The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 9 août 2018

Mieux rémunérer le producteur: enjeux communs de l’Europe et de l’Afrique ?

Ibrahim Adama Diallo/Laurent Pasquier

AvalConsommateurCoopérativesFilières agricoles

La juste répartition de la valeur ajoutée dans les prix payés aux producteurs est un sujet partagé par tous. Cette question a été à l’origine des États généraux de l’alimentation en France, en 2017. Les initiatives C’est qui le patron en France, et FairFaso au Burkina, tentent d’apporter des réponses.

Le patron, c’est le consommateur

Grain de sel (GDS) : Quand et pourquoi avez-vous lancé le projet C’est qui le patron ?

Laurent Pasquier (LP) : Nous avons eu l’idée de lancer C’est qui le patron (CQLP) en 2013. Le but était de faire du consommateur le véritable « patron » : c’est comme s’il avait un bulletin de vote à chaque fois qu’il achète un produit. Il peut ainsi décider lors de ses achats des produits qu’il retrouvera ensuite dans ses rayons car si les produits de mauvaise qualité ou qui rémunèrent mal les producteurs ne se vendent plus, ils ne seront plus dans les rayons ! Mais la société n’était pas encore prête : tous les maillons de la filière — des producteurs jusqu’aux consommateurs, en passant par les transformateurs et les distributeurs — devaient d’abord être convaincus. Ce n’est qu’en 2016 qu’on a finalement pu lancer le projet car il y a eu un basculement dans la société : toute la chaîne alimentaire souffrait d’une crise de confiance liée à une série de scandales alimentaires ; et certains dirigeants de la grande distribution se sont rendus-compte de la nécessité de regagner la confiance du consommateur dans un contexte de guerre des prix entre distributeurs. Le consommateur s’est rendu compte que quand il payait moins cher, ce n’était pas juste un prix mieux négocié entre professionnels, mais que ce n’était plus ni le même produit en termes de qualité, ni la même façon de rémunérer le producteur.

GDS : La société des consommateurs fonctionne sur la base d’une coopérative. Pourquoi ce modèle ?

LP : On a créé une coopérative de consommateurs car on voulait que le consommateur soit au centre. La société C’est qui le patron, a permis de lever 250 000 euros (à partir des commissions de 5 centimes d’euros par litre de lait vendu) pour doter la coopérative en fonds. Elle comprend 5 400 consommateurs sociétaires qui votent pour les questions les plus techniques. Pour les questions générales, n’importe quel consommateur peut voter sur internet, via un questionnaire à choix multiples et sans être nécessairement sociétaire. Il y a un vote par mois et aucune décision n’est prise sans l’aval de la majorité des consommateurs. On propose différents produits : le lait (on a vendu 57 millions de litres depuis le début, avec 350 producteurs), des fraises, du jus pomme, du beurre bio, etc. Au total la coopérative a plus de 500 producteurs, issus d’exploitations de taille moyenne.

GDS : Quelles sont à ce jour vos principales réussites et difficultés ? Comment les expliquez-vous ?

LP : Étrangement c’est avec les producteurs qu’il y a eu le plus de difficultés au départ. Initialement, on travaillait sur le lait, or, le producteur est dépendant de sa laiterie qui collecte le lait tous les deux jours. C’est son seul client, il y est très attaché. Les producteurs, même très mal payés appréhendaient ce qu’on leur proposait. S’ils acceptaient de s’engager dans notre démarche mais qu’elle échouait au bout de 3 mois, ils n’avaient aucune garantie de retrouver leur client antérieur. Donc ils préféraient rester mal payés. Pour les transformateurs ça a été plus simple car la grande distribution était intéressée, il y avait des promesses orales.

GDS : Pouvez-vous donner quelques données sur les prix touchés par les producteurs et sur ceux payés par les consommateurs ?

LP : Les prix payés aux producteurs découlent directement des votes de l’ensemble des consommateurs. On leur pose la question « Comment souhaitez-vous que le producteur soit rémunéré ? » et ils peuvent ré- pondre de quatre manières possibles : rémunérer le producteur au cours du marché, mais il serait donc dans des situations où il ne peut pas payer ses charges ; rémunérer le producteur en faisant un effort, il peut alors équilibrer ses charges mais il ne pourra pas se payer ; rémunérer le producteur convenablement ; rémunérer le producteur de façon convenable et de manière à ce qu’il puisse bénéficier de temps libre. Le litre de lait est vendu 99 centimes d’euros (390 euros les mille litres). Sur ce litre, le producteur reçoit 39 centimes (avec les primes il est à 41-42 centimes). Nous prenons une commission de 5 centimes, il y a 5 centimes de TVA et le reste est partagé entre le transformateur et le distributeur.

GDS : Vous mettez en avant la figure du « consom’acteur », mais la responsabilité n’est-elle pas avant tout à d’autres niveaux ?

LP : Les vrais décideurs sont les consommateurs. Donc mettre l’accent sur ces derniers, dans une République, c’est mettre l‘accent partout ! Aujourd’hui, on n’a plus confiance dans les institutions, donc on fait par nous-mêmes. On propose un échelon intermédiaire pour atteindre un maximum de consommateurs avec le circuit national : la production et les matières premières sont françaises, on vend en France.

Commercialiser du lait équitable au Burkina

Grain de sel (GDS) : Pouvez-vous présenter l’initiative FairFaso ?

Ibrahim Adama Diallo (ID) : L’Afrique et l’Europe rencontrent les mêmes problématiques de commercialisation des produits. Nous avions vu que les producteurs belges, membres de la coopérative Fair-Coop, avaient créé la marque FairBel pour pallier à la suppression des quottas laitiers en Europe, aux problèmes de prix et d’écoulement des productions. Nous avons souhaité répliquer au Burkina avec la marque FairFaso qui commercialise un lait équitable. L’initiative est donc née de la collaboration entre producteurs laitiers belges et burkinabés (affiliés à l’Union nationale des mini-laiteries et producteurs de lait local – UMPL/B), dans le but d’accroitre leur participation sur les marchés. L’UMPL/B est composée de 52 mini-laiteries qui fonctionnent comme des coopératives et vendent directement leurs produits sur le marché local. Parmi elles, trois commercialisent leur lait sous la marque FairFaso, pour environ 40 producteurs par mini-laiterie. On souhaite progressivement augmenter leur nombre mais actuellement nous n’avons pas les financements nécessaires pour les équiper et qu’elles produisent suffisamment. Nous n’avons pas de chiffres sur les quantités produites par ces trois mini-laiteries spécifiquement car les donnés sont collectés et consolidées pour l’ensemble des mini-laiteries membres. Mais celles qui commercialisent via FairFaso ont vues leurs quantités vendues passer de 100 litres à 200-300 litres par jour. Pour vendre sous la marque FairFaso, les mini-laiteries doivent respecter un cahier des charges strictes en termes de qualité. Elles sont accompagnées par FairBel et Oxfam pour ce qui concerne les équipements, la formation, le respect des normes, etc.

GDS : À quels enjeux la marque FairFaso tente-t-elle de répondre ? Comment ?

ID : Le lait local est concurrencé par le lait importé, moins cher et de moins bonne qualité, surtout le lait en poudre dégraissé et ré-engraissé. Le lait en poudre en vrac est taxé à 5 %, 35 % pour les petits conditionnements. Les multinationales contournent cela par des reconditionnements sur place. L’Union européenne doit éviter les politiques qui détruisent la petite économie en Afrique. La marque FairFaso sert à lutter contre cette concurrence déloyale, mais légale car nos États ont signés des accords de partenariats économiques qui les empêchent de protéger leurs marchés, et à interpeller le consommateur : consommer le lait local et produire ce que nous consommons permet aux petits producteurs de subvenir à leurs besoins ! Sinon, notre tissu économique, porté par les petites exploitations familiales, va se déstructurer. FairFaso permet aux petits producteurs d’être visibles et de vendre suffisamment de lait local pour bénéficier d’un marché sûr et régulier face au lait importé. FairFaso sert aussi à mieux vendre grâce aux emballages, au conditionnement ; c’est du marketing. L’idée c’est aussi de donner du travail à nos enfants pour qu’ils ne soient pas happés par les discours extrémistes.

GDS : Selon vous, qu’en est-il de la place du producteur si le « patron » est le consommateur ?

ID : Si vous n’êtes pas organisés, vous êtes dominés par les choix du consommateur, libre de fixer son prix. FairFaso travaille donc à le responsabiliser en jouant sur sa fibre patriotique, en prônant la production locale, même si le prix est plus élevé que sur le marché. Cette démarche reste compliquée en Afrique, nous devons faire connaitre la marque FairFaso. C’est pourquoi nous organisons les 72 heures du lait local, des activités de plaidoyer auprès des autorités, etc.

GDS : Au Burkina, dans quelle mesure les pouvoirs publics vous soutiennent-ils ?

ID : Malgré la volonté affichée dans les discours, l’État n’a pas les moyens de mettre en œuvre de véritables politiques pour accompagner la filière lait. Le ministère de tutelle en charge des ressources animales est le parent pauvre du gouvernement en termes de ressources. Nous devons compter sur nous-mêmes et nos partenaires techniques et financiers. C’est pourquoi nous avons fait appel à la coopérative FairCoop notamment.

Laurent Pasquier est directeur général de la société C’est qui le patron et président de la coopérative de consommateurs La société des consommateurs.

C’est qui le patron est la société qui commercialise les produits sous le nom « C’est qui le Patron ?! La marque du consommateur ».

La société des consommateurs est une coopérative de consommateurs créée en 2016, en France, pour répondre aux enjeux de la juste rémunération des producteurs.

Pour en savoir plus sur la marque du consommateur.

Ibrahim Adama Diallo est président de l’Union nationale des mini- laiteries et producteurs du lait local au Burkina Faso (UMPL/B), et responsable de la mini-laiterie pilote Kossam Yadega, à Ouahigouya au Nord du Burkina, qui porte la marque FairFaso au Burkina.

FairFaso est la marque via laquelle certaines mini- laiteries, membres de l’UMPL/B, commercialisent leur lait. FairCoop est la coopérative qui commercialise les produits laitiers sur le marché et qui a développé la marque FairBel. Elle vise à rémunérer le producteur au juste prix.

Pour en savoir plus sur FairFaso.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°75 – L’aval des filières vivrières, une opportunité pour les agricultures familiales en Afrique de l’Ouest ?".

Editorial : Tirer la production locale par l’aval des filières vivrières!
François Doligez, Ninon Avezou

Les politiques agricoles ambitionnent de faire de l’agriculture familiale l’un des piliers de la sécurité et de la souveraineté alimentaires de l’Afrique de l’Ouest. Or, l’économie alimentaire de la sous-région est en pleine transformation en raison de l’accélération de l’urbanisation, et de l’amélioration des revenus d’une part croissante de la population. «Les ménages s’approvisionnent de plus en plus sur les marchés, ils sont demandeurs d’une alimentation plus diversifiée, mais aussi plus facile à préparer et consommer. Mais comment…

Lire PDF
Opportunités et défis de l’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest
Inter-réseaux

Une forte croissance démographique L’Afrique de l’Ouest connait une croissance démographique importante. Celle-ci s’accélérera dans les prochaines années, en particulier dans les zones urbaines. L’aval sera-t-il en mesure de répondre à une hausse continue de la demande en produits alimentaires ? L’aval peut-il satisfaire les transformations des besoins alimentaires des ménages ? L’Afrique de l’Ouest connait des changements profonds de sa demande en produits alimentaires et de ses modes de consommation. On retrouve aujourd’hui trois principaux postes de…

Lire PDF
Comment les classes moyennes ouest-africaines consomment-elles ?
Clélie Nallet

En Afrique de l’Ouest, des « classes moyennes» se développent, souvent bien loin des représentations qui en font une classe urbaine unique. Peut-on arriver à une définition ou doit-on plutôt parler de groupes sociaux intermédiaires ? Comment consomment-elles ? Représentent-elles une opportunité pour les exploitations familiales et la production locale ? Grain de sel (GDS) : Que recouvre la notion de classes moyennes africaines ? Clélie Nallet (CN) : Toute la difficulté est que ce terme est polysémique…

Lire PDF
Approvisionnement des ménages dans le Sahel : que dit l’approche HEA ?
Abdou Malam Dodo, Demba Touré, Émilie Pasquet, Save the Children

Cet article s’intéresse à la façon dont les ménages ruraux, répartis en quatre catégories socio-économiques, s’approvisionnent et consomment en Afrique de l’Ouest. Entre autoconsommation de la production et forte dépendance au marché, quels sont les déterminants de l’approvisionnement des ménages ? Dans les zones rurales du Sahel, l’approvisionnement des ménages en produits alimentaires est fortement lié aux systèmes de production (agriculture ou élevage) qui varient en fonction des zones agro-écologiques et des moyens d’existence des populations vivant dans…

Lire PDF
Carte : Vers un envahissement des enseignes françaises de grande distribution en Afrique de l’Ouest?
Inter-réseaux

En Afrique de l’Ouest, les enseignes de grande distribution semblent se multiplier (page 11). Elles sont parfois sources de tensions au sein de la société civile, comme en témoignent notamment les nombreux collectifs anti-Auchan qui se renforcent au Sénégal (page 13). Télécharger la carte (format Jpeg, 300Ko) : ici. Si vous souhaitez la carte en format initial (10Mo), merci de nous écrire à inter-reseaux@inter-reseaux.org Données : Google Maps, OSM, Jeune Afrique, M.-J. Neveu Tafforeau Faute de données disponibles,…

Lire
Essor des supermarchés en Afrique : risque ou opportunité pour la production locale ?
Daouda Diagne, Marie-José Neveu Tafforeau

Les ouvertures de grands centres de distribution se multiplient aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, au Sénégal mais aussi au Cameroun. Cheval de Troie des produits importés ou opportunités pour les producteurs locaux ? La société civile ouest-africaine se mobilise à leur encontre, dès lors, comment appréhender ces acteurs émergents ? La grande distribution envahit-elle l’Afrique de l’Ouest? Sur le continent africain, 90 % des urbains se procurent leur alimentation dans les marchés traditionnels ou supermarchés du fait de la…

Lire PDF
Les plateformes numériques au service du secteur agricole ?
Inter-réseaux, Papa Mor Niane

Les plateformes de distribution alimentaire en ligne se multiplient en Afrique. Épiphénomène ou marche pied pour le secteur artisanal, leur développement interroge. Traduisent-elles de nouveaux rapports entre producteurs et consommateurs ? Et conduisent-elles à redéfinir les modes de consommation et de distribution des populations ? Un continent de plus en plus connecté En Afrique de l’Ouest, la population est de plus en plus connectée avec 435 millions d’utilisateurs d’Internet (soit un taux de pénétration de 34 %), et…

Lire PDF
Le paysage des entreprises agroalimentaires en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Martine François

En Afrique de l’Ouest, développer le secteur agroalimentaire permettrait de répondre au double défi d’approvisionnement des marchés urbains et de création de revenus et d’emplois. Quelles sont les caractéristiques et contraintes de ce secteur ? Peut-il jouer un rôle moteur pour l’agriculture familiale (accès au marché et hausse de la valeur ajoutée locale) ? Les micro-entreprises jouent un rôle central dans l’approvisionnement des villes en visant des marchés de masse. Elles se caractérisent par leur petite taille (activités…

Lire PDF
Labellisation et certification: outils de valorisation des produits locaux?
Kerfalla Camara, Souleymane Yougbaré

Si la labellisation permet généralement aux producteurs de vendre en plus grande quantité et d’accroitre leurs marges, elle interroge : qui en supporte la charge ? Permet-elle une consommation de masse ? Est-elle contrôlée ? Ces entretiens reviennent sur les enjeux de la labellisation dans la filière riz en Guinée, et de la certification biologique au Burkina Faso. La labellisation dans la filière riz en Guinée Grain de sel (GDS) : Qu’est-ce que la marque collective Bora Maalé…

Lire PDF
À Vélingara, une structuration de la filière lait par le modèle coopératif
Moussa Balde

Les producteurs de lait à Kolda, au Sénégal, ont privilégié le modèle coopératif et le renforcement de relations commerciales avec des mini-laiteries artisanales pour structurer la filière laitière. L’article revient sur les enjeux de cette structuration autour d’une fédération régionale. Structuration de la filière lait à Kolda depuis les années 1990. En 1992, le Centre de recherches zoo- techniques (CRZ) dont le siège se trouve dans la ville de Kolda, a encouragé les éleveurs de trois villages à…

Lire PDF
Les enjeux de l’aval pour les organisations paysannes
Léopold Lokossou, pnoppa_benin

Premiers investisseurs du secteur agricole, les organisations paysannes doivent se saisir de l’aval. Mais comment se charger du maillon commercialisation quand leur capacité de gestion est questionnée ? Dès lors, leur positionnement sur l’aval relève d’une stratégie en vue d’améliorer leur offre. Comment les OP peuvent-elles faire face aux défis de l’aval ? Grain de sel (GDS) : Quels enjeux l’aval représente-t-il pour les organisations paysannes et comment s’y positionnent-elles ? Léopold Lokossou (LL) : Au Bénin, depuis…

Lire PDF
Mieux rémunérer le producteur: enjeux communs de l’Europe et de l’Afrique ?
Ibrahim Adama Diallo, Laurent Pasquier

La juste répartition de la valeur ajoutée dans les prix payés aux producteurs est un sujet partagé par tous. Cette question a été à l’origine des États généraux de l’alimentation en France, en 2017. Les initiatives C’est qui le patron en France, et FairFaso au Burkina, tentent d’apporter des réponses. Le patron, c’est le consommateur Grain de sel (GDS) : Quand et pourquoi avez-vous lancé le projet C’est qui le patron ? Laurent Pasquier (LP) : Nous avons…

Vers de nouvelles formes de partenariats euro-africains dans l’aval
Coop de France, François Doligez, Maud Anjuere, Rachel Blumel

À partir d’initiatives développées par Coop de France, ces articles évoquent les enjeux du modèle coopératif pour l’aval des filières. Ils reviennent sur les échanges de compétences entre coopératives africaines et européennes, et interrogent, dans un second temps, les partenariats mis en œuvre. Les partenariats : une réponse aux attentes des acteurs locaux ? Les 2 500 coopératives agricoles et agroalimentaires françaises représentent des acteurs majeurs des filières alimentaires dans les territoires. Elles sont à la fois fournisseurs…

Lire PDF
Normes: freins ou leviers de l’autonomisation des familles paysannes?
Dovlo Yao Fetor, Ekpetsi Chantal Bouka, Inades Formation, Sena Kwaku Adessou

La question de l’encadrement des produits alimentaires par des normes est primordiale. Ces procédures favorisent la sécurité des consommateurs et le développement des marchés des produits. Toutefois, elles peuvent aussi constituer des barrières à l’accès de certaines exploitations familiales à ce type de marché. Qu’en est-il ? Les normes sont des accords documentés, établis par consensus des acteurs (experts, évaluateurs et gestionnaires de risques, consommateurs), et approuvés par un organisme reconnu de normalisation qui fournit, pour des usages…

Lire PDF
Marchés institutionnels alimentaires: une opportunité pour les producteurs?
Cedeao, Francis Dabiré

Les marchés institutionnels constituent une opportunité pour les exploitations familiales locales, leur permettant d’écouler leur production. Néanmoins, les conditions pour qu’elles puissent en tirer profit sont rarement réunies. Comment les exploitations peuvent-elles faire face aux différentes contraintes des marchés, dans le but d’appuyer durablement la production locale ? Les marchés institutionnels — perçus comme l’ensemble des contrats d’acquisition de biens et services provenant d’une entité jouissant d’un cadre légal d’existence, en vue de la satisfaction de besoins spécifiques…

Lire PDF
Regards Croisés : Quels modèles de développement pour l’aval des filières vivrières ouest-africaines?
Alain Sy Traoré, Bio Goura Soulé, Ousseini Ouédraogo, Seyni Hamadou

L’aval des filières vivrières en Afrique de l’Ouest doit faire face à la hausse de la demande alimentaire, aux changements des modes de consommation et fournir des emplois décents. Quels modèles de développement de l’aval des filières permettent de répondre aux enjeux de développement agricole et rural ? Et quels défis ces modèles posent-ils pour l’agriculture familiale ? Grain de sel (GDS) : Quel(s) modèle(s) de structuration de l’aval des filières faut-il développer ? Pourquoi ? Alain Sy…

Lire PDF
Références
Inter-réseaux

De nombreux travaux sur l’aval des filières vivrières Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre de réflexions et d’échanges animés par Inter-réseaux, et qui impliquent plusieurs membres et partenaires. Sur la thématique de la structuration de l’aval des filières vivrières, Inter-réseaux conduit des travaux et accompagne ses membres dans le cadre de plusieurs processus de capitalisation portant sur : les initiatives économiques des organisations de producteurs et un forum de discussion sur la transformation locale…

Lire PDF