The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 24 juin 2012

Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux

Inter-réseaux

Agroalimentaire - AgroindustrieProduits locaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon.

PROJET
L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques

iram
iram
Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les services énergétiques ruraux, en substitution du gasoil. Le Jatropha est une plante bien connue dans la zone cotonnière du Mali sud, où elle est maintenue comme haie vive. Ses produits sont utilisés pour la fabrication du savon et pour leurs propriétés médicinales. Avec cette initiative commencée en 2008, l’huile de Jatropha est valorisée pour un usage additionnel, celui de carburant utilisable dans les groupes électrogènes et les moteurs dits Lister (procurant une force motrice, en particulier pour les équipements de transformation agricole).
La construction d’une nouvelle filière nécessite de travailler de manière concomitante dans plusieurs domaines : agronomique, technique, organisationnel, institutionnel et réglementaire. Il faut ainsi mettre en place de nouveaux outils, de nouvelles pratiques et favoriser le dialogue entre les acteurs afin de sécuriser l’environnement de la filière. Ainsi le projet accompagne les producteurs pour la culture de Jatropha et la gestion collective des fonctions récolte / post-récolte ; met au point des procédés de fabrication d’huile et adapte les moteurs à son utilisation ; il participe à la définition d’une norme de qualité pour l’huile-carburant et d’un protocole de contrôle de cette qualité, en partenariat avec le Cirad et l’Anadeb. Il a installé une unité d’extraction et un laboratoire d’analyse dont il s’agit d’assurer la viabilité et l’appropriation par les opérateurs locaux.
Le projet Alterre/Jatroref est mis en oeuvre dans le cercle de Koutiala au Mali en partenariat avec Geres et Amedd (financement UE, FFEM, Total Tate). Pour en savoir plus www.jatroref.org

CAPITALISATION
SNV et Socoprolait au Burkina : un appui qui porte ses fruits

Cette présentation fait référence à une fiche capitalisation plus complète de la SNV.
snv
snv
Au Burkina Faso, la SNV développe depuis 2010 un partenariat technique avec la Société coopérative des producteurs de lait (Socoprolait), fédération d’organisations de producteurs de la province du Tuy rassemblant à ce jour 184 membres et plus de 2 000 têtes de bétail. Les axes prioritaires de l’appui technique sont l’amélioration de la production de lait, des performances de son système de collecte, de transformation et de commercialisation ainsi que de la gestion administrative et financière de l’unité de transformation basée à Houndé.
Des résultats en chiffres. Ce partenariat donne aujourd’hui des résultats plutôt satisfaisants. Les quantités de lait collectées ont augmenté de 44,5 %, passant de 24 380 litres pour les deux années 2008 et 2009 à 36 665 litres sur la période de janvier 2010 à octobre 2011. Le nombre d’adhérents à Socoprolait a également augmenté de 23 %, passant à 184 membres. Des appuis ont été apportés pour améliorer la qualité du lait : rationalisation des circuits de collecte, formation aux bonnes pratiques d’hygiène, instauration de tests systématiques de la qualité du lait cru pour éviter les pertes (elles n’ont pas dépassé 2 % au cours de 2 dernières années). Enfin, le temps de travail des femmes a été raccourci grâce à l’amélioration du matériel utilisé.
À ce jour, Socoprolait dispose d’une meilleure organisation et les capacités de production du lait frais sont accrues. En témoigne les distributeurs plus nombreux qui viennent s’y approvisionner.

ARTICLE
SOS Faim en parle dans Défis Sud : « Les producteurs de mil aiment ce pain-là »

D’après l’article rédigé par Mohamed Gueye, Défis Sud nº104, pages 17-19.
sos
sos
Au Sénégal, à côté du riz, le pain est devenu un élément incontournable de l’alimentation locale. Rares sont désormais les repas qui ne sont pas accompagnés d’une baguette de pain. Face à cette demande, de nouveaux produits se développent à base de céréales locales, comme le mil et le maïs sur les étalages de Dakar. Pour enrayer la tendance à l’importation massive de blé, les organisations des boulangers et les producteurs de céréales ont cherché à offrir un produit qui pourait minimiser les importations de blé et valoriser les céréales locales. C’est ainsi qu’est née l’idée de créer le pain Doolé (terme wolof signifiant force).
Un partenariat a été établi entre les différents acteurs de la filière : Mass Gningue, président de l’Organisation des producteurs des céréales, membre de la Fédération paysanne du Sénégal (Fongs), explique que sa structure a établi un accord avec l’Association nationale des transformateurs de céréales locales qui, à son tour, a passé des accords de performance avec les boulangers. L’objectif de départ était d’offrir aux consommateurs un pain de qualité à un coût abordable tout en valorisant la production nationale de céréales.
Pour relever ce défi, les producteurs de céréales locales, les transformateurs, les boulangers, ainsi que le partenaire technique, l’Institut de technologie alimentaire (Ita), ont passé un accord de performance. Ainsi, les producteurs s’engagent, par contrat, à produire et à fournir régulièrement une quantité définie de mil et de maïs aux transformateurs. Ils collectent leur récolte, la conditionnent et la stockent dans de bonnes conditions avant de la livrer aux transformateurs. Ces derniers, pour leur part, ont la responsabilité de fournir aux boulangers la préparation spéciale, constituée d’un mélange proportionné de farine de céréale locale et de blé, qui va produire le pain Doolé. Toutes ces techniques sont maîtrisées grâce à l’expertise de l’Ita qui est chargé, dans ce partenariat, de contrôler la qualité de la matière première fournie, ainsi que la valeur nutritive des produits finis. Mass Gningue explique que la Fongs a mobilisé 500 exploitations familiales sur ce programme.
L’ambition des différents partenaires est grande, le pain composé pourrait être vendu sur l’ensemble du territoire national d’ici la fin de l’année prochaine.

PROJET
Le Réseau Billital Maroobé et l’Iram ensemble pour la valorisation du lait local au Niger

rbm
rbm
Le projet accompagne les producteurs pour l’approvisionnement des laiteries de Niamey en lait cru local par un dispositif de centres de collecte multiservices, contrôlés par les éleveurs locaux. Niamey dispose d’un secteur de transformation laitière dynamique en raison d’une forte consommation locale. Elle compte trois unités de transformation laitière de type industriel et plusieurs autres unités de type semi-industriel ou artisanal (mini laiteries).
Les centres de collecte, assurant la réception, le contrôle et le stockage du lait au plus près des producteurs, permettent à la fois de limiter les coûts de transaction, de contrôler la qualité du lait et de sécuriser les débouchés par la contractualisation avec les laiteries. Ils sont également une plateforme de services aux éleveurs : échange d’informations, formations aux bonnes pratiques d’hygiène, achats groupés d’aliments du bétail etc.
Le projet Nariindu est mis en oeuvre par l’Iram, en partenariat avec Billital Maroobé, Aren, les ONG Karkara et VSF-Belgique (financement AFD, CFSI). Pour en savoir plus sur le Réseau Billital Maroobé : www.maroobe.org

POINT DE VUE
Revisiter le lien entre consommateurs et paysans

Texte de Gérard Renouard, agriculteur et Président d’Agriculteurs français et développement international (Afdi)
afdi
afdi
En Afrique de l’Ouest, le doublement de la population d’ici 2030 et l’ampleur de la croissance urbaine rendent inévitable le débat sur la place des agricultures locales dans les stratégies de sécurité alimentaire. Dans ce contexte d’évolution de la demande, la valorisation de la production locale passera certainement par une relation rénovée entre les paysans et les différents maillons de la chaîne de commercialisation et de transformation.
Les débats et les réflexions menés par Afdi en 2012 autour du thème « Quel équilibre entre villes et campagnes face au défi alimentaire ? » nous apprennent à quel point les organisations paysannes (OP) ouest africaines ont d’ailleurs saisi l’importance d’adapter les processus de mise en marché aux contraintes des consommateurs, en particulier citadins. Le développement de conditionnements correspondant aux budgets des ménages ou la contractualisation avec des transformatrices urbaines en sont de parfaites illustrations.
L’enjeu est majeur : devant les potentialités offertes par la croissance des villes, la notion de « culture de rente » se transforme. La vision classique, qui voudrait que les débouchés rémunérateurs dépendent des cultures d’exportation, est bousculée par le dynamisme des marchés intérieurs. L’adaptation des politiques agricoles à ces changements sera donc déterminante pour les agricultures familiales locales. Si les États souhaitent que leurs secteurs agricoles et agro-alimentaires profitent des leviers de développement offerts par les perspectives démographiques, ils doivent en effet reconnaitre le métier des paysans et soutenir leurs initiatives.
Face aux évolutions des consommations alimentaires, les OP sont à même de prouver la contribution des agricultures familiales à la sécurité alimentaire et de l’améliorer. Elles peuvent assurer une veille continue sur les tendances des marchés et connecter les producteurs aux systèmes de transformation et de commercialisation les plus porteurs. Si cette fonction doit être reconnue par l’État, il est également du rôle de nos organisations de solidarité internationale de la mettre en avant et d’aider à sa construction. Nous croyons au rôle incontournable des OP depuis de nombreuses années, il est plus que jamais temps de le défendre et de le valoriser !
Pour en savoir plus : www.afdi-opa.org

La liste des présentations de cette rubrique est loin d’être exhaustive ni représentative de l’ensemble des actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux. D’autres membres non mentionnés dans cette double page conduisent aussi des actions. À titre d’exemple (liste non exhaustive) : Afrique verte internationale (www. afriqueverte. org) ; Fert (www.fert. fr) ; D’autres : Ipar (www.ipar.sn), AVSF (www. avsf.org), Roppa (www. roppa.info), etc

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "58 : Valorisation des produits locaux : face aux défis, une diversité de solutions".

Au Sénégal, promotion du sésame via la formation professionnelle
Caroline Amronm

Le développement de la filière sésame pose la question de sa promotion auprès des sénégalais, le produit n’entrant pas traditionnellement dans les habitudes de consommation. L’Ugan s’associe aux centres de formation professionnels afin de promouvoir son utilisation dans l’enseignement des métiers de la restauration. Situation au Sénégal : Pourquoi introduire une nouvelle culture ? Voilà plusieurs années que le sésame a attiré l’attention du gouvernement sénégalais et ce pour plusieurs raisons : ses avantages agronomiques (faible demande en…

Lire PDF
Le potentiel de développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si elle ne prend pas en compte le secteur de la transformation qui la connecte aux marchés, l’agriculture vivrière commerciale ne sera pas en mesure de relever les défis de sécurité et de souveraineté alimentaires des pays ouest-africains. Tour d’horizon du potentiel du secteur agro-alimentaire et des effets de leviers à activer pour son développement. Le rôle de l’agriculture vivrière commerciale est essentiel pour dynamiser les marchés locaux et prémunir les populations contre les hausses des prix alimentaires…

Lire PDF
Valoriser une céréale traditionnelle africaine, le fonio
Djibril Dramé, Famoï Béavogui, Jean-François Cruz

Le fonio est certainement la plus ancienne céréale cultivée en Afrique de l’Ouest. Malgré de bonnes qualités nutritionnelles, sa valorisation a longtemps été freinée par la pénibilité de sa transformation artisanale. Des recherches récentes ont permis de mécaniser plusieurs étapes de sa transformation pour mieux le valoriser. Dans la cosmogonie du peuple Dogon, au Mali, la graine de fonio, appelée pô, est considérée comme «le germe du monde ». Le fonio (cf. encadré) donne des grains minuscules, de…

Lire PDF
Introduction aux enjeux de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si le fort potentiel de contribution de l’agro-alimentaire au développement économique et social a été démontré, ce secteur demeure confronté à de nombreuses contraintes aussi bien techniques que liées à l’environnement des services nécessaires à son essor. Autant de défis à relever pour valoriser les produits locaux. La part des produits locaux et régionaux dans la consommation urbaine des pays ouestafricains est importante, et le panier de la ménagère dans cette région est suffisamment diversifié pour constituer un…

Lire PDF
Les transformatrices de céréales du Faso en réseau
Fanny Grandval, Philippe Ki

De nombreuses transformatrices du Faso se sont constituées en réseau national avec l’appui de l’Aprossa. Elles ont en commun la recherche de la qualité, et unissent leurs efforts pour relever le défi de la distribution. Au Burkina Faso, tout comme chez ses voisins sahéliens, l’explosion démographique des centres urbains et le changement des modes de vie entrainent de nouvelles demandes et exigences des citadins concernant leur alimentation. Ils sont non seulement à l’affût de produits de qualité mais…

Lire PDF
Les transformateurs de fruits du Bénin plaident pour un soutien de l’État
Dieu-Donné Alladjodjo, sjnounagnon

Dieu-Donné Alladjodjo est président d’une coopérative et Directeur général de PromoFruits Bénin, une société créée par la coopérative pour gérer l’unité industrielle de transformation de l’ananas en jus IRA vendu en cannettes. Il nous parle ici de son parcours et nous dévoile quelques conseils. 23 Joachim N. Saizonou : Avant d’être Directeur général de la société PromoFruits Bénin, vous avez commencé comme producteur d’ananas. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Dieu-Donné Alladjodjo : Originaire de Sékou, dans la…

Lire PDF
Investir dans les boissons naturelles, les pistes artisanales à explorer
Cécile Broutin

En Afrique de l’Ouest, si la transformation industrielle en jus naturels est souvent considérée comme la meilleure possibilité de valorisation des fruits, d’autres pistes de production de boissons locales via des procédés artisanaux améliorés ont le vent en poupe et sont à explorer. Grain de Sel : Pouvez-vous nous présenter un aperçu de l’offre et de l’appréciation par les consommateurs des jus naturels locaux disponibles sur les marchés ouest africains ? Cécile Broutin : Les données sur la…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. PROJET L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques iram Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les…

Face aux défis de la valorisation des produits locaux, une diversité de solutions
Inter-réseaux

La première partie de ce dossier tente de planter le décor de l’état du marché et de la consommation alimentaire en Afrique de l’Ouest d’une part, du secteur clé de la valorisation des produits locaux que constituent les micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) d’autre part, puis des différentes catégories d’enjeux et défis à relever pour une valorisation effective et efficace des produits alimentaires locaux à destination des consommateurs ouest-africains. Si les politiques publiques ouest-africaines et les politiques…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. Projet L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les services…

Lire PDF
Perspectives, limites et éléments de débats concernant la valorisation des produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Au regard de l’ensemble des informations et expériences rassemblées dans ce dossier, et suite au bilan dressé dans l’article précédent, voici quelques perspectives, éléments d’analyse, pré-requis relevés quant au thème de la valorisation des produits locaux. Quelles perspectives pour le développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) ? Les perspectives de la demande alimentaire sont favorables au développement du secteur agro-alimentaire (extrait étude MSU). Dans la sous-région ouest africaine, il existe un important marché pour les filières…

Lire PDF
Enjeux de la filière huile de palme en République de Guinée
Floriane Thouillot, Jacques Koundouno, Kerfalla Camara, Pierre Ferrand

Ces dernières années, la République de Guinée a connu une extension rapide des surfaces plantées en palmiers améliorés. L’arrivée prochaine en production de ces dernières, avec pour conséquence d’importantes quantités d’huile de palme produites, fait peser d’importants enjeux sur le développement de cette filière. L’huile de palme est la première huile produite, consommée et échangée en Afrique de l’Ouest. Toutefois, cette production est de plus en plus menacée par les importations d’huiles de palme asiatiques et les autres…

Lire PDF
Inter-réseaux et ses membres s’investissent au Burkina Faso pour la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France (cf. interview page 45), la Confédération paysanne du Faso (CPF), le Gret et Inter-réseaux se mobilisent depuis fin 2011 au Burkina Faso pour conduire un projet pilote de renforcement des stratégies d’acteurs valorisant les produits locaux en lien avec les consommateurs urbains. Ce projet vise à identifier, capitaliser,…

Lire PDF
Ce que les expériences de terrain nous enseignent
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Suite à cette revue d’un échantillon d’expériences et d’initiatives de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest et dans d’autres pays du continent, voici un bilan des enseignements que l’on peut en tirer, au regard des défis introduits à la page 12. Sur le thème de la valorisation des produits locaux, et des stratégies possibles à mettre en oeuvre pour mieux connecter les acteurs des filières agro-alimentaires aux marchés, voici, au regard des défis énumérés préalablement, quelques…

Lire PDF
Rova, pour des produits laitiers de qualité accessibles à tous
Kasprzyk Marta, Randriamahaleo Alexandre

À Madagascar, la consommation moyenne de lait est bien inférieure aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (5 contre 60 kg/habitant/an). L’union de coopératives laitières Rova a décidé de relever le défi en produisant et commercialisant des produits de qualité destinés au marché local, et accessibles aux différentes catégories sociales. Professionnalisation des éleveurs et commercialisation de produits de qualité, tels sont les objectifs de Rova qui développe des services en amont (appui technique et conseil aux producteurs)…

Lire PDF
Le beurre de karité à la conquête des marchés locaux
Azara Nfon Dibié, Fanny Grandval, Martine François

_ Avec près de 20 ans d’existence, l’Association Rimtereb Som et sa « petite soeur », la marque « Takam Cosmétiques », ont bel et bien réussi à investir aujourd’hui le marché local du Burkina Faso pour la vente de produits cosmétiques au karité. Retour sur le parcours de leur responsable, Martine Kaboré, une femme entreprenante. Lorsqu’elle créa Rimtereb Som en 1994, Martine Kaboré avait en tête de rassembler des femmes veuves et nécessiteuses autour d’activités génératrices de…

Lire PDF
Comprendre la demande des villes pour valoriser les produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Ces dernières décennies, la croissance démographique rapide des villes d’Afrique de l’Ouest a entraîné l’essor d’un véritable marché pour des produits locaux diversifiés et de plus en plus transformés. Présentation illustrée des caractéristiques de cette consommation alimentaire urbaine en pleine mutation. D’après les statistiques des Nations unies, la population urbaine en Afrique subsaharienne (ASS) atteint aujourd’hui environ 313 millions d’habitants, soit 37,6 % de la population totale. Si l’Afrique de l’Ouest ne comptait que 15 % d’urbains en…

Lire PDF
Nourrir les villes par la production familiale locale
Jean-baptiste Cavalier

Suite aux émeutes de la faim de 2008, le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France se sont associés pour lancer, en 2009, un programme de renforcement de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne, recentré depuis 2010 sur l’Afrique de l’Ouest. Présentation de cette initiative. Grain de Sel : Quels sont les appuis que le programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »apporte aux acteurs du développement rural ? Jean-Baptiste Cavalier…

Lire PDF
Réintroduire des produits délaissés : les légumes feuilles
Marine Raffray

Longtemps restreint à l’autoconsommation, le légume feuille est devenu un produit destiné au marché pour de nombreux producteurs kenyans ayant bénéficié de soutiens spécifiques. Ceux-ci touchaient en particulier à l’organisation collective et à la recherche de débouchés. Retour sur les enseignements de cette expérience Les légumes feuilles sont un produit à double avantage : ils sont peu exigeants en termes d’itinéraire technique et sont vendus à des prix abordables pour les populations les plus vulnérables. Leurs bienfaits nutritionnels…

Lire PDF
L’essor des produits dérivés du manioc en Afrique de l’Ouest
Fanny Grandval

La production de manioc a connu une hausse importante ces 30 dernières années, en partie dynamisée par le secteur de la transformation en plein essor. Une grande diversité de produits transformés, par voies traditionnelles ou industrielles, existe et leur développement s’accompagne de technologies et de politiques performantes. L’Afrique est le premier producteur de manioc au monde. Les principaux pays producteurs sont le Nigeria (35 % de la production africaine totale et 19 % de la production mondiale), la…

Lire PDF
Répertoire des acteurs-témoins mobilisés pour cette publication

enda graf Enda Graf Sahel Objectif de la structure : appui aux initiatives populaires et aux politiques publiques Thèmes d’expertise : appui au développement des micros et petites entreprises agro-alimentaire (MPEA) Contact : BP: 13069 Cité Millionnaire, grand Yoff, Dakar. Tél. : + 221 33 827 20 25 Fatou Ndoye Fatou N’Doye Fonction : coordinatrice du Pôle agro-alimentaire à Enda Graf Sahel Spécialité : sociologue fatouassndoye@yahoo.fr Pape Seck Pape Seck Fonction : chargé de programme Filières agricoles et…

Lire PDF
Soutenir les initiatives des exploitations familiales et des petites entreprises à la conquête des marchés urbains
Bénédicte Hermelin, Freddy Destrait

À l’horizon 2025, les 15 pays de la Cedeao compteront prés de 400 millions d’habitants. Ce contexte de très forte croissance démographique s’accompagne déjà actuellement d’un développement urbain sans précédent qui risque de bouleverser les rapports villes – campagnes en particulier au niveau de la répartition spatiale des populations en faveur des villes. Ce scénario pose des problèmes de sécurité alimentaire dans la mesure où les « urbains » sont des importateurs nets de produits alimentaires. Par ailleurs,…

Lire PDF