The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 18 octobre 2010

Des engrais à portée de main pour les agriculteurs

bkiger/Ketline Adodo

EngraisNigeria

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Afin d’améliorer l’accès des petits producteurs du Nigeria aux engrais subventionnés, l’IFDC a développé un programme de coupons d’engrais, en misant sur un partenariat public privé. Cette initiative connaît un franc succès, même si de nombreuses contraintes sont encore à lever.

Haladu Abdu, président de la coopérative d’agriculteurs Jumar Kwari Kamfa Fadama à Wudil dans l’État de Kano, vient de s’acheter deux sacs d’engrais minéraux subventionnés, sur présentation d’un coupon qui a été attribué à chaque membre de son organisation deux semaines plus tôt. « Le grand avantage du programme de coupons est que l’engrais est distribué presque à domicile », dit-il. « Beaucoup d’entre nous n’avaient pas vu d’engrais depuis longtemps. L’année dernière, avec ce programme, nous avons reçu trois sacs chacun. Il arrivait dans le passé que nous n’ayons que deux sacs pour toute notre communauté ! »
H. Abdu a été l’un des 300 000 agriculteurs des États de Bauchi, Kano, Kwara et Taraba, à avoir bénéficié d’engrais subventionnés par le gouvernement. Il fait parti des bénéficiaires du programme 2010 de coupons d’engrais, financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID), en collaboration avec quatre États du Nigeria et mis en oeuvre avec l’appui technique de l’IFDC.
Au Nigeria, les agriculteurs ont un accès limité aux engrais minéraux. Dans la plupart des villages, il est beaucoup plus difficile de se procurer des engrais qu’une bouteille de Coca-Cola ou une recharge de téléphone.

Une initiative récente en réponse à la déstructuration des circuits de distribution d’engrais. Entre 1977 et 1996, le gouvernement fédéral du Nigeria avait la charge, tous les ans, d’approvisionner les agriculteurs en engrais. En 1997, le marché des engrais est libéralisé, sans préparation préalable du secteur privé. Cela entraîne une forte baisse de l’utilisation des engrais, de 1,2 millions de tonnes consommées en 1992 à moins de 57 000 tonnes en 1997. En 1999, dans le but d’augmenter la consommation d’engrais, le gouvernement fédéral instaure une subvention aux engrais de 25 %. Des études montrent cependant que seulement 20 % des engrais subventionnés atteignent effectivement les petits exploitants agricoles, en raison des détournements tout au long des circuits de distribution. De plus, les engrais arrivent souvent tard dans la campagne et sont parfois de mauvaise qualité et en quantité insuffisante. Par ailleurs, ils sont vendus sur le marché local à des prix comparables à ceux des engrais non subventionnés, en raison des intermédiaires et du manque de responsabilisation des agences gouvernementales dans l’approvisionnement et la distribution.
Comment s’assurer alors que les engrais subventionnés atteignent bien les petits agriculteurs à temps et à un prix réduit ? Une solution consiste à utiliser un système de coupons. André de Jager (IFDC) soutient cette démarche : « L’un des points forts du système de coupons, c’est que tout le monde gagne : le distributeur profite d’un marché assuré et d’une marge garantie ; le gouvernement est sûr que les subventions atteignent le public ciblé, à savoir les petits agriculteurs ; et les agriculteurs bénéficient de l’aide du gouvernement et sont en mesure d’acheter des engrais à côté de chez eux ».
En 2008, en s’appuyant sur les expériences réussies dans d’autres pays, l’IFDC, en collaboration avec le Programme national pour la sécurité alimentaire (NPFS) du Nigeria, coordonne un programme de coupons d’engrais à Kano et Bauchi : le FVP (Fertilizer Voucher Program). Ces interventions pilotes, qui visent alors moins de 5 000 agriculteurs, démontrent la faisabilité et l’efficacité d’un système de coupons pour allouer des subventions publiques directement aux petits agriculteurs, grâce à la fourniture d’engrais subventionnés, via le secteur privé.
Le succès de la phase pilote de 2008 conduit à tester le système de coupons d’engrais sur une plus grande échelle. Une opération plus vaste, couvrant les États de Kano et Taraba, est lancée en 2009. Elle vise à fournir des engrais subventionnés via le système des coupons pour le tiers des petits exploitants agricoles de ces États (134 109 agriculteurs à Kano et à 60 468 agriculteurs à Taraba). L’objectifs du FVP au Nigeria est triple : 1) faire en sorte que les subventions atteignent les agriculteurs ciblés ; 2) développer un réseau privé de distribution, capable de fonctionner avec ou sans subvention, tout en répondant à la demande en engrais sur le marché et 3) améliorer l’allocation des subventions par le gouvernement fédéral et les États.
Muhammad Umar Kura, responsable de l’Autorité de l’agriculture et du développement rural de l’État de Kano (KNARDA), fait l’éloge du programme : « Nous avons testé plusieurs options en commençant par la distribution directe des engrais aux agriculteurs, mais le gouvernement n’a pas les capacités d’une entreprise privée. L’engrais est un produit politique. Le cireur de chaussures, le mécanicien du coin, tout le monde est intéressé par les engrais fournis par le gouvernement. Nous avions besoin d’un programme qui permette de fournir des intrants de qualité à des agriculteurs ciblés. C’est la transparence qui est la force du FVP. Le coût de la subvention devient plus supportable pour le gouvernement, s’il est sûr que l’argent dépensé bénéficie véritablement aux agriculteurs. »


© IFDC

Comment fonctionne le système de coupon ? Des agents vulgarisateurs distribuent directement à des agriculteurs ciblés des coupons offrant 40 % de subvention sur l’achat d’engrais par rapport au prix du marché. Ces coupons sont utilisables auprès des distributeurs agréés d’engrais, chez qui l’agriculteur ne paie que 60 % du prix, correspondant à la part non subventionnée. Chaque coupon dispose d’une identification unique et sécurisée : nom et photo de l’agriculteur, numéro unique sur le coupon, encre indélébile et code barre.
Le programme cible les agriculteurs sur la base de critères précis. En 2010, la majorité des participants étaient des petits agriculteurs (dont 20 % de femmes), affiliés à un groupe d’agriculteurs et ayant les moyens d’acheter un sac d’engrais subventionné.
Les agriculteurs reçoivent des formations, non seulement sur la gestion de la fertilité, mais aussi sur le fonctionnement du programme. Chaque opération est effectuée par des équipes qualifiées, composées d’agents du ministère de l’Agriculture et des agences de vulgarisation de l’État, sous la supervision et la coordination de l’IFDC. Les équipes de distribution sont tenues de réaliser un inventaire quotidien des coupons distribués et des ventes d’engrais réalisées.
Une fois les coupons en main, les agriculteurs peuvent acheter une quantité précise d’engrais auprès de distributeurs locaux privés affiliés au programme. Ces distributeurs d’engrais échangent alors les coupons avec leurs sociétés d’approvisionnement, qui à leur tour les échangent avec le gouvernement.

Des défis à relever. Malgré le succès du programme, il existe encore de nombreuses contraintes à sa pérennité. En 2009 et 2010, le gouvernement a tardé à payer les distributeurs affiliés au programme, ce qui a compromis l’opération, a repoussé le lancement du programme dans chaque État, a amené certaines parties prenantes à se désengager du programme 2010 et a finalement réduit le nombre d’agriculteurs touchés par le projet en 2010 (cf. tableau).
Un autre défi concerne les capacités techniques et financières des distributeurs d’engrais à mettre en œuvre efficacement le FVP. Dans le passé, les engrais étaient distribués par des circuits gouvernementaux et non par le secteur privé. La libéralisation a conduit à d’importantes interruptions dans la chaîne d’approvisionnement entre les distributeurs d’engrais et les producteurs. De plus, les distributeurs régionaux et locaux ont un accès limité aux crédits à des taux intéressants, nécessaires pour constituer leur stock.
La mise en œuvre du programme par des agents du gouvernement n’est pas non plus chose aisée. Conséquence du déclin du financement du secteur agricole au Nigeria, les compétences des agents de l’État spécialisés en agriculture et travaillant dans les zones rurales ont diminué (les individus qualifiés ayant cherché un meilleur salaire ailleurs). Afin d’inciter les agents locaux de vulgarisation, le FVP les rémunère en fonction de leur implication dans l’opération.
Enfin, certains ne voient pas le programme d’un bon oeil, notamment ceux qui tiraient parti du précédent système en détournant les engrais de leurs destinataires cibles. La transparence du programme fait qu’aujourd’hui seule une partie des fonctionnaires aux niveaux étatique et fédéral soutient cette opération. Des mesures sont parfois délibérément prises pour contrecarrer l’extension du programme.

Un système innovant pour encourager le secteur privé. Le FVP est plus transparent (90 % des engrais FVP ayant atteint les agriculteurs ciblés en 2009 et 2010) et rentable que les précédents programmes de distribution d’engrais du Nigeria. Les coûts incombant au gouvernement pour la distribution des engrais subventionnés sont également réduits de 60 %.
En sécurisant leurs profits, les coupons encouragent les fournisseurs d’intrants à développer leurs filières d’approvisionnement dans les zones rurales. Si le FVP est un moyen innovant d’améliorer les capacités du secteur privé, les défis auxquels il fait face ne pourront être surmontés en une seule campagne agricole. Son succès dépendra fortement du volontarisme de l’administration nigériane dans son ensemble.

Les programmes 2009 & 2010 de coupons d’engrais au Nigeria en quelques chiffres

L’IFDC (http://www.ifdc.org/) est une organisation internationale spécialisée dans la sécurité alimentaire internationale, la lutte contre la faim et la pauvreté, la protection de l’environnement, et la promotion du développement économique et de l’autosuffisance. L’IFDC met l’accent sur l’accroissement de la productivité dans les filières agricoles des pays en développement. À ce jour, l’IFDC a fourni une assistance dans près de 100 pays.
Traduit de l’anglais par la rédaction.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Actualités d’Inter-réseaux
Inter-réseaux

Grain de sel Les thèmes des dossiers des prochains numéros de Grain de Sel (GDS) pour 2011 ont été arrêtés par le conseil d’administration sur suggestions du comité de rédaction. Il s’agit de : les céréales (numéro double à paraître en juin) ; la question du foncier (à paraître en septembre) ; la transformation locale des produits agricoles (à paraître en décembre). Les lecteurs peuvent bien sûr apporter des suggestions ou proposer des articles sur ces différents thèmes…

Lire PDF
Le géant nigérian avide des noix de coco de ses voisins
Ambrose Kwaku, François Ruf, Jérémy Salinier, courbetp

Le Nigeria est généralement vu comme un géant régional capable de dynamiser les économies agricoles des pays voisins. Pourtant, sans politiques publiques adaptées, l’intégration régionale a ses limites. Illustration avec un cas d’école méconnu : la filière « noix de coco » au Ghana. En 1990 lors d’une réunion scientifique, un chercheur montre une carte des productions agricoles en Afrique de l’Ouest, avec une grande tache blanche à la place du Nigeria, illustrant ainsi le manque de données…

Lire PDF
Des engrais à portée de main pour les agriculteurs
Ketline Adodo, bkiger

Afin d’améliorer l’accès des petits producteurs du Nigeria aux engrais subventionnés, l’IFDC a développé un programme de coupons d’engrais, en misant sur un partenariat public privé. Cette initiative connaît un franc succès, même si de nombreuses contraintes sont encore à lever. Haladu Abdu, président de la coopérative d’agriculteurs Jumar Kwari Kamfa Fadama à Wudil dans l’État de Kano, vient de s’acheter deux sacs d’engrais minéraux subventionnés, sur présentation d’un coupon qui a été attribué à chaque membre de…

Des organisations de producteurs agricoles encore morcelées au Nigeria
Inter-réseaux

Il existe un grand nombre d’organisations de producteurs agricoles au Nigeria, mais peut-on pour autant parler de« mouvement paysan » nigérian ? Entre les grandes faîtières parfois instrumentalisées par le pouvoir et les multiples initiatives locales, les producteurs nigérians cherchent depuis peu le chemin de l’unité. Au Nigeria même si la structuration des organisations d’agriculteurs reste encore faible, on peut distinguer plusieurs grandes catégories d’organisations de producteurs (OP) : les OP à vocation généraliste et de plaidoyer ;…

Lire PDF
Le rôle du Nigeria dans la sécurité alimentaire au Niger
mbadiao

Certains pays enclavés d’Afrique sahélienne ont besoin du commerce transfrontalier pour assurer leur sécurité alimentaire. Qu’en est-il du Niger ? Comment les flux transfrontaliers ce commerce frontalier de produits vivriers en provenance du Nigeria lui permettent-ils d’assurer sa sécurité alimentaire ? Présentation des échanges entre ces deux pays. Sans échanges transfrontaliers de produits de l’agriculture et de l’élevage avec le Nigeria, il est dif- ficile d’imaginer que la population du Niger puisse connaitre la sécurité alimentaire. Étant donné…

Lire PDF
Les enjeux des échanges de produits agro-pastoraux entre le Nigeria et ses voisins
Bio Goura Soulé

Le Nigeria est un acteur incontournable des échanges de produits agro-pastoraux avec les pays de la sous-région. Présentation et analyse de ce commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest. Les échanges commerciaux entre le Nigeria et ses voisins, de l’Afrique de l’Ouest (Niger et Bénin) et du Centre (Cameroun, Tchad et Guinée équatoriale) sont intenses et anciens. Du fait de son poids économique (plus de 50 % du Produit intérieur brut de la Cedeao), démographique (un ouest africain sur…

Lire PDF
Le Nigeria, entre exception douanière et politique commerciale régionale
E. Olawale Ogunkola, Inter-réseaux

Le Nigeria se distingue dans la sous-région par une politique commerciale traditionnellement protectionniste. Cette tendance, partiellement remise en cause aujourd’hui, provoque quelques hiatus dans le processus ouest-africain d’intégration régionale. La politique commerciale du Nigeria reste avant tout un outil au service de la croissance du Nigeria, s’inscrivant en cohérence avec les objectifs globaux de développement du pays. Elle est formulée et mise en oeuvre au moyen de lois et règlements, ainsi que de directives édictées par le ministère…

Lire PDF
Des opportunités historiques pour la filière rizicole du Nigeria
J. Manful, adiagne, ibamba, ojajayi-ng

La filière rizicole au Nigeria connaît une période de croissance, en raison notamment de fortes politiques de soutien. Des efforts restent cependant à fournir dans le domaine de l’accès aux semences améliorées et de la qualité, pour que le riz local puisse pleinement répondre aux besoins des consommateurs urbains. Au Nigeria, la filière rizicole locale fait vivre de nombreux producteurs, transformateurs et commerçants. Toutefois, elle ne parvient pas à satisfaire les besoins des consommateurs du pays. Le Nigeria…

Lire PDF
La politique agricole du Nigeria, à la recherche de cohérence dans les cadres stratégiques
Fanny Grandval, Mathilde Douillet

Singulier sur de nombreux aspects, le Nigeria ne semble pas faire exception dans la région en matière de politique agricole. Il reste écartelé entre des potentialités importantes, des ambitions immenses et des réalisations aujourd’hui encore insuffisantes. Au Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain et dont la population urbaine s’accroît de manière exponentielle, l’objectif d’autosuffisance alimentaire que s’est donné le gouvernement reste un véritable défi. Dans un pays doté d’une croissance économique relativement rapide, cette ambition ne…

Lire PDF
La demande du Nigeria en produits d’élevage : une opportunité pour les pays sahéliens ?
Bernard Bonnet, Bertrand Guibert, Christophe Bénard

Pôle majeur de consommation en produits animaux d’Afrique de l’Ouest, le Nigeria est également un des plus grands pays d’élevage de la région. La couverture de la demande nationale sans cesse croissante et l’accès à ses marchés dynamiques constituent de véritables enjeux économiques, autant pour le Nigeria que pour les pays d’élevage sahélien voisins. Tant par sa démographie que par ses capacités de production animale, disposant de 25% de l’ensemble des troupeaux de bovins de la sous région,…

Lire PDF
Production et consommation vivrières : le Nigeria sur le chemin de l’autosuffisance alimentaire
Inter-réseaux

Doté de ressources naturelles abondantes, le Nigeria jouit d’un potentiel agricole considérable. S’il se place au premier rang des producteurs agricoles de la région, il est aussi le plus grand importateur de produits vivriers de l’Afrique de l’Ouest. En dépit du poids prépondérant des hydrocarbures, le secteur agricole continue de jouer un rôle déterminant dans le développement économique du Nigeria. Il contribue pour environ 36,5 % à la formation du produit intérieur brut de la Fédération et occupe…

Lire PDF
Une vision de l’agriculture et de l’agribusiness au Nigeria
Ndidi Okonkwo Nwuneli

L’agriculture du Nigeria vue par une experte nigériane. Si l’on retrouve à certains égards des situations rencontrées dans des pays voisins, notons le pragmatisme de l’analyse et l’accent porté sur l’esprit d’entreprise, qu’elle soit familiale ou de plus grande échelle. Grain de Sel : Quel diagnostic faites-vous du secteur agricole au Nigeria ? Ndidi Nwuneli : L’agriculture est le secteur le plus important de l’économie du Nigeria. Elle emploie 60 % de la population (dont une part importante…

Lire PDF
Vers une monnaie unique pour les pays de la Cedeao ?
Gilles Dufrénot

Les pays de la Cedeao sont en marche pour disposer d’une monnaie unique à l’horizon de 2020. Un processus dans lequel le Nigeria est appelé à jouer un rôle de premier plan. Si le projet semble faire l’unanimité, « le diable est dans les détails ». Grain de sel : Quelle analyse peut-on faire des monnaies actuelles en Afrique de l’Ouest ? Gilles Dufrénot : La « géographie monétaire » de l’Afrique de l’Ouest subsaharienne est constituée de…

Lire PDF
Une vocation hégémonique en attente de concrétisation
Daniel Bach

Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Un poids économique décisif dans la sous-région. À l’intérieur comme à l’extérieur, nul ne conteste plus la vocation du Nigeria à dominer et structurer son environnement sous-régional, tout en jouant un rôle clé au sein des organisations africaines et internationales. On…

Lire PDF
Le géant nigérian, un voisin incontournable
Jean François Sempéré

En raison de son importance démographique et de sa superficie, le Nigeria est presque à lui seul un sous-continent. Son économie demeure l’une des plus dynamiques d’Afrique, affichant en 2009 une croissance du PIB autour de 6 %. Toutefois, la crise internationale a fait sentir ses effets par une baisse significative du prix du baril de pétrole, une raréfaction du crédit et un secteur financier fragilisé par des actifs toxiques. Ces éléments menacent les équilibres macroéconomiques précaires qui…

Lire PDF
Repères sur le Nigeria
Inter-réseaux

Une population importante et divisée. Avec une population supérieure à 150 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il rassemble un sixième de la population du continent et la moitié des habitants de la Cedeao. C’est aussi l’un des pays les plus urbanisés du continent, avec au moins 24 villes comptant plus de 100 000 habitants. Le Nigeria présente une grande diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse. Plus de 250 groupes ethniques composent le…

Lire PDF
Carte agricole du Nigeria
Un Grain de sel « spécial pays »
Inter-réseaux

_ Une fois n’est pas coutume, Grain de sel consacre un numéro exclusif à un pays : le Nigeria. Pourquoi ce choix ? Le Nigeria, c’est à lui seul la moitié de l’Afrique de l’Ouest en termes de population et d’économie. Malgré son envergure et son influence sur l’ensemble des pays voisins, ce pays reste mal connu de la plupart des acteurs du développement rural et agricole francophones (et parfois aussi anglophones), que ce soit au Nord ou…

Lire PDF
Grain de sel n°51 : Le Nigeria. Regard sur le géant agricole de l’Afrique de l’Ouest

Sommaire Un Grain de sel « spécial pays » Editorial Le géant nigérian, un voisin incontournable Repères Carte agricole du Nigeria Repères sur le Nigeria Forum Une vocation hégémonique en attente de concrétisation Daniel Bach Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Vers une monnaie unique pour les…

Lire