Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ?

Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques — apparaissent de plus en plus comme un mécanisme pouvant contribuer aux objectifs de développement tels que la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) et l’élimination de la pauvreté. On les retrouve parmi les instruments utilisés tant par les pouvoirs publics que les agences humanitaires et les ONGs dans l’achat des produits alimentaires visant à (re)constituer les stocks alimentaires destinés aux opérations de distributions de vivres pour les populations, ou aux programmes de cantines scolaires. Aussi, sont-ils utilisés comme des outils permettant de promouvoir certains systèmes de production agricole, notamment l’agriculture familiale.

Marchés institutionnels et hausse de la production locale. L’importance des marchés institutionnels pour stimuler le développement agricole s’est véritablement révélée aux États africains au début des années 2000 avec l’avènement du concept visant à lier les objectifs agricoles aux programmes de lutte contre la pauvreté. Concrètement, il s’agit de nourrir les populations tout en offrant des opportunités de commercialisation aux petits producteurs. Dès 2003, nombre d’États africains ont décidé d’inclure les denrées locales dans les programmes d’alimentation scolaire, principalement approvisionnés par les marchés institutionnels. Ces programmes ont alors été lancés dans plusieurs pays.

Un rôle majeur dans la structuration des filières agricoles. Depuis, l’approvisionnement local auprès des petits exploitants s’est imposé dans les marchés institutionnels et les pouvoirs publics ont pris conscience du rôle majeur que pourraient jouer ces marchés dans la structuration des filières agricoles d’une part ; et dans l’amélioration de la compétitivité des exploitations familiales d’autre part. Cela s’est traduit par la mise en place de réformes, par les États et les organisations régionales et internationales, dans les mécanismes de passation des marchés publics pour approvisionner les stocks ou cantines en aliments locaux. Ces réformes se rap- portent à des mesures d’incitation des organisations de producteurs et des petits exploitants agricoles à davantage participer aux marchés institutionnels : révision des codes marchés publics rendant presque impossible une concurrence entre petits exploitants, gros producteurs et entreprises ; signature de contrats directs ou à terme avec les organisations de producteurs (OP) ; marges de préférence accordées aux fournisseurs locaux, etc.

En Afrique de l’Ouest, l’expérience de la Réserve régionale de sécurité alimentaire de la Cedeao s’inscrit dans cette dynamique. Elle s’appuie sur les marchés institutionnels pour accompagner les exploitations familiales et susciter la structuration des filières. Depuis le début de son opérationnalisation en 2016, la Réserve a constitué un premier stock physique de 11 178 tonnes de céréales (mil, maïs, sorgho, riz), stockées au Burkina Faso, au Ghana, au Niger et au Nigeria. A la suite d’un deuxième achat, un stock de 15 691 tonnes de céréales a été constitué. Ces deux achats ont été réalisés à l’issue d’appels d’offres inter- nationaux, et certaines OP ont été contractées pour différents lots, en plus des acteurs du secteur privé. Un troisième appel d’offre est prévu pour la fourniture de 756 tonnes de céréales. Un quatrième vise la mise en place de contrats à bons de commande pour la fourniture d’environ 3 000 tonnes de farines enrichies, avant fin 2018. Aussi, un processus est en cours pour acheter 4553 tonnes de céréales. Au total, la Cedeao a prévu une première étape de quatre ans, avec une réserve permanente de 176 000 tonnes de céréales, pour atteindre 411 554 tonnes à partir de la 8e année.

Des avantages pour les producteurs locaux. En analysant aussi bien l’expérience d’achat de céréales, que d’autres, plus anciennes (Purchase for Progress (P4P) du Programme alimentaire mondial), il ressort que les marchés institutionnels peuvent favoriser l’injection d’importantes ressources directement dans les systèmes agricoles. Ils assurent aussi des débouchés d’écoulement pour les produits locaux, notamment ceux des exploitations familiales. Ainsi, si pour les OP la structuration de l’offre de produits agricoles est fortement tributaire d’une de- mande stable et prévisible, les marchés institutionnels apparaissent comme un mécanisme visant à améliorer les enjeux de la demande. Enfin, ces marchés permettent la suppression des intermédiaires entre producteurs et acheteurs, les producteurs bénéficient alors de prix plus rémunérateurs dans l’écoulement de leurs produits et l’émiettement de leur marge bénéficiaire est limité.

Un processus qui reste complexe. L’effet conjugué de ces différents avantages révèle le fort potentiel des marchés institutionnels pour la transformation effective des exploitations familiales en particulier, et des systèmes agricoles en général. Toutefois, dans le contexte actuel, nombres de contraintes persistent et limitent la participation des OP et des petits exploitants agricoles.

Une des difficultés majeures rencontrées par les producteurs réside dans la lourdeur administrative des dossiers d’appels d’offres et des contrats proposés. Les quantités demandées aux producteurs sont parfois trop importantes, et ils ont du mal à assurer la qualité et la quantité de leurs offres. Les producteurs et les OP peuvent manquer de capacité à mobiliser les garanties financières nécessaires. Enfin, l’absence d’infrastructures adéquates pour la collecte et le stockage des produits avant la livraison et les retards dans les paiements après la livraison, posent aussi problème.

Faire face aux contraintes. L’accès des petits exploitants aux marchés institutionnels pourrait être facilité par des mesures préférentielles et la préparation des responsables chargés des achats à conduire les processus de façon transparente. Ceci suppose le développement de stratégies et d’actions de plaidoyer à l’endroit des acteurs commanditaires des marchés institutionnels et des partenaires techniques et financiers. Ensuite, il apparait le besoin de regrouper les petits exploitants en organisations commerciales pour créer des économies d’échelle et les rendre davantage compétitifs, tout en développant des actions de communication et de sensibilisation axées sur les marchés institutionnels.

En parallèle, il pourrait être envisagé de promouvoir un environnement favorable aux investissements (des petits exploitants, de leurs organisations, et d’autres entreprises rurales), pour susciter l’amélioration des pratiques de production et de transformation.

Des initiatives pour stimuler la participation des OP. Des initiatives sont d’ores et déjà développées. Pour les appels d’offres de la Réserve régionale de la Cedeao, la fourniture des vivres est, pour le moment, assurée à 70 % par des entreprises du secteur privé et à 30 % par des OP.

Afin d’accroître la participation des OP aux appels, une campagne d’information est conduite par le Consortium « Oxfam-Afrique verte-Jade Productions-Inter-réseaux ». Elle vise à informer, conseiller et former les différentes organisations de producteurs et de transformateurs de céréales en Afrique de l’Ouest et au Sahel sur les modalités d’approvisionnement et de reconstitution de la Réserve. Leur approche consiste en l’élaboration d’une base de données des OP ciblées, la mise en place d’un dispositif d’information et de communication interactif, et le renforcement et le transfert de compétences pour l’appropriation du dispositif. Les OP sont de plus en plus aux avant-gardes de la lutte pour un meilleur accès aux marchés institutionnels. Elles se positionnent à travers des efforts soutenus de plaidoyers et de lobbying.

Le programme Purchase for Progress (P4P) du Pam: appuyer la production locale par les marchés institutionnels

Le Pam, agence humanitaire de l’ONU, met en œuvre des programmes de lutte contre la faim. En 2008, il décide de lier lutte contre la faim et sou- tien aux petits producteurs, en lançant la phase pilote de son programme Purchase for Progress – Achats au service du progrès (P4P). Mise en œuvre de 2008 à 2013 dans 20 pays dont 15 africains, cette phase a consacré plus de 177 millions de dollars à l’acquisition d’environ 450 000 tonnes de denrées alimentaires, soit directement auprès des petits exploitants, soit à travers des bourses commerciales et les systèmes de récépissés d’entrepôts. Les petits exploitants, estimés à plus d’un million dans les 20 pays couverts par le P4P, ont également vendu plus de 60 millions de dollars de vivres aux acheteurs publics et privés autres que le Pam (minoteries privées, entreprises agroalimentaires, programmes d’alimentation scolaire, réserves alimentaires nationales, hôpitaux). Une des particularités du modèle P4P est le dis- positif mis en place pour assurer, aussi bien aux producteurs et à leurs organisations qu’aux négociants et gérants d’entrepôts, des séries de formations axées sur la manutention et le stockage des cultures vivrières, le fonctionnement des entrepôts, le contrôle de la qualité et les procédures d’achat du Pam.

Francis Dabiré est chargé de communication au sein de l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA) de la Cedeao.

Nous vous recommandons également la lecture du Bulletin de synthèse n°26, publié par Inter-réseaux en juin 2018 et intitulé « Les marchés institutionnels alimentaires en Afrique : Quelles évolutions et quelles contributions au développement ? »

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°75 – L’aval des filières vivrières, une opportunité pour les agricultures familiales en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial : Tirer la production locale par l’aval des filières vivrières!
François Doligez, Ninon Avezou

Les politiques agricoles ambitionnent de faire de l’agriculture familiale l’un des piliers de la sécurité et de la souveraineté alimentaires de l’Afrique de l’Ouest. Or, l’économie alimentaire de la sous-région est en pleine transformation en raison de l’accélération de l’urbanisation, et de l’amélioration des revenus d’une part croissante de la population. «Les ménages s’approvisionnent de plus en plus sur les marchés, ils sont demandeurs d’une alimentation plus diversifiée, mais aussi plus facile à préparer et consommer. Mais comment…

Lire PDF
Opportunités et défis de l’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest
Inter-réseaux

Une forte croissance démographique L’Afrique de l’Ouest connait une croissance démographique importante. Celle-ci s’accélérera dans les prochaines années, en particulier dans les zones urbaines. L’aval sera-t-il en mesure de répondre à une hausse continue de la demande en produits alimentaires ? L’aval peut-il satisfaire les transformations des besoins alimentaires des ménages ? L’Afrique de l’Ouest connait des changements profonds de sa demande en produits alimentaires et de ses modes de consommation. On retrouve aujourd’hui trois principaux postes de…

Lire PDF
Comment les classes moyennes ouest-africaines consomment-elles ?
Clélie Nallet

En Afrique de l’Ouest, des « classes moyennes» se développent, souvent bien loin des représentations qui en font une classe urbaine unique. Peut-on arriver à une définition ou doit-on plutôt parler de groupes sociaux intermédiaires ? Comment consomment-elles ? Représentent-elles une opportunité pour les exploitations familiales et la production locale ? Grain de sel (GDS) : Que recouvre la notion de classes moyennes africaines ? Clélie Nallet (CN) : Toute la difficulté est que ce terme est polysémique…

Lire PDF
Approvisionnement des ménages dans le Sahel : que dit l’approche HEA ?
Abdou Malam Dodo, Demba Touré, Émilie Pasquet, Save the Children

Cet article s’intéresse à la façon dont les ménages ruraux, répartis en quatre catégories socio-économiques, s’approvisionnent et consomment en Afrique de l’Ouest. Entre autoconsommation de la production et forte dépendance au marché, quels sont les déterminants de l’approvisionnement des ménages ? Dans les zones rurales du Sahel, l’approvisionnement des ménages en produits alimentaires est fortement lié aux systèmes de production (agriculture ou élevage) qui varient en fonction des zones agro-écologiques et des moyens d’existence des populations vivant dans…

Lire PDF
Carte : Vers un envahissement des enseignes françaises de grande distribution en Afrique de l’Ouest?
Inter-réseaux

En Afrique de l’Ouest, les enseignes de grande distribution semblent se multiplier (page 11). Elles sont parfois sources de tensions au sein de la société civile, comme en témoignent notamment les nombreux collectifs anti-Auchan qui se renforcent au Sénégal (page 13). Télécharger la carte (format Jpeg, 300Ko) : ici. Si vous souhaitez la carte en format initial (10Mo), merci de nous écrire à inter-reseaux@inter-reseaux.org Données : Google Maps, OSM, Jeune Afrique, M.-J. Neveu Tafforeau Faute de données disponibles,…

Lire
Essor des supermarchés en Afrique : risque ou opportunité pour la production locale ?
Daouda Diagne, Marie-José Neveu Tafforeau

Les ouvertures de grands centres de distribution se multiplient aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, au Sénégal mais aussi au Cameroun. Cheval de Troie des produits importés ou opportunités pour les producteurs locaux ? La société civile ouest-africaine se mobilise à leur encontre, dès lors, comment appréhender ces acteurs émergents ? La grande distribution envahit-elle l’Afrique de l’Ouest? Sur le continent africain, 90 % des urbains se procurent leur alimentation dans les marchés traditionnels ou supermarchés du fait de la…

Lire PDF
Les plateformes numériques au service du secteur agricole ?
Inter-réseaux, Papa Mor Niane

Les plateformes de distribution alimentaire en ligne se multiplient en Afrique. Épiphénomène ou marche pied pour le secteur artisanal, leur développement interroge. Traduisent-elles de nouveaux rapports entre producteurs et consommateurs ? Et conduisent-elles à redéfinir les modes de consommation et de distribution des populations ? Un continent de plus en plus connecté En Afrique de l’Ouest, la population est de plus en plus connectée avec 435 millions d’utilisateurs d’Internet (soit un taux de pénétration de 34 %), et…

Lire PDF
Le paysage des entreprises agroalimentaires en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Martine François

En Afrique de l’Ouest, développer le secteur agroalimentaire permettrait de répondre au double défi d’approvisionnement des marchés urbains et de création de revenus et d’emplois. Quelles sont les caractéristiques et contraintes de ce secteur ? Peut-il jouer un rôle moteur pour l’agriculture familiale (accès au marché et hausse de la valeur ajoutée locale) ? Les micro-entreprises jouent un rôle central dans l’approvisionnement des villes en visant des marchés de masse. Elles se caractérisent par leur petite taille (activités…

Lire PDF
Labellisation et certification: outils de valorisation des produits locaux?
Kerfalla Camara, Souleymane Yougbaré

Si la labellisation permet généralement aux producteurs de vendre en plus grande quantité et d’accroitre leurs marges, elle interroge : qui en supporte la charge ? Permet-elle une consommation de masse ? Est-elle contrôlée ? Ces entretiens reviennent sur les enjeux de la labellisation dans la filière riz en Guinée, et de la certification biologique au Burkina Faso. La labellisation dans la filière riz en Guinée Grain de sel (GDS) : Qu’est-ce que la marque collective Bora Maalé…

Lire PDF
À Vélingara, une structuration de la filière lait par le modèle coopératif
Moussa Balde

Les producteurs de lait à Kolda, au Sénégal, ont privilégié le modèle coopératif et le renforcement de relations commerciales avec des mini-laiteries artisanales pour structurer la filière laitière. L’article revient sur les enjeux de cette structuration autour d’une fédération régionale. Structuration de la filière lait à Kolda depuis les années 1990. En 1992, le Centre de recherches zoo- techniques (CRZ) dont le siège se trouve dans la ville de Kolda, a encouragé les éleveurs de trois villages à…

Lire PDF
Les enjeux de l’aval pour les organisations paysannes
Léopold Lokossou, pnoppa_benin

Premiers investisseurs du secteur agricole, les organisations paysannes doivent se saisir de l’aval. Mais comment se charger du maillon commercialisation quand leur capacité de gestion est questionnée ? Dès lors, leur positionnement sur l’aval relève d’une stratégie en vue d’améliorer leur offre. Comment les OP peuvent-elles faire face aux défis de l’aval ? Grain de sel (GDS) : Quels enjeux l’aval représente-t-il pour les organisations paysannes et comment s’y positionnent-elles ? Léopold Lokossou (LL) : Au Bénin, depuis…

Lire PDF
Mieux rémunérer le producteur: enjeux communs de l’Europe et de l’Afrique ?
Ibrahim Adama Diallo, Laurent Pasquier

La juste répartition de la valeur ajoutée dans les prix payés aux producteurs est un sujet partagé par tous. Cette question a été à l’origine des États généraux de l’alimentation en France, en 2017. Les initiatives C’est qui le patron en France, et FairFaso au Burkina, tentent d’apporter des réponses. Le patron, c’est le consommateur Grain de sel (GDS) : Quand et pourquoi avez-vous lancé le projet C’est qui le patron ? Laurent Pasquier (LP) : Nous avons…

Lire PDF
Vers de nouvelles formes de partenariats euro-africains dans l’aval
Coop de France, François Doligez, Maud Anjuere, Rachel Blumel

À partir d’initiatives développées par Coop de France, ces articles évoquent les enjeux du modèle coopératif pour l’aval des filières. Ils reviennent sur les échanges de compétences entre coopératives africaines et européennes, et interrogent, dans un second temps, les partenariats mis en œuvre. Les partenariats : une réponse aux attentes des acteurs locaux ? Les 2 500 coopératives agricoles et agroalimentaires françaises représentent des acteurs majeurs des filières alimentaires dans les territoires. Elles sont à la fois fournisseurs…

Lire PDF
Normes: freins ou leviers de l’autonomisation des familles paysannes?
Dovlo Yao Fetor, Ekpetsi Chantal Bouka, Inades Formation, Sena Kwaku Adessou

La question de l’encadrement des produits alimentaires par des normes est primordiale. Ces procédures favorisent la sécurité des consommateurs et le développement des marchés des produits. Toutefois, elles peuvent aussi constituer des barrières à l’accès de certaines exploitations familiales à ce type de marché. Qu’en est-il ? Les normes sont des accords documentés, établis par consensus des acteurs (experts, évaluateurs et gestionnaires de risques, consommateurs), et approuvés par un organisme reconnu de normalisation qui fournit, pour des usages…

Lire PDF
Marchés institutionnels alimentaires: une opportunité pour les producteurs?
Cedeao, Francis Dabiré

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ? Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques…

Regards Croisés : Quels modèles de développement pour l’aval des filières vivrières ouest-africaines?
Alain Sy Traoré, Bio Goura Soulé, Ousseini Ouédraogo, Seyni Hamadou

L’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest doit faire face à la hausse de la demande alimentaire, aux changements des modes de consommation et fournir des emplois décents. Quels modèles de développement de l’aval des filières permettent de répondre aux enjeux de développement agricole et rural ? Et quels défis ces modèles posent-ils pour l’agriculture familiale ? Grain de sel (GDS) : Quel(s) modèle(s) de structuration de l’aval des filières faut-il développer ? Pourquoi ? Alain Sy…

Lire PDF
Références
Inter-réseaux

De nombreux travaux sur l’aval des filières vivrières Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre de réflexions et d’échanges animés par Inter-réseaux, et qui impliquent plusieurs membres et partenaires. Sur la thématique de la structuration de l’aval des filières vivrières, Inter-réseaux conduit des travaux et accompagne ses membres dans le cadre de plusieurs processus de capitalisation portant sur : les initiatives économiques des organisations de producteurs et un forum de discussion sur la transformation locale…

Lire PDF