The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 22 juin 2012

Enjeux de la filière huile de palme en République de Guinée

Floriane Thouillot/Jacques Koundouno/Kerfalla Camara/Pierre Ferrand

Agroalimentaire - AgroindustriePalmier à huileProduits locauxGuinée

Vous lisez un article de la publication "58 : Valorisation des produits locaux : face aux défis, une diversité de solutions".

Ces dernières années, la République de Guinée a connu une extension rapide des surfaces plantées en palmiers améliorés. L’arrivée prochaine en production de ces dernières, avec pour conséquence d’importantes quantités d’huile de palme produites, fait peser d’importants enjeux sur le développement de cette filière.

L’huile de palme est la première huile produite, consommée et échangée en Afrique de l’Ouest. Toutefois, cette production est de plus en plus menacée par les importations d’huiles de palme asiatiques et les autres huiles végétales raffinées (ou non). Entre 1960 et 2005, la proportion d’huile de palme africaine dans la production mondiale est passée de 83 % à moins de 10 %. Pendant ce temps, l’huile de palme asiatique est passée de 16 à 85 %.
En Guinée, la production d’huile de palme est estimée à 60 000 tonnes/an et ne suffit pas à couvrir les besoins en huile alimentaire et en matière première pour l’industrie. Les importations d’huile représentent environ 18 % de la consommation totale d’huile des ménages guinéens.

Une filière encore peu structurée et largement artisanale. On estime que plus de 80 % de l’huile de palme guinéenne proviennent de la production artisanale à partir des peuplements naturels de la variété locale (Dura), le reste étant produit par les plantations de la Soguipah et de plus en plus de plantations familiales à partir de la variété améliorée (Ténéra). La filière huile de palme en Guinée est donc loin d’être structurée autour de grands groupes industriels, comme cela peut être le cas en Côte d’Ivoire, au Nigéria ou encore au Libéria.
L’extraction d’huile de palme est une activité économique très importante dans la majorité des familles paysannes de la Guinée Forestière et de la Basse Guinée, que ce soit au niveau des producteurs, des transformateurs et des commerçants. Par ailleurs, l’huile de palme a une place centrale dans l’alimentation des guinéens, étant de loin le corps gras le plus consommé aussi bien en milieu rural qu’en zone urbaine.
L’essentiel de la production est extrait par les méthodes traditionnelles qui sont pénibles et longues et qui occasionnent beaucoup de pertes (rendements faibles : 8 % en moyenne par rapport au poids du régime, contre 25 % pour les méthodes améliorées).

Une diversité d’huiles de palme. Les peuplements naturels de palmiers à huile de variété locale (Dura) représentent plus de 90 % des palmiers à huile en Guinée. Cette variété est caractérisée par une production saisonnière (principalement de février à juillet), et de faibles rendements (5 à 10 litres par arbre/an). Ces variétés sont peu protégées contre les feux de brousse et l’action des récolteurs de vin de palme, ce qui réduit d’autant leur potentiel de production.
Les plantations de palmiers à huile de variété améliorée (Ténéra) ont été principalement introduites en Guinée par des projets industriels, des actions de l’État et des ONG internationales, afin de satisfaire une demande en huile de palme croissante, tant sur le plan national que sous-régional. Cette variété est caractérisée par une production régulière toute l’année, avec des rendements beaucoup plus importants que les palmiers naturels (30 à 40 litres par palmier et par an). Sa productivité en fait une source de revenu très intéressante pour les paysans, malgré des problèmes de valorisation.
L’huile rouge traditionnelle pure (variété Dura) s’adresse plutôt à un marché de connaisseurs. Elle est très appréciée en Guinée et dans la sous-région (très bonne réputation liée à son goût associé à la couleur rouge vif). Le marché de l’huile mélangée (Ténéra- Dura) se développe pour répondre à cette demande croissante, valoriser les plantations de palmiers améliorés dont l’huile est peu appréciée et offrir un produit plus compétitif. Le mélange se fait soit au niveau des extracteurs (mélange de régimes de différentes variétés), soit au niveau des commerçantes (le plus souvent) sans que les consommateurs en soient informés. La différence de prix entre l’huile rouge traditionnelle pure (Dura) et l’huile maquinot (Ténéra) est d’environ 20 % (en 2011) en faveur de l’huile rouge traditionnelle. Ce différentiel de prix est en baisse depuis quelques temps, en raison de l’interdiction d’exporter mise en place par le gouvernement guinéen.

De nombreux défis face à un potentiel de développement important. Les pouvoirs publics guinéens considéraient en 2007, la filière huile de palme comme la deuxième plus importante filière vivrière derrière le riz, aussi bien en termes de sécurité alimentaire que de revenu, avec environ 10 000 tonnes exportées annuellement vers les pays limitrophes, particulièrement la Guinée Bissau et le Sénégal. Le potentiel de développement de cette filière est à la mesure de ses atouts : coûts de production les plus bas d’Afrique de l’Ouest, possibilité d’expansion des plantations, taux record d’extraction pour la filière industrielle, qualité appréciée par le consommateur, effets positifs sur l’environnement pour les plantations de Dura. Cela étant dit, le développement de cette filière ne va pas sans présenter quelques défis importants, notamment sur les aspects de production, de transformation et de commercialisation.

Accès à des plants de qualité et préservation de la biodiversité. L’appui à la production repose sur une plus grande dissémination de plants de palmiers améliorés (Ténéra) accompagnée de formations techniques aux planteurs. Pour le moment, une grande partie des plants de Ténéra est importée du centre national de production de matériel végétal de La Mé en Côte d’Ivoire (parfois sans réelle garantie sur la qualité). Un des grands défis de la recherche actuelle est aussi de faire émerger des variétés et souches nouvelles, dotées d’une grande productivité et d’une qualité de l’huile plus proche de la variété naturelle (couleur, texture, etc.).
Par ailleurs, l’engouement actuel des petits planteurs pour le Ténéra tend à favoriser le recours à du matériel végétal « tout venant » issu de grandes plantations industrielles ou familiales. Cette dissémination rapide de matériel végétal non contrôlé pourrait, à termes, avoir un impact très négatif sur la future production d’huile de palme.
En Guinée Forestière, un peu plus de 4 000 ha de plantations améliorées familiales ont été mis en place ces 3 dernières années avec l’appui de la Fédération régionale des planteurs de palmiers à huile et hévéa (Fereppah) . 80 % de ces plantations ne sont pas encore entrées en production. L’extension des zones plantées en Ténéra se fait bien souvent aux dépens des peuplements sauvages de palmiers Dura, qui sont pourtant très importants pour la préservation de la biodiversité.
Enfin, cet engouement pour le palmier à huile risque de peser sur la mise en valeur des terres agricoles. La conversion des zones de culture de riz en plantation de palmier à huile accroit la concurrence pour la mise en valeur des terres. Cette pression sur les terres agricoles est aggravée par le développement et l’extension des activités minières.


Extraction traditionnelle (Dura), Basse Guinée

Adaptation des capacités d’extraction et de la commercialisation en tenant compte de la segmentation du marché. La dynamique actuelle de diffusion des palmiers améliorés est renforcée par l’enthousiasme des autorités guinéennes et des bailleurs de fonds qui souhaitent appuyer le développement de la filière en Guinée. Cependant, de nombreux doutes semblent peser sur les capacités de transformation (extraction) actuelles à l’échelle villageoise et les capacités d‘absorption du marché. Le risque est grand d’avoir prochainement une augmentation importante des volumes produits d’huile maquinot sans qu’il n’y ait en place les infrastructures appropriées pour traiter les régimes de palmier et écouler la production sur le marché national ou régional.
En parallèle, d’importants défis concernent aussi la commercialisation de l’huile de palme, il est capital de prendre en compte la segmentation du marché. Concernant l’huile rouge traditionnelle, essentiellement reconnue comme étant un produit de la Guinée Forestière, la mise en place de démarches collectives garantissant à la fois son image et sa qualité sont nécessaires. Pour l’huile maquinot, l’augmentation importante des volumes produits incite à réfléchir sur ses débouchés sur le territoire guinéen et dans la sous-région. La pratique non formalisée de mélanges entre huile rouge et huile maquinot semble pouvoir offrir une bonne piste de valorisation, l’huile mélangée obtenue ayant des caractéristiques organoleptiques plus proches des attentes des consommateurs. Mais cela nécessite de protéger les peuplements de Dura, et de mener un travail important de définition concertée de normes demandées par les professionnels de la filière, de diffusion de bonnes pratiques de production pour assurer la mise en marché de produits de qualité et d’information des consommateurs. Une attention particulière devra aussi être portée aux débouchés possibles pour les sous-produits de la filière huile de palme tels que l’huile de palmiste et le tourteau (valorisable notamment via les filières porcine et rizi-piscicole).

Concertation entre l’État et les professionnels sur les outils de politique commerciale. Le gouvernement guinéen a pris la décision de fermer ses frontières à plusieurs reprises (comme ce fut le cas en 2010-2011) pour limiter les exportations d’huile de palme (et d’autres produits vivriers) et faire baisser les prix intérieurs pour un meilleur accès aux consommateurs urbains alors que le marché intérieur n’était pas en mesure d’absorber la production d’huile rouge. Le Pniasa (2013-2016) indique un changement d’orientation en faveur d’un appui conséquent au développement des exportations des produits de la filière huile de palme. Ce changement, qui devrait avant tout bénéficier aux producteurs d’huile de palme issue des plantations améliorées, doit s’accompagner d’une plus grande commercialisation d’huile de mélange, clairement affiché et validé.
La nouvelle législation de l’Union Européenne sur l’étiquetage des denrées alimentaires devrait entrer en vigueur d’ici 2013-2015. Celle-ci vise à parvenir à un étiquetage plus clair des denrées alimentaires et devrait permettre aux consommateurs européens d’être mieux informés notamment sur l’origine des huiles végétales. L’huile de palme issue des plantations asiatiques (Indonésie, Malaisie) est très mal perçue en Europe car ces dernières sont considérées comme largement responsables de la déforestation massive en cours dans cette partie du monde. Il est ainsi probable que les ventes d’huile de palme asiatique chutent fortement à destination de l’Europe, avec le risque que ces exportations soient réorientées vers l’Afrique, saturant le marché avec une huile d’importation beaucoup moins chère que l’huile locale. Même si l’attachement des consommateurs à des produits traditionnels comme l’huile rouge est très fort et que les habitudes alimentaires et la qualité supérieure des produits locaux devraient permettre de limiter un peu ces importations massives d’huiles asiatiques, il s’avère nécessaire d’anticiper cela par une réflexion sur des mesures tarifaires conformes à la réglementation de l’OMC et la politique commerciale de la Cedeao pour protéger les filières locales.

L’huile rouge

On distingue différents types d’huiles en fonction des variétés et des modes de transformation utilisés :

  • L’huile rouge s’obtient à partir d’huile de palmiers sauvages (Dura) avec une extraction par chauffage. Elle est consommée dans tout le pays et est également recherchée par les consommateurs des pays voisins. C’est l’huile la plus chère.
  • L’huile tobogui s’obtient à partir d’huile de palmiers sauvages (Dura) avec une extraction par fermentation. Elle est consommée surtout par l’ethnie Toma (procédé traditionnel) et de plus en plus en Guinée Forestière.
  • L’huile maquinot artisanale, plus claire, s’obtient à partir d’huile de palmiers améliorés (Ténéra) avec une extraction par chauffage. Elle est peu appréciée seule (en particulier en Guinée Forestière et en Basse Guinée, i.e. les zones de production) et elle est souvent mélangée à de l’huile rouge par les commerçantes pour être vendue plus facilement (couleur et goût). Elle est aussi beaucoup utilisée pour la saponification.
  • L’huile maquinot industrielle de la Soguipah s’obtient à partir d’huile de palmiers améliorés (Ténéra) avec une extraction industrielle. Elle est très peu consommée en Guinée et principalement destinée à la saponification et à l’exportation vers les bassins de consommation africains non producteurs d’huile de palme.

Appuyer les exploitations familiales et structurer la filière pour une meilleure valorisation de l’huile rouge guinéenne : quelques actions du projet Acorh

Le Gret et la Maison guinéenne de l’entrepreneur (MGE), à travers la mise en oeuvre du projet Acorh contribuent au développement des filières locales riz et huile de palme afin de répondre aux besoins des populations en sécurisant l’approvisionnement des consommateurs et en augmentant les revenus des différents acteurs. Cette action, sur la filière huile de palme, passe par un appui aux groupements d’opérateurs constitués et naissants, de l’amont à l’aval (producteurs, transformateurs, commerçants), en combinant la formation organisationnelle et technique, l’accès facilité à des moyens financiers (intermédiation/relations avec des institutions de micro finance) et techniques (équipements, procédés améliorés), la concertation et les accords interprofessionnels et en favorisant l’autonomie des groupements pour une plus grande durabilité.
Ainsi le projet a déjà appuyé 4 unions et 2 groupements de planteurs en Guinée Forestière et installé des pépinières de palmier à huile Ténéra afin de favoriser l’accès et la dissémination de plants de palmiers à huile améliorés. Cet appui se fait en étroite collaboration avec la Fereppah. Dans le même temps, un appui spécifique est fourni aux groupements d’extracteurs via la diffusion de malaxeurs à huile de palme, dont les performances avaient été étudiées dans le cadre d’un projet précédent (Dynafiv).
Enfin, dans le cadre de l’appui organisationnel et structurel aux acteurs de la filière huile de palme, le projet a organisé, en août 2011, une première rencontre interprofessionnelle régionale de tous les acteurs de la filière sur le thème : métiers et bonnes pratiques pour un produit de qualité. Cet atelier a regroupé les représentants délégués de tous les maillons de la filière huile de palme des localités ciblées par le projet (N’Zérékoré, Gouécké, Lola, Sinko et Palé). Il s’agissait d’une première étape dans la définition commune de bonnes pratiques pour l’élaboration et la commercialisation d’une huile rouge locale de qualité.
Ainsi, l’ensemble des actions portées par le projet vise avant tout à promouvoir une huile rouge locale de qualité et rémunératrice pour les foyers ruraux ainsi que le renforcement de tous les acteurs de la filière y compris la Fereppah. Une réflexion va cependant être envisagée sur la promotion d’une huile de mélange en travaillant également sur les normes et les bonnes pratiques pour tenir compte de la nécessité de valoriser la production à venir des palmiers améliorés et préserver les plantations naturelles de Dura qui contribue à travers l’huile de mélange à faciliter la commercialisation de l’huile maquinot.

  • Jacques Koundouno est le coordinateur du projet Acorh en Guinée Forestière (Gret).
  • Pierre Ferrand est chargé de projet Développement agricole et filière agro-alimentaire au Gret.
  • Floriane Thouillot est chef du projet Acorh en Guinée (Gret).
  • Kerfalla Camara est le directeur de la Maison guinéenne de l’entrepreneur (MGE), partenaire du Gret pour la mise en oeuvre du projet Acorh.
  • Le projet Acorh (Amélioration des capacités des organisations des filières riz et huile de palme en Guinée) est présenté dans un encadré dans cet article.
Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Au Sénégal, promotion du sésame via la formation professionnelle
Caroline Amronm

Le développement de la filière sésame pose la question de sa promotion auprès des sénégalais, le produit n’entrant pas traditionnellement dans les habitudes de consommation. L’Ugan s’associe aux centres de formation professionnels afin de promouvoir son utilisation dans l’enseignement des métiers de la restauration. Situation au Sénégal : Pourquoi introduire une nouvelle culture ? Voilà plusieurs années que le sésame a attiré l’attention du gouvernement sénégalais et ce pour plusieurs raisons : ses avantages agronomiques (faible demande en…

Lire PDF
Le potentiel de développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si elle ne prend pas en compte le secteur de la transformation qui la connecte aux marchés, l’agriculture vivrière commerciale ne sera pas en mesure de relever les défis de sécurité et de souveraineté alimentaires des pays ouest-africains. Tour d’horizon du potentiel du secteur agro-alimentaire et des effets de leviers à activer pour son développement. Le rôle de l’agriculture vivrière commerciale est essentiel pour dynamiser les marchés locaux et prémunir les populations contre les hausses des prix alimentaires…

Lire PDF
Valoriser une céréale traditionnelle africaine, le fonio
Djibril Dramé, Famoï Béavogui, Jean-François Cruz

Le fonio est certainement la plus ancienne céréale cultivée en Afrique de l’Ouest. Malgré de bonnes qualités nutritionnelles, sa valorisation a longtemps été freinée par la pénibilité de sa transformation artisanale. Des recherches récentes ont permis de mécaniser plusieurs étapes de sa transformation pour mieux le valoriser. Dans la cosmogonie du peuple Dogon, au Mali, la graine de fonio, appelée pô, est considérée comme «le germe du monde ». Le fonio (cf. encadré) donne des grains minuscules, de…

Lire PDF
Introduction aux enjeux de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si le fort potentiel de contribution de l’agro-alimentaire au développement économique et social a été démontré, ce secteur demeure confronté à de nombreuses contraintes aussi bien techniques que liées à l’environnement des services nécessaires à son essor. Autant de défis à relever pour valoriser les produits locaux. La part des produits locaux et régionaux dans la consommation urbaine des pays ouestafricains est importante, et le panier de la ménagère dans cette région est suffisamment diversifié pour constituer un…

Lire PDF
Les transformatrices de céréales du Faso en réseau
Fanny Grandval, Philippe Ki

De nombreuses transformatrices du Faso se sont constituées en réseau national avec l’appui de l’Aprossa. Elles ont en commun la recherche de la qualité, et unissent leurs efforts pour relever le défi de la distribution. Au Burkina Faso, tout comme chez ses voisins sahéliens, l’explosion démographique des centres urbains et le changement des modes de vie entrainent de nouvelles demandes et exigences des citadins concernant leur alimentation. Ils sont non seulement à l’affût de produits de qualité mais…

Lire PDF
Les transformateurs de fruits du Bénin plaident pour un soutien de l’État
Dieu-Donné Alladjodjo, sjnounagnon

Dieu-Donné Alladjodjo est président d’une coopérative et Directeur général de PromoFruits Bénin, une société créée par la coopérative pour gérer l’unité industrielle de transformation de l’ananas en jus IRA vendu en cannettes. Il nous parle ici de son parcours et nous dévoile quelques conseils. 23 Joachim N. Saizonou : Avant d’être Directeur général de la société PromoFruits Bénin, vous avez commencé comme producteur d’ananas. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Dieu-Donné Alladjodjo : Originaire de Sékou, dans la…

Lire PDF
Investir dans les boissons naturelles, les pistes artisanales à explorer
Cécile Broutin

En Afrique de l’Ouest, si la transformation industrielle en jus naturels est souvent considérée comme la meilleure possibilité de valorisation des fruits, d’autres pistes de production de boissons locales via des procédés artisanaux améliorés ont le vent en poupe et sont à explorer. Grain de Sel : Pouvez-vous nous présenter un aperçu de l’offre et de l’appréciation par les consommateurs des jus naturels locaux disponibles sur les marchés ouest africains ? Cécile Broutin : Les données sur la…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. PROJET L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques iram Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les…

Lire PDF
Face aux défis de la valorisation des produits locaux, une diversité de solutions
Inter-réseaux

La première partie de ce dossier tente de planter le décor de l’état du marché et de la consommation alimentaire en Afrique de l’Ouest d’une part, du secteur clé de la valorisation des produits locaux que constituent les micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) d’autre part, puis des différentes catégories d’enjeux et défis à relever pour une valorisation effective et efficace des produits alimentaires locaux à destination des consommateurs ouest-africains. Si les politiques publiques ouest-africaines et les politiques…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. Projet L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les services…

Lire PDF
Perspectives, limites et éléments de débats concernant la valorisation des produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Au regard de l’ensemble des informations et expériences rassemblées dans ce dossier, et suite au bilan dressé dans l’article précédent, voici quelques perspectives, éléments d’analyse, pré-requis relevés quant au thème de la valorisation des produits locaux. Quelles perspectives pour le développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) ? Les perspectives de la demande alimentaire sont favorables au développement du secteur agro-alimentaire (extrait étude MSU). Dans la sous-région ouest africaine, il existe un important marché pour les filières…

Lire PDF
Enjeux de la filière huile de palme en République de Guinée
Floriane Thouillot, Jacques Koundouno, Kerfalla Camara, Pierre Ferrand

Ces dernières années, la République de Guinée a connu une extension rapide des surfaces plantées en palmiers améliorés. L’arrivée prochaine en production de ces dernières, avec pour conséquence d’importantes quantités d’huile de palme produites, fait peser d’importants enjeux sur le développement de cette filière. L’huile de palme est la première huile produite, consommée et échangée en Afrique de l’Ouest. Toutefois, cette production est de plus en plus menacée par les importations d’huiles de palme asiatiques et les autres…

Inter-réseaux et ses membres s’investissent au Burkina Faso pour la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France (cf. interview page 45), la Confédération paysanne du Faso (CPF), le Gret et Inter-réseaux se mobilisent depuis fin 2011 au Burkina Faso pour conduire un projet pilote de renforcement des stratégies d’acteurs valorisant les produits locaux en lien avec les consommateurs urbains. Ce projet vise à identifier, capitaliser,…

Lire PDF
Ce que les expériences de terrain nous enseignent
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Suite à cette revue d’un échantillon d’expériences et d’initiatives de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest et dans d’autres pays du continent, voici un bilan des enseignements que l’on peut en tirer, au regard des défis introduits à la page 12. Sur le thème de la valorisation des produits locaux, et des stratégies possibles à mettre en oeuvre pour mieux connecter les acteurs des filières agro-alimentaires aux marchés, voici, au regard des défis énumérés préalablement, quelques…

Lire PDF
Rova, pour des produits laitiers de qualité accessibles à tous
Kasprzyk Marta, Randriamahaleo Alexandre

À Madagascar, la consommation moyenne de lait est bien inférieure aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (5 contre 60 kg/habitant/an). L’union de coopératives laitières Rova a décidé de relever le défi en produisant et commercialisant des produits de qualité destinés au marché local, et accessibles aux différentes catégories sociales. Professionnalisation des éleveurs et commercialisation de produits de qualité, tels sont les objectifs de Rova qui développe des services en amont (appui technique et conseil aux producteurs)…

Lire PDF
Le beurre de karité à la conquête des marchés locaux
Azara Nfon Dibié, Fanny Grandval, Martine François

_ Avec près de 20 ans d’existence, l’Association Rimtereb Som et sa « petite soeur », la marque « Takam Cosmétiques », ont bel et bien réussi à investir aujourd’hui le marché local du Burkina Faso pour la vente de produits cosmétiques au karité. Retour sur le parcours de leur responsable, Martine Kaboré, une femme entreprenante. Lorsqu’elle créa Rimtereb Som en 1994, Martine Kaboré avait en tête de rassembler des femmes veuves et nécessiteuses autour d’activités génératrices de…

Lire PDF
Comprendre la demande des villes pour valoriser les produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Ces dernières décennies, la croissance démographique rapide des villes d’Afrique de l’Ouest a entraîné l’essor d’un véritable marché pour des produits locaux diversifiés et de plus en plus transformés. Présentation illustrée des caractéristiques de cette consommation alimentaire urbaine en pleine mutation. D’après les statistiques des Nations unies, la population urbaine en Afrique subsaharienne (ASS) atteint aujourd’hui environ 313 millions d’habitants, soit 37,6 % de la population totale. Si l’Afrique de l’Ouest ne comptait que 15 % d’urbains en…

Lire PDF
Nourrir les villes par la production familiale locale
Jean-baptiste Cavalier

Suite aux émeutes de la faim de 2008, le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France se sont associés pour lancer, en 2009, un programme de renforcement de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne, recentré depuis 2010 sur l’Afrique de l’Ouest. Présentation de cette initiative. Grain de Sel : Quels sont les appuis que le programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »apporte aux acteurs du développement rural ? Jean-Baptiste Cavalier…

Lire PDF
Réintroduire des produits délaissés : les légumes feuilles
Marine Raffray

Longtemps restreint à l’autoconsommation, le légume feuille est devenu un produit destiné au marché pour de nombreux producteurs kenyans ayant bénéficié de soutiens spécifiques. Ceux-ci touchaient en particulier à l’organisation collective et à la recherche de débouchés. Retour sur les enseignements de cette expérience Les légumes feuilles sont un produit à double avantage : ils sont peu exigeants en termes d’itinéraire technique et sont vendus à des prix abordables pour les populations les plus vulnérables. Leurs bienfaits nutritionnels…

Lire PDF
L’essor des produits dérivés du manioc en Afrique de l’Ouest
Fanny Grandval

La production de manioc a connu une hausse importante ces 30 dernières années, en partie dynamisée par le secteur de la transformation en plein essor. Une grande diversité de produits transformés, par voies traditionnelles ou industrielles, existe et leur développement s’accompagne de technologies et de politiques performantes. L’Afrique est le premier producteur de manioc au monde. Les principaux pays producteurs sont le Nigeria (35 % de la production africaine totale et 19 % de la production mondiale), la…

Lire PDF
Répertoire des acteurs-témoins mobilisés pour cette publication

enda graf Enda Graf Sahel Objectif de la structure : appui aux initiatives populaires et aux politiques publiques Thèmes d’expertise : appui au développement des micros et petites entreprises agro-alimentaire (MPEA) Contact : BP: 13069 Cité Millionnaire, grand Yoff, Dakar. Tél. : + 221 33 827 20 25 Fatou Ndoye Fatou N’Doye Fonction : coordinatrice du Pôle agro-alimentaire à Enda Graf Sahel Spécialité : sociologue fatouassndoye@yahoo.fr Pape Seck Pape Seck Fonction : chargé de programme Filières agricoles et…

Lire PDF
Soutenir les initiatives des exploitations familiales et des petites entreprises à la conquête des marchés urbains
Bénédicte Hermelin, Freddy Destrait

À l’horizon 2025, les 15 pays de la Cedeao compteront prés de 400 millions d’habitants. Ce contexte de très forte croissance démographique s’accompagne déjà actuellement d’un développement urbain sans précédent qui risque de bouleverser les rapports villes – campagnes en particulier au niveau de la répartition spatiale des populations en faveur des villes. Ce scénario pose des problèmes de sécurité alimentaire dans la mesure où les « urbains » sont des importateurs nets de produits alimentaires. Par ailleurs,…

Lire PDF