Cet article est uniquement disponible en Anglais.

publié dans Revue Grain de sel le 11 janvier 2016

The Nigerian Youth Story

Atsuko Toda/Dr George Mavrotas

JeunesNigeriaAnalyse, synthèse

During the last 4 years, employment creation and youth development have been core pillars of the Transformation Agenda of the Nigerian Federal Government to address the challenges of unemployment and poverty. This article looks at the main policies in favor of the youth in Nigeria.

Dr. George Mavrotas (G.Mavrotas@cgiar.org) works at International Food Policy Research Institute. He is Senior Research Fellow in the Development Strategy & Governance Division at IFPRI HQs in Washington DC and is also the Program Leader of IFPRI’s Nigeria Strategy Support Program in Abuja. He holds a PhD in Economics from the University of Oxford.

Disclaimer: The views expressed in this publication are those of the author alone and are not necessarily representative of or endorsed by the International Food Policy Research Institute.
This article is based on the following documents:

  • National Youth Policy (2009). “Second Natio nal Youth Policy Document of the Federal Republic of Nigeria 2009”, Abuja, Nigeria.
  • NBS (2014). National Bureau of Statistics (2014b). “National Job Creation Survey: Selected Tables from Job Creation and Employment Survey 3rd Quarters 2014”. Abuja, Nigeria.
  • FMARD (2013). Federal Ministry of Agriculture and Rural Development Youth Employment in Agriculture Program (YEAP) – Program Design Report, Abuja, Nigeria.
  • Youth and Gender Division of the Federal Ministry of Agriculture and Rural Development, Nigeria (2015), Federal Ministry of Agriculture and Rural Development.

In 1986, the Federal Government of Nigeria established the National Directorate of Employment (NDE) to provide vocational training to the youth and give direction for youth empowerment and development. In 1987, the Better Life Programme was created to empower women, especially female youths in the rural areas through skills acquisition and healthcare training. The Ministry of Youth Development was established in 2007 for skills acquisition through Youth Development Centres and developed an explicit National Youth Employment Action Plan to address youth unemployment across all economic sectors. The ational Action Plan on Employment Creation (NAPEC), approved by the Federal Executive Council in 2010, targets the implementation of key policies and programmes. The employment creation programmes under the NAPEC are mainly implemented through the NDE. The Second National Youth Policy and African Youth Charter are key frameworks to strengthen and consolidate efforts to empower young people.

During the last 4 years, employment creation and youth development were core pillars of the Transformation Agenda of the Federal Government to address the challenges of unemployment and poverty. The Agricultural Transformation Agenda (ATA) of the Federal Ministry of Agriculture and Rural Development (FMARD) provided the framework for the agricultural sector, taking a value chain approach in order to increase productivity, income, create jobs and pursue partnerships with the private sector. The expected medium-term impact from the ATA included the provision of over 3.5 million jobs, increased production of key food staples by 20 million metric tons, and increased food security. Several government initiatives to address youth employment creation, namely Youth Employment in Agriculture Programme (YEAP) launched in 2014 and the Subsidy Reinvestment Programme (SURE-P) introduced in 2002 have been carried out. Also at the regional level by organisations like the Niger Delta Development Commission (NDDC) and at the State level by respective State Governments, youth support programmes have been implemented.

Despite the increasing level of unemployment and underemployment in Nigeria, between 2012 and 2014, over 3.1 million jobs were created in the formal, informal and public sector in Nigeria (NBS, 2014).

The National Youth Policy of 2009 represents a declaration and commitment of the priorities, directions and practical support that Nigeria intends to provide for the development of its young men and women. While the UN and ILO define the age range for youth to be between 15 and 24 years, the age range used for defining youth in Nigeria according to the National Youth Policy is between 18 and 35 years.
The African Youth Charter (AYC) was endorsed on 2 July 2006 by the African Union Heads of States and Governments meeting in Banjul (Gambia) and entered into force on 8 August 2009. The African Youth Charter serves as the strategic framework for African States.

The key initiative for meaningful youth participation and equal partnership in driving the youth development agenda in the agricultural sector is the YEAP. YEAP was designed in a participatory manner by youth to create jobs for young people. Several consultations were held with youth groups for the development of the design of YEAP. The specific objective of YEAP is to create decent rural employment for young women and men along value chains. YEAP is meant to empower two subsets of youth, in a gender equal way: i) Nagropreneurs, i.e. young and innovative medium-scale entrepreneurs active along priority value chains, acting as intermediaries/pullers and service providers (knowledge, inputs, mechanization, etc.) between market-oriented producers and large agro-industries and/or wholesalers; and ii) local farming youth, i.e. those interested in market-oriented agricultural production, small-scale processing, input supply and marketing. YEAP aims at targeting 18 500 nagropreneurs (500 per state) and 740 000 market-oriented producers (20 000 per state) by 2020. By December 2014 the programme had trained and provided starter packs (including grants) to a total of 6 618 youth.

The Youth Employment in Agriculture Program (YEAP) has three main components. The first component is in line with the agricultural transformation to create enabling environment for youths through policy dialogues among both national and international stakeholders, development of knowledge and finance policy and rebranding of the agricultural sector. The second component would give support to youths through training and finance and then a third component is for monitoring and evaluation of the program through state steering technical hubs. The announced budget for 2015-2020 was Naira 37 billion (about Euro 175 million).

For most rural youth, the most accessible employment opportunities are in the agricultural sector or the informal sector through self-employment. Given the current context of relatively high food prices, huge potential for growth in area and yield, and markets for processed products, agriculture and agro-allied enterprises are immediate means of increasing incomes and providing gainful employment for large numbers of young people. The ATA aims to inculcate in the minds of people that « Agriculture is a Business ».

YEAP promotes employment creation and enterprise development along priority value chains (Rice, Aquaculture, Poultry, Maize, Tomato, Wheat, Sorghum, Apiculture, Soya bean, Cassava, Groundnut, Oil Palm, Snailry, Grass cutter and multiple value chains like welding and fabrication, repair and maintenance) to strengthen the ability of young people to effectively engage in business-oriented agricultural production, value addition and marketing activities. Support to young women and men has to be provided across the five capitals necessary to operate successful agricultural businesses for improved rural livelihood, namely human, natural, financial, physical and social capital. The approach has a strong focus on: (i) skills acquisition for youth with different educational backgrounds, including agricultural, business and life skills; and (ii) set-up of agricultural enterprises along the value chain, including production, service provision, processing and marketing. It is expected that youth will be well integrated in the Program with improved access to land, credit windows, agricultural inputs and research and development; it is also expected that this will integrate well equipped and business-ready youth into the agricultural sector (FMARD 2013).

One of the main risks for the programme is poor information on youth employment status, which could severely constrain the ability to assess labour market outcomes in Nigeria. The agricultural information system in terms of youth employment and sectorial analysis in Nigeria is still poorly developed. There is a need to develop a proper national information and data collection system for youth that enter into the job market annually to show inflow into employment for both formal and informal sectors of the economy.

FIDA’s initiative in line with YEAP in Nigeria: CBNRMP (by Atsuko Toda)
The Community Based Natural Resource Management Programme in the Niger Delta (CBNRMP-ND) started at a time of rising youth militancy in the region. Youth unemployment was recognized from programme design as an integral to the achievement of the CBNRMP objectives. The needs of the youth were identified as lack of livelihood or vocational skills, and skills related to behaviour and social interaction to guide them into the labour market.
CBNRMP placed a high priority in bringing important skills and building capacity. Initially, CBNRMP-selected youth were given training in a variety of skills/trades: welding, soap-making, hair dressing, auto mechanic, tailoring, shoe-making, barbing, fashion design, etc. By midterm review of CBNMRP, participation of women and youth was high in the various vocational skills, involving an estimated of 2,994 youths.
A refocus on sustainable agricultural development was made during the midterm review and the challenge for the programme became how to integrate the youths into this new focus. The programme refocussed specifically on promoting higher value agri-enterprises (fish production, snail production, piggery, poultry, etc.) with a focus on specific skills, such as in processing, marketing, machinery, operation and repair, transport, logistics, and quality control.
CBNRMP has created a compendium of emerging enterprises (with associated practical guide for users) for replication and up-scaling by interested persons/groups. It has engaged service providers to improve technical and ‘business oriented’ enterprise management backstopping to the beneficiaries, and link them to output and credit markets. The partnership with the Songhai Centre has been successful to engage more youths and women in gainful jobs.
Most agri-enterprises face significant challenges in getting to adequate scale for economic profit and do need an initial injection of capital to initiate, particularly for youth, who have usually no/little land and/or are unable to access financing. CBNRMP provided seed capital as resources to youth to start business in enterprises of their choice. Seed capital can be in form of cash or in-kind. There is usually 10-20% beneficiary equity contribution, and the recovery is 50% of cost of the business after 12 months. The use of seed capital has served as an effective instrument for beneficiary empowerment and business start-up, as the risk of adoption can be high till the enterprise is proven, especially for big investments such as oil palm and rice processing mills.
By Atsuko Toda, the International Fund for Agriculture Development (IFAD) Country Programme Manager for Nigeria.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "71 : Jeunesses rurales africaines : contours, aspirations et perspectives".

Editorial : Place aux jeunes !
François Doligez, Liora Stührenberg

Selon les prévisions des Nations Unies, en 2015, 23 millions de personnes arrivent chaque année sur le marché du travail en Afrique. En 2030, elles seront 32 millions. La population active africaine devrait ainsi croitre de 300 millions de personnes d’ici 2030. L’arrivée de ces jeunes va augmenter la quantité de travail disponible et ainsi la capacité productive de ces pays. Les niveaux de vie pourront progresser car le nombre de personnes actives par rapport aux bouches à…

Lire PDF
Jeunes ruraux : qui sont-ils et pourquoi s’y intéresser ?
Liora Stührenberg

Si l’intérêt pour les jeunes ruraux n’est pas nouveau, la question du devenir et du potentiel des jeunes en milieu rural suscite aujourd’hui de nombreux écrits et programmes. Pourquoi la jeunesse rurale est-elle devenue un enjeu majeur ? Comment peut-on la définir ? En Afrique subsaharienne, les « jeunes ruraux » sont parfois perçus comme une chance (la force vive dont les pays ont besoin pour développer leurs économies), souvent comme un danger (potentiel de délinquance et d’instabilité)….

Lire PDF
Panorama et lexique
Inter-réseaux

Cet article vise à donner quelques grandes données et définitions sur les jeunes en Afrique subsaharienne, notamment sur les enjeux de l’emploi. Les données présentées ici sont basées sur des estimations, qu’il convient de reprendre avec prudence, tant obtenir des données en Afrique s’avère souvent difficile, en particulier sur le marché du travail. Les informations présentées ici proviennent du rapport 2012 des « Perspectives économiques en Afrique » et de la Division de la population des Nations Unies,…

Lire PDF
Jeunesse rurale africaine : deux regards à 35 ans de distance
Loic Barbedette

Cet article s’appuie sur des témoignages recueillis dans les années 1970 et 2010 en Afrique de l’Ouest et du Centre auprès de la jeunesse rurale. Il permet à la fois d’interroger les invariants de la « problématique jeunes » et de mettre en lumière ce qui a changé en 35 ans. Il faut garder à l’esprit que « les adultes d’aujourd’hui sont les jeunes d’ hier; les jeunes d’aujourd’hui sont les adultes de demain ». Hamidou Ganamé s’exprime…

Lire PDF
L’AFOP au Cameroun : un exemple à suivre ?
Pierre-Blaise Ango

Le Cameroun met en œuvre depuis 2008 un processus de rénovation du dispositif de formation professionnelle agropastorale et de pêche qui constitue pour de nombreux acteurs un exemple en la matière dans la région. Comment a-t-il été mis en œuvre ? Quelles sont ses réussites, ses difficultés et ses enseignements pour la région ? Grain de sel : Quand et pourquoi le programme Afop a-t-il été mis en place ? Pierre-Blaise Ango : Le programme d’Appui à la…

Lire PDF
La politique « jeunes » du Nigeria
Atsuko Toda, Dr George Mavrotas

Depuis 4 ans, la création d’emplois et l’aide à la jeunesse sont des piliers centraux de l’Agenda de transformation agricole du gouvernement du Nigeria. Cet article décrit les grandes lignes des initiatives mises en oeuvre dans ce cadre. Pour la majorité des jeunes ruraux, les opportunités d’emploi les plus accessibles se trouvent dans le secteur agricole ou informel (auto-emploi). Étant donné les prix actuels relativement élevés dans le secteur alimentaire, le fort potentiel de croissance des surfaces cultivées…

Lire PDF
The Nigerian Youth Story
Atsuko Toda, Dr George Mavrotas

During the last 4 years, employment creation and youth development have been core pillars of the Transformation Agenda of the Nigerian Federal Government to address the challenges of unemployment and poverty. This article looks at the main policies in favor of the youth in Nigeria. Dr. George Mavrotas (G.Mavrotas@cgiar.org) works at International Food Policy Research Institute. He is Senior Research Fellow in the Development Strategy & Governance Division at IFPRI HQs in Washington DC and is also the…

La politique d’installation française : acquis et défis
Jérémy Decerle, Terre de Liens

La France a développé depuis les années 1950 une politique visant à accompagner l’installation des jeunes en agriculture. Les deux articles suivants soulignent les acquis et les limites de cette politique. Le premier article est un entretien avec le vice Président des Jeunes Agriculteurs. Le second a été réalisé par l’association Terre de liens. Grain de sel (GDS) : Quelles sont les principales difficultés auxquelles les jeunes agriculteurs sont aujourd’hui confrontés en France ? Jérémy Decerle (JD) :…

Lire PDF
Jeunes et organisations paysannes : l’expérience du Sénégal
El hadji Babacar Samb

Le collège des jeunes du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux est un espace de réflexion, de formation et d’action ouvert aux jeunes au sein de la plateforme nationale des organisations de producteurs du Sénégal. Cet article revient sur les acquis de ce collège, ainsi que sur les défis qu’il doit encore relever. De plus en plus, les jeunes se désintéressent d’une agriculture qui a du mal à « nourrir son homme » pour se…

Lire PDF
Jeunes et accès au crédit : l’expérience du Crédit rural de Guinée
Gilles Goldstein, Lamarana Sadio Diallo

Quelles sont les difficultés des jeunes en termes d’accès au crédit ? Comment les institutions de microfinance peuvent-elles répondre aux besoins des jeunes en milieu rural ? Entretien avec le Directeur général du Crédit rural de Guinée. Gilles Goldstein (GG) : Pouvez-vous présenter en quelques phrases le Crédit rural de Guinée (CRG) ? Lamarana Sadio Diallo (LSD) : La réorganisation bancaire intervenue en décembre 1985 a entraîné la suppression de l’unique Banque nationale de développement agricole du pays….

Lire PDF
Accompagner les jeunes : quel défi pour une organisation paysanne ?
Gérard Andriamandimby, Julie Lecomte

Le réseau SOA à Madagascar a récemment décidé d’accompagner les jeunes agriculteurs pour leur permettre d’être davantage pris en compte dans les politiques publiques. Accompagner les jeunes soulève une série de questionnements sur la définition de l’installation. À Madagascar, les jeunes ruraux sont peu intégrés dans l’élaboration des politiques publiques. Face à ce constat, le réseau SOA a décidé en 2014 de les aider à faire entendre leur voix dans les programmes de développement agricole. Pour cela, SOA…

Lire PDF
Former les jeunes ruraux : les conditions d’une insertion réussie
Fert, IECD

L’IECD et Fert travaillent depuis plusieurs années sur des dispositifs de formation et d’insertion des jeunes en milieu rural. Ils tirent de leurs expériences une série de conditions nécessaires à une insertion réussie des jeunes à la fin de la formation. En milieu rural, l’insertion professionnelle des jeunes passe par un effort de formation agricole. Dans des pays où celle-ci est peu développée, des ONG soutiennent des centres de formation. Ces centres visent à former les jeunes aux…

Lire PDF
Allier formation agricole et formation rurale : l’exemple des Maisons familiales rurales
Benjamin Duriez, Patrick Guès

Dans de nombreuses communautés villageoises, l’agriculture, si elle garde un rôle essentiel, n’est plus le seul secteur d’activité dominant. Comment dans ce contexte envisager la formation des jeunes ruraux ? L’expérience des Maisons familiales rurales témoigne de ces réflexions. Parmi les enfants d’agriculteurs, en Occident et dans les pays en développement et émergents, il y a celles et ceux qui sont passionnés par la vie en zone rurale et qui recherchent la formation et l’accompagnement nécessaires à l’exercice…

Lire PDF
L’agriculture, une réponse au « chômage » des jeunes ruraux ?
Abraham Sarfo, Bio Goura Soulé, Christian Fusillier, Courtney Paisley, Dr. Ibrahima Hathié, Marie Louise Cissé

L’agriculture est à la fois présentée comme une des principales solutions face au défi de l’emploi en Afrique et comme une activité qui ne parvient plus à « attirer » les jeunes. Constitue-t-elle vraiment une réponse au « chômage » des jeunes ? À quelles conditions ? Plusieurs acteurs livrent ici leur point de vue. Grain de sel : Pensez-vous que l’agriculture soit la réponse au défi de l’emploi face aux milliers de jeunes qui vont arriver sur…

Lire PDF
L’agroalimentaire : une opportunité pour l’emploi des jeunes ?
Sara Mercandalli

Le secteur agroalimentaire présente d’énormes opportunités pour la croissance et l’emploi des jeunes en Afrique sub-saharienne à condition de mettre la priorité sur des formations adaptées et des investissements et partenariats inclusifs. La croissance démographique en Afrique subsaharienne et l’urbanisation s’accompagnent de la demande accrue d’une alimentation de la population (cf. graphique), à la fois des capitales et des petites et moyennes villes en plein essor. Cette croissance est à la fois une préoccupation majeure pour les États…

Lire PDF
Quel bilan des politiques en faveur des jeunes ruraux ?
Ben White, Bio Goura Soulé, Christian Fusillier, Dr. Ibrahima Hathié, Marie Louise Cissé

Les pouvoirs publics prennent-ils davantage en compte les jeunes ruraux dans leurs politiques ? Les programmes et dispositifs accompagnant les jeunes ruraux sont-ils pertinents et efficaces ? Comment financer de façon durable de tels dispositifs pour des milliers de jeunes ? Nous avons posé la question à plusieurs acteurs. Grain de Sel (GDS) : La volonté affichée de nombreux gouvernements africains de développer des stratégies en faveur des jeunes s’est-elle traduite par des changements politiques concrets ? Ben…

Lire PDF
Quelle mobilisation collective des jeunes ruraux ?
Liora Stührenberg, Zakaria Kadiri

Les jeunes ruraux se mobilisent-ils collectivement en Afrique ? De quelle manière ? Cet article présente quelques éléments d’analyse et de réflexion sur la mobilisation collective des jeunes ruraux ouest-africains ainsi que sur l’émergence de jeunes leaders en milieu rural au Maroc. Les jeunes ruraux sont particulièrement concernés par les mobilisations collectives. Interrogés sur la raison d’un tel dynamisme, beaucoup d’entre eux estiment avoir « une plus grande compréhension de leur environnement » qui alimente un sentiment de…

Lire PDF
Radicalisme religieux : quel attrait sur les jeunes ?
Hans De Marie Heungoup

Selon Hans De Marie Heungoup, cela fait plusieurs décennies qu’un fondamentalisme religieux se développe dans la région, notamment auprès des jeunes. Plusieurs éléments expliquent ces évolutions. Grain de Sel : L’Afrique de l’Ouest et du Centre connaît-elle une radicalisation religieuse selon vous ? Hans De Marie Heungoup : Oui, principalement autour du bassin du lac Tchad. Avant le développement de Boko Haram, ces évolutions ont déjà donné lieu par le passé à des affrontements mortels, comme ceux de…

Lire PDF
Cahiers Agricultures : un numéro sur les jeunes ruraux au Maghreb
Hichem Amichi, Marcel Kuper, Sami Bouarfa, Zakaria Kadiri

La revue Cahiers Agricultures a consacré son numéro de novembre-décembre 2015 aux « Trajectoires innovantes des jeunes ruraux en agriculture irriguée au Maghreb ». Il apporte de nombreux éléments d’analyse et des éclairages originaux sur la dynamique des jeunes ruraux au Maghreb, qui font écho aux contributions de ce Grain de sel. Le numéro thématique des Cahiers Agricultures a pour objet de renseigner la diversité des trajectoires de jeunes ruraux et d’analyser les nouvelles formes d’agriculture qu’ils impulsent,…

Lire PDF
Poursuivre la lecture
Inter-réseaux

Un cycle d’échange et de réflexions sur les jeunes ruraux Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site web d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique consacré aux jeunes ruraux, notamment : un Bulletin de synthèse sur les jeunes ruraux en Afrique…

Lire PDF