Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

À l’instar des agriculteurs, les éleveurs ont-ils pu développer des organisations fonctionnelles, rendant service à leurs membres ? Les auteurs d’une étude menée auprès des groupements d’éleveurs et d’agro-éleveurs au nord du Cameroun sur l’intensi- fication en élevage font le point sur les avancées de ces groupes professionnels.

EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, les organisations de producteurs encouragées par les États dès les années 60 ont surtout concerné les agriculteurs. Les éleveurs, du fait de leur mobilité et de leur faible recours aux intrants, ont souvent été exclus des projets de structuration du monde rural. Leurs systèmes d’élevage reposaient en grande partie sur la valorisation des parcours naturels. L’affouragement, le recours aux aliments concentrés, un suivi sanitaire rapproché avaient peu d’intérêt pour eux du fait d’une conduite extensive des troupeaux. L’accroissement démographique, l’augmentation de la productivité du travail due à la culture attelée et le développement de quelques cultures de vente (particulièrement le coton) ont eu comme conséquences l’extension de l’ager ¹ et la réduction rapide de la surface des parcours. Ceci a amené la majorité des éleveurs à se sédentariser pour garantir l’autosuffisance alimentaire de leurs familles en développant des cultures céréalières. Bien que la transhumance des troupeaux reste fréquente, les éleveurs sont ainsi devenus plus « visibles » pour les services techniques, les projets et ONG ainsi que pour les collectivités locales issues de la décentralisation.

L’organisation en Groupements d’intérêt commun (Gic) considérée comme préalable à l’action collective. La loi coopérative de 1992 sur la reconnaissance juridique des groupements de producteurs (agriculteurs et, dans une moindre mesure, éleveurs et pêcheurs, etc.) a entraîné une augmentation rapide du nombre de Groupements d’intérêt commun (Gic) au Cameroun. Les projets de développement ont souvent déclaré ne vouloir collaborer qu’avec ce type de structure formalisée. Les producteurs ruraux ont aussi cru qu’il suffisait de fonder un Gic pour accéder au crédit bancaire. Dans la majorité des cas, l’initiative de création d’un Gic a été prise par un agent d’une ONG, d’un projet ou des services techniques de l’État. Les éleveurs peuls M’Bororo n’ont pas échappé à cet effet de mode. Par exemple, c’est la perspective d’obtenir des prêts ou l’appui d’un projet d’hydraulique rural qui les a motivés à créer leur Gic. Parallèlement, des associations rassemblant un plus grand nombre d’éleveurs se sont constituées pour faire entendre leurs points de vue comme l’association des M’Bororo du Nord Cameroun, la Fédération des éleveurs de la Bénoué et, localement, des associations créées par des projets de sécurisation des aires pastorales en vue de gérer ces espaces bornés et réservés à l’élevage.

Les agro-éleveurs (non peuls) qui pour la plupart étaient déjà membres d’un groupement « coton » ont senti le besoin de créer des groupements spécifiques à leurs activités d’élevage. Ils se sont initialement associés (souvent à l’échelle d’un quartier) pour embaucher un berger gardant l’ensemble de leurs bovins, suite au développement de la scolarisation de leurs enfants qui auparavant étaient en charge de cette tâche. La formalisation de ces groupes en « Gic élevage » vient du projet de la plupart des agro-éleveurs de se consacrer à l’embouche bovine. Cette activité nécessite l’achat d’animaux maigres à bas prix et d’aliments concentrés. Or la trésorerie des exploitations, tout comme la caisse des Gic, n’étaient pas en mesure de financer ces investissements.

Notre étude a révélé que, même si tous les Gic d’agro-éleveurs rencontrés déclarent vouloir s’adonner à ce type d’élevage intensif, aucun n’a obtenu un prêt « embouche ». Seul un Gic a pu initier modestement cette activité avec un seul bovin acheté sur les fonds propres du groupement, davantage pour expérimenter cette technique d’élevage spécifique que pour fournir un revenu à ses membres.

La sédentarisation des éleveurs entraîne un besoin d’organisation. La perception de l’intérêt du Gic et sa structure sont très différentes dans les campements d’éleveurs. Ainsi, le groupement rassemble toujours l’ensemble des éleveurs du campement. Cette forme d’organisation ne relève donc pas d’une démarche individuelle mais d’un choix collectif. Ces Gic d’éleveurs ont des objectifs communs avec ceux des agro-éleveurs : disposer d’une reconnaissance juridique pour pouvoir emprunter, acquérir des intrants vétérinaires et alimentaires pour le bétail et des équipements (grillage), etc. Mais le fonctionnement de ces Gic diffère par l’absence, le plus souvent, de cotisation régulière et surtout par une démarche plus communautaire visant la défense de l’intérêt des éleveurs dans cette région de plus en plus peuplée par les agriculteurs. La constitution d’une caisse commune n’est pas considérée comme prioritaire dans la mesure où les éleveurs peuvent assez facilement trouver les ressources financières pour initier des activités productives ou d’aménagement. C’est le cas, par exemple, de la construction d’un puits par un projet qui leur demande une contribution forfaitaire de 500 000 FCFA. En fait, les éleveurs peuls ne sont guère enclins pour le moment à intensifier leurs systèmes d’élevage : l’embouche ² est encore rare, l’intensification de la production laitière en saison sèche n’est pas recherchée. Les difficultés d’accès au tourteau ³ de coton, principal intrant pour l’embouche et le faible intérêt des éleveurs pour l’amélioration de la production fourragère dans les champs cultivés ou les parcours (4) sont les principaux freins à cette intensification. La santé du bétail est assurée de plus en plus par l’achat de médicaments auprès de revendeurs dans les marchés. Les éleveurs ont su dans ce domaine acquérir une bonne expérience. La mise en place d’une pharmacie vétérinaire villageoise gérée par le Gic n’est pas indispensable mais, selon eux, elle pourrait garantir la qualité des médicaments et en limiter le coût.

Mais alors à quoi peuvent servir ces Gic d’éleveurs ? Pour les éleveurs M’Bororo, former un Gic c’est un peu rentrer dans le monde « moderne », dans celui de l’administration et de la ville. Pendant longtemps, du fait de leur mobilité permanente, ces éleveurs Peuls M’Bororo ne se sont pas intégrés dans les terroirs des agriculteurs et des autres éleveurs sédentaires (les Peuls Fulbé), ils n’ont pas envoyé leurs enfants dans les écoles, n’ont pas béné- ficié des projets d’hydraulique. Ils en paient aujourd’hui les conséquences car ils sont constamment dupés ou mal informés. Et actuellement, ils voient l’intérêt de ces services, ce qui explique la sédentarisation de leur habitat. D’autres raisons ont poussé ces éleveurs à se sédentariser : paupérisation pour certains et donc besoin de cultiver des céréales, relations rapides avec les marchés pour les plus riches qui se consacrent au commerce du bétail.

Jeune berger peul. © P. Dugué (Cirad)
Jeune berger peul. © P. Dugué (Cirad)

Cette sédentarisation n’est pas sans contrainte, elle implique de stabiliser des droits d’accès à des parcours ainsi que les réseaux de pistes à bétail qui permettent de continuer à faire transhumer le troupeau à certaines périodes de l’année. Comme dans toute l’Afrique des savanes, la revendication des éleveurs de cette région porte d’abord sur une reconnaissance de droits fonciers sur des aires pastorales. Ceci a été expérimenté par quelques projets au nord du Cameroun avec l’appui du ministère de l’Élevage, des pêches et des industries animales (Minepia). En fait dans ce jeu complexe d’acteurs, le statut de Gic peut permettre à ces éleveurs d’obtenir une certaine reconnaissance de la part des autres communautés et des divers opérateurs de développement. Cela est très utile lorsque le campement d’éleveurs constitue un quartier dépendant administrativement d’un village dominé par les agriculteurs. Le Gic et son bureau peuvent acquérir une certaine légitimité dans les négociations pour la délimitation des espaces de culture et de parcours, la prévention ou le règlement des conflits. Ceci n’exclut pas que ces groupements initient lorsqu’ils en sentiront le besoin, des actions d’appui à la production. Mais avant cela il faut que ces éleveurs obtiennent certaines garanties en termes d’accès aux ressources agro-pastorales.

Un besoin d’ouverture et de dialogue. Les organisations faîtières d’éleveurs (au niveau du département et de la province) seront confortées si les Gic à la base acquièrent une légitimité et développent leurs activités (activités de services, relations avec des projets, etc.). Dans la province du Nord, les tensions entre agriculteurs et éleveurs sont de plus en plus fortes et dégénèrent régulièrement en con- flits avec pertes de bétail et de récolte. Si les organisations d’éleveurs jouent l’ouverture avec les autres mondes et non pas le repli « communautariste », elles seront certainement des acteurs clés pour gérer ces conflits et contribuer à une politique de gestion des ressources et des espaces qui aura du sens et des résultats. Comme pour d’autres productions et situations agricoles, on peut se demander s’il faut que la même OP contribue à la fois à des activités d’appui à la production et de défense des droits de ses membres. Face à leur relatif isolement, les éleveurs M’Bororo n’ont pas le choix. Leurs organisations doivent intervenir sur ces deux fronts. Mais aujourd’hui les éleveurs de cette région ainsi que ceux du Tchad et de RCA sont de plus en plus confrontés à l’insécurité, au rapt des membres de leur famille et à la demande de rançon. Ce phénomène a pris une ampleur importante et vise particulièrement ce groupe de producteurs qui est en mesure de payer la rançon demandée en vendant une partie de leur bétail. Les organisations d’éleveurs de base ou leurs faitières ont-elles acquis suffi- samment d’expérience pour peser sur les pouvoirs publics afin qu’ils combattent ce fléau et assurent la sécurité de tous ?

1. Terres cultivées. 2. En fait, il existe chez ces éleveurs des pratiques d’achat de bovin en mauvais état sur les marchés qui sont « retapés » durant quelques semaines d’alimentation en enclos puis revendus. 3. Les producteurs de coton ont une exclusivité pour l’achat de 2 des 3 sacs de tourteau obtenus par ha de coton cultivé, les éleveurs doivent l’acheter auprès de commerçants qui souvent spéculent sur ce produit très recherché entre mars et mai. 4. Les éleveurs perçoivent toujours le parcours et les résidus de culture de la vaine pâture comme des ressources collectives difficiles à gérer car accessibles à tous.

L’étude à l’origine de cet article porte sur une analyse du fonctionnement de 10 groupements d’intérêt commun (Gic) d’éleveurs et d’agro-éleveurs d’une petite région rurale entre Garoua et Ngong (Province du Nord, Cameroun) où cohabitent éleveurs peuls M’Bororo et agriculteurs. Ces agriculteurs sont pour la plupart des producteurs de coton. Certains (dits « agroéleveurs ») possèdent des bovins de trait et d’élevage. Dans ce contexte les éleveurs sont tous d’ethnie peule (M’Bororo et Fulbé).

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

Défis agricoles africains
Jean-Claude Devèze

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire
Ils nous ont rendu visite… Entre nous GDS 43

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire
Les défis de l’agriculture à moyen terme
Bruno Vindel

Les spectaculaires augmentations des prix des produits agricoles ont relancé les débats sur la sécurité alimentaire mondiale et les inquiétudes sur la capacité de la planète à nourrir une population croissante. Au-delà des mesures prises actuellement pour conjurer la crise, qu’en sera-t-il réellement à terme ?_ À l’horizon de 2030, les principales forces motrices de la question alimentaire et agricole mondiale sont multiples : accroissement démographique mondial, changement climatique, questions énergétiques, transition alimentaire ¹ dans les pays émergents,…

Lire PDF
Grain de Sel N°43 – Hausse des prix agricoles

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ? Actualité d’Inter-réseaux Présentation et actualité d’Inter-réseaux Editorial : Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ? Gros sel L’invité de Grain de sel : Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo est un des…

Lire PDF
Défis agricoles africains

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire PDF
Dossier : Hausse des prix : opportunités et défis pour les producteurs africains

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ?Après avoir remis en perspective le phénomène à l’échelle mondiale et régionale, pour mieux saisir l’insertion de la sous-région dans l’économie mondiale, ce dossier se propose d’étudier le cas des producteurs de riz, objets de toutes les attentions….

Lire
Repère : conséquences de l’échec de la mini-ministérielle pour les agricultures paysannes
Anne Wagner

UNE SEMAINE INTENSIVE de négociations, «mini-ministérielle» rassemblant au Secrétariat de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève les ministres de l’Agriculture d’une trentaine de pays, s’est tenue du 21 au 28 juillet 2008. Pour mieux comprendre quels étaient les objectifs de cette rencontre, il importe de la resituer dans une perspective plus large : l’Accord agricole de l’OMC, qui fixe le cadre réglementaire des échanges mondiaux de produits agricoles et agro-alimentaires, est en renégociation depuis janvier 2000. À…

Lire PDF
Riz, un marché incertain
Patricio Mendez del Villar

Si l’évolution du marché mondial du riz se caractérise par de fortes incertitudes, un fait demeure : les stocks sont faibles et les besoins croissants. Au lendemain de l’envolée des prix de cette matière première, base alimentaire de plus de la moitié de l’humanité, un regard sur les grandes tendances du marché s’impose.En collaboration avec Produit Doc LE RIZ EST LA TROISIEME CEREALE produite dans le monde après le maïs et le blé. Mais, il est la première…

Lire PDF
Pour l’agriculture familiale. Oui, mais laquelle ?
Inter-réseaux

Qu’est-ce que l’agriculture familiale ? Est-on tous d’accord sur le sens et les implications de cette expression ? Grain de sel a profité d’une invitation à une rencontre organisée en Pologne pour interroger différents acteurs des 4 coins du monde, et leur demander : c’est quoi l’agriculture familiale ? Petit tour d’horizon…Brésil. Une manière de vivre. Au Brésil, la notion d’agriculture familiale se développe depuis environ 20 ans. Avant, on parlait de petites paysanneries, mais petit à petit…

Lire PDF
Kiosque

L’Afrique de Sarkozy – Un déni d’histoire. J.-P. Chrétien (dir.) Le décryptage du « discours de Dakar » (dont le texte intégral figure en annexe) apporté par ce petit livre va beaucoup plus loin que la critique faite jusqu’alors. Contre l’Afrique « qui ne connaît que l’éternel recommencement » et « l’homme africain qui n’est pas assez entré dans l’histoire », chacun des cinq auteurs, rappelle à sa façon « la dimension historique dans laquelle s’inscrit le destin,…

Lire PDF
Ils nous ont rendu visite… Entre nous

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire PDF
Cameroun : les éleveurs s’organisent
Aimé Landry Dongmo, Marta Kasprzyk, Patrick Dugué

À l’instar des agriculteurs, les éleveurs ont-ils pu développer des organisations fonctionnelles, rendant service à leurs membres ? Les auteurs d’une étude menée auprès des groupements d’éleveurs et d’agro-éleveurs au nord du Cameroun sur l’intensi- fication en élevage font le point sur les avancées de ces groupes professionnels.EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, les organisations de producteurs encouragées par les États dès les années 60 ont surtout concerné les agriculteurs. Les éleveurs, du fait de leur mobilité et de leur faible…

La hausse des prix internationaux de 2007/2008 : panorama mondial et régional.
Benoît Daviron, Nicolas Bricas

De janvier 2007 à mi 2008, les prix internationaux des produits alimentaires ont augmenté de près de 60 %. Depuis, à la faveur de la crise financière puis de ses implications sur « l’économie réelle », le mouvement s’est inversé. Pour ouvrir le dossier, cet article revient sur les manifestations et les causes de cette hausse.LA HAUSSE DE 2007/2008 peut être interprétée comme l’accélération d’un mouvement entamé depuis début 2002, mouvement certes moins spectaculaire, mais qui, par paliers,…

Lire PDF
La transmission des prix internationaux sur les prix des céréales dans le Sahel.
Moussa Cissé, Niama Nango Dembélé, Roger Blein

Le sahel n’a pas échappé à la flambée des prix alimentaires Mais selon les pays et les produits, la transmission des prix mondiaux a fortement varié et affecté diversement l’approvisionnement des populations. Les raisons de ces disparités sont riches d’enseignements pour la réforme des politiques agricoles et alimentaires.DANS L’ENSEMBLE DES PAYS ouest-africains les prix des produits alimentaires ont commencé à grimper à partir de fin 2006. Le prix de la poudre de lait, matière première importée par les…

Lire PDF
Hausse des prix et compétitivité des producteurs de riz.
Mamadou Diarra, Salifou Konaté

La hausse des prix internationaux du riz profite-t-elle aux producteurs sahéliens? La question est sur toutes les lèvres mais la réponse n’est pas si simple. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives, les premières enquêtes montrent que les producteurs peuvent tirer leur épingle du jeu. Mais à certaines conditions. LE RIZ a pris une place considérable dans l’alimentation des sahéliens, notamment en milieu urbain. Ce phénomène est beaucoup plus marqué au Sénégal et au Mali….

Lire PDF
Maïs, mil, sorgho : des cultures d’avenir ou laissés pour compte de la crise?
G. Roger Zangré

Les céréales sèches sont cruciales pour la sécurité alimentaire dans nombre de pays sahéliens mais leurs systèmes de production sont encore peu performants. Dans le contexte des prix mondiaux élevés, seront-elles davantage valorisées ? Entretien avec G. Roger Zangré, phytogénéticien burkinabèGrain de sel : En réaction à la hausse des prix, les céréales sèches ont-elles bénéficié d’autant d’attention de la part des politiques publiques que le riz ? Roger Zangré Roger Zangré : La quasi-totalité des pays du…

Lire PDF
Lait : les secteurs locaux menacés par la volatilité des prix.
Cécile Broutin, lliagre

Au Niger comme au Sénégal, consommateurs, producteurs et importateurs se sont adaptés tant bien que mal à la hausse des prix du lait. Les gouvernements ont aussi tenté de réagir. Mais avec des prix désormais volatiles, rien ne remplacera une politique pérenne d’appui à des producteurs locaux fragilisés par la crise. La flambée des prix des produits laitiers sur le marché international a surpris : le lait en poudre écrémé, négocié à environ 2 300 USD la tonne…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao. Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf, Yoddang

Le boum du maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-il des enseignements à en tirer pour d’autres pays ?L’ILE DE SULAWESI, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a connu…

Lire PDF
Les prix agricoles mondiaux flambent, les producteurs vont-ils gagner plus ?
Philippe Somé, alothore, bpeneau

Dans un contexte d’instabilité des prix agricoles, les décisions de gestion des exploitations familiales sont à repenser : le conseil à l’exploitation familiale représente une des modalités existantes pour aider les producteurs et les organisations de producteurs à mieux faire face à la volatilité des prix.« Donnez nous des prix comme ça pour 10 ans, et on est content !» disent des producteurs. Mais est-ce là une vision partagée par tous ? Une série de questions se pose….

Lire PDF
La réponse ouest-africaine à la crise des prix
Bio Goura Soulé, Cecilia Bellora, Roger Blein

Face à la flambée des prix, les gouvernements ouest-africains ont cherché à réduire les prix aux consommateurs et à relancer la production vivrière. Des mesures dictées par l’urgence, conçues dans un cadre national, et qui posent de nombreuses questions quant à leur durabilité financière et au modèle d’agriculture qu’elles véhiculent implicitement.AVRIL ET MAI 2008 sont marqués en Afrique de l’Ouest par la montée de la colère des consommateurs et des syndicats. La hausse des prix des produits alimentaires…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao : Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf

Le Boum du Maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi ? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-t’il des enseignements à en tirer pour d’autres pays? L’île de Sulawesi, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a…

Lire PDF
Entretien avec Hammou Haïdara, consultant en développement des entreprises et organisations, Président de la fondation Mahamane Alassane Haïdara
Hammou Haïdara

Grain de sel (GDS) : Pouvez-vous vous présenter ? Hammou Haïdara (HH) : Consultant indépendant dans le secteur de l’appui aux entreprises, la formation professionnelle et la micro finance dans tout secteur, je travaille avec différents bailleurs de fonds (coopération Suisse, la coopération belge, danoise, luxembourgeoise, allemande, etc.) pour la formulation de projets, l’identification, l’évaluation, l’audit organisationnel, etc. J’ai auparavant travaillé durant 6 ans au service du programme Boutique de gestion d’échanges et de conseils (BGECO) en tant…

Lire
Entretiens avec Moussa Para Diallo et Mamadou Kourahoye Diallo, de la Fédération des paysans du Fouta Djallon
Mamadou Kourahoye Diallo, fpfd2002

Moussa Para Diallo est le président de la Fédération des paysans du Fouta Djallon, et Mamadou Kourahoye Diallo est responsable de la commercialisation de la Fédération des paysans du Fouta Djallon. Grain de sel (GDS) : Qu’entendez-vous par « agriculture familiale » ? Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo (MPD) : Voici ce qu’est pour moi, à titre personnel, l’agriculture familiale : c’est une agriculture qui emploie en première position les membres de la famille qui travaillent pour subvenir…

Lire