The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 21 juin 2012

Réintroduire des produits délaissés : les légumes feuilles

Marine Raffray

Agroalimentaire - AgroindustrieFruits et légumesProduits locaux

Longtemps restreint à l’autoconsommation, le légume feuille est devenu un produit destiné au marché pour de nombreux producteurs kenyans ayant bénéficié de soutiens spécifiques. Ceux-ci touchaient en particulier à l’organisation collective et à la recherche de débouchés. Retour sur les enseignements de cette expérience

Les légumes feuilles sont un produit à double avantage : ils sont peu exigeants en termes d’itinéraire technique et sont vendus à des prix abordables pour les populations les plus vulnérables. Leurs bienfaits nutritionnels sont par ailleurs reconnus. Pourtant, la production de légumes feuilles est restée longtemps cantonnée à l’autoconsommation. Cette situation était imputable à des semences de mauvaise qualité et à l’absence d’organisation de la filière. De plus, les consommateurs citadins kenyans se désintéressaient de ces denrées traditionnelles perçues comme bas de gamme et dépourvues de vertus nutritionnelles. Toutefois, la demande est repartie à la hausse dans la région de Nairobi au début des années 2000. L’élément déclencheur : des campagnes de promotion des vertus des légumes feuilles auprès des consommateurs.

Rassembler les agriculteurs pour la production… La première étape du programme fut de constituer des groupements d’agriculteurs proches de Nairobi. 1 700 personnes, regroupées en près de 70 groupements, ont ainsi été retenues par une ONG, Farm Concern International (FCI), pour développer une production de légumes feuilles destinée au marché. Ces producteurs ont reçu des formations sur les techniques culturales et les semences de qualité. Ces initiatives, en améliorant la qualité des légumes produits, ont permis aux maraîchers de s’insérer dans les circuits de commercialisation.

…et trouver des marchés pour assurer les débouchés. Bien sûr, relancer la production aurait conduit à une impasse si l’action de renforcement de la production n’avait pas été accompagnée d’une démarche de communication pour promouvoir la demande. FCI s’est donc attelé en parallèle à susciter l’intérêt des consommateurs urbains pour les légumes feuilles. Leur cible : les supermarchés Uchumi. Le choix n’a pas été anodin : Uchumi est une chaîne de supermarchés haut de gamme. Viser ces magasins permettait donc de redorer l’image des produits, le client étant assuré de n’y trouver que des denrées de qualité. Une campagne de promotion des légumes feuilles africains a été conduite avec des distributions de prospectus vantant les qualités nutritionnelles des produits ainsi que des démonstrations de cuisine. Mais l’ONG ne s’est pas contentée de promouvoir les légumes feuilles dans les rayons, elle a également impliqué les médias et les chercheurs qui ont participé à la diffusion d’informations sur les bienfaits de leur consommation. Peu à peu, les clients ont regagné confiance en les légumes feuilles, qui attisent à nouveau leur appétit. On estime que la demande a augmenté de 200 % entre 2001 et 2006 dans la région de Nairobi.

La contractualisation : une forme de sécurité pour le producteur. La promotion du marché ainsi assurée, les groupements de producteurs ont négocié auprès d’Uchumi des contrats d’approvisionnement. L’organisation des maraîchers en groupements a facilité la concertation et les négociations avec les distributeurs. Et ce d’autant plus qu’ils avaient reçu des formations en amont leur permettant de mieux défendre leurs intérêts. Et parce qu’ils ont besoin de sécuriser leur approvisionnement en quantité, les supermarchés se sont quant à eux montrés plus enclins à traiter avec des groupements de producteurs qu’avec des producteurs isolés. Avant signature, les responsables qualité des supermarchés rendent visite aux groupements de producteurs pour les informer des clauses du contrat et procéder à des inspections sur les exploitations.

Les légumes feuilles
Plus de 200 espèces de légumes feuilles poussent en Afrique tropicale. Aux alentours de Nairobi, morelle, amarante, brède caya, niébé, moutarde d’Éthiopie, crotalaire, courge de Siam, corète potagère, potiron, courge musquée, sont notamment cultivés et consommés pour leurs feuilles. Ces cultures présentent des avantages : de par leur résistance aux maladies et leurs propriétés répulsives envers les ravageurs, elles ne requièrent pas un usage intensif de produits phytosanitaires. Leur cycle de végétation est court, elles résistent bien aux fortes pluies et nécessitent peu d’irrigation. Ces légumes entrent dans la composition de nombreux plats traditionnels. En cela, ils appartiennent au patrimoine culinaire du Kenya, patrimoine menacé par la tendance à l’uniformisation des habitudes alimentaires. Riches en micronutriments, en vitamines A et C, en minéraux, en acides aminés essentiels comme la lysine, les légumes feuilles africains jouent un rôle primordial dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ils présenteraient également des propriétés intéressantes dans le traitement de certaines maladies telles que le diabète ou l’hypertension.

Responsabilité collective à chaque étape. Uchumi achète les produits à un prix garanti. En cela, la contractualisation réduit le risque prix des agriculteurs qui auparavant subissaient de fortes variations. Ceuxci doivent en retour tenir leurs engagements : seul ce qui est effectivement acheté est payé, donc toute perte est répercutée sur les producteurs. Plus précisément, les responsables des groupements sont chargés de vérifier le respect des conditions phytosanitaires, des conditions de récolte, de classification, de groupage, de transport, de livraison. Les groupements de maraîchers font dorénavant appel à des transporteurs qui acheminent leur production depuis des points de collecte jusqu’à l’une des branches d’Uchumi qui à son tour distribue vers les autres branches de la firme. Cette nouvelle organisation a contribué à une nette amélioration de la qualité des produits. Ces derniers étaient auparavant transportés sur les toits de cars, au milieu des bagages, et arrivaient sur les marchés dans un état dégradé peu attrayant pour le consommateur.

Trouver une alternative au crédit. Uchumi ne règle les agriculteurs que 30 à 60 jours après livraison. Ne disposant pas de trésorerie suffisante pour faire face à de telles échéances, et les banques étant bien trop frileuses pour leur accorder un crédit, une solution a dû être trouvée. C’est ainsi que FCI a créé un fonds pour payer les producteurs à la livraison. Uchumi paye ensuite directement FCI. Par ailleurs, FCI a encouragé les producteurs à épargner 10 % de leurs revenus pour qu’ils puissent peu à peu gérer le délai de paiement en toute indépendance.

image
image

Des répercussions directes sur le revenu des productrices. On estime que 62,5 % des producteurs de légumes feuilles de la région de Nairobi auraient vu leurs revenus augmenter entre 1997 et 2007. Leurs marges brutes se sont en effet nettement améliorées : de 3 030 USD/ha en moyenne pour les cultures « traditionnelles » à 13 200 USD/ha pour les légumes feuilles. Les problèmes de trésorerie sont moindres, notamment grâce au fonds de roulement de FCI. Ces recettes supplémentaires sont principalement affectées au budget alimentaire ou aux frais de scolarité. Ceci est en grande partie lié au fait que la culture des légumes feuilles est principalement confiée aux femmes qui sont alors à même de décider de l’usage de l’argent généré. Le niveau de vie général des agriculteurs ressort ainsi bonifié de cette expérience.
Dans une plus large mesure, les prix relativement abordables des légumes feuilles à haute qualité nutritionnelle ont permis aux populations vulnérables d’accroître leur sécurité alimentaire et nutritionnelle. En effet, l’expérience « Uchumi » fut un élément déclencheur qui permit aux producteurs de trouver d’autres débouchés plus accessibles à ces populations : autres supermarchés, épiceries, marché informel, etc.

Parmi les facteurs de succès de cette expérience d’ouverture d’une filière, on peut retenir : la proximité de bassins de consommation, l’expérience et la connaissance préalables de telles cultures (au demeurant peu exigeantes) chez les agriculteurs. Toutefois l’efficacité du partenariat entre les producteurs et Uchumi repose très largement sur la capacité d’organisation et de rassemblement des producteurs au sein de solides groupements, sur leur étroite alliance avec des ONG (FCI et international) qui leur aura permis de satisfaire la demande des supermarchés (en terme de quantités, qualités et délais) dans des conditions commerciales avantageuses.
Pour aller plus loin dans l’objectif de garantir des revenus et des prix profitables aux agriculteurs, on pourrait explorer la piste de la certification des légumes feuilles sur la base de bonnes pratiques culturales ou du lieu d’origine. Une autre stratégie, à méditer, serait d’opter pour la transformation et de partir à la conquête de marchés plus éloignés.

  • Cet article résume l’étude de cas relatée par Charity Irungu, socioéconomiste à l’Université St Paul de Limuru (Kenya) : Enabling small rural producers access to local markets: The case of African leafy vegetable producers in peri-urban Nairobi, Kenya, une des 35 études (cf. études de cas www.fao.org/docrep/016/ ap209e/ap209e.pdf ) constituant la base de la publication Des institutions rurales innovantes pour améliorer la sécurité alimentaire, FAO et Fida, 2012 (cf. :www. fao.org/docrep/015/i2258f/ i2258f00.pdf ). Cet ouvrage aborde différentes stratégies de coordination entre acteurs des filières qui sont des exemples intéressants pour assurer l’autonomie des petits producteurs et la sécurité alimentaire.
  • Le projet African Leafy Vegetables a été mené de 1996 à 2003 par Bioversity International, dans l’idée de préserver la diversité des légumes feuilles en relançant leur consommation. Le volet marketing du projet a été géré par l’ONG Farm Concern International (FCI).
Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "58 : Valorisation des produits locaux : face aux défis, une diversité de solutions".

Au Sénégal, promotion du sésame via la formation professionnelle
Caroline Amronm

Le développement de la filière sésame pose la question de sa promotion auprès des sénégalais, le produit n’entrant pas traditionnellement dans les habitudes de consommation. L’Ugan s’associe aux centres de formation professionnels afin de promouvoir son utilisation dans l’enseignement des métiers de la restauration. Situation au Sénégal : Pourquoi introduire une nouvelle culture ? Voilà plusieurs années que le sésame a attiré l’attention du gouvernement sénégalais et ce pour plusieurs raisons : ses avantages agronomiques (faible demande en…

Lire PDF
Le potentiel de développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si elle ne prend pas en compte le secteur de la transformation qui la connecte aux marchés, l’agriculture vivrière commerciale ne sera pas en mesure de relever les défis de sécurité et de souveraineté alimentaires des pays ouest-africains. Tour d’horizon du potentiel du secteur agro-alimentaire et des effets de leviers à activer pour son développement. Le rôle de l’agriculture vivrière commerciale est essentiel pour dynamiser les marchés locaux et prémunir les populations contre les hausses des prix alimentaires…

Lire PDF
Valoriser une céréale traditionnelle africaine, le fonio
Djibril Dramé, Famoï Béavogui, Jean-François Cruz

Le fonio est certainement la plus ancienne céréale cultivée en Afrique de l’Ouest. Malgré de bonnes qualités nutritionnelles, sa valorisation a longtemps été freinée par la pénibilité de sa transformation artisanale. Des recherches récentes ont permis de mécaniser plusieurs étapes de sa transformation pour mieux le valoriser. Dans la cosmogonie du peuple Dogon, au Mali, la graine de fonio, appelée pô, est considérée comme «le germe du monde ». Le fonio (cf. encadré) donne des grains minuscules, de…

Lire PDF
Introduction aux enjeux de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Si le fort potentiel de contribution de l’agro-alimentaire au développement économique et social a été démontré, ce secteur demeure confronté à de nombreuses contraintes aussi bien techniques que liées à l’environnement des services nécessaires à son essor. Autant de défis à relever pour valoriser les produits locaux. La part des produits locaux et régionaux dans la consommation urbaine des pays ouestafricains est importante, et le panier de la ménagère dans cette région est suffisamment diversifié pour constituer un…

Lire PDF
Les transformatrices de céréales du Faso en réseau
Fanny Grandval, Philippe Ki

De nombreuses transformatrices du Faso se sont constituées en réseau national avec l’appui de l’Aprossa. Elles ont en commun la recherche de la qualité, et unissent leurs efforts pour relever le défi de la distribution. Au Burkina Faso, tout comme chez ses voisins sahéliens, l’explosion démographique des centres urbains et le changement des modes de vie entrainent de nouvelles demandes et exigences des citadins concernant leur alimentation. Ils sont non seulement à l’affût de produits de qualité mais…

Lire PDF
Les transformateurs de fruits du Bénin plaident pour un soutien de l’État
Dieu-Donné Alladjodjo, sjnounagnon

Dieu-Donné Alladjodjo est président d’une coopérative et Directeur général de PromoFruits Bénin, une société créée par la coopérative pour gérer l’unité industrielle de transformation de l’ananas en jus IRA vendu en cannettes. Il nous parle ici de son parcours et nous dévoile quelques conseils. 23 Joachim N. Saizonou : Avant d’être Directeur général de la société PromoFruits Bénin, vous avez commencé comme producteur d’ananas. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Dieu-Donné Alladjodjo : Originaire de Sékou, dans la…

Lire PDF
Investir dans les boissons naturelles, les pistes artisanales à explorer
Cécile Broutin

En Afrique de l’Ouest, si la transformation industrielle en jus naturels est souvent considérée comme la meilleure possibilité de valorisation des fruits, d’autres pistes de production de boissons locales via des procédés artisanaux améliorés ont le vent en poupe et sont à explorer. Grain de Sel : Pouvez-vous nous présenter un aperçu de l’offre et de l’appréciation par les consommateurs des jus naturels locaux disponibles sur les marchés ouest africains ? Cécile Broutin : Les données sur la…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. PROJET L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques iram Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les…

Lire PDF
Face aux défis de la valorisation des produits locaux, une diversité de solutions
Inter-réseaux

La première partie de ce dossier tente de planter le décor de l’état du marché et de la consommation alimentaire en Afrique de l’Ouest d’une part, du secteur clé de la valorisation des produits locaux que constituent les micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) d’autre part, puis des différentes catégories d’enjeux et défis à relever pour une valorisation effective et efficace des produits alimentaires locaux à destination des consommateurs ouest-africains. Si les politiques publiques ouest-africaines et les politiques…

Lire PDF
Des membres d’Inter-réseaux agissent sur le thème de la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Les actions des membres institutionnels d’Inter-réseaux sur le thème de la valorisation des produits locaux sont nombreuses et variées. De la publication d’articles spécialisés, à la capitalisation d’expériences, en passant par la mise en oeuvre de projets de développement ou l’animation de débats, en voici un échantillon. Projet L’Iram et la valorisation du Jatropha pour les besoins énergétiques Le projet vise à développer une filière courte d’huile de Jatropha en production paysanne, afin d’alimenter l’électrification et les services…

Lire PDF
Perspectives, limites et éléments de débats concernant la valorisation des produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Au regard de l’ensemble des informations et expériences rassemblées dans ce dossier, et suite au bilan dressé dans l’article précédent, voici quelques perspectives, éléments d’analyse, pré-requis relevés quant au thème de la valorisation des produits locaux. Quelles perspectives pour le développement des micro et petites entreprises agro-alimentaires (MPEA) ? Les perspectives de la demande alimentaire sont favorables au développement du secteur agro-alimentaire (extrait étude MSU). Dans la sous-région ouest africaine, il existe un important marché pour les filières…

Lire PDF
Enjeux de la filière huile de palme en République de Guinée
Floriane Thouillot, Jacques Koundouno, Kerfalla Camara, Pierre Ferrand

Ces dernières années, la République de Guinée a connu une extension rapide des surfaces plantées en palmiers améliorés. L’arrivée prochaine en production de ces dernières, avec pour conséquence d’importantes quantités d’huile de palme produites, fait peser d’importants enjeux sur le développement de cette filière. L’huile de palme est la première huile produite, consommée et échangée en Afrique de l’Ouest. Toutefois, cette production est de plus en plus menacée par les importations d’huiles de palme asiatiques et les autres…

Lire PDF
Inter-réseaux et ses membres s’investissent au Burkina Faso pour la valorisation des produits locaux
Inter-réseaux

Dans le cadre du programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » porté par le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France (cf. interview page 45), la Confédération paysanne du Faso (CPF), le Gret et Inter-réseaux se mobilisent depuis fin 2011 au Burkina Faso pour conduire un projet pilote de renforcement des stratégies d’acteurs valorisant les produits locaux en lien avec les consommateurs urbains. Ce projet vise à identifier, capitaliser,…

Lire PDF
Ce que les expériences de terrain nous enseignent
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas, Sébastien Subsol

Suite à cette revue d’un échantillon d’expériences et d’initiatives de valorisation des produits locaux en Afrique de l’Ouest et dans d’autres pays du continent, voici un bilan des enseignements que l’on peut en tirer, au regard des défis introduits à la page 12. Sur le thème de la valorisation des produits locaux, et des stratégies possibles à mettre en oeuvre pour mieux connecter les acteurs des filières agro-alimentaires aux marchés, voici, au regard des défis énumérés préalablement, quelques…

Lire PDF
Rova, pour des produits laitiers de qualité accessibles à tous
Kasprzyk Marta, Randriamahaleo Alexandre

À Madagascar, la consommation moyenne de lait est bien inférieure aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (5 contre 60 kg/habitant/an). L’union de coopératives laitières Rova a décidé de relever le défi en produisant et commercialisant des produits de qualité destinés au marché local, et accessibles aux différentes catégories sociales. Professionnalisation des éleveurs et commercialisation de produits de qualité, tels sont les objectifs de Rova qui développe des services en amont (appui technique et conseil aux producteurs)…

Lire PDF
Le beurre de karité à la conquête des marchés locaux
Azara Nfon Dibié, Fanny Grandval, Martine François

_ Avec près de 20 ans d’existence, l’Association Rimtereb Som et sa « petite soeur », la marque « Takam Cosmétiques », ont bel et bien réussi à investir aujourd’hui le marché local du Burkina Faso pour la vente de produits cosmétiques au karité. Retour sur le parcours de leur responsable, Martine Kaboré, une femme entreprenante. Lorsqu’elle créa Rimtereb Som en 1994, Martine Kaboré avait en tête de rassembler des femmes veuves et nécessiteuses autour d’activités génératrices de…

Lire PDF
Comprendre la demande des villes pour valoriser les produits locaux
Cécile Broutin, Fanny Grandval, Patrick Delmas

Ces dernières décennies, la croissance démographique rapide des villes d’Afrique de l’Ouest a entraîné l’essor d’un véritable marché pour des produits locaux diversifiés et de plus en plus transformés. Présentation illustrée des caractéristiques de cette consommation alimentaire urbaine en pleine mutation. D’après les statistiques des Nations unies, la population urbaine en Afrique subsaharienne (ASS) atteint aujourd’hui environ 313 millions d’habitants, soit 37,6 % de la population totale. Si l’Afrique de l’Ouest ne comptait que 15 % d’urbains en…

Lire PDF
Nourrir les villes par la production familiale locale
Jean-baptiste Cavalier

Suite aux émeutes de la faim de 2008, le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) et la Fondation de France se sont associés pour lancer, en 2009, un programme de renforcement de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne, recentré depuis 2010 sur l’Afrique de l’Ouest. Présentation de cette initiative. Grain de Sel : Quels sont les appuis que le programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest »apporte aux acteurs du développement rural ? Jean-Baptiste Cavalier…

Lire PDF
Réintroduire des produits délaissés : les légumes feuilles
Marine Raffray

Longtemps restreint à l’autoconsommation, le légume feuille est devenu un produit destiné au marché pour de nombreux producteurs kenyans ayant bénéficié de soutiens spécifiques. Ceux-ci touchaient en particulier à l’organisation collective et à la recherche de débouchés. Retour sur les enseignements de cette expérience Les légumes feuilles sont un produit à double avantage : ils sont peu exigeants en termes d’itinéraire technique et sont vendus à des prix abordables pour les populations les plus vulnérables. Leurs bienfaits nutritionnels…

L’essor des produits dérivés du manioc en Afrique de l’Ouest
Fanny Grandval

La production de manioc a connu une hausse importante ces 30 dernières années, en partie dynamisée par le secteur de la transformation en plein essor. Une grande diversité de produits transformés, par voies traditionnelles ou industrielles, existe et leur développement s’accompagne de technologies et de politiques performantes. L’Afrique est le premier producteur de manioc au monde. Les principaux pays producteurs sont le Nigeria (35 % de la production africaine totale et 19 % de la production mondiale), la…

Lire PDF
Répertoire des acteurs-témoins mobilisés pour cette publication

enda graf Enda Graf Sahel Objectif de la structure : appui aux initiatives populaires et aux politiques publiques Thèmes d’expertise : appui au développement des micros et petites entreprises agro-alimentaire (MPEA) Contact : BP: 13069 Cité Millionnaire, grand Yoff, Dakar. Tél. : + 221 33 827 20 25 Fatou Ndoye Fatou N’Doye Fonction : coordinatrice du Pôle agro-alimentaire à Enda Graf Sahel Spécialité : sociologue fatouassndoye@yahoo.fr Pape Seck Pape Seck Fonction : chargé de programme Filières agricoles et…

Lire PDF
Soutenir les initiatives des exploitations familiales et des petites entreprises à la conquête des marchés urbains
Bénédicte Hermelin, Freddy Destrait

À l’horizon 2025, les 15 pays de la Cedeao compteront prés de 400 millions d’habitants. Ce contexte de très forte croissance démographique s’accompagne déjà actuellement d’un développement urbain sans précédent qui risque de bouleverser les rapports villes – campagnes en particulier au niveau de la répartition spatiale des populations en faveur des villes. Ce scénario pose des problèmes de sécurité alimentaire dans la mesure où les « urbains » sont des importateurs nets de produits alimentaires. Par ailleurs,…

Lire PDF