The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 29 octobre 2008

Entretien avec Hammou Haïdara, consultant en développement des entreprises et organisations, Président de la fondation Mahamane Alassane Haïdara

Hammou Haïdara

Mali

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

Grain de sel (GDS) : Pouvez-vous vous présenter ?

Hammou Haïdara (HH) : Consultant indépendant dans le secteur de l’appui aux entreprises, la formation professionnelle et la micro finance dans tout secteur, je travaille avec différents bailleurs de fonds (coopération Suisse, la coopération belge, danoise, luxembourgeoise, allemande, etc.) pour la formulation de projets, l’identification, l’évaluation, l’audit organisationnel, etc. J’ai auparavant travaillé durant 6 ans au service du programme Boutique de gestion d’échanges et de conseils (BGECO) en tant que directeur (4 ans) puis directeur des services techniques (2 ans) en appui à la Fédération nationale des artisans du Mali (Fnam), créée en 1992. Cette dernière a été la première organisation malienne privée à se positionner sur le segment de l’appui budgétaire ; intégrer l’ensemble des projets ou programmes à l’intérieur de services techniques et recevoir un appui budgétaire global de ses partenaires techniques et financiers (dont le plus important est la Coopération suisse). Dernier des enfants de Mahamane Alassane Haïdara (ancien Sénateur du Mali, Soudan français à l’époque et par la suite, premier président de l’assemblée nationale du Mali et député maire de Tombouctou), j’ai créé il y a 1 an, une fondation qui porte son nom. Sa mémoire est perpétuée dans la galerie d’exposition (photographies et souvenirs). La fondation a pour but poursuivre son travail pour le développement de Tombouctou, et un peu plus tard, des localités telles que Gao, Niafunké etc.

GDS : Quelles sont les activités et les financements de la fondation ?

HH : A ce jour, j’ai obtenu des financements de la coopération suisse (50% environ) pour un premier projet : le projet de création d’une école des Arts et métiers à Tombouctou. La ville de Tombouctou, au delà de son histoire, de son mythe, a un certain nombre de métiers très spécifiques et assez exclusifs comme la broderie manuelle. Tombouctou et Djenné sont les seules villes au Mali qui font encore des boubous entièrement brodés à la main, demandant plusieurs mois de travail. Aussi, on trouve la bijouterie, la menuiserie, la vannerie à base de tiges de blé, la cordonnerie et la maroquinerie. L’école vise à revaloriser ces métiers pour qu’ils ne disparaissent pas mais aussi à mettre en place un vrai dispositif d’apprentissage digne de ce nom, en faisant l’analyse des métiers, faire des modules, former des formateurs. Un système de « formation par apprentissage » (introduit au Mali par la fondation Swisscontact dès 1989), sera mis en place, basé sur le système traditionnel de la transmission du savoir, 80 % du temps est passé dans l’atelier et 20 % dans un centre de formation théorique complémentaire (pour savoir lire, écrire, compter et connaître la sécurité du travail, le sida etc.) Il s’agit de travailler avec les organisations professionnelles de ces différents métiers. L’objectif est qu’après 4 à 5 ans, le centre de formation accueille l’ensemble des métiers en commençant par la broderie la 1ère année, puis idéalement, pour la deuxième année, passer au métier de la vannerie exclusivement féminin. Les 12 tailleurs-brodeurs de Tombouctou manquent d’organisation pour gérer les clients, construire une politique commerciale marketing pour se diversifier et trouver de nouveaux débouchés. Ils auront besoin d’un dispositif d’appui conseil. Parce que c’est un produit de luxe, les boubous brodés trouvent des opportunités auprès des touristes et de la diaspora de Tombouctou très importante à Bamako et en dehors du Mali. Aussi, à Tombouctou on fête chaque année la fête du Maouloud, devenue un vrai pèlerinage de tombouctiens, la population est alors multipliée par 3 et tous portent le boubou. Le potentiel est énorme ! Donc au programme : formation des apprentis, formation des maîtres formateurs, amélioration de leur savoir et appui conseil pour améliorer le fonctionnement des entreprises, des ateliers.

Un 2ème projet, que j’ai soumis aux coopérations belge et canadienne, concerne la bourse scolaire d’excellence pour le Lycée de Tombouctou (lycée Mahamane Alassane Haïdara), vrai pôle d’excellence par le passé. L’école malienne a aujourd’hui de sérieux problèmes. Le niveau général de l’enseignement a baissé y compris au Lycée de Tombouctou. Pour inverser cette tendance-là, l’idée est d’offrir aux meilleurs bacheliers du lycée la possibilité d’obtenir une bourse d’étude à Bamako ou dans la sous-région, en Europe, en Amérique du Nord, etc. Pour compléter les services des structures, coopérations canadiennes, belges ou autres qui octroient des bourses, le projet vise à mettre en place un dispositif non seulement de sélection de bons dossiers, mais aussi à assurer un suivi tout le long de la période de formation sur le choix des filières d’études. Nous instaurerions une relation permanente avec les boursiers. Par exemple tous les 2, 3 mois, les boursiers transmettent une note sur leur formation. Après leurs études, la fondation les accueillerait pour une période de stage pratique au cours de laquelle on pourra les aider à explorer le marché du travail, à trouver un moyen de s’insérer professionnellement. Dans un premier temps, l’objectif sera d’avoir à peu près 4 à 5 bourses par an toutes disciplines confondues en prenant le meilleur bachelier de chaque discipline et d’élargir aux 3 premiers, pour en gros une dizaine de bourse par an.

GDS : Selon vous, est-ce que l’artisanat représente vraiment une alternative à l’activité agricole ?

HH : Le Mali a tenté de construire, en vain, un système industriel basé sur l’agriculture depuis l’indépendance. L’ensemble du développement économique du Mali sur le plan stratégique pour autant qu’il y ait une stratégie, est basée sur des facteurs dont le pays n’a pas la maîtrise, c’est le climat, le coût des matières premières qui sont décidés ailleurs, etc. C’est un pays qui retient son souffle en espérant que les choses aillent bien et la croissance est tributaire de… Incha Allah. A mon avis il n’y a que le secteur de l’artisanat et des micro-entreprises qui puissent participer à une stratégie de croissance et de développement économique basée sur des facteurs qu’on maîtrise, en ayant une politique véritablement volontariste appuyée sur ces entreprises. La création d’un environnement économique, administratif, fiscal pour ces entreprises est importante pour qu’elles puissent s’épanouir, parce que l’artisanat et la petite entreprise de façon générale occupent de plus en plus de monde. Nous pourrions faire de ce secteur informel, une alternative crédible en le formalisant et en l’encadrant de mieux en mieux. Je crois qu’artisanat et micro-entreprise pourraient être un domaine dans lesquels effectivement le pays pourrait faire quelque chose. Dans micro-entreprise, je mets aussi les exploitations agricoles familiales, pas nécessairement subventionnées, soutenus par des fonds mais se développant dans un environnement favorable à l’exercice de leur activité économique. Ceci présuppose de faciliter les procédures de création d’entreprise, alléger la pression fiscale, faciliter l’accès aux financements, améliorer les dispositifs de formation professionnelle etc. Ainsi, de petites entreprises mais à forte valeur ajoutée peuvent créer un cycle de croissance qui soit plus serein, plus motivé. Pour le reste, si on a une bonne saison des pluies, si le cours de l’or monte considérablement, c’est un plus, mais que ces éléments là ne soient pas la base du développement économique malien.

GDS : La fédération a t-elle des relations avec les organisations paysannes ?

HH : Nous faisons la même chose sur des segments différents, donc il est intéressant que l’on puisse se parler de temps en temps. Nous échangeons beaucoup plus avec la chambre des métiers qu’avec la chambre d’agriculture. La Fnam, c’est 935 associations représentant entre 40 et 45 000 entrepreneurs membres, un bureau exécutif au niveau national. Les associations de base adhèrent aux unions locales présentes dans les 49 cercles du pays, un groupe d’unions va former une coordination régionale et l’ensemble des coordinations forme la Fédération nationale. La fédération a organisé pendant 2 ans pour sa réforme institutionnelle une grande concertation à l’échelle nationale pour faire remonter à la fois les diagnostics des problèmes et les pistes de solutions de ces bases. Pendant 14 mois, des ateliers ont permis de faire monter les informations, avec l’appui de 2 consultants suisses, pour se doter d’un document de politique général avec des orientations stratégiques sur une période de 5 années validé par une assemblée générale. La Fnam est une organisation de la société civile malienne qui a pris conscience de son rôle, de son poids et qui a décidé de se prendre en main pour se développer en tant qu’organisation privée, mais aussi pour essayer d’intervenir sur le développement du secteur de l’artisanat de façon générale. Des dynamiques internes ont conduit à un certain nombre d’avancées significatives au niveau du secteur de l’artisanat, au niveau de cette fédération. Cette fédération était une des organisations la mieux et la plus décentralisée du pays avant même que le processus de décentralisation ait suffisamment avancé au Mali.

GDS : L’artisanat c’est le secteur informel, cela pose-t-il problème ou est-ce une richesse ?

HH : Le secteur de l’artisanat relève de plusieurs dimensions. Les gens se mettent dans l’informel parce qu’il n’y a pas d’autres alternatives. Si aujourd’hui toutes les entreprises au Mali étaient obligées de passer par la formalisation pour exercer leur activité, au moins 1/3 d’entre elles ne le ferait pas. Ceci parce qu’il y a un lien très fort entre scolarisation/alphabétisation et proximité avec les démarches administratives. Un analphabète qui doit faire une demande à l’administration avant d’exercer son activité, est vite découragé. Mais, il ne faut pas voir la formalisation que du point de vue de l’élargissement d’une assiette fiscale. Très souvent il y a des micro entreprises en activité, sensibilisées à la formalisation et ouvertes à l’idée de se formaliser, qui ont tout simplement peur de la démarche parce qu’ils pensent que se formaliser signifie donner son adresse à l’administration fiscale. Donc, si au niveau de l’État on comprend que « trop d’impôts tue l’impôt », et qu’on peut formaliser ou aider progressivement la formalisation sans agresser fiscalement les petites entreprises, je pense que progressivement, les gens créent des richesses pour eux-mêmes. Aussi, il est quand même utile que l’État puisse vivre. Je pense que l’Etat a compris cela, il a mis en place le système de contribution forfaitaire, qu’on appelle aussi impôt synthétique, initié par la Fnam. Ce système simplifie les procédures de paiement de l’impôt des entreprises de très petites tailles qui ne doivent payer une contribution qu’une fois l’an, ceci permettant de sortir complètement du harcèlement des services fiscaux. Il faut dans un premier temps donner aux gens la possibilité d’exercer une activité même dans l’informel, d’ailleurs le Mali n’a pas les moyens d’empêcher cela et progressivement par la pédagogie, par l’information et aussi par des mesures d’incitation pour amener progressivement les gens à se formaliser.

Entretien réalisé par Anne Perrin (Grain de sel) à Bamako en juin 2008, dans le cadre de la préparation du dossier de Grain de sel sur les activités rurales non agricoles.

Rédaction : Sarah Bouziri (Grain de sel).

Hammou Haïdara, Consultant, BP 1921, Bamako, Mali, h.haidara@orangemali.net

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "43 : Hausse des prix agricoles".

Défis agricoles africains
Jean-Claude Devèze

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire
Ils nous ont rendu visite… Entre nous GDS 43

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire
Les défis de l’agriculture à moyen terme
Bruno Vindel

Les spectaculaires augmentations des prix des produits agricoles ont relancé les débats sur la sécurité alimentaire mondiale et les inquiétudes sur la capacité de la planète à nourrir une population croissante. Au-delà des mesures prises actuellement pour conjurer la crise, qu’en sera-t-il réellement à terme ?_ À l’horizon de 2030, les principales forces motrices de la question alimentaire et agricole mondiale sont multiples : accroissement démographique mondial, changement climatique, questions énergétiques, transition alimentaire ¹ dans les pays émergents,…

Lire PDF
Grain de Sel N°43 – Hausse des prix agricoles

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ? Actualité d’Inter-réseaux Présentation et actualité d’Inter-réseaux Editorial : Hausse des prix : pour le meilleur et pour le pire ? Gros sel L’invité de Grain de sel : Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo est un des…

Lire PDF
Défis agricoles africains

Défis agricoles africains. Sous la direction de Jean- Claude Devèze. Préface de Jean-Michel Debrat Éd. Karthala, Agence française de développement juin 2008, 414 p., 26 euros ISBN 978-2-8111-011-7 Cet ouvrage, centré sur le devenir des agricultures subsahariennes et leur rôle dans le développement du sous-continent, montre l’importance des enjeux démographiques, économiques et environnementaux, mais aussi sociaux, culturels et politiques. Alors que la question de l’alimentation de la planète redevient cruciale, le premier défi à relever par les agricultures…

Lire PDF
Dossier : Hausse des prix : opportunités et défis pour les producteurs africains

La hausse des prix agricoles a fait couler beaucoup d’encre, mais relativement peu de choses on été écrites sur le sort des producteurs ouest africains. Quel a été l’impact de ce phénomène sur les producteurs, et quelles leçons en tirer ?Après avoir remis en perspective le phénomène à l’échelle mondiale et régionale, pour mieux saisir l’insertion de la sous-région dans l’économie mondiale, ce dossier se propose d’étudier le cas des producteurs de riz, objets de toutes les attentions….

Lire
Repère : conséquences de l’échec de la mini-ministérielle pour les agricultures paysannes
Anne Wagner

UNE SEMAINE INTENSIVE de négociations, «mini-ministérielle» rassemblant au Secrétariat de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève les ministres de l’Agriculture d’une trentaine de pays, s’est tenue du 21 au 28 juillet 2008. Pour mieux comprendre quels étaient les objectifs de cette rencontre, il importe de la resituer dans une perspective plus large : l’Accord agricole de l’OMC, qui fixe le cadre réglementaire des échanges mondiaux de produits agricoles et agro-alimentaires, est en renégociation depuis janvier 2000. À…

Lire PDF
Riz, un marché incertain
Patricio Mendez del Villar

Si l’évolution du marché mondial du riz se caractérise par de fortes incertitudes, un fait demeure : les stocks sont faibles et les besoins croissants. Au lendemain de l’envolée des prix de cette matière première, base alimentaire de plus de la moitié de l’humanité, un regard sur les grandes tendances du marché s’impose.En collaboration avec Produit Doc LE RIZ EST LA TROISIEME CEREALE produite dans le monde après le maïs et le blé. Mais, il est la première…

Lire PDF
Pour l’agriculture familiale. Oui, mais laquelle ?
Inter-réseaux

Qu’est-ce que l’agriculture familiale ? Est-on tous d’accord sur le sens et les implications de cette expression ? Grain de sel a profité d’une invitation à une rencontre organisée en Pologne pour interroger différents acteurs des 4 coins du monde, et leur demander : c’est quoi l’agriculture familiale ? Petit tour d’horizon…Brésil. Une manière de vivre. Au Brésil, la notion d’agriculture familiale se développe depuis environ 20 ans. Avant, on parlait de petites paysanneries, mais petit à petit…

Lire PDF
Kiosque

L’Afrique de Sarkozy – Un déni d’histoire. J.-P. Chrétien (dir.) Le décryptage du « discours de Dakar » (dont le texte intégral figure en annexe) apporté par ce petit livre va beaucoup plus loin que la critique faite jusqu’alors. Contre l’Afrique « qui ne connaît que l’éternel recommencement » et « l’homme africain qui n’est pas assez entré dans l’histoire », chacun des cinq auteurs, rappelle à sa façon « la dimension historique dans laquelle s’inscrit le destin,…

Lire PDF
Ils nous ont rendu visite… Entre nous

Ils nous ont rendu visite… L’équipe du secrétariat exécutif d’Inter- réseaux Développement rural a pu rencontrer au cours des derniers mois différentes personnes très concernées par l’agriculture familiale et le développement rural. De nombreux membres du réseau sont passés à Paris et nous avons été très heureux de pouvoir les rencontrer et bénéficier de leurs expériences. Des membres de l’équipe ont aussi pu aller en Afrique de l’Ouest dans des cadres leurs permettant de rencontrer d’autres membres du…

Lire PDF
Cameroun : les éleveurs s’organisent
Aimé Landry Dongmo, Marta Kasprzyk, Patrick Dugué

À l’instar des agriculteurs, les éleveurs ont-ils pu développer des organisations fonctionnelles, rendant service à leurs membres ? Les auteurs d’une étude menée auprès des groupements d’éleveurs et d’agro-éleveurs au nord du Cameroun sur l’intensi- fication en élevage font le point sur les avancées de ces groupes professionnels.EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, les organisations de producteurs encouragées par les États dès les années 60 ont surtout concerné les agriculteurs. Les éleveurs, du fait de leur mobilité et de leur faible…

Lire PDF
La hausse des prix internationaux de 2007/2008 : panorama mondial et régional.
Benoît Daviron, Nicolas Bricas

De janvier 2007 à mi 2008, les prix internationaux des produits alimentaires ont augmenté de près de 60 %. Depuis, à la faveur de la crise financière puis de ses implications sur « l’économie réelle », le mouvement s’est inversé. Pour ouvrir le dossier, cet article revient sur les manifestations et les causes de cette hausse.LA HAUSSE DE 2007/2008 peut être interprétée comme l’accélération d’un mouvement entamé depuis début 2002, mouvement certes moins spectaculaire, mais qui, par paliers,…

Lire PDF
La transmission des prix internationaux sur les prix des céréales dans le Sahel.
Moussa Cissé, Niama Nango Dembélé, Roger Blein

Le sahel n’a pas échappé à la flambée des prix alimentaires Mais selon les pays et les produits, la transmission des prix mondiaux a fortement varié et affecté diversement l’approvisionnement des populations. Les raisons de ces disparités sont riches d’enseignements pour la réforme des politiques agricoles et alimentaires.DANS L’ENSEMBLE DES PAYS ouest-africains les prix des produits alimentaires ont commencé à grimper à partir de fin 2006. Le prix de la poudre de lait, matière première importée par les…

Lire PDF
Hausse des prix et compétitivité des producteurs de riz.
Mamadou Diarra, Salifou Konaté

La hausse des prix internationaux du riz profite-t-elle aux producteurs sahéliens? La question est sur toutes les lèvres mais la réponse n’est pas si simple. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives, les premières enquêtes montrent que les producteurs peuvent tirer leur épingle du jeu. Mais à certaines conditions. LE RIZ a pris une place considérable dans l’alimentation des sahéliens, notamment en milieu urbain. Ce phénomène est beaucoup plus marqué au Sénégal et au Mali….

Lire PDF
Maïs, mil, sorgho : des cultures d’avenir ou laissés pour compte de la crise?
G. Roger Zangré

Les céréales sèches sont cruciales pour la sécurité alimentaire dans nombre de pays sahéliens mais leurs systèmes de production sont encore peu performants. Dans le contexte des prix mondiaux élevés, seront-elles davantage valorisées ? Entretien avec G. Roger Zangré, phytogénéticien burkinabèGrain de sel : En réaction à la hausse des prix, les céréales sèches ont-elles bénéficié d’autant d’attention de la part des politiques publiques que le riz ? Roger Zangré Roger Zangré : La quasi-totalité des pays du…

Lire PDF
Lait : les secteurs locaux menacés par la volatilité des prix.
Cécile Broutin, lliagre

Au Niger comme au Sénégal, consommateurs, producteurs et importateurs se sont adaptés tant bien que mal à la hausse des prix du lait. Les gouvernements ont aussi tenté de réagir. Mais avec des prix désormais volatiles, rien ne remplacera une politique pérenne d’appui à des producteurs locaux fragilisés par la crise. La flambée des prix des produits laitiers sur le marché international a surpris : le lait en poudre écrémé, négocié à environ 2 300 USD la tonne…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao. Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf, Yoddang

Le boum du maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-il des enseignements à en tirer pour d’autres pays ?L’ILE DE SULAWESI, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a connu…

Lire PDF
Les prix agricoles mondiaux flambent, les producteurs vont-ils gagner plus ?
Philippe Somé, alothore, bpeneau

Dans un contexte d’instabilité des prix agricoles, les décisions de gestion des exploitations familiales sont à repenser : le conseil à l’exploitation familiale représente une des modalités existantes pour aider les producteurs et les organisations de producteurs à mieux faire face à la volatilité des prix.« Donnez nous des prix comme ça pour 10 ans, et on est content !» disent des producteurs. Mais est-ce là une vision partagée par tous ? Une série de questions se pose….

Lire PDF
La réponse ouest-africaine à la crise des prix
Bio Goura Soulé, Cecilia Bellora, Roger Blein

Face à la flambée des prix, les gouvernements ouest-africains ont cherché à réduire les prix aux consommateurs et à relancer la production vivrière. Des mesures dictées par l’urgence, conçues dans un cadre national, et qui posent de nombreuses questions quant à leur durabilité financière et au modèle d’agriculture qu’elles véhiculent implicitement.AVRIL ET MAI 2008 sont marqués en Afrique de l’Ouest par la montée de la colère des consommateurs et des syndicats. La hausse des prix des produits alimentaires…

Lire PDF
Boum du maïs dans un pays de cacao : Sulawesi, grenier de l’Indonésie
François Ruf

Le Boum du Maïs à Sulawesi (Indonésie), dans une région où le cacao a apporté beaucoup de richesses, s’il est remarquable, pose question. Pourquoi ? Comment les agriculteurs de Sulawesi ont-ils pu répondre aussi rapidement à la flambée du cours mondial ? Y a-t-t’il des enseignements à en tirer pour d’autres pays? L’île de Sulawesi, plus connue sous son ancien nom des « Célèbes », domaine des fameux Bugis, peuple de marins et des romans de Conrad, a…

Lire PDF
Entretien avec Hammou Haïdara, consultant en développement des entreprises et organisations, Président de la fondation Mahamane Alassane Haïdara
Hammou Haïdara

Grain de sel (GDS) : Pouvez-vous vous présenter ? Hammou Haïdara (HH) : Consultant indépendant dans le secteur de l’appui aux entreprises, la formation professionnelle et la micro finance dans tout secteur, je travaille avec différents bailleurs de fonds (coopération Suisse, la coopération belge, danoise, luxembourgeoise, allemande, etc.) pour la formulation de projets, l’identification, l’évaluation, l’audit organisationnel, etc. J’ai auparavant travaillé durant 6 ans au service du programme Boutique de gestion d’échanges et de conseils (BGECO) en tant…

Entretiens avec Moussa Para Diallo et Mamadou Kourahoye Diallo, de la Fédération des paysans du Fouta Djallon
Mamadou Kourahoye Diallo, fpfd2002

Moussa Para Diallo est le président de la Fédération des paysans du Fouta Djallon, et Mamadou Kourahoye Diallo est responsable de la commercialisation de la Fédération des paysans du Fouta Djallon. Grain de sel (GDS) : Qu’entendez-vous par « agriculture familiale » ? Moussa Para Diallo Moussa Para Diallo (MPD) : Voici ce qu’est pour moi, à titre personnel, l’agriculture familiale : c’est une agriculture qui emploie en première position les membres de la famille qui travaillent pour subvenir…

Lire