The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 18 octobre 2010

Repères sur le Nigeria

Inter-réseaux

Nigeria

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Une population importante et divisée.
Avec une population supérieure à 150 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il rassemble un sixième de la population du continent et la moitié des habitants de la Cedeao. C’est aussi l’un des pays les plus urbanisés du continent, avec au moins 24 villes comptant plus de 100 000 habitants.
Le Nigeria présente une grande diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse. Plus de 250 groupes ethniques composent le pays. Le Nord du pays est principalement peuplé d’Haoussas, majoritairement musulmans. Les Yorubas constituent l’ethnie majoritaire du Sud du pays, chrétiens pour plus de la moitié et musulmans pour un quart. Enfin le Sud-Est du pays est dominé par les Ibos, majoritairement chrétiens. Cette grande hétérogénéité explique en partie les difficultés du pays à construire l’unité.
Le Nigeria fait face à des tensions communautaires chroniques qui dégénèrent parfois en accès de violence. En novembre 2008, juillet 2009 et plus récemment janvier 2010, ces dissensions entre chrétiens et musulmans ont donné lieu à des affrontements dans le centre du pays (ville de Jos, État de Plateau). L’un des enjeux politiques majeurs est de préserver un équilibre entre le Nord Nigeria majoritairement musulman (où la Charia est officiellement en vigueur dans 12 États) et en déclin économique, et le Sud majoritairement chrétien qui fournit la majeure partie des ressources du pays.
Les régimes qui se sont succédés depuis l’indépendance du pays en 1960, ont voulu briser l’emprise respective des trois grands groupes ethniques sur chacune des trois régions (Nord, Sud-Ouest, Sud- Est) qui constituaient alors l’État fédéral. Pour cela, ils ont multiplié le nombre des États de la fédération, passés successivement à 12 puis à 21, et finalement à 36 en 1996. La cohésion de la fédération, particulièrement précaire, a été mise en danger dès 1967 avec la guerre de sécession du Biafra, et les rivalités régionales perdurent encore aujourd’hui. La division en 21 puis 36 États a toutefois diminué les risques d’affrontements ethniques.

Une économie puissante, largement dominée par le pétrole.
Le Nigeria est la deuxième puissance économique du continent après l’Afrique du Sud. Le pétrole représente environ 80 % des recettes fiscales et 97 % des exportations du pays. Membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) depuis 1970, le Nigeria est le huitième exportateur mondial de pétrole. Paradoxalement, le pays est souvent en pénurie de carburant et de nombreuses raffineries sont sous-exploitées voire inexploitées. L’insécurité dans la zone du delta du Niger, ainsi que le vol de pétrole à grande échelle entraînent une chute de la production, aujourd’hui à 1,8 millions barils/j pour une pleine capacité de 3 millions barils/j. Le Nigeria a même cédé sa place de principal producteur sub-saharien au profit de l’Angola. Le développement des champs pétroliers et gaziers se poursuit offshore, où gisent d’importantes réserves, moins exposées à l’insécurité.
L’agriculture emploie plus de 70 % de la population active et apporte la principale contribution au PIB (36,5 % en 2009), suivie par le secteur pétrolier et gazier (32,3 %). Parmi les autres principaux contributeurs, figurent le commerce de gros et de détail (15,9 %) et les services (8,2 %).
La maigre contribution du secteur manufacturier au PIB, à hauteur de 2,4 % seulement, reflète la faiblesse de l’industrialisation de l’économie nigériane. L’activité industrielle est concentrée à Lagos et dans une moindre mesure, dans les autres grandes villes (Kano, Kaduna, Ibadan et Port Harcourt). Le textile, les boissons, les cigarettes, les détergents et le ciment constituent l’essentiel de la production industrielle. Le secteur informel est très développé au Nigeria.
Actuellement, la structure économique du pays manque de diversification. Elle est largement tributaire d’un secteur pétrolier à forte intensité capitalistique tandis que l’agriculture emploie l’essentiel de la population active. Le pays souhaite diversifier ses sources de revenus et s’affranchir de sa dépendance vis-à-vis du pétrole afin de renforcer la mobilisation des recettes et protéger son économie des variations que subissent les cours du pétrole. Pour ce faire, les autorités ont élaboré la « Vision 2020 » du Nigeria, un plan qui s’attache à diversifier l’économie. Au rythme de son exécution, il est permis de douter du succès de ce programme ayant pour ambition de hisser le Nigeria dans le peloton des 20 premières économies mondiales d’ici 2020.

Une situation politique instable.
Depuis son indépendance le 1ier octobre 1960, l’histoire politique du Nigeria est mouvementée. Entre 1967 et 1970, les Ibos du Sud-Est font sécession et fondent la République du Biafra. Le Biafra réintègre le Nigeria à l’issue d’une guerre meurtrière et d’une famine sans précédent, qui font près d’un million de victimes.
Le Nigeria aura connu une succession de dictatures militaires et de coups d’État pendant plus de 28 ans. Le général Babangida prend le pouvoir en 1985. À sa démission en 1993, le général Abacha instaure un régime fort. Ce dernier est condamné en 1995 par la Communauté internationale pour le meurtre de plusieurs opposants et le Nigeria est exclu du Commonwealth. En 1998, le général Abubakar prend la succession d’Abacha et s’engage à transférer le pouvoir aux civils.
Olusegun Obasanjo, ancien dirigeant militaire, est élu président de la République en 1999, puis réélu en 2003. N’ayant pu, en vertu de la constitution nigériane, se présenter pour un troisième mandat, Obasanjo a cependant pesé de tout son poids dans la nomination et la victoire du « ticket » présidentiel de son parti (PDP, People’s Democratic Party) en avril 2007 : le gouverneur de l’État de Katsina (Nord), Umaru Yar’adua, qui a fait équipe avec le gouverneur de Bayelsa (Sud), Goodluck Jonathan. Au-delà d’une organisation chaotique, ces élections ont été entachées de multiples fraudes et de graves violences. L’absence prolongée de Yar’adua de novembre 2009, date de son hospitalisation, au 6 mai 2010, date de son décès, a encore suscité une certaine instabilité politique. Goodluck Jonathan a été investi président en exercice (acting president) le 9 février 2010. Malgré une image d’homme discret, il a immédiatement pris une série de mesures fermes. Les prochaines élections, présidentielles, locales et régionales, auront lieu en 2011.

Pauvreté, inégalités, corruption sur fond de rente pétrolière.
Le Nigeria affiche des indices de développement humain relativement bas, malgré ses ressources naturelles abondantes. En 2007, la moitié de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté, fixé à 1,25 USD par jour. De plus le Nigeria n’est pas dans les temps pour atteindre plusieurs des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), y compris celui de diviser par deux la pauvreté d’ici à 2015. Le Global Hunger Index (GHI), basé sur les 3 indicateurs que sont l’accès à l’alimentation en quantité suffisante, la malnutrition infantile et le taux de mortalité infantile, classe le Nigeria parmi les pays ayant de graves problèmes de sécurité alimentaire.
Le Nigeria est un des seuls pays au monde qui, malgré d’importantes ressources pétrolières, présente un déficit budgétaire. Il est tristement connu pour ses records de corruption, qui a fortement augmenté depuis le boom pétrolier des années 70. En 2010, Transparency International classe en effet le Nigeria au 12¨ rang parmi les pays les plus corrompus du monde. On estime ainsi que plus de 300 milliards de dollars du pétrole nigérian se seraient volatilisés. Entre 1993 et 1998, Abacha et sa famille auraient par exemple détourné plus de 4 milliards de dollars de fonds publics. Favorisées entre autres par la corruption et une opacité globale du système financier mondial, les fuites de fonds liées à des pratiques financières illicites constituent un frein important au développement du pays.
Les infrastructures, en particulier électriques, restent globalement en mauvais état. Bien que riche en hydrocarbures, le pays est confronté à un état d’urgence énergétique. La capacité de production électrique est inférieure à 3 000 MW (par comparaison, l’Afrique du Sud, avec une population de 48 millions d’habitants, a une capacité de production de 36 000 MW) et les gaz issus de l’exploitation pétrolière sont mal valorisés.
Les infrastructures de transport sont un des principaux freins au développement. L’état des routes, la gestion des ports et la maintenance aéroportuaire doivent impérativement gagner en qualité.

Le conflit du delta du Niger : une tragédie humaine, écologique et économique.
Le conflit dans le delta du Niger constitue un sérieux problème politique et économique pour le Nigeria. Les militants dénoncent la pollution de l’environnement causée par les entreprises d’extraction pétrolière et la pauvreté généralisée parmi la population locale. Les procédés des compagnies pétrolières dans la région, appuyées par l’État nigérian, ont été très vivement critiqués. Les tensions entre les riverains et les forces de l’ordre ont donné lieu à plusieurs massacres et assassinats. Dans les années 1990 s’est créé le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP) pour lutter par des actions non violentes contre les agissements de Royal Dutch Shell. Après les exécutions de cinq de leurs leaders (dont Ken Saro-Wiwa le 10 novembre 1995), le mouvement s’est peu à peu éteint. Un groupe plus violent et encore actif a vu le jour dans les années qui ont suivi, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND).
Des criminels de droit commun en profitent également pour enlever des travailleurs étrangers et exiger des rançons. Ce conflit a amputé d’un tiers la production pétrolière du pays, sapant les recettes publiques. La production quotidienne est tombée de 2,5 millions de barils en 2006 à 1,7 millions mi mai 2009.
La perspective d’une solution durable a été entrevue en 2009 avec la conclusion d’un accord susceptible de mettre un terme au conflit entre le gouvernement et les mouvements armés. Le principal d’entre eux, le MEND, a par la suite décrété un cessez-le-feu. Des milliers de militants ont déposé les armes et se sont inscrits à un programme de réintégration.
À ce jour, la paix n’est toujours pas revenue dans le delta du Niger. Veiller à ce que les fonds alloués à cette région profitent bien à ses ayant-droits et n’alimentent pas la corruption représente un enjeu majeur.

Une grande influence régionale.
Sur le plan de la politique extérieure, le Nigeria s’est imposé comme un acteur diplomatique de premier plan en Afrique de l’Ouest et au sein de l’Union africaine. Il contribue à promouvoir la Cedeao, dont le siège est à Abuja. En 2007, le Nigeria a pesé de tout son poids au sein de cette organisation pour que celle-ci refuse de signer dans les délais impartis un Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE). La Cedeao constitue un instrument fondamental de l’influence du Nigeria en Afrique et dans sa relation avec l’UE.
Le Nigeria a multiplié les initiatives en matière de résolution des conflits : il s’est particulièrement investi dans la sortie de crise du Libéria en participant à l’ECOMOG (Brigade de surveillance du cessez-le-feu de la Cedeao), il a conduit des réunions de médiation ou de facilitation au cours des dernières années pour le Soudan, la RDC ou le Zimbabwe. Le Nigeria est engagé dans de nombreuses opérations de maintien de la paix, dont la Mission des Nations Unies au Liberia (MINUL) et la Mission de l’Union Africaine au Soudan (MUAS).
De plus, le Nigeria a élargi son horizon comme pays promoteur du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad).
Enfin, le pays exerce une influence importante sur son environnement régional grâce à son poids démographique et l’importance de sa diaspora, sans oublier la puissance financière de ses banques et le rayonnement de sa production audiovisuelle (3ième producteur mondial de films).

Cet article a été écrit sur la base de plusieurs sources bibliographiques. En particulier :


Divisions administratives et zones écologiques du Nigeria

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "51 : Le Nigeria".

Actualités d’Inter-réseaux
Inter-réseaux

Grain de sel Les thèmes des dossiers des prochains numéros de Grain de Sel (GDS) pour 2011 ont été arrêtés par le conseil d’administration sur suggestions du comité de rédaction. Il s’agit de : les céréales (numéro double à paraître en juin) ; la question du foncier (à paraître en septembre) ; la transformation locale des produits agricoles (à paraître en décembre). Les lecteurs peuvent bien sûr apporter des suggestions ou proposer des articles sur ces différents thèmes…

Lire PDF
Le géant nigérian avide des noix de coco de ses voisins
Ambrose Kwaku, François Ruf, Jérémy Salinier, courbetp

Le Nigeria est généralement vu comme un géant régional capable de dynamiser les économies agricoles des pays voisins. Pourtant, sans politiques publiques adaptées, l’intégration régionale a ses limites. Illustration avec un cas d’école méconnu : la filière « noix de coco » au Ghana. En 1990 lors d’une réunion scientifique, un chercheur montre une carte des productions agricoles en Afrique de l’Ouest, avec une grande tache blanche à la place du Nigeria, illustrant ainsi le manque de données…

Lire PDF
Des engrais à portée de main pour les agriculteurs
Ketline Adodo, bkiger

Afin d’améliorer l’accès des petits producteurs du Nigeria aux engrais subventionnés, l’IFDC a développé un programme de coupons d’engrais, en misant sur un partenariat public privé. Cette initiative connaît un franc succès, même si de nombreuses contraintes sont encore à lever. Haladu Abdu, président de la coopérative d’agriculteurs Jumar Kwari Kamfa Fadama à Wudil dans l’État de Kano, vient de s’acheter deux sacs d’engrais minéraux subventionnés, sur présentation d’un coupon qui a été attribué à chaque membre de…

Lire PDF
Des organisations de producteurs agricoles encore morcelées au Nigeria
Inter-réseaux

Il existe un grand nombre d’organisations de producteurs agricoles au Nigeria, mais peut-on pour autant parler de« mouvement paysan » nigérian ? Entre les grandes faîtières parfois instrumentalisées par le pouvoir et les multiples initiatives locales, les producteurs nigérians cherchent depuis peu le chemin de l’unité. Au Nigeria même si la structuration des organisations d’agriculteurs reste encore faible, on peut distinguer plusieurs grandes catégories d’organisations de producteurs (OP) : les OP à vocation généraliste et de plaidoyer ;…

Lire PDF
Le rôle du Nigeria dans la sécurité alimentaire au Niger
mbadiao

Certains pays enclavés d’Afrique sahélienne ont besoin du commerce transfrontalier pour assurer leur sécurité alimentaire. Qu’en est-il du Niger ? Comment les flux transfrontaliers ce commerce frontalier de produits vivriers en provenance du Nigeria lui permettent-ils d’assurer sa sécurité alimentaire ? Présentation des échanges entre ces deux pays. Sans échanges transfrontaliers de produits de l’agriculture et de l’élevage avec le Nigeria, il est dif- ficile d’imaginer que la population du Niger puisse connaitre la sécurité alimentaire. Étant donné…

Lire PDF
Les enjeux des échanges de produits agro-pastoraux entre le Nigeria et ses voisins
Bio Goura Soulé

Le Nigeria est un acteur incontournable des échanges de produits agro-pastoraux avec les pays de la sous-région. Présentation et analyse de ce commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest. Les échanges commerciaux entre le Nigeria et ses voisins, de l’Afrique de l’Ouest (Niger et Bénin) et du Centre (Cameroun, Tchad et Guinée équatoriale) sont intenses et anciens. Du fait de son poids économique (plus de 50 % du Produit intérieur brut de la Cedeao), démographique (un ouest africain sur…

Lire PDF
Le Nigeria, entre exception douanière et politique commerciale régionale
E. Olawale Ogunkola, Inter-réseaux

Le Nigeria se distingue dans la sous-région par une politique commerciale traditionnellement protectionniste. Cette tendance, partiellement remise en cause aujourd’hui, provoque quelques hiatus dans le processus ouest-africain d’intégration régionale. La politique commerciale du Nigeria reste avant tout un outil au service de la croissance du Nigeria, s’inscrivant en cohérence avec les objectifs globaux de développement du pays. Elle est formulée et mise en oeuvre au moyen de lois et règlements, ainsi que de directives édictées par le ministère…

Lire PDF
Des opportunités historiques pour la filière rizicole du Nigeria
J. Manful, adiagne, ibamba, ojajayi-ng

La filière rizicole au Nigeria connaît une période de croissance, en raison notamment de fortes politiques de soutien. Des efforts restent cependant à fournir dans le domaine de l’accès aux semences améliorées et de la qualité, pour que le riz local puisse pleinement répondre aux besoins des consommateurs urbains. Au Nigeria, la filière rizicole locale fait vivre de nombreux producteurs, transformateurs et commerçants. Toutefois, elle ne parvient pas à satisfaire les besoins des consommateurs du pays. Le Nigeria…

Lire PDF
La politique agricole du Nigeria, à la recherche de cohérence dans les cadres stratégiques
Fanny Grandval, Mathilde Douillet

Singulier sur de nombreux aspects, le Nigeria ne semble pas faire exception dans la région en matière de politique agricole. Il reste écartelé entre des potentialités importantes, des ambitions immenses et des réalisations aujourd’hui encore insuffisantes. Au Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain et dont la population urbaine s’accroît de manière exponentielle, l’objectif d’autosuffisance alimentaire que s’est donné le gouvernement reste un véritable défi. Dans un pays doté d’une croissance économique relativement rapide, cette ambition ne…

Lire PDF
La demande du Nigeria en produits d’élevage : une opportunité pour les pays sahéliens ?
Bernard Bonnet, Bertrand Guibert, Christophe Bénard

Pôle majeur de consommation en produits animaux d’Afrique de l’Ouest, le Nigeria est également un des plus grands pays d’élevage de la région. La couverture de la demande nationale sans cesse croissante et l’accès à ses marchés dynamiques constituent de véritables enjeux économiques, autant pour le Nigeria que pour les pays d’élevage sahélien voisins. Tant par sa démographie que par ses capacités de production animale, disposant de 25% de l’ensemble des troupeaux de bovins de la sous région,…

Lire PDF
Production et consommation vivrières : le Nigeria sur le chemin de l’autosuffisance alimentaire
Inter-réseaux

Doté de ressources naturelles abondantes, le Nigeria jouit d’un potentiel agricole considérable. S’il se place au premier rang des producteurs agricoles de la région, il est aussi le plus grand importateur de produits vivriers de l’Afrique de l’Ouest. En dépit du poids prépondérant des hydrocarbures, le secteur agricole continue de jouer un rôle déterminant dans le développement économique du Nigeria. Il contribue pour environ 36,5 % à la formation du produit intérieur brut de la Fédération et occupe…

Lire PDF
Une vision de l’agriculture et de l’agribusiness au Nigeria
Ndidi Okonkwo Nwuneli

L’agriculture du Nigeria vue par une experte nigériane. Si l’on retrouve à certains égards des situations rencontrées dans des pays voisins, notons le pragmatisme de l’analyse et l’accent porté sur l’esprit d’entreprise, qu’elle soit familiale ou de plus grande échelle. Grain de Sel : Quel diagnostic faites-vous du secteur agricole au Nigeria ? Ndidi Nwuneli : L’agriculture est le secteur le plus important de l’économie du Nigeria. Elle emploie 60 % de la population (dont une part importante…

Lire PDF
Vers une monnaie unique pour les pays de la Cedeao ?
Gilles Dufrénot

Les pays de la Cedeao sont en marche pour disposer d’une monnaie unique à l’horizon de 2020. Un processus dans lequel le Nigeria est appelé à jouer un rôle de premier plan. Si le projet semble faire l’unanimité, « le diable est dans les détails ». Grain de sel : Quelle analyse peut-on faire des monnaies actuelles en Afrique de l’Ouest ? Gilles Dufrénot : La « géographie monétaire » de l’Afrique de l’Ouest subsaharienne est constituée de…

Lire PDF
Une vocation hégémonique en attente de concrétisation
Daniel Bach

Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Un poids économique décisif dans la sous-région. À l’intérieur comme à l’extérieur, nul ne conteste plus la vocation du Nigeria à dominer et structurer son environnement sous-régional, tout en jouant un rôle clé au sein des organisations africaines et internationales. On…

Lire PDF
Le géant nigérian, un voisin incontournable
Jean François Sempéré

En raison de son importance démographique et de sa superficie, le Nigeria est presque à lui seul un sous-continent. Son économie demeure l’une des plus dynamiques d’Afrique, affichant en 2009 une croissance du PIB autour de 6 %. Toutefois, la crise internationale a fait sentir ses effets par une baisse significative du prix du baril de pétrole, une raréfaction du crédit et un secteur financier fragilisé par des actifs toxiques. Ces éléments menacent les équilibres macroéconomiques précaires qui…

Lire PDF
Repères sur le Nigeria
Inter-réseaux

Une population importante et divisée. Avec une population supérieure à 150 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il rassemble un sixième de la population du continent et la moitié des habitants de la Cedeao. C’est aussi l’un des pays les plus urbanisés du continent, avec au moins 24 villes comptant plus de 100 000 habitants. Le Nigeria présente une grande diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse. Plus de 250 groupes ethniques composent le…

Carte agricole du Nigeria
Un Grain de sel « spécial pays »
Inter-réseaux

_ Une fois n’est pas coutume, Grain de sel consacre un numéro exclusif à un pays : le Nigeria. Pourquoi ce choix ? Le Nigeria, c’est à lui seul la moitié de l’Afrique de l’Ouest en termes de population et d’économie. Malgré son envergure et son influence sur l’ensemble des pays voisins, ce pays reste mal connu de la plupart des acteurs du développement rural et agricole francophones (et parfois aussi anglophones), que ce soit au Nord ou…

Lire PDF
Grain de sel n°51 : Le Nigeria. Regard sur le géant agricole de l’Afrique de l’Ouest

Sommaire Un Grain de sel « spécial pays » Editorial Le géant nigérian, un voisin incontournable Repères Carte agricole du Nigeria Repères sur le Nigeria Forum Une vocation hégémonique en attente de concrétisation Daniel Bach Jouissant d’une position privilégiée dans la sous-région, le Nigeria est appelé à jouer un rôle pivot dans l’espace Cedeao. Encore faut-il que les élites et les politiques publiques nigérianes se révèlent à la mesure de cet enjeu. Vers une monnaie unique pour les…

Lire