Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 17 janvier 2008

Insertion des rapatriés de Côte d’Ivoire au Burkina Faso : une question complexe

Mahamadou Zongo

MigrationsBurkina Faso

Vous lisez un article de la publication "40 : Migrations interafricaines, une richesse pour le continent".

Nombre de migrants burkinabè installés en Côte d’Ivoire ont dû fuir lors des troubles fin 2002. Leur retour dans les zones rurales a modifié des équilibres existants. Il a notamment révélé qu’en matière foncière, les principes de l’État et ceux des autorités coutumières cohabitent, parfois dans la plus grande confusion…

AUTREFOIS pôle de stabilité politique et de prospérité économique, la Côte d’Ivoire a été confrontée, à partir des années 90, à des turbulences politico-identitaires qui ont abouti à une rébellion en septembre 2002. Le Burkina Faso a été accusé par les hautes autorités ivoiriennes d’être le « parrain » de la rébellion. Les ressortissants burkinabè ou d’origine burkinabè — de loin la communauté étrangère la plus importante du pays ¹ — ont alors été l’objet de représailles. Ils ont ainsi été contraints de fuir vers le Burkina Faso, où on les qualifia de « rapatriés ». Estimés dans l’ensemble à près de 400000 par le Comité national de secours d’urgence, beaucoup de rapatriés ont choisi les provinces du Houet (24%), du Poni (10 %), la Comoé (4 %) ou le Noumbiel (2 %) alors qu’ils sont principalement originaires du Bulkiemdé (11,7 %), du Sanmatenga (5, 1 %), du Yatenga (4,8%), du Passoré (4,6 %), provinces où la forte pression foncière offre moins de perspective de réinsertion en milieu rural.
Dans les provinces d’accueil, le premier impact de leur arrivée est démographique. Par exemple, la population du département de Niangoloko, dans la province de la Comoé (zone frontalière de la Côte d’Ivoire), est passée de 17069 habitants en 1998 à 30169 habitants en 2004. L’impact est plus marquant lorsqu’il est observé à l’échelle villageoise ; ainsi le village de Bogoté (département de Sidéradougou, province de la Comoé) est passé de 305habitants en 1998 à 1283 en 2004 ; dans la même période, Bossié a vu sa population passer de 654 à 2317 habitants.
En dépit du nombre très important des rapatriés, leur installation s’est réalisée sans problème majeur. Cette facilité s’explique en partie par la mobilisation de réseaux informels excluant de fait l’administration dont l’action a été limitée aux opérations d’identification, d’enregistrement ainsi qu’aux premiers secours à la frontière. Dans les départements, les actions des autorités administratives ont été parfois limitées à la sensibilisation des autorités traditionnelles pour qu’elles facilitent l’accueil « des compatriotes en détresse ».

Le tutorat comme institution d’accueil. Bien avant la rébellion de 2002, la dégradation de la situation des étrangers en Côte d’Ivoire dans les années 90 avait suscité un mouvement de retour. Les migrants d’alors s’étaient orientés vers les zones les moins peuplées en milieu rural (provinces de l’ouest et du sud-ouest), ou dans les centres semi-urbains du Burkina Faso. Ces migrants — ayant laissé, notamment, des investissements dans leurs zones de provenance — y avaient maintenu des contacts. Ils allaient participer à l’accueil des rapatriés après le déclenchement de la rébellion, jouant le rôle de premier tuteur et surtout de courtier auprès des autorités coutumières pour l’obtention des parcelles d’habitation puis des terrains pour l’agriculture. Si le choix des destinations en zone rurale se faisait certes en fonction des disponibilités foncières, il tenait aussi compte des réseau relationnels, au sein desquels se trouvait le tuteur. Les rapatriés étaient ensuite accueillis dans les villages par un notable local qui, en quelque sorte, prenait le relais du premier tuteur. Ce deuxième intermédiaire a pu jouer le rôle de « premier secours », notamment par la prise en charge partielle ou intégrale de ces « étrangers ». Généralement, les rapatriés se sont regroupés en fonction de leurs zones de provenance.

Des dynamiques foncières inédites. Dans leur majorité, les rapatriés se sont installés en zone rurale où le foncier est officiellement régi par l’État. En effet, depuis 1984 l’adoption de la Réorganisation agraire et foncière (Raf), a fait de la terre une propriété exclusive de l’État ². Cependant en milieu rural, cette loi est restée théorique et ignorée de tous les acteurs, y compris des représentants de l’État. Par conséquent, ce sont les règles coutumières qui organisent l’accès à la terre.
Traditionnellement, la terre en milieu rural est un patrimoine collectif inaliénable ; les non-membres de la communauté pouvaient y accéder uniquement par prêt (généralement à durée indéterminée). Si le temps d’exploitation et les superficies n’étaient pas précisés, en revanche la convention était assortie de certaines restrictions (interdiction de planter, d’abattre les essences utilitaires, de prêter à autrui, etc.). Les contreparties exigées portaient essentiellement sur le respect des codes locaux de la sociabilité. Parfois, le versement annuel d’une contribution symbolique (en céréales, et petits animaux) était également exigé. Ces contributions avaient pour rôle de réaffirmer les droits de chacun.
L’arrivée des rapatriés va impulser ou accompagner des innovations, parfois radicales, dans le foncier.
Dans la zone frontalière (Comoé, sud-ouest) également zone de front pionnier, seuls les tout premiers rapatriés ont obtenu les terres selon les modalités traditionnelles. L’importance du flux de migrants entraîna de premières modifications : raccourcissement de la durée, délimitation précise des superficies, augmentation des contreparties et progressivement leur substitution par de l’argent (ainsi, courant 2003, le poulet a été remplacé par la somme de 1000 puis 1500 FCFA et la chèvre par la somme de 4000, 6000 puis 7500 FCFA).
Parallèlement, des ventes de terres ont fait leur apparition. Initialement facturé entre5000 et 7000 FCFA, l’hectare va se négocier entre 20000 et 25000 FCFA à partir du mois d’octobre 2003. Certaines transactions monétarisées sont « mixtes », l’argent étant accompagné de dons de chèvres et de poulets.
Avec l’apparition de la monétarisation, les premiers rapatriés, qui avaient acquis leurs terrains selon les modalités traditionnelles, ont été contraints de renégocier la nature des transactions. Craignant de se voir retirer leurs terres, ils ont, le plus souvent, transformé le prêt traditionnel en achat.
La monétarisation brutale des transactions foncières dans un contexte d’absence d’instances de régulation légale et légitime est source potentielle de conflit. En effet, la notion même de « vente » n’a pas la même signification pour tous.
Pour les rapatriés, l’achat leur confère le droit d’exploiter la terre de façon définitive, avec la possibilité de la revendre en cas de départ. Par contre, pour les autochtones, la vente n’a pas la même signification ³. Ainsi, nombre d’entre eux exigent le maintien des clauses non foncières d’une part et, d’autre part, refusent la formalisation.
Dans les localités où les ventes sont importantes, les transactions sont contestées soit par les autres membres de la famille du vendeur (pour ne pas y avoir été associés), soit par les jeunes autochtones qui y voient une dilapidation du patrimoine foncier, hypothéquant ainsi leur propre avenir. Il est également fréquent de rencontrer des cas de vente d’une seule parcelle à plusieurs acquéreurs.
Face aux incertitudes et à l’instabilité des transactions foncières, les différents usagers utilisent des stratégies diverses pour sécuriser leurs droits en tentant de combiner l’inscription des relations foncières dans le registre socioculturel (respect des normes de sociabilité, respect des clauses de la convention, etc.) et la formalisation.

État-autorités coutumières : une renégociation des rapports. L’accueil et l’installation des rapatriés ont mis en exergue la complexité des rapports entre l’État et les autorités coutumières. Écartés du foncier par la loi, les détenteurs des droits coutumiers considèrent l’État comme un acteur illégitime qu’ils craignent sans pour autant respecter ses prescriptions dans le domaine foncier. D’ailleurs, certaines actions de État sont progressivement remises en cause par les détenteurs des droits coutumiers. Par exemple, les autorités coutumières du village de Folonzo (département de Niangologo) ont profité de l’émotion suscitée par la situation des rapatriés pour les installer dans la forêt classée qui avait amputé le village d’une partie de ses réserves foncières.
L’accueil des rapatriés met en exergue la très forte prégnance des principes coutumiers et le faible ancrage de l’État en milieu rural. En dépit de l’importance de leurs flux, les rapatriés ont pu s’installer et obtenir des terres grâce aux procédures locales. L’évolution des transactions foncières qui en a découlé montre, par contre, les limites du système local, car les innovations se sont réalisées à l’encontre de l’esprit des principes fonciers traditionnels. Les potentialités conflictuelles de ces évolutions résident moins dans leur nature que dans l’absence d’instances légales et légitimes de régulation. Cette situation, qui menace la paix sociale, interpelle l’État dont les lois et textes restent inapplicables, parce qu’ils ne tiennent pas compte des réalités sociologiques du terrain.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "40 : Migrations interafricaines, une richesse pour le continent".

Grain de sel n°40 : Migrations interafricaines, une richesse pour le continent

Editorial Une nouvelle donne pour les agricultures africaines ? Gros sel L’invité de Grain de sel : Thierno Bah Forum La microfinance n’est ni un miracle ni un mirage Lutte contre la pauvreté. La Banque mondiale se mettrait-elle au vert ? APE : l’Afrique de l’Ouest ne signera pas d’ici la fin 2007 Dossier : Migrations interafricaines, une richesse pour le continent Migrations en Afrique de l’Ouest, une longue histoire Impact des migrations sur l’environnement La « rente…

Lire PDF
Manifestations du phénomène migratoire dans un village du Mali. Réflexions sur le devenir des jeunes agriculteurs
Dominique Delacroix

Au moment où les migrations de populations rurales vont en s’accélérant en Afrique de l’Ouest et où les responsables des pays d’origine et d’accueil des migrants tentent d’imaginer des solutions pour les restreindre ou les endiguer (mesures de limitation, politique de co-développement), il peut être intéressant d’examiner, quelles sont les manifestations de ce phénomène dans les zones de départ. Comment convient il d’interpréter l’occurrence des mouvements migratoires ? Existe-t-il ou non un avenir pour les jeunes agriculteurs au…

Lire PDF
Migrations et autonomie alimentaire des ménages ruraux dans le bassin arachidier du Sénégal
Michel Benoit-Cattin, Suwadu Sakho Jimbira

Compléments à l’encadré publié en page 19 (dossier migrations) Kanene est un village du nord du bassin arachidier, (département de Kebemer) comme des dizaines d’autres, par une piste sableuse à une quinzaine de km de sa sous-préfecture, elle-même à quelques dizaines de km de l’axe Dakar-Thiès Saint-Louis par une route goudronnée. Dans ce village on a recensé 50 unités familiales de production consommation (Ndiel) de 6 à 50 personnes (moyenne 18 ). Comme dans l’ensemble du bassin arachidier,…

Lire PDF
L’Office du Niger. Du travailleur forcé au paysan syndiqué.
Inter-reseaux

Un film documentaire de Loïc Colin et Vincent Petit.

Lire PDF
Kiosque
Inter-reseaux

Une aventure en microfinance : Amret au Cambodge Pierre Daubert L’agriculture mondialisée Jean-Paul Charvet Terre rouge Julie Blanchin, Laurent Sick Réformes foncières et gestion des ressources naturelles en Guinée. Enjeux de patrimonialité et de propriété dans le Timbi au Fouta Djalon Moustapha Diop

Lire PDF
Boom des cours mondiaux de céréales : feu de paille ou début d’une nouvelle ère ?
Hervé Guyomard

Depuis le milieu de 2006, nombre de matières premières agricoles ont augmenté de manière spectaculaire. Pourquoi ? Quels scénarios d’avenir envisager ? Hervé Guyomard porte un regard analytique sur l’évolution des marchés céréaliers, puis il apporte un éclairage sur les évolutions actuelles, et donne quelques éléments de prévision à moyen terme. En une année, de septembre 2006 à 2007, le cours mondial moyen du blé tendre Soft Red Winter (SRW) Free on Board (FOB) B a crû de…

Lire PDF
Les producteurs sont chocolat
Sylvie Sciancalepore

Pour cette première publication de la rubrique « Matières premières », en co-édition avec le bulletin Produitdoc de l’Agence française de développement, nous avons choisi de vous parler cacao. Un produit stratégique s’il en est, dont l’Afrique est le premier producteur mondial.SOIXANTE-DIX POUR CENT du cacao mondial provient de l’Afrique de l’Ouest. La Côte d’Ivoire, à elle seule, représente 39%de la production mondiale, suivie par le Ghana avec 21 %, le Nigeria 5 % et le Cameroun 5…

Lire PDF
Conseil agricole au Bénin : des évolutions à suivre
Estelle Deniel (Inter-réseaux)

Au Bénin, le conseil agricole a connu bien des évolutions au cours du temps. Après le désengagement de l’État, un paysage nouveau s’est mis en place… Aujourd’hui, si l’État revient sur le devant de la scène et si de nouveaux acteurs sont désormais incontournables, le conseil demeure un élément clé de politique agricole. Éclairages. Le Conseil Agricole constitue un volet important des politiques agricoles. En effet, les choix de types de conseil à développer et de types d’agricultures…

Lire PDF
Transformation et vente du riz local : les femmes sauvent la mise
Yves Yersin

Au Burkina Faso, la commercialisation du riz n’est pas une mince affaire. Alors que les importations vont bon train, les producteurs locaux peinent à écouler leur production. Non loin de Bobo Dioulasso, des coopératives rizicoles s’en sortent grâce au travail des femmes. Leur recette ? allier qualité et nouveaux débouchés…L’ETUVAGE DU RIZ se pratique depuis longtemps dans les zones de production rizicoles du Burkina Faso. Cette activité, traditionnellement pratiquée par les femmes, est à l’aube de mutations importantes….

Lire PDF
Les migrations, objectif et moyen de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest
Marie Trémolières

-Entretien avec Jean de Dieu Somda, Vice-président, Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao)Le trentième Sommet ordinaire des Chefs d’État et de Gouvernement de la Cedeao réuni à Abuja en juin 2006 a mandaté la Commission de la Cedeao pour définir une approche commune de la région sur la migration. L’objectif ? Que les migrations soient, avant tout, facteur de développement et d’intégration régionale. LES ÉTATS MEMBRES de la Cedeao se sont engagés…

Lire PDF
Quand la circulation migratoire entre les deux rives du Sahara s’intensifie
Olivier Pliez, Sylvie Bredeloup

Rejoindre l’Europe ? Tel n’est peut-être pas le seul but des milliers de migrants d’Afrique subsaharienne. Nombre d’entre eux s’arrêtent en effet aux abords de la Méditerranée, s’installant dans les pays d’Afrique du Nord. Une région devenue « zone de transit », mais surtout lieu de nouvelles migrations, plus variées qu’il n’y paraît… DEPUIS QUELQUES ANNEES, les médias braquent essentiellement leur attention en direction des milliers de ressortissants subsahariens qui encourent des risques mortels à bord de pirogues,…

Lire PDF
Insertion des rapatriés de Côte d’Ivoire au Burkina Faso : une question complexe
Mahamadou Zongo

Nombre de migrants burkinabè installés en Côte d’Ivoire ont dû fuir lors des troubles fin 2002. Leur retour dans les zones rurales a modifié des équilibres existants. Il a notamment révélé qu’en matière foncière, les principes de l’État et ceux des autorités coutumières cohabitent, parfois dans la plus grande confusion… AUTREFOIS pôle de stabilité politique et de prospérité économique, la Côte d’Ivoire a été confrontée, à partir des années 90, à des turbulences politico-identitaires qui ont abouti à…

Migrations dans les terres libérées de l’onchocercose : risques et opportunités
Koffi N’Guessan

L’onchocercose ou « cécité des rivières » est une maladie répandue en Afrique de l’Ouest. La simulie, une mouche vecteur de la maladie vivant dans les bassins des cours d’eau a longtemps chassé les populations de ces régions. Des programmes d’assainissement ont permis la libération de ces terres fertiles, entraînant de nombreuses migrations. L’onchocercose ou « cécité des rivières » est une maladie répandue en Afrique de l’Ouest notamment dans la zone soudano-sahélienne couvrant le Nord des pays…

Lire PDF
La « rente migratoire », levier de développement ?
Flore Gubert

Seconde source de financement extérieur de l’ensemble des pays en développement, l’argent des migrants fait l’objet de multiples débats. Est-il facteur de développement ou ne sert-il qu’à alimenter des comportements rentiers ? La réalité est moins simple qu’il n’y paraît, d’autant plus difficile à mesurer que ses impacts sont multiples. La question de la contribution des migrants au développement de leur pays d’origine fait l’objet d’une attention soutenue depuis quelques années. Pour preuve, rares sont les grands sommets…

Lire PDF
Impact des migrations sur l’environnement
Frédéric Sandron

Si les interactions population-environnement-développement font l’objet de nombreuses recherches au Nord, elles sont moins étudiées dans les pays en développement. Un programme de recherche associant 17 pays dont 11 en Afrique subsaharienne s’est attaché à mieux les comprendre. La forte croissance démographique contemporaine des villes de l’Afrique est un phénomène largement connu et documenté. On sait qu’une part non négligeable de cette croissance est due aux migrations internes issues du monde rural. De nombreux travaux de recherche essaient…

Lire PDF
Migrations en Afrique de l’Ouest, une longue histoire
Nelly Robin

Un retour sur l’histoire des migrations en Afrique de l’Ouest permet de mieux saisir l’ampleur d’un phénomène constitutif de la région. Nelly Robin, chercheuse spécialiste du Sénégal, résume l’histoire des migrations de la période coloniale à nos jours. Pour mieux identifier de nouvelles formes de migrations. L’Afrique de l’Ouest est un territoire de très fortes mobilités, animé par des migrations internes et des migrations internationales qui ont une longue histoire et sont souvent étroitement liées. C’est aussi la…

Lire PDF
APE : l’Afrique de l’Ouest ne signera pas d’ici la fin 2007
Mohamed Ibn Chambas

De passage à Paris, le président de la Commission de la Cedeao, le Dr Mohamed Ibn Chambas, justifie le refus de la région de signer l’APE avant la fin de l’année. Il évoque aussi les risques pour l’APE, promu initialement comme moteur d’intégration régionale, de diviser la région. À quelques semaines de la date butoir de décembre 2007, tout reste à faire. Grain de sel : Pourriez-vous nous dire quelle est la raison de votre présence à Paris,…

Lire PDF
Lutte contre la pauvreté. La Banque mondiale se mettrait-elle au vert ?
Anne-Sophie Brouillet, Oriane Turot

Il était grand temps, pour la Banque mondiale, de réhabiliter le rôle crucial de l’agriculture. C’est chose faite avec le Rapport sur le développement dans le monde 2008, sorti le 19 octobre. La Banque semble vouloir faire amende honorable et renverser le relatif désintérêt pour le secteur depuis plus de 20 ans. Point de vue du Réseau IMPACT. Le rapport constitue un plaidoyer bienvenu en faveur de forts investissements dans l’agriculture et de soutiens au monde rural en…

Lire PDF
La microfinance n’est ni un miracle ni un mirage
Dominique Gentil, François Doligez

François Doligez et Dominique Gentil réagissent à la publication, dans GDS 38 (mars-mai 2007), d’un article de Solène Morvant-Roux intitulé « Microfinance et réduction de la pauvreté : la fin d’un mythe ? ». Participez à ce débat sur les impacts de la microfinance : envoyez-nous vos réactions, commentaires, articles : gds@inter-reseaux.org Critiquer les modes, les pensées dominantes et les illusions est toujours une entreprise salutaire. Solène Morvant-Roux a tout à fait raison de montrer que la microfinance…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Thierno Bah
Thierno Bah

Grain de sel : Quelle est l’histoire de la création de l’Inader ? Thierno Bah : Je viens moi-même de l’Inades Formation en Côte d’Ivoire, où j’ai travaillé pendant 20 ans à Abidjan, puis à Bouaké, où je travaillais sur l’appui à l’installation des jeunes déscolarisés en milieu rural. J’ai alors pensé créer un tel centre en Guinée forestière à Nzérékoré, une région en grande difficulté, où, notamment sur le plan institutionnel, rien n’existait alors. Nous avons soumis…

Lire PDF
Une nouvelle donne pour les agricultures africaines ?
Jean-Claude Devèze

La période actuelle, avec ses modifications des marchés et ses évolutions du contexte institutionnel, semble propice aux réflexions sur l’avenir des agricultures africaines. Ainsi, l’augmentation des cours des produits agricoles et les tensions qui en découlent conduisent les responsables politiques à réexaminer leurs stratégies alimentaires au niveau de leur pays, de leur région et de leur continent. Ensuite, les négociations commerciales en cours reposent la question des liens entre commerce et développement agricole. Enfi n, les inquiétudes sur…

Lire PDF