Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 11 janvier 2016

Allier formation agricole et formation rurale : l’exemple des Maisons familiales rurales

Benjamin Duriez/Patrick Guès

FormationJeunesAnalyse - Synthèse

Dans de nombreuses communautés villageoises, l’agriculture, si elle garde un rôle essentiel, n’est plus le seul secteur d’activité dominant. Comment dans ce contexte envisager la formation des jeunes ruraux ? L’expérience des Maisons familiales rurales témoigne de ces réflexions.

Parmi les enfants d’agriculteurs, en Occident et dans les pays en développement et émergents, il y a celles et ceux qui sont passionnés par la vie en zone rurale et qui recherchent la formation et l’accompagnement nécessaires à l’exercice de ce métier aux compétences multiples. Il y en a d’autres qui veulent apprendre un métier différent, plus rémunérateur, moins contraignant ou complémentaire à l’activité agricole, tout en restant dans le territoire rural. D’autres encore rêvent aux lumières de la ville.
Comment prendre en compte ces souhaits divers ? Comment faciliter l’insertion socio-professionnelle des jeunes qui ne peuvent ou ne veulent pas être agriculteurs? Les Maisons familiales rurales (MFR) tentent de répondre à cette problématique.

Penser la formation rurale dans une France de moins en moins agricole. La première MFR, créée en 1937 en France, a conçu une formation qui rattache les études à une expérience professionnelle vécue. Cette formation fait appel à la responsabilité éducative des familles, relie enseignements formel et informel et mobilise de nombreux acteurs du terrain. Ses fondateurs ont fait le pari que l’alternance entre la vie et la réflexion forge une démarche de pensée et d’action et agit directement sur le milieu (cf. encadré).
Ce modèle d’organisation et de formation permet aux MFR d’être en prise directe avec les réalités. Les MFR conduisent parfois des études de faisabilité pour mieux connaître les dynamiques qui semblent émerger. Surtout, elles bénéficient, via leur pédagogie de l’alternance et leurs relations avec de nombreux acteurs du territoire, de retours réguliers. Elles perçoivent donc les évolutions du contexte et mettent en place de nouvelles actions quand des besoins se font sentir.

Les Maisons familiales rurales
Environ 1000 centres de formation « Maisons familiales rurales » existent dans une trentaine de pays d’Afrique, Amérique, Asie et Europe. Il existe des spécificités contextuelles entre ces MFR, mais elles partagent des principes de fonctionnement :

  • responsabilité des familles et des acteurs locaux, souvent regroupés au sein d’une association. Les parents sont membres de l’association et élisent un conseil d’administration qui les représente.
  • éducation globale, citoyenne, en internat, dans des petits groupes : l’approche éducative vise la formation de tout l’être, pas uniquement les aspects professionnels.
  • formation générale associée à une formation professionnelle, selon la pédagogie de l’alternance.
  • des formations au service du développement territorial.

Une MFR n’est pas une simple école, ni une coopérative d’usagers, encore moins un club d’anciens élèves. C’est d’abord un groupe humain, rassemblant des individus venant de tous horizons, des parents avec leurs enfants et leurs formateurs qui vivent, collectivement, des réalités sociales et qui réfléchissent, conjointement, à leur transformation. Une MFR agit, ensuite, comme un centre d’éducation, de formation professionnelle pour les jeunes et les adultes, d’animation sociale et culturelle pour un territoire local, et elle assure des missions de service public.
Généralement les parents paient les frais de « pension » (alimentation, internat). L’apport des familles représentent dans les pays en développement et émergents environ 10-15 % des frais de fonctionnement (souvent en nature). Les autres sources viennent de subventions (des collectivités locales, de l’État, parfois des entreprises locales) et de prestations de services. Les formations initiales durent en moyenne deux ans.

C’est ainsi qu’en quelques années, les MFR françaises ont intégré les mutations profondes qui ont touché les espaces ruraux — les actifs agricoles ne représentent plus que 2,5 % de la population active aujourd’hui contre 27 % en 1954 —, en passant d’une prédominance de l’agriculture dans l’offre de formation à la prise en compte des nouveaux besoins.
Dès les années 1950, les MFR ont ainsi proposé un enseignement ménager (connaissance de l’alimentation, transformation et conservation des produits agricoles, jardin et petit élevage familial, gestion du budget familial, santé, vente directe…) pour les futures agricultrices. Cet enseignement, souvent décrié car spécifiquement féminin et dit « ménager », a été déterminant dans la révolution technique qui a touché les campagnes. Il a en effet contribué à la diffusion d’un certain nombre de pratiques comme la congélation ou la transformation du lait en fromage. Il a aussi permis aux ménages agricoles de diversifier et d’améliorer leurs revenus. Progressivement ces formations se sont professionnalisées dans les services à la personne : aujourd’hui cet enseignement porte sur des formations sanitaires (ou sociales) de type « aide-ménagère », « aide-soignante » ou « auxiliaire de vie ».
Cette diversification de l’offre de formation s’est poursuivie, avec l’ouverture en 1962 de sections « bâtiment » ou, à partir de 1973, de centres de formation d’apprentis sur des qualifications du commerce, de l’artisanat du tourisme, de la mécanique…

Diversifier la formation rurale au Sud. Cette volonté d’adapter la formation aux besoins des jeunes et à l’évolution du contexte est aussi caractéristique des MFR des pays en développement et émergents. Dans ces pays, les MFR offrent presque toutes uniquement des formations agricoles. Or, de nombreux jeunes viennent frapper à leur porte même s’ils ne sont pas motivés par ce secteur. Ils arrivent poussés par leurs parents ou parce qu’ils ne voient pas d’autres alternatives professionnelles. Dans ce cas, plutôt que de refuser leur inscription, s’engage un dialogue pour clarifier leurs souhaits.
Par un accompagnement personnalisé et une pédagogie de l’alternance, les jeunes se retrouvent au contact d’agriculteurs ou d’éleveurs mais aussi d’autres professionnels dont l’exemple contribue à les raccrocher à l’agriculture ou au moins à leur milieu de vie rural. Cela permet de renforcer leur identité locale, de favoriser leur socialisation et leur citoyenneté et de développer leur projet personnel.Au Brésil par exemple, les MFR constatent que beaucoup de jeunes, après la formation agricole de niveau baccalauréat, deviennent agents de développement et non agriculteurs. Cela interroge les MFR par rapport à leur mission : faut-il « dissuader » les jeunes de travailler au sein des administrations ou des ONG pour les encourager à s’installer en agriculture ? La plupart des MFR brésiliennes privilégie le projet des jeunes, car elles estiment que leur éducation doit donner aux jeunes la liberté de faire leurs choix.
Les MFR des pays africains sont aussi dans une dynamique de diversification des formations depuis quelques années : teinture et saponification au Mali, électricité et bois au Cameroun, alimentation et tourisme au Maroc… Cette évolution s’est construite avec les professionnels du secteur. Elle répond aux projets des jeunes et à l’évolution du marché du travail en milieu rural.

Accompagner des parcours variés et variables. Comme l’a démontré une enquête en 2012 auprès de 150 jeunes issus de MFR du Brésil, du Burkina Faso, du Cameroun et de Madagascar, les parcours post-formation ne sont pas linéaires. Ainsi, même pour ceux désirant s’installer en agriculture, un travail en ville est souvent nécessaire pour réunir le capital suffisant au démarrage d’une petite exploitation (dans un cadre familial ou non) ou acquérir de l’expérience.
De telles trajectoires exigent des capacités multiples : entrepreneuriat, langues, mathématiques, gestion… C’est ce à quoi travaillent les MFR. Il est important également de permettre aux jeunes de cultiver une confiance en soi. Des stages dans le domaine agricole permettent de développer ces différentes compétences, qui sont « transférables » à d’autres métiers.

Construire collectivement la formation. Les MFR constituent un mouvement associatif né dans une société paysanne il y a près de 80 ans. Ce modèle perdure et se développe dans le monde, malgré les changements économiques, sociaux et politiques en cours. Les MFR ont notamment réussi, en partie et selon les lieux, la diversification de leur offre de formation.
Pourquoi ont-elles pu le faire ? D’abord, parce que « l’école » n’est pas sanctuarisée ; elle est un centre de ressources, un levier pour le développement humain et économique. Ensuite, parce que chaque personne est considérée, non comme individu isolé, mais comme membre d’une communauté collaborative, en interactions réciproques au sein du groupe social. Cette communauté réfléchit, s’engage dans la formation et se projette dans l’avenir. Or sans la capacité à rassembler et à motiver ensemble des jeunes et des adultes, sans la capacité à faire émerger des projets de ces groupes locaux, les territoires sont menacés de devenir des déserts.

Benjamin Duriez (benjamin.duriez@mfr.asso.fr) est chargé de partenariats internationaux à l’Union nationale des MFR françaises. Patrick Gues (patrick.gues@mfr.asso.fr) est responsable de la communication à l’Union nationale des MFR françaises.
Cet article se fonde en partie sur l’ouvrage d’Anne Le Bissonnais et de Julie Erceau « Les Maisons familiales rurales dans le monde : une contribution originale à l’insertion des jeunes » (L’Harmattan, 2014). françaises.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "71 : Jeunesses rurales africaines : contours, aspirations et perspectives".

Editorial : Place aux jeunes !
François Doligez, Liora Stührenberg

Selon les prévisions des Nations Unies, en 2015, 23 millions de personnes arrivent chaque année sur le marché du travail en Afrique. En 2030, elles seront 32 millions. La population active africaine devrait ainsi croitre de 300 millions de personnes d’ici 2030. L’arrivée de ces jeunes va augmenter la quantité de travail disponible et ainsi la capacité productive de ces pays. Les niveaux de vie pourront progresser car le nombre de personnes actives par rapport aux bouches à…

Lire PDF
Jeunes ruraux : qui sont-ils et pourquoi s’y intéresser ?
Liora Stührenberg

Si l’intérêt pour les jeunes ruraux n’est pas nouveau, la question du devenir et du potentiel des jeunes en milieu rural suscite aujourd’hui de nombreux écrits et programmes. Pourquoi la jeunesse rurale est-elle devenue un enjeu majeur ? Comment peut-on la définir ? En Afrique subsaharienne, les « jeunes ruraux » sont parfois perçus comme une chance (la force vive dont les pays ont besoin pour développer leurs économies), souvent comme un danger (potentiel de délinquance et d’instabilité)….

Lire PDF
Panorama et lexique
Inter-réseaux

Cet article vise à donner quelques grandes données et définitions sur les jeunes en Afrique subsaharienne, notamment sur les enjeux de l’emploi. Les données présentées ici sont basées sur des estimations, qu’il convient de reprendre avec prudence, tant obtenir des données en Afrique s’avère souvent difficile, en particulier sur le marché du travail. Les informations présentées ici proviennent du rapport 2012 des « Perspectives économiques en Afrique » et de la Division de la population des Nations Unies,…

Lire PDF
Jeunesse rurale africaine : deux regards à 35 ans de distance
Loic Barbedette

Cet article s’appuie sur des témoignages recueillis dans les années 1970 et 2010 en Afrique de l’Ouest et du Centre auprès de la jeunesse rurale. Il permet à la fois d’interroger les invariants de la « problématique jeunes » et de mettre en lumière ce qui a changé en 35 ans. Il faut garder à l’esprit que « les adultes d’aujourd’hui sont les jeunes d’ hier; les jeunes d’aujourd’hui sont les adultes de demain ». Hamidou Ganamé s’exprime…

Lire PDF
L’AFOP au Cameroun : un exemple à suivre ?
Pierre-Blaise Ango

Le Cameroun met en œuvre depuis 2008 un processus de rénovation du dispositif de formation professionnelle agropastorale et de pêche qui constitue pour de nombreux acteurs un exemple en la matière dans la région. Comment a-t-il été mis en œuvre ? Quelles sont ses réussites, ses difficultés et ses enseignements pour la région ? Grain de sel : Quand et pourquoi le programme Afop a-t-il été mis en place ? Pierre-Blaise Ango : Le programme d’Appui à la…

Lire PDF
La politique « jeunes » du Nigeria
Atsuko Toda, Dr George Mavrotas

Depuis 4 ans, la création d’emplois et l’aide à la jeunesse sont des piliers centraux de l’Agenda de transformation agricole du gouvernement du Nigeria. Cet article décrit les grandes lignes des initiatives mises en oeuvre dans ce cadre. Pour la majorité des jeunes ruraux, les opportunités d’emploi les plus accessibles se trouvent dans le secteur agricole ou informel (auto-emploi). Étant donné les prix actuels relativement élevés dans le secteur alimentaire, le fort potentiel de croissance des surfaces cultivées…

Lire PDF
The Nigerian Youth Story
Atsuko Toda, Dr George Mavrotas

During the last 4 years, employment creation and youth development have been core pillars of the Transformation Agenda of the Nigerian Federal Government to address the challenges of unemployment and poverty. This article looks at the main policies in favor of the youth in Nigeria. Dr. George Mavrotas (G.Mavrotas@cgiar.org) works at International Food Policy Research Institute. He is Senior Research Fellow in the Development Strategy & Governance Division at IFPRI HQs in Washington DC and is also the…

Lire PDF
La politique d’installation française : acquis et défis
Jérémy Decerle, Terre de Liens

La France a développé depuis les années 1950 une politique visant à accompagner l’installation des jeunes en agriculture. Les deux articles suivants soulignent les acquis et les limites de cette politique. Le premier article est un entretien avec le vice Président des Jeunes Agriculteurs. Le second a été réalisé par l’association Terre de liens. Grain de sel (GDS) : Quelles sont les principales difficultés auxquelles les jeunes agriculteurs sont aujourd’hui confrontés en France ? Jérémy Decerle (JD) :…

Lire PDF
Jeunes et organisations paysannes : l’expérience du Sénégal
El hadji Babacar Samb

Le collège des jeunes du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux est un espace de réflexion, de formation et d’action ouvert aux jeunes au sein de la plateforme nationale des organisations de producteurs du Sénégal. Cet article revient sur les acquis de ce collège, ainsi que sur les défis qu’il doit encore relever. De plus en plus, les jeunes se désintéressent d’une agriculture qui a du mal à « nourrir son homme » pour se…

Lire PDF
Jeunes et accès au crédit : l’expérience du Crédit rural de Guinée
Gilles Goldstein, Lamarana Sadio Diallo

Quelles sont les difficultés des jeunes en termes d’accès au crédit ? Comment les institutions de microfinance peuvent-elles répondre aux besoins des jeunes en milieu rural ? Entretien avec le Directeur général du Crédit rural de Guinée. Gilles Goldstein (GG) : Pouvez-vous présenter en quelques phrases le Crédit rural de Guinée (CRG) ? Lamarana Sadio Diallo (LSD) : La réorganisation bancaire intervenue en décembre 1985 a entraîné la suppression de l’unique Banque nationale de développement agricole du pays….

Lire PDF
Accompagner les jeunes : quel défi pour une organisation paysanne ?
Gérard Andriamandiby, Julie Lecomte

Le réseau SOA à Madagascar a récemment décidé d’accompagner les jeunes agriculteurs pour leur permettre d’être davantage pris en compte dans les politiques publiques. Accompagner les jeunes soulève une série de questionnements sur la définition de l’installation. À Madagascar, les jeunes ruraux sont peu intégrés dans l’élaboration des politiques publiques. Face à ce constat, le réseau SOA a décidé en 2014 de les aider à faire entendre leur voix dans les programmes de développement agricole. Pour cela, SOA…

Lire PDF
Former les jeunes ruraux : les conditions d’une insertion réussie
Fert, IECD

L’IECD et Fert travaillent depuis plusieurs années sur des dispositifs de formation et d’insertion des jeunes en milieu rural. Ils tirent de leurs expériences une série de conditions nécessaires à une insertion réussie des jeunes à la fin de la formation. En milieu rural, l’insertion professionnelle des jeunes passe par un effort de formation agricole. Dans des pays où celle-ci est peu développée, des ONG soutiennent des centres de formation. Ces centres visent à former les jeunes aux…

Lire PDF
Allier formation agricole et formation rurale : l’exemple des Maisons familiales rurales
Benjamin Duriez, Patrick Guès

Dans de nombreuses communautés villageoises, l’agriculture, si elle garde un rôle essentiel, n’est plus le seul secteur d’activité dominant. Comment dans ce contexte envisager la formation des jeunes ruraux ? L’expérience des Maisons familiales rurales témoigne de ces réflexions. Parmi les enfants d’agriculteurs, en Occident et dans les pays en développement et émergents, il y a celles et ceux qui sont passionnés par la vie en zone rurale et qui recherchent la formation et l’accompagnement nécessaires à l’exercice…

L’agriculture, une réponse au « chômage » des jeunes ruraux ?
Abraham Sarfo, Bio Goura Soulé, Christian Fusillier, Courtney Paisley, Dr. Ibrahima Hathié, Marie Louise Cissé

L’agriculture est à la fois présentée comme une des principales solutions face au défi de l’emploi en Afrique et comme une activité qui ne parvient plus à « attirer » les jeunes. Constitue-t-elle vraiment une réponse au « chômage » des jeunes ? À quelles conditions ? Plusieurs acteurs livrent ici leur point de vue. Grain de sel : Pensez-vous que l’agriculture soit la réponse au défi de l’emploi face aux milliers de jeunes qui vont arriver sur…

Lire PDF
L’agroalimentaire : une opportunité pour l’emploi des jeunes ?
Sara Mercandalli

Le secteur agroalimentaire présente d’énormes opportunités pour la croissance et l’emploi des jeunes en Afrique sub-saharienne à condition de mettre la priorité sur des formations adaptées et des investissements et partenariats inclusifs. La croissance démographique en Afrique subsaharienne et l’urbanisation s’accompagnent de la demande accrue d’une alimentation de la population (cf. graphique), à la fois des capitales et des petites et moyennes villes en plein essor. Cette croissance est à la fois une préoccupation majeure pour les États…

Lire PDF
Quel bilan des politiques en faveur des jeunes ruraux ?
Ben White, Bio Goura Soulé, Christian Fusillier, Dr. Ibrahima Hathié, Marie Louise Cissé

Les pouvoirs publics prennent-ils davantage en compte les jeunes ruraux dans leurs politiques ? Les programmes et dispositifs accompagnant les jeunes ruraux sont-ils pertinents et efficaces ? Comment financer de façon durable de tels dispositifs pour des milliers de jeunes ? Nous avons posé la question à plusieurs acteurs. Grain de Sel (GDS) : La volonté affichée de nombreux gouvernements africains de développer des stratégies en faveur des jeunes s’est-elle traduite par des changements politiques concrets ? Ben…

Lire PDF
Quelle mobilisation collective des jeunes ruraux ?
Liora Stührenberg, Zakaria Kadiri

Les jeunes ruraux se mobilisent-ils collectivement en Afrique ? De quelle manière ? Cet article présente quelques éléments d’analyse et de réflexion sur la mobilisation collective des jeunes ruraux ouest-africains ainsi que sur l’émergence de jeunes leaders en milieu rural au Maroc. Les jeunes ruraux sont particulièrement concernés par les mobilisations collectives. Interrogés sur la raison d’un tel dynamisme, beaucoup d’entre eux estiment avoir « une plus grande compréhension de leur environnement » qui alimente un sentiment de…

Lire PDF
Radicalisme religieux : quel attrait sur les jeunes ?
Hans De Marie Heungoup

Selon Hans De Marie Heungoup, cela fait plusieurs décennies qu’un fondamentalisme religieux se développe dans la région, notamment auprès des jeunes. Plusieurs éléments expliquent ces évolutions. Grain de Sel : L’Afrique de l’Ouest et du Centre connaît-elle une radicalisation religieuse selon vous ? Hans De Marie Heungoup : Oui, principalement autour du bassin du lac Tchad. Avant le développement de Boko Haram, ces évolutions ont déjà donné lieu par le passé à des affrontements mortels, comme ceux de…

Lire PDF
Cahiers Agricultures : un numéro sur les jeunes ruraux au Maghreb
Hichem Amichi, Marcel Kuper, Sami Bouarfa, Zakaria Kadiri

La revue Cahiers Agricultures a consacré son numéro de novembre-décembre 2015 aux « Trajectoires innovantes des jeunes ruraux en agriculture irriguée au Maghreb ». Il apporte de nombreux éléments d’analyse et des éclairages originaux sur la dynamique des jeunes ruraux au Maghreb, qui font écho aux contributions de ce Grain de sel. Le numéro thématique des Cahiers Agricultures a pour objet de renseigner la diversité des trajectoires de jeunes ruraux et d’analyser les nouvelles formes d’agriculture qu’ils impulsent,…

Lire PDF
Poursuivre la lecture
Inter-réseaux

Un cycle d’échange et de réflexions sur les jeunes ruraux Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site web d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique consacré aux jeunes ruraux, notamment : un Bulletin de synthèse sur les jeunes ruraux en Afrique…

Lire PDF