The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 10 avril 2009

Repères : Éclairage sur les agrocarburants

La rédaction de GDS

AgrocarburantOrganisations interprofessionnelles

Vous lisez un article de la publication "44 : Les organisations interprofessionnelles".

Auteur:
Sarah Bouziri, la rédaction de Grain de sel gds@interreseaux.org

Raréfaction du pétrole, hausse des prix du baril et réchauffement climatique ont accéléré le développement des agrocarburants. Mais, du fait de la hausse des prix agricoles et d’un bilan environnemental discutable, ces derniers sont aujourd’hui de plus en plus décriés. Qu’en est-il précisément et quels sont les enjeux ? Éclairages…

Une petite place dans les énergies
Dans le bouquet énergétique global, on trouve 35 % de pétrole contre 10 % de biomasse et déchets, dont seulement 1 % d’agrocarburants (carburants issus de productions agricoles), une niche donc sur le marché de l’énergie. Ils sont présentés comme une des solutions alternatives au pétrole (énergie fossile), avec l’énergie éolienne, hydraulique, solaire, le biogaz, etc. Solution partielle, la transformation en énergie de la biomasse planétaire (bois, biogaz et agrocarburants) ne pouvant satisfaire les niveaux de consommation actuels. Il faut aussi rappeler que le principal levier de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est de diminuer la consommation d’énergie.

L’alcool et l’huile : deux énergies pour nos moteurs
Les agrocarburants ont été désignés comme solution pour « rouler propre ». Leur combustion est sensée dégager moins de GES que celle du pétrole (bien que désormais, diester ou diesel dégagent quasiment la même chose). Mais surtout il ne s’agit pas de carburant fossile et donc leur bilan carbone devrait être nettement plus favorable que ceux du pétrole et ses dérivés. Le boom du prix du pétrole a également provoqué un vif engouement pour ces énergies. Il existe aujourd’hui 2 filières :

  • La « filière alcool » du bioéthanol/ agroéthanol issu de la fermentation alcoolique du sucre de betterave, canne à sucre, maïs, blé, sorgho doux, manioc, etc. ;
  • La « filière huile » du biodiesel/ agrodiesel issu de l’estérification ou de l’extraction directe d’huiles végétales de palme, colza, jatropha, tournesol, ricin, etc.

    Les rendements énergétiques sont très variables d’un produit à l’autre et les agrocarburants peuvent être mélangés aux carburants fossiles selon des proportions variables (5 à 100 %). Ainsi l’éthanol issu de la canne à sucre offre un meilleur « impact environnemental » que l’éthanol issu du maïs des États-Unis et le biodiesel européen.

    L’histoire des agrocarburants n’en est qu’à ses débuts
    Ces dernières années, la production mondiale d’agrocarburants a fortement augmenté, surtout pour l’éthanol qui atteint plus de 60 milliards de litres en 2007 contre 10 milliards pour le biodiesel. C’est au Brésil que la production d’éthanol à base de canne à sucre a été initiée à grande échelle suite au premier choc pétrolier (1973).
    La première génération, issue de matières premières alimentaires (graines de colza, soja, tournesol, canne à sucre, etc.) dispose d’un bilan environnemental aujourd’hui critiqué. Par ailleurs, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que l’augmentation de la production d’agrocarburants est responsable de 1/4 à 1/3 de l’augmentation des prix des matières premières agricoles.
    La deuxième génération, issue des matières premières non alimentaires ligno- cellulosiques (productions végétales non alimentaires, déchets agricoles et débris végétaux, bois, feuilles, tiges, pailles, etc.), aurait un effet meilleur sur l’environnement et moindre sur la sécurité alimentaire. Bien que les cultures du miscanthus, du jatropha, du moringa, etc., seraient tout de même source de concurrence sur les terres et les ressources, et détourneraient des producteurs des cultures alimentaires.
    La troisième génération, issue de microalgues, est encore un sujet de recherche pour de nombreuses années, même si le premier vol expérimental d’un avion de ligne avec carburant partiellement issu de microalgues a eu lieu début janvier 2009.


    Les risques et les opportunités sont à évaluer selon les cas
    La distinction entre 1ière et 2ième génération ne suffit pas pour révéler la complexité de ces nouvelles filières, la destination des productions et leurs modes de cultures étant déterminants dans l’écobilan global comme le montrent les deux exemples suivants.

    Les agrocarburants destinés à l’exportation sont en majorité issus des grandes monocultures intensives allant jusqu’à plusieurs milliers d’hectares (Brésil, États-Unis, Indonésie, etc.) et font l’objet de nombreuses critiques. L’écobilan global est médiocre par rapport à celui du pétrole si l’on considère les consommations d’eau, d’engrais (issus du pétrole), de pesticides, de terres, et de carburants. Selon Paul Crutzen, la production d’1 litre d’agrocarburant en intensif (engrais azotés) peut contribuer jusqu’à 2 fois plus à l’effet de serre que la combustion d’1 litre de pétrole.
    Pour Jean-Marc von der Weid, « les capitaux investis dans l’industrie du sucre misent sur les meilleures terres » brésiliennes et les surfaces vivrières reculent tandis que la forêt et la biodiversité sont menacées. De plus, ces grandes monocultures augmentent la pression foncière, souvent aux dépens de la forêt, et menacent les agricultures familiales vivrières.

    Les « Filières de proximité », leviers de développement local ? Des projets pilotes sont lancés dans plusieurs pays africains I. Il s’agit de mettre en place des cultures énergétiques destinées à la consommation locale d’huile pure dans les campagnes isolées. L’énergie obtenue sert alors à produire de la lumière et à faire tourner des moulins à grains, des pompes à eau, des machines à souder, des tracteurs, etc. Cette énergie étant moins coûteuse que le gasoil allège la facture énergétique des exploitations. Des co-produits peuvent aussi être valorisés en aliments du bétail. Le jatropha, plante non alimentaire, est également prônée du fait de sa capacité à pousser sur sols pauvres ou en haies autour de champs cultivés ou de jardins.

    Un marché mondial porteur à terme
    La Conférence des Nations unies sur le changement climatique à Copenhague (décembre 2009) doit aboutir à la signature d’un accord climatique s’inscrivant dans la suite du protocole de Kyoto. En attendant, les pays se préparent.
    L’Union européenne a adopté le « paquet climat-énergie » (décembre 2008) visant notamment à atteindre 20 % de consommation d’énergies renouvelables d’ici 2020. Il s’agit d’un enjeu économique de taille, notamment pour les producteurs français de betterave et de colza. Des importations sont cependant à prévoir. Il faut aussi signaler que, en France, suite au « Grenelle de l’environnement », le gouvernement a remis en cause le plan de soutien aux agrocarburants.
    La loi d’orientation sur l’énergie aux États-Unis (2007) prévoit de multiplier par 5 sa production d’agrocarburants d’ici 2022, soit atteindre 136 milliards de litres. Mais, après l’euphorie de 2007, la filière (producteurs et usines de distillation) affiche des résultats désastreux en 2008 du fait de la chute de la demande et des prix du pétrole.
    Le Brésil, premier producteur mondial d’éthanol, satisfait sa consommation nationale et cherche à développer ses exportations. Les surfaces consacrées à la canne à sucre augmentent de 15,7 % par an au sud du pays (Institut national d’études spatiales).
    Des politiques et stratégies nationales de promotion des agrocarburants sont aussi mises en place dans de nombreux pays ouest-africains (Sénégal, Ghana, Nigéria, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Niger, Mali, Bénin, etc.).


    L’avenir des agrocarburants doit donner lieu à étude, bilan et choix politiques
    Selon la FAO, les politiques publiques incitatives sont la principale cause de la croissance de la production d’agrocarburants. Ces derniers ne seraient en effet pas rentables sans subventions publiques (d’après la FAO, les pays de l’OCDE auraient soutenu les agrocarburants à hauteur de 11,3 milliards de dollars en 2006). Il convient de comparer dans la durée le coût moyen de l’extraction du pétrole dans les nouveaux gisements et le coût de production des agrocarburants.
    Ainsi, les enjeux des agrocarburants sont économiques (facture énergétique, intérêt en matière de développement local et rural), politiques (sécurité énergétique et souveraineté alimentaire, utilisation de la terre), sociaux (emploi, revenus) et environnementaux (bilan carbone, biodiversité, protection des forêts, utilisation d’organismes génétiquement modifiés, etc.).
    Les changements rapides de contexte mondial (volatilité des prix des produits alimentaires et du pétrole) ont fait évoluer les bases de raisonnement sur l’intérêt des agrocarburants produits actuellement. Une chose est sure : ils ont aujourd’hui une trop faible capacité à répondre aux besoins énergétiques sans nuire aux prix de l’alimentation et à l’environnement. La 2¨ génération et les filières de proximité suscitant beaucoup d’espoirs, la recherche doit continuer à étudier les bilans globaux, les effets sur l’affectation et la fertilité des sols, sur la gestion de l’eau, etc.

    Les futurs équilibres entre besoins alimentaires et énergétiques et entre impératifs économiques, politiques et écologiques restent à déterminer dans le cadre de larges concertations. Le développement des agrocarburants requiert des travaux approfondis et contradictoires sur leurs effets et impacts afin d’éclairer les choix politiques et l’élaboration des réglementations nationales, régionales et internationales.

    Dans le cadre de la préparation de cet article, plusieurs entretiens ont été réalisés. Lisez en ligne les points de vue de Baba Seid Bally, président de l’Association africaine de promotion des biocarburants (AAPB), Lionel Guezodje, secrétaire général de la Fédération des Unions de producteurs du Bénin (Fupro) et Nestor Mahinou, secrétaire exécutif de Synergie paysanne, syndicat agricole du Bénin.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "44 : Les organisations interprofessionnelles".

L’agriculture africaine sous les projecteurs : deux rencontres organisées à Paris fin 2008

Alors que la crise alimentaire mondiale ouvre de nouvelles perspectives pour l’agriculture africaine, la Présidence française de l’Union européenne (PFUE) a pris l’initiative de réunir le 8 décembre, des ministres d’Europe et d’Afrique subsaharienne, des bailleurs de fonds, des producteurs mais aussi des banques et des opérateurs économiques autour d’un Forum de haut niveau sur le financement des investissements pour l’agriculture en Afrique subsaharienne. Le lendemain, un débat s’est concentré sur la politique agricole régionale de la Cedeao…

Lire PDF
Vie du réseau GDS 44
joelteyssier

Quelques rencontres, parmi tant d’autres… Les 28 et 29 janvier 2009 s’est déroulée la deuxième édition de « La journée du paysan » à Niamey (Niger). Inter-réseaux Développement rural était présent aux côtés de la Plate-forme paysanne du Niger (PFPN) et de ses partenaires. Cette année, la PFPN a donné à l’événement une dimension internationale en invitant d’autres plates-formes paysannes de la région, de même que des partenaires européens et canadiens. Trois platesformes d’Afrique de l’Ouest étaient ainsi…

Lire PDF
Kiosque GDS 44

École aux champs. Pour une démarche de communication. Hugues Dupriez « École aux champs » se veut un outil de travail à l’usage des acteurs du développement rural, aidant à comprendre le monde paysan, avec ses contraintes et les connaissances et expériences qu’il a accumulées. Adoptant un point de vue critique sur les relations de savoir et de pouvoir dont sont victimes les paysans africains, cet ouvrage cherche à fournir des éléments pédagogiques et méthodologiques pour soutenir leurs…

Lire
Repères : Éclairage sur les agrocarburants
La rédaction de GDS

Auteur: Sarah Bouziri, la rédaction de Grain de sel gds@interreseaux.org Raréfaction du pétrole, hausse des prix du baril et réchauffement climatique ont accéléré le développement des agrocarburants. Mais, du fait de la hausse des prix agricoles et d’un bilan environnemental discutable, ces derniers sont aujourd’hui de plus en plus décriés. Qu’en est-il précisément et quels sont les enjeux ? Éclairages… Une petite place dans les énergies Dans le bouquet énergétique global, on trouve 35 % de pétrole contre…

Coton : une crise de plus pour une filière qui était déjà mal en point…
Hadj Lakhal

L’année 2008 a été celle de toutes les incertitudes pour le négoce du coton. À l’instar des autres matières premières, le marché a connu des mouvements incessants pour, finalement, tomber dans « la déprime » lors du dernier trimestre. En dépit de la volatilité des cours entre janvier et août, la filière pouvait, mutatis mutandis, entretenir certaines illusions quant à une évolution favorable des choses. Et patatras ! Entre le mois d’août avec une moyenne mensuelle de l’indice…

Lire PDF
Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement
Loic Colin, Nadjirou Sall, Souleymane Ouattara, alothore, vtitep

De multiples organisations d’agriculteurs, ONG, projets, services agricoles, chercheurs, utilisent aujourd’hui l’outil vidéo, pour diffuser de l’information, partager des expériences, sensibiliser sur un problème, promouvoir leurs activités, faire entendre leur voix…Les modes de faire et les démarches de ces acteurs diffèrent en fonction notamment de : Qui demande la vidéo ? Qui la finance ? Qui décide de son contenu ? Qui fait les prises de vues) ? Qui visionne l’ensemble des scènes filmées et donc décide quels…

Lire PDF
Une Plate-forme riz pour des concertations constructives
Faliry Boly, Patrick Delmas

La Plate-forme nationale des riziculteurs du Mali est officiellement née le 19 janvier 2008. Pour autant, cette jeune structure a fait preuve de maturité, se donnant le temps de la construction pour mieux défendre les intérêts de ses membres et devenir le cadre de concertation incontournable des OP rizicoles maliennes. Article rédigé à partir d’une note de Patrick Delmas (Afdi AO) en ligne sur notre site : www.interreseaux.org/article.php3?id_article=2775, complétée par un entretien de la rédaction avec Faliry Boly,…

Lire PDF
Pour aller plus loin et participer aux échanges : Un Groupe de travail Inter-réseaux sur les OIP
joelteyssier

Si les organisations interprofessionnelles (OIP) suscitent aujourd’hui de l’intérêt de la part de nombreux acteurs (professionnels des filières agricoles, États et partenaires au développement, etc.), force est de constater que leurs expériences restent mal connues, faiblement analysées et peu partagées. Devant ces constats, il est apparu important d’ouvrir un espace de réflexions collectives sur la thématique des OIP, autour d’expériences concrètes. Pour cela, un Groupe de travail thématique sur les OIP est animé par le secrétariat exécutif d’Inter-réseaux,…

Lire
Diversité, enjeux et conditions de succès des organisations interprofessionnelles
Cécile Broutin, Guillaume Duteurtre, joelteyssier, lliagre

Après plusieurs années de fonctionnement, que peut-on dire aujourd’hui des organisations interprofessionnelles existantes en Afrique de l’ouest ? Constituent-elles des modèles à encourager ? Après avoir examiné les organisations interprofessionnelles (OIP) dans leur diversité, nous soulignerons leurs facteurs de réussite et nous discuterons de leur capacité à participer, à côté de l’État, aux fonctions de régulation des marchés agricoles et alimentaires. Des dispositifs interprofessionnels variés en fonction des filières et des contextes En Afrique subsaharienne, on peut distinguer…

Lire PDF
En France, des interprofessions différentes adaptées à leur contexte
afdicentre

Les interprofessions en France sont nées de la mobilisation des producteurs agricoles, dans des filières et des contextes variés. Cet article présente trois exemples venant illustrer leur diversité. Les interprofessions agricoles « à la française » sont un type très spécifique d’organisation de filière. Elles ont souvent valeur de référence en Afrique de l’Ouest, mais on oublie parfois qu’elles sont le fruit d’histoires et d’engagements d’acteurs des filières, et en particulier des producteurs, dans des circonstances souvent difficiles….

Lire PDF
Préparer les organisations paysannes à mieux investir les OIP
Daouda Diagne

Au Sénégal, la Fongs – Action paysanne, fédération rassemblant 31 associations paysannes (et plus de 150 000 membres), mène des actions à différents niveaux afin de préparer les producteurs et leurs organisations à mieux s’impliquer dans les dynamiques interprofessionnelles. Depuis le désengagement de l’Etat sénégalais des filières agricoles dans les années 90, plusieurs organisations interprofessionnelles (OIP) ont vu le jour, certaines plutôt impulsées par les autorités publiques (sur les filières riz, arachide, etc.), d’autres nées de la volonté…

Lire PDF
La Plate-forme de concertation et de pilotage de la filière riz, base pragmatique et progressive d’une interprofession
benz, ojenntreyer

En juillet 2005, la Plate-forme de concertation et de pilotage de la filière riz (PCPRiz) a été créée à Madagascar. Cette instance de suivi, concertation et pilotage de la filière, bien que manquant de moyens à sa création, s’est assez vite imposée dans le secteur rizicole malgache.Madagascar a vécu en 2004-2005 une sérieuse crise sur son marché du riz, suite à une combinaison de facteurs physiques et monétaires, internes et externes : cyclones, estimation erronée de la production…

Lire PDF
Le CICB, une interprofession utile et nécessaire pour les producteurs ?
cicb, tressapoulou

Malgré les difficultés du Comité interprofessionnel des filières céréales et niébé du Burkina Faso (CICB), les producteurs de céréales ne souhaitent pas enterrer cette interprofession. Pourquoi ? Quels intérêts trouvent-ils dans cette organisation ? Entretien avec Soumaïla Sanou, président du CICB et Bassiaka Dao, président de la Confédération paysanne du Faso (CPF) Grain de sel : Pouvez-vous présenter brièvement le CICB ? Soumaïla Sanou et Bassiaka Dao : Le Comité interprofessionnel des filières céréales et niébé du Burkina…

Lire PDF
Dans la vallée du fleuve Sénégal, différentes histoires interprofessionnelles autour de la tomate industrielle et du riz
Amadou Abdoulaye Fall, Saliou Sarr

Alors que l’expérience interprofessionnelle de la filière tomate industrielle est présentée comme un succès, celle du riz laisse plus sceptique. Une même zone de production, les mêmes producteurs et leaders paysans, les mêmes idées et ambitions… et pourtant deux organisations bien différentes. Pourquoi ? Une Success story du comité « tomate industrielle » ? La culture industrielle de la tomate a été introduite au Sénégal en 1969. Dès cette époque, une entreprise franco-sénégalaise, la Société de conserves alimentaires…

Lire PDF
Les organisations interprofessionnelles en Afrique de l’Ouest, des réponses à la libéralisation
Cécile Broutin, Guillaume Duteurtre, joelteyssier, lliagre

Qu’entend-on par organisation interprofessionnelle ? Comment ces organisations sont-elles apparues, sous l’impulsion de quels acteurs, dans quelles filières et pour répondre à quels enjeux ? Quelles sont les réalités actuelles de ces organisations en Afrique de l’Ouest ? Présentation et analyses. On assiste depuis 15 ans à l’émergence de nouvelles organisations dans les filières agricoles africaines. Les interprofessions, cadres de concertation, comités interprofessionnels ou tables filières, sont autant de formes d’organisations dites « interprofessionnelles » qui sont apparues…

Lire PDF
Introduction dossier GDS 44
joelteyssier

En Afrique subsaharienne, les organisations d’acteurs au sein des filières agricoles – entre autres, les organisations interprofessionnelles -, se multiplient ces dernières années et suscitent un fort intérêt de la part des acteurs économiques des filières, des décideurs politiques et des partenaires au développement. Présentées par certains comme des outils efficaces permettant d’organiser les marchés, de structurer les filières et de faciliter les relations entre les acteurs privés et les pouvoirs publics, les expériences des organisations interprofessionnelles (OIP)…

Lire
OGM, du Mali au Burkina Faso, quels enjeux ?
asamake, legilea

Où en est-on avec les OGM en Afrique de l’Ouest ? Alors que le Mali adoptait une loi sur la biosécurité controversée en novembre dernier, le Burkina Faso a introduit le coton OGM. GDS donne la parole à A.-F. Samaké, membre de la Copagen et A. Legile (AFD), qui a assisté au forum coton OGM organisé à Ouagadougou (Burkina Faso). Entretien avec Assétou Founè Samaké, asamake@ml.refer.org, biologiste généticienne à l’Irpad, membre de la Coalition pour la protection du…

Lire PDF
L’État au secours de la production rizicole au Burkina Faso ?
Patrick Delmas, guenguere_armel

Le « programme d’urgence pour la sécurité alimentaire » du gouvernement burkinabè comprenait un gros volet de soutien à la production rizicole. À l’heure de la commercialisation du riz, les débats apparaissent. Pas facile de satisfaire producteurs et consommateurs, en fixant un prix non prohibitif et rémunérateur… Le riz fait partie des habitudes alimentaires du Burkina (25 kg par habitant et par an) surtout en milieu urbain (50 kg par personne et par an). La croissance de la…

Lire PDF
Des subventions aux intrants stimulent la production au Malawi
Dyborn Chibonga

En 2005, le Malawi a appuyé ses petits producteurs par la fourniture d’intrants à prix subventionnés. La production a atteint 3,6 Mt de maïs, soit plus du double des besoins du pays. La communauté internationale, après s’être montrée sceptique, constate et admire les résultats. Cette médaille a-t-elle un revers ? Entretien avec Dyborn Chibonga, dchibonga@nasfam.org, secrétaire exécutif de l’Association des petits producteurs du Malawi (National Smallholder Farmers’ Association of Malawi, Nasfam). Plus d’information: www.nasfam.org Grain de sel :…

Lire PDF
Grain de sel n°44 : Les organisations interprofessionnelles

En Afrique subsaharienne, les organisations d’acteurs au sein des filières agricoles – entre autres, les organisations interprofessionnelles -, se multiplient ces dernières années et suscitent un fort intérêt de la part des acteurs économiques des filières, des décideurs politiques et des partenaires au développement. Présentées par certains comme des outils efficaces permettant d’organiser les marchés, de structurer les filières et de faciliter les relations entre les acteurs privés et les pouvoirs publics, les expériences des organisations interprofessionnelles (OIP)…

Lire
L’invitée de Grain de sel : Salimata Diarra
Salimata Diarra

Salimata Diarra est présidente de l’Association des consommateurs du Mali (Ascoma) depuis sa création, en 1991, ascoma70@yahoo.fr. Elle était de passage à Paris à l’occasion de la conférence « Défi alimentaire mondial, la contribution des sociétés civiles organisées » par le Conseil économique, social et environnemental français et le Comité économique et social européen. Grain de sel : Qu’est-ce que l’Ascoma ? Salimata Diarra : L’Association des consommateurs du Mali (Ascoma) est la première du genre au Mali….

Lire PDF
Editorial : Difficultés de prise en compte des contre pouvoirs
La rédaction de GDS

Grain de sel souhaite partager avec vous sa préoccupation relative à deux événements récents qui illustrent une dégradation des relations entre pouvoir et société civile. Au Cameroun, Bernard Njonga, président de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (Acdic), directeur des publications de La Voix du paysan était interpellé le 10 décembre 2008 par la police au cours d’une manifestation contre la corruption. Interrogé puis placé en détention, il devait rester enfermé 24 heures. Son crime ? Avoir…

Lire PDF
Présentation et actualité d’Inter-réseaux (GDS44)

Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles d’Inter-réseaux, mais celles des auteurs. Les photos, quand elles ne sont pas créditées, sont de la rédaction, de même que les articles non signés. Photo de couverture : © H. David-Benz Tous les articles sont libres de droit. En cas de rediffusion, merci de faire figurer la mention « © Grain de sel » et de nous envoyer une copie de la publication. Grain de sel est imprimé sur du…

Lire PDF
Présentation et actualité d’Inter-réseaux

Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles d’Inter-réseaux, mais celles des auteurs. Les photos, quand elles ne sont pas créditées, sont de la rédaction, de même que les articles non signés. Photo de couverture : © P. Delmas (Afdi). Tous les articles sont libres de droit. En cas de rediffusion, merci de faire figurer la mention « © Grain de sel » et de nous envoyer une copie de la publication. Grain de sel est imprimé sur…

Lire PDF
Editorial : Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ?
La rédaction de GDS

Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ? Longtemps nous avons hésité entre titrer notre dossier sur la « hausse » des prix ou sur leur « volatilité ». Après le pic des prix début 2008 sur les marchés internationaux, on assiste à une baisse. Après des prix records, le baril de pétrole est en chute libre. Dans de nombreux pays, les récoltes, dopées par les bonnes conditions climatiques et les programmes d’urgence, s’annoncent…

Lire PDF
Les défis de l’agriculture à moyen terme
Bruno Vindel

Les spectaculaires augmentations des prix des produits agricoles ont relancé les débats sur la sécurité alimentaire mondiale et les inquiétudes sur la capacité de la planète à nourrir une population croissante. Au-delà des mesures prises actuellement pour conjurer la crise, qu’en sera-t-il réellement à terme ?À l’horizon de 2030, les principales forces motrices de la question alimentaire et agricole mondiale sont multiples : accroissement démographique mondial, changement climatique, questions énergétiques, transition alimentaire ¹ dans les pays émergents, règles…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Moussa Para Diallo
fpfd2002

Moussa Para Diallo est un des leaders paysans ouest africains les plus aguerris et respectés (coauteur, avec Jean Vogel de L’Afrique qui réussit. Éd. Syros, 1996). Il est, depuis 1992, président de la Fédération des paysans du Fouta Djallon. Il nous a consacré une heure lors d’un passage à Paris (15/09/08), entretien mené avec la participation de Mamadou Kourahoye Diallo, responsable commercialisation. Grain de sel : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Moussa Para Diallo : Je…

Lire PDF
Le « Pourghère » ou Jatropha, agrocarburant d’avenir ?
Les équipes siège et antenne pays (Mali et Bénin) du Geres

A l’heure où nombre d’acteurs dénoncent un engouement aveugle pour les agrocarburants, loin des plantations industrielles, le Geres expérimente la culture du Pourghère dont un usage adapté pourrait répondre aux besoins des paysans africains sans menacer leur sécurité alimentaire. Cet article vous inspire ? Écrivez-nous à gds@inter-reseaux.org.De nombreux pays (en Amérique latine, Asie, aux États- Unis, en Europe) ont adopté des politiques ambitieuses de développement des agrocarburants, impliquant généralement des modes de production à échelle industrielle. Ainsi, l’Union…

Lire PDF
Côte d’Ivoire : la terre de plus en plus chère
François Ruf

Certaines régions de Côte d’Ivoire seraient-elles en passe de prendre modèle sur le Brésil en matière de foncier rural ? À l’heure où les investisseurs se bousculent pour acheter des terres où planter des forêts d’hévéas, la question se pose. Si l’hévéa est une chance pour les petits agriculteurs familiaux, ils ne sortent pas gagnants de cette concurrence sur la terre.« LES GROSSES VOITURES tournent constamment à la recherche de forêts » . À l’orée d’un village de…

Lire PDF
Poser les bonnes questions, inventer de nouvelles réponses pour des politiques agricoles adaptées et efficaces
Ibrahim Assane Mayaki

L’actualité est là pour nous le rappeler : l’agriculture est un des grands enjeux du 21ème siècle. L’augmentation des prix des produits alimentaires dans le monde, due en grande partie à leur raréfaction, vient rappeler soudain que la planète doit maîtriser sa consommation et sa production. Auparavant, les famines semblaient réservées à l’Afrique, aux pays en conflit, aux zones victimes de catastrophes climatiques. Désormais la rareté menace pratiquement tous les pays, y compris les plus riches. D’un autre…

Lire PDF