The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 9 août 2018

Normes: freins ou leviers de l’autonomisation des familles paysannes?

Dovlo Yao Fetor/Ekpetsi Chantal Bouka/Inades Formation/Sena Kwaku Adessou

AvalFilières agricolesQualité et normes

La question de l’encadrement des produits alimentaires par des normes est primordiale. Ces procédures favorisent la sécurité des consommateurs et le développement des marchés des produits. Toutefois, elles peuvent aussi constituer des barrières à l’accès de certaines exploitations familiales à ce type de marché. Qu’en est-il ?

Les normes sont des accords documentés, établis par consensus des acteurs (experts, évaluateurs et gestionnaires de risques, consommateurs), et approuvés par un organisme reconnu de normalisation qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques pour des activités ou leurs résultats, visant l’atteinte du degré optimal d’ordre dans un contexte donné. Dans le secteur agro-alimentaire, elles définissent un ensemble de règles qui servent lors du processus de production d’un produit, afin que celui-ci soit conforme aux attentes du marché et des consommateurs.

Bref historique de la culture des normes en Afrique de l’Ouest. La culture des normes de qualité est relativement récente en Afrique de l’Ouest. Au Togo, elle a réellement commencé avec l’auto-suspension sur l’exportation des produits de la pêche en 2003, à destination des pays de l’Union Européenne. Ceci a eu des répercussions économiques et sociales sur le secteur de la pêche qui contribue à hauteur de 4 % du PIB. Le Togo a bénéficié de l’appui du programme qualité de l’Afrique de l’Ouest, adopté en 2005 par les pays de l’Uemoa et étendu aux pays de la Cedeao. Ce programme constitue l’espace d’élaboration des normes de qualité au niveau régional. Elles recouvrent l’ensemble des dimensions qualité des produits : sanitaire, organoleptique, technique, nutritionnelle et maîtrise de la gestion de la qualité. Ces normes, souvent calquées sur les modèles internationaux, sont parfois en inadéquation avec les capacités de mise aux normes des acteurs, c’est à dire tous les moyens techniques (Hazard Analysis Critical Control Point – HACCP, traçabilité, normes International Standards Organization – ISO) à mettre sur place pour certifier les produits locaux. Il conviendrait de définir des normes propres aux pays africains et basées sur leurs systèmes de normalisation (ainsi du label CNABio au Burkina Faso, voir page 21).

Les enjeux liés à la normalisation. Le respect de normes de qualité, répondant à des objectifs de santé publique et de facilitation du commerce, est l’enjeu principal des produits agroalimentaires, qu’ils soient fabriqués localement, importés ou destinés à l’exportation. Le contrôle alimentaire consiste à appliquer la législation aux produits agricoles pour protéger le consommateur contre les produits insalubres, impurs et frauduleusement présentés, en interdisant la vente d’aliments dont la nature, la substance et la qualité ne sont pas celles demandées par l’acheteur. En raison de l’urbanisation croissante des villes en Afrique de l’Ouest, la demande et les attentes des consommateurs ont évolué. La médiatisation des crises alimentaires, les toxi-infections et la recrudescence des maladies d’origine alimentaire poussent les consommateurs à être de plus en plus exigeants sur les normes de qualité. Les consommateurs ne sont pas en mesure de jouer un rôle dans le respect des normes en matière de sécurité sanitaire des aliments. Cela est lié à la faiblesse du pouvoir d’achat, aux problèmes de malnutrition et à l’insuffisance des disponibilités alimentaires. Les populations se préoccupent généralement plus de la quantité que de la qualité de l’alimentation. Cette dynamique incite les consommateurs à se tourner vers les produits importés, faute d’avoir confiance en la qualité des produits locaux. Ils n’accordent pas plus de crédit aux contrôles de certification car les institutions qui les portent (laboratoire d’essais, agences d’inspections, ministères, etc.), ne leur semblent pas crédibles. Cette situation risque de freiner le développement des unités de transformation locales. En effet, il est compliqué pour ces unités de pénétrer le marché régional et international face aux exigences fixées par les normes, et dans un contexte de libéralisation des échanges et de compétitivité.

Les acteurs de l’élaboration et de contrôle des normes. Le niveau et le processus d’élaboration des normes sont à considérer avec attention pour qu’elles jouent leur rôle incitatif d’amélioration de la compétitivité et des revenus des opérateurs, tout en satisfaisant les exigences des consommateurs. Dans la plupart des pays ouest-africains, cette responsabilité incombe aux organismes de normalisation dont certains relèvent de l’administration publique. Certains sont opérationnels (ASN au Sénégal, Malinorm au Mali ou Codinorm en Côte d’Ivoire), et d’autres non (Organismes nationaux de normalisation rattachés aux ministères dans les pays). En matière de contrôle, au Togo, trois ministères sont impliqués dans le système de contrôle : le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Santé qui s’occupent des inspections et des contrôles de laboratoires ; et le ministère en charge du Commerce qui traite les autorisations de transport et de mise sur le marché. On observe des problèmes de chevauchement des activités réglementaires, de surveillance et une insuffisance de coordination. Les systèmes de contrôle national souffrent également d’une grande disparité en termes de compétences et de moyens. Ces systèmes doivent aboutir à l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché (délivrée par le Ministère en charge du commerce) des produits issus des PME et PMI agro-industrielles. Mais le problème de marque, de labellisation et de certification demeure. Les normes du secteur sont d’une reconnaissance internationale, et il est très difficile pour ces PME et PMI d’aller jusqu’au bout du processus. La qualité des produits est donc le fruit d’un dialogue complexe entre producteurs, scientifiques et consommateurs et poursuit un double objectif : identifier les préférences des consommateurs et caractériser les produits issus d’une certaine socialisation (éléments sociaux de reconnaissance, signes d’identification et conditions d’usage des produits).

Les normes sanitaires et d‘hygiène : des garanties pour le consommateur. Un contrôle efficace de l’hygiène est essentiel pour éviter les conséquences négatives sur la santé publique (intoxications alimentaires, propagation de maladies, etc.) et sur l’économie (perturbation des échanges, etc.). Il in- combe à l’ensemble des acteurs du secteur agricole de s’assurer que les aliments sont salubres et propres à la consommation. Pour accroître la sécurité des aliments, il est recommandé par les organismes de certification, la mise en place d’un système HACCP, d’une bonne traçabilité, et l’application des normes SPS (mesures sanitaire et phytosanitaire pour les végétaux), OIE (organisation internationale des épizooties pour les animaux) et du Codex Alimentarius pour les produits de transformation). Une fois qu’un produit africain est certifié selon les normes en vigueur, il franchit les barrières tarifaires avec une reconnaissance internationale. C’est ainsi le cas du gari, reconnu par le Codex Alimentarius (commission mixte FAO/OMS) à la suite de travaux réalisés par les experts africains sur le pH, l’acidité, le taux d’humidité, la granulométrie, etc.

Les normes : barrières infranchissables pour les exploitations familiales ? La méthode, la matière, le matériel, le milieu et la main d’œuvre, constituent les principales sources de contamination des aliments. Les normes garantissent donc les bonnes pratiques de fabrication et la gestion de l’hygiène et de la qualité dans les unités agro-industrielles locales. Il est cependant difficile pour les exploitants familiaux de se mettre en conformité avec les exigences sanitaires. En effet, les unités de production locales peinent souvent à réunir l’ensemble des pratiques professionnelles qui contribuent à produire les aliments dans de bonnes conditions d’hygiène. La mise en place de ces mesures a un coût, hors de la portée de la majorité des producteurs locaux. Mais, les normes sanitaires ne doivent pas être considérées comme un goulot d’étranglement pour le développement de la production locale et l’émergence des exploitations familiales durables. Elles sont un outil de valorisation de la production, et doivent favoriser les producteurs locaux en les rendant plus compétitifs face aux exigences du marché, en termes de demande en produit de qualité, et face à la concurrence des biens importés. Toutefois, les normes telles qu’élaborées aujourd’hui, favorisent les importations, les pays du Sud étant moins outillés à la mise en conformité des productions locales. En effet, les pays du Nord se battent sur la normalisation, considérée comme une barrière non tarifaire ou une protection « cachée » de leur production. Les pays africains doivent eux aussi se battre pour adapter la normalisation à leurs réalités. Autrement, elle deviendra un vecteur de promotion des importations pour « rassurer » le consommateur face aux risques sanitaires locaux.

Sena kwaku Adessou est directeur du bureau national d’Inades- Formation Togo.

Ekpetsi Chantal Bouka est chercheur à l’Institut togolais de recherche agronomique.

Dovlo Yao Fetor est chargé de programme à Inades-Formation Togo.

Certains éléments de cet article se fondent sur les ressources suivantes :

– A. Alpha, C. Broutin, Normes de qualité pour les produits agro- alimentaires en Afrique de l’Ouest, AFD, 2009 ;

– C. Broutin, N. Bricas, Agroalimentaire et lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne, Gret, 2006 ;

– J. Couturier, Les enjeux de la normalisation pour les produits issus de l’agriculture du Sud, ISF, 2006 ;

Lignes directrices du Codex pour l’application du système HACCP, Garantir la sécurité sanitaire et la qualité des aliments, FAO/OMS, 2003 ;

– Document de Politique qualité de l’Afrique de l’Ouest, PSQAO, 2010

– B. Ruffieux, E. Valceschini, Biens d’origine et de compétence des consommateurs : les enjeux de la normalisation dans l’agro-industrie, Revue d’économie industrielle, vol. 75, 1996

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°75 – L’aval des filières vivrières, une opportunité pour les agricultures familiales en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial : Tirer la production locale par l’aval des filières vivrières!
François Doligez, Ninon Avezou

Les politiques agricoles ambitionnent de faire de l’agriculture familiale l’un des piliers de la sécurité et de la souveraineté alimentaires de l’Afrique de l’Ouest. Or, l’économie alimentaire de la sous-région est en pleine transformation en raison de l’accélération de l’urbanisation, et de l’amélioration des revenus d’une part croissante de la population. «Les ménages s’approvisionnent de plus en plus sur les marchés, ils sont demandeurs d’une alimentation plus diversifiée, mais aussi plus facile à préparer et consommer. Mais comment…

Lire PDF
Opportunités et défis de l’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest
Inter-réseaux

Une forte croissance démographique L’Afrique de l’Ouest connait une croissance démographique importante. Celle-ci s’accélérera dans les prochaines années, en particulier dans les zones urbaines. L’aval sera-t-il en mesure de répondre à une hausse continue de la demande en produits alimentaires ? L’aval peut-il satisfaire les transformations des besoins alimentaires des ménages ? L’Afrique de l’Ouest connait des changements profonds de sa demande en produits alimentaires et de ses modes de consommation. On retrouve aujourd’hui trois principaux postes de…

Lire PDF
Comment les classes moyennes ouest-africaines consomment-elles ?
Clélie Nallet

En Afrique de l’Ouest, des « classes moyennes» se développent, souvent bien loin des représentations qui en font une classe urbaine unique. Peut-on arriver à une définition ou doit-on plutôt parler de groupes sociaux intermédiaires ? Comment consomment-elles ? Représentent-elles une opportunité pour les exploitations familiales et la production locale ? Grain de sel (GDS) : Que recouvre la notion de classes moyennes africaines ? Clélie Nallet (CN) : Toute la difficulté est que ce terme est polysémique…

Lire PDF
Approvisionnement des ménages dans le Sahel : que dit l’approche HEA ?
Abdou Malam Dodo, Demba Touré, Émilie Pasquet, Save the Children

Cet article s’intéresse à la façon dont les ménages ruraux, répartis en quatre catégories socio-économiques, s’approvisionnent et consomment en Afrique de l’Ouest. Entre autoconsommation de la production et forte dépendance au marché, quels sont les déterminants de l’approvisionnement des ménages ? Dans les zones rurales du Sahel, l’approvisionnement des ménages en produits alimentaires est fortement lié aux systèmes de production (agriculture ou élevage) qui varient en fonction des zones agro-écologiques et des moyens d’existence des populations vivant dans…

Lire PDF
Carte : Vers un envahissement des enseignes françaises de grande distribution en Afrique de l’Ouest?
Inter-réseaux

En Afrique de l’Ouest, les enseignes de grande distribution semblent se multiplier (page 11). Elles sont parfois sources de tensions au sein de la société civile, comme en témoignent notamment les nombreux collectifs anti-Auchan qui se renforcent au Sénégal (page 13). Télécharger la carte (format Jpeg, 300Ko) : ici. Si vous souhaitez la carte en format initial (10Mo), merci de nous écrire à inter-reseaux@inter-reseaux.org Données : Google Maps, OSM, Jeune Afrique, M.-J. Neveu Tafforeau Faute de données disponibles,…

Lire
Essor des supermarchés en Afrique : risque ou opportunité pour la production locale ?
Daouda Diagne, Marie-José Neveu Tafforeau

Les ouvertures de grands centres de distribution se multiplient aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, au Sénégal mais aussi au Cameroun. Cheval de Troie des produits importés ou opportunités pour les producteurs locaux ? La société civile ouest-africaine se mobilise à leur encontre, dès lors, comment appréhender ces acteurs émergents ? La grande distribution envahit-elle l’Afrique de l’Ouest? Sur le continent africain, 90 % des urbains se procurent leur alimentation dans les marchés traditionnels ou supermarchés du fait de la…

Lire PDF
Les plateformes numériques au service du secteur agricole ?
Inter-réseaux, Papa Mor Niane

Les plateformes de distribution alimentaire en ligne se multiplient en Afrique. Épiphénomène ou marche pied pour le secteur artisanal, leur développement interroge. Traduisent-elles de nouveaux rapports entre producteurs et consommateurs ? Et conduisent-elles à redéfinir les modes de consommation et de distribution des populations ? Un continent de plus en plus connecté En Afrique de l’Ouest, la population est de plus en plus connectée avec 435 millions d’utilisateurs d’Internet (soit un taux de pénétration de 34 %), et…

Lire PDF
Le paysage des entreprises agroalimentaires en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Martine François

En Afrique de l’Ouest, développer le secteur agroalimentaire permettrait de répondre au double défi d’approvisionnement des marchés urbains et de création de revenus et d’emplois. Quelles sont les caractéristiques et contraintes de ce secteur ? Peut-il jouer un rôle moteur pour l’agriculture familiale (accès au marché et hausse de la valeur ajoutée locale) ? Les micro-entreprises jouent un rôle central dans l’approvisionnement des villes en visant des marchés de masse. Elles se caractérisent par leur petite taille (activités…

Lire PDF
Labellisation et certification: outils de valorisation des produits locaux?
Kerfalla Camara, Souleymane Yougbaré

Si la labellisation permet généralement aux producteurs de vendre en plus grande quantité et d’accroitre leurs marges, elle interroge : qui en supporte la charge ? Permet-elle une consommation de masse ? Est-elle contrôlée ? Ces entretiens reviennent sur les enjeux de la labellisation dans la filière riz en Guinée, et de la certification biologique au Burkina Faso. La labellisation dans la filière riz en Guinée Grain de sel (GDS) : Qu’est-ce que la marque collective Bora Maalé…

Lire PDF
À Vélingara, une structuration de la filière lait par le modèle coopératif
Moussa Balde

Les producteurs de lait à Kolda, au Sénégal, ont privilégié le modèle coopératif et le renforcement de relations commerciales avec des mini-laiteries artisanales pour structurer la filière laitière. L’article revient sur les enjeux de cette structuration autour d’une fédération régionale. Structuration de la filière lait à Kolda depuis les années 1990. En 1992, le Centre de recherches zoo- techniques (CRZ) dont le siège se trouve dans la ville de Kolda, a encouragé les éleveurs de trois villages à…

Lire PDF
Les enjeux de l’aval pour les organisations paysannes
Léopold Lokossou, pnoppa_benin

Premiers investisseurs du secteur agricole, les organisations paysannes doivent se saisir de l’aval. Mais comment se charger du maillon commercialisation quand leur capacité de gestion est questionnée ? Dès lors, leur positionnement sur l’aval relève d’une stratégie en vue d’améliorer leur offre. Comment les OP peuvent-elles faire face aux défis de l’aval ? Grain de sel (GDS) : Quels enjeux l’aval représente-t-il pour les organisations paysannes et comment s’y positionnent-elles ? Léopold Lokossou (LL) : Au Bénin, depuis…

Lire PDF
Mieux rémunérer le producteur: enjeux communs de l’Europe et de l’Afrique ?
Ibrahim Adama Diallo, Laurent Pasquier

La juste répartition de la valeur ajoutée dans les prix payés aux producteurs est un sujet partagé par tous. Cette question a été à l’origine des États généraux de l’alimentation en France, en 2017. Les initiatives C’est qui le patron en France, et FairFaso au Burkina, tentent d’apporter des réponses. Le patron, c’est le consommateur Grain de sel (GDS) : Quand et pourquoi avez-vous lancé le projet C’est qui le patron ? Laurent Pasquier (LP) : Nous avons…

Lire PDF
Vers de nouvelles formes de partenariats euro-africains dans l’aval
Coop de France, François Doligez, Maud Anjuere, Rachel Blumel

À partir d’initiatives développées par Coop de France, ces articles évoquent les enjeux du modèle coopératif pour l’aval des filières. Ils reviennent sur les échanges de compétences entre coopératives africaines et européennes, et interrogent, dans un second temps, les partenariats mis en œuvre. Les partenariats : une réponse aux attentes des acteurs locaux ? Les 2 500 coopératives agricoles et agroalimentaires françaises représentent des acteurs majeurs des filières alimentaires dans les territoires. Elles sont à la fois fournisseurs…

Lire PDF
Normes: freins ou leviers de l’autonomisation des familles paysannes?
Dovlo Yao Fetor, Ekpetsi Chantal Bouka, Inades Formation, Sena Kwaku Adessou

La question de l’encadrement des produits alimentaires par des normes est primordiale. Ces procédures favorisent la sécurité des consommateurs et le développement des marchés des produits. Toutefois, elles peuvent aussi constituer des barrières à l’accès de certaines exploitations familiales à ce type de marché. Qu’en est-il ? Les normes sont des accords documentés, établis par consensus des acteurs (experts, évaluateurs et gestionnaires de risques, consommateurs), et approuvés par un organisme reconnu de normalisation qui fournit, pour des usages…

Marchés institutionnels alimentaires: une opportunité pour les producteurs?
Cedeao, Francis Dabiré

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ? Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques…

Lire PDF
Regards Croisés : Quels modèles de développement pour l’aval des filières vivrières ouest-africaines?
Alain Sy Traoré, Bio Goura Soulé, Ousseini Ouédraogo, Seyni Hamadou

L’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest doit faire face à la hausse de la demande alimentaire, aux changements des modes de consommation et fournir des emplois décents. Quels modèles de développement de l’aval des filières permettent de répondre aux enjeux de développement agricole et rural ? Et quels défis ces modèles posent-ils pour l’agriculture familiale ? Grain de sel (GDS) : Quel(s) modèle(s) de structuration de l’aval des filières faut-il développer ? Pourquoi ? Alain Sy…

Lire PDF
Références
Inter-réseaux

De nombreux travaux sur l’aval des filières vivrières Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre de réflexions et d’échanges animés par Inter-réseaux, et qui impliquent plusieurs membres et partenaires. Sur la thématique de la structuration de l’aval des filières vivrières, Inter-réseaux conduit des travaux et accompagne ses membres dans le cadre de plusieurs processus de capitalisation portant sur : les initiatives économiques des organisations de producteurs et un forum de discussion sur la transformation locale…

Lire PDF