Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 10 avril 2009

L’État au secours de la production rizicole au Burkina Faso ?

guenguere_armel/patrickdelmas

Organisations interprofessionnellesRizBurkina Faso

Vous lisez un article de la publication "44 : Les organisations interprofessionnelles".

Le « programme d’urgence pour la sécurité alimentaire » du gouvernement burkinabè comprenait un gros volet de soutien à la production rizicole. À l’heure de la commercialisation du riz, les débats apparaissent. Pas facile de satisfaire producteurs et consommateurs, en fixant un prix non prohibitif et rémunérateur…

Le riz fait partie des habitudes alimentaires du Burkina (25 kg par habitant et par an) surtout en milieu urbain (50 kg par personne et par an). La croissance de la consommation de ce produit a fortement augmenté en 2005, année déficitaire en céréales, où le riz était alors importé à un prix bas. Avant 2008, le Burkina produisait 60 000 tonnes de riz « blanc » soit 100 000 tonnes de paddy et en importait quatre à cinq fois plus, soit environ 250 à 300 000 tonnes. Compte tenu de la part autoconsommée par les producteurs dans les zones de production, la quantité de riz local arrivant sur les marchés urbains restait faible (provenant surtout des périmètres irrigués), saisonnière, et surtout largement minoritaire en milieu urbain. La facture des importations est estimée pour le pays à 40 milliards de FCFA soit approximativement plus du quart des recettes cotonnières.

Le Gouvernement du Burkina prend des mesures en réponse à la crise alimentaire
Début 2008, la flambée des prix des produits de base importés (lait, huile, sucre, etc.) et du riz évidemment, provoque des manifestations violentes contre la « vie chère » dans les grandes villes. Le Gouvernement prend des mesures pour réduire le coût des produits alimentaires importés : des mesures essentiellement fiscales par la suppression ou la diminution des droits de douanes et de la TVA, des mesures pour fixer et contrôler les prix (peu opérantes) et des interventions sur le marché, notamment des ventes de céréales à prix réduit. En plus de cela, le Gouvernement lance un « programme d’urgence pour la sécurité alimentaire » afin d’augmenter les productions vivrières de la campagne 2008, en ciblant plus particulièrement la production rizicole.

Appui à la production rizicole et soutien à la commercialisation
Ainsi sont prévus la distribution gratuite de 2 750 tonnes de semences de riz, la vente à crédit et à un prix subventionné de 10 000 tonnes d’engrais et l’envoi « d’encadrement technique » sur les principaux périmètres rizicoles. Les « semences sélectionnées » ne sont pas toutes des semences (souvent du paddy « tout venant » acheté aux coopératives), les engrais ou le personnel technique n’arrivent pas toujours à temps, mais globalement ces mesures encouragent fortement la production rizicole, notamment pluviale dans les centaines de bas-fonds du Burkina. Un encouragement appuyé par une météo très favorable pour la riziculture de bas-fonds.
Les chiffres annoncés pour la récolte sont « énormes », la production aurait augmenté de 242% passant de 68 000 tonnes à 235 000 tonnes de riz blanc, soit 350 000 tonnes de paddy. Les autres productions vivrières sont également en augmentation.
Les responsables du plan d’urgence anticipent ces augmentations de production en voulant soutenir la commercialisation à des « prix rémunérateurs ». Un « comité de réflexion » d’une cinquantaine de personnes est mis en place avec des représentants des commerçants, des consommateurs, une majorité d’agents de l’administration et de projets et… trois ou quatre représentants des producteurs. Son objectif : fixer un prix à la fois « rémunérateur » pour les producteurs et intéressant pour les consommateurs. Il est également prévu de remettre en route les unités industrielles de décorticage dont une grande partie ne fonctionnent plus depuis 2004 et de voir comment l’État et les commerçants organiseront la collecte du paddy et la commercialisation du riz.

Du prix « rémunérateur » au « prix plancher »… l’État tranche
Divers scénarios de prix sont étudiés par le Comité de réflexion prenant en compte théoriquement les coûts de production des riziculteurs, les charges et les marges des différents acteurs (producteurs, transformateurs et commerçants). En septembre, le groupe arrive aux recommandations suivantes : un coût de production estimé à 103 FCFA, un prix de vente au consommateur à 350 FCFA et un prix d’achat du paddy aux producteurs de 125 ou 135 FCFA, tout en faisant une recommandation forte pour que l’État puisse ajouter une prime, afin d’encourager les producteurs à accroître leur production et leur productivité.
Mais lors de la réunion suivante, en octobre, il n’est plus question de négociation. Le Gouvernement « propose » un prix qui n’est plus qualifié de « rémunérateur » mais de « plancher » : 115 F/kg. De plus la commercialisation sera organisée afin que les producteurs livrent (aux unités de transformation et commerçants) 90% de leur production dont 15% seront destinés aux femmes étuveuses. Les représentants des producteurs sortent de la réunion sans valider ce prix, jugé trop bas. En effet, au même moment, les étuveuses achètent le paddy à 150/160 FCFA le kg. Par la suite ils demandent officiellement que le prix du paddy soit fixé à 175 FCFA.
Deux rencontres rassemblant commerçants, transformateurs et producteurs sont organisées par le Comité interprofessionnel du riz, mais elles ne permettent pas d’arriver à un accord. Il est quand même décidé que les producteurs vendent du paddy à 115 FCFA pour rembourser les intrants fournis à crédit par l’État. Pour les autres opérateurs, le prix sera fixé lors des transactions. Les femmes étuveuses continuent à acheter une grande partie de la production autour de 150 F/kg de paddy. Les paysans des bas-fonds rizicoles, peu organisés et peu informés, ont commencé à vendre à 115 F/kg en trouvant ce prix rémunérateur. Depuis certains se sont rendus compte que les collecteurs revendaient à des prix nettement plus élevés et ont aligné leurs prix sur ceux des périmètres irrigués.


État et producteurs : des préoccupations et priorités différentes
Il est évident que l’État recherche un prix du riz le plus bas possible pour satisfaire ou venir en aide aux populations urbaines frappées par la crise et capables de manifestations explicites de leur mécontentement. L’État estime également qu’il a apporté une aide substantielle aux producteurs et donc qu’en retour, les producteurs doivent fournir les consommateurs à un prix jugé raisonnable.
Mais, ces dernières années, les paysans ont dû faire face aux aspects négatifs de la loi du marché – les prix étaient bas, c’était à eux d’être compétitifs… Maintenant que la fameuse « loi du marché » est davantage en leur faveur, il leur faudrait vendre leur production à un prix beaucoup plus bas. Est-ce juste ?
Mais surtout il est dommage que les intentions du groupe de réflexion ne se soient pas concrétisées. Les membres de ce groupe avaient semble-t-il bien compris que pour relancer la riziculture burkinabè, il était important que les producteurs puissent avoir des revenus plus élevés, susceptibles non seulement de les nourrir, mais en plus de leur permettre d’inÛ vestir. C’est cet investissement dans l’entretien des infrastructures et surtout dans l’amélioration de la productivité qui peut permettre, à moyen terme, une augmentation de la productivité et la fourniture de riz à des prix compatibles avec les revenus de la population.

« L’État n’a pas peur de vous les paysans. En février, ceux qui ont cassé les villes de Bobo, de Ouaga, de Banfora, etc. n’étaient pas des paysans, mais bien des fonctionnaires. C’est ceux-la qui peuvent faire tomber le Gouvernement et les autorités en sont bien conscientes… ». Ce « cadre du ministère » qui s’exprime très bien, mais loin de certaines oreilles indiscrètes a tout résumé, car depuis 1997 (plus de 10 ans) nos autorités ne jurent que par les lois du marché, pour rémunérer les producteurs. Or si depuis janvier 2008, les lois du marché sont favorables aux producteurs, et qu’ils devraient être rémunérés par le marché pour la première fois depuis plus de 10 ans survient le prix plancher ! Une source de discorde importante entre l’État et les producteurs. Ces derniers estiment que le prix plancher est bien un prix minimum et que si certains acteurs leur proposent d’acheter à un prix supérieur ils sont libres de vendre. En revanche, le ministre de l’Agriculture s’estime « feinté », et traite les producteurs de manipulateurs attirés par le profit… En effet, l’État avait dégagé un budget de 4 milliards de FCFA pour acheter du riz au prix plancher afin de ravitailler les hôpitaux, les écoles, l’armée, mais les paysans ne veulent pas vendre à ce prix. Si le soutien du Gouvernement en matière de relance de la filière « riz local » leur a été bénéfique, les relations entre État et producteurs ne sont donc pas au beau fixe. Ainsi, le 9 février dernier, le journal Sidwaya relatait- il les propos du ministre de l’Agriculture Laurent Sédégo : « Vous nous avez feinté et c’est décevant. […] Nous n’achèterons pas votre riz à plus de 115 FCFA le kg. Autant revenir au riz importé ! ».
Des tensions regrettables, surtout après de réels efforts de concertation… qui avaient été un des rares effets « positifs » de la crise alimentaire. Gageons que chacun saura raison garder, pour que tous s’y retrouvent, consommateurs comme producteurs.

Armel Guenguéré est étudiante en Économie et Sciences de gestion, en 4e année à l’Université de Koudougou, et réalise un stage sur les comptes d’exploitations des étuveuses de riz.

Patrick Delmas est membre du comité de rédaction de Grain de sel et membre d’Inter-réseaux.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "44 : Les organisations interprofessionnelles".

L’agriculture africaine sous les projecteurs : deux rencontres organisées à Paris fin 2008

Alors que la crise alimentaire mondiale ouvre de nouvelles perspectives pour l’agriculture africaine, la Présidence française de l’Union européenne (PFUE) a pris l’initiative de réunir le 8 décembre, des ministres d’Europe et d’Afrique subsaharienne, des bailleurs de fonds, des producteurs mais aussi des banques et des opérateurs économiques autour d’un Forum de haut niveau sur le financement des investissements pour l’agriculture en Afrique subsaharienne. Le lendemain, un débat s’est concentré sur la politique agricole régionale de la Cedeao…

Lire PDF
Vie du réseau GDS 44
joelteyssier

Quelques rencontres, parmi tant d’autres… Les 28 et 29 janvier 2009 s’est déroulée la deuxième édition de « La journée du paysan » à Niamey (Niger). Inter-réseaux Développement rural était présent aux côtés de la Plate-forme paysanne du Niger (PFPN) et de ses partenaires. Cette année, la PFPN a donné à l’événement une dimension internationale en invitant d’autres plates-formes paysannes de la région, de même que des partenaires européens et canadiens. Trois platesformes d’Afrique de l’Ouest étaient ainsi…

Lire PDF
Kiosque GDS 44

École aux champs. Pour une démarche de communication. Hugues Dupriez « École aux champs » se veut un outil de travail à l’usage des acteurs du développement rural, aidant à comprendre le monde paysan, avec ses contraintes et les connaissances et expériences qu’il a accumulées. Adoptant un point de vue critique sur les relations de savoir et de pouvoir dont sont victimes les paysans africains, cet ouvrage cherche à fournir des éléments pédagogiques et méthodologiques pour soutenir leurs…

Lire
Repères : Éclairage sur les agrocarburants
La rédaction de GDS

Auteur: Sarah Bouziri, la rédaction de Grain de sel gds@interreseaux.org Raréfaction du pétrole, hausse des prix du baril et réchauffement climatique ont accéléré le développement des agrocarburants. Mais, du fait de la hausse des prix agricoles et d’un bilan environnemental discutable, ces derniers sont aujourd’hui de plus en plus décriés. Qu’en est-il précisément et quels sont les enjeux ? Éclairages… Une petite place dans les énergies Dans le bouquet énergétique global, on trouve 35 % de pétrole contre…

Lire PDF
Coton : une crise de plus pour une filière qui était déjà mal en point…
Hadj Lakhal

L’année 2008 a été celle de toutes les incertitudes pour le négoce du coton. À l’instar des autres matières premières, le marché a connu des mouvements incessants pour, finalement, tomber dans « la déprime » lors du dernier trimestre. En dépit de la volatilité des cours entre janvier et août, la filière pouvait, mutatis mutandis, entretenir certaines illusions quant à une évolution favorable des choses. Et patatras ! Entre le mois d’août avec une moyenne mensuelle de l’indice…

Lire PDF
Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement
Loic Colin, Nadjirou Sall, Souleymane Ouattara, alothore, vtitep

De multiples organisations d’agriculteurs, ONG, projets, services agricoles, chercheurs, utilisent aujourd’hui l’outil vidéo, pour diffuser de l’information, partager des expériences, sensibiliser sur un problème, promouvoir leurs activités, faire entendre leur voix…Les modes de faire et les démarches de ces acteurs diffèrent en fonction notamment de : Qui demande la vidéo ? Qui la finance ? Qui décide de son contenu ? Qui fait les prises de vues) ? Qui visionne l’ensemble des scènes filmées et donc décide quels…

Lire PDF
Une Plate-forme riz pour des concertations constructives
Faliry Boly, patrickdelmas

La Plate-forme nationale des riziculteurs du Mali est officiellement née le 19 janvier 2008. Pour autant, cette jeune structure a fait preuve de maturité, se donnant le temps de la construction pour mieux défendre les intérêts de ses membres et devenir le cadre de concertation incontournable des OP rizicoles maliennes. Article rédigé à partir d’une note de Patrick Delmas (Afdi AO) en ligne sur notre site : www.interreseaux.org/article.php3?id_article=2775, complétée par un entretien de la rédaction avec Faliry Boly,…

Lire PDF
Pour aller plus loin et participer aux échanges : Un Groupe de travail Inter-réseaux sur les OIP
joelteyssier

Si les organisations interprofessionnelles (OIP) suscitent aujourd’hui de l’intérêt de la part de nombreux acteurs (professionnels des filières agricoles, États et partenaires au développement, etc.), force est de constater que leurs expériences restent mal connues, faiblement analysées et peu partagées. Devant ces constats, il est apparu important d’ouvrir un espace de réflexions collectives sur la thématique des OIP, autour d’expériences concrètes. Pour cela, un Groupe de travail thématique sur les OIP est animé par le secrétariat exécutif d’Inter-réseaux,…

Lire
Diversité, enjeux et conditions de succès des organisations interprofessionnelles
Cécile Broutin, Guillaume Duteurtre, joelteyssier, lliagre

Après plusieurs années de fonctionnement, que peut-on dire aujourd’hui des organisations interprofessionnelles existantes en Afrique de l’ouest ? Constituent-elles des modèles à encourager ? Après avoir examiné les organisations interprofessionnelles (OIP) dans leur diversité, nous soulignerons leurs facteurs de réussite et nous discuterons de leur capacité à participer, à côté de l’État, aux fonctions de régulation des marchés agricoles et alimentaires. Des dispositifs interprofessionnels variés en fonction des filières et des contextes En Afrique subsaharienne, on peut distinguer…

Lire PDF
En France, des interprofessions différentes adaptées à leur contexte
afdicentre

Les interprofessions en France sont nées de la mobilisation des producteurs agricoles, dans des filières et des contextes variés. Cet article présente trois exemples venant illustrer leur diversité. Les interprofessions agricoles « à la française » sont un type très spécifique d’organisation de filière. Elles ont souvent valeur de référence en Afrique de l’Ouest, mais on oublie parfois qu’elles sont le fruit d’histoires et d’engagements d’acteurs des filières, et en particulier des producteurs, dans des circonstances souvent difficiles….

Lire PDF
Préparer les organisations paysannes à mieux investir les OIP
Daouda Diagne

Au Sénégal, la Fongs – Action paysanne, fédération rassemblant 31 associations paysannes (et plus de 150 000 membres), mène des actions à différents niveaux afin de préparer les producteurs et leurs organisations à mieux s’impliquer dans les dynamiques interprofessionnelles. Depuis le désengagement de l’Etat sénégalais des filières agricoles dans les années 90, plusieurs organisations interprofessionnelles (OIP) ont vu le jour, certaines plutôt impulsées par les autorités publiques (sur les filières riz, arachide, etc.), d’autres nées de la volonté…

Lire PDF
La Plate-forme de concertation et de pilotage de la filière riz, base pragmatique et progressive d’une interprofession
benz, ojenntreyer

En juillet 2005, la Plate-forme de concertation et de pilotage de la filière riz (PCPRiz) a été créée à Madagascar. Cette instance de suivi, concertation et pilotage de la filière, bien que manquant de moyens à sa création, s’est assez vite imposée dans le secteur rizicole malgache.Madagascar a vécu en 2004-2005 une sérieuse crise sur son marché du riz, suite à une combinaison de facteurs physiques et monétaires, internes et externes : cyclones, estimation erronée de la production…

Lire PDF
Le CICB, une interprofession utile et nécessaire pour les producteurs ?
cicb, tressapoulou

Malgré les difficultés du Comité interprofessionnel des filières céréales et niébé du Burkina Faso (CICB), les producteurs de céréales ne souhaitent pas enterrer cette interprofession. Pourquoi ? Quels intérêts trouvent-ils dans cette organisation ? Entretien avec Soumaïla Sanou, président du CICB et Bassiaka Dao, président de la Confédération paysanne du Faso (CPF) Grain de sel : Pouvez-vous présenter brièvement le CICB ? Soumaïla Sanou et Bassiaka Dao : Le Comité interprofessionnel des filières céréales et niébé du Burkina…

Lire PDF
Dans la vallée du fleuve Sénégal, différentes histoires interprofessionnelles autour de la tomate industrielle et du riz
Amadou Abdoulaye Fall, Saliou Sarr

Alors que l’expérience interprofessionnelle de la filière tomate industrielle est présentée comme un succès, celle du riz laisse plus sceptique. Une même zone de production, les mêmes producteurs et leaders paysans, les mêmes idées et ambitions… et pourtant deux organisations bien différentes. Pourquoi ? Une Success story du comité « tomate industrielle » ? La culture industrielle de la tomate a été introduite au Sénégal en 1969. Dès cette époque, une entreprise franco-sénégalaise, la Société de conserves alimentaires…

Lire PDF
Les organisations interprofessionnelles en Afrique de l’Ouest, des réponses à la libéralisation
Cécile Broutin, Guillaume Duteurtre, joelteyssier, lliagre

Qu’entend-on par organisation interprofessionnelle ? Comment ces organisations sont-elles apparues, sous l’impulsion de quels acteurs, dans quelles filières et pour répondre à quels enjeux ? Quelles sont les réalités actuelles de ces organisations en Afrique de l’Ouest ? Présentation et analyses. On assiste depuis 15 ans à l’émergence de nouvelles organisations dans les filières agricoles africaines. Les interprofessions, cadres de concertation, comités interprofessionnels ou tables filières, sont autant de formes d’organisations dites « interprofessionnelles » qui sont apparues…

Lire PDF
Introduction dossier GDS 44
joelteyssier

En Afrique subsaharienne, les organisations d’acteurs au sein des filières agricoles – entre autres, les organisations interprofessionnelles -, se multiplient ces dernières années et suscitent un fort intérêt de la part des acteurs économiques des filières, des décideurs politiques et des partenaires au développement. Présentées par certains comme des outils efficaces permettant d’organiser les marchés, de structurer les filières et de faciliter les relations entre les acteurs privés et les pouvoirs publics, les expériences des organisations interprofessionnelles (OIP)…

Lire
OGM, du Mali au Burkina Faso, quels enjeux ?
asamake, legilea

Où en est-on avec les OGM en Afrique de l’Ouest ? Alors que le Mali adoptait une loi sur la biosécurité controversée en novembre dernier, le Burkina Faso a introduit le coton OGM. GDS donne la parole à A.-F. Samaké, membre de la Copagen et A. Legile (AFD), qui a assisté au forum coton OGM organisé à Ouagadougou (Burkina Faso). Entretien avec Assétou Founè Samaké, asamake@ml.refer.org, biologiste généticienne à l’Irpad, membre de la Coalition pour la protection du…

Lire PDF
L’État au secours de la production rizicole au Burkina Faso ?
guenguere_armel, patrickdelmas

Le « programme d’urgence pour la sécurité alimentaire » du gouvernement burkinabè comprenait un gros volet de soutien à la production rizicole. À l’heure de la commercialisation du riz, les débats apparaissent. Pas facile de satisfaire producteurs et consommateurs, en fixant un prix non prohibitif et rémunérateur… Le riz fait partie des habitudes alimentaires du Burkina (25 kg par habitant et par an) surtout en milieu urbain (50 kg par personne et par an). La croissance de la…

Des subventions aux intrants stimulent la production au Malawi
Dyborn Chibonga

En 2005, le Malawi a appuyé ses petits producteurs par la fourniture d’intrants à prix subventionnés. La production a atteint 3,6 Mt de maïs, soit plus du double des besoins du pays. La communauté internationale, après s’être montrée sceptique, constate et admire les résultats. Cette médaille a-t-elle un revers ? Entretien avec Dyborn Chibonga, dchibonga@nasfam.org, secrétaire exécutif de l’Association des petits producteurs du Malawi (National Smallholder Farmers’ Association of Malawi, Nasfam). Plus d’information: www.nasfam.org Grain de sel :…

Lire PDF
Grain de sel n°44 : Les organisations interprofessionnelles

En Afrique subsaharienne, les organisations d’acteurs au sein des filières agricoles – entre autres, les organisations interprofessionnelles -, se multiplient ces dernières années et suscitent un fort intérêt de la part des acteurs économiques des filières, des décideurs politiques et des partenaires au développement. Présentées par certains comme des outils efficaces permettant d’organiser les marchés, de structurer les filières et de faciliter les relations entre les acteurs privés et les pouvoirs publics, les expériences des organisations interprofessionnelles (OIP)…

Lire
L’invitée de Grain de sel : Salimata Diarra
Salimata Diarra

Salimata Diarra est présidente de l’Association des consommateurs du Mali (Ascoma) depuis sa création, en 1991, ascoma70@yahoo.fr. Elle était de passage à Paris à l’occasion de la conférence « Défi alimentaire mondial, la contribution des sociétés civiles organisées » par le Conseil économique, social et environnemental français et le Comité économique et social européen. Grain de sel : Qu’est-ce que l’Ascoma ? Salimata Diarra : L’Association des consommateurs du Mali (Ascoma) est la première du genre au Mali….

Lire PDF
Editorial : Difficultés de prise en compte des contre pouvoirs
La rédaction de GDS

Grain de sel souhaite partager avec vous sa préoccupation relative à deux événements récents qui illustrent une dégradation des relations entre pouvoir et société civile. Au Cameroun, Bernard Njonga, président de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic), directeur des publications de La Voix du paysan était interpellé le 10 décembre 2008 par la police au cours d’une manifestation contre la corruption. Interrogé puis placé en détention, il devait rester enfermé 24 heures. Son crime ? Avoir…

Lire PDF
Présentation et actualité d’Inter-réseaux (GDS44)

Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles d’Inter-réseaux, mais celles des auteurs. Les photos, quand elles ne sont pas créditées, sont de la rédaction, de même que les articles non signés. Photo de couverture : © H. David-Benz Tous les articles sont libres de droit. En cas de rediffusion, merci de faire figurer la mention « © Grain de sel » et de nous envoyer une copie de la publication. Grain de sel est imprimé sur du…

Lire PDF
Présentation et actualité d’Inter-réseaux

Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles d’Inter-réseaux, mais celles des auteurs. Les photos, quand elles ne sont pas créditées, sont de la rédaction, de même que les articles non signés. Photo de couverture : © P. Delmas (Afdi). Tous les articles sont libres de droit. En cas de rediffusion, merci de faire figurer la mention « © Grain de sel » et de nous envoyer une copie de la publication. Grain de sel est imprimé sur…

Lire PDF
Editorial : Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ?
La rédaction de GDS

Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ? Longtemps nous avons hésité entre titrer notre dossier sur la « hausse » des prix ou sur leur « volatilité ». Après le pic des prix début 2008 sur les marchés internationaux, on assiste à une baisse. Après des prix records, le baril de pétrole est en chute libre. Dans de nombreux pays, les récoltes, dopées par les bonnes conditions climatiques et les programmes d’urgence, s’annoncent…

Lire PDF
Les défis de l’agriculture à moyen terme
Bruno Vindel

Les spectaculaires augmentations des prix des produits agricoles ont relancé les débats sur la sécurité alimentaire mondiale et les inquiétudes sur la capacité de la planète à nourrir une population croissante. Au-delà des mesures prises actuellement pour conjurer la crise, qu’en sera-t-il réellement à terme ?À l’horizon de 2030, les principales forces motrices de la question alimentaire et agricole mondiale sont multiples : accroissement démographique mondial, changement climatique, questions énergétiques, transition alimentaire ¹ dans les pays émergents, règles…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Moussa Para Diallo
fpfd2002

Moussa Para Diallo est un des leaders paysans ouest africains les plus aguerris et respectés (coauteur, avec Jean Vogel de L’Afrique qui réussit. Éd. Syros, 1996). Il est, depuis 1992, président de la Fédération des paysans du Fouta Djallon. Il nous a consacré une heure lors d’un passage à Paris (15/09/08), entretien mené avec la participation de Mamadou Kourahoye Diallo, responsable commercialisation. Grain de sel : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Moussa Para Diallo : Je…

Lire PDF
Le « Pourghère » ou Jatropha, agrocarburant d’avenir ?
Les équipes siège et antenne pays (Mali et Bénin) du Geres

A l’heure où nombre d’acteurs dénoncent un engouement aveugle pour les agrocarburants, loin des plantations industrielles, le Geres expérimente la culture du Pourghère dont un usage adapté pourrait répondre aux besoins des paysans africains sans menacer leur sécurité alimentaire. Cet article vous inspire ? Écrivez-nous à gds@inter-reseaux.org.De nombreux pays (en Amérique latine, Asie, aux États- Unis, en Europe) ont adopté des politiques ambitieuses de développement des agrocarburants, impliquant généralement des modes de production à échelle industrielle. Ainsi, l’Union…

Lire PDF
Côte d’Ivoire : la terre de plus en plus chère
François Ruf

Certaines régions de Côte d’Ivoire seraient-elles en passe de prendre modèle sur le Brésil en matière de foncier rural ? À l’heure où les investisseurs se bousculent pour acheter des terres où planter des forêts d’hévéas, la question se pose. Si l’hévéa est une chance pour les petits agriculteurs familiaux, ils ne sortent pas gagnants de cette concurrence sur la terre.« LES GROSSES VOITURES tournent constamment à la recherche de forêts » . À l’orée d’un village de…

Lire PDF
Poser les bonnes questions, inventer de nouvelles réponses pour des politiques agricoles adaptées et efficaces
Ibrahim Assane Mayaki

L’actualité est là pour nous le rappeler : l’agriculture est un des grands enjeux du 21ème siècle. L’augmentation des prix des produits alimentaires dans le monde, due en grande partie à leur raréfaction, vient rappeler soudain que la planète doit maîtriser sa consommation et sa production. Auparavant, les famines semblaient réservées à l’Afrique, aux pays en conflit, aux zones victimes de catastrophes climatiques. Désormais la rareté menace pratiquement tous les pays, y compris les plus riches. D’un autre…

Lire PDF