Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 24 avril 2012

L’Afrique est-elle disponible ? Ce qu’on voit quand on regarde

Gérard Chouquer

FoncierPolitique foncière

Vous lisez un article de la publication "57 : Foncier : Innover ensemble".

L’appréciation de l’ampleur des transferts de terre se heurte à un accès difficile à l’information. Cette situation évolue favorablement avec la mise à disposition de portails de type Google Earth. On n’en est que plus étonné de lire des appréciations déconnectées des réalités les plus évidentes sur l’occupation réelle des terres.

La réponse des agronomes et des géomaticiens

Un tiers des terres arables mondiales seraient effectivement cultivées. Dans une étude commandée par l’International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA) et la FAO parue en 2002, les auteurs estimaient que dans le monde, seul un tiers des terres arables sont effectivement cultivées, soit 1,5 milliard d’ha sur un total de 4,2. Il resterait ainsi 2,7 milliards d’ha de terres exploitables non cultivées, pour moitié situées dans les pays en développement. Plus récemment en 2010, Laurence Roudart a analysé les trois bases de données actuellement disponibles pour évaluer les terres disponibles, celle de l’IIASA (dite Gaez), celle de la FAO (Faostat) et celle du Center for Sustainability And the Global Environment (Sage). Ce sont des données d’origine statistique ou satellitaire. Selon trois hypothèses, plus ou moins restrictives, l’extension de la superficie cultivée mondiale pourrait être de 1 milliard d’ha au plus bas, 1,45 en hypothèse moyenne et 2,35 milliards d’ha dans l’hypothèse haute. Tenant compte de différents facteurs de correction et se situant dans l’hypothèse basse, celle qui ne touche pas aux forêts, par exemple, elle arrive à un total de 527 millions d’ha disponibles. Une autre étude, Agrimonde (2009), due à l’Inra et au Cirad, explique que d’ici 2050 il sera possible de gagner à la culture une superficie de 590 millions d’ha, dont 224 pour les agrocarburants, chiffre que Laurence Roudart estime « non seulement plausible mais même modeste ».
On comprend surtout qu’on puisse parvenir à de tels totaux, quelle que soit l’hypothèse, si on compte les forêts, si on n’ôte pas les zones protégées, les surfaces occupées par les villages et les villes, si on ne tient pas compte de sévères contraintes existant sur des zones pourtant classées comme étant disponibles et si on retient les pâturages comme zones possibles d’extension. Par exemple, dans les estimations les plus hautes, la répartition géographique des terres ainsi présumées disponibles fait immédiatement surgir le Brésil et la République démocratique du Congo, c’est-à-dire les deux pays possédant les deux plus grandes forêts du monde ! L’Afrique est au coeur de ces statistiques et de ces cartographies. C’est dans ce continent qu’on pointe les possibilités d’extension les plus fortes, installant ainsi le concept de continent-hôte. Comment récuser les investissements étrangers quand on nous dit que les deux tiers des surfaces arables sont inexploitées ? Comment oser contester quelques dizaines ou centaines de milliers d’ha, quand on nous dit qu’entre un et deux milliards d’ha sont disponibles ?

Un usage discutable des chiffres et des cartes. De tels chiffres sont les produits de méthodologies discutables, lorsque celles-ci ne regardent pas vraiment ce qu’elles sont censées observer. Leur caractère universel et généralisable est en cause. Dans certaines méthodologies on travaille avec des images qui ont un pixel de 5 minutes angulaires, c’est-à-dire qui couvrent une surface de 86 km², réduite ensuite sur les images qu’on nous montre sur moins d’un millimètre carré : 86 km² c’est le territoire de trois ou quatre grosses communautés, avec leurs villages et leurs hameaux. Bien entendu, on ne les voit plus ! Si l’on veut tirer des considérations sur l’occupation il n’y a pas d’autre voie que d’en passer par la cartographie détaillée et l’inventaire des formes. Le défaut de ces études est donc de ne pas corréler l’examen global avec de nombreux sondages à très haute définition pour voir le réel. Quand on le fait, on voit du plein là où les études cartographient du vide. La responsabilité n’est pas due à l’imagerie elle-même, mais bien à l’usage réducteur qu’on en fait. On ne sait plus associer l’analyse automatique à échelle très vaste avec l’observation à vue à échelle très détaillée et concrète.
Bien entendu, ma critique ne porte pas sur la légitimité de la pratique de la géomatique. Elle ne vise que les praticiens qui ne savent pas dire aux décideurs qui les consultent : nous ne pourrons répondre à votre demande qu’en associant les méthodologies.
Il existe donc un risque majeur : que des modes d’observation extensifs et des études trop globales, utilisant la prétendue ubiquité d’observation des images de satellites, conduisent à des appréciations fausses des réalités géographiques et sociales. Ensuite, sur le terrain, si on conduit un investisseur qui ne connaît rien aux systèmes fonciers dans certaines brousses, on peut réussir à lui montrer ce qu’on veut : il n’y voit aucun champ comparable à ceux qu’il connaît dans son pays d’origine et il peut en conclure que la place est effectivement libre. Plus généralement, on ne possède pas d’inventaires cartographiques sérieux et publics qui permettraient de savoir ce qui est occupé, ce qui est à l’abandon, ce qui est titré, ce qui ne l’est pas, ce qui est terre de parcours, ce qui fait l’objet d’une agriculture cyclique, etc. De telles cartes se réalisent à des échelles très détaillées, sinon elles courent le risque d’être elles-mêmes vides… de sens. C’est un des buts de l’Observatoire des formes du foncier dans le monde que développe France Internationale Expertise Foncière.


Sur l’image Landsat (en haut), l’échelle réduite et la tonalité uniforme donnent une désespérante impression de vide : on ne voit pas Sanamadougou (flèche). Mais dès qu’on zoome (en bas), on voit le village exactement partagé par les périmètres des concessions aux Moulins Modernes du Mali et à Sosumar. (Image Landsat et capture de Google Earth)

La réponse des théoriciens et des gouvernements

Des « terres oisives », selon les économistes. Les théoriciens de l’économie, comme par exemple ceux de l’école de Stanford (Paul Romer), quant à eux, développent des rhétoriques adaptées à l’idée de vacance des terres : les continents sans lumières, les terres oisives, l’abandon.
Rappelons un exemple historique : on se souvient de la façon dont la jachère a été instrumentalisée en Europe aux XVIII et XIX s. pour favoriser l’appropriation des terres collectives des communautés par des entrepreneurs et des agriculteurs riches. La jachère, c’était, dans les systèmes traditionnels, cette année de labours répétés pour préparer la terre, sans encore l’ensemencer, à un nouveau cycle de rotation. Jachérer la terre, signifiait la travailler et non pas la laisser reposer, et encore moins, pour l’agriculteur, se reposer. Or, à cette époque, on a réussi à inverser le sens puisque le terme signifie encore aujourd’hui le repos. Que s’était-il passé ? Pour mieux permettre l’appropriation de ces terres, les tenants de la nouvelle agriculture ont alors stigmatisé la jachère pour mieux la combattre et la dévaloriser.
C’est exactement ce qui se produit en ce moment, avec l’emploi de la notion de terres oisives ou de friches dans les continents réputés vides. Quand on parle d’« Idle » land, littéralement les terres paresseuses ou oisives, on ne fait rien d’autre que de stigmatiser un mode d’occupation des terres pour mieux en justifier l’appropriation. On conforte ainsi la dénonciation non innocente des terres dites « vacantes et sans maîtres ». On justifie même, dans certains cas, le fait de pouvoir les accaparer sans avoir à les reconnaître au préalable par des études d’impact sérieuses, puisqu’elles sont vides ou réputées telles. On répète donc, avec cette notion, et à l’échelle du monde, un processus de disqualification sociale et géographique que l’on a déjà connu dans le passé.
Paul Romer, par exemple, exploite une astuce dans ses présentations : il montre un planisphère nocturne qui a la fonction d’opposer les continents éclairés et les continents sans lumières. Il laisse ainsi se développer l’idée que des régions entières du globe sont vides et destinées à devenir hôtes des projets économiques des autres. Il peut alors résumer le monde à un triangle entre des continents-sources (par exemple l’Asie du sud et du sud-est, qui sont source de demandes de toutes sortes), des continents-hôtes (l’Afrique, l’Amérique latine, qui sont vides ou presque), et des continents-garants (l’Europe, les États-Unis, la Chine, qui ont les masses financières et les institutions).

Une situation juridique dont jouent les gouvernements. Après les experts de l’image, après les économistes, que disent les gouvernements des pays-hôtes ? Leur réponse va dans le même sens. Ils jouent sur la conception domaniale de la terre qui domine dans la plupart des pays en développement. Dans ces pays, il existe en effet une situation juridique qui fait que la terre n’est possédée en propre par personne, car tous les habitants ne sont que les usufruitiers du sol domanial. Dans ces conditions, les gouvernements prétendent que ce qui est domanial est géré par l’État, et ils usent de la terre à discrétion. En Afrique, on ne compte plus les « banques de la terre », les offices et les agences (« boards » ou « directorates »), suscités par les gouvernements, qui comptabilisent la terre et la placent auprès des investisseurs étrangers, quelquefois en leur garantissant qu’ils n’y trouveront personne.
Si on crée en Afrique des secteurs agro-industriels, il ne faut pas oublier qu’on le fera en transformant des situations existantes, écologiques ou agricoles, et non pas en passant de la terre vide et improductive à la terre fertile parce que mise en valeur. On le fera en déplaçant des populations car on touche à des zones peuplées. On se battra, notamment, pour le partage de la ressource en eau : par exemple, les investissements au Mali ne se font pas dans le désert, mais bien dans le delta intérieur du Niger, là où l’occupation est déjà très forte et la question de la quantité d’eau disponible deviendra vite problématique. L’investissement dans la terre ne concerne pas des zones vides mais bien celles sur lesquelles existent déjà une présence et des héritages. Là est le problème que les statistiques et les discours veulent masquer et que les gouvernements entendent exploiter.

Gérard Chouquer est agrégé d’histoire et directeur de recherches au CNRS. Rédacteur en chef de la revue Études rurales, il participe aux travaux de l’Ordre des Géomètres- Experts, à travers l’association France International Expertise Foncière. Il est membre du Comité technique « Foncier et Développement » de la Coopération française. Principale publication sur le sujet : Gérard Chouquer, Terres porteuses. Entre faim de terres et appétit d’espace, éd. Errance, à paraître en 2012

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "57 : Foncier : Innover ensemble".

Lancement de la campagne agricole 2012-2013 : SOUS LE POIDS DE LA CONJONCTURE
L'essor (Mali)

La campagne agricole 2012-2013 a été officiellement lancée hier. L’événement était présidé par Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, sur les terres de l’Institut polytechnique rural/Institut de formation et de recherches appliquées (IPR/IFRA) de Katibougou (Koulikoro). C’était en présence du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Moussa Léo Sidibé, d’autres membres du gouvernement, des directeurs des services centraux en charge du développement rural, des chefs de projets et programmes de développement agricole, du président de l’Assemblée…

Lire PDF
Glossaire « spécial foncier »
Aurore Mansion

– Bail : contrat par lequel une partie autorise un tiers à jouir d’une terre ou de ses ressources pendant un certain temps, moyennant le versement d’un loyer. Cadastre : documentation officielle, cartographique et littérale, donnant une information sur l’occupation humaine des sols et ses limites. Désigne également l’administration en charge d’établir et mettre à jour ces documents Domaine privé de l’État : englobe tous les biens appartenant à l’État et qui sont détenus et gérés par lui…

Lire PDF
Quels horizons pour la question foncière en Afrique de l’Ouest ? Note de lecture
Aurore Mansion

Certaines politiques contemporaines offrent de vraies alternatives pour sécuriser le plus grand nombre. Mais qu’en sera-t-il demain ? Alain Durand Lasserve et Étienne Le Roy proposent dans leur ouvrage « La situation foncière en Afrique à l’horizon 2050 » un certain nombre de repères pour les décennies à venir. Des repères pour anticiper et agir. Les initiatives documentées dans ce numéro de Grain de sel montrent qu’il existe aujourd’hui des avancées significatives dans de nombreux pays d’Afrique de…

Lire PDF
Le rural dans une réforme foncière globale : opportunités et risques. Le cas du Bénin
Claire Simonneau, Philippe Lavigne-Delville

Les dynamiques foncières en milieux urbain et rural sont contrastées. Les deux secteurs sont souvent gérés de façon différente. Vouloir traiter dans un cadre uniforme le foncier rural, urbain et périurbain risque de poser des problèmes, dès lors que l’on touche à la nature des droits reconnus. Répondant au même besoin de lutter contre l’insécurité foncière, des expériences de réformes ont été effectuées parallèlement en zones rurales et en zones urbaines au Bénin depuis l’indépendance. Depuis 1960 :…

Lire PDF
Quand une OP met en place un service foncier : l’exemple de Fifatam à Madagascar
Ando Ralandison, Elsa Lauga

Dans un contexte foncier difficile et mouvant, Fifatam propose depuis plus de dix ans un accompagnement à ses membres pour la reconnaissance de leurs droits fonciers. Ce service se décline en conseil juridique, appui à la sécurisation et plaidoyer. Le tout en bonne intelligence avec les services techniques. Impasse de l’immatriculation foncière * à Madagascar et réforme de 2005. La question foncière à Madagascar constitue un enjeu crucial. Trois quarts de la population malgache vit en milieu rural,…

Lire PDF
Les enjeux de la mise en oeuvre de la loi portant régime foncier rural au Burkina Faso
Jean-Pierre Jacob, Peter Hochet, Sayouba Ouédraogo

La nouvelle loi foncière au Burkina Faso est porteuse d’espoirs pour sécuriser les paysans sur leurs terres. Encore faut-il qu’à la différence de la précédente loi, celle-ci soit appliquée… Interviews de plusieurs acteurs impliqués dans la mise en oeuvre de cette réforme. GDS : Comment et pourquoi est née la politique nationale de sécurisation foncière en milieu rural au Burkina Faso ? ¹ Koudregma Zongo, du Millenium Challenge Account : Le Burkina a la chance d’avoir eu le…

Lire PDF
Vers la mise en place d’une gestion foncière communale dans la vallée du fleuve Sénégal
Claire Galpin, Matthias Koffi

Au Sénégal, la loi sur le Domaine national est aujourd’hui remise en cause. Une réforme est revendiquée, mais elle a besoin de références à partir desquelles se construire. Des recherches et expériences tentent d’alimenter les débats à venir. Parmi elles, le projet d’appui aux communautés rurales de la vallée du fleuve Sénégal. Une loi dépassée et peu appliquée. En Afrique de l’Ouest, le foncier est généralement caractérisé par deux régimes différents : les terres investies de la domanialité…

Lire PDF
Le combat du CNCR pour la prise en compte des préoccupations foncières des exploitations familiales
Baba Ngom, Ibamar Faye, Oussouby Touré, Sidy Seck, coba

Depuis sa création en 1993, le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) a fait de la problématique foncière au Sénégal une question cruciale sur le plan politique, mais aussi social. L’expérience acquise par ce mouvement paysan autonome mérite d’être partagée, notamment avec d’autres organisations paysannes africaines. Une démarche innovante s’appuyant sur un dispositif associant des spécialistes du foncier et des leaders paysans. Le CNCR a engagé depuis 1998/99 un important processus de consultation sur…

Lire PDF
Côte d’Ivoire : le foncier au coeur des enjeux de reconstruction
Georges Kouamé, Jean-Philippe Colin, Jean-Pierre Chauveau, Moussa Koné, Noël Kouassi, Samuel Bobo

Alors que cet article était en cours de rédaction, notre collègue et ami Samuel Koffi Bobo est décédé en Côte d’Ivoire. Cette contribution est dédiée à la mémoire de ce jeune chercheur appelé à un avenir brillant, dont les qualités humaines étaient unanimement reconnues. Le conflit ivoirien (2002-2011) a exacerbé des tensions foncières anciennes engendrées par d’intenses migrations agraires, notamment dans la zone forestière. Une loi sur le domaine foncier votée en 1998 avait tenté d’apporter une réponse…

Lire PDF
Le Code rural du Niger. Une expérience unique de gouvernance du foncier agropastoral
Clara Jamart

Afin de répondre aux défis de la gestion des terres dans un contexte de ressources naturelles limitées, et avec l’objectif de lutter contre l’insécurité alimentaire, la dégradation de l’environnement et les conflits en zone rurale, le Niger a mis en place un outil original et novateur : le Code rural. Un outil original et novateur de gouvernance du foncier. Dès l’indépendance du Niger, plusieurs dispositions législatives et réglementaires ont été prises pour sécuriser les droits des populations rurales…

Lire PDF
La mobilisation des organisations d’éleveurs pour sécuriser leur accès à la terre
Dodo Boureima, Réseau Billital Maroobé

Le foncier est aujourd’hui au coeur des enjeux de développement du pastoralisme. Face à des politiques qui cherchent le plus souvent à sédentariser les éleveurs, des organisations se sont constituées et se mobilisent pour défendre la mobilité pastorale et promouvoir une sécurisation de l’accès à la terre des pasteurs et des éleveurs. Grain de sel : Quelles sont les principales difficultés foncières auxquelles sont confrontés les pasteurs dans le Sahel aujourd’hui ? Dodo Boureima : D’abord le foncier…

Lire PDF
L’appropriation des droits fonciers. Tout s’achète et tout se vend facilement, en Afrique. Tout, sauf la terre.
Joseph Comby

Dans la bourgade la plus reculée, se procurer de l’or ou un ordinateur, est moins compliqué que d’acquérir légalement un bout de terre. Ces dysfonctionnements tiennent au fait que 50 ans après les Indépendances, les États ont conservé les principes du système foncier colonial, taillé sur mesure pour servir les intérêts du pouvoir en place. Un système foncier colonial à bout de souffle. Les principes de base des législations foncières sont donc restés ceux qui avaient été introduits…

Lire PDF
Les initiatives des acteurs régionaux ouest-africains et continentaux en matière foncière

Il y a encore peu d’années, on pouvait constater une absence d’initiatives régionales et continentales sur les questions foncières. Les rôles des différentes institutions demeuraient flous et des divergences de vue existaient sur ce qu’il convenait d’entreprendre à ces échelles. Cette situation a radicalement évolué. Le Cadre et les lignes directrices de l’Union africaine sur les politiques foncières. En 2006, conscientes du rôle central du foncier dans le développement économique de l’Afrique, la Commission de l’Union africaine (CUA),…

Lire PDF
L’accaparement des terres est un problème de société. Le point de vue du Roppa
Mamadou Goïta, Roppa

Le réseau des OP d’Afrique de l’Ouest s’alarme des pressions foncières actuelles. Il rappelle que l’accaparement est un mal plus profond qu’on ne le pense. Il conteste l’idée selon laquelle les États ouest-africains n’auraient pas les ressources propres pour investir dans l’agriculture, et qu’il faudrait tout miser sur le privé pour développer le secteur agricole. GDS : Quels sont les grands enjeux fonciers du moment en Afrique de l’Ouest selon le Roppa ? Mamadou Goita : La situation…

Lire PDF
Garantir des investissements réels et durables. Les tentatives de régulation au niveau international
Caroline Plançon

Les acteurs se positionnent différemment selon leur appréciation des risques et les opportunités offertes par les investissements à grande échelle. Pour tenter d’équilibrer les rapports de force, la communauté internationale cherche à définir des règles pour garantir que les investissements soient réels et durables. Depuis quelques années, des investisseurs publics et privés, nationaux ou étrangers, lancent des programmes d’acquisition, de location ou d’utilisation contractuelle de terres agricoles dans des pays présumés disposer de ressources foncières. Cette tendance s’est…

Lire PDF
Réorienter les investisseurs sur l’amont ou l’aval des filières. Le regard d’Olivier de Schutter
srfood

Le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation s’inquiète de la tendance à limiter le champ des investissements dans l’agriculture aux seuls investissements fonciers. Les investisseurs privés devraient davantage s’insérer dans les filières (amont, aval) sans menacer l’unique capital des populations pauvres, la terre. Grain de Sel : Que pensez-vous de l’expression d’« accaparement des terres » ? Comment la définiriez-vous ? Olivier de Schutter : Avec cette question de la définition, on touche déjà…

Lire PDF
Quand la société civile s’allie au mouvement paysan : l’exemple d’Enda Pronat au Sénégal
Mariam Sow

Au Sénégal, des organisations non gouvernementales ont formé une alliance nationale : le Crafs, Cadre de réflexion et d’action sur le foncier au Sénégal. La coordinatrice d’Enda Pronat, membre du Crafs, nous explique sa vision et son combat pour « une agriculture saine et durable » au service d’un « développement équitable ». Grain de sel : Pouvez-vous nous présenter rapidement les missions d’Enda Pronat ? Mariam Sow : Enda Pronat (pour protection naturelle) est une entité de…

Lire PDF
L’Afrique est-elle disponible ? Ce qu’on voit quand on regarde
Gérard Chouquer

L’appréciation de l’ampleur des transferts de terre se heurte à un accès difficile à l’information. Cette situation évolue favorablement avec la mise à disposition de portails de type Google Earth. On n’en est que plus étonné de lire des appréciations déconnectées des réalités les plus évidentes sur l’occupation réelle des terres. La réponse des agronomes et des géomaticiens Un tiers des terres arables mondiales seraient effectivement cultivées. Dans une étude commandée par l’International Institute for Applied Systems Analysis…

Plus que jamais le foncier au coeur des préoccupations
Comité Foncier et Développement, Hub Rural, Inter-reseaux

Dans beaucoup de pays d’Afrique, la terre et les ressources naturelles constituent aujourd’hui, la première richesse des paysans et des éleveurs. Le foncier remplit des fonctions tellement cruciales pour la survie des populations rurales qu’il peut conduire à de graves conflits qui divisent familles, communautés, et pays. Bon nombre de guerres en Afrique ont ainsi eu une dimension, sinon une origine foncière, comme dans la région des Grands-Lacs où le foncier a été un facteur déterminant des conflits…

Lire PDF
Nouveaux défis pour les acteurs des politiques foncières en Afrique de l’Ouest

Sous l’effet d’évolutions récentes du contexte à différentes échelles, les problématiques foncières connaissent de brutales mutations. Cet article dessine un portrait rapide de ces évolutions, des dynamiques qui se mettent en place dans les pays et des défis qui se dressent devant les différents acteurs impliqués. Le foncier sous pression… et sous haute tension. Le phénomène récent, impulsé par les crises financières et alimentaires, de « ruée mondiale vers les terres agricoles » ou « accaparement des terres…

Lire PDF
Investissement, mot magique mais mot piège
Michel Merlet (AGTER)

Tous semblent reconnaître le besoin d’« investissements » dans l’agriculture pour lutter contre la faim et accélérer le développement rural, mais on ne parle que de fonds d’investissements et de grands entrepreneurs, et bien peu des paysans. L’emploi du mot ne cache-t-il pas une entreprise de désinformation destinée à servir les intérêts de quelques-uns ? Vous pouvez aussi lire la version détaillée de cet article sur le site d’AGTER : http://www.agter.asso.fr/article810_fr.html Ce n’est que vers 1920 que le…

Lire PDF
Actualités d’Inter-réseaux
Inter-reseaux

En début d’année, plusieurs événements marquants pour Inter-réseaux se sont déroulés. Tout d’abord une Assemblée générale a eu lieu pour la première fois en Afrique, à Ouagadougou. Cela a été l’occasion d’accueillir au sein de l’association, 12 nouveaux adhérents dont 11 membres institutionnels : des réseaux d’OP (Roppa, Billital Maroobé), des structures d’appui et ONG (Saild, Jade, IED Afrique Iram, SNV, Afrique verte international), des bureaux d’études et des espaces de réflexion (Ipar, Larès, Graf). Les membres ont…

Lire PDF