Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

Le sahel n’a pas échappé à la flambée des prix alimentaires Mais selon les pays et les produits, la transmission des prix mondiaux a fortement varié et affecté diversement l’approvisionnement des populations. Les raisons de ces disparités sont riches d’enseignements pour la réforme des politiques agricoles et alimentaires.

DANS L’ENSEMBLE DES PAYS ouest-africains les prix des produits alimentaires ont commencé à grimper à partir de fin 2006. Le prix de la poudre de lait, matière première importée par les industries laitières, double entre juillet 2006 et juillet 2007. Les prix des céréales, de l’huile, du sucre vont suivre.

Une hausse générale des prix des céréales. La hausse des prix internationaux du riz et du blé va se répercuter sur les prix à la consommation, mais avec un temps de retard et dans des proportions variables. La hausse des prix dans les capitales sahéliennes est généralement inférieure à la hausse enregistrée sur les marchés mondiaux. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Les importateurs disposent généralement de stocks qui peuvent représenter plusieurs mois de consommation. Les frais de transport et de transaction élevés font que le prix international des céréales importées dans les capitales sahéliennes représente une proportion assez modeste du prix final à la consommation. Les États ont assez rapidement allégé la fiscalité sur les importations (suspension des droits de douane, de la TVA, etc.), permettant ainsi d’amortir le mouvement de hausse continue. Bien que l’on ne dispose pas de données précises sur ce point, il semblerait que les commerçants aient aussi choisi de réduire leurs marges pour ne pas affecter les volumes commercialisés, compte tenu du pouvoir d’achat assez limité des consommateurs. La plupart des observateurs estiment que la baisse de la fiscalité de porte n’a pas eu d’impact sur les prix aux consommateurs. Il convient de relativiser ce sentiment dans la mesure où l’allègement fiscal est intervenu dans un contexte de hausse continue des prix. S’il n’y a pas eu de baisse des prix consécutive à la suppression temporaire des taxes, on doit aussi constater que les hausses successives des prix n’ont pas été immédiatement et intégralement répercutées sur le panier de la ménagère.

L’analyse de l’impact de la hausse des prix internationaux sur les marchés ouest africains est assez compliquée en raison de la très grande volatilité habituelle des prix des céréales produites dans la région. Cette volatilité est à la fois intra-annuelle – les prix chutent généralement à l’approche des récoltes et augmentent ensuite au fur et à mesure que l’on se rapproche de la soudure -, et interannuelle – les prix à une période donnée de la campagne varient fortement d’une année sur l’autre en fonction d’un ensemble de facteurs. Le niveau des récoltes dans le pays considéré et dans les pays voisins avec lesquels ses marchés sont connectés est le facteur qui explique le plus cette variabilité des prix.

Compte tenu de la situation monétaire dans la région, la hausse des prix mondiaux exprimés en dollar a eu des impacts différents selon la monnaie nationale. Dans les pays de la zone CFA qui disposent d’une parité fixe avec l’euro, la hausse est atténuée par la dépréciation du dollar vis-à-vis de l’euro sur la même période (Cf. page 12). C’est ainsi qu’entre janvier 1990 et mai 2008, le prix du riz est multiplié par 3 en dollar alors qu’il n’est multiplié « que » par 2,35 en euro ou en Franc CFA.

Mais de fortes différences selon les situations locales. Dans le Sahel d’une façon générale, la campagne 2007-08 est caractérisée par des prix élevés. Mais ces prix sont généralement inférieurs ou très proches des prix enregistrés lors de la campagne 2004-05, année de la « crise alimentaire du Niger », qui avait vu les prix des céréales grimper dans l’ensemble du Sahel, de façon plus ou moins marquée selon les contextes locaux.

Jusqu’à fin 2007, les prix du riz sur le marché mondial et à la consommation dans les capitales sahéliennes sont marqués par une très grande stabilité. Les prix à la consommation se situent dans une fourchette allant de 200 à 250 FCFA/kg à Dakar et Bamako, de 250 à 300 FCFA à Ouagadougou, de 250 à 300 FCFA à Niamey. Seuls les pays enclavés connaissent un pic des prix lors de la crise de 2005. Le graphique ci-après montre le décrochage entre des prix internationaux qui s’envolent littéralement et des prix à la consommation qui augmentent dans des proportions bien plus faibles. Il faudra attendre la période juillet à septembre 2008 pour voir le riz importé franchir la barre des 400 FCFA. Alors que les prix mondiaux décollent dès septembre 2007, il faut attendre février à avril pour constater la hausse des prix du riz sur les marchés de consommation sahéliens.

Cette hausse des prix du riz va se répercuter diversement sur les marchés des céréales locales. On distingue trois grands cas de figure dans le Sahel.

Evolution des prix du riz sur les marchés nationaux et mondial.
Evolution des prix du riz sur les marchés nationaux et mondial.

La façade atlantique : Sénégal, Mauritanie très dépendants des importations. Le premier cas concerne les pays de la façade atlantique comme le Sénégal et la Mauritanie. Ces deux pays sont les plus urbanisés de la région et leur approvisionnement est très dépendant des importations. La Mauritanie importe près de 80 % de ses besoins céréaliers. Le Sénégal consomme essentiellement du riz brisé importé. Sa production rizicole couvre moins de 20 % de sa demande. Il est contraint d’en importer près d’un million de tonnes. Les récoltes de céréales sèches ont chuté de 25 % lors de la récolte 2007. Les prix des céréales locales vont connaître des hausses de prix dès la fin de l’hivernage 2007 et se situer systématiquement au-dessus des prix moyens des 5 dernières années et des prix de la campagne 2004-05.

Les grands pays enclavés : Mali, Burkina Faso attachés aux céréales locales. Le deuxième cas de figure concerne les grands pays sahéliens céréaliers enclavés que sont le Mali et le Burkina Faso. Ces deux pays encore peu urbanisés ont un système alimentaire fondé sur les céréales produites localement, y compris pour le riz au Mali, et dépendent très peu en année normale des importations. Ils ont un taux d’auto-approvisionnement de plus de 90 % et sont régulièrement confrontés à des excédents de production écoulés en partie sur le marché régional, ou stockés au niveau des producteurs et des commerçants. Les prix des céréales sèches – mil et sorgho – sont restés à des niveaux inférieurs à la moyenne des cinq dernières années et aux niveaux de prix de la campagne précédente jusqu’en avril 2008. Le prix du maïs progresse en revanche plus vite notamment au Burkina Faso. À partir d’avril-juin, alors que la soudure approche, les prix des céréales produites localement grimpent, se rapprochent voire dépassent les niveaux de 2004-05. La forte augmentation des prix des céréales sèches enregistrée pendant la soudure est liée en partie au report de consommation du riz sur ces céréales quand le prix du riz a atteint 400 FCFA/ kg et la continuation des exportations vers le Sénégal et le Niger malgré les interdictions d’exporter édictées au Mali et au Burkina Faso.

Le Niger, sous l’influence de son immense voisin, le Nigeria… Le dernier cas de figure concerne le Niger. Grand pays céréalier aussi, proche de l’autosuf- fisance mais avec une production plus sujette encore aux aléas climatiques que ses voisins, l’économie du Niger est très reliée avec celle du Nigeria, le poids lourd de la région en termes économique et démographique. L’hivernage 2007 a été bon au Niger mais la production du Nigeria a en revanche accusé un certain déficit. De multiples échanges céréaliers caractérisent la zone frontalière entre le Sud Niger – bassin de production du pays -, et le nord du Nigeria. Ce dernier dispose aussi d’une production animale intensive. Les industries productrices d’aliments du bétail constituent une demande importante, en particulier de maïs, qui a des répercussions sur l’ensemble du marché régional de cette denrée. Le niveau des prix au Niger dépend fortement des facteurs nigérians : taux de change, évolution de l’offre et de la demande, stratégies des opérateurs commerciaux, mesures de politiques commerciales vis-à-vis du marché international et du marché régional, etc. La dynamique des prix au Niger est par conséquent la résultante de l’équilibre du marché Niger-Nigeria, mais aussi des conditions du marché dans les autres pays côtiers comme le Bénin, et surtout le Ghana et la Côte d’Ivoire. Conséquence de cette interdépendance des économies céréalières, les prix des céréales locales au Niger vont passer dès le début 2008 au-dessus de la moyenne des cinq dernières années et se rapprocher de la courbe des prix observés en 2005.

Evolution enindice des prix du riz sur les marchés nationaux et mondial  par rapport à octobre 2007
Evolution enindice des prix du riz sur les marchés nationaux et mondial par rapport à octobre 2007

L’impact de la fermeture des frontières. Face au mécontentement des populations, certains gouvernements, notamment le Burkina Faso et le Mali, ont décidé de fermer leurs frontières aux sorties de céréales, dans l’espoir de limiter les risques de pénurie et de peser sur les prix. Cette réaction n’est pas nouvelle, des mesures du même ordre ont été prises, en violation des accords régionaux de libre circulation des marchandises lors de la crise de 2005. La région est caractérisée par des flux céréaliers importants entre les pays sahéliens d’une part, entre ces derniers et les pays côtiers du Golfe de Guinée d’autre part. Mais ces flux restent mal connus, mal mesurés par les dispositifs d’information. Selon une enquête ¹ conduite par l’Observatoire malien des marchés agricoles pour mesurer l’impact des mesures de fermeture des frontières, il ressort que ces mesures ont un impact proche d’une taxe à l’exportation. L’interdiction n’empêche par la poursuite des exportations aussi longtemps que le différentiel de prix entre les pays couvre les coûts de transaction, mais elle en modifie les conditions. Les flux entre le Mali et la Mauritanie se sont poursuivis, mais se sont interrompus ensuite, en raison des mesures prises par cette dernière pour réduire le coût des importations en provenance du marché mondial (suspension des droits de douane et subvention à la consommation) et la ré-exportation des produits subventionnés du Sénégal sur le marché mauritanien, rendant les céréales maliennes moins compétitives. Entre Sikasso au Mali et le Niger, les flux de mil en 2008 se seraient accrus de 174 % par rapport à la même période de 2007. Les exportations de maïs de Sikasso vers le Sénégal auraient quant à elles été multipliées par trois. Les exportations de maïs du Burkina Faso vers le Niger avec des ré-exportations sur le Bénin ont, elles, progressé. En revanche, il semble que les flux Mali-Côte d’Ivoire aient régressés. Les mesures d’interdiction de sortie des céréales ont en revanche un impact sur les prix. Le coût élevé du contournement des mesures (corruption) induit une baisse des prix à la production dans les zones excédentaires et une hausse des prix à la consommation dans les zones dé- ficitaires de destination des céréales exportées « frauduleusement » tout en enrichissant les agents chargés de la gestion des passages aux frontières au détriment du trésor public.

L’analyse des évolutions de prix dans le Sahel montre que les pays fortement dépendants des marchés internationaux pour leur approvisionnement sont beaucoup plus vulnérables à la volatilité et à la hausse des prix sur ces marchés, que ne le sont les pays dont la production couvre l’essentiel des besoins. Ces pays s’approvisionnent aussi en céréales locales dans la sous-région pour combler leurs déficits de production et sont confrontés aux interdictions d’exporter de leurs voisins qui aggravent la situation de leurs marchés déjà tendue. Elle montre aussi que l’instabilité des marchés mondiaux constitue un nouveau contexte pour lequel les pays sahéliens n’étaient pas préparés, après une très longue période de grande stabilité des prix des produits importés. Elle illustre que, bien que les marchés de la région soient connectés entre eux, les évolutions restent contrastées et dépendent d’un ensemble de facteurs nationaux et régionaux. Enfin, le décrochage entre les prix du riz et du blé d’une part, et les prix des céréales produites localement d’autre part montre que les habitudes de consommation restent bien ancrées et que les consommateurs n’abandonnent pas facilement et rapidement le riz au profit des céréales traditionnelles.

1. Diarra et Dembélé (Michigan State University, OMA) et Sima Niger.

Rizière Mogtédo (Burkina Faso) ( © P. Delmas, Afdi)
Rizière Mogtédo (Burkina Faso) ( © P. Delmas, Afdi)

Témoignages

Les adhérents au conseil de gestion de la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN) du Burkina Faso, nous parlent de la vie chère.

Les producteurs des sites maraîchers de Bobo Dioulasso, Koubri et Dissin-Tovor témoignent.

Pour eux, la vie chère, c’est d’abord une situation précaire quotidienne (dépendance forte vis-à-vis de différents facteurs – climat, semences, attaques, commerçants, croissance urbaine etc.). « La vie chère mène à une insécurité alimentaire et ensuite à une insécurité tout court. Un homme qui a faim n’est pas un homme tranquille ».

Mais cette année a été particulièrement difficile : « Nous, producteurs, nous achetons comme tout le monde de l’huile et du riz pour manger. Pour produire, nous achetons également de l’engrais et du carburant. Nos coûts de production, y compris le transport en Côte d’Ivoire, augmentent, mais les prix de vente de nos produits, eux, ne montent pas sur le marché. La salade se vend toujours le même prix et la tomate aussi ». « En quelques mois, l’engrais NPK est passé de 12 500 F à entre 17 000 et 20 000 F les 50 kg. Nos rendements en céréales ont baissé car nos moyens ne nous permettent plus de payer autant d’engrais ».

Les producteurs souhaitent des décisions du gouvernement concertées pour : « diminuer le prix des engrais, de l’essence et des semences », « disposer de fonds dans les banques pour appuyer les producteurs organisés en groupement ou coopérative ».

Ils insistent sur le fait qu’ « exporter [leurs] produits en Côte d’Ivoire est un problème. Il y a des taxes à payer qui ne sont pas claires du tout » et souhaitent le développement de la « transformation locale des produits comme la tomate ».

Dans le même temps, ils proposent des pistes pour atténuer les effets de la vie chère : « s’appuyer sur la gestion », « diversifier avec l’élevage pour la fumure ; aussi, être semencier», « doubler les superficies de maïs, riz ou niébé ».

Le conseil de gestion à Bobo a démarré des négociations avec la Caisse populaire pour inclure le warrantage. Les adhérents souhaitent un plus grand intérêt des producteurs pour le conseil de gestion, qui, selon eux, est très utile face aux changements.

Extraits d’une note rédigée par l’équipe technique de l’Unité d’appui agro-économique de la FNGN le 22/09/08.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

Défis agricoles africains
Jean-Claude Devèze

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire
Ils nous ont rendu visite… Entre nous GDS 43

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire
Les défis de l’agriculture à moyen terme
Bruno Vindel

Les spectaculaires augmentations des prix des produits agricoles ont relancé les débats sur la sécurité alimentaire mondiale et les inquiétudes sur la capacité de la planète à nourrir une population croissante. Au-delà des mesures prises actuellement pour conjurer la crise, qu’en sera-t-il réellement à terme ?_ À l’horizon de 2030, les principales forces motrices de la question alimentaire et agricole mondiale sont multiples : accroissement démographique mondial, changement climatique, questions énergétiques, transition alimentaire ¹ dans les pays émergents,…

Lire PDF
Grain de Sel N°43 – Hausse des prix agricoles

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ? Actualité d’Inter-réseaux Présentation et actualité d’Inter-réseaux Editorial : Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ? Gros sel L’invité de Grain de sel : Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo est un des…

Lire PDF
Défis agricoles africains

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire PDF
Dossier : Hausse des prix : opportunités et défis pour les producteurs africains

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ?Après avoir remis en perspective le phénomène à l’échelle mondiale et régionale, pour mieux saisir l’insertion de la sous-région dans l’économie mondiale, ce dossier se propose d’étudier le cas des producteurs de riz, objets de toutes les attentions….

Lire
Repère : conséquences de l’échec de la mini-ministérielle pour les agricultures paysannes
Anne Wagner

UNE SEMAINE INTENSIVE de négociations, «mini-ministérielle» rassemblant au Secrétariat de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève les ministres de l’Agriculture d’une trentaine de pays, s’est tenue du 21 au 28 juillet 2008. Pour mieux comprendre quels étaient les objectifs de cette rencontre, il importe de la resituer dans une perspective plus large : l’Accord agricole de l’OMC, qui fixe le cadre réglementaire des échanges mondiaux de produits agricoles et agro-alimentaires, est en renégociation depuis janvier 2000. À…

Lire PDF
Riz, un marché incertain
Patricio Mendez del Villar

Si l’évolution du marché mondial du riz se caractérise par de fortes incertitudes, un fait demeure : les stocks sont faibles et les besoins croissants. Au lendemain de l’envolée des prix de cette matière première, base alimentaire de plus de la moitié de l’humanité, un regard sur les grandes tendances du marché s’impose.En collaboration avec Produit Doc LE RIZ EST LA TROISIEME CEREALE produite dans le monde après le maïs et le blé. Mais, il est la première…

Lire PDF
Pour l’agriculture familiale. Oui, mais laquelle ?
Inter-réseaux

Qu’est-ce que l’agriculture familiale ? Est-on tous d’accord sur le sens et les implications de cette expression ? Grain de sel a profité d’une invitation à une rencontre organisée en Pologne pour interroger différents acteurs des 4 coins du monde, et leur demander : c’est quoi l’agriculture familiale ? Petit tour d’horizon…Brésil. Une manière de vivre. Au Brésil, la notion d’agriculture familiale se développe depuis environ 20 ans. Avant, on parlait de petites paysanneries, mais petit à petit…

Lire PDF
Kiosque

L’Afrique de Sarkozy – Un déni d’histoire. J.-P. Chrétien (dir.) Le décryptage du « discours de Dakar » (dont le texte intégral figure en annexe) apporté par ce petit livre va beaucoup plus loin que la critique faite jusqu’alors. Contre l’Afrique « qui ne connaît que l’éternel recommencement » et « l’homme africain qui n’est pas assez entré dans l’histoire », chacun des cinq auteurs, rappelle à sa façon « la dimension historique dans laquelle s’inscrit le destin,…

Lire PDF
Ils nous ont rendu visite… Entre nous

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire PDF
Cameroun : les éleveurs s’organisent
Aimé Landry Dongmo, Marta Kasprzyk, Patrick Dugué

À l’instar des agriculteurs, les éleveurs ont-ils pu développer des organisations fonctionnelles, rendant service à leurs membres ? Les auteurs d’une étude menée auprès des groupements d’éleveurs et d’agro-éleveurs au nord du Cameroun sur l’intensi- fication en élevage font le point sur les avancées de ces groupes professionnels.EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, les organisations de producteurs encouragées par les États dès les années 60 ont surtout concerné les agriculteurs. Les éleveurs, du fait de leur mobilité et de leur faible…

Lire PDF
La hausse des prix internationaux de 2007/2008 : panorama mondial et régional.
Benoît Daviron, Nicolas Bricas

De janvier 2007 à mi 2008, les prix internationaux des produits alimentaires ont augmenté de près de 60 %. Depuis, à la faveur de la crise financière puis de ses implications sur « l’économie réelle », le mouvement s’est inversé. Pour ouvrir le dossier, cet article revient sur les manifestations et les causes de cette hausse.LA HAUSSE DE 2007/2008 peut être interprétée comme l’accélération d’un mouvement entamé depuis début 2002, mouvement certes moins spectaculaire, mais qui, par paliers,…

Lire PDF
La transmission des prix internationaux sur les prix des céréales dans le Sahel.
Moussa Cissé, Niama Nango Dembélé, Roger Blein

Le sahel n’a pas échappé à la flambée des prix alimentaires Mais selon les pays et les produits, la transmission des prix mondiaux a fortement varié et affecté diversement l’approvisionnement des populations. Les raisons de ces disparités sont riches d’enseignements pour la réforme des politiques agricoles et alimentaires.DANS L’ENSEMBLE DES PAYS ouest-africains les prix des produits alimentaires ont commencé à grimper à partir de fin 2006. Le prix de la poudre de lait, matière première importée par les…

Hausse des prix et compétitivité des producteurs de riz.
Mamadou Diarra, Salifou Konaté

La hausse des prix internationaux du riz profite-t-elle aux producteurs sahéliens? La question est sur toutes les lèvres mais la réponse n’est pas si simple. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives, les premières enquêtes montrent que les producteurs peuvent tirer leur épingle du jeu. Mais à certaines conditions. LE RIZ a pris une place considérable dans l’alimentation des sahéliens, notamment en milieu urbain. Ce phénomène est beaucoup plus marqué au Sénégal et au Mali….

Lire PDF
Maïs, mil, sorgho : des cultures d’avenir ou laissés pour compte de la crise?
G. Roger Zangré

Les céréales sèches sont cruciales pour la sécurité alimentaire dans nombre de pays sahéliens mais leurs systèmes de production sont encore peu performants. Dans le contexte des prix mondiaux élevés, seront-elles davantage valorisées ? Entretien avec G. Roger Zangré, phytogénéticien burkinabèGrain de sel : En réaction à la hausse des prix, les céréales sèches ont-elles bénéficié d’autant d’attention de la part des politiques publiques que le riz ? Roger Zangré Roger Zangré : La quasi-totalité des pays du…

Lire PDF
Lait : les secteurs locaux menacés par la volatilité des prix.
Cécile Broutin, lliagre

Au Niger comme au Sénégal, consommateurs, producteurs et importateurs se sont adaptés tant bien que mal à la hausse des prix du lait. Les gouvernements ont aussi tenté de réagir. Mais avec des prix désormais volatiles, rien ne remplacera une politique pérenne d’appui à des producteurs locaux fragilisés par la crise. La flambée des prix des produits laitiers sur le marché international a surpris : le lait en poudre écrémé, négocié à environ 2 300 USD la tonne…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao. Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf, Yoddang

Le boum du maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-il des enseignements à en tirer pour d’autres pays ?L’ILE DE SULAWESI, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a connu…

Lire PDF
Les prix agricoles mondiaux flambent, les producteurs vont-ils gagner plus ?
Philippe Somé, alothore, bpeneau

Dans un contexte d’instabilité des prix agricoles, les décisions de gestion des exploitations familiales sont à repenser : le conseil à l’exploitation familiale représente une des modalités existantes pour aider les producteurs et les organisations de producteurs à mieux faire face à la volatilité des prix.« Donnez nous des prix comme ça pour 10 ans, et on est content !» disent des producteurs. Mais est-ce là une vision partagée par tous ? Une série de questions se pose….

Lire PDF
La réponse ouest-africaine à la crise des prix
Bio Goura Soulé, Cecilia Bellora, Roger Blein

Face à la flambée des prix, les gouvernements ouest-africains ont cherché à réduire les prix aux consommateurs et à relancer la production vivrière. Des mesures dictées par l’urgence, conçues dans un cadre national, et qui posent de nombreuses questions quant à leur durabilité financière et au modèle d’agriculture qu’elles véhiculent implicitement.AVRIL ET MAI 2008 sont marqués en Afrique de l’Ouest par la montée de la colère des consommateurs et des syndicats. La hausse des prix des produits alimentaires…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao : Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf

Le Boum du Maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi ? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-t’il des enseignements à en tirer pour d’autres pays? L’île de Sulawesi, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a…

Lire PDF
Entretien avec Hammou Haïdara, consultant en développement des entreprises et organisations, Président de la fondation Mahamane Alassane Haïdara
Hammou Haïdara

Grain de sel (GDS) : Pouvez-vous vous présenter ? Hammou Haïdara (HH) : Consultant indépendant dans le secteur de l’appui aux entreprises, la formation professionnelle et la micro finance dans tout secteur, je travaille avec différents bailleurs de fonds (coopération Suisse, la coopération belge, danoise, luxembourgeoise, allemande, etc.) pour la formulation de projets, l’identification, l’évaluation, l’audit organisationnel, etc. J’ai auparavant travaillé durant 6 ans au service du programme Boutique de gestion d’échanges et de conseils (BGECO) en tant…

Lire
Entretiens avec Moussa Para Diallo et Mamadou Kourahoye Diallo, de la Fédération des paysans du Fouta Djallon
Mamadou Kourahoye Diallo, fpfd2002

Moussa Para Diallo est le président de la Fédération des paysans du Fouta Djallon, et Mamadou Kourahoye Diallo est responsable de la commercialisation de la Fédération des paysans du Fouta Djallon. Grain de sel (GDS) : Qu’entendez-vous par « agriculture familiale » ? Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo (MPD) : Voici ce qu’est pour moi, à titre personnel, l’agriculture familiale : c’est une agriculture qui emploie en première position les membres de la famille qui travaillent pour subvenir…

Lire