Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 5 mars 2009

De nécessaires approches plurisectorielles pour aborder le devenir des agricultures familiales des Andes

Michel Vaillant

Activités non agricolesAmérique latine

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

Pour survivre, les paysanneries des Andes australes de l’Équateur ont toujours été contraintes à combiner différentes activités. Aujourd’hui, elles continuent de faire le pont entre exploitations agricoles minifundiaires et marché du travail. Une réalité qui impose des approches renouvelées.

Une agriculture familiale performante, « moderne », n’est-elle pas encore aujourd’hui perçue par les sociétés occidentales et leurs politiques publiques comme devant reposer sur des exploitations agricoles spécialisées, conduites à temps complet par un couple d’agriculteurs professionnels ?
Cette norme conduirait à considérer que, sur la voie du développement agricole, toutes les autres façons de pratiquer l’agriculture — en particulier la combinaison d’activités — ne sont que des « épiphénomènes », des situations transitoires amenées à disparaître. Mais force serait alors de reconnaître que certaines paysanneries du monde, comme celles des Andes australes de l’Équateur, se révèlent « anormales » et toujours en transition… Véritable paradoxe, puisqu’elles perdurent depuis des siècles, en modifiant néanmoins, en fonction des transformations de leur environnement socio-économique, les formes de combinaison de leurs activités.

Un mode de reproduction sociale hérité de l’histoire.

À l’époque précolombienne, une agriculture combinée à d’autres activités.
L’organisation de la production agricole des sociétés andines reposait sur la mise en valeur complémentaire d’écosystèmes étagés. Le contrôle de ces derniers autorisait une forte diversification de productions animales et végétales. Ceci facilitait la dispersion du risque de mauvaise récolte globale, et favorisait la gestion optimale de la force de travail dans le temps et dans l’espace, moyennant la conduite de calendriers culturaux alternés.
La mise en œuvre de systèmes de polyculture-élevage, fragmentés et exigeants en travail, limita l’émergence d’une société fortement hiérarchisée et spécialisée. Pour la majorité des ménages paysans, l’agriculture était alors déjà combinée à d’autres activités, s’inscrivant dans le prolongement de l’acte de production initial et mobilisant des savoir-faire complémentaires (artisanat textile, médecine traditionnelle).

Recompositions socio-spatiales sous la présence espagnole.
La colonisation espagnole fut à l’origine d’une extrême dualité sociale et spatiale dans les Andes australes de l’Équateur. Les mesures prises par la Couronne espagnole en matière d’occupation foncière d’une part, d’exploitation et d’imposition fiscale de la force de travail indigène d’autre part, recomposèrent le paysage agraire. Celui-ci fut dès lors constitué de grands domaines fonciers aux mains de colons espagnols ou de l’Église, et de communautés indigènes regroupées, contrôlées et confinées sur des superficies réduites sur un unique étage agroécologique. L’administration coloniale créa ainsi les conditions d’adoption d’un nouveau mode de reproduction sociale paysan.
Ce dernier reposait sur des exploitations agricoles minifundiaires, dont les produits dégagés se révélaient insuffisants pour, à la fois subvenir à l’ensemble des besoins des familles, et permettre également le paiement de leurs impôts. Les ménages paysans se trouvèrent ainsi contraints de recourir à la vente de leur force de travail, chroniquement sous-occupée sur leur propre exploitation.

Plus récemment, des paysans exportant leur force de travail sur le marché international.
Au cours du XXe siècle, les essors, par vagues successives, des entreprises capitalistes ¹ fournirent aux paysanneries andines des opportunités d’emplois extérieurs et des sources de revenus complémentaires, au niveau national. Mais la grave crise financière que connut l’Équateur en 1999 puis « la dollarisation » de son économie nationale en 2000 provoquèrent une chute brutale du pouvoir d’achat des ménages paysans. Ces derniers choisirent alors de réorienter la vente de leur force de travail sur le marché international. Ce choix s’expliqua en grande partie par les profonds écarts de rémunération du travail entre l’Équateur et les pays industrialisés, et fut rendu possible par la mobilisation de la diaspora équatorienne installée à l’étranger (USA majoritairement). L’actuelle crise mondiale ne semble d’ailleurs ni décourager les jeunes candidats à l’émigration clandestine, ni inciter les émigrés à revenir au pays, notamment ceux encore endettés par le coût élevé du passage.

Des politiques agricoles jusque-là peu adaptées au contexte naturel et social des paysanneries andines.

Le problème politique posé par les masses paysannes andines.
Les politiques d’industrialisation par substitution d’importations appliquées en Équateur dans les années 1960 et 1970 n’ont pas permis d’accroître le pouvoir d’achat des paysans, ni facilité l’absorption des surplus de main d’œuvre andine par une industrie restée embryonnaire. Quant aux politiques de réformes agraires (1964, 1973 et 1979), elles suscitèrent un espoir pour les paysanneries, avec l’accroissement moyen des superficies des exploitations agricoles. Néanmoins, cet espoir s’évanouit relativement rapidement face au problème aigu de la croissance démographique depuis les années 1950, et au surendettement du pays qui conduisit, au début des années 80, à l’adoption de politiques de libéralisation des échanges.
Ces politiques révélèrent les nombreux désavantages de l’agriculture andine dans le cadre d’une libre concurrence économique au niveau international, notamment ses fortes contraintes géomorphologiques (climat rude, pente) ainsi que ses conditions socio-économiques profondément défavorables (minifundisme, outillage manuel, etc.).

Un maintien de la polyculture-élevage, avec du salariat temporaire.
Sans autre avantage comparatif sur le marché mondial que leur force de travail à bas coût, les paysanneries andines se refusèrent donc à spécialiser leurs exploitations agricoles. C’est en effet par la polyculture-élevage que les paysans couvrirent une partie de leurs besoins alimentaires tout au long de l’année, et minimisèrent les risques agricoles de différentes natures (climatique, phytosanitaire, de marché).
Entre exode rural et spécialisation agricole (avec occupation à temps plein de l’ensemble de la force de travail familiale), l’avenir des paysanneries du sud andin de l’Equateur continue donc aujourd’hui de s’inscrire dans une voie intermédiaire, sous une forme finalement dominante et persistante depuis l’occupation espagnole : une combinaison contrainte, entre agriculture minifundiaire diversifiée et travail salarié, temporaire et précaire.


Le marché du travail impose ses conditions d’entrée.

Historiquement, c’est la main d’œuvre jeune, masculine et non qualifiée qui a constamment suscité l’intérêt du marché de l’emploi (pour les employeurs), en raison notamment de la pénibilité du travail exigé. Le mode paysan de reproduction sociale dans les Andes équatoriennes comprend donc une forte division du travail selon le genre : les hommes en situation illégale exercent des métiers précaires à l’étranger (maçon, plongeur dans la restauration), alors que les femmes restent au pays, en charge de la conduite des exploitations agricoles et de l’éducation des enfants pas encore en âge d’émigrer.
Par l’accroissement du pouvoir d’achat des proches restés au pays, les transferts d’argent des émigrés dynamisent une économie locale, en particulier de services. Les métiers exercés par les paysans qui n’ont pas pu, ou ont choisi de ne pas émigrer, sont d’une grande diversité. Ces métiers relèvent autant du secteur agricole (négoce de produits alimentaires frais avec vente sur les marchés, prestations de service, location d’engins moto-mécanisés comme le tracteur ou la trieuse à grains) que des autres secteurs d’activités (transport, construction, artisanat textile, commerce général de proximité, fonction publique, etc.).

L’évidence de la combinaison d’activités comme voie de développement rural dans les montagnes des pays du Sud, à forte densité de population.

Dans le contexte actuel de la mondialisation néolibérale, la faible productivité relative du travail en agriculture minifundiaire de montagne souligne les limites de politiques de développement qui reposeraient exclusivement sur la « modernisation » du secteur agricole. Le cas des paysanneries andines du sud de l’Équateur illustre par ailleurs le fait qu’en présence d’opportunités d’emploi extérieur à l’exploitation, il est possible de maintenir des unités de production agricole, aux résultats économiques très souvent insuffisants pour assurer seuls la reproduction sociale des ménages.
La valorisation des espaces ruraux de montagne et le maintien d’une société paysanne vivante, dépendraient donc tout autant de l’activité agricole que des opportunités d’emplois extérieurs, de préférence au pays. Une approche plurisectorielle et multi-spatiale peut alors s’avérer pertinente pour aborder les questions, à forts enjeux, de l’emploi en milieu rural et du devenir des agricultures familiales de montagne dans les pays du Sud.

Le vécu d’un couple équatorien :
José et Mercedes, jeune couple équatorien, ont passé leur enfance à aider leurs parents sur l’exploitation agricole. Ils étaient notamment responsables de la conduite et de la surveillance des troupeaux ovins, et du ramassage du bois. Pendant les temps morts du calendrier agricole, José suivit son père sur la côte, pour travailler dans les plantations de bananes comme journalier.
Après leur mariage, sans terre qui leur était propre, ils travaillèrent dans le secteur agricole avec parents et proches. José continuait de descendre travailler temporairement sur la côte comme journalier agricole, ou dans les villes, comme maçon.
En 2000, la crise contraint le ménage à opter pour un départ clandestin de José aux USA, là où vivait un cousin. Il travaille dans l’État du New Jersey comme maçon, 8 mois dans l’année. En période de grand froid, pendant laquelle les chantiers sont paralysés, José devient temporairement ouvrier dans des entreprises textiles. Pendant ce temps, Mercedes continue à travailler pour couvrir une partie des besoins alimentaires de la famille. Elle combine l’activité agricole à la confection vestimentaire. Et lorsque José se trouve en retard pour les transferts d’argent, elle vend, le week-end sur un marché, des produits agricoles achetés quelques heures plus tôt sur un autre marché, espérant en tirer quelques bénéfices.
José ne sait pas quand il reviendra au pays. C’est la crise aux USA aujourd’hui, c’est vrai. Mais c’est aussi la crise en Équateur, qui dure… L’espérance d’une réactivation de l’économie mondiale, et nord-américaine notamment, maintient donc José, loin de sa famille.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

Grain de sel n°45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire
De nécessaires approches plurisectorielles pour aborder le devenir des agricultures familiales des Andes
Michel Vaillant

Pour survivre, les paysanneries des Andes australes de l’Équateur ont toujours été contraintes à combiner différentes activités. Aujourd’hui, elles continuent de faire le pont entre exploitations agricoles minifundiaires et marché du travail. Une réalité qui impose des approches renouvelées.Une agriculture familiale performante, « moderne », n’est-elle pas encore aujourd’hui perçue par les sociétés occidentales et leurs politiques publiques comme devant reposer sur des exploitations agricoles spécialisées, conduites à temps complet par un couple d’agriculteurs professionnels ? Cette norme…

Rencontres, réactions

Quelques rencontres, parmi tant d’autres… Nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos locaux le président d’honneur du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (Roppa), Mamadou Cissokho lors de son passage à Paris le 9 mars 2009. Il était en particulier venu à l’occasion de la sortie de son livre « Dieu n’est pas paysan ». Il nous a parlé du processus de renforcement de la Plateforme paysanne africaine qui regroupe les…

Lire PDF
Dieu n’est pas un paysan (Mamadou Cissokho)
Jean-Claude Devèze

Dieu n’est pas paysan Mamadou Cissokho Préface d’Abdou Diouf Ed Présences africaines/Grad 2009, 295 p., 20 euros, ISBN : 978-2-7087-0797-9 Quelle joie de voir publier l’ouvrage d’un leader paysan africain qui a contribué à l’émergence des organisations agricoles et rurales du Sénégal, puis d’Afrique de l’Ouest, puis de l’Afrique toute entière! Ce livre retrace les combats de toute une vie consacrée à la défense et à la promotion des agricultures familiales, mais aussi souligne l’importance d’oeuvrer dans la…

Lire PDF
Un nouveau site Internet pour Inter-réseaux

Les visiteurs affluent déjà sur le nouveau web d’Inter-réseaux, mis en ligne fin avril 2009. Nouveau look, réorganisation des rubriques, recherche avancée par mots-clés, fil de syndication performant B, meilleure gestion éditoriale, plus d’interactivité, plus d’informations disponibles. Ce sont l’ensemble des données qui ont été réorganisées de manière à offrir plus de confort de navigation et un meilleur accès à l’information. Ce site se veut au cœur de l’animation du réseau. Il répond à deux enjeux : 1)…

Lire PDF
Kiosque GDS 45

État des résistances dans le Sud – 2009. Face à la crise alimentaire Alternatives sud En 2008, des « émeutes de la faim » ont eu lieu un peu partout dans les pays du Sud, conséquence du renchérissement des biens de première nécessité. Face à la crise alimentaire, les sociétés civiles du Sud ont réagi. Si les mobilisations ont été différentes, selon les villes, les pays, partout les pouvoirs ont été interpellés, et leurs réactions à ces appels…

Lire PDF
La vidéo toute seule ne suffit pas !
e_performances

Jocelyne Yennenga réagit à l’article « Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement » du Grain de sel nº44 : http://www.inter-reseaux.org/revue-grain-de-sel/44-les-organisations/article/initiatives-et-reflexions-d « Il paraît que pour savoir jusqu’où on peut aller, il faut se lever et marcher ». Jocelyne partage un bout de chemin personnel et des réflexions sur les outils de communication et d’animation en milieu rural. Du vécu et des idées incarnées par le vécu qui ne laisseront pas indifférents les grands marcheurs. En…

Lire PDF
Investir dans la transformation de céréales locales
Afrique verte

« Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel  » : réaliser cette ambition implique d’adapter l’offre à l’évolution des modes de consommation, notamment en milieu urbain. Pour y répondre, Afrique Verte International appuie les actrices de la transformation des céréales locales. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont de grands producteurs et consommateurs de céréales locales avec plus de 4 millions de tonnes par an et par pays. Cette production céréalière, essentiellement pluviale, est très variable et inégalement…

Lire PDF
Repères : Les OGM, c’est quoi ?
La rédaction de GDS

Cet article est directement issu de la conférence de Christian Velot, maître de conférences en génétique moléculaire (Paris Sud XI) et chercheur à l’Institut de génétique et de microbiologie (Orsay). Retrouver la présentation complète et originale de C. Velot à Toulouse : http: //video.google.fr/ videoplay?docid=- 87541361619 7118497&hl=fr Définition : Qu’est ce qu’un OGM ? Un organisme génétiquement modifié (OGM) est un organisme vivant (micro-organisme, végétal, animal) ayant subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales, par…

Lire PDF
Enjeux des activités rurales non agricoles dans le développement d’économies locales diversifiées
La rédaction de GDS

Les activités rurales non agricoles se développent dans les campagnes africaines et pourraient être un tremplin pour le développement des zones rurales. Mais les contraintes sont nombreuses. Aussi, comment appuyer et accompagner ces activités pour qu’elles aient un réel effet d’entraînement sur les économies rurales ? Les récentes crises alimentaires (flambée des prix en 2008) ont surtout frappé les populations les plus dépendantes du marché pour leur approvisionnement, notamment les ménages ruraux acheteurs nets de produits alimentaires et…

Lire PDF
Le renforcement des filières vivrières par l’aval : le cas de la Guinée Conakry
Sébastien Subsol

Est-il possible de renforcer l’agriculture et la commercialisation sans prendre en compte l’aval des filières ? Un exemple autour du riz en Guinée Conakry montre que l’économie rurale en Afrique subsaharienne compte une grande variété de métiers et d’acteurs complémentaires. La Guinée est un pays qui produit et consomme essentiellement du riz, dans les quatre régions « naturelles » qui composent le pays : Guinée maritime, Guinée forestière, plateau du Fouta Djalon et savanes de Haute Guinée. Chaque…

Lire PDF
Une expérience intéressante de gestion de pistes rurales par des producteurs au Laos
Bounmi Rattanatray

Des pistes en bon état facilitent le développement économique des villages et l’accès aux services sociaux en zone rurale. Malheureusement dans de nombreux pays du Sud, elles sont souvent mal entretenues. Bounmi Rattanatray nous décrit une expérience intéressante de gestion de pistes rurales au Laos. Grain de sel : Pouvez-vous nous décrire le système d’entretien des pistes rurales mis en place ? Bounmi Rattanatray : À la suite de la réhabilitation de plusieurs pistes dans le cadre de…

Lire PDF
Vision et démarche d’une fédération d’OP sur les exploitations familiales rurales
Daouda Diagne

En étudiant les économies des exploitations familiales, la Fongs et ses associations paysannes membres se sont rapprochées des réalités et des logiques paysannes du monde rural sénégalais. Les familles et les économies rurales sont diverses, incluant des stratégies autour d’activités non agricoles, et pour les appuyer, il faut d’abord les comprendre. Jusqu’au milieu des années 1990, les associations liées à la Fongs établissaient, comme beaucoup d’organisations paysannes à cette époque, des « programmes » basés sur l’expression des…

Lire PDF
Zoom sur des activités diversifiées et en évolution dans un village malien
La rédaction de GDS, Samba Sylla

Dans les villages africains, même si la plupart des ruraux se considèrent agriculteurs, beaucoup n’ont jamais été uniquement des agriculteurs à temps plein. Depuis des siècles, ils tirent aussi leurs revenus d’autres activités. Pour illustrer ces dynamiques, Samba Sylla nous raconte l’histoire de son village au sud Mali, dans la commune de Maréna. La vie économique d’un village africain ne se résume pas seulement aux activités agricoles. De nombreux métiers y sont développés afin que les ruraux puissent…

Lire PDF
Changer le regard sur les activités non agricole en milieu rural
Loic Barbedette

L’économie rurale africaine ne se résume pas à l’économie agricole. Les ruraux vivent de nombreuses autres activités. Cette réalité diverse dépasse les concepts et outils aujourd’hui mobilisés, et reste difficilement reconnue. Et pourtant, n’y a t- il pas urgence à intégrer les activités non agricoles dans la construction de nouvelles économies rurales ? Le regard porté sur les activités non agricoles des agriculteurs et des pasteurs africains est le plus souvent superficiel et statique : on les considère…

Lire PDF
Malédiction cacaoyère et une difficile diversification des revenus en Côte d’Ivoire
François Ruf, Roger Tanoh

Dans les années 80, les revenus monétaires des planteurs de cacao dépendaient à 95 % du cacao. Depuis les années 2000, ces planteurs tentent de diversifier leurs revenus. Mais les effets restent limités de par l’étroitesse du marché et d’une politique économique de court terme aux effets tristement classiques. «Mon père est originaire d’un village près de Bouaké, il est arrivé en 1969 dans notre village de Zamblekro. Il est devenu grand planteur de cacao, avec plus de…

Lire PDF
Quel avenir pour le coton des pays africains de la zone franc ?
Pierre Henri Texier

« Culture pluviale en petit paysannat », telle est la spécificité de la production cotonnière d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Si cette culture a été jusqu’à un passé récent qualifiée de « success story », depuis quatre années elle traverse la crise la plus grave de son histoire au point que sa disparition peut être sérieusement envisagée. L’histoire d’une dynamique. De 100 000 tonnes de coton graine en 1950, la production de coton s’est rapidement développée dans les pays…

Lire PDF
Introduction du dossier
Estelle Deniel (Inter-réseaux)

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire PDF
Le « Violet de Galmi » est-il menacé ?
Patrick Delmas

Le plus célèbre des oignons ouest africains, le Violet de Galmi, a été ces derniers mois au cœur de nombreux débats. Retour sur la longue histoire de cette variété et éclairages sur les enjeux actuels. Début mars 2009, à la foire internationale sur les semences paysannes de Djimini (Sénégal), un membre du Réseau semences paysannes (France) révèle que l’oignon « Violet de Galmi » a fait l’objet d’une demande de certificat d’obtention végétale (COV) par une société sénégalaise…

Lire PDF
La quête des terres agricoles en Afrique subsaharienne
hodrago

C’est une véritable ruée sur les terres agricoles du continent qui se développe silencieusement sous nos yeux. Le phénomène est suffisamment inquiétant pour attirer l’attention de nombreuses organisations. Bien que peu d’informations précises soient encore disponibles, il importe de lancer la réflexion afin d’alimenter un débat objectif et serein. Des États en manque de terres agricoles — via des fonds souverains ou des entreprises publiques —, des fonds d’investissements privés, des groupes agro-industriels ou spécialisés dans les agrocarburants,…

Lire PDF
Editorial : Révolution agricole et citoyenneté rurale
coba

Depuis plus de 40 ans, les agricultures ouest africaines connaissent une crise structurelle. Elles n’arrivent pas à remplir leurs fonctions principales : nourrir les populations, assurer des revenus aux paysans, exporter pour assurer des devises à l’économie nationale, créer des emplois et préserver les ressources naturelles. Une révolution verte en Afrique est donc nécessaire et urgente, mais elle ne peut pas être identique à celle que l’on a connue en Asie dans les années 70. Il faut forger…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Pierre Herry
Pierre Herry

Pierre Herry est membre de l’Association ouest africaine pour le développement de la pêche artisanale (Adepa) depuis sa création, et siège au conseil d’administration de ce réseau. De passage en février à Paris, il nous a présenté l’association ainsi que le « Forum régional permanent des acteurs professionnels de la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest » (FRP). Site Internet de l’Adepa : www.adepawadaf. org Grain de sel : Qu’est ce que l’Adepa ? Pierre Herry : L’Association…

Lire PDF
Actualité d’Inter-réseaux (GDS45)

Adamou Bagna, président du collège des jeunes de la PFPNiger Groupes de travail Inter-réseaux anime depuis plusieurs années un groupe de travail sur le thème « Accès au marché et commercialisation de produits agricoles : initiatives d’OP ». Vous êtes plusieurs centaines de personnes à y avoir contribué. Un riche document de 160 pages rassemble les enseignements de cette démarche de réflexions collectives et est à présent disponible. Nous vous en dirons plus dans notre prochain numéro. Récemment,…

Lire PDF