Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 18 janvier 2019

Émergence de mouvements sociaux urbains face à la crise : le cas du Niger

Mohamadou Magha

Conflits, insécuritéCrise alimentaireNigerAnalyse, synthèse

En 2005, puis en 2008, la hausse des prix des produits alimentaires a entrainé une série de manifestations dans les centres urbains ouest-africains. La structuration de ces mouvements dépend en fait du contexte et de la convergence des intérêts des organisations de la société civile et des politiques. Qu’en retenir au Niger ?

Depuis la grande sécheresse de 1969-73, le Sahel est reconnu comme une zone extrêmement vulnérable à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Périodiquement, la situation alimentaire se dégrade donnant lieu à une grande médiatisation, une mobilisation humanitaire internationale, des mouvements sociaux plus ou moins contenus et parfois même des violences politiques.

Au cours des années 2000, le Niger a vécu par deux fois une crise de disponibilité et d’accessibilité alimentaire aux origines différentes : sécheresse, hausse des prix, etc. (voir pages 6-8). En 2008, la hausse des prix des denrées a été le déclencheur de manifestations sociales que la presse occidentale a qualifiées «d’émeutes de la faim».

Flambée des prix : facteur d’aggravation de la pauvreté urbaine. Au sortir de la campagne 2007- 2008, le Niger présentait un bilan déséquilibré entre l’offre et la demande en riz. Dans ce contexte, la hausse du prix du riz et d’autres produits sur les marchés mondiaux, a entrainé une diminution du pouvoir d’achat des ménages, en particulier urbains (voir illustration). Ainsi, pour 80 % des ménages la hausse des prix avait eu un impact très important à modéré sur leur sécurité alimentaire et nutritionnelle en 2008.

Les ménages les plus affectés sont ceux qui dépendent principalement du marché pour leur alimentation. Il s’agit des classes moyennes et populaires, résidant en majorité dans les centres urbains : artisans (menuisiers, maçons etc.), travailleurs journaliers (salariés agricoles, etc.), petits salariés du public et du privé, ménages dépendant des transferts internationaux, etc. Pour ces ménages, le riz représente la moitié de leurs achats de céréales. On estime ainsi que la hausse des prix du riz a fait basculer 1,7 % d’urbains et 1, 4 % de ruraux dans la pauvreté.

Les ménages les plus affectés résidant dans les centres urbains, la mobilisation sociale s’est donc concentrée dans ces espaces, en particulier dans la capitale, Niamey.

2005 : de la répression à la compréhension ? La flambée des prix a été le terreau d’une nouvelle confluence des luttes de la société civile pour le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire, contre les accords commerciaux en négociation (voir pages 28-29) et aussi pour des politiques publiques de contrôle des prix et d’approvisionnement. Pour certaines composantes de la société civile (altermondialistes, organisations proches de l’opposition politique), le mécontentement de 2008 a été une simple piqure de rappel de la pertinence de la mobilisation et de la lutte contre la vie chère, entamée dès 2004 au Niger.

En 2005, face aux manifestations, le gouvernement avait commencé par brandir le bâton. Mais devant la forte détermination des manifestants, menés par deux collectifs associatifs, « Coalition équité qualité contre la vie chère » et « Coordination démocratique de la société civile nigérienne » (CDSCN), il s’était finalement résigné à prendre des mesures pour freiner l’insécurité alimentaire et contenir le mécontentement (abandon de la TVA, vente à prix modérée et distribution gratuite par l’État).

La crise de 2005 a vu la montée en puissance d’organisations plus affirmatives, qui ont obligé l’État à redéfinir aussi bien son mode de gouvernance que ses rapports à la société civile.

2008 : vers un espace public contestataire. En mars 2008, les associations de consommateurs ont dénoncé la démission du gouvernement face à la flambée des prix. En mai, elles se sont unies avec les syndicats afin de créer une convergence citoyenne pour lutter contre la vie chère. En juin, un meeting populaire a été organisé pour réclamer la subvention des produits de consommation de masse et la distribution de céréales par le gouvernement. Cependant, la mobilisation sociale a été de moindre ampleur qu’en 2005 et n’a, à aucun moment, pris le caractère d’une manifestation spontanée et incontrôlée assimilable à une émeute.

Selon certains analystes, la question des prix participe à la constitution d’un espace public de contestation et la colère exprimée s’est surtout dirigée contre le gouvernement, en invoquant un « passé » où « l’État marchait ». Ceci traduirait un désir d’État qui va de pair avec un rejet du libéralisme et de la dérégulation des prix.

Des manifestations sociales insufflées par les politiques ? D’aucun ont pensé que les manifestations traduisaient une forme de « nostalgie fantasmée » pour des situations plus autoritaires et les « douceurs insidieuses » qu’elles semblaient procurer. Cela n’est qu’en partie vrai !

En effet, il faut remettre les manifestations sociales dans le contexte politique du Niger, marqué par des coalitions circonstancielles pour la conquête du pouvoir. Toutes les forces politiques aspirant à gouverner ou gouvernant, utilisent la capacité de «soutien » ou de « déstabilisation » d’un gouvernement en place par les mouvements de masse. Du reste, les gouvernements nigériens successifs et les partis de l’opposition ont oeuvré pour étouffer, contrôler, voire utiliser ces mouvements.

La vague de contestation de 2005 était largement soutenue par l’opposition politique de l’époque. Mais entre 2005 et 2007, le Président de la République, par ses prises de positions contre le monopole d’Areva sur l’uranium, avait réussi à s’attirer la sympathie et l’appui d’une partie des organisations de la coalition contre la vie chère. Ce rapprochement a suscité une fracture au sein du mouvement social, expliquant en partie l’ampleur modérée de la contestation. La fracture avait atteint son apogée en 2009 avec le positionnement des organisations de la société civile pour ou contre la modification de la constitution et un troisième mandat du Président de la République de l’époque.

Ainsi, malgré les fortes prévalences d’insécurité alimentaire enregistrées en 2011, 2013 et 2014, la société civile n’a plus eu les ressorts nécessaires pour lutter collectivement pour plus de droit à l’alimentation ou moins de vie chère. Mais en 2017, une nouvelle coalition pour le rejet de la loi de finances 2018 (qui comporterait une série de mesures fiscales susceptibles d’affecter sérieusement la situation des ménages nigériens), a vu le jour.

Un rôle limité des OP dans la lutte contre la vie chère ? Dans la lutte contre la flambée des prix de 2005 et 2008, les organisations paysannes (OP) nigériennes ont été peu audibles et visibles. Certaines ont néanmoins été associées à la protestation nationale contre la vie chère et aux actions du Réseau des Organisations Paysannes d’Afrique de l’Ouest (ROPPA), pour la prise en compte de la souveraineté alimentaire dans les politiques régionales agricoles et commerciales de l’Uemoa et de la Cédéao.

En 2008 et 2009, les paysans ont eu l’opportunité de dialoguer avec le Président de la République lors de la « journée du Paysan ». Mais celle-ci a davantage permis aux OP de présenter leurs doléances et au Président de valoriser son image, que de débattre de la flambée des prix.

Pour les ruraux vivant de l’agriculture, la hausse des prix apparaissait comme un espoir que le Grain de sel no43 (consacré à la hausse des prix agricoles), résumait comme suit : « La donne a changé. Nous entrons dans une nouvelle ère, fini les prix bas pour les produits agricoles sur les marchés mondiaux, fini les stocks conséquents qui rassurent ».

Toutefois, par leurs revendications moins tapageuses et leurs actions de proximité, les OP sont parvenues à se faire entendre et à avoir certaines avancées en matière de politique publique agricole nationale et régionale (voir pages 15-16).

Quelles réponses de quels acteurs ? Les colères manifestées un peu partout en Afrique de l’Ouest et dans d’autres pays du monde ont amené les pouvoirs publics nationaux, les partenaires techniques et financiers et la société civile à réagir dans le sens d’une atténuation immédiate des effets de la hausse des prix et d’une réponse plus structurelle à la dépendance alimentaire vis-à-vis du marché extérieur.

Les pouvoirs ont eu recours à la répression (emprisonnement de leaders, interdiction de manifester) ; à des mesures procédurales sectorielles (création de lieux d’écoute, négociation) ; substantielles (réduction de taxes, subventions) ; ou structurelles (fractionnement du mouvement).

De la résilience face aux prochaines crises ? Au cours des années 2000, le Niger a paru apprendre de sa gestion de la crise. Les mesures politiques et institutionnelles pour mieux absorber les chocs et faciliter le relèvement collectif et individuel ont constitué un acquis indéniable. Mais elles doivent encore être affinées, renforcées et complétées.

De même, les organisations de la société civile, malgré leur caractère hétéroclite, leur propension naturelle à sympathiser, voire s’aligner sur des positions prônées par des acteurs politiques ou financiers, leurs convictions parfois versatiles, ont fait montre d’une grande capacité d’analyse et de lutte sur des enjeux clés pour la construction nationale.

Toutefois, cette appréciation presque positive des capacités des pouvoirs politiques et de la société civile à être proactifs face à des facteurs de crise, ne doit pas masquer la perception que l’on peut avoir de l’impréparation réelle du pays dans la mitigation d’une prochaine flambée des prix.

Il est nécessaire pour les mouvements sociaux de garder le cap d’une lutte efficace pour plus de résilience, et d’une gestion politique cohérente des questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Mohamadou Magha (mimagha@gmail.com) est agronome à la retraite, consultant sur les politiques de sécurité alimentaire.

Cet article a été rédigé à partir des ressources suivantes :

  • # Bonnecase V. (2013) : « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ? » Politique africaine 2013/2 no30, p.89-111.
  • # Adamou B. (2014) : « Analyse de l’intégration des prix du riz importé et local : Quels effets sur la compétitivité du riz local et le bien-être des ménages ? » Mémoire MIDS IER.
  • # Alou Tidjani M. (2008) « La crise alimentaire de 2005 vue par les médias », De Boeck Supérieur « Afrique contemporaine ».
  • # Gazibo M. (2007) Mobilisations citoyennes et émergence d’un espace public au Niger depuis 1990 – sociétés africaines en mutation : entre individualisme et communautarisme. Volume 39, numéro 2, automne 2007.
  • # Maccatory B. (2010) : Mobilisations ouest-africaines « contre la vie chère » : de l’économique au politique, du mondial au national (en ligne).
Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "N°76 – Dix ans après 2008, l’Afrique de l’Ouest est-elle mieux préparée face aux crises alimentaires ?".

Edito : On a faim ! Dix ans après 2008, l’Afrique de l’Ouest est-elle mieux préparée face aux crises alimentaires ?
François Doligez, Ninon Avezou

L’ampleur des mobilisations partout dans le monde et les émeutes dites « de la faim » qui se sont multipliées au printemps 2008, touchant notamment l’Afrique subsaharienne (Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Cameroun) ont surpris les observateurs. Selon la FAO, la hausse des prix en 2007 et 2008 a accru de façon considérable la facture alimentaire des importations céréalières des pays les plus pauvres et aggravé l’insécurité alimentaire des populations. Elle aura eu, toujours selon l’agence onusienne, «…

Lire PDF
Repères : Sécurité alimentaire et nutritionnelle 2008-2018 : permanences et mutations
Inter-réseaux

Sécurité alimentaire et nutritionnelle 2008-2018 : permanences et mutations La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique, social et économique à une nourriture saine dont la quantité consommée et la qualité sont suffisantes pour satisfaire les besoins énergétiques et les préférences alimentaires des personnes, et dont les bienfaits sont renforcés par un environnement dans lequel l’assainissement, les services de santé et les pratiques de soins sont adéquats, le…

Lire PDF
La crise alimentaire 10 ans après, qu’est-ce qui a changé ?
Mamadou Goïta, Nicolas Bricas

Crise de production, signe d’une pénurie alimentaire mondiale, crise spéculative… Différentes analyses (parfois contradictoires) ont été faites de la crise alimentaire de 2008 en Afrique de l’Ouest. Cet article revient sur les facteurs de hausse des prix et plaide en faveur de systèmes alimentaires durables pour que la région ne soit pas confrontée à une nouvelle crise. Une évolution des fondamentaux du marché. Les crises des prix de 2007-08 puis de 2010-11 n’ont pas une cause unique comme…

Lire PDF
Zoom sur l’instabilité des marchés agricoles depuis 2008
Philippe Chalmin (Université Paris Dauphine)

La crise alimentaire de 2008 serait liée, pour certains, à un mouvement spéculatif ayant entrainé la hausse du cours des matières premières agricoles. Pour d’autres, dont l’auteur de cet article, le mouvement de flambée des prix était avant tout imputable à de mauvaises récoltes. Retour sur l’instabilité des marchés agricoles depuis 2008. Il y a dix ans, en juin 2008, se tint à Rome une conférence alimentaire mondiale organisée par la FAO dans le contexte de marchés mondiaux…

Lire PDF
Émergence de mouvements sociaux urbains face à la crise : le cas du Niger
Mohamadou Magha

En 2005, puis en 2008, la hausse des prix des produits alimentaires a entrainé une série de manifestations dans les centres urbains ouest-africains. La structuration de ces mouvements dépend en fait du contexte et de la convergence des intérêts des organisations de la société civile et des politiques. Qu’en retenir au Niger ? Depuis la grande sécheresse de 1969-73, le Sahel est reconnu comme une zone extrêmement vulnérable à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Périodiquement, la situation…

Les politiques agricoles depuis 2008 : entre vulnérabilités et retour à l’agenda
Dr. Ibrahima Hathié

En 2008, face à la hausse des prix des biens alimentaires, les gouvernements ouest-africains ont d’abord pris des mesures immédiates dans le but d’en juguler les effets. Progressivement, des politiques plus élaborées ont été proposées pour prendre en charge les questions structurelles révélées par la crise. Cet article propose une analyse de ces mesures. La crise alimentaire de 2007-2008 a été à la fois un révélateur de la vulnérabilité des pays d’Afrique de l’Ouest et un déclencheur du…

Lire PDF
De nouveaux opérateurs de l’économie rizicole ouest-africaine depuis 2008
Frédéric Lançon, Guillaume Soullier, Patricio Mendez

La hausse du prix du riz en 2008 a contribué au déclenchement de mouvements sociaux importants contre la hausse des prix de biens vitaux et remis le développement rizicole en haut de l’agenda politique. Cet article interroge les implications de cette dynamique en termes de politiques et d’émergence d’acteurs. L’Afrique de l’Ouest importe la moitié de sa consommation de riz (14 % de la ration alimentaire en calories). Le triplement du prix du riz sur le marché international…

Lire PDF
Les agricultures familiales au défi de la crise de 2008
Diery Gaye

La crise alimentaire de 2008 a-t-elle constituée une opportunité pour les paysans ? Une chance de repenser les modèles de production et de consommation, d’aller vers des organisations paysannes mieux structurées ? Diery Gaye propose quelques pistes de réflexions et plaide en faveur de politiques agricoles fortes. Grain de Sel (GDS) : Quel a été l’impact de la crise de 2008 sur les modes de vie des paysans ? Diery Gaye (DG) : La crise a eu une…

Lire PDF
Ce que la crise de 2008 a changé pour les paysans en Afrique
Deogratias Niyonkuru

La crise alimentaire de 2008 a touché les populations les plus vulnérables d’Afrique. Cet entretien donne la parole à un acteur de terrain pour interroger les facteurs, les incidences et les spécificités de cette crise, notamment pour l’Afrique centrale. Grain de Sel (GDS) : Dans votre ouvrage, vous analysez les causes de la pauvreté rurale en Afrique. Comment peut-on expliquer la récurrence des crises alimentaires ? Déogratias Niyonkuru (DN) : Les facteurs de crise n’ont pas beaucoup changé….

Lire
Évolutions du suivi de la sécurité alimentaire depuis 2008 : le cadre harmonisé
Sébastien Subsol

Depuis le début des années 2010, le cadre harmonisé est l’outil de référence pour mesurer le niveau d’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. Il permet d’évaluer les besoins d’assistance alimentaire, de concevoir des plans nationaux de réponse aux crises et de déclencher les interventions de la Réserve régionale de sécurité alimentaire. Le cadre harmonisé a permis de moderniser le suivi de la sécurité alimentaire, basé depuis la fin des années 80 sur le suivi de la campagne agricole…

Lire
Après 2008, faire de la protection sociale un instrument de lutte contre la faim
Mado Evrard Diakité

Les crises successives en Afrique de l’Ouest et au Sahel ont favorisé l’émergence d’initiatives visant à réduire les facteurs structurels de la vulnérabilité des populations à l’insécurité alimentaire et à renforcer leur résilience. Cet entretien revient sur la contribution de la protection Sociale en la matière depuis 2008. Grain de Sel (GDS) : Que recouvre la notion de « protection sociale » en Afrique de l’Ouest ? Et pour le secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ?…

Lire PDF
Filets sociaux de sécurité alimentaire au Sahel : où en sommes-nous ?
Ismaël Ardho Boly, Oxfam

Après la crise alimentaire de 2008, et afin de mieux lutter contre l’insécurité alimentaire au Sahel, différents acteurs du développement agricole ont poussé pour la mise en place de filets sociaux de sécurité alimentaire. Cet article dresse un bilan de ces instruments de prévention et de réponse à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région. L’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) définit les filets sociaux de sécurité alimentaire (FSSA) comme « des programmes de transfert…

Lire PDF
Quels changements la crise de 2008 a-t-elle impulsés dans la politique des bailleurs de fonds ?
Jean-Luc François, Jean-Philippe Audinet, Philippe Thomas, Stefan Schmitz

La crise alimentaire de 2008 semble avoir redéfinit les modalités de l’aide publique au développement consacrée au secteur agricole, en Afrique de l’Ouest. Il y aurait eu un regain d’investissements dans le secteur de la part des bailleurs de fonds internationaux. Qu’en est-il effectivement, et quelles évolutions peut-on constater dans leurs pratiques depuis ? GDS : Est-ce que l’aide publique au développement en Afrique de l’Ouest a changé depuis 2008 ? Diriez-vous que les donateurs réinvestissent dans l’agriculture…

Lire PDF
L’état du commerce agro-alimentaire en Afrique de l’Ouest 10 ans après la crise
ECDPM, Fabien Tondel, Sayouba Ouédraogo

Le commerce alimentaire en Afrique de l’Ouest a évolué depuis 2008. La région est restée déficitaire pour son solde alimentaire, important toujours plus de denrées, et ses relations avec l’UE et les pays émergents se sont renforcées. Cet article revient sur ces aspects et plaide pour un rééquilibrage des relations commerciales. Bien qu’étant géographiquement éloignée des sources principales de la crise des prix alimentaires de 2008 (voir pages 6-9), l’Afrique de l’Ouest (AO) en a subi les conséquences…

Lire PDF
Entretien avec le Commissaire de la Cédéao : quelles solutions régionales à la crise ?
Cedeao, Sékou Sangaré

Dans un entretien exclusif, monsieur le Commissaire de la Cédéao revient sur l’impact de la crise alimentaire de 2008 sur le renforcement de la politique agricole de la région en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il évoque aussi les outils développés pour y faire face, comme la Réserve régionale de sécurité alimentaire. Grain de sel (GDS) : Dans quelle mesure les questions liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la vulnérabilité des ménages sont-elles…

Lire PDF
Regards Croisés : L’Afrique de l’Ouest a-t-elle les moyens de répondre à la prochaine crise alimentaire ?
Diery Gaye, Mahalmoudou Hamadoun, Paloma Duran Y Lalaguna

Dix ans après la crise alimentaire de 2008, l’environnement socio-économique a évolué, de nouvelles préoccupations ont émergé (changement climatique, enjeux sécuritaires) et ont une incidence sur la sécurité alimentaire. Il est alors intéressant de se demander si l’Afrique de l’Ouest est désormais mieux préparée face au risque de crise ? Grain de Sel (GDS) : En 2009, Oliver de Schutter, alors rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, déclarait «…

Lire PDF
Le virage entrepreneurial des politiques de sécurité alimentaire depuis 2008
Arlène Alpha

La crise de 2008 a conduit à l’émergence et à l’implication croissante du secteur privé (SP) dans les politiques agricoles d’Afrique de l’Ouest. Cet article, à travers une étude de cas sur le Burkina Faso, se demande en quoi cette dynamique rompt avec les politiques antérieures et interroge la capacité du SP à assurer la sécurité alimentaire de la région. La crise alimentaire de 2008 a amené les États d’Afrique de l’Ouest (AO) à prendre des mesures d’urgence…

Lire PDF