The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 17 septembre 2014

Pourquoi de nombreuses pratiques agroécologiques de nos anciens ont-elles disparues ?

Ce témoignage retrace les évolutions de l’agriculture française depuis les années 50. Face aux coûts sociaux et environnementaux qui ont accompagné les gains de productivité du sol et du travail, il défend la mise en place de pratiques plus agroécologiques, qui préexistaient souvent avant que ne surviennent les révolutions vertes.

Valentin Beauval a été agriculteur de 1981 à 2010 dans un Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) ayant deux associés en Maine et Loire en France. Sa ferme produisait des grandes cultures et diverses semences. Il est agronome et a vécu de 1972 à 1981 au Nicaragua, en Algérie, au Cameroun et au Sénégal. Il a été consultant pour Agronomes et vétérinaires sans frontière (AVSF), le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), l’Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram), le Groupe de recherches et d’échanges technologiques (Gret) et le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) sur des problématiques de développement rural et d’agroécologie.
Cet article est la version longue de l’article du même auteur publié dans le format « papier » de ce Grain de sel.
Le terme « ancien » est employé dans cet article pour évoquer les paysans français des années 50 à 60, avant que ne soient diffusées à grande échelle différentes formes de révolution verte.

Les systèmes de production français et de la majorité des régions agricoles d’Europe ont connu de très fortes évolutions dans la seconde moitié du siècle précédent. Ces évolutions se sont certes traduites par de fortes augmentations de la productivité du sol et du travail mais elles ont souvent été accompagnées d’impacts environnementaux négatifs sur la qualité des eaux, la fertilité et la vie des sols, la biodiversité des espaces cultivées et non cultivés, etc…

De nombreux facteurs ont contribué à ces évolutions. Parmi eux, quatre éléments ont été très importants : (1) la spécialisation des exploitations en lien avec des approches trop strictement filières ; (2) la disponibilité de paquets techniques basés sur de nombreux intrants chimiques (3) le développement très rapide de la motorisation et (4) des aspects macro-économiques (politiques agricoles des pays concernés, de l’UE, du GATT puis de l’OMC).

Avant d’examiner les incidences de ces facteurs, un rappel des modes de production dominants de nos anciens est nécessaire.

Quels étaient les modes de production de nos anciens dans les années cinquante ?

Si l’on excepte quelques zones rurales déjà très spécialisées comme plusieurs bassins viticoles ou bovins (viande ou lait), la grande majorité des paysans français pratiquaient la polyculture-élevage. La biodiversité végétale et animale était alors forte au sein des fermes. Les grands et petits ruminants remplissaient plusieurs fonctions dont la production pour la vente de viande et de lait mais aussi la production de fumier et la traction animale (bovins et chevaux). Pour nourrir ces ruminants, une part significative des surfaces agricoles utiles (SAU) de la ferme était consacrée à des cultures fourragères souvent diversifiées comprenant des prairies multi espèces ainsi que des graminées et légumineuses cultivées en association (mélanges raygrass-trèfle, luzerne-dactyle, vesce-avoine, orge-pois ou associations plus complexes comme le méteil).

L’alimentation des ruminants était complétée selon les régions par des betteraves ou choux fourragers et des sous-produits de diverses cultures (par exemple dans l’Est de la Picardie, pulpe et collets des betteraves à sucre). Une partie de la production céréalière (blé, orge, avoine, maïs) était également destinée à alimenter les monogastriques élevés dans les fermes (volailles et porcs).

A côté de ces productions végétales et animales diversifiées, une part de la SAU et du travail disponible étaient affectées à des productions dégageant une plus forte valeur ajoutée et qui étaient très variables d’une région à une autre. Ainsi, dans la plupart des fermes de ma région d’adoption, le Saumurois, on trouvait un peu de vignes, des lapins angoras, diverses semences et parfois des pépinières ornementales. Dans ma région d’origine (le Santerre en Picardie), les cultures « spéciales » dominantes étaient les pommes de terre et les endives.

Cette forte diversité de productions présentait de nombreux avantages que l’on classe aujourd’hui dans les « aménités environnementales positives » ou encore dans les « services agroécologiques » :

  • La diversité de cultures se traduisait par de longues rotations, ce qui réduisait les problèmes d’enherbement, surtout si l’on alternait des cultures d’hiver et des cultures sarclées de printemps. Ces rotations longues d’espèces différentes permettaient également de limiter certains parasites et maladies fongiques et, en conséquence, l’emploi de pesticides.
  • La part qu’occupaient les légumineuses dans les rotations était beaucoup plus importante qu’actuellement[[Un rappel : l’UE importe, principalement sous forme de tourteau de soja, environ les 2/3 des protéines végétales utilisées pour nourrir ses animaux.]]. Ces légumineuses (luzerne, trèfle, féverole, pois, flageolets, lentilles, etc.) contribuaient à la fixation d’azote atmosphérique rendant les fermes moins dépendantes des engrais azotés d’origine chimique.
  • Au sein de fermes diversifiées, la complémentarité entre productions végétales et productions animales était plus satisfaisante que ce que l’on observe actuellement suite à la spécialisation des fermes et à la concentration régionale des productions. Le fumier produit permettait de fertiliser une partie des cultures sans entraîner les excédents de nitrates ou de phosphore si fréquents aujourd’hui dans nos zones d’élevage intensif (« excédents structurels » induisant de très graves pollutions des eaux superficielles et profondes, voire des pollutions des littoraux comme dans certaines zones de Bretagne). Conséquence des trois points précédents, les fermes étaient plus autonomes et les revenus des agriculteurs et éleveurs étaient moins dépendants des fluctuations de prix des intrants chimiques (pesticides et engrais) ou de ceux des aliments du bétail achetés à l’extérieur (dans nos élevages intensifs de volailles ou de porcs, les achats externes d’aliments du bétail et de produits vétérinaires représentent souvent 70% des coûts de production).

Ces modes traditionnels de production nécessitaient une très importante main-d’œuvre. Toutefois, un bémol important : le travail agricole était principalement manuel et souvent pénible et, vu la multiplicité des productions et des activités, les journées étaient longues.

En ce qui concerne le travail du sol, le labour était certes dominant mais, réalisé en traction animale ou avec des tracteurs de faible puissance, sa profondeur était moindre que dans les décennies qui ont suivi. En conséquence, dans les régions ayant des sols fragiles, les problèmes de dilution de la matière organique ou d’érosion étaient moins critiques.

En résumé, les modes de production de nos anciens présentaient de nombreux avantages en termes d’environnement et d’emploi. Ils ont pourtant été profondément bouleversés lors des décennies suivantes.

Depuis les années soixante, spécialisation des fermes et approches filières ont induit un développement déséquilibré de nombreux territoires ruraux

De 1960 à 1990 selon les régions, une grande part des agriculteurs se sont spécialisés dans un nombre réduit de productions. Ils ont souvent été guidés dans leurs choix par des organismes de conseil agricole (Chambre d’agriculture) et également par les organismes économiques (Coopératives, Crédit agricole, etc…) qui recherchaient le développement de filières régionales compétitives.

La disponibilité d’engrais peu coûteux (le prix du pétrole était alors bas), de pesticides et de variétés certes plus productives mais souvent plus fragiles a favorisé ces évolutions. Signalons également que la moto-mécanisation a très fortement progressé : or elle était d’autant plus accessible et rentable lorsque que l’agriculteur s’était au préalable spécialisé.

Ces évolutions ont certes été économiquement positives pour de nombreux producteurs même si une grande part de la valeur ajoutée supplémentaire dégagée a été captée par l’amont et l’aval de la production. En revanche, comme le met en évidence l’exemple figurant dans l’encadré ci-après, les aspects environnementaux et sociaux ont été fréquemment oubliés.

Exemple des évolutions survenues à Dénezé sous Doué, village du Saumurois

Dans les années cinquante, ce village comptait environ 300 actifs travaillant dans les fermes ou exerçant une activité d’artisanat liée à l’agriculture.

En 1990, le nombre de fermes avait fortement diminué et la majorité d’entre elles ne comportait plus de bovins. Deux agriculteurs avaient beaucoup agrandi la taille de leur ferme et développé des cultures de céréales fortement aidées par la politique agricole commune (PAC). Parallèlement, ils ont abandonné les cultures spéciales à forte valeur ajoutée et créatrices d’emploi comme les semences et pépinières. Deux fermes se sont spécialisées en production laitière (elles se sont depuis agrandies et ont augmenté leur sole en céréales). Un agriculteur a choisi de développer ses vignes et deux autres des pépinières ornementales.

Par rapport aux années cinquante, l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides s’est fortement accrue et la biodiversité a nettement diminué au sein des fermes alors que l’on sait maintenant que c’est l’une des clefs facilitant la mise en œuvre de pratiques plus agroécologiques.

De nombreuses fermes céréalières du Saumurois ne comportent ainsi que 3 à 4 cultures et leurs rotations sont bien plus courtes que par le passé. Avec des rotations de 2 à 4 ans, il est difficile de réduire les intrants chimiques tout en maintenant le niveau de productivité du sol ! Souvent en lien avec des problèmes de santé, la prise de conscience des impacts négatifs des pesticides émerge progressivement mais, vu la primauté de l’économique, un nombre limité d’agriculteurs limite concrètement leur usage[[Cette partie du Saumurois appartient au bassin versant du Layon-Aubance, rivières très polluées, en particulier par les pesticides. L’approvisionnement en eau potable des 90.000 habitants de ce bassin n’est plus assuré par des captages implantés dans le territoire mais provient de l’eau de la Loire.]].

En matière de travail du sol, beaucoup d’agriculteurs se questionnent et réalisent des tests avec du matériel diversifié parfois acheté en CUMA. On note une remise en cause des labours profonds systématiques diluant la matière organique et réduisant la vie des sols. Beaucoup de semis sont réalisés avec des techniques culturales simplifiés, en particulier pour les cultures d’hiver. On note également des essais de semoirs de semis direct mais ils souvent associés à des applications d’herbicides totaux accroissant les quantités d’herbicides utilisées…

Parmi les agriculteurs retrouvant l’intérêt de la biodiversité et de pratiques plus durables, on note à Dénezé sous Doué, une ferme produisant en bio et ayant des assolements diversifiés à base de grandes cultures, luzerne (production de foin pour la vente), deux légumineuses alimentaires (flageolets et lentilles) et un peu de sarrasin. Une petite ferme employant deux actifs a également développé un maraîchage biologique très diversifié (plus de 40 productions) et la productivité du sol est remarquable.

A noter qu’en 2014, ce village ne compte plus qu’une vingtaine d’actifs agricoles alors que le taux de chômage observé dans le canton avoisine les 12%.

GATT-OMC et PAC de l’UE ont-ils contribué à la régression des pratiques agroécologiques des anciens ?

Cette question mériterait un long développement. Nous ne retiendrons que trois exemples mettant plutôt en évidence des impacts négatifs :

  • Suite à une décision du GATT prise au début des années 60, le tourteau de soja n’a plus été taxé à son entrée en Europe. Produit à faible coût aux Amériques, il a été massivement été importé dans l’UE et s’est progressivement substitué aux légumineuses fourragères européennes (pois, féveroles, lupin, luzerne, trèfle…) dont les superficies ont malheureusement fortement régressé.
  • Non plafonnées par actif et octroyées sans prendre en compte les prix réels de vente, les aides à l’hectare de la PAC aux grandes cultures ont incité les agriculteurs disposant de terres favorables à s’agrandir et à développer ces productions en délaissant des productions de diversification que pratiquaient leurs parents.
  • Dès les années 2000, les prix des grandes productions agricoles n’ont plus été garantis et sont devenus très fluctuants, entraînant dans certains cas des logiques spéculatives contradictoires avec les logiques agronomiques qui prédominaient jusqu’alors pour la construction des assolements et rotations.

Comment retrouver des pratiques plus agroécologiques en s’appuyant sur les vécus des paysans qui nous ont précédés ?

Une telle démarche est déjà mise en œuvre par des fermes ayant choisi le mode de production biologique et fonctionnant, pour une part significative de leurs productions, en circuit court (cf. bas de l’encadré concernant Dénezé sous Doué). Élément favorable, leurs prix de vente à la production sont plus élevés que ceux des filières longues conventionnelles (ce qui ne signifie pas forcément des prix aux consommateurs plus élevés lorsque le circuit court est bien construit). On note chez les agriculteurs ayant fait ces choix une forte prise en compte des pratiques des anciens mais aussi une amélioration de certaines de leurs pratiques (par exemple le désherbage mécanique avec du matériel beaucoup plus performant) et des pratiques nouvelles (comme des méthodes de lutte biologique ou nouvelles associations de culture). La créativité de ces agriculteurs est souvent remarquable, surtout s’ils sont membres de groupes dynamiques (groupes bio et Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural – CIVAM – par exemple).

Pour les agriculteurs fortement spécialisés, intensifs et commercialisant dans le cadre de filières longues destinées au final aux grandes industries agro-alimentaires et aux centrales d’achat de nos supermarchés, la problématique est bien différente et les marges de manœuvre sont plus réduites. Ces agriculteurs sont pourtant actuellement dominants en nombre et en occupation des espaces agricoles. Quels leviers utiliser pour les inciter à accroître leur biodiversité cultivée, à réduire les intrants chimiques, à mieux protéger leurs sols, à accroître leur autonomie, etc… tout en ne mettant pas en péril leur viabilité économique ?

Le renchérissement des coûts des engrais chimiques d’une part, l’interdiction d’usage de certains pesticides très toxiques, quelques conditionnalités environnementales imposées par la PAC[[Par ces conditionnalités environnementales de la PAC ayant un impact intéressant, on peut citer les bandes enherbées d’une largeur de 6m devenus obligatoires le long des ruisseaux et les dates plus tardives des labours d’hiver. D’autres mesures sont par contre très insuffisantes comme celles concernant le nombre de cultures (et le % occupé par chacune) que doit comporter une rotation de grandes cultures, les couverts végétaux, l’utilisation des désherbants totaux si néfastes pour la biodiversité, de nombreux pesticides et surtout insecticides reconnus comme néfastes sur le plan environnemental mais néanmoins toujours autorisés, etc…]] sont des facteurs qui incitent actuellement une partie de ces agriculteurs à la recherche de modes de production un peu plus respectueux de l’environnement.

Si l’on souhaite favoriser des transitions agroécologiques dignes de ce nom (cf. transitions décrites par S. Gliessman[[Cf. chapitre 20 de l’ouvrage de Stephen GLIESSMAN intitulé « Agroecology, the ecology of sustainable food system » – 2006, seconde édition]]) et permettant, par exemple de retrouver la qualité de nos eaux superficielles et profondes, il faudrait des mesures beaucoup plus fortes. En me basant sur ma propre expérience d’agriculteur français, je distingue 6 priorités tout en sachant que cette liste est incomplète :

  • Renforcer les compétences dans le domaine des transitions agroécologiques des formateurs de l’enseignement agricole français, des conseillers agricoles des chambres d’agriculture et des organismes économiques prêts à aller dans cette direction (coopératives agricoles, certains organismes de conseil en gestion, …)
  • Appuyer les chercheurs du public qui souhaitent mener en partenariat avec des organisations paysannes des programmes de recherche agroécologiques (plusieurs chercheurs INRA motivés par ces sujets déplorent leur manque de moyens, en particulier s’ils se comparent à leurs collègues spécialisés en biotechnologie…)
  • Prendre des mesures incitatives de politique agricole favorisant les formes d’agriculture familiales et paysannes plus aptes à relever les défis environnementaux que les formes industrielles souvent trop spécialisées. Et dans ce cadre, refuser les accords de libre commerce défavorables à ces agricultures
  • Aller beaucoup plus loin dans la mise en place de conditionnalités environnementales liées aux aides PAC et renforcer les moyens financiers attribués au « second pilier » (concernant le développement rural)
  • Prendre des mesures incitatives de politique agricole favorisant la réintroduction d’une forte biodiversité au sein des fermes
  • Interdire ou, à défaut, taxer fortement les pesticides présentant des risques santé et environnementaux reconnus (l’UE a contribué à améliorer la situation dans ce domaine mais, en collaboration avec les agences de l’eau et les commissions locales de l’eau, beaucoup de chemin reste à parcourir).

Promouvoir l’agroécologie par la certification bio au Burkina Faso
Cet outil moderne de binage des blés permet de se passer d’herbicides (© Valentin Beauval)

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "63-66 : Agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre : réalités et perspectives".

Agroécologie : quelles opportunités pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre ?

L’agriculture doit aujourd’hui relever un certain nombre de défis cruciaux : nourrir une population croissante et de plus en plus urbaine, lutter contre la pauvreté et les inégalités et assurer une gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement. Pour certains, l’agroécologie représente l’une des réponses les plus pertinentes à ces défis. Le terme n’est pas nouveau puisqu’il apparaît pour la première fois dans la littérature scientifique dans les années 1930. Mais depuis quelques années, il semble connaître…

Lire
L’agro-écologie est la réponse à l’enjeu de produire plus avec moins

Stéphane Le Foll, ministre français de l’Agriculture, expose dans cette tribune en quoi l’agro-écologie constitue selon lui la meilleure réponse aux défis — sociaux, économiques ou environnementaux — auxquels l’agriculture doit aujourd’hui répondre, au Nord comme au Sud. Stéphane Le Foll est ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt en France. Il est à l’origine du projet agroécologique pour la France lancé en décembre 2012 et décliné depuis en de nombreuses actions, avec pour objectif l’engagement…

Lire PDF
L’agro-écologie, un projet politique pour l’agriculture française

Quel est l’objectif du projet agro-écologique en France ? Comment sera-t-il mis en oeuvre concrètement ? Quels enjeux ce projet soulève-t-il ? Dans cet entretien, Guilhem Brun du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt français, aborde en particulier ces questions. Guilhem Brun est chef de projet « agro-écologie et développement de l’agriculture » au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF). La version intégrale de l’entretien est disponible sur le…

Lire PDF
Agroécologie : une diversité de définitions et de visions

Plusieurs acteurs du développement rural exposent dans cet article leur définition de l’agroécologie. Leurs propos témoignent d’une diversité de visions sur les contours du concept d’agroécologie. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour AVSF, le Cirad, l’Iram, le Gret et le FFEM. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Roppa et président de la CNOP. Marc Dufumier est ingénieur agronome et enseignant-chercheur français. Il dirige la chaire d’agriculture comparée à AgroParisTech. Guy Faure est directeur adjoint de…

Lire PDF
Lutte contre la désertification au Burkina Faso : opportunités et contraintes

Dans les pays du Sahel, l’agroécologie recoupe en grande partie les techniques de lutte contre la désertification mises en place depuis les années 60. Cet article est consacré aux opportunités et aux limites de ces techniques au Burkina Faso. Ablassé Bilgo est expert en changements climatiques au centre régional Agrhymet du Cilss à Niamey. Sheick Ahmed Khalil Sangare est assistant à l’Université polytechnique de Bobo Dioulasso. Dasmané Bambara est ingénieur de recherche à l’Institut de l’environnement et de…

Lire PDF
L’émergence de l’agroécologie au Niger

Les ONG et les organisations de producteurs sont aujourd’hui les acteurs les plus actifs dans le développement d’une approche agroécologique au Niger. Mais l’agroécologie comme approche systémique globale appliquée à l’agriculture à l’échelle des territoires ruraux reste encore peu connue des acteurs du développement. Bertrand Mathieu est agronome, consultant indépendant basé au Niger. Adam Mamadou est agronome et chercheur en économie de l’environnement à l’Institut national de la recherche agronomique du Niger (Inran). Hamadou Ibrahim est responsable du…

Lire PDF
Les arbres fertilitaires : base de l’agro-écologie en Afrique ?

L’Association pour la promotion des arbres fertilitaires et l’agroforesterie (Apaf) vulgarise des techniques agroforestières en milieu paysan au Togo, au Burkina Faso et au Sénégal. L’expérience togolaise révèle à la fois un fort potentiel de diffusion de ces pratiques et des obstacles politiques et socioéconomiques importants. L’Association pour la promotion de l’agroforesterie et de la foresterie (Apaf) est une ONG de droit togolais créée par des agronomes, des techniciens et des paysans togolais et belges en 1991. Une…

Lire PDF
Quand une organisation paysanne élabore une politique agro-environnementale

Depuis 2011, l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM) s’est dotée d’une politique agro-environnementale ; ses premiers responsables nous précisent ici ses objectifs. Nonyeza Bonzi est président de l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM). Soumabéré Dioma est secrétaire exécutif de l’UGCPA/BM. Les entretiens ont été réalisés par Jade Productions (réseau des Journalistes en Afrique pour le Développement), une association professionnelle de…

Lire PDF
Les diverses facettes de l’agro-écologie pour l’UNPCB

L’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB) mène depuis plusieurs années une série d’actions visant à promouvoir des pratiques relevant de l’agro-écologie. Karim Traoré est président du Conseil de gestion de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB). Créée en 1998, l’UNPCB est l’organe suprême des Groupements des producteurs de coton qui ont pour but de faciliter l’approvisionnement en intrants et matériels agricoles, la bonne gestion des crédits, l’augmentation de la production….

Lire PDF
Promouvoir l’agroécologie par la certification bio au Burkina Faso

Le Conseil national de l’agriculture biologique (CNABio) a élaboré une norme burkinabè en agriculture biologique visant à proposer des produits certifiés bio à un prix abordable aux consommateurs nationaux. Cette certification devrait permettre de valoriser et de mieux commercialiser les produits issus de l’agriculture biologique. Christian Legay est agronome. Il travaille au Burkina Faso depuis plus de 30 ans dont 14 ans pour l’ONG Autre Terre qui contribue au développement de l’agroécologie en Afrique de l’Ouest. Le Conseil…

Lire PDF
De la diffusion des SCV à la promotion de la concertation au Cameroun

Depuis 2001, la Sodecoton avec l’appui du Cirad a débuté des actions pour mettre au point et diffuser des systèmes de culture sous couvertures végétales (SCV) adaptés au Nord Cameroun. Entretien avec Oumarou Balarabé, cadre de recherche et développement au sein du Projet de conservation des sols. Oumarou Balarabé a une formation d’agronome et d’économiste. Il est ingénieur à l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad) et à la Société de développement du coton du Cameroun (Sodecoton)….

Lire PDF
Acquis et défis de l’agriculture de conservation

L’agriculture de conservation reste encore faiblement adoptée en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Cet article dresse un bilan des connaissances sur l’AC et de ses perspectives dans la région, afin d’identifier les possibilités pour la rendre plus accessible aux agriculteurs. Patrice Djamen est agronome et coordonne le Bureau Régional de l’African Conservation Tillage Network (ACT) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Nadine Andrieu, Jean- Marie Douzet et Michel Havard sont chercheurs au Cirad. Innocent Bayala,…

Lire PDF
Pourquoi de nombreuses pratiques agroécologiques de nos anciens ont-elles disparues ?

Ce témoignage retrace les évolutions de l’agriculture française depuis les années 50. Face aux coûts sociaux et environnementaux qui ont accompagné les gains de productivité du sol et du travail, il défend la mise en place de pratiques plus agroécologiques, qui préexistaient souvent avant que ne surviennent les révolutions vertes. Valentin Beauval a été agriculteur de 1981 à 2010 dans un Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) ayant deux associés en Maine et Loire en France. Sa ferme…

Quelles contraintes à l’intensification agroécologique ?

Malgré de nombreuses réussites à l’échelle de projets, les pratiques agroécologiques ont du mal à se maintenir dans la durée ou à se diffuser à grande échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cet article interroge les facteurs permettant d’expliquer cette situation. Patrick Dugué est chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), au sein de l’Unité mixte de recherche « Innovation et Développement », dont les travaux de recherche porte sur…

Lire PDF
Le Programme Rime-PAMPA : des SCV à l’agroécologie

Une étude a été réalisée sur les systèmes de semis sous couvert végétal mis en place à partir des années 90 par l’AFD et divers partenaires. L’étude invite à adopter une approche plus large et participative. Jean-Luc Chotte et Martial Bernoux sont chercheurs à l’IRD, au sein de l’UMR « Eco&Sols », dont l’objectif est de caractériser les évolutions conjointes du fonctionnement des plantes et du sol sous les effets des changements globaux et des pratiques agronomiques. Christian…

Lire PDF
Regards croisés : quels obstacles à l’agroécologie ?

Plusieurs acteurs d’horizons divers livrent dans cet article leur point de vue sur les principaux obstacles à la mise en œuvre de pratiques agroécologiques à plus large échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour différentes structures sur des problématiques de développement rural et d’agroécologie. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) et président de la coordination nationale…

Lire PDF
Changer d’échelle : expériences du Brésil et d’Amérique centrale

Né au Nicaragua, Campesino a Campesino offre une illustration de pratiques agroécologiques pilotées et diffusées par les agriculteurs. Au Brésil, la mise en place d’une politique nationale d’agroécologie a renforcé la dynamique portée par la société civile. Ces expériences nourrissent la réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie. Emmanuel Bayle est coordinateur de l’association Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) au Brésil, où, avec ses partenaires, AVSF expérimente et soutient la transition des familles paysannes et de systèmes…

Lire PDF
Agroécologie : comment repenser le changement d’échelle ?

Plusieurs programmes ont tenté de diffuser des pratiques agroécologiques à grande échelle, avec peu de succès. Selon Valentin Beauval et Guy Faure, il est nécessaire pour sortir de ces impasses d’abandonner l’approche « diffusionniste » au profit de méthodes intégrant les sciences sociales et reposant sur un partenariat étroit avec les producteurs. Valentin Beauval a été agriculteur dans le cadre d’un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) de 1981 à 2010 dans le Saumurois en France. Il est…

Lire PDF
Le Groupe de Travail Désertification : une réflexion sur les territoires et l’agroécologie

Le Groupe de Travail Désertification a initié un chantier de réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie au niveau du territoire. Les premiers résultats invitent à opérer le changement d’échelle pas seulement par la diffusion d’un modèle, mais plutôt par la conception d’un autre mode de développement agricole du territoire. Adeline Derkimba est chargée de programmes Désertification au CARI (Centre d’actions et de réalisations internationales). Elle anime le Groupe de Travail Désertification et y coordonne le chantier «…

Lire PDF
Agroécologie et changement d’échelle : enjeux politiques et sémantiques

Les articles de ce Grain de sel consacré à l’agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre apportent des éléments de réponse à plusieurs des questions posées en introduction. Ils en soulèvent aussi d’autres, dont les réponses — et ce qu’elles impliquent — restent à définir dans les années à venir. L’agroécologie recouvre en Afrique de l’Ouest et du Centre une diversité de pratiques et de techniques, dont certaines, comme les parcs d’Acacia albida, se sont révélées particulièrement…

Lire PDF
L’agroécologie, un concept pour une diversité d’approches

L’agroécologie couvre aujourd’hui une grande diversité de débats et de représentations tant individuelles que collectives. Cet article vise à préciser l’évolution du concept ainsi que les différents registres et pratiques qu’il recouvre dans le monde. Céline Allaverdian est chef de projet (développement agricole et filière) pour le Gret au Myanmar Pierre Ferrand est chargé de projet développement agricole et filière agroalimentaire au siège du Gret à Nogent sur Marne Jean-François Kibler est représentant du Gret au Laos et…

Lire PDF
Le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte

SAWAP est l’acronyme anglais pour « Sahel And West Africa Program ». Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et la Banque Mondiale se sont associés pour développer le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte. Le SAWAP a été une réponse à l’appel des Chefs d’Etat africains lancés au cours du sommet de Ndjamena en juin 2010 [[http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/17/l-afrique-s-engage-pour-la-grande-muraille-verte_1374747_3244.html]] pour s’attaquer aux problèmes de désertification et de dégradation des…

Lire PDF
Les facettes agroécologiques de l’élevage des ruminants en Afrique de l’Ouest et du Centre

Eric Vall, Mathieu Vigne, Jonathan Vayssières et Mélanie Blanchard sont chercheurs au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) en France, au sein de l’Unité mixte de recherche Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux (Selmet). Mohamadoun A. Diallo et Ida Bénégabou sont chercheurs au Centre international de recherche –développement sur l’élevage en zone subhumide (Cirdes) au Burkina Faso, au sein de l’Unité de recherche sur les productions animales (Urpan), Alasane Ba est chercheur à l’Institut…

Lire PDF
« Plaidons pour l’agroécologie ! »

Laurent Levard est ingénieur agronome, spécialisé en développement agricole. Il travaille depuis 2010 au Gret, principalement sur les questions des politiques agricoles et commerciales, des négociations commerciales internationales et de l’agroécologie. Dans nombre de régions du monde, l’agriculture fait face à une crise écologique plus ou moins marquée. Les rendements agricoles stagnent ou diminuent. D’anciens systèmes de gestion de la fertilité (agriculture forestière, etc.) ont fréquemment disparu du fait de la pression démographique, sans être remplacés par de…

Lire
Agroécologie : un petit tour dans le Mayanda, en République démocratique du Congo

L’agroécologie couvre de nombreux aspects de l’agriculture et intègre les dimensions à la fois écologiques, économiques et sociales.Ces 3 grands piliers en font une discipline complète, jouant sur l’interaction entre l’écosystème et l’homme, cherchant à préserver l’environnement et la biodiversité tout en assurant la productivité agricole et en maximisant les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Le projet de Développement Agricole et Forestier du Mayanda (DAFOMA) du GRET, situé à Boma, en RD Congo a pour but de développer…

Lire PDF
Le SECAAR au Togo : opportunités et limites du compost

Depuis 2012, le SECAAR promeut l’adoption de pratiques agro-écologiques auprès de deux groupements de producteurs au Togo. La production et l’application de compost offre de bons résultats. Sa diffusion se heurte toutefois à un manque de matériaux de compostage et de matériel. Simplice Agbavon est le Secrétaire exécutif du Service chrétien d’appui à l’animation rurale (SECAAR) Il est ingénieur agroéconomiste de formation et est chargé de la coordination des programmes au SECAAR depuis 10 ans. Le SECAAR est…

Lire PDF
L’expérience des Unions de producteurs de niébé au Burkina Faso

Depuis une dizaine d’années, les membres des unions de producteurs de niébé dans la province du Sanmatenga (Burkina Faso) ont testé et mis en œuvre un ensemble de pratiques agro-écologiques. Ils ont été accompagnés par Fert et Accir qui préconisent une approche « à petits pas », s’adaptant aux pratiques des agriculteurs. Marta Kasprzyk est ingénieure agronome et conseillère technique à Fert depuis fin 2008. Fert (www.fert.fr) est une association française de coopération internationale pour le développement agricole…

Lire PDF
Comment co-construire des systèmes de production à base d’agriculture de conservation en Afrique de l’Ouest ?

L’agriculture de conservation (AC) désigne la famille de systèmes de culture où le travail minimal du sol, la couverture végétale permanente du sol et la diversification des cultures à travers les associations et/ou rotations des cultures sont appliqués simultanément à l’échelle de la parcelle. Une étude originale menée au Burkina teste sa faisabilité. En Afrique de l’Ouest (AO), l’augmentation démographique se traduit par une demande accrue en produits agricoles et une saturation des espaces ruraux remettant en cause…

Lire PDF
Le champ école des producteurs : une approche efficace pour l’apprentissage et la diffusion de l’agriculture de conservation?

L’agriculture de conservation (AC) peut constituer une alternative pour tenir le pari de l’intensification écologique de la production agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Mais l’adoption de l’AC entraine des changements sociotechniques importants pour les producteurs d’AOC dont les représentations et pratiques agricoles sont majoritairement antagonistes à ses principes (travail minimal du sol, paillage et diversification des cultures). Le défi pour ses promoteurs (recherche-développement) est de mobiliser une approche susceptible de faciliter les processus d’apprentissage…

Lire PDF