Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Commentaires de Loïc Barbedette, sociologue, sur le numéro 50 de Grain de sel consacré aux leaders paysans

J’ai eu l’occasion d’échanger avec l’équipe d’Inter- réseaux pendant la préparation du numéro spécial de Grain de sel sur les leaders paysans, et je souhaiterais apporter quelques commentaires pour enrichir la réflexion.

« Leader » ou « responsable » ? Un premier point concerne le terme de « leader ». Un « responsable » n’est pas automatiquement un « leader » : sous ce même mot (qui a d’ailleurs été « importé »), on parle de choses différentes et souvent contradictoires. Ainsi, il est très paradoxal que l’on puisse utiliser le terme de « leader paysan » à propos de personnes « qui n’ont jamais eu d’exploitation », donc de non paysans, ou de « leaders fabriqués », donc de non leaders : on utilise le même terme pour qualifier des situations, des positions et des stratégies sociales différentes. Ainsi, tout en croyant parler de la même chose, on ne sait plus de quoi l’on parle. Cette confusion indique qu’avec la notion de leader paysan, on est dans le domaine de l’idéologie où toutes les manipulations sont possibles.
On retrouve cette ambiguïté lorsqu’on parle des « leaders intellectuels » qui « risquent de ne pas être reconnus au niveau de leur base » : si tel est le cas, de quoi parle-t-on ? Ce n’est sans doute plus de paysans, mais plutôt d’intellectuels. Les articles sur la « représentativité, légitimité et crédibilité des leaders paysans » et sur les « rapports entre élus et salariés » sont ici éclairants.

Être capable de représenter ne veut pas dire être légitime pour le faire. À propos de la représentativité, les deux points de vue qui se confrontent ne renvoient pas aux mêmes aspects. Certains parlent en fait de la capacité à négocier au nom des paysans (et à représenter leurs intérêts sur la scène extérieure), et on comprend à travers l’interview d’un salarié que le permanent (le plus souvent salarié) de l’organisation est beaucoup mieux informé pour le faire que le militant élu ; c’est la même idée exprimée à propos des pêcheurs sri-lankais. Il y a là un véritable problème pour l’animation du mouvement paysan, et E. Atangana explique de façon intéressante comment son association tente de développer les capacités de ses membres à comprendre les enjeux d’une négociation. Par contre G. Korotomou (ou F. Boly) parle non pas de la capacité, mais de la légitimité à représenter les paysans, ce qui renvoie cette fois à leur mode de vie, à leur mode de désignation et à leur rapport avec leur base : de ce point de vue, l’article sur les liens entre le leader et sa base est beaucoup plus éloquent sur le thème de la représentativité.
Dans le premier cas, on parle de compétence technique, dans le second de position sociale : c’est le fond de la question du rapport entre « élus » et « salariés ». Les problèmes commencent à se poser lorsqu’un technicien sort de son rôle et se fait passer pour un leader paysan (ou qu’on le considère comme un leader paysan). La tentation est souvent forte, du fait justement de la permanence des techniciens. On peut regretter un certain déséquilibre entre l’expression des salariés et celle des élus dans l’article sur ce thème, mais peut-être reflète-t-elle une réalité ?

Le leader paysan : un « homme de type nouveau ». Je souhaiterais également partager quelques idées pour faire avancer la réflexion. Il est d’abord important de souligner que les fonctions d’organisation et de direction de la société et de ses différentes composantes ont toujours existé dans le cadre des chefferies traditionnelles, et que l’on a vu régulièrement émerger des figures de leaders charismatiques qui ont porté des visions et entraîné des changements. Certains ont mis en place de nouveaux systèmes sociaux. Ces leaders traditionnels existent toujours et les leaders paysans cohabitent et négocient avec eux. C’est un volet important de la condition du leader paysan qui n’est pas abordé dans ce numéro, pourtant il explique beaucoup de comportements de ces leaders.
Les leaders populaires qui nous intéressent ici (il ne s’agit en effet pas seulement des leaders paysans, mais également de leaders d’organisations urbaines ; des leaders ouvriers ont également été très actifs avant les Indépendances — ensuite le mouvement ouvrier a été neutralisé) sont des figures sociales modernes, de nouveaux types de leaders sociaux. Personnellement je les ai rencontrés pour la première fois au début des années 70 dans des quartiers populaires de grandes villes africaines où ils créaient des organisations de survie. À la différence des leaders traditionnels, leur leadership ne s’appuyait pas sur une base familiale, ethnique ou religieuse, et ils inventaient des formes d’organisation et d’action sociale inédites — hybrides —, calquées à la fois sur des modèles modernes (les « présidents », « secrétaires », « trésoriers » ne sont pas des rôles traditionnels) et traditionnels (certaines normes et valeurs) ; ils avaient certains traits communs avec les leaders paysans que j’ai connu par la suite et qui ont également un profil différent de celui des leaders traditionnels ou des leaders politiques ruraux (bien que parfois on puisse rencontrer des leaders à cheval sur ces différents univers). L’apparition de ces « nouveaux leaders » correspond, selon mon analyse, à l’émergence très contemporaine de nouvelles formes d’organisations sociales, notamment les divers types d’associations paysannes et d’organisations de producteurs, mais plus globalement toutes ces organisations qui ne sont ni traditionnelles, ni étatiques et que l’on range depuis une vingtaine d’années dans la « société civile ». « L’invention sociale » de ces organisations s’est imposée pour pallier aux insuffisances des autres dans un contexte de profondes transformations économiques et sociopolitiques. Le « leader paysan » est ainsi un « homme d’un type nouveau » : ceci contribue (mais seulement en partie) à expliquer que l’on ait du mal à le cerner.

La responsabilité des projets et bailleurs dans le leadership des OP. L’autre élément qui brouille les représentations du leader paysan, ce sont justement ces ambiguïtés précédemment relevées. Et l’on ne peut pas faire l’économie d’analyser la part de responsabilité des pratiques et institutions du monde du développement (notamment les bailleurs), dans l’entretien de cette ambiguïté. On dénonce l’opportunisme de paysans qui ont créé des OP pour occuper les vides laissés par le désengagement de l’État, mais il faut rappeler qu’en amont, les politiques d’ajustements structurels ont créé ces vides : ceci ne relève pas de la responsabilité des paysans. En fait, les organisations de développement ont besoin d’interlocuteurs ou de relais dans le monde paysan, et quand ils ne les trouvent pas, ils suscitent leur désignation, les instruisent sur le rôle qu’elles attendent d’eux, leur fournissent des outils « ad hoc » (de ce point de vue, elles trouveront des interlocuteurs scolarisés plus réceptifs chez les « techniciens » des OP), et les appellent « leaders paysans ». C’est de cette façon que l’aide au développement a « fabriqué des faux leaders paysans ». S’enchaînent avec cela les effets pervers de la « rente de l’aide ».
Il est intéressant à ce propos de relever le témoignage de T. Y. Amatoenyenou [[« Lorsque vous n’êtes pas représentatif, il y a deux possibilités : soit le pouvoir vous soutient en disant qu’il vous reconnaît, mais cela vous délégitime encore plus vis-à-vis de votre base, parce que vous traitez avec les pouvoirs politiques alors qu’eux-mêmes ne se reconnaissent pas en vous. La stratégie du pouvoir politique, c’est alors de diviser pour mieux régner ! Soit le pouvoir politique dit « moi je ne vous reconnais pas, retournez faire vos élections, pour désigner un vrai leader ». Cela dessert aussi le mouvement paysan si le leader n’organise pas les élections, car il ne peut alors plus dialoguer avec l’État. »]] qui illustre la force de l’emprise des acteurs non paysans sur la qualification du leadership paysan ; il parle ici de l’État, mais pourrait tout aussi bien parler du « projet » ou de l’ONG. Cette tendance est forte et il est évident qu’elle affaiblit le mouvement paysan.

Insister sur la responsabilité du leader. Heureusement, vous avez aussi toute une série d’autres témoignages très intéressants qui illustrent l’autre orientation du leadership paysan, étroitement articulée avec la base paysanne. Derrière ceci se profile en fait la question de savoir à qui le leader paysan doit rendre des comptes, selon quels critères, et qui fixera ces critères. C’est la question, non explicitement soulevée, il me semble, dans ce numéro, mais qui mériterait d’être posée, de la responsabilité du leader paysan.
J’introduisais ces commentaires en écrivant qu’un « responsable » paysan n’est pas automatiquement un « leader » ; le leader est un meneur d’homme et ce qui définit le leadership, c’est l’aptitude à « façonner » (to shape) les orientations d’un groupe et à l’entraîner dans une certaine direction : ce n’est pas le cas de tous les « présidents » d’organisations paysannes, ce qui ne les empêche pas d’avoir d’autres qualités. Mais un leader paysan est aussi « responsable » : la question est de savoir de quoi et devant qui. Devant les paysans ? Devant les partenaires ou l’État ? Devant sa conscience ?

Il faut lire « Dieu n’est pas paysan » de Mamadou Cissokho. Ceci me conduit à une dernière remarque. Bien que j’ai compris que vous ayez fait le choix de ne pas interviewer les « ténors » du mouvement paysan, on comprend mal que ce numéro ne consacre pas un article au récent livre de Mamadou Cissokho (Dieu n’est pas paysan) ; c’est en effet non seulement un livre écrit par un leader paysan, mais ce dernier l’a écrit d’abord pour des leaders paysans. Cissokho est reconnu comme véritable leader du mouvement paysan parce qu’il a un profil qui récapitule un très grand nombre de traits que l’on retrouve partiellement chez les uns ou les autres, mais rarement réunis. Il a une vision et des convictions fermes, il a des valeurs fortes qu’il défend et auxquelles il est fidèle. Il a une très grande connaissance de la plupart des sociétés d’Afrique de l’Ouest (dont il entend les langues). Il a une grande capacité d’écoute et d’entraînement (il sait parler aux paysans). C’est un porteparole qui sait se faire entendre par les décideurs. Dans sa vie, il a promu plusieurs organisations aux différents niveaux (et a toujours eu le souci de former ses successeurs et de « passer la main »). Il est fortement engagé et a conduit de nombreux combats paysans qui ont permis des avancées remarquables du mouvement paysan africain. C’est enfin un stratège qui a su s’informer sur les grandes évolutions du monde et se constituer un réseau d’alliances pour se battre. Comme tous les leaders que je connais, il a un itinéraire de vie très singulier qui lui a permis de sans cesse apprendre, et cet ouvrage reconstitue les étapes de cet itinéraire qu’il a bien voulu livrer. Les leaders paysans savent lire entre les lignes pour deviner les autres.
Le titre peu banal qu’il a choisi pour ce livre s’adresse aux paysans africains et à leurs leaders et leur livre un message : « il n’y a pas de fatalité, et ce n’est pas Dieu qui résoudra les problèmes du paysan : vous êtes responsables de votre destin ; ne vous en remettez pas à d’autres, prenez vos responsabilités ».

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "52-53 : Les semences : intrant stratégique pour les agriculteurs".

Actualité d’Inter-réseaux (GDS 52-53)

_ Légende: Rencontre-débat à Ouagadougou autour du Grain de sel no 50 sur les leaders paysans Actualité d’Inter-réseaux Bulletin de veille et site Internet Une charte graphique pour les publications d’Inter-réseaux est en cours de réalisation : les bulletins de veille (BDV) auront donc bientôt un nouveau look ! Une nouvelle série de bulletins de synthèse va prendre la suite des BDV sur la souveraineté alimentaire qui paraissaient depuis 2008. Les premiers numéros seront sur les thèmes suivants…

Lire PDF
Grain de Sel n°52-53 : Les semences: intrant stratégique pour les agriculteurs
Inter-reseaux

Les semences sont essentielles dans les systèmes agricoles. Elles sont la première étape vers la production d’aliments et sont donc cruciales pour assurer la sécurité alimentaire des populations. De leur qualité, leur accessibilité et leur diversité, dépend le succès des agriculteurs dans leurs activités de production. Les semences sont ainsi au cœur de multiples enjeux, et suscitent beaucoup d’attention et de débats, notamment en Afrique. Du fait de la complexité à traiter de façon exhaustive un sujet si…

Lire PDF
Grain de sel vu par ses lecteurs
Ghita Aouami

Pour les seize ans de sa revue Grain de sel, Inter-réseaux a réalisé une enquête auprès de ses lecteurs. Il s’agissait de comprendre en quoi Grain de sel intéresse les lecteurs et de mesurer leur satisfaction sur les aspects formels. En voici les principaux résultats. Grain de sel, la revue d’Inter-réseaux. Vous connaissez majoritairement Inter- réseaux de nom (96 % des réponses), l’association qui publie Grain de sel, mais connaissez très peu l’association en tant que telle et…

Lire PDF
Semences et biodiversité: les grandes déclarations ne suffisent pas!…
Inter-reseaux

En 2001, le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (Tirpaa, appelé aussi « Traité des semences ») est adopté par les États membres de la FAO. Entré en vigueur en 2004, après ratification par une centaine d’États (les États-Unis ne l’ont pas ratifié), il vise à soutenir la conservation exsitu et in-situ de la biodiversité cultivée. Il reconnaît la contribution des agriculteurs dans la conservation et la mise en valeur des ressources phytogénétiques. Il…

Lire PDF
L’invité de Grain de Sel: Sylvestre Ouedraogo
Sylvestre Ouedraogo

Grain de sel : Pouvez-vous nous présenter votre parcours, ainsi que votre association Yam Pukri ? Sylvestre Ouedraogo : Yam Pukri est une association basée au Burkina Faso et spécialisée dans la formation, l’information et le conseil en nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Chez nous, la micro-informatique et le réseau Internet sont considérés comme un luxe. C’est pour faciliter l’accès à ces technologies, notamment pour des publics de jeunes ou de ruraux, que Yam…

Lire PDF
Les risques de crise liés à la nouvelle hausse des prix internationaux
nicolasbricas

La récente hausse des prix agricoles apparaît pour le moment de moindre ampleur qu’en 2008 dans les risques qu’elle fait courir aux consommateurs. Mais elle intervient dans un contexte de plus grande vulnérabilité de la population. Décryptage. Les prix agricoles internationaux connaissent depuis début 2011 une flambée historique, comparable à celle de 2008. L’indice FAO des prix des produits alimentaires a atteint 236 points contre 213,5 au moment des records de mars et juin 2008. Celle-ci s’accompagne d’une…

Lire PDF
Echos de la recherche internationale sur l’agriculture familiale
denispesche

Pour renouveler les pratiques d’accompagnement et les modes de pensée de l’agriculture familiale, il importe de suivre les résultats de la recherche et notamment celle du monde anglophone. Dans cette interview, Denis Pesche attire l’attention sur certaines zones d’ombres et questionne les argumentaires des ONG de plaidoyer. Grain de sel: Quel regard porte aujourd’hui la recherche sur l’agriculture familiale ? Denis Pesche : Je souhaiterais partager quelques doutes et zones d’incertitudes que la recherche met en relief dans…

Lire PDF
Genèse de l’organisation panafricaine des producteurs agricoles
Elisabeth Atangana, Igor Besson, souleymanetraore

L’organisation panafricaine des producteurs agricoles (PAFO, de l’anglais Pan African Farmers Organisation) a été créée en octobre 2010 à Lilongwe au Malawi. Mme Atangana, présidente fondatrice, explique le processus qui a engendré la constitution de cette plateforme continentale et indique les grands défis à relever. Grain de sel : Pourriez-vous nous parler de la genèse de la PAFO, que vous présidez depuis fin octobre dernier ? Elisabeth Atangana : Je voudrais d’abord souligner que la création de la…

Lire PDF
Courrier des lecteurs
Loic Barbedette

Commentaires de Loïc Barbedette, sociologue, sur le numéro 50 de Grain de sel consacré aux leaders paysans J’ai eu l’occasion d’échanger avec l’équipe d’Inter- réseaux pendant la préparation du numéro spécial de Grain de sel sur les leaders paysans, et je souhaiterais apporter quelques commentaires pour enrichir la réflexion. « Leader » ou « responsable » ? Un premier point concerne le terme de « leader ». Un « responsable » n’est pas automatiquement un « leader »…

Tribune: pour un véritable commerce intra-africain
Marc Levy, barisp

Les vertus de l’intégration régionale dans une économie globalisée ne sont plus à prouver, en Afrique comme ailleurs. Pourtant aujourd’hui, pas plus de 10 % des échanges commerciaux du continent africain ne se font entre nations africaines. Présentation de quelques bonnes raisons de promouvoir un véritable commerce intra-africain. Par deux fois en moins de quatre ans, la flambée des prix attaque les pays africains en dépendance alimentaire. Le prix du riz a triplé et celui du maïs a…

Lire PDF
Evolution des dispositifs de services agricoles au Nord-Cameroun
Bourou, michelhavard

Au Nord-Cameroun, les dispositifs de services agricoles se sont fortement diversifiés ces dernières années. Ils s’efforcent de mettre en oeuvre des démarches de plus en plus participatives. Demeurant fragiles en termes de gouvernance et de financement, la question de leur pérennité reste encore posée. Depuis vingt ans, le contexte socio-économique de l’agriculture au Nord-Cameroun (désengagement de l’État, libéralisation de l’économie, responsabilisation des agriculteurs) a entraîné l’évolution des dispositifs de services agricoles. En plus de l’offre traditionnelle de services…

Lire PDF
Introduction du dossier GDS 52-53

LE DOSSIER Les semences: intrant stratégique pour les agriculteurs Les semences sont essentielles dans les systèmes agricoles. Elles sont la première étape vers la production d’aliments et sont donc cruciales pour assurer la sécurité alimentaire des populations. De leur qualité, leur accessibilité et leur diversité, dépend le succès des agriculteurs dans leurs activités de production. Les semences sont ainsi au cœur de multiples enjeux, et suscitent beaucoup d’attention et de débats, notamment en Afrique. Du fait de la…

Lire PDF
Quelques définitions clés pour aborder ce dossier « semences »
fannygrandval

Voici présentées les définitions des mots et expressions du dossier « semences » (pages 12- 34) identifiés par un astérisque * Semences La semence est la matière première de l’agriculture. Elle influence fortement le rendement d’une culture. Que ce soit pour une variété paysanne ou de sélectionneur, l’emploi de semences de mauvaise qualité peut entraîner une réduction qualitative et quantitative des récoltes. Dans les schémas des obtenteurs de variétés et des organismes officiels de multiplication, la production de…

Lire PDF
Les semences, un intrant stratégique concentrant beaucoup d’enjeux
Valentin Beauval, fannygrandval

Cet article présente l’évolution des dispositifs publics et privés en matière de sélection végétale. Il vise à mettre en lumière, au regard des dispositifs et contraintes existantes dans les pays riches, les enjeux associés à la sélection, la multiplication et la diffusion des semences dans les PED, notamment en Afrique. La semence est un élément stratégique des systèmes de production agricole : sans semences de qualité et adaptées aux évolutions des contextes pédoclimatiques, la survie des sociétés rurales…

Lire PDF
Droits des agriculteurs sur leurs semences: le long chemin entre la conservation in et ex situ
Didier Bazile, Enrique A. Martinez, Harouna Coulibaly

La complémentarité entre les formes de gestions ex situ et in situ pour les plantes cultivées ne fait plus aujourd’hui débat mais l’analyse des savoirs et des pratiques mobilisés dans chacun de ces registres permet de repositionner chaque acteur et sa fonction dans la conservation de la biodiversité agricole. À chacun sa conservation. Si nous nous plaçons sur les enjeux de la conservation de la bioversité à l’échelle mondiale et que nous considérons la question de l’intérêt de…

Lire PDF
Enjeux de la préservation des « semences paysannes » de sorgho en Mauritanie
Mamadou Sow, Yvan le Coq

En Mauritanie, face à un environnement climatique aléatoire et à des conditions de production contraignantes, les producteurs de sorgho cherchent avant tout à préserver une certaine hétérogénéité du matériel végétal pour garantir une récolte au moindre coût, fut-elle de faible niveau. Si la Mauritanie est très largement excédentaire en viande rouge, elle importe en revanche 70 % de sa consommation céréalière. Pourtant, suite au déficit pluviométrique des années 1970-1980, l’État a consenti de très importants moyens pour le…

Lire PDF
OGM, où en est-on ?
fannygrandval

Cet article fait un état des lieux de la place des plantes génétiquement modifiées dans l’agriculture mondiale, avec un focus sur le continent africain. Face aux nouveaux enjeux liés aux filières semencières notamment privées, il propose aussi des éléments pour alimenter le débat « OGM et sécurité alimentaire ». L’année 2010 est la quinzième année de commercialisation des cultures « génétiquement modifiées » (GM) sur notre planète. Quelle a été la progression de la mise en culture de…

Lire PDF
Violet de Galmi, après la marque, l’IG !
fannygrandval

Éléments introductifs Les informations contenues dans le présent article sont issues d’un entretien avec Moumouni Assane Dagna (m.dagna@yahoo.fr), docteur en développement rural et ingénieur agroéconomiste au ministère de l’Agriculture et de l’Élevage du Niger. Cet article fait écho à celui paru dans la revue Grain de sel nº 45 de début 2009 : Télécharger l’article : « Le Violet de Galmi est-il menacé ? » Nous recommandons au lecteur de lire cet article dans un premier temps afin…

Lire PDF
Sélection variétale au Burkina Faso : un nouveau type de partenariat entre chercheurs et agriculteurs
Gilles Trouche, Kirsten vom Brocke, Nonyeza Bonzi, hocde

Voici une expérience originale de sélection variétale de sorgho, conduite via une étroite collaboration entre chercheurs et agriculteurs au Burkina Faso. Présentation du principe, de la méthode, des résultats et de quelques recommandations. Dans la Boucle du Mouhoun, au Nord-Ouest du Burkina Faso, le sorgho est la culture dominante, surtout pour les exploitations ne cultivant pas de coton et ayant de ce fait peu accès aux engrais. Ces 40 dernières années, des conditions climatiques plus erratiques (sécheresse, début…

Lire PDF
Le Resopp et ses filières semencières : du producteur au producteur
Mamadou Mactar Thiam, elodie_bonnefin

Depuis 2002, le Réseau des organisations paysannes et pastorales du Sénégal (Resopp), l’un des plus grands réseaux de coopératives rurales du pays, a mis en place un modèle original et audacieux dans la production de semences vivrières. Le Réseau des organisations paysannes et pastorales du Sénégal (Resopp) est un réseau de coopératives rurales au Sénégal qui compte aujourd’hui 6 coopératives, composées de 28 antennes réparties sur l’ensemble du territoire national et représentant plus de 30 000 membres (cf….

Lire PDF
Production et écoulement des semences certifiées dans la zone d’intervention de l’Office Riz Mopti
ahmedbdiakite

L’organisation de la production et de la distribution de semences certifiées dans la zone de l’Office Riz Mopti (ORM) a connu plusieurs évolutions organisationnelles. Un exemple concret de la façon dont les acteurs se sont adaptés aux différentes contraintes. Durant la dernière décennie, suite au désengagement de l’État malien de nombre d’activités liées à l’agriculture lors des Programmes d’ajustement structurels, la production et la distribution des semences certifiées de riz ont connu différentes évolutions dans la zone d’intervention…

Lire PDF
La production de semences dans une filière organisée : le cas du coton au Bénin
Emmanuel Sekloka

Dans un contexte de réformes importantes de la filière coton béninoise, cet article cherche à décrire l’organisation actuelle de la production de semences dans le cadre de cette filière, les acteurs impliqués et leurs rôles respectifs, et à en dégager l’intérêt et les limites. L’Association interprofessionnelle du coton (AIC) regroupe les trois familles professionnelles en charge de la filière coton du Bénin : Les producteurs, désormais réunis au sein de Coopératives villageoises de producteurs de coton (CVPC), les…

Lire PDF
« Accaparement des semences » et nouveaux enjeux en Afrique de l’Ouest
Mamadou Goïta

Cet entretien vise à mettre en lumière les constats, évolutions et positionnements des institutions, comportements du secteur privé, et risques pour les agricultures familiales dans le secteur des semences en Afrique de l’Ouest. Retour sur le point de vue d’un expert du sujet, occupant aujourd’hui une place stratégique au sein de l’Afrique de l’Ouest. Grain de sel : Quels constats faitesvous sur l’évolution du secteur des semences en Afrique ? Mamadou Goïta : La question des semences, au…

Lire PDF
Quelques éléments de conclusion
fannygrandval

Au regard des expériences et témoignages rapportés dans ce dossier, quels éléments clés retenir, quels autres aspects du sujet convient-il d’explorer et quelles pistes pour une évolution durable et constructive des systèmes agricoles au Sud, dans un contexte où l’agriculture demeure au centre de tous les débats ? Sélection variétale et biodiversité cultivée : le rôle central des agriculteurs. Comme le constate Didier Bazile, « pour de nombreuses raisons, les champs paysans constituent une “mine d’or” pour la…

Lire PDF