Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La hausse du prix du riz en 2008 a contribué au déclenchement de mouvements sociaux importants contre la hausse des prix de biens vitaux et remis le développement rizicole en haut de l’agenda politique. Cet article interroge les implications de cette dynamique en termes de politiques et d’émergence d’acteurs.

L’Afrique de l’Ouest importe la moitié de sa consommation de riz (14 % de la ration alimentaire en calories). Le triplement du prix du riz sur le marché international en 2008, et le prix de la brisure de riz thaïlandaise (de 720 $/t à 251 $ neuf mois auparavant) ont contribué au déclenchement de mouvements sociaux importants. Au-delà de mesures de court terme (suspension des droits de douanes, facilitations financières pour les importateurs), cette flambée des prix a remis le développement rizicole en haut de l’agenda politique pour réduire la dépendance des pays ouest-africains aux importations.

Relancer la production de riz par une Révolution verte ? La compétitivité du riz ouest-africain est un enjeu récurrent qui structure les débats autour de la formulation des politiques agricoles et alimentaires dans la sous-région. La stratégie de relance mise en oeuvre après 2008 par les pouvoirs publics avec l’appui des bailleurs de fonds repose d’abord sur le triptyque de la Révolution verte des années 1970 : diffusion de variétés améliorées, subvention et accès aux engrais, irrigation. Mais elle se distingue aussi de ces préceptes : d’une part par l’élargissement des mesures d’appui aux questions de qualité, et d’autre part, par la sollicitation croissante de capitaux privés pour la financer.

La baisse de la part des importations dans la consommation totale amorcée avant 2008 a continué mais semble buter sur le seuil de 40 %. Ce niveau est à relativiser compte tenu des incertitudes inhérentes à l’estimation de la production (riz pluvial dominant) et à la connaissance partielle des niveaux de consommation (en particulier hors domicile) qui limite la fiabilité de la balance alimentaire.

Une baisse des importations à nuancer. Cette baisse limitée s’explique en partie par une croissance de la production qui repose essentiellement sur un accroissement des superficies (pour 2 tiers), alors que la progression des rendements est plus lente (de 1,6 t/ha en 2008 à 2,1 t/ha en 2018). Elle est aussi due à une concurrence plus forte entre exportateurs sur le marché mondial qui se traduit par un retour des prix internationaux à des niveaux proches d’avant 2008. Le consommateur ouest-africain devient plus exigeant en termes de diversité des riz consommés et de conditionnement. Même si les études sur les préférences des consommateurs confirment leur intérêt pour les propriétés organoleptiques des riz africains, les filières qui assurent la distribution des riz locaux ne sont pas encore en mesure d’offrir les mêmes niveaux de service (conditionnement, disponibilité, facilité de paiement) que les distributeurs de riz importés. Ceci explique aussi le faible effet des incitations attendues par le relèvement des tarifs douaniers dans certains pays de la Cédéao.

Dépendance aux importations de riz de l’Afrique de l’Ouest, évolution des prix internationaux Source : Calculs d’après USDA PS&D data, 2018.

Le secteur privé : nouvel acteur de la filière ? À côté des enjeux de financements de l’investissement dans la riziculture, l’implication du secteur privé dans la stratégie mise en oeuvre après 2008 par les pouvoirs publics, a aussi pour objet d’améliorer la qualité du conditionnement et de la distribution des riz locaux (stockage) pour améliorer sa compétitivité hors-prix. L’implication d’un opérateur mondial comme Olam au Nigéria depuis le début des années 2000, vise à intégrer des unités de transformation industrielles dans l’économie rizicole locale. Les résultats mitigés montrent que c’est un défi difficile à relever. Il en va de même en Côte d’Ivoire où les pouvoirs publics ont construit leur plan de développement et d’équipement de la filière sur l’implication de ce type d’opérateur. Mais les effets sont encore faibles, seulement deux unités industrielles de transformation sont opérationnelles sur une trentaine planifiées.

La mise en place de systèmes de contractualisation avec les riziculteurs qui sont très souvent associés à ce type d’investissement, demande également des capacités de gouvernance (pas toujours effectives).

Pour une intégration de tous les opérateurs. À côté de ces stratégies de partenariats public-privé, la crise de 2008 a aussi stimulé l’intérêt des opérateurs privés nationaux de moins grandes tailles avec un certain succès. On constate également des innovations institutionnelles comme les entreprises de service et organisation de producteurs, ou la diffusion d’innovations techniques pour améliorer l’étuvage. Elles concourent toutes à l’amélioration de la qualité et à la compétitivité du riz local. L’histoire récente rappelle que la conquête du marché du riz par la production locale ne peut reposer sur une stratégie privilégiant un seul modèle de développement mais qu’elle doit prendre en compte la complexité et la diversité des opérateurs de l’économie rizicole ouest-africaine.

Frédéric Lançon (frederic.lancon@cirad.fr), est économiste à l’unité « Acteurs, ressources et territoires dans le développement », au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), Université de Montpellier.

Patricio Mendez est économiste à l’unité « Territoires, environnement, télédétection et information spatiale », Cirad, Université de Montpellier.

Guillaume Soullier est économiste à l’unité « Acteurs, ressources et territoires dans le développement », Cirad, Université de Montpellier.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°76 – Dix ans après 2008, l’Afrique de l’Ouest est-elle mieux préparée face aux crises alimentaires ?".

Edito : On a faim ! Dix ans après 2008, l’Afrique de l’Ouest est-elle mieux préparée face aux crises alimentaires ?
François Doligez, Ninon Avezou

L’ampleur des mobilisations partout dans le monde et les émeutes dites « de la faim » qui se sont multipliées au printemps 2008, touchant notamment l’Afrique subsaharienne (Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Cameroun) ont surpris les observateurs. Selon la FAO, la hausse des prix en 2007 et 2008 a accru de façon considérable la facture alimentaire des importations céréalières des pays les plus pauvres et aggravé l’insécurité alimentaire des populations. Elle aura eu, toujours selon l’agence onusienne, «…

Lire PDF
Repères : Sécurité alimentaire et nutritionnelle 2008-2018 : permanences et mutations
Inter-réseaux

Sécurité alimentaire et nutritionnelle 2008-2018 : permanences et mutations La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique, social et économique à une nourriture saine dont la quantité consommée et la qualité sont suffisantes pour satisfaire les besoins énergétiques et les préférences alimentaires des personnes, et dont les bienfaits sont renforcés par un environnement dans lequel l’assainissement, les services de santé et les pratiques de soins sont adéquats, le…

Lire PDF
La crise alimentaire 10 ans après, qu’est-ce qui a changé ?
Mamadou Goïta, nicolasbricas

Crise de production, signe d’une pénurie alimentaire mondiale, crise spéculative… Différentes analyses (parfois contradictoires) ont été faites de la crise alimentaire de 2008 en Afrique de l’Ouest. Cet article revient sur les facteurs de hausse des prix et plaide en faveur de systèmes alimentaires durables pour que la région ne soit pas confrontée à une nouvelle crise. Une évolution des fondamentaux du marché. Les crises des prix de 2007-08 puis de 2010-11 n’ont pas une cause unique comme…

Lire PDF
Zoom sur l’instabilité des marchés agricoles depuis 2008
Philippe Chalmin (Université Paris Dauphine)

La crise alimentaire de 2008 serait liée, pour certains, à un mouvement spéculatif ayant entrainé la hausse du cours des matières premières agricoles. Pour d’autres, dont l’auteur de cet article, le mouvement de flambée des prix était avant tout imputable à de mauvaises récoltes. Retour sur l’instabilité des marchés agricoles depuis 2008. Il y a dix ans, en juin 2008, se tint à Rome une conférence alimentaire mondiale organisée par la FAO dans le contexte de marchés mondiaux…

Lire PDF
Émergence de mouvements sociaux urbains face à la crise : le cas du Niger
Mohamadou Magha

En 2005, puis en 2008, la hausse des prix des produits alimentaires a entrainé une série de manifestations dans les centres urbains ouest-africains. La structuration de ces mouvements dépend en fait du contexte et de la convergence des intérêts des organisations de la société civile et des politiques. Qu’en retenir au Niger ? Depuis la grande sécheresse de 1969-73, le Sahel est reconnu comme une zone extrêmement vulnérable à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Périodiquement, la situation…

Lire PDF
Les politiques agricoles depuis 2008 : entre vulnérabilités et retour à l’agenda
Dr. Ibrahima Hathié

En 2008, face à la hausse des prix des biens alimentaires, les gouvernements ouest-africains ont d’abord pris des mesures immédiates dans le but d’en juguler les effets. Progressivement, des politiques plus élaborées ont été proposées pour prendre en charge les questions structurelles révélées par la crise. Cet article propose une analyse de ces mesures. La crise alimentaire de 2007-2008 a été à la fois un révélateur de la vulnérabilité des pays d’Afrique de l’Ouest et un déclencheur du…

Lire PDF
De nouveaux opérateurs de l’économie rizicole ouest-africaine depuis 2008
Frédéric Lançon, Guillaume Soullier, Patricio Mendez

La hausse du prix du riz en 2008 a contribué au déclenchement de mouvements sociaux importants contre la hausse des prix de biens vitaux et remis le développement rizicole en haut de l’agenda politique. Cet article interroge les implications de cette dynamique en termes de politiques et d’émergence d’acteurs. L’Afrique de l’Ouest importe la moitié de sa consommation de riz (14 % de la ration alimentaire en calories). Le triplement du prix du riz sur le marché international…

Les agricultures familiales au défi de la crise de 2008
Diery Gaye

La crise alimentaire de 2008 a-t-elle constituée une opportunité pour les paysans ? Une chance de repenser les modèles de production et de consommation, d’aller vers des organisations paysannes mieux structurées ? Diery Gaye propose quelques pistes de réflexions et plaide en faveur de politiques agricoles fortes. Grain de Sel (GDS) : Quel a été l’impact de la crise de 2008 sur les modes de vie des paysans ? Diery Gaye (DG) : La crise a eu une…

Lire PDF
Ce que la crise de 2008 a changé pour les paysans en Afrique
Deogratias Niyonkuru

La crise alimentaire de 2008 a touché les populations les plus vulnérables d’Afrique. Cet entretien donne la parole à un acteur de terrain pour interroger les facteurs, les incidences et les spécificités de cette crise, notamment pour l’Afrique centrale. Grain de Sel (GDS) : Dans votre ouvrage, vous analysez les causes de la pauvreté rurale en Afrique. Comment peut-on expliquer la récurrence des crises alimentaires ? Déogratias Niyonkuru (DN) : Les facteurs de crise n’ont pas beaucoup changé….

Lire PDF
Évolutions du suivi de la sécurité alimentaire depuis 2008 : le cadre harmonisé
Sébastien Subsol

Depuis le début des années 2010, le cadre harmonisé est l’outil de référence pour mesurer le niveau d’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Il permet d’évaluer les besoins d’assistance alimentaire, de concevoir des plans nationaux de réponse aux crises et de déclencher les interventions de la Réserve régionale de sécurité alimentaire. Le cadre harmonisé a permis de moderniser le suivi de la sécurité alimentaire, basé depuis la fin des années 80 sur le suivi de la campagne agricole…

Lire PDF
Après 2008, faire de la protection sociale un instrument de lutte contre la faim
Mado Evrard Diakité

Les crises successives en Afrique de l’Ouest et au Sahel ont favorisé l’émergence d’initiatives visant à réduire les facteurs structurels de la vulnérabilité des populations à l’insécurité alimentaire et à renforcer leur résilience. Cet entretien revient sur la contribution de la protection Sociale en la matière depuis 2008. Grain de Sel (GDS) : Que recouvre la notion de « protection sociale » en Afrique de l’Ouest ? Et pour le secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ?…

Lire PDF
Filets sociaux de sécurité alimentaire au Sahel : où en sommes-nous ?
Ismaël Ardho Boly, Oxfam

Après la crise alimentaire de 2008, et afin de mieux lutter contre l’insécurité alimentaire au Sahel, différents acteurs du développement agricole ont poussé pour la mise en place de filets sociaux de sécurité alimentaire. Cet article dresse un bilan de ces instruments de prévention et de réponse à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région. L’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) définit les filets sociaux de sécurité alimentaire (FSSA) comme « des programmes de transfert…

Lire PDF
Quels changements la crise de 2008 a-t-elle impulsés dans la politique des bailleurs de fonds ?
Jean-Luc François, Jean-Philippe Audinet, Philippe Thomas, Stefan Schmitz

La crise alimentaire de 2008 semble avoir redéfinit les modalités de l’aide publique au développement consacrée au secteur agricole, en Afrique de l’Ouest. Il y aurait eu un regain d’investissements dans le secteur de la part des bailleurs de fonds internationaux. Qu’en est-il effectivement, et quelles évolutions peut-on constater dans leurs pratiques depuis ? GDS : Est-ce que l’aide publique au développement en Afrique de l’Ouest a changé depuis 2008 ? Diriez-vous que les donateurs réinvestissent dans l’agriculture…

Lire PDF
L’état du commerce agro-alimentaire en Afrique de l’Ouest 10 ans après la crise
Ecdpm, Fabien Tondel, Sayouba Ouédraogo

Le commerce alimentaire en Afrique de l’Ouest a évolué depuis 2008. La région est restée déficitaire pour son solde alimentaire, important toujours plus de denrées, et ses relations avec l’UE et les pays émergents se sont renforcées. Cet article revient sur ces aspects et plaide pour un rééquilibrage des relations commerciales. Bien qu’étant géographiquement éloignée des sources principales de la crise des prix alimentaires de 2008 (voir pages 6-9), l’Afrique de l’Ouest (AO) en a subi les conséquences…

Lire PDF
Entretien avec le Commissaire de la Cédéao : quelles solutions régionales à la crise ?
Cedeao, Sékou Sangaré

Dans un entretien exclusif, monsieur le Commissaire de la Cédéao revient sur l’impact de la crise alimentaire de 2008 sur le renforcement de la politique agricole de la région en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il évoque aussi les outils développés pour y faire face, comme la Réserve régionale de sécurité alimentaire. Grain de sel (GDS) : Dans quelle mesure les questions liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la vulnérabilité des ménages sont-elles…

Lire PDF
Regards Croisés : L’Afrique de l’Ouest a-t-elle les moyens de répondre à la prochaine crise alimentaire ?
Diery Gaye, Mahalmoudou Hamadoun, Paloma Duran Y Lalaguna

Dix ans après la crise alimentaire de 2008, l’environnement socio-économique a évolué, de nouvelles préoccupations ont émergé (changement climatique, enjeux sécuritaires) et ont une incidence sur la sécurité alimentaire. Il est alors intéressant de se demander si l’Afrique de l’Ouest est désormais mieux préparée face au risque de crise ? Grain de Sel (GDS) : En 2009, Oliver de Schutter, alors rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, déclarait «…

Lire PDF
Le virage entrepreneurial des politiques de sécurité alimentaire depuis 2008
Arlène Alpha

La crise de 2008 a conduit à l’émergence et à l’implication croissante du secteur privé (SP) dans les politiques agricoles d’Afrique de l’Ouest. Cet article, à travers une étude de cas sur le Burkina Faso, se demande en quoi cette dynamique rompt avec les politiques antérieures et interroge la capacité du SP à assurer la sécurité alimentaire de la région. La crise alimentaire de 2008 a amené les États d’Afrique de l’Ouest (AO) à prendre des mesures d’urgence…

Lire PDF