The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 17 septembre 2014

Regards croisés : quels obstacles à l’agroécologie ?

Plusieurs acteurs d’horizons divers livrent dans cet article leur point de vue sur les principaux obstacles à la mise en œuvre de pratiques agroécologiques à plus large échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour différentes structures sur des problématiques de développement rural et d’agroécologie.
Ibrahima Coulibaly est vice-président du Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) et président de la coordination nationale des organisations paysannes du Mali (CNOP).
Marc Dufumier est ingénieur agronome et enseignant-chercheur français. Il dirige la chaire d’agriculture comparée à AgroParisTech.
Lionel Guezodjé est Président de la Fédération des unions de producteurs du Bénin (Fupro-Bénin).
Christian Legay est agronome. Il travaille au Burkina Faso pour l’ONG Autre Terre qui contribue au développement de l’agroécologie en Afrique de l’Ouest.
Anne Legile est chef de projets au sein de la division Agriculture, Développement rural et Biodiversité à l’Agence Française de Développement (AFD).
Babacar Samb appuie techniquement le Collège des jeunes du Conseil national de concertation des ruraux (CNCR) au Sénégal.

Grain de sel : Quelles sont pour vous les grandes contraintes à la mise en œuvre à plus large échelle de pratiques agroécologiques ?

Valentin Beauval (VB) : En premier lieu, la sécurisation du foncier. Comment peux-tu investir dans une parcelle, en luttant par différentes formes contre l’érosion, si potentiellement tu ne peux la cultiver qu’un an ? Dans des régions d’Afrique densément peuplées, les paysans savent que le propriétaire de leur parcelle louée pourrait la récupérer s’il se rend compte que la fertilité a été notablement améliorée. Les paysans avec lesquels AVSF travaille dans le Nord Togo sont bien conscients de ce problème et certains d’entre eux ont réussi à négocier un bail écrit de 5 ans avec leurs propriétaires.

Marc Dufumier (MD) : Ce qui est essentiel, c’est que les gens aient les moyens de production pour mettre en place de telles techniques : la charrette, la traction animale et quelques autres outils. Or si les agriculteurs sont en concurrence avec les excédents agricoles européens, ils n’arriveront jamais à dégager l’épargne nécessaire à l’acquisition de tels outils. L’exemple des cultures arborées dans la région cotonnière du Sud Mali est très inspirante : c’est parce que ces agriculteurs avaient du crédit — gagé sur la production cotonnière — qu’ils ont pu acquérir des charrettes et des outils et mettre en œuvre une transition agroécologique, basée sur une nouvelle forme d’association agriculture-élevage.

Christian Legay (CL) : Les principaux freins relèvent selon moi des politiques agricoles qui mettent l’accent sur l’agriculture conventionnelle, avec l’idée que la modernisation du secteur passe par plus de motorisation, d’intrants dérivés du pétrole, de grandes exploitations, des agrobusinessmen etc. La présence de multinationales ou de projets de type AGRA (Alliance pour une révolution verte en Afrique) renforce cette tendance car ils disposent de puissants moyens de lobbying pour influencer les politiques nationales et internationales. La formation (des producteurs jusqu’aux agents d’agriculture) et la recherche agricoles restent quant à elle dominées par l’agronomie classique.

Anne Legile (AL) : Un des obstacles principaux relève de la formation des techniciens agricoles, qui repose toujours majoritairement en Afrique sur l’apprentissage d’itinéraires techniques recommandés, culture par culture. Or l’agroécologie repose sur la compréhension des éco et agro-systèmes dans leur ensemble. Elle ne se satisfait pas de « recettes universelles » : elle est plus technique et plus intensive en connaissances que le modèle « Révolution verte », elle doit s’adapter aux conditions spécifiques du milieu. En conséquence le schéma classique de développement agricole fondé sur la recherche agronomique qui met au point « la » solution technique et des vulgarisateurs chargés la diffuser auprès de paysans censés l’appliquer, fonctionne mal dans le cadre de l’agroécologie. Les techniciens ont du mal à intégrer les savoirs locaux dans leurs conseils, à envisager des adaptations des modèles proposés mais aussi à expliquer clairement et simplement aux agriculteurs l’intérêt (mais aussi les limites) de ces pratiques et à les accompagner dans leur mise en œuvre. Ainsi pendant des années on a dit aux paysans qu’il fallait labourer et puis d’un coup on peut leur dire tout l’inverse. Un tel changement représente un risque très important pour les agriculteurs. Il faut donc a minima que le technicien soit en capacité d’expliquer les raisons de ces nouvelles recommandations, que l’agriculteur puisse les tester progressivement avec une certaine forme de sécurisation (groupes d’échanges, appuis techniques…).

Lionel Guezodjé (LG) : La réussite de pratiques agroécologiques ne peut que s’inscrire dans une politique globale. Il faut un éveil des consciences aussi bien des pratiquants que des structures d’appui, car pour ces dernières la réussite de leur mission réside dans le conseil aux exploitants d’utiliser systématiquement des engrais chimiques.

Ibrahima Coulibaly (IC) : L’agroécologie demande beaucoup plus de travail que l’agriculture chimique. Vous devez ramasser de la fumure organique, la faire décomposer, la mettre dans vos champs, il faut trouver des plantes qui agissent comme bio-pesticides, désherber à la main… Il faut par exemple 40 charrettes de fumure organique décomposée pour un hectare de terres. Alors qu’il vous suffit d’acheter et de transporter un sac d’engrais en agriculture chimique.

GDS : N’y a-t-il pas un certain paradoxe au niveau du discours sur l’agroécologie pourvoyeuse d’emplois ?

VB : Dans les pays ayant une agriculture très motorisée, certains itinéraires de semis direct reposent sur des équipements coûteux mais très performants sur le plan de la productivité du travail. Plusieurs études montrent que ces équipements contribuent à réduire l’emploi dans les zones rurales. En revanche, lutter contre l’érosion (avec des diguettes, bandes enherbées et terrasses) ou diversifier les cultures nécessite beaucoup de travail. Dans plusieurs cas, comme la construction de diguettes ou la mise en place de haies, ce surplus de travail n’est pas économiquement valorisable à court terme par les paysans.

LG : Il faut relativiser cette idée d’agroécologie pourvoyeuse d’emplois. Le grand nombre de chômeurs en Afrique de l’Ouest sont dans les villes, pas dans les villages. Et ceux qui viennent gonfler ces effectifs sont ceux qui quittent les villages parce qu’ils ne veulent plus des travaux agricoles.

AL : On ne cesse en effet de dire que l’agroécologie, intensive en main d’œuvre, va permettre de résoudre les problèmes d’emplois mais c’est notre vision de citadins de pays développés. Les jeunes agriculteurs africains ne veulent pas passer leur temps courbés sur leur houe pour sarcler ou transporter du fumier dans des paniers… Il faut leur proposer des modèles d’agroécologie avec de l’agriculture mécanisée, des conditions de travail et de rémunération compatibles avec leurs aspirations, sinon ils ne resteront pas dans l’agriculture. On a encore besoin de beaucoup de recherche sur ces aspects là.

Babacar Samb (BS) : Il est vrai que si les jeunes ne réfléchissent pas avec cette notion de durabilité, ils vont se tourner vers des pratiques qui demanderont moins d’effort et qui permettront — à court terme seulement — de produire plus et de gagner plus d’argent.

MD : Il est clair qu’une agriculture qui exige plus de travail et d’efforts ne pourra s’imposer que si le produit est bien rémunéré.
Pourquoi de nombreuses pratiques agroécologiques de nos anciens ont-elles disparues ?

GDS : Les consommateurs sont-ils prêts à payer plus cher ces produits agricoles ?

MD : Il faut nuancer cette question. Certaines pratiques agroécologiques permettent d’accroître les rendements sans produits chimiques et sans augmentation importante de la charge de travail. Le prix du mil et du sorgho cultivé sous des parcs d’Acacia Albida par exemple ne sera pas plus élevé qu’en agriculture chimique. Mais les pratiques exigeant plus de travail ne pourront se développer que si le prix du produit rémunère cet effort.

IC : S’il y a une chose en Afrique dont les gens commencent à douter c’est bien l’alimentation. On entend dans toutes les conversations qu’il y a de plus en plus de diabète, d’hypertension et que ces maladies émergentes sont liées à l’alimentation, aux engrais et aux pesticides chimiques. Il y a un contexte favorable au niveau des consommateurs, mais il faut que les paysans communiquent sur ce qu’ils font, qu’ils organisent des visites à la ferme par exemple, pour présenter leurs produits et leur intérêt pour la santé et l’environnement.

BS : Les consommateurs sont de plus en plus conscients des effets de l’agriculture productiviste sur l’environnement et leur santé, mais je pense que la majorité des consommateurs sénégalais regardent encore d’abord le prix des produits, avant la qualité.

GDS : N’y a-t-il pas une limite des rendements dans les pratiques agroécologiques ?

CL : De plus en plus d’expériences montrent que la mise en œuvre de pratiques agroécologiques permettent de conserver voire d’augmenter les niveaux des rendements. Le zaï et les demi-lunes associés à d’autres pratiques permettent facilement de tripler les rendements à l’hectare dans le Sahel. Le problème, c’est quand on passe d’une agriculture conventionnelle vers l’agroécologie où la phase de reconversion peut se traduire par une baisse des rendements. Mais après quelques années, les processus biologiques du sol se rétablissent et les rendements atteignent voire dépassent leur niveau d’avant.

MD : La culture sous les parcs d’Acacia Albida dans les zones sahélo-saoudaniennes, les systèmes agro-forestiers dans maintes régions soudano-guinénnes… : la région offre de nombreux exemples de techniques connues, éprouvées et beaucoup plus efficaces que l’emploi d’engrais chimiques sur des sols à peine argileux et pauvres en matière organique.

GDS : Certaines techniques agroécologiques demandent néanmoins plusieurs années pour produire leurs effets. N’est-ce pas un obstacle pour certains agriculteurs ?

MD : Dans le strict court terme, l’emploi d’engrais chimiques est évidemment alléchant car il permet d’emblée d’accroître un peu les rendements, du moins les engrais azotés de type urée. Mais ce n’est qu’une solution de court terme car sans amendements organiques, ces engrais contribuent à l’acidification et l’appauvrissement des sols.

LG : C’est une question importante. De quelle force disposent réellement les petits producteurs pour dire « non » aux engrais qu’on leur propose et qui doivent permettre d’augmenter rapidement leurs rendements ?

IC : Promouvoir l’agroécologie, c’est aussi une question de lutte contre la pauvreté : il faut permettre aux familles d’accéder à un certain niveau d’équipements et de financement et d’adopter des pratiques agroécologiques de manière plus soutenable.

BS : Pour l’instant au Sénégal, la priorité pour la majorité des producteurs, c’est de pouvoir assurer la sécurité alimentaire de leur famille, en produisant plus. Dans l’esprit des gens, produire plus, c’est mettre beaucoup d’engrais et de pesticides chimiques. À très court terme — si on ne se situe pas dans une notion de durabilité — l’agriculture productiviste est plus attrayante. C’est pour cela qu’il est essentiel de développer cette notion de durabilité chez les jeunes.

GDS : Le modèle à suivre ne reste-t-il pas pour les acteurs de la région celui de la Révolution verte ?

MD : Il y a encore une vision très largement partagée en faveur de la soit disant « Révolution verte ». Beaucoup de responsables politiques et de techniciens des ministères de l’Agriculture — formés dans nos universités d’ailleurs — ont une vision de l’agriculture « moderne » qui est celle d’une agriculture qui doit s’industrialiser sans prise en compte des effets sociaux et environnementaux.

AL : C’est une grande difficulté dans les pays où nous travaillons. La majorité des responsables politiques et des chercheurs ont comme référence la Révolution verte et nous disent : « Laissez-nous aussi passer par la Révolution verte et après on verra ! ». C’est pour cela que j’insiste souvent auprès de nos interlocuteurs sur le caractère intensif et productif de l’agroécologie, afin de convaincre que ce type d’agriculture pourra (aussi) répondre à leur souci de sécurité alimentaire et que ce n’est pas le maintien d’une forme d’agriculture rétrograde.

CL : Les discours dominants actuellement à tous les niveaux de société associent la Révolution verte à une agriculture supérieure, scientifique, hautement productive et à la solution pour nourrir les masses. L’agroécologie en revanche est pour beaucoup synonyme d’une agriculture primitive ou traditionnelle, non éclairée, bonne pour les riches et inefficace pour nourrir les populations. Il est essentiel d’arriver à démystifier ces discours.

GDS : Quels leviers vous paraissent essentiels pour promouvoir l’agroécologie à plus grande échelle ?

MD : Il faut des droits de douane conséquents permettant de garantir une rémunération du supplément de travail et de la pénibilité du travail en question. Ces droits de douane permettraient d’ailleurs de redistribuer les revenus, notamment en faveur des populations urbaines pour leur permettre d’acheter leur alimentation, surtout si celle-ci devient plus chère. Il faut passer d’un droit coutumier sur le foncier et l’accès aux ressources naturelles à un droit — qui n’est pas nécessairement celui de la propriété privée — favorisant davantage l’association agriculture — élevage et réglementant différemment l’accès aux terres indivises (non attribuées individuellement), ce qui nécessite des discussions entre groupes sociaux et parfois ethniques différents, ce qui est loin d’être évident.

IC : Il existe dans le monde entier des connaissances comme le zaï, les cordons pierreux, les cultures associées… Il faudrait construire une sorte de capital commun pour mettre à disposition de tous ceux qui le souhaitent ces connaissances, tout en permettant aux agriculteurs d’avoir accès aux équipements et financements nécessaires. Les échanges de paysans à paysans sont indispensables.

VB : Il y a de nombreux exemples de sociétés paysannes qui ont développé des formes efficientes d’agriculture durable. Il est nécessaire toutefois de pouvoir améliorer la productivité du travail et réduire la pénibilité des travaux dans ces systèmes traditionnels, sinon ils ne seront pas assez attractifs pour les paysans et en particulier pour les jeunes.

CL : Travailler davantage en réseau, pour capitaliser et diffuser les bonnes pratiques est essentiel.

AL : Il faut travailler sur la formation des paysans, des techniciens et plus largement sur les démarches et outils de conseil. Les dispositifs faisant appel à des agriculteurs modèles par exemple sont largement répandus avec l’idée du développement « par-dessus la haie » ou « en tâche d’huile ». Dans de nombreux pays d’Afrique se démarquer, y compris par des pratiques agricoles différentes ou par des appuis spécifiques, c’est prendre un risque socialement très élevé. Il faut donc plutôt favoriser des approches de groupes, où les gens vont intégrer et assumer collectivement un changement de pratiques.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "63-66 : Agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre : réalités et perspectives".

Agroécologie : quelles opportunités pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre ?

L’agriculture doit aujourd’hui relever un certain nombre de défis cruciaux : nourrir une population croissante et de plus en plus urbaine, lutter contre la pauvreté et les inégalités et assurer une gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement. Pour certains, l’agroécologie représente l’une des réponses les plus pertinentes à ces défis. Le terme n’est pas nouveau puisqu’il apparaît pour la première fois dans la littérature scientifique dans les années 1930. Mais depuis quelques années, il semble connaître…

Lire
L’agro-écologie est la réponse à l’enjeu de produire plus avec moins

Stéphane Le Foll, ministre français de l’Agriculture, expose dans cette tribune en quoi l’agro-écologie constitue selon lui la meilleure réponse aux défis — sociaux, économiques ou environnementaux — auxquels l’agriculture doit aujourd’hui répondre, au Nord comme au Sud. Stéphane Le Foll est ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt en France. Il est à l’origine du projet agroécologique pour la France lancé en décembre 2012 et décliné depuis en de nombreuses actions, avec pour objectif l’engagement…

Lire PDF
L’agro-écologie, un projet politique pour l’agriculture française

Quel est l’objectif du projet agro-écologique en France ? Comment sera-t-il mis en oeuvre concrètement ? Quels enjeux ce projet soulève-t-il ? Dans cet entretien, Guilhem Brun du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt français, aborde en particulier ces questions. Guilhem Brun est chef de projet « agro-écologie et développement de l’agriculture » au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF). La version intégrale de l’entretien est disponible sur le…

Lire PDF
Agroécologie : une diversité de définitions et de visions

Plusieurs acteurs du développement rural exposent dans cet article leur définition de l’agroécologie. Leurs propos témoignent d’une diversité de visions sur les contours du concept d’agroécologie. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour AVSF, le Cirad, l’Iram, le Gret et le FFEM. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Roppa et président de la CNOP. Marc Dufumier est ingénieur agronome et enseignant-chercheur français. Il dirige la chaire d’agriculture comparée à AgroParisTech. Guy Faure est directeur adjoint de…

Lire PDF
Lutte contre la désertification au Burkina Faso : opportunités et contraintes

Dans les pays du Sahel, l’agroécologie recoupe en grande partie les techniques de lutte contre la désertification mises en place depuis les années 60. Cet article est consacré aux opportunités et aux limites de ces techniques au Burkina Faso. Ablassé Bilgo est expert en changements climatiques au centre régional Agrhymet du Cilss à Niamey. Sheick Ahmed Khalil Sangare est assistant à l’Université polytechnique de Bobo Dioulasso. Dasmané Bambara est ingénieur de recherche à l’Institut de l’environnement et de…

Lire PDF
L’émergence de l’agroécologie au Niger

Les ONG et les organisations de producteurs sont aujourd’hui les acteurs les plus actifs dans le développement d’une approche agroécologique au Niger. Mais l’agroécologie comme approche systémique globale appliquée à l’agriculture à l’échelle des territoires ruraux reste encore peu connue des acteurs du développement. Bertrand Mathieu est agronome, consultant indépendant basé au Niger. Adam Mamadou est agronome et chercheur en économie de l’environnement à l’Institut national de la recherche agronomique du Niger (Inran). Hamadou Ibrahim est responsable du…

Lire PDF
Les arbres fertilitaires : base de l’agro-écologie en Afrique ?

L’Association pour la promotion des arbres fertilitaires et l’agroforesterie (Apaf) vulgarise des techniques agroforestières en milieu paysan au Togo, au Burkina Faso et au Sénégal. L’expérience togolaise révèle à la fois un fort potentiel de diffusion de ces pratiques et des obstacles politiques et socioéconomiques importants. L’Association pour la promotion de l’agroforesterie et de la foresterie (Apaf) est une ONG de droit togolais créée par des agronomes, des techniciens et des paysans togolais et belges en 1991. Une…

Lire PDF
Quand une organisation paysanne élabore une politique agro-environnementale

Depuis 2011, l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM) s’est dotée d’une politique agro-environnementale ; ses premiers responsables nous précisent ici ses objectifs. Nonyeza Bonzi est président de l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM). Soumabéré Dioma est secrétaire exécutif de l’UGCPA/BM. Les entretiens ont été réalisés par Jade Productions (réseau des Journalistes en Afrique pour le Développement), une association professionnelle de…

Lire PDF
Les diverses facettes de l’agro-écologie pour l’UNPCB

L’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB) mène depuis plusieurs années une série d’actions visant à promouvoir des pratiques relevant de l’agro-écologie. Karim Traoré est président du Conseil de gestion de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB). Créée en 1998, l’UNPCB est l’organe suprême des Groupements des producteurs de coton qui ont pour but de faciliter l’approvisionnement en intrants et matériels agricoles, la bonne gestion des crédits, l’augmentation de la production….

Lire PDF
Promouvoir l’agroécologie par la certification bio au Burkina Faso

Le Conseil national de l’agriculture biologique (CNABio) a élaboré une norme burkinabè en agriculture biologique visant à proposer des produits certifiés bio à un prix abordable aux consommateurs nationaux. Cette certification devrait permettre de valoriser et de mieux commercialiser les produits issus de l’agriculture biologique. Christian Legay est agronome. Il travaille au Burkina Faso depuis plus de 30 ans dont 14 ans pour l’ONG Autre Terre qui contribue au développement de l’agroécologie en Afrique de l’Ouest. Le Conseil…

Lire PDF
De la diffusion des SCV à la promotion de la concertation au Cameroun

Depuis 2001, la Sodecoton avec l’appui du Cirad a débuté des actions pour mettre au point et diffuser des systèmes de culture sous couvertures végétales (SCV) adaptés au Nord Cameroun. Entretien avec Oumarou Balarabé, cadre de recherche et développement au sein du Projet de conservation des sols. Oumarou Balarabé a une formation d’agronome et d’économiste. Il est ingénieur à l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad) et à la Société de développement du coton du Cameroun (Sodecoton)….

Lire PDF
Acquis et défis de l’agriculture de conservation

L’agriculture de conservation reste encore faiblement adoptée en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Cet article dresse un bilan des connaissances sur l’AC et de ses perspectives dans la région, afin d’identifier les possibilités pour la rendre plus accessible aux agriculteurs. Patrice Djamen est agronome et coordonne le Bureau Régional de l’African Conservation Tillage Network (ACT) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Nadine Andrieu, Jean- Marie Douzet et Michel Havard sont chercheurs au Cirad. Innocent Bayala,…

Lire PDF
Pourquoi de nombreuses pratiques agroécologiques de nos anciens ont-elles disparues ?

Ce témoignage retrace les évolutions de l’agriculture française depuis les années 50. Face aux coûts sociaux et environnementaux qui ont accompagné les gains de productivité du sol et du travail, il défend la mise en place de pratiques plus agroécologiques, qui préexistaient souvent avant que ne surviennent les révolutions vertes. Valentin Beauval a été agriculteur de 1981 à 2010 dans un Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) ayant deux associés en Maine et Loire en France. Sa ferme…

Lire PDF
Quelles contraintes à l’intensification agroécologique ?

Malgré de nombreuses réussites à l’échelle de projets, les pratiques agroécologiques ont du mal à se maintenir dans la durée ou à se diffuser à grande échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cet article interroge les facteurs permettant d’expliquer cette situation. Patrick Dugué est chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), au sein de l’Unité mixte de recherche « Innovation et Développement », dont les travaux de recherche porte sur…

Lire PDF
Le Programme Rime-PAMPA : des SCV à l’agroécologie

Une étude a été réalisée sur les systèmes de semis sous couvert végétal mis en place à partir des années 90 par l’AFD et divers partenaires. L’étude invite à adopter une approche plus large et participative. Jean-Luc Chotte et Martial Bernoux sont chercheurs à l’IRD, au sein de l’UMR « Eco&Sols », dont l’objectif est de caractériser les évolutions conjointes du fonctionnement des plantes et du sol sous les effets des changements globaux et des pratiques agronomiques. Christian…

Lire PDF
Regards croisés : quels obstacles à l’agroécologie ?

Plusieurs acteurs d’horizons divers livrent dans cet article leur point de vue sur les principaux obstacles à la mise en œuvre de pratiques agroécologiques à plus large échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour différentes structures sur des problématiques de développement rural et d’agroécologie. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) et président de la coordination nationale…

Changer d’échelle : expériences du Brésil et d’Amérique centrale

Né au Nicaragua, Campesino a Campesino offre une illustration de pratiques agroécologiques pilotées et diffusées par les agriculteurs. Au Brésil, la mise en place d’une politique nationale d’agroécologie a renforcé la dynamique portée par la société civile. Ces expériences nourrissent la réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie. Emmanuel Bayle est coordinateur de l’association Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) au Brésil, où, avec ses partenaires, AVSF expérimente et soutient la transition des familles paysannes et de systèmes…

Lire PDF
Agroécologie : comment repenser le changement d’échelle ?

Plusieurs programmes ont tenté de diffuser des pratiques agroécologiques à grande échelle, avec peu de succès. Selon Valentin Beauval et Guy Faure, il est nécessaire pour sortir de ces impasses d’abandonner l’approche « diffusionniste » au profit de méthodes intégrant les sciences sociales et reposant sur un partenariat étroit avec les producteurs. Valentin Beauval a été agriculteur dans le cadre d’un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) de 1981 à 2010 dans le Saumurois en France. Il est…

Lire PDF
Le Groupe de Travail Désertification : une réflexion sur les territoires et l’agroécologie

Le Groupe de Travail Désertification a initié un chantier de réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie au niveau du territoire. Les premiers résultats invitent à opérer le changement d’échelle pas seulement par la diffusion d’un modèle, mais plutôt par la conception d’un autre mode de développement agricole du territoire. Adeline Derkimba est chargée de programmes Désertification au CARI (Centre d’actions et de réalisations internationales). Elle anime le Groupe de Travail Désertification et y coordonne le chantier «…

Lire PDF
Agroécologie et changement d’échelle : enjeux politiques et sémantiques

Les articles de ce Grain de sel consacré à l’agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre apportent des éléments de réponse à plusieurs des questions posées en introduction. Ils en soulèvent aussi d’autres, dont les réponses — et ce qu’elles impliquent — restent à définir dans les années à venir. L’agroécologie recouvre en Afrique de l’Ouest et du Centre une diversité de pratiques et de techniques, dont certaines, comme les parcs d’Acacia albida, se sont révélées particulièrement…

Lire PDF
L’agroécologie, un concept pour une diversité d’approches

L’agroécologie couvre aujourd’hui une grande diversité de débats et de représentations tant individuelles que collectives. Cet article vise à préciser l’évolution du concept ainsi que les différents registres et pratiques qu’il recouvre dans le monde. Céline Allaverdian est chef de projet (développement agricole et filière) pour le Gret au Myanmar Pierre Ferrand est chargé de projet développement agricole et filière agroalimentaire au siège du Gret à Nogent sur Marne Jean-François Kibler est représentant du Gret au Laos et…

Lire PDF
Le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte

SAWAP est l’acronyme anglais pour « Sahel And West Africa Program ». Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et la Banque Mondiale se sont associés pour développer le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte. Le SAWAP a été une réponse à l’appel des Chefs d’Etat africains lancés au cours du sommet de Ndjamena en juin 2010 [[http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/17/l-afrique-s-engage-pour-la-grande-muraille-verte_1374747_3244.html]] pour s’attaquer aux problèmes de désertification et de dégradation des…

Lire PDF
Les facettes agroécologiques de l’élevage des ruminants en Afrique de l’Ouest et du Centre

Eric Vall, Mathieu Vigne, Jonathan Vayssières et Mélanie Blanchard sont chercheurs au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) en France, au sein de l’Unité mixte de recherche Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux (Selmet). Mohamadoun A. Diallo et Ida Bénégabou sont chercheurs au Centre international de recherche –développement sur l’élevage en zone subhumide (Cirdes) au Burkina Faso, au sein de l’Unité de recherche sur les productions animales (Urpan), Alasane Ba est chercheur à l’Institut…

Lire PDF
« Plaidons pour l’agroécologie ! »

Laurent Levard est ingénieur agronome, spécialisé en développement agricole. Il travaille depuis 2010 au Gret, principalement sur les questions des politiques agricoles et commerciales, des négociations commerciales internationales et de l’agroécologie. Dans nombre de régions du monde, l’agriculture fait face à une crise écologique plus ou moins marquée. Les rendements agricoles stagnent ou diminuent. D’anciens systèmes de gestion de la fertilité (agriculture forestière, etc.) ont fréquemment disparu du fait de la pression démographique, sans être remplacés par de…

Lire
Agroécologie : un petit tour dans le Mayanda, en République démocratique du Congo

L’agroécologie couvre de nombreux aspects de l’agriculture et intègre les dimensions à la fois écologiques, économiques et sociales.Ces 3 grands piliers en font une discipline complète, jouant sur l’interaction entre l’écosystème et l’homme, cherchant à préserver l’environnement et la biodiversité tout en assurant la productivité agricole et en maximisant les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Le projet de Développement Agricole et Forestier du Mayanda (DAFOMA) du GRET, situé à Boma, en RD Congo a pour but de développer…

Lire PDF
Le SECAAR au Togo : opportunités et limites du compost

Depuis 2012, le SECAAR promeut l’adoption de pratiques agro-écologiques auprès de deux groupements de producteurs au Togo. La production et l’application de compost offre de bons résultats. Sa diffusion se heurte toutefois à un manque de matériaux de compostage et de matériel. Simplice Agbavon est le Secrétaire exécutif du Service chrétien d’appui à l’animation rurale (SECAAR) Il est ingénieur agroéconomiste de formation et est chargé de la coordination des programmes au SECAAR depuis 10 ans. Le SECAAR est…

Lire PDF
L’expérience des Unions de producteurs de niébé au Burkina Faso

Depuis une dizaine d’années, les membres des unions de producteurs de niébé dans la province du Sanmatenga (Burkina Faso) ont testé et mis en œuvre un ensemble de pratiques agro-écologiques. Ils ont été accompagnés par Fert et Accir qui préconisent une approche « à petits pas », s’adaptant aux pratiques des agriculteurs. Marta Kasprzyk est ingénieure agronome et conseillère technique à Fert depuis fin 2008. Fert (www.fert.fr) est une association française de coopération internationale pour le développement agricole…

Lire PDF
Comment co-construire des systèmes de production à base d’agriculture de conservation en Afrique de l’Ouest ?

L’agriculture de conservation (AC) désigne la famille de systèmes de culture où le travail minimal du sol, la couverture végétale permanente du sol et la diversification des cultures à travers les associations et/ou rotations des cultures sont appliqués simultanément à l’échelle de la parcelle. Une étude originale menée au Burkina teste sa faisabilité. En Afrique de l’Ouest (AO), l’augmentation démographique se traduit par une demande accrue en produits agricoles et une saturation des espaces ruraux remettant en cause…

Lire PDF
Le champ école des producteurs : une approche efficace pour l’apprentissage et la diffusion de l’agriculture de conservation?

L’agriculture de conservation (AC) peut constituer une alternative pour tenir le pari de l’intensification écologique de la production agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Mais l’adoption de l’AC entraine des changements sociotechniques importants pour les producteurs d’AOC dont les représentations et pratiques agricoles sont majoritairement antagonistes à ses principes (travail minimal du sol, paillage et diversification des cultures). Le défi pour ses promoteurs (recherche-développement) est de mobiliser une approche susceptible de faciliter les processus d’apprentissage…

Lire PDF