Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 17 septembre 2014

Lutte contre la désertification au Burkina Faso : opportunités et contraintes

Dans les pays du Sahel, l’agroécologie recoupe en grande partie les techniques de lutte contre la désertification mises en place depuis les années 60. Cet article est consacré aux opportunités et aux limites de ces techniques au Burkina Faso.

Ablassé Bilgo est expert en changements climatiques au centre régional Agrhymet du Cilss à Niamey.
Sheick Ahmed Khalil Sangare est assistant à l’Université polytechnique de Bobo Dioulasso.
Dasmané Bambara est ingénieur de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles du Burkina Faso (Inera).
Victor Hien est directeur de recherche en agropédologie à l’Inera.

La lutte contre la désertification a commencé dans les années 60 et a connu différentes approches au Burkina Faso. Jusqu’au milieu des années 70, l’approche utilisée était principalement directive. Les premières tentatives d’actions de LCD ont essentiellement relevé d’abord de l’interventionnalisme colonial et post-colonial (Groupe européen de restauration des eaux et des sols, GERES) et ensuite étatique (Fonds de développement rural, FDR). Cette approche de type vertical « top-down » plaçait les populations dans une situation où elles « assistaient passivement à leur développement ».

[bdvthematik]Vers des approches participatives[/bdvthematik]

Progressivement, les acteurs intervenant dans la LCD se sont multipliés et diversifiés, regroupant aussi bien des structures nationales (État et ministères, universités et structures de recherche, ONG…) qu’internationales (organisations régionales, organismes des Nations Unies, universités et structures de recherche, ONG…). Au milieu des années 2000, une cinquantaine de structures intervenaient ou étaient intervenues au Burkina Faso en matière de LCD. Dans certains villages, cette prolifération d’acteurs a entraîné des contradictions et un manque de coordination, conduisant à une certaine lassitude chez les producteurs.

Au milieu des années 70, l’érosion du sol dans la zone était encore préoccupante, par suite d’un manque de maîtrise et d’entretien des ouvrages sur le long terme, du fait de l’absence de consultation et d’implication des populations locales.

Face à ces limites, et favorisées par un contexte de libéralisation économique et de démocratisation, des approches participatives se sont développées à partir des années 80. L’approche participative est un processus dans lequel les acteurs concernés par les projets influencent et partagent le contrôle des initiatives de développement, ainsi que les décisions et les ressources relatives à ces initiatives. Concrètement, cette participation a pris plusieurs formes, selon les périodes et les acteurs. Si certains projets ont cherché à amener la population à prendre conscience de la dégradation de son environnement et du rôle qu’elle peut jouer et ont mis en place des contrats collectifs pour l’organisation des travaux d’aménagement, d’autres se sont contentés d’impliquer les populations dans la réalisation et l’entretien des ouvrages (notamment par des systèmes de travail contre nourriture ou argent).

Une variété de techniques

Les techniques utilisées dans la LCD dans le Nord du Burkina Faso ont également connu des évolutions au cours de la période. Dans les années 60 et 70, ce sont surtout des diguettes de terre qui étaient réalisés, d’abord par le GERES puis par le FDR. Celles-ci prennent la forme de muret composé de terre compacte. Faciles à réaliser, elles visent à capter l’eau de pluie et/ou limiter les dégâts sur le sol et les cultures dus à son écoulement. Mais elles étaient peu efficaces et requéraient un entretien constant. Le début des années 80 a marqué une étape importante, avec l’apparition des cordons pierreux (voir tableau), qui ont connu un succès important auprès des paysans en raison de leur plus grande efficacité. D’autres techniques comme le zaï ou la demi-lune se sont également développées. Ces techniques — qui nécessitent l’application de fumure organique — ont conduit à la vulgarisation de fosses compostières ou fumières pour la fabrication de cette fumure organique. L’agro-écologie est la réponse à l’enjeu de produire plus avec moins
Les demi-lunes permettent de capturer l’eau de ruissellement (© Sébastien Subsol)

Les résultats issus des études d’évaluation conduites en 2004 dans le cadre du Projet 83 ont montré que les cordons pierreux (environ 223 000 ha de terres aménagées) et le zaï (164 000 ha) sont de loin les mesures physiques de conservation des sols les plus utilisées dans la zone d’étude. Elles sont suivies par les demi-lunes (2 000 ha) et le paillage (4 000 ha). Bien que ces aménagements soient relativement importants, leur superficie reste faible par rapport aux superficies cultivées dans les régions où il y a eu adoption de ces techniques, ne couvrant que 30 % de la superficie cultivées, selon le ministère de l’Agriculture.

Des résultats globalement positifs

Les différentes études menées sur ces techniques ont montré leur pertinence dans la réhabilitation des terres dégradées et l’amélioration de la productivité. Ces techniques ont un impact positif sur l’évolution de la végétation, les caractéristiques chimiques et physiques des sols et la productivité de terres touchées par la désertification. La réhabilitation des terres dégradées a permis d’accroître les rendements des cultures (de 75 % à 113 % selon les types d’ouvrages dans certaines provinces). Les actions visant à promouvoir les techniques LCD ont accru la prise de conscience des producteurs par rapport au problème de la dégradation des ressources naturelles. Les techniques LCD ont également eu pour effet de modifier les systèmes de production et notamment les modes d’élevage qui tend à s’intensifier afin de produire la fumure organique nécessaire au zaï (stabulation, production de fourrage…).

Ces techniques ont toutefois montré un certain nombre de contraintes limitant leur utilisation à grande échelle. Le tableau reprend les principales difficultés rencontrées pour les principales d’entre elles. Parmi ces difficultés, les conflits d’intérêts dans l’utilisation de l’espace entre agriculteurs et éleveurs et la charge importante de travail demandée pour ces différentes techniques constituent des freins majeurs. La confection d’un ha de zaï nécessite par exemple un temps de travail de 50 hommes/jour. Dans l’ensemble, les coûts des aménagements sont loin d’être négligeables (au moins 100 000 F CFA/ ha pour le zaï, les cordons pierreux, les demi-lunes ou encore les diguettes en terre) et ne sont pas couverts par les recettes agricoles émanant de ces ouvrages. Bulletin RBM Aout 2014

Dans ces conditions, l’avenir de l’aménagement des terroirs reste une question posée en l’absence d’une assistance quasi-continue car l’adhésion des populations pour les techniques de réhabilitation reste pour une part importante liée à l’appui technique et financier des projets. Cela limite fortement la durabilité et la reproductibilité des actions, qui ne sont plus garanties dès que l’intervenant extérieur se retire du village.

Lever les obstacles

Face à ces contraintes une série de mesures ont été entreprises et doivent encore être développées. Des combinaisons de différentes techniques permettent dans certains cas de pérenniser les ouvrages : les cordons pierreux permettent de réduire l’érosion et d’éviter l’engorgement des zaï et des demi-lunes. Mais là aussi des difficultés subsistent, comme le transport de la matière organique et de l’eau pour la fabrication de la matière organique. Les techniques telles que le zaï et la demi-lune peuvent être améliorées en associant des engrais minéraux à la matière organique généralement utilisée. Cette pratique permet de corriger les déficiences en certains éléments de la matière organique et d’obtenir ainsi des rendements en forte hausse. Ainsi par exemple, les rendements du sorgho atteignent 500 à 600 kg/ ha avec des cordons pierreux (contre 400 kg/ha sans technique d’aménagement) et 1 000 kg/ha si on ajoute un micro dosage d’engrais minéraux. Pour le zaï, les rendements du sorgho atteignent entre 800 et 1 000 kg/ha sans engrais minéraux, 1 500 avec.

Étant donnée la charge et la pénibilité des travaux exigés par ces techniques, des mesures doivent être prises pour favoriser l’acquisition d’équipements par les producteurs (charrue à traction animale, mécanisation du creusage…). Certains matériels commencent à être vulgarisés, comme la charrue Delfino (qui permet la réalisation mécanique d’ouvrage antiérosifs ou de micro-bassins sous forme de demi lunes) ou le zaï mécanique (des dents sont montées sur le bâti d’un outil aratoire à traction bovine, asine ou équine), mais leur coût, en particulier pour la charrue Delfino, freine leur diffusion.

Par ailleurs, une restauration de terres devenues incultes ne pourra pas être entreprise à grande échelle tant que les modes d’appropriation de la terre ne seront pas définis, acceptés et respectés. L’absence de droit de location de la terre sur de longues périodes empêche la réhabilitation des sols, car ces terres bonifiées peuvent être récupérées à tout moment par leur propriétaire.

L’adoption d’une technique innovante doit également tenir compte de la tradition. Même si le zaï est une technique ancienne dans la région, elle est toujours considérée comme « exogène », et ce d’autant plus qu’elle est préconisée, améliorée et développée avec l’aide d’appuis extérieurs. De plus, le zaï amélioré n’est pas simplement une technique : il s’agit d’un changement de pratique, lié de près à d’identité agricole, car il demande de travailler en saison sèche, période pendant laquelle les agriculteurs n’entraient traditionnellement pas dans les champs pour travailler. Par comparaison, l’utilisation de la charrue (pour les paysans qui en ont les moyens) a été beaucoup plus facilement adoptée, car elle constitue un outil qui soulage la main d’oeuvre.

Enfin, la généralisation de ces techniques ne pourra se faire à l’échelle du seul paysan. Il faudrait notamment définir des politiques de partage des coûts de réhabilitation entre les paysans et la société toute entière qui, elle aussi, profite des bénéfices des activités de réhabilitation des terres dégradées.

Cet article a été réalisé sur la base de l’étude « Projet 83 : recherche sur des technologies de lutte contre la désertification au Sahel et étude de leur impact agro-écologique » (Hien et al., janvier 2004 : http://armspark.msem. univ-montp2.fr/bfpvolta/ admin/biblio/BFAProjetRD83. pdf). Un inventaire des techniques a été fait par enquêtes sur 20 sites pilotes répartis sur 5 provinces de la zone Nord et Centre-Nord du Burkina Faso, sur des sites déjà aménagés par les paysans, les structures de développement ou de recherche et gérés par les populations. Des carrés de rendements ont été posés par techniques isolées et combinées pour évaluer les impacts sur la production agricole.

[bdvthematik]La grande muraille verte[/bdvthematik]

Contrairement à l’idée reçue, la désertification n’est pas l’empiètement du désert sur les terres. Elle désigne la dégradation des terres en zones arides, semi-arides et subhumides résultant de facteurs tels que la pression humaine sur les écosystèmes fragiles, la déforestation et le changement climatique.

L’idée initiale de l’initiative de la Grande muraille verte a émergé en 2005 sous l’impulsion du Président nigérian de l’époque Olusegun Obasanjo. La vision a évolué et les chefs d’État et de gouvernement de la région ont adopté en janvier 2007 la décision 137 (VIII) à l’assemblée de l’Union africaine, considérant cette initiative comme une stratégie appropriée pour coordonner les efforts et s’attaquer à la dégradation des terres et à la désertification dans les zones du Sahel et du Sahara.

Le soutien des plus hautes autorités de l’État à une initiative faisant de la dégradation de l’environnement une cause majeure de la pauvreté a conduit les partenaires au développement à réfléchir ensemble à la meilleure manière d’y contribuer. En février 2011, le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a initié une consultation dans les bureaux du secrétariat de la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. La mise en oeuvre des décisions prises entre les pays et les partenaires au développement a conduit à l’élaboration du programme pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel : le SAWAP. Financé à hauteur de 100 millions de dollars par le FEM, avec des cofinancements de la Banque mondiale atteignant un milliard de dollars, le SAWAP comprend des projets dans douze pays pour mettre en oeuvre des approches intégrées de gestion durable des terres, de l’eau et des forêts, mais aussi des actions liées à la prévention des risques et à l’adaptation aux changements climatiques. Un projet régional, le BRICKS (Building Resilience through Innovation, Communication and Knowledge Services) est mis en oeuvre par des organismes de la région (CILSS, OSS, IUCN). Ce projet joue un rôle d’accompagnement et de mutualisation en matière de suivi-évaluation, communication et gestion des connaissances.

Pour en savoir plus, lire l’article de Jean-Marc Sinnassamy (Secrétariat du FEM)

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "63-66 : Agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre : réalités et perspectives".

Agroécologie : quelles opportunités pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre ?

L’agriculture doit aujourd’hui relever un certain nombre de défis cruciaux : nourrir une population croissante et de plus en plus urbaine, lutter contre la pauvreté et les inégalités et assurer une gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement. Pour certains, l’agroécologie représente l’une des réponses les plus pertinentes à ces défis. Le terme n’est pas nouveau puisqu’il apparaît pour la première fois dans la littérature scientifique dans les années 1930. Mais depuis quelques années, il semble connaître…

Lire PDF
L’agro-écologie est la réponse à l’enjeu de produire plus avec moins

Stéphane Le Foll, ministre français de l’Agriculture, expose dans cette tribune en quoi l’agro-écologie constitue selon lui la meilleure réponse aux défis — sociaux, économiques ou environnementaux — auxquels l’agriculture doit aujourd’hui répondre, au Nord comme au Sud. Stéphane Le Foll est ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt en France. Il est à l’origine du projet agroécologique pour la France lancé en décembre 2012 et décliné depuis en de nombreuses actions, avec pour objectif l’engagement…

Lire PDF
L’agro-écologie, un projet politique pour l’agriculture française

Quel est l’objectif du projet agro-écologique en France ? Comment sera-t-il mis en oeuvre concrètement ? Quels enjeux ce projet soulève-t-il ? Dans cet entretien, Guilhem Brun du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt français, aborde en particulier ces questions. Guilhem Brun est chef de projet « agro-écologie et développement de l’agriculture » au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF). La version intégrale de l’entretien est disponible sur le…

Lire PDF
L’agroécologie, un concept pour une diversité d’approches

L’agroécologie couvre aujourd’hui une grande diversité de débats et de représentations tant individuelles que collectives. Cet article vise à préciser l’évolution du concept ainsi que les différents registres et pratiques qu’il recouvre dans le monde. Céline Allaverdian est chef de projet (développement agricole et filière) pour le Gret au Myanmar Pierre Ferrand est chargé de projet développement agricole et filière agroalimentaire au siège du Gret à Nogent sur Marne Jean-François Kibler est représentant du Gret au Laos et…

Lire PDF
Agroécologie : une diversité de définitions et de visions

Plusieurs acteurs du développement rural exposent dans cet article leur définition de l’agroécologie. Leurs propos témoignent d’une diversité de visions sur les contours du concept d’agroécologie. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour AVSF, le Cirad, l’Iram, le Gret et le FFEM. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Roppa et président de la CNOP. Marc Dufumier est ingénieur agronome et enseignant-chercheur français. Il dirige la chaire d’agriculture comparée à AgroParisTech. Guy Faure est directeur adjoint de…

Lire PDF
Lutte contre la désertification au Burkina Faso : opportunités et contraintes

Dans les pays du Sahel, l’agroécologie recoupe en grande partie les techniques de lutte contre la désertification mises en place depuis les années 60. Cet article est consacré aux opportunités et aux limites de ces techniques au Burkina Faso. Ablassé Bilgo est expert en changements climatiques au centre régional Agrhymet du Cilss à Niamey. Sheick Ahmed Khalil Sangare est assistant à l’Université polytechnique de Bobo Dioulasso. Dasmané Bambara est ingénieur de recherche à l’Institut de l’environnement et de…

L’émergence de l’agroécologie au Niger

Les ONG et les organisations de producteurs sont aujourd’hui les acteurs les plus actifs dans le développement d’une approche agroécologique au Niger. Mais l’agroécologie comme approche systémique globale appliquée à l’agriculture à l’échelle des territoires ruraux reste encore peu connue des acteurs du développement. Bertrand Mathieu est agronome, consultant indépendant basé au Niger. Adam Mamadou est agronome et chercheur en économie de l’environnement à l’Institut national de la recherche agronomique du Niger (Inran). Hamadou Ibrahim est responsable du…

Lire PDF
Les arbres fertilitaires : base de l’agro-écologie en Afrique ?

L’Association pour la promotion des arbres fertilitaires et l’agroforesterie (Apaf) vulgarise des techniques agroforestières en milieu paysan au Togo, au Burkina Faso et au Sénégal. L’expérience togolaise révèle à la fois un fort potentiel de diffusion de ces pratiques et des obstacles politiques et socioéconomiques importants. L’Association pour la promotion de l’agroforesterie et de la foresterie (Apaf) est une ONG de droit togolais créée par des agronomes, des techniciens et des paysans togolais et belges en 1991. Une…

Lire PDF
Quand une organisation paysanne élabore une politique agro-environnementale

Depuis 2011, l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM) s’est dotée d’une politique agro-environnementale ; ses premiers responsables nous précisent ici ses objectifs. Nonyeza Bonzi est président de l’Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM). Soumabéré Dioma est secrétaire exécutif de l’UGCPA/BM. Les entretiens ont été réalisés par Jade Productions (réseau des Journalistes en Afrique pour le Développement), une association professionnelle de…

Lire PDF
Les diverses facettes de l’agro-écologie pour l’UNPCB

L’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB) mène depuis plusieurs années une série d’actions visant à promouvoir des pratiques relevant de l’agro-écologie. Karim Traoré est président du Conseil de gestion de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB). Créée en 1998, l’UNPCB est l’organe suprême des Groupements des producteurs de coton qui ont pour but de faciliter l’approvisionnement en intrants et matériels agricoles, la bonne gestion des crédits, l’augmentation de la production….

Lire PDF
Promouvoir l’agroécologie par la certification bio au Burkina Faso

Le Conseil national de l’agriculture biologique (CNABio) a élaboré une norme burkinabè en agriculture biologique visant à proposer des produits certifiés bio à un prix abordable aux consommateurs nationaux. Cette certification devrait permettre de valoriser et de mieux commercialiser les produits issus de l’agriculture biologique. Christian Legay est agronome. Il travaille au Burkina Faso depuis plus de 30 ans dont 14 ans pour l’ONG Autre Terre qui contribue au développement de l’agroécologie en Afrique de l’Ouest. Le Conseil…

Lire PDF
De la diffusion des SCV à la promotion de la concertation au Cameroun

Depuis 2001, la Sodecoton avec l’appui du Cirad a débuté des actions pour mettre au point et diffuser des systèmes de culture sous couvertures végétales (SCV) adaptés au Nord Cameroun. Entretien avec Oumarou Balarabé, cadre de recherche et développement au sein du Projet de conservation des sols. Oumarou Balarabé a une formation d’agronome et d’économiste. Il est ingénieur à l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad) et à la Société de développement du coton du Cameroun (Sodecoton)….

Lire PDF
Acquis et défis de l’agriculture de conservation

L’agriculture de conservation reste encore faiblement adoptée en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Cet article dresse un bilan des connaissances sur l’AC et de ses perspectives dans la région, afin d’identifier les possibilités pour la rendre plus accessible aux agriculteurs. Patrice Djamen est agronome et coordonne le Bureau Régional de l’African Conservation Tillage Network (ACT) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Nadine Andrieu, Jean- Marie Douzet et Michel Havard sont chercheurs au Cirad. Innocent Bayala,…

Lire PDF
Pourquoi de nombreuses pratiques agroécologiques de nos anciens ont-elles disparues ?

Ce témoignage retrace les évolutions de l’agriculture française depuis les années 50. Face aux coûts sociaux et environnementaux qui ont accompagné les gains de productivité du sol et du travail, il défend la mise en place de pratiques plus agroécologiques, qui préexistaient souvent avant que ne surviennent les révolutions vertes. Valentin Beauval a été agriculteur de 1981 à 2010 dans un Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) ayant deux associés en Maine et Loire en France. Sa ferme…

Lire PDF
Quelles contraintes à l’intensification agroécologique ?

Malgré de nombreuses réussites à l’échelle de projets, les pratiques agroécologiques ont du mal à se maintenir dans la durée ou à se diffuser à grande échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cet article interroge les facteurs permettant d’expliquer cette situation. Patrick Dugué est chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), au sein de l’Unité mixte de recherche « Innovation et Développement », dont les travaux de recherche porte sur…

Lire PDF
Le Programme Rime-PAMPA : des SCV à l’agroécologie

Une étude a été réalisée sur les systèmes de semis sous couvert végétal mis en place à partir des années 90 par l’AFD et divers partenaires. L’étude invite à adopter une approche plus large et participative. Jean-Luc Chotte et Martial Bernoux sont chercheurs à l’IRD, au sein de l’UMR « Eco&Sols », dont l’objectif est de caractériser les évolutions conjointes du fonctionnement des plantes et du sol sous les effets des changements globaux et des pratiques agronomiques. Christian…

Lire PDF
Regards croisés : quels obstacles à l’agroécologie ?

Plusieurs acteurs d’horizons divers livrent dans cet article leur point de vue sur les principaux obstacles à la mise en œuvre de pratiques agroécologiques à plus large échelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. Valentin Beauval a été agriculteur en France et consultant pour différentes structures sur des problématiques de développement rural et d’agroécologie. Ibrahima Coulibaly est vice-président du Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) et président de la coordination nationale…

Lire PDF
Changer d’échelle : expériences du Brésil et d’Amérique centrale

Né au Nicaragua, Campesino a Campesino offre une illustration de pratiques agroécologiques pilotées et diffusées par les agriculteurs. Au Brésil, la mise en place d’une politique nationale d’agroécologie a renforcé la dynamique portée par la société civile. Ces expériences nourrissent la réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie. Emmanuel Bayle est coordinateur de l’association Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) au Brésil, où, avec ses partenaires, AVSF expérimente et soutient la transition des familles paysannes et de systèmes…

Lire PDF
Agroécologie : comment repenser le changement d’échelle ?

Plusieurs programmes ont tenté de diffuser des pratiques agroécologiques à grande échelle, avec peu de succès. Selon Valentin Beauval et Guy Faure, il est nécessaire pour sortir de ces impasses d’abandonner l’approche « diffusionniste » au profit de méthodes intégrant les sciences sociales et reposant sur un partenariat étroit avec les producteurs. Valentin Beauval a été agriculteur dans le cadre d’un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) de 1981 à 2010 dans le Saumurois en France. Il est…

Lire PDF
Le Groupe de Travail Désertification : une réflexion sur les territoires et l’agroécologie

Le Groupe de Travail Désertification a initié un chantier de réflexion sur le changement d’échelle de l’agroécologie au niveau du territoire. Les premiers résultats invitent à opérer le changement d’échelle pas seulement par la diffusion d’un modèle, mais plutôt par la conception d’un autre mode de développement agricole du territoire. Adeline Derkimba est chargée de programmes Désertification au CARI (Centre d’actions et de réalisations internationales). Elle anime le Groupe de Travail Désertification et y coordonne le chantier «…

Lire PDF
Agroécologie et changement d’échelle : enjeux politiques et sémantiques

Les articles de ce Grain de sel consacré à l’agroécologie en Afrique de l’Ouest et du Centre apportent des éléments de réponse à plusieurs des questions posées en introduction. Ils en soulèvent aussi d’autres, dont les réponses — et ce qu’elles impliquent — restent à définir dans les années à venir. L’agroécologie recouvre en Afrique de l’Ouest et du Centre une diversité de pratiques et de techniques, dont certaines, comme les parcs d’Acacia albida, se sont révélées particulièrement…

Lire PDF
Le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte

SAWAP est l’acronyme anglais pour « Sahel And West Africa Program ». Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et la Banque Mondiale se sont associés pour développer le Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest en Appui à l’Initiative de la Grande Muraille Verte. Le SAWAP a été une réponse à l’appel des Chefs d’Etat africains lancés au cours du sommet de Ndjamena en juin 2010 [[http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/17/l-afrique-s-engage-pour-la-grande-muraille-verte_1374747_3244.html]] pour s’attaquer aux problèmes de désertification et de dégradation des…

Lire PDF
Les facettes agroécologiques de l’élevage des ruminants en Afrique de l’Ouest et du Centre

Eric Vall, Mathieu Vigne, Jonathan Vayssières et Mélanie Blanchard sont chercheurs au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) en France, au sein de l’Unité mixte de recherche Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux (Selmet). Mohamadoun A. Diallo et Ida Bénégabou sont chercheurs au Centre international de recherche –développement sur l’élevage en zone subhumide (Cirdes) au Burkina Faso, au sein de l’Unité de recherche sur les productions animales (Urpan), Alasane Ba est chercheur à l’Institut…

Lire PDF
« Plaidons pour l’agroécologie ! »

Laurent Levard est ingénieur agronome, spécialisé en développement agricole. Il travaille depuis 2010 au Gret, principalement sur les questions des politiques agricoles et commerciales, des négociations commerciales internationales et de l’agroécologie. Dans nombre de régions du monde, l’agriculture fait face à une crise écologique plus ou moins marquée. Les rendements agricoles stagnent ou diminuent. D’anciens systèmes de gestion de la fertilité (agriculture forestière, etc.) ont fréquemment disparu du fait de la pression démographique, sans être remplacés par de…

Lire PDF
Agroécologie : un petit tour dans le Mayanda, en République démocratique du Congo

L’agroécologie couvre de nombreux aspects de l’agriculture et intègre les dimensions à la fois écologiques, économiques et sociales.Ces 3 grands piliers en font une discipline complète, jouant sur l’interaction entre l’écosystème et l’homme, cherchant à préserver l’environnement et la biodiversité tout en assurant la productivité agricole et en maximisant les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Le projet de Développement Agricole et Forestier du Mayanda (DAFOMA) du GRET, situé à Boma, en RD Congo a pour but de développer…

Lire PDF
Le SECAAR au Togo : opportunités et limites du compost

Depuis 2012, le SECAAR promeut l’adoption de pratiques agro-écologiques auprès de deux groupements de producteurs au Togo. La production et l’application de compost offre de bons résultats. Sa diffusion se heurte toutefois à un manque de matériaux de compostage et de matériel. Simplice Agbavon est le Secrétaire exécutif du Service chrétien d’appui à l’animation rurale (SECAAR) Il est ingénieur agroéconomiste de formation et est chargé de la coordination des programmes au SECAAR depuis 10 ans. Le SECAAR est…

Lire PDF
L’expérience des Unions de producteurs de niébé au Burkina Faso

Depuis une dizaine d’années, les membres des unions de producteurs de niébé dans la province du Sanmatenga (Burkina Faso) ont testé et mis en œuvre un ensemble de pratiques agro-écologiques. Ils ont été accompagnés par Fert et Accir qui préconisent une approche « à petits pas », s’adaptant aux pratiques des agriculteurs. Marta Kasprzyk est ingénieure agronome et conseillère technique à Fert depuis fin 2008. Fert (www.fert.fr) est une association française de coopération internationale pour le développement agricole…

Lire PDF
Comment co-construire des systèmes de production à base d’agriculture de conservation en Afrique de l’Ouest ?

L’agriculture de conservation (AC) désigne la famille de systèmes de culture où le travail minimal du sol, la couverture végétale permanente du sol et la diversification des cultures à travers les associations et/ou rotations des cultures sont appliqués simultanément à l’échelle de la parcelle. Une étude originale menée au Burkina teste sa faisabilité. En Afrique de l’Ouest (AO), l’augmentation démographique se traduit par une demande accrue en produits agricoles et une saturation des espaces ruraux remettant en cause…

Lire PDF
Le champ école des producteurs : une approche efficace pour l’apprentissage et la diffusion de l’agriculture de conservation?

L’agriculture de conservation (AC) peut constituer une alternative pour tenir le pari de l’intensification écologique de la production agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC). Mais l’adoption de l’AC entraine des changements sociotechniques importants pour les producteurs d’AOC dont les représentations et pratiques agricoles sont majoritairement antagonistes à ses principes (travail minimal du sol, paillage et diversification des cultures). Le défi pour ses promoteurs (recherche-développement) est de mobiliser une approche susceptible de faciliter les processus d’apprentissage…

Lire PDF