 ans maintenant. Il se trouve que ces vieilles parcelles sont souvent les plus productives, comme le montrent les résultats d’une enquête faite par l’Institut d’économie rurale (IER) dans 3 villages de la région de Sikasso. Ceci est lié à la production et l’utilisation de fumure organique (fumier et compost) qui s’est largement diffusée auprès des producteurs après des opérations de vulgarisation menées par la CMDT dans les années 80 et 90.
Quelque soit le mode d’occupation de l’espace, les meilleures marges à l’hectare sont obtenues sur les parcelles les plus anciennes. À Dentiola, village du vieux bassin, où la saturation de l’espace est plus poussée, les marges obtenues sur le coton et le maïs sur des parcelles de plus de 15 ans sont deux fois supérieures à celles obtenues sur les parcelles récemment mises en cultures. Les marges évoluent dans le même sens sur les parcelles de sorgho et de mil. Ces écarts sont liés au fait que les parcelles plus récemment mises en culture sont très souvent les moins « bonnes ». Mais aussi à l’effet d’accumulation de la fumure organique, et des pratiques agricoles en termes de rotation des cultures et d’association céréales-légumineuses sur les parcelles les plus anciennes.

Crise cotonnière et évolution des assolements. L’évolution des systèmes de cultures dans le Sud du Mali est liée en grande partie à la crise cotonnière qui, pour les producteurs, a débuté en 2005 avec une baisse du prix du coton graine de 24%. La production en coton est passée de 620 000 tonnes en 2004/05 à moins de 200 000 tonnes en 2008/09. Les estimations pour 2010/11 sont de l’ordre de 300 000 tonnes.
Les exploitations ont réagi avec un temps de retard à cette baisse des prix ; les plus fragiles ont arrêté le coton, alors que d’autres ont augmenté leur surface pour tenter de compenser la baisse du prix, mais en réduisant la quantité d’intrants monétaires (engrais, pesticides). Cette situation a conduit à une chute des rendements coton et maïs, rendant ces cultures encore moins rentables. L’exemple du cercle de Kolondièba (cf. graphique 1) situé dans la région de Sikasso illustre l’évolution commune entre coton et maïs, déjà démontrée en zone cotonnière au Mali.
Au final, aucune culture n’a vraiment remplacé le coton, ce dernier ayant entrainé dans sa chute le maïs. Les producteurs ont fait évoluer leur assolement en augmentant les cultures de céréales sèches et d’arachide, sans qu’elles ne remplacent en totalité les superficies du couple coton-maïs. On note cependant dans certaine zones le développement de sésame, pois sucré et soja.

Morcellement des exploitations et intensification en zone Office du Niger. Depuis la période coloniale, la zone irriguée de l’Office du Niger concentre les investissements publics agricoles dévolus à l’augmentation ou à la réhabilitation des superficies irriguées. L’évolution des productions dans cette zone est marquée par une réduction progressive des superficies cultivées par exploitation sous l’effet à la fois de l’augmentation de la population (croissance démographique et arrivée de migrants), mais aussi des politiques menées qui visaient à une réduction des superficies attribuées par famille pour « pousser » à l’intensification agricole (cf. graphique 2). Les exploitations ont ainsi intensifié le système en augmentant la production par unité de surface. Cette intensification se traduit à la fois par le développement de la double culture du riz (base de la sécurité alimentaire des familles) et par le développement des cultures maraichères, en particulier de l’échalote (pour la vente). Les pratiques de fertilisation sont cependant liées à la capacité financière des exploitations : les grandes exploitations se rapprochent des doses recommandées, alors que des doses plus faibles sont apportées par les plus petites exploitations et notamment par les producteurs qui n’ont pas de terre aménagée attribuée par l’Office du Niger et qui doivent louer la terre ou cultiver sur des terres hors casiers.

Conclusion : l’importance des investissements. Les filières céréales sèches font l’objet de peu d’investissements. Il devient urgent de mettre en place un environnement favorable aux exploitations agricoles familiales, afin qu’elles augmentent les productions vivrières à destination d’un marché domestique élargi à la sous région et avec des prix à la production suffisamment rémunérateurs. Les investissements dans l’aménagement foncier et dans les équipements permettraient de mieux maitriser l’eau et la fertilité du sol, pour assurer des améliorations durables de la productivité. Ces améliorations au niveau de la production doivent être accompagnées par le développement des filières (regroupement de l’offre, amélioration de la qualité, normes, transformations, innovations pour s’adapter à la demande) avec des incitations aux investissements privés et/ou collectifs, et des innovations technologiques pour fournir des produits capables de répondre aux besoins des consommateurs urbains.

Au Niger, le dispositif d’accès au crédit et de commercialisation groupée mis en place par la Fucopri

Créée en 2001, la Fédération des coopératives de producteurs de riz du Niger (Fucopri) fédère 9 unions regroupant 37 coopératives qui représentent 21 000 exploitations agricoles actives sur les périmètres irriguées de la vallée du fleuve Niger.
Depuis 2003, à chaque campagne, la fédération vend à l’État nigérien environ 20% de sa production de paddy (entre 6 000 et 7 000 tonnes) à un prix garanti négocié, qui tient compte à la fois du marché et des coûts de production. Cette commercialisation groupée à l’Office des Produits Vivriers du Niger (OPVN) permet aux producteurs de payer leur forfait redevance (eau, électricité, etc.) en nature, sous forme de paddy.
Depuis 2008, la Fucopri a intégré, à côté de ce mécanisme de commercialisation groupée, une composante « financement des intrants » pour ses coopératives répondant à des critères de bonne gestion. Une fois le contrat signé avec l’OPVN, et donc le montant de la commande fixé, la Fucopri signe un contrat de crédit auprès d’une banque, en début de campagne et pour une durée de 4 mois. Le contrat entre l’OPVN et la Fucopri sécurise le crédit bancaire. Les fonds permettent de livrer les coopératives en engrais (entre 3 000 et 4 000 tonnes par campagne). À la récolte, les coopératives remboursent le prêt en nature sous forme de paddy livré à l’OPVN. Sur les deux campagnes agricoles de 2010, plus de 80% des besoins en engrais ont été couverts grâce à ce mécanisme. Le prix du sac d’engrais au producteur est réduit dans la mesure où la marge perçue par sac par la Fucopri est de seulement 1000 FCFA (contre 5000 FCFA chez les commerçants).

Source : Dynamiques paysannes nº25, SOS Faim, juillet 2011

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "54-56 : Les céréales au coeur de la souveraineté alimentaire en Afrique l’Ouest".

Atelier à Ouagadougou : communiquer pour mieux vendre les produits agricoles
Fanny Grandval

Coproduire des outils et développer des activités de communication pour améliorer la mise en marché des produits agricoles. Voici ainsi résumé l’objectif de l’atelier multi-acteurs qu’ont organisé Inter- réseaux Développement rural et Jade Burkina, du 27 au 30 septembre 2011 à Ouagadougou. Cette rencontre a regroupé trois catégories d’acteurs de terrain du Burkina Faso : des leaders d’organisations paysannes (OP), des spécialistes en information et en communication et des représentants de structures d’appui au développement agricole et rural….

Lire PDF
Inégalités foncières et agriculture familiale en Mauritanie
Sandrine Vincent, Yvan le Coq

Dans le sud de la Mauritanie, l’accès à la terre est moins régi par la loi que par des règles locales qui donnent une large place aux privilèges de classe. De nombreux agriculteurs doivent ainsi négocier l’accès à la terre. Leurs droits demeurent précaires. Certaines initiatives cherchent à les sécuriser. Un contexte marqué par la persistance de formes d’esclavage. Les différentes communautés peuplant la région de Guidimakha au Sud de la Mauritanie présentent des points communs dans leur…

Lire PDF
Impact du changement climatique en Afrique de l’Ouest : bilan des études
Alexis Berg, Benjamin Sultan, Philippe Quirion, roudier

Cet article présente une synthèse des travaux de recherche existants concernant l’impact du climat futur sur l’évolution des rendements agricoles en Afrique de l’Ouest. Si les résultats varient fortement selon l’horizon temporel, les modèles, les cultures ou les pays concernés, une évolution globalement négative se dégage. Depuis le troisième (2001) et surtout le quatrième (2007) rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), les études d’impact du changement climatique sur l’agriculture en Afrique ont connu une…

Lire PDF
Regards croisés sur le « G20 agricole »
David Nabarro, Djibo Bagna, Jean Cyril Dagorn

Le G20 agricole a constitué une première dans l’histoire du G20. Cet événement corrélé aux inquiétudes sur les fluctuations haussières des cours internationaux de certains produits agricoles a suscité de nombreuses attentes, mais aussi des déceptions. Grain de Sel vous propose une confrontation des points de vue d’un réseau d’OP, d’une ONG et d’un représentant des Nations Unies sur les résultats de cette mobilisation internationale. Le point de vue des OP ouestafricaines : Interview du président du Roppa…

Lire PDF
Trois défis pour les filières céréalières ouest africaines
Inter-réseaux

Parmi les multiples défis qui ont été évoqués dans ce dossier, pour nourrir la population croissante en Afrique de l’Ouest et parvenir à une forme de souveraineté alimentaire, trois semblent revêtir une importance cruciale : l’intensification de la production, l’intégration régionale, et la transformation des céréales locales. En Afrique de l’Ouest, pour simplement nourrir l’ensemble de la population à venir, il faudra doubler la production céréalière d’ici 2030, pour atteindre 125 millions de tonnes. L’indispensable intensification durable pour…

Lire PDF
Pour une politique de services aux transformatrices et transformateurs de céréales locales
Cécile Broutin, Sébastien Subsol

Bien que le secteur de la transformation assure une fonction essentielle à l’interface entre l’offre rurale et la demande urbaine, son potentiel reste aujourd’hui sous-estimé par les acteurs du développement. Rares sont les politiques qui prennent la mesure de cet enjeu et soutiennent ce secteur dans sa diversité et selon ses besoins. Le secteur de la transformation a une place cruciale dans les filières céréalières. Il assure une fonction d’intermédiation entre la production et les marchés urbains et…

Lire PDF
Interprofessions céréalières : témoignage d’un producteur satisfait
cicb

Différents dispositifs interprofessionnels ont été mis en place dans plusieurs pays ouest africains, pour structurer les relations entre les différents maillons des filières céréalières et réguler le marché céréalier. Le CICB, au Burkina Faso, est l’un d’entre eux. Entretien avec son président. Grain de sel : Pouvez vous présenter le CICB ? Soumaïla Sanou : Le Comité interprofessionnel des céréales du Burkina Faso (CICB) a été mis en place en juillet 2003. Il réunit les professionnels des filières…

Lire PDF
La Sonagess au Burkina Faso : une politique d’approvisionnement auprès des OP
SONAGESS

Au Burkina Faso, la Sonagess est chargée de gérer deux stocks de sécurité alimentaire, et tente par ailleurs de développer de nouvelles stratégies d’appui à la commercialisation des produits locaux par les OP. Entretien avec son directeur général. Grain de sel : Pouvez-vous nous présenter la Sonagess, son rôle et les caractéristiques des stocks qu’elle gère ? Tinga Charles Sawadogo : La Sonagess est la Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire du Burkina Faso. C’est…

Lire PDF
Quand le dysfonctionnement des marchés favorise la sécurité alimentaire. Étude de cas au Burkina Faso
Stéphane Degueurce, Zongo Issa, marie-helenedabat, ruphink

Le bon fonctionnement des marchés agricoles n’est pas toujours synonyme de sécurité alimentaire : il existe des zones excédentaires en céréales qui souffrent d’insécurité alimentaire, et des zones en produisant moins qui supportent mieux la soudure. Illustration à partir d’un travail de terrain dans plusieurs provinces au Burkina Faso. Au Burkina Faso, la sécurité alimentaire est souvent appréhendée sous l’angle de la capacité du système productif à fournir des aliments. Ainsi les actions pour lutter contre l’insécurité alimentaire…

Lire PDF
Les céréales au coeur des politiques de stockage en Afrique de l’Ouest
Dr Rui Silva, Roger Blein

Après avoir été longtemps vilipendés, les stocks ont brusquement retrouvé leurs lettres de noblesse à la faveur de la crise alimentaire de 2008. Outil majeur de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest, ils restent controversés lorsqu’il s’agit de réguler le marché et de réduire les variations de prix. Communauté internationale et régionale, experts et praticiens, les stocks sont sur toutes les langues, mais aucun ne parle le même langage. Les stocks, une histoire ancienne. Depuis des siècles…

Lire PDF
Regard sur le marché céréalier en Afrique de l’Ouest
Mohamed Haïdara

Aujourd’hui la demande en céréale est là, mais il faut pouvoir y répondre sur les plans de la qualité, du volume, de la régularité. Il faut aussi que les marchés se fluidifient entre les pays de la Cedeao. Dans cet entretien, Mohamed Haïdara s’exprime sur les enjeux liés au commerce des céréales en Afrique de l’Ouest. Grain de sel : Quelles sont les difficultés majeures que rencontrent les OP dans la commercialisation des céréales en Afrique de l’Ouest…

Lire PDF
Les organisations de producteurs agricoles face au marché céréalier ouest africain
Inter-réseaux

Les initiatives collectives des producteurs agricoles pour faire face au marché céréalier sont nombreuses et diverses. Mais elles peinent encore à peser significativement sur le marché dans son ensemble. S’appuyer sur la richesse des acquis de ces expériences aiderait à définir des instruments d’appui adaptés. Pour les producteurs céréaliers, la maîtrise du marché est aussi importante que la maîtrise de la production : l’accès de leurs produits au marché et à un prix rémunérateur est un enjeu fondamental….

Lire PDF
Impact des cours mondiaux sur les prix des céréales ouest africaines : bilan, opportunités et risques
Boubacar Diallo, John Staatz, Niama Nango Dembélé

La transmission des prix internationaux sur les prix domestiques dépend de plusieurs facteurs, notamment l’enclavement du pays, la qualité du système de commercialisation local, la substituabilité des produits locaux aux produits importés, et les interventions publiques. Éclairages sur la flambée des prix de 2007/2008. En Afrique de l’Ouest, la double instabilité des prix (intra-annuelle et interannuelle) constitue une caractéristique structurelle des marchés des produits agricoles. Elle est fonction notamment du niveau de production dans la région et des…

Lire PDF
Qui approvisionnera l’Afrique de l’Ouest en riz importé ?
Jean-Martin Bauer, Patricio Mendez del Villar

Une demande en riz qui explose en Afrique de l’Ouest, une offre locale qui progresse plus lentement : à ce rythme, l’autosuffisance en riz n’est pas pour demain. Dans ce contexte, la région se doit de mettre en place une stratégie de diversification des approvisionnements, chemin qu’elle prend déjà en important de plus en plus de riz d’Amérique Latine. L’Afrique de l’Ouest représente actuellement un pôle majeur d’importation pour le riz. Malgré les progrès réalisés dans l’accroissement de…

Lire PDF
Les marchés céréaliers en Afrique de l’Ouest : un paysage en recomposition
Bio Goura Soulé

Les échanges de produits céréaliers sont importants en Afrique de l’Ouest, même s’il est difficile d’appréhender leur ampleur. Aux flux structurels qui connectent les bassins traditionnels de production à ceux de consommation, se greffent des flux d’opportunité induits par les disparités de politiques commerciales des États. Bien que ne représentant qu’environ 30% du volume des productions vivrières ouest africaines, les céréales constituent un élément essentiel d’intégration des marchés et de garantie de la sécurité alimentaire régionale. Entre 30…

Lire PDF
Tentatives de relance des politiques de production céréalière en Afrique de l’Ouest
Sébastien Subsol, mbadiao

La crise de 2008 a provoqué un réel sursaut des États ouest africains en matière de politique agricole. De nombreux programmes de relance de la production vivrière ont été mis en place et ont obtenu des résultats en termes de production. Cependant, des questions se posent encore sur la durabilité de ces soutiens. Depuis 2008, année de « vie chère », on assiste en Afrique de l’Ouest à une relance des appuis des États à la production céréalière….

Lire PDF
Un point de vue sur les enjeux du secteur céréalier en Afrique de l’Ouest
Mamoudou Hassane

Dans cet entretien, Mamoudou Hassane apporte un point de vue sur les enjeux liés à la production céréalière en Afrique de l’Ouest, et en particulier au Niger. Contraintes à l’accroissement de la production, appuis nécessaires pour une intensification durable, crédit et recherche agricole sont autant de sujets évoqués. Grain de Sel : Comment promouvoir une intensification durable des systèmes de production céréaliers ? Mamoudou Hassane : Il faut jouer sur un certain nombre de paramètres pour intensifier les…

Lire PDF
Accroitre durablement la production de céréales : un défi pour l’UGCPA-BM
Patrick Dugué, Pierre Girard, Rosanne Chabot, Soumabéré Dioma

Des OP développent des stratégies pour faire face à la baisse des rendements liée à la raréfaction des jachères. À l’UGCPA-BM, celles-ci passent notamment par la mise en place d’un service d’approvisionnement en engrais minéraux mais aussi, dans un souci de fertilisation durable, par une politique d’incitation à l’utilisation de la fumure organique. La région de la boucle du Mouhoun, à l’Ouest du Burkina Faso, connaît depuis les années 1980 une augmentation continue de sa production céréalière. Cette…

Lire PDF
L’Afrique de l’Ouest peut nourrir sa population en restaurant la fertilité de ses sols
Philippe Jouve

On pourrait largement doubler la production céréalière de l’Afrique de l’Ouest si on donnait aux agriculteurs les moyens techniques et financiers d’utiliser des engrais chimiques et organiques. Les producteurs le savent. Les scientifiques le prouvent. On peine à comprendre pourquoi ce n’est pas la priorité numéro un des gouvernements. Si l’aide alimentaire est parfaitement justifiée en situation de famine, il n’en reste pas moins que seule l’amélioration de la production céréalière locale pourra permettre d’assurer de façon durable…

Lire PDF
La compétitivité du riz ouest africain face aux importations : vrais enjeux et fausses questions
Frédéric Lançon

Au delà de la querelle entre partisans de la protection des marchés et ceux de l’ouverture, on assiste à une pénétration structurelle des importations de riz en Afrique de l’Ouest, presque insensible aux changements de politiques et de contextes. Cette réalité impose de comprendre le comportement des consommateurs envers le riz importé. Le marché rizicole ouest-africain a connu une forte croissance au cours des 50 dernières années, avec un taux de croissance de 5,1% par an, alors que…

Lire PDF
Quelles évolutions des systèmes de production céréaliers au Mali ?
Aboubacar Traoré (Oxfam), Jean-François Bélières, Mamy Soumaré, Thea Hilhorst

Au Mali, les céréales constituent la part principale de la production agricole et restent faiblement commercialisées. Tendances d’évolutions des systèmes de production céréaliers en zone cotonnière et en zone Office du Niger. Au cours de ces vingt dernières années, le monde rural malien semble avoir profondément changé, avec la monétarisation de l’économie, les investissements publics dans l’éducation et la santé, et la mise en oeuvre de la décentralisation. Qu’en est-il des systèmes de production des exploitations agricoles ?…

La sécurité alimentaire de l’Afrique de l’Ouest ne passe pas forcément par les céréales
Bio Goura Soulé

C’est une erreur que de raisonner seulement sur les céréales pour garantir la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Les racines et tubercules peuvent être aussi efficaces et appropriés dans cette zone pour lutter contre la faim. Première productrice mondiale de manioc et d’igname, la région a intérêt à puiser dans ses ressources pour réduire sa dépendance alimentaire. L’insécurité alimentaire constitue un phénomène récurrent en Afrique de l’Ouest. Depuis les graves crises alimentaires des années 30, elle s’est…

Lire PDF
Une demande céréalière en forte croissance, sous l’influence des marchés urbains
Cécile Broutin

En Afrique de l’Ouest, la demande en céréales explose, sous l’effet de l’accroissement démographique et du développement des villes. Si la production régionale est elle aussi en augmentation, elle reste toutefois insuffisante, surtout concernant le riz et le blé. Une place variable des céréales dans les régimes alimentaires. Les céréales occupent une place importante dans l’alimentation des ménages en Afrique de l’Ouest. Chaque année, la région consomme de 62 à 65 millions de tonnes de céréales. Ces chiffres…

Lire PDF
Un modèle de croissance des productions céréalières en bout de course ?
Inter-réseaux

Ces trente dernières années, de manière différenciée selon les bassins de production, la production céréalière ouest africaine a globalement connu une forte croissance, qui s’est davantage traduite par une augmentation des superficies cultivées que par une augmentation des rendements. Une offre régionale de céréales en croissance forte. La production totale en céréales de l’Afrique de l’Ouest porte actuellement sur un volume situé entre 52 et 56 millions de tonnes, pour une population d’environ 300 millions d’habitants. Elle a…

Lire PDF
Introduction du dossier GDS 54-56

La crise alimentaire induite par la hausse des prix en 2007-2008 a mis en exergue les risques d’une trop grande dépendance alimentaire de l’Afrique de l’Ouest à l’égard des importations du marché mondial. Alors que l’économie productive régionale repose principalement sur l’agriculture, la région n’en importe pas moins une part importante de ses besoins alimentaires, surtout des céréales. Selon de nombreuses estimations liées notamment au boom démographique de cette région, elle va devoir au minimum doubler sa production…

Lire PDF
Grain de Sel n°54-56 – Les céréales au coeur de la souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest

La crise alimentaire induite par la hausse des prix en 2007-2008 a mis en exergue les risques d’une trop grande dépendance alimentaire de l’Afrique de l’Ouest à l’égard des importations du marché mondial. Alors que l’économie productive régionale repose principalement sur l’agriculture, la région n’en importe pas moins une part importante de ses besoins alimentaires, surtout des céréales. Selon de nombreuses estimations liées notamment au boom démographique de cette région, elle va devoir au minimum doubler sa production…

Lire
L’agriculture familiale produit une « révolution cacaoyère » en Indonésie
Charlotte Martin, François Ruf, Yoddang

La recherche sur le cacao a longtemps privilégié l’amélioration génétique par hybride. Or le clonage peut faire des miracles. S’il reste encore peu adopté par les paysans, une « révolution cacaoyère » a commencé en Indonésie, où un projet s’est appuyé sur les réseaux familiaux pour la diffusion et la promotion des techniques. Dans le district de Luwu Est, les premières plantations de cacao sont créées au début des années 80. Dès 2000, les terres manquent, les plantations…

Lire PDF
Pour des dispositifs publics adaptés aux stratégies des pasteurs
Réseau Billital Maroobé (RBM)

En 2009/2010, les pays sahéliens ont connu une crise pastorale profonde qui a fait l’objet d’une réponse tardive et mal ciblée de la part des dispositifs publics de prévention et de gestion des crises en place. Retour sur cette expérience et recommandations aux décideurs. La crise pastorale de 2009/2010, par son ampleur géographique du Tchad au Mali, en passant par le Niger et le Burkina Faso, et par le déficit accru de pâturage qui l’a caractérisée, a rappelé…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Ndedi Bau Akama
Ndedi Bau Akama

Grain de sel : Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Ndedi Bau Akama : Titulaire d’une licence en sciences naturelles obtenue à la Faculté des Sciences de l’université de Yaoundé en 1990, j’ai été tour à tour enseignant au City Bilingual Academy à Yaoundé et cadre à la Cameroon Development Corporation (CDC). En 1998, je quitte la CDC pour m’engager dans l’activité agricole et je deviens en décembre 1998 membre de la Konye Area Farmers Cooperative (Konaf Coop…

Lire PDF
Les céréales au coeur de la souveraineté alimentaire
Freddy Destrait

Malgré une production céréalière multipliée par trois ces trente dernières années, la dépendance de l’Afrique de l’Ouest à l’égard des importations s’est accrue pour couvrir sa demande interne. La région importe aujourd’hui environ 13 millions de tonnes de céréales, surtout du riz et du blé. Le manque à gagner pour les producteurs et l’économie de la région est considérable. Avec la forte croissance démographique, qui s’accompagne d’une explosion de la population urbaine et de changements des habitudes alimentaires,…

Lire PDF
Activités d’Inter-réseaux entre avril et décembre 2011
Inter-réseaux

Inter-réseaux sort une nouvelle publication, en partenariat avec SOS Faim Début 2011, Inter-réseaux et SOS Faim ont défini ensemble un nouveau format de publication trimestrielle, les « bulletins de synthèse souveraineté alimentaire » (BDS). Ces BDS visent plusieurs objectifs : (i) faire le point sur un sujet en incluant les derniers éléments de débat ; (ii) attirer l’attention des lecteurs sur quelques documents clés aussi récents que possible, la synthèse se fondant sur une lecture attentive de ces…

Lire PDF
Commercialisation du riz local au Sénégal: la SPCRS est-elle la solution ?
Dr. Ibrahima Hathié

Créée en 2010, la Société de promotion et de commercialisation du riz au Sénégal (SPCRS) suscite beaucoup d’espoir. Elle est censée contribuer à une meilleure pénétration du riz local dans les circuits de distribution urbains, et accroître ainsi ses parts de marché au détriment du riz importé. Cette initiative relève d’un véritable pari et les risques d’aboutir à une impasse sont réels. Avec son retrait de la commercialisation du riz consécutive à la libération de la filière rizicole…

Lire PDF