Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En Afrique de l’Ouest, développer le secteur agroalimentaire permettrait de répondre au double défi d’approvisionnement des marchés urbains et de création de revenus et d’emplois. Quelles sont les caractéristiques et contraintes de ce secteur ? Peut-il jouer un rôle moteur pour l’agriculture familiale (accès au marché et hausse de la valeur ajoutée locale) ?

Les micro-entreprises jouent un rôle central dans l’approvisionnement des villes en visant des marchés de masse. Elles se caractérisent par leur petite taille (activités individuelles ou familiales, 1 à 2 personnes), par la mise en œuvre de procédés simples issus du savoir-faire culinaire souvent transmis de mère à fille. La vente se fait directement, en vrac, dans la rue et sur les marchés de produits secs et humides (prêts à consommer). Elles ont recours à l’artisanat de prestation de services pour les opérations mécaniques (ateliers de décorticage, mouture, râpe, pressage, etc.). Ces atelier sont nombreux en milieux urbain et rural et constituent un secteur d’activité essentiellement masculin. Les produits commercialisés sont souvent d’origine locale et très diversifiés : sorgho, maïs et riz locaux (grains décortiqués, semoules, farines, couscous, bières, etc.), racines et tubercules (semoules, farines, bâtons, cossettes de manioc, etc.), poissons et viandes fumés et/ou séchés, huiles d’arachide ou de palme non raffinées, lait fermenté, beurre, fromage séché, jus de fruit traditionnels, etc. Quelques aliments sont à base de produits importés comme le pain artisanal en milieu rural et les beignets (à base de blé) ou encore le lait caillé (à base de lait en poudre).

Un secteur dynamique de micro-entreprises artisanales souvent informelles. Ce secteur représente plusieurs milliers de personnes en milieu urbain, et des activités saisonnières dans les villages. Les produits artisanaux représentent des marchés beaucoup plus importants que le secteur industriel. Au Cameroun, les ventes d’huile de palme artisanale sont de l’ordre de 52 milliards de CFA, devant celles des grandes huileries du pays (environ 43 milliards). Les États et leurs partenaires considèrent souvent leur intervention sur le secteur comme difficile et peu pertinente, du fait du manque de structuration, du grand nombre d’unités, et de la faible rémunération du travail. Il constitue pourtant une source de revenus et d’auto-emplois pour de nombreuses familles. Or, la modernisation de ce secteur est essentielle pour l’adapter à de nouvelles formes de commercialisation en ville. La question de la qualité sanitaire et de son amélioration en sont des points cruciaux.

De grosses industries encore peu nombreuses. Les grandes entreprises sont peu nombreuses en Afrique de l’Ouest. Elles sont actives dans les filières « boissons » (bières, jus de fruits à base de pulpe importée, boissons gazeuses sucrées à base de préparations importées, eaux minérales), farine, biscuits, pâtes (minoteries, biscuiteries à partir de blé importé), produits laitiers (yaourt, lait UHT à partir de poudre de lait importée), sucre, concentré de tomates, huiles, condiments (mayonnaise, cubes). Elles se positionnent sur des marchés « de masse » et valorisent peu la production locale hormis pour la production de sucre et de l’huile de palme (plantations appartenant à l’industrie) et quelques indus- tries dans la cadre du développement de l’agriculture contractuelle (concentré de tomates par exemple). On notera dans la filière lait, l’implantation ou le rachat d’usines de transformation par des grands groupes internationaux en Afrique de l’Ouest. Leur objectif principal est d’y fabriquer des produits laitiers à partir de poudre de lait réengraissée importée (et parfois d’une petite part de lait local). C’est le cas notamment au Ghana où on compte de nombreuses grandes entreprises internationales opérant aux côtés des entreprises de transformation plus traditionnelles, comme par exemple : Nestlé (produits du maïs, laits et nourritures infantiles), Unilever (huiles végétales, margarines), PZ Ltd (lait en poudre et épices), Pomasidor (ancien Wonder Foods : laits en poudre et produits laitiers), Heinze, Heineken, South African Breweries, Trusty Foods, Coca Cola, Pepsi Cola. C’est dans les filières à l’export que l’on trouve le plus de grandes industries agroalimentaires qui investissement massivement (Cadbury ou Barry Callebaut dans la filière cacao au Cameroun).

Entre les deux, le lent développement des petites et moyennes entreprises industrielles. Individuelles ou collectives, les petites entreprises industrielles se caractérisent par une main d’œuvre salariée peu nombreuse (de 5-10 à 50 personnes pour les plus grosses quand les opérations restent manuelles) et le recrutement de personnel pour la vente, la gestion et la conduite de petites machines (mécanisation d’au moins une opération unitaire : décorticage, tamisage, mouture, presse, etc.). Elles transforment la production locale pour répondre à une nouvelle demande urbaine en produits « traditionnels » sans risques sanitaires, emballés et étiquetés. Cette demande émane de ménages plutôt aisés : c’est donc des marchés de niche mais en évolution. Ces entreprises sont partiellement formalisées (paiement de la patente, enregistrement au registre du commerce), mais rarement en règle par rapport à la législation du travail et la fiscalité. Elles ne sont pas issues du milieu artisanal. Les dirigeants sont d’anciens salariés devenus entrepreneurs, ou des entreprises collectives de femmes ayant bénéficié de l’appui de programmes de développement ou d’ONG. Certains groupements atteignent des marchés d’exportation (par exemple sur le beurre de karité) avec des certifications bio et/ou équitable qui permettent d’obtenir de meilleurs prix pour les produits (lire aussi pages 19-21). Alors que le secteur de la micro-entreprise est essentiellement féminin, celui de la petite entreprise est aussi investi par des hommes. Les petites entreprises se trouvent dans les centres urbains ou à la périphérie (pour bénéficier de l’accès à l’électricité), au Sénégal, au Cameroun, au Ghana ou encore au Burkina. Elles mettent sur le marché des produits conditionnés à base de céréales (farine, semoule, couscous, etc.), de manioc et de légumineuses ou encore des jus de fruits, des laits fermentés, et des produits forestiers non ligneux transformés.

Des moyennes entreprises, plus rares dans le secteur formel. Les moyennes entreprises ne semblent pas se développer beaucoup. Du fait de leur capacité de production, elles visent généralement des marchés de masse (lait, eau en sachet, condiments, pâte d’arachide) et entrent en compétition avec les grosses industries. Si au Ghana elles se sont développées dans des filières locales avec l’appui de l’État, pour la transformation des céréales (farine de riz et de manioc, boulange- rie), du manioc (séché, en farine et pâtisseries), des fruits (en jus et confitures), des légumes (concentré de tomates, légumes en conserve), et la production d’alcools locaux (par exemple les distilleries Kasapreko et Gihoc), cela est plus rare dans les autres pays. Ces entreprises de taille moyenne ont des difficultés pour collecter des volumes suffisants de matière première du fait d’une production souvent atomisée et qui a du mal à croitre suffisamment vite pour ré- pondre au besoin de l’entreprise, notamment dans le cas de la production laitière. Celles qui valorisent la production locale ont des difficultés à répondre à toutes les exigences en matière de législation fiscale et de législation du travail. Elles sont difficilement compétitives face à des industries qui transforment la matière première importée, sou- vent moins chère. La capacité à valoriser la production se situe davantage au niveau des micro et petites entreprises agroalimentaires. Elles sont la base d’un véritable secteur privé en mesure d’augmenter la valeur ajoutée des filières, d’approvisionner les marchés et de générer des emplois en zones rurale et urbaine.

Activités de transformation par des groupements

Le secteur agroalimentaire se caractérise aussi par l’importance de groupements productifs, généralement féminins, en milieux rural et urbain. On distingue deux grands types :

– D’une part, les regroupements de transformatrices individuelles sur un même lieu de travail et généralement aux mêmes moments. Chacune dispose de sa propre matière première et reste propriétaire de sa production. Le caractère collectif de l’activité est lié à la mise en commun d’équipements, ou à l’approvisionnement en matières premières et à l’entraide entre les transformatrices. La commercialisation peut se faire collectivement (vente groupée) mais la rémunération dépend du volume de production.

– D’autre part, les collectifs de production, généralement associatifs, appelés parfois « entreprises communautaires » où la propriété de la matière première, des consommations intermédiaires et des équipements est commune. Ils sont identifiables par un nom et par une responsable. Le produit des ventes est réparti entre les membres selon des règles propres. Il est partiellement ou intégralement géré par le groupement pour financer ses activités ou mettre en place un fonds de crédit rotatif. En termes de volumes et d’équipements, certains groupements peuvent être équivalents aux petites entreprises. Leur fonctionnement et stratégies sont plus proches des micro-entreprises, leur dimension sociale est mise en avant.

L’exemple des petites entreprises au Sénégal. Free Work Service à Dakar est une entreprise individuelle de transformation de produits agricoles. Elle emploie 32 permanents et un nombre variable de journaliers. Sa capacité de production est de 18 000 litres de jus par mois et de 3000 à 4000 sachets de 25 cl de jus naturel par jour. Le bissap est acheté sous contrat avec des producteurs sénégalais. Le gingembre venant du Mali et les autres fruits sont achetés au niveau des commerçants ambulants (production sénégalaise ou pays voisins). Les différentes opérations sont réalisées manuellement, sauf pour le conditionnement. La distribution est assurée par la boutique du centre- ville de Dakar et par deux autres boutiques. L’entre- prise Free Work Service propose plus de 40 produits locaux différents. Avec une capacité de production de 100 à 220 litres de jus, l’entreprise Maria Distribution, à Dakar, reçoit des commandes des ménages pour les cérémonies familiales, et des hôtels. Elle vend également ses produits dans les boutiques de quartier, de station-service ou les restaurants. Elle a bénéficié d’un contrat avec la chaîne Leader Price, pour la vente de 3 500 à 4 000 litres de jus par an, 3 500 litres de sirop et 1 000 à 1500 kg de confiture par mois. Pour les approvisionnements en matières premières, le groupement d’intérêt économique a établi un contrat avec des groupements de la région de Tambacounda.

Une petite entreprise de transformation du manioc de la région de Kumasi (Ghana). L’entreprise Joss Mah a débuté en 2005 avec la production de maïs et de manioc. La gestionnaire, retraitée du secteur bancaire et mariée au chef traditionnel de la région d’Ashanti, a ensuite créé une unité de transformation du manioc (construction d’un bâtiment et achat de machines dans le cadre d’un projet). Elle produit du gari et de la farine de manioc de haute qualité. Son objectif est d’intensifier la production. La société traite 18 tonnes de manioc frais par semaine. Elle vend localement le gari, et l’exporte indirectement, via des intermédiaires qui assurent les fonctions de commercialisation et qui lui font des commandes pour le marché anglais (30 % de sa production). Elle achète 30 % de sa production aux agriculteurs locaux. Joss Mah compte viser les supermarchés, une fois que la certification du Conseil Food and Drug (agence du gouvernement ghanéen responsable de l’inspection, de la certification et de la distribution des produits alimentaires et médicaments) sera obtenue. En 2005, 10 agriculteurs travaillaient pour l’entreprise (ils sont liés par des contrats d’achat) qui les a formés aux bonnes pratiques de production. En 2010, l’entreprise comptait 25 employés (15 personnes dans la production et 10 dans la transformation). Plusieurs difficultés sont apparues, comme la rotation du personnel (lorsque le personnel est bien formé, il quitte l’entreprise pour mener sa propre activité) ou l’équipement. Il est difficile de trouver au Ghana des modèles d’équipements adaptés aux petites industries. Ghana Regional Appropriate Technology Industrial Service (Gratis), une ONG spécialisée dans la fabrication et la diffusion d’équipement pour les micros et petites entreprises, a ainsi conçu un équipement pour la cuisson du gari plus petit que le matériel importé, et moins cher.

Cécile Broutin est responsable de programme développement agricole et filières agroalimentaires au Gret.

Martine François est responsable de programme agriculture et alimentation durables au Gret.

Pour en savoir plus, vous pouvez également lire : Broutin C., Barlet F., François M., Astard G., Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne ? Rapport de synthèse d’études de cas au Cameroun, Ghana, Madagascar et Sénégal, 112 p., 2013.

Lire aussi l’article sur le site du Gret.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°75 – L’aval des filières vivrières, une opportunité pour les agricultures familiales en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial : Tirer la production locale par l’aval des filières vivrières!
François Doligez, Ninon Avezou

Les politiques agricoles ambitionnent de faire de l’agriculture familiale l’un des piliers de la sécurité et de la souveraineté alimentaires de l’Afrique de l’Ouest. Or, l’économie alimentaire de la sous-région est en pleine transformation en raison de l’accélération de l’urbanisation, et de l’amélioration des revenus d’une part croissante de la population. «Les ménages s’approvisionnent de plus en plus sur les marchés, ils sont demandeurs d’une alimentation plus diversifiée, mais aussi plus facile à préparer et consommer. Mais comment…

Lire PDF
Opportunités et défis de l’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest
Inter-réseaux

Une forte croissance démographique L’Afrique de l’Ouest connait une croissance démographique importante. Celle-ci s’accélérera dans les prochaines années, en particulier dans les zones urbaines. L’aval sera-t-il en mesure de répondre à une hausse continue de la demande en produits alimentaires ? L’aval peut-il satisfaire les transformations des besoins alimentaires des ménages ? L’Afrique de l’Ouest connait des changements profonds de sa demande en produits alimentaires et de ses modes de consommation. On retrouve aujourd’hui trois principaux postes de…

Lire PDF
Comment les classes moyennes ouest-africaines consomment-elles ?
Clélie Nallet

En Afrique de l’Ouest, des « classes moyennes» se développent, souvent bien loin des représentations qui en font une classe urbaine unique. Peut-on arriver à une définition ou doit-on plutôt parler de groupes sociaux intermédiaires ? Comment consomment-elles ? Représentent-elles une opportunité pour les exploitations familiales et la production locale ? Grain de sel (GDS) : Que recouvre la notion de classes moyennes africaines ? Clélie Nallet (CN) : Toute la difficulté est que ce terme est polysémique…

Lire PDF
Approvisionnement des ménages dans le Sahel : que dit l’approche HEA ?
Abdou Malam Dodo, Demba Touré, Émilie Pasquet, Save the Children

Cet article s’intéresse à la façon dont les ménages ruraux, répartis en quatre catégories socio-économiques, s’approvisionnent et consomment en Afrique de l’Ouest. Entre autoconsommation de la production et forte dépendance au marché, quels sont les déterminants de l’approvisionnement des ménages ? Dans les zones rurales du Sahel, l’approvisionnement des ménages en produits alimentaires est fortement lié aux systèmes de production (agriculture ou élevage) qui varient en fonction des zones agro-écologiques et des moyens d’existence des populations vivant dans…

Lire PDF
Carte : Vers un envahissement des enseignes françaises de grande distribution en Afrique de l’Ouest?
Inter-réseaux

En Afrique de l’Ouest, les enseignes de grande distribution semblent se multiplier (page 11). Elles sont parfois sources de tensions au sein de la société civile, comme en témoignent notamment les nombreux collectifs anti-Auchan qui se renforcent au Sénégal (page 13). Télécharger la carte (format Jpeg, 300Ko) : ici. Si vous souhaitez la carte en format initial (10Mo), merci de nous écrire à inter-reseaux@inter-reseaux.org Données : Google Maps, OSM, Jeune Afrique, M.-J. Neveu Tafforeau Faute de données disponibles,…

Lire
Essor des supermarchés en Afrique : risque ou opportunité pour la production locale ?
Daouda Diagne, Marie-José Neveu Tafforeau

Les ouvertures de grands centres de distribution se multiplient aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, au Sénégal mais aussi au Cameroun. Cheval de Troie des produits importés ou opportunités pour les producteurs locaux ? La société civile ouest-africaine se mobilise à leur encontre, dès lors, comment appréhender ces acteurs émergents ? La grande distribution envahit-elle l’Afrique de l’Ouest? Sur le continent africain, 90 % des urbains se procurent leur alimentation dans les marchés traditionnels ou supermarchés du fait de la…

Lire PDF
Les plateformes numériques au service du secteur agricole ?
Inter-réseaux, Papa Mor Niane

Les plateformes de distribution alimentaire en ligne se multiplient en Afrique. Épiphénomène ou marche pied pour le secteur artisanal, leur développement interroge. Traduisent-elles de nouveaux rapports entre producteurs et consommateurs ? Et conduisent-elles à redéfinir les modes de consommation et de distribution des populations ? Un continent de plus en plus connecté En Afrique de l’Ouest, la population est de plus en plus connectée avec 435 millions d’utilisateurs d’Internet (soit un taux de pénétration de 34 %), et…

Lire PDF
Le paysage des entreprises agroalimentaires en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Martine François

En Afrique de l’Ouest, développer le secteur agroalimentaire permettrait de répondre au double défi d’approvisionnement des marchés urbains et de création de revenus et d’emplois. Quelles sont les caractéristiques et contraintes de ce secteur ? Peut-il jouer un rôle moteur pour l’agriculture familiale (accès au marché et hausse de la valeur ajoutée locale) ? Les micro-entreprises jouent un rôle central dans l’approvisionnement des villes en visant des marchés de masse. Elles se caractérisent par leur petite taille (activités…

Labellisation et certification: outils de valorisation des produits locaux?
Kerfalla Camara, Souleymane Yougbaré

Si la labellisation permet généralement aux producteurs de vendre en plus grande quantité et d’accroitre leurs marges, elle interroge : qui en supporte la charge ? Permet-elle une consommation de masse ? Est-elle contrôlée ? Ces entretiens reviennent sur les enjeux de la labellisation dans la filière riz en Guinée, et de la certification biologique au Burkina Faso. La labellisation dans la filière riz en Guinée Grain de sel (GDS) : Qu’est-ce que la marque collective Bora Maalé…

Lire PDF
À Vélingara, une structuration de la filière lait par le modèle coopératif
Moussa Balde

Les producteurs de lait à Kolda, au Sénégal, ont privilégié le modèle coopératif et le renforcement de relations commerciales avec des mini-laiteries artisanales pour structurer la filière laitière. L’article revient sur les enjeux de cette structuration autour d’une fédération régionale. Structuration de la filière lait à Kolda depuis les années 1990. En 1992, le Centre de recherches zoo- techniques (CRZ) dont le siège se trouve dans la ville de Kolda, a encouragé les éleveurs de trois villages à…

Lire PDF
Les enjeux de l’aval pour les organisations paysannes
Léopold Lokossou, pnoppa_benin

Premiers investisseurs du secteur agricole, les organisations paysannes doivent se saisir de l’aval. Mais comment se charger du maillon commercialisation quand leur capacité de gestion est questionnée ? Dès lors, leur positionnement sur l’aval relève d’une stratégie en vue d’améliorer leur offre. Comment les OP peuvent-elles faire face aux défis de l’aval ? Grain de sel (GDS) : Quels enjeux l’aval représente-t-il pour les organisations paysannes et comment s’y positionnent-elles ? Léopold Lokossou (LL) : Au Bénin, depuis…

Lire PDF
Mieux rémunérer le producteur: enjeux communs de l’Europe et de l’Afrique ?
Ibrahim Adama Diallo, Laurent Pasquier

La juste répartition de la valeur ajoutée dans les prix payés aux producteurs est un sujet partagé par tous. Cette question a été à l’origine des États généraux de l’alimentation en France, en 2017. Les initiatives C’est qui le patron en France, et FairFaso au Burkina, tentent d’apporter des réponses. Le patron, c’est le consommateur Grain de sel (GDS) : Quand et pourquoi avez-vous lancé le projet C’est qui le patron ? Laurent Pasquier (LP) : Nous avons…

Lire PDF
Vers de nouvelles formes de partenariats euro-africains dans l’aval
Coop de France, François Doligez, Maud Anjuere, Rachel Blumel

À partir d’initiatives développées par Coop de France, ces articles évoquent les enjeux du modèle coopératif pour l’aval des filières. Ils reviennent sur les échanges de compétences entre coopératives africaines et européennes, et interrogent, dans un second temps, les partenariats mis en œuvre. Les partenariats : une réponse aux attentes des acteurs locaux ? Les 2 500 coopératives agricoles et agroalimentaires françaises représentent des acteurs majeurs des filières alimentaires dans les territoires. Elles sont à la fois fournisseurs…

Lire PDF
Normes: freins ou leviers de l’autonomisation des familles paysannes?
Dovlo Yao Fetor, Ekpetsi Chantal Bouka, Inades Formation, Sena Kwaku Adessou

La question de l’encadrement des produits alimentaires par des normes est primordiale. Ces procédures favorisent la sécurité des consommateurs et le développement des marchés des produits. Toutefois, elles peuvent aussi constituer des barrières à l’accès de certaines exploitations familiales à ce type de marché. Qu’en est-il ? Les normes sont des accords documentés, établis par consensus des acteurs (experts, évaluateurs et gestionnaires de risques, consommateurs), et approuvés par un organisme reconnu de normalisation qui fournit, pour des usages…

Lire PDF
Marchés institutionnels alimentaires: une opportunité pour les producteurs?
Cedeao, Francis Dabiré

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ? Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques…

Lire PDF
Regards Croisés : Quels modèles de développement pour l’aval des filières vivrières ouest-africaines?
Alain Sy Traoré, Bio Goura Soulé, Ousseini Ouédraogo, Seyni Hamadou

L’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest doit faire face à la hausse de la demande alimentaire, aux changements des modes de consommation et fournir des emplois décents. Quels modèles de développement de l’aval des filières permettent de répondre aux enjeux de développement agricole et rural ? Et quels défis ces modèles posent-ils pour l’agriculture familiale ? Grain de sel (GDS) : Quel(s) modèle(s) de structuration de l’aval des filières faut-il développer ? Pourquoi ? Alain Sy…

Lire PDF
Références
Inter-réseaux

De nombreux travaux sur l’aval des filières vivrières Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre de réflexions et d’échanges animés par Inter-réseaux, et qui impliquent plusieurs membres et partenaires. Sur la thématique de la structuration de l’aval des filières vivrières, Inter-réseaux conduit des travaux et accompagne ses membres dans le cadre de plusieurs processus de capitalisation portant sur : les initiatives économiques des organisations de producteurs et un forum de discussion sur la transformation locale…

Lire PDF