Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 18 octobre 2010

Les enjeux des échanges de produits agro-pastoraux entre le Nigeria et ses voisins

Bio Goura Soulé

Politiques commercialesNigeria

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Le Nigeria est un acteur incontournable des échanges de produits agro-pastoraux avec les pays de la sous-région. Présentation et analyse de ce commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest.

Les échanges commerciaux entre le Nigeria et ses voisins, de l’Afrique de l’Ouest (Niger et Bénin) et du Centre (Cameroun, Tchad et Guinée équatoriale) sont intenses et anciens. Du fait de son poids économique (plus de 50 % du Produit intérieur brut de la Cedeao), démographique (un ouest africain sur deux est nigérian) et des contrastes de niveau de développement avec les pays voisins, le Nigeria contribue à plus de 90 % au commerce intra régional en Afrique de l’Ouest

Ces échanges portent principalement sur des produits agricoles et des articles manufacturés au rang desquels les hydrocarbures occupent une place prépondérante. Plus de 50 % des besoins pétroliers du Bénin et du Niger sont ainsi satisfaits par des approvisionnements nigérians. Les échanges de produits agricoles, notamment de ceux qui participent à l’alimentation des populations n’en restent pas moins un enjeu important.

Les transactions de produits agricoles entre le Nigeria et ses voisins se sont fortement développées ces trente dernières années, au point de revêtir une forme structurelle, alliant le formel à l’informel. En effet, à des échanges de complémentarité obéissant pour partie aux réglementations en vigueur, se sont greffés des trafics opportunistes fondés sur l’exploitation de multiples fragmentations commerciales, fiscales et monétaires qui existent entre la Fédération nigériane et ses voisins de la zone Franc

De multiples exportations du Nigeria vers ses voisins. En contribuant à hauteur de 75 % à la production des céréales sèches de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, le Nigeria s’est positionné comme le fournisseur net du Niger, du Tchad et occasionnellement du Nord Cameroun, en mil, sorgho et maïs. Le volume des transactions en direction de ces trois voisins se situe autour des 500 000 tonnes par an, et constitue une soupape de sécurité alimentaire pour le Niger et le Tchad, régulièrement confrontés à des crises alimentaires plus ou moins sévères.

La seconde catégorie de produits que le Nigeria exporte vers ses voisins comprend les tubercules et racines, notamment les ignames et les dérivés du manioc (le gari principalement). Créditées d’une production qui avoisine 80 millions de tonnes, les exportations nigérianes d’ignames et de dérivés du manioc sont cependant moins importantes que celles des céréales.

La troisième catégorie de produits agricoles exportés par le Nigeria regroupe les produits de contre saison : pomme de terre et tomates. Le cas de la pomme de terre, qui arrive à concurrencer les importations extra africaines sur les marchés du Bénin, est révélateur de la capacité des produits locaux à conquérir les débouchés régionaux, si leur production bénéficie de politiques incitatives adéquates, notamment un meilleur accès aux facteurs de production (intrants, irrigation). La pomme de terre est en effet produite dans certains périmètres irrigués des États du Nord de la Fédération nigériane (Kano, Jigawa) initialement destinés à la production du riz ou du blé.

Des importations en provenance de la région. Ces dernières années, la gamme des produits agricoles et d’élevage exportés par les pays voisins vers le Nigeria est bien mince. Il s’agit prncipalement du niébé et du souchet, dont le Niger est le principal fournisseur. Les exportations nigériennes de niébé ont évolué en dents de scie. Elles avoisinaient les 300 000 tonnes par an au cours des années 70 et 80, avant de chuter à moins de 100 000 tonnes au cours des années 90. La politique de relance de cette culture, déployée par le gouvernement nigérien au cours des années 2000 (meilleur encadrement des producteurs, prix incitatifs, organisation de la collecte) a permis de doubler le volume de la production, estimée en 2008 à plus d’un million de tonnes. La moitié de cette production est exportée vers le Nigeria qui soutient ainsi implicitement la promotion de cette légumineuse au Niger, en lui offrant un débouché sûr et permanent.

Le marché des produits animaux sur pied est également en pleine expansion. Aux exportations nigériennes, tchadiennes et centrafricaines, via le Tchad et le Nord Cameroun en direction du Nigeria, se sont greffées celles du Burkina Faso, via le Bénin. L’effectif des bovins échangés est estimé à près d’un million de têtes par an.

Des échanges informels dopés par le « protectionnisme » nigérian. Les échanges des produits agricoles et pastoraux contribuent à l’animation d’un commerce mutuellement avantageux pour les États et les acteurs privés. Leur développement se heurte cependant à l’imprévisibilité de la politique commerciale nigériane et à de multiples obstacles (mesures périodiques d’interdiction d’importations et d’exportations de certains produits, rackets des forces de contrôle) qui contribuent à confiner une partie des transactions dans l’informel, voire dans le trafic illicite.

En effet, la singularité des relations commerciales entre le Nigeria et ses voisins est la prévalence du trafic informel (c’est-à-dire non enregistré) d’un certain nombre de produits. Ce trafic a probablement été inauguré avec les transactions de cacao à la fin des années 60 et au début des années 70. En désorganisant les circuits commerciaux au Nigeria, la guerre civile nigériane a facilité la contrebande du cacao, dont une bonne partie transitait par le Bénin à destination du marché international. Le trafic du cacao, produit dont le Bénin ne disposait d’aucune plantation sur son territoire, représentait 40 % des exportations totales officielles du pays entre 1968 et 1970.


Les dessous du commerce intra-Cedeao

Les mesures déployées par le gouvernement nigérian pour juguler les effets du second choc pétrolier, notamment le contingentement, voire l’embargo sur les importations de certains produits de grande consommation (riz, blé et farine de blé) ont donné naissance à une autre forme de contrebande quasi officielle : le commerce de réexportation. Cette forme de transactions consiste pour un pays à importer en régime de consommation, des quantités de produits au delà de ses besoins internes et à exporter le surplus en direction d’un pays voisin tiers, exploitant les différences de taux de protection des marchés. La réexportation se différencie du commerce de transit (qui permet aux pays enclavés d’être régulièrement approvisionnés à partir des pays côtiers) par son caractère frauduleux. En effet elle porte sur des produits soit interdits, soit fortement taxés à l’importation par le pays de destination finale.

Ce trafic est resté dynamique et a été favorisé par les mesures de protection du marché prises par le gouvernement nigérian. À titre d’exemple, le taux de protection du marché du riz au Nigeria est passé de la pure interdiction d’importation à 300 % de taxation en 1994 , puis à 100 % en 1998, avant de se stabiliser autour de 50 % depuis le début des années 2000. Depuis la mise en œuvre du Tarif extérieur commun (Tec) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), ce taux de protection est par contre de 30 % pour le Bénin et de 31 % pour le Niger, pays qui se sont positionnés comme les plus gros ré-exportateurs de la zone. Le volume du trafic est estimé à plus d’un demi-million de tonnes par an. Après le riz, suivent les abats, notamment les découpes de volaille (dont le volume de transaction porte sur plus de 50 000 tonnes) et les pommes golden.

Des échanges nourris par des opportunités et des opportunismes. Organisés et mis en œuvre par des réseaux marchands structurés parfois à l’échelle régionale, les échanges de produits agro-pastoraux représentent d’importants enjeux économiques, fi- nanciers et stratégiques pour lesquels les différentes parties — États, opérateurs économiques et consommateurs — ne sont pas toutes gagnantes. En effet, on estime à plus d’un milliard de dollars US le chiffre d’affaire global des transactions de produits agro-alimentaires entre le Nigeria et ses voisins, dont environ : 350 millions de dollars US d’exportation d’animaux sur pieds et 300 millions de réexportation des pays voisins vers le Nigeria (riz, découpes de volailles et pomme) ; et 200 millions de dollars US pour les céréales locales et quelques 100 millions pour le trafic des autres produits (niébé, igname et farine de manioc, pomme de terre, tomate, oignon et autres épices), dont la majeure partie part du Nigeria vers les pays voisins.

La majeure partie des plus-values de ces échanges va aux opérateurs économiques, dont certains se sont structurés en réseaux ayant de très fortes complicités avec les pouvoirs publics. Ils ont surtout permis l’épanouissement d’une caste d’hommes d’affaires fortunés, dont les stratégies d’intervention défient en permanence les règles édictées par les organisations d’intégration régionales et les États.

Les pays en présence (Nigeria, Bénin, Niger, Cameroun et Tchad) n’ont pas la même appréciation des effets et impacts de ces transactions, même si tous admettent qu’elles contribuent à consolider le processus d’intégration régionale en cours. Pour le Nigeria, la réexportation constitue moins un facteur d’atténuation des effets de la crise économique et financière ayant entraîné la perte du pouvoir d’achat des consommateurs urbains, qu’un phénomène annihilant les efforts de relance de sa production agricole et industrielle domestique. Par contre, pour le Bénin et le Niger, cette forme de transaction procure d’importantes ressources financières et sa suppression mettrait à mal le financement de leurs budgets, alimentés par les diverses taxes perçues sur les produits réexportés. La récente crise entre le Bénin et le Niger à propos du contingentement des importations nigériennes d’huile végétale, dont une partie alimente la réexportation en direction du Nigeria, illustre bien à quel point les deux pays ont internalisé les enjeux économiques de cette contrebande quasi-officielle.

La création de l’union douanière de la Cedeao, avec l’instauration d’un Tec à cinq bandes, se traduira par une restructuration du marché régional et une meilleure fluidité des échanges intra-communautaires. Il faudra cependant qu’elle soit accompagnée d’une harmonisation de la fiscalité intérieure (actuellement la TVA est à 18 % au Niger et au Bénin, contre 5 % au Nigeria) pour espérer réduire de façon significative la contrebande et promouvoir un marché zonal incitatif. Les atermoiements qui président aux négociations sur le Tec ne laissent cependant pas envisager une issue heureuse dans le court terme.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Actualités d’Inter-réseaux
Inter-réseaux

Grain de sel Les thèmes des dossiers des prochains numéros de Grain de Sel (GDS) pour 2011 ont été arrêtés par le conseil d’administration sur suggestions du comité de rédaction. Il s’agit de : les céréales (numéro double à paraître en juin) ; la question du foncier (à paraître en septembre) ; la transformation locale des produits agricoles (à paraître en décembre). Les lecteurs peuvent bien sûr apporter des suggestions ou proposer des articles sur ces différents thèmes…

Lire PDF
Le géant nigérian avide des noix de coco de ses voisins
Ambrose Kwaku, François Ruf, Jérémy Salinier, courbetp

Le Nigeria est généralement vu comme un géant régional capable de dynamiser les économies agricoles des pays voisins. Pourtant, sans politiques publiques adaptées, l’intégration régionale a ses limites. Illustration avec un cas d’école méconnu : la filière « noix de coco » au Ghana. En 1990 lors d’une réunion scientifique, un chercheur montre une carte des productions agricoles en Afrique de l’Ouest, avec une grande tache blanche à la place du Nigeria, illustrant ainsi le manque de données…

Lire PDF
Des engrais à portée de main pour les agriculteurs
Ketline Adodo, bkiger

Afin d’améliorer l’accès des petits producteurs du Nigeria aux engrais subventionnés, l’IFDC a développé un programme de coupons d’engrais, en misant sur un partenariat public privé. Cette initiative connaît un franc succès, même si de nombreuses contraintes sont encore à lever. Haladu Abdu, président de la coopérative d’agriculteurs Jumar Kwari Kamfa Fadama à Wudil dans l’État de Kano, vient de s’acheter deux sacs d’engrais minéraux subventionnés, sur présentation d’un coupon qui a été attribué à chaque membre de…

Lire PDF
Des organisations de producteurs agricoles encore morcelées au Nigeria
Inter-réseaux

Il existe un grand nombre d’organisations de producteurs agricoles au Nigeria, mais peut-on pour autant parler de« mouvement paysan » nigérian ? Entre les grandes faîtières parfois instrumentalisées par le pouvoir et les multiples initiatives locales, les producteurs nigérians cherchent depuis peu le chemin de l’unité. Au Nigeria même si la structuration des organisations d’agriculteurs reste encore faible, on peut distinguer plusieurs grandes catégories d’organisations de producteurs (OP) : les OP à vocation généraliste et de plaidoyer ;…

Lire PDF
Le rôle du Nigeria dans la sécurité alimentaire au Niger
mbadiao

Certains pays enclavés d’Afrique sahélienne ont besoin du commerce transfrontalier pour assurer leur sécurité alimentaire. Qu’en est-il du Niger ? Comment les flux transfrontaliers ce commerce frontalier de produits vivriers en provenance du Nigeria lui permettent-ils d’assurer sa sécurité alimentaire ? Présentation des échanges entre ces deux pays. Sans échanges transfrontaliers de produits de l’agriculture et de l’élevage avec le Nigeria, il est dif- ficile d’imaginer que la population du Niger puisse connaitre la sécurité alimentaire. Étant donné…

Lire PDF
Les enjeux des échanges de produits agro-pastoraux entre le Nigeria et ses voisins
Bio Goura Soulé

Le Nigeria est un acteur incontournable des échanges de produits agro-pastoraux avec les pays de la sous-région. Présentation et analyse de ce commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest. Les échanges commerciaux entre le Nigeria et ses voisins, de l’Afrique de l’Ouest (Niger et Bénin) et du Centre (Cameroun, Tchad et Guinée équatoriale) sont intenses et anciens. Du fait de son poids économique (plus de 50 % du Produit intérieur brut de la Cedeao), démographique (un ouest africain sur…

Le Nigeria, entre exception douanière et politique commerciale régionale
E. Olawale Ogunkola, Inter-réseaux

Le Nigeria se distingue dans la sous-région par une politique commerciale traditionnellement protectionniste. Cette tendance, partiellement remise en cause aujourd’hui, provoque quelques hiatus dans le processus ouest-africain d’intégration régionale. La politique commerciale du Nigeria reste avant tout un outil au service de la croissance du Nigeria, s’inscrivant en cohérence avec les objectifs globaux de développement du pays. Elle est formulée et mise en oeuvre au moyen de lois et règlements, ainsi que de directives édictées par le ministère…

Lire PDF
Des opportunités historiques pour la filière rizicole du Nigeria
J. Manful, adiagne, ibamba, ojajayi-ng

La filière rizicole au Nigeria connaît une période de croissance, en raison notamment de fortes politiques de soutien. Des efforts restent cependant à fournir dans le domaine de l’accès aux semences améliorées et de la qualité, pour que le riz local puisse pleinement répondre aux besoins des consommateurs urbains. Au Nigeria, la filière rizicole locale fait vivre de nombreux producteurs, transformateurs et commerçants. Toutefois, elle ne parvient pas à satisfaire les besoins des consommateurs du pays. Le Nigeria…

Lire PDF
La politique agricole du Nigeria, à la recherche de cohérence dans les cadres stratégiques
Fanny Grandval, Mathilde Douillet

Singulier sur de nombreux aspects, le Nigeria ne semble pas faire exception dans la région en matière de politique agricole. Il reste écartelé entre des potentialités importantes, des ambitions immenses et des réalisations aujourd’hui encore insuffisantes. Au Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain et dont la population urbaine s’accroît de manière exponentielle, l’objectif d’autosuffisance alimentaire que s’est donné le gouvernement reste un véritable défi. Dans un pays doté d’une croissance économique relativement rapide, cette ambition ne…

Lire PDF
La demande du Nigeria en produits d’élevage : une opportunité pour les pays sahéliens ?
Bernard Bonnet, Bertrand Guibert, Christophe Bénard

Pôle majeur de consommation en produits animaux d’Afrique de l’Ouest, le Nigeria est également un des plus grands pays d’élevage de la région. La couverture de la demande nationale sans cesse croissante et l’accès à ses marchés dynamiques constituent de véritables enjeux économiques, autant pour le Nigeria que pour les pays d’élevage sahélien voisins. Tant par sa démographie que par ses capacités de production animale, disposant de 25% de l’ensemble des troupeaux de bovins de la sous région,…

Lire PDF
Production et consommation vivrières : le Nigeria sur le chemin de l’autosuffisance alimentaire
Inter-réseaux

Doté de ressources naturelles abondantes, le Nigeria jouit d’un potentiel agricole considérable. S’il se place au premier rang des producteurs agricoles de la région, il est aussi le plus grand importateur de produits vivriers de l’Afrique de l’Ouest. En dépit du poids prépondérant des hydrocarbures, le secteur agricole continue de jouer un rôle déterminant dans le développement économique du Nigeria. Il contribue pour environ 36,5 % à la formation du produit intérieur brut de la Fédération et occupe…

Lire PDF
Une vision de l’agriculture et de l’agribusiness au Nigeria
Ndidi Okonkwo Nwuneli

L’agriculture du Nigeria vue par une experte nigériane. Si l’on retrouve à certains égards des situations rencontrées dans des pays voisins, notons le pragmatisme de l’analyse et l’accent porté sur l’esprit d’entreprise, qu’elle soit familiale ou de plus grande échelle. Grain de Sel : Quel diagnostic faites-vous du secteur agricole au Nigeria ? Ndidi Nwuneli : L’agriculture est le secteur le plus important de l’économie du Nigeria. Elle emploie 60 % de la population (dont une part importante…

Lire PDF
Vers une monnaie unique pour les pays de la Cedeao ?
Gilles Dufrénot

Les pays de la Cedeao sont en marche pour disposer d’une monnaie unique à l’horizon de 2020. Un processus dans lequel le Nigeria est appelé à jouer un rôle de premier plan. Si le projet semble faire l’unanimité, « le diable est dans les détails ». Grain de sel : Quelle analyse peut-on faire des monnaies actuelles en Afrique de l’Ouest ? Gilles Dufrénot : La « géographie monétaire » de l’Afrique de l’Ouest subsaharienne est constituée de…

Lire PDF
Une vocation hégémonique en attente de concrétisation
Daniel Bach

Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Un poids économique décisif dans la sous-région. À l’intérieur comme à l’extérieur, nul ne conteste plus la vocation du Nigeria à dominer et structurer son environnement sous-régional, tout en jouant un rôle clé au sein des organisations africaines et internationales. On…

Lire PDF
Le géant nigérian, un voisin incontournable
Jean François Sempéré

En raison de son importance démographique et de sa superficie, le Nigeria est presque à lui seul un sous-continent. Son économie demeure l’une des plus dynamiques d’Afrique, affichant en 2009 une croissance du PIB autour de 6 %. Toutefois, la crise internationale a fait sentir ses effets par une baisse significative du prix du baril de pétrole, une raréfaction du crédit et un secteur financier fragilisé par des actifs toxiques. Ces éléments menacent les équilibres macroéconomiques précaires qui…

Lire PDF
Repères sur le Nigeria
Inter-réseaux

Une population importante et divisée. Avec une population supérieure à 150 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il rassemble un sixième de la population du continent et la moitié des habitants de la Cedeao. C’est aussi l’un des pays les plus urbanisés du continent, avec au moins 24 villes comptant plus de 100 000 habitants. Le Nigeria présente une grande diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse. Plus de 250 groupes ethniques composent le…

Lire PDF
Carte agricole du Nigeria
Un Grain de sel « spécial pays »
Inter-réseaux

_ Une fois n’est pas coutume, Grain de sel consacre un numéro exclusif à un pays : le Nigeria. Pourquoi ce choix ? Le Nigeria, c’est à lui seul la moitié de l’Afrique de l’Ouest en termes de population et d’économie. Malgré son envergure et son influence sur l’ensemble des pays voisins, ce pays reste mal connu de la plupart des acteurs du développement rural et agricole francophones (et parfois aussi anglophones), que ce soit au Nord ou…

Lire PDF
Grain de sel n°51 : Le Nigeria. Regard sur le géant agricole de l’Afrique de l’Ouest

Sommaire Un Grain de sel « spécial pays » Editorial Le géant nigérian, un voisin incontournable Repères Carte agricole du Nigeria Repères sur le Nigeria Forum Une vocation hégémonique en attente de concrétisation Daniel Bach Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Vers une monnaie unique pour les…

Lire