Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 5 mars 2009

La vidéo toute seule ne suffit pas !

e_performances

Supports audiovisuels

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

Jocelyne Yennenga réagit à l’article « Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement » du Grain de sel nº44 : http://www.inter-reseaux.org/revue-grain-de-sel/44-les-organisations/article/initiatives-et-reflexions-d

« Il paraît que pour savoir jusqu’où on peut aller, il faut se lever et marcher ». Jocelyne partage un bout de chemin personnel et des réflexions sur les outils de communication et d’animation en milieu rural. Du vécu et des idées incarnées par le vécu qui ne laisseront pas indifférents les grands marcheurs.

En 2002, je débarquais pour la première fois à Fada N’Gourma, une province de la région Est du Burkina Faso. Je venais de décrocher ma maîtrise en Langues étrangères appliquées aux métiers du tourisme et des affaires à l’Institut des langues étrangères appliquées de Dakar (ILEA) et j’étais revenue au pays pour commencer ma carrière professionnelle. Quelques semaines avant ce « débarquement » à Fada, j’étais très loin d’imaginer que la vie m’amènerait en province. Comme la plupart des jeunes de ma promotion ayant grandi en ville, je rêvais ma carrière dans la capitale. Même Bobo Dioulasso, la seconde ville du pays n’était pas assez moderne dans ma tête de petite fille de cultivateur. Entre mes grands-parents cultivateurs et moi, il y avait un trait d’union qui nous unissait et nous séparait naturellement : mes parents, qui étaient allés à l’école et qui s’étaient retrouvés à travailler en ville.
Une offre d’emploi à la sortie de l’école, une opportunité exceptionnelle de commencer une carrière dans une structure sérieuse et reconnue internationalement. La chance semblait avec moi. Sauf sur un point : le poste qu’on me proposait était en zone rurale. La suite serait intéressante à raconter mais pas dans cet article. Ce qui me paraît plutôt important à partager ici est que, j’y suis restée pendant trois années que je n’ai pas vu passer et qui ont été bien plus que tous les diplômes que j’ai pu avoir avant ou après cette expérience. Pourquoi ?
Tout simplement parce que pour la première fois, j’ai appris à regarder pour voir, à écouter pour entendre, et à me taire pour réfléchir. Pour réussir la mission de responsable du programme de communication que l’on m’avait confiée, je me devais de connaître les destinataires de cette communication. Et qui mieux qu’eux mêmes pouvaient me parler d’eux ? Les techniques et les outils de communication que je connaissais ne prendraient véritablement de sens que s’ils étaient utilisés par les groupes pour lesquels étaient destiné « mon » programme de communication. Si j’avais une large gamme d’outils à mettre à leur service, ils leur revenaient de choisir ceux qui leur convenaient. J’avais autant besoin d’eux pour avancer dans mon travail qu’eux. Ils découvraient le champ des possibles et moi le potentiel à valoriser. « Mes » outils de communication ne prenaient leur sens que si « ils étaient mis au service de… ».
C’est pendant cette période de ma carrière, où j’ai appris à me taire, que s’est passé mon premier contact avec l’outil vidéo. Je demandais sans cesse à mon employeur d’investir dans l’acquisition de cassettes vidéo qui nous serviraient à animer les nombreux ateliers que nous organisions. En effet, aujourd’hui encore, la situation n’a pas beaucoup évolué, les rencontres paysannes d’information ou de formation souffrent beaucoup de l’absence d’outils d’animation et finissent par devenir monotones et peu optimisées.

Pouvoir illustrer un thème par une vidéo permet de le visualiser et de mieux le saisir. Un de mes rêves était de montrer aux paysans des villages où j’allais, des paysans des « pays développés » afin de provoquer des déclics, qui seraient le début de nouvelles initiatives. Mais assez rapidement, mon idée de génie s’est révélée cousue de pièges. D’abord les vidéos sur des thèmes qui pouvaient intéresser les paysans étaient rares. Celles qui venaient de pays lointains étaient trop éloignées de leurs réalités ; enfin, les difficultés logistiques pour gérer des projections en plein air n’étaient pas des moindres. Pour finir, un de mes aînés en communication pour le développement a attiré mon attention sur le fait que les paysans sont souvent distraits par des détails et passent à côté du ou des messages principaux. Fallait trouver, dans cette grande rareté de vidéo, celles qui étaient adaptées au contexte, qui étaient accessibles et qui ne seraient pas « consommées » comme outils de distraction.
Bref, situation inattendue mais pas inintéressante. Et c’est là, que je trouve la vidéo participative comme appropriée dans la communication pour le développement. Les potentialités sont grandes en la matière, tant sur le nombre de sujets qui gagneraient à être traités que sur la richesse du processus et le résultat final que l’on peut obtenir. De mon point de vue, une vidéo, participative ou non, est une vidéo. À priori, seuls les acteurs (les participants et le réalisateur) savent qu’elle a été faite de façon participative.
La production du support en tant que tel ne doit pas être une fin en soi. La mobilisation et le dialogue entre acteurs, leur implication et leur « starisation », la capitalisation de leurs expériences sont des aspects tout aussi importants que le produit final. L’avantage du support en lui-même étant selon moi, la possibilité qu’il donne de diffuser largement une expérience (réussie ou non), de servir de support d’animation, d’introduction, de débat de réflexion, d’être conservé et d’enrichir la gamme de supports existants.
Depuis Fada, j’ai fait un mini bout de chemin. Dans l’atelier de communication que je gère depuis un peu plus de deux ans, nous avons eu l’opportunité de coréaliser une vidéo participative en 2008. Le projet s’est déroulé sans difficultés particulières car en tant que réalisateurs, nous connaissons notre métier, et en tant qu’acteurs, les étuveuses et les coopératives connaissent leur histoire.

Mais la vidéo n’est pas une solution miracle. À mon avis pour réussir une bonne communication, il faut un mélange de médias et de supports de communication. Dans le cadre d’une communication engagée pour le développement, l’équipe technique doit être elle aussi engagée. C’est cette relation entre le technicien et le détenteur de l’expérience à capitaliser qui fait la différence. C’est cette complicité qui peut être à l’origine d’un support ayant une âme et une vie. En plus de la créativité et des moyens financiers, la communication pourra être optimisée s’il existe un réseau de personnes ressources compétentes pour assurer les parties techniques et la diffusion (ne pas négliger Internet qui permet une diffusion à moindre coût).
Un autre point me semble très important : les aspects esthétiques de la vidéo. Une vidéo sur les paysans mérite d’être un support haut de gamme ! Je suis persuadée qu’il ne faut pas chercher à maintenir le rural dans l’archaïque, dans le bas de gamme. Les vidéos sur le monde rural, que ce soit pour sensibiliser, capitaliser ou vulgariser des techniques, doivent être attrayantes. Car un des objectifs de la communication est bien de rehausser l’image du monde rural, et l’image passe par la qualité des supports de communication. Quoi qu’on dise, si toute l’attention se focalise sur la ville et ses lumières, c’est dans les campagnes, à coups de daba, que les paysans font vivre le peuple.
Pour ou contre la vidéo, on ne peut pas nier le pouvoir de l’image sur l’opinion publique. Alors si on veut contrôler son image, il ne faut pas laisser les autres la faire ! Il faut être dans le processus de fabrication de cette image.

Pour finir, je ne peux m’empêcher de faire un autre rêve. Celui qu’une vidéo participative puisse être vue dans des festivals prestigieux de films. Pour cela il faudrait que nous soyons plusieurs à oser ce rêve qui à mon avis n’a rien d’irréalisable. Même si les premiers destinataires sont loin du FESPACO ou de Cannes, c’est lorsqu’on arrivera à s’y rendre que nous serons pris au sérieux. À défaut, on reste entre paysans et on tourne en rond. Les destins du monde rural et du monde urbain sont liés et les outils de communication devraient pouvoir servir aussi de lien. Assez parlée, je me tais !

Les étuveuses de Bama et de Banzon. CTA, Fenop, 2008, 13 min. Performances Communication
Quand la commercialisation du riz passe par sa transformation. Dans la région Ouest du Burkina Faso, à Bama et Banzon, se trouvent deux plaines rizicoles de plus de 2 000 ha, véritables poumons économiques du pays. Auparavant, les sociétés d’État s’occupaient des achats du riz aux producteurs, le transformaient et le commercialisaient. À la fin des années 80, l’État s’est désengagé de la filière et ne s’est plus occupé de la commercialisation du riz paddy. Les producteurs ont alors connu des problèmes de mévente du riz. Découragés, ils ont commencé à abandonner leurs parcelles. C’est à ce moment que les femmes sont entrées en scène en prenant l’initiative d’étuver le riz avant de le vendre.
http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/communication-videos/article/burkina-faso-les-etuveuses-de-bama

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

Grain de sel n°45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire PDF
De nécessaires approches plurisectorielles pour aborder le devenir des agricultures familiales des Andes
Michel Vaillant

Pour survivre, les paysanneries des Andes australes de l’Équateur ont toujours été contraintes à combiner différentes activités. Aujourd’hui, elles continuent de faire le pont entre exploitations agricoles minifundiaires et marché du travail. Une réalité qui impose des approches renouvelées.Une agriculture familiale performante, « moderne », n’est-elle pas encore aujourd’hui perçue par les sociétés occidentales et leurs politiques publiques comme devant reposer sur des exploitations agricoles spécialisées, conduites à temps complet par un couple d’agriculteurs professionnels ? Cette norme…

Lire PDF
Rencontres, réactions

Quelques rencontres, parmi tant d’autres… Nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos locaux le président d’honneur du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (Roppa), Mamadou Cissokho lors de son passage à Paris le 9 mars 2009. Il était en particulier venu à l’occasion de la sortie de son livre « Dieu n’est pas paysan ». Il nous a parlé du processus de renforcement de la Plateforme paysanne africaine qui regroupe les…

Lire PDF
Dieu n’est pas un paysan (Mamadou Cissokho)
Jean-Claude Devèze

Dieu n’est pas paysan Mamadou Cissokho Préface d’Abdou Diouf Ed Présences africaines/Grad 2009, 295 p., 20 euros, ISBN : 978-2-7087-0797-9 Quelle joie de voir publier l’ouvrage d’un leader paysan africain qui a contribué à l’émergence des organisations agricoles et rurales du Sénégal, puis d’Afrique de l’Ouest, puis de l’Afrique toute entière! Ce livre retrace les combats de toute une vie consacrée à la défense et à la promotion des agricultures familiales, mais aussi souligne l’importance d’oeuvrer dans la…

Lire PDF
Un nouveau site Internet pour Inter-réseaux

Les visiteurs affluent déjà sur le nouveau web d’Inter-réseaux, mis en ligne fin avril 2009. Nouveau look, réorganisation des rubriques, recherche avancée par mots-clés, fil de syndication performant B, meilleure gestion éditoriale, plus d’interactivité, plus d’informations disponibles. Ce sont l’ensemble des données qui ont été réorganisées de manière à offrir plus de confort de navigation et un meilleur accès à l’information. Ce site se veut au cœur de l’animation du réseau. Il répond à deux enjeux : 1)…

Lire PDF
Kiosque GDS 45

État des résistances dans le Sud – 2009. Face à la crise alimentaire Alternatives sud En 2008, des « émeutes de la faim » ont eu lieu un peu partout dans les pays du Sud, conséquence du renchérissement des biens de première nécessité. Face à la crise alimentaire, les sociétés civiles du Sud ont réagi. Si les mobilisations ont été différentes, selon les villes, les pays, partout les pouvoirs ont été interpellés, et leurs réactions à ces appels…

Lire PDF
La vidéo toute seule ne suffit pas !
e_performances

Jocelyne Yennenga réagit à l’article « Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement » du Grain de sel nº44 : http://www.inter-reseaux.org/revue-grain-de-sel/44-les-organisations/article/initiatives-et-reflexions-d « Il paraît que pour savoir jusqu’où on peut aller, il faut se lever et marcher ». Jocelyne partage un bout de chemin personnel et des réflexions sur les outils de communication et d’animation en milieu rural. Du vécu et des idées incarnées par le vécu qui ne laisseront pas indifférents les grands marcheurs. En…

Investir dans la transformation de céréales locales
afriqueverte

« Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel  » : réaliser cette ambition implique d’adapter l’offre à l’évolution des modes de consommation, notamment en milieu urbain. Pour y répondre, Afrique Verte International appuie les actrices de la transformation des céréales locales. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont de grands producteurs et consommateurs de céréales locales avec plus de 4 millions de tonnes par an et par pays. Cette production céréalière, essentiellement pluviale, est très variable et inégalement…

Lire PDF
Repères : Les OGM, c’est quoi ?
La rédaction de GDS

Cet article est directement issu de la conférence de Christian Velot, maître de conférences en génétique moléculaire (Paris Sud XI) et chercheur à l’Institut de génétique et de microbiologie (Orsay). Retrouver la présentation complète et originale de C. Velot à Toulouse : http: //video.google.fr/ videoplay?docid=- 87541361619 7118497&hl=fr Définition : Qu’est ce qu’un OGM ? Un organisme génétiquement modifié (OGM) est un organisme vivant (micro-organisme, végétal, animal) ayant subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales, par…

Lire PDF
Enjeux des activités rurales non agricoles dans le développement d’économies locales diversifiées
La rédaction de GDS

Les activités rurales non agricoles se développent dans les campagnes africaines et pourraient être un tremplin pour le développement des zones rurales. Mais les contraintes sont nombreuses. Aussi, comment appuyer et accompagner ces activités pour qu’elles aient un réel effet d’entraînement sur les économies rurales ? Les récentes crises alimentaires (flambée des prix en 2008) ont surtout frappé les populations les plus dépendantes du marché pour leur approvisionnement, notamment les ménages ruraux acheteurs nets de produits alimentaires et…

Lire PDF
Le renforcement des filières vivrières par l’aval : le cas de la Guinée Conakry
Sébastien Subsol

Est-il possible de renforcer l’agriculture et la commercialisation sans prendre en compte l’aval des filières ? Un exemple autour du riz en Guinée Conakry montre que l’économie rurale en Afrique subsaharienne compte une grande variété de métiers et d’acteurs complémentaires. La Guinée est un pays qui produit et consomme essentiellement du riz, dans les quatre régions « naturelles » qui composent le pays : Guinée maritime, Guinée forestière, plateau du Fouta Djalon et savanes de Haute Guinée. Chaque…

Lire PDF
Une expérience intéressante de gestion de pistes rurales par des producteurs au Laos
Bounmi Rattanatray

Des pistes en bon état facilitent le développement économique des villages et l’accès aux services sociaux en zone rurale. Malheureusement dans de nombreux pays du Sud, elles sont souvent mal entretenues. Bounmi Rattanatray nous décrit une expérience intéressante de gestion de pistes rurales au Laos. Grain de sel : Pouvez-vous nous décrire le système d’entretien des pistes rurales mis en place ? Bounmi Rattanatray : À la suite de la réhabilitation de plusieurs pistes dans le cadre de…

Lire PDF
Vision et démarche d’une fédération d’OP sur les exploitations familiales rurales
Daouda Diagne

En étudiant les économies des exploitations familiales, la Fongs et ses associations paysannes membres se sont rapprochées des réalités et des logiques paysannes du monde rural sénégalais. Les familles et les économies rurales sont diverses, incluant des stratégies autour d’activités non agricoles, et pour les appuyer, il faut d’abord les comprendre. Jusqu’au milieu des années 1990, les associations liées à la Fongs établissaient, comme beaucoup d’organisations paysannes à cette époque, des « programmes » basés sur l’expression des…

Lire PDF
Zoom sur des activités diversifiées et en évolution dans un village malien
La rédaction de GDS, Samba Sylla

Dans les villages africains, même si la plupart des ruraux se considèrent agriculteurs, beaucoup n’ont jamais été uniquement des agriculteurs à temps plein. Depuis des siècles, ils tirent aussi leurs revenus d’autres activités. Pour illustrer ces dynamiques, Samba Sylla nous raconte l’histoire de son village au sud Mali, dans la commune de Maréna. La vie économique d’un village africain ne se résume pas seulement aux activités agricoles. De nombreux métiers y sont développés afin que les ruraux puissent…

Lire PDF
Changer le regard sur les activités non agricole en milieu rural
Loic Barbedette

L’économie rurale africaine ne se résume pas à l’économie agricole. Les ruraux vivent de nombreuses autres activités. Cette réalité diverse dépasse les concepts et outils aujourd’hui mobilisés, et reste difficilement reconnue. Et pourtant, n’y a t- il pas urgence à intégrer les activités non agricoles dans la construction de nouvelles économies rurales ? Le regard porté sur les activités non agricoles des agriculteurs et des pasteurs africains est le plus souvent superficiel et statique : on les considère…

Lire PDF
Malédiction cacaoyère et une difficile diversification des revenus en Côte d’Ivoire
François Ruf, Roger Tanoh

Dans les années 80, les revenus monétaires des planteurs de cacao dépendaient à 95 % du cacao. Depuis les années 2000, ces planteurs tentent de diversifier leurs revenus. Mais les effets restent limités de par l’étroitesse du marché et d’une politique économique de court terme aux effets tristement classiques. «Mon père est originaire d’un village près de Bouaké, il est arrivé en 1969 dans notre village de Zamblekro. Il est devenu grand planteur de cacao, avec plus de…

Lire PDF
Quel avenir pour le coton des pays africains de la zone franc ?
Pierre Henri Texier

« Culture pluviale en petit paysannat », telle est la spécificité de la production cotonnière d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Si cette culture a été jusqu’à un passé récent qualifiée de « success story », depuis quatre années elle traverse la crise la plus grave de son histoire au point que sa disparition peut être sérieusement envisagée. L’histoire d’une dynamique. De 100 000 tonnes de coton graine en 1950, la production de coton s’est rapidement développée dans les pays…

Lire PDF
Introduction du dossier
Estelle Deniel (Inter-réseaux)

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire PDF
Le « Violet de Galmi » est-il menacé ?
patrickdelmas

Le plus célèbre des oignons ouest africains, le Violet de Galmi, a été ces derniers mois au cœur de nombreux débats. Retour sur la longue histoire de cette variété et éclairages sur les enjeux actuels. Début mars 2009, à la foire internationale sur les semences paysannes de Djimini (Sénégal), un membre du Réseau semences paysannes (France) révèle que l’oignon « Violet de Galmi » a fait l’objet d’une demande de certificat d’obtention végétale (COV) par une société sénégalaise…

Lire PDF
La quête des terres agricoles en Afrique subsaharienne
hodrago

C’est une véritable ruée sur les terres agricoles du continent qui se développe silencieusement sous nos yeux. Le phénomène est suffisamment inquiétant pour attirer l’attention de nombreuses organisations. Bien que peu d’informations précises soient encore disponibles, il importe de lancer la réflexion afin d’alimenter un débat objectif et serein. Des États en manque de terres agricoles — via des fonds souverains ou des entreprises publiques —, des fonds d’investissements privés, des groupes agro-industriels ou spécialisés dans les agrocarburants,…

Lire PDF
Editorial : Révolution agricole et citoyenneté rurale
coba

Depuis plus de 40 ans, les agricultures ouest africaines connaissent une crise structurelle. Elles n’arrivent pas à remplir leurs fonctions principales : nourrir les populations, assurer des revenus aux paysans, exporter pour assurer des devises à l’économie nationale, créer des emplois et préserver les ressources naturelles. Une révolution verte en Afrique est donc nécessaire et urgente, mais elle ne peut pas être identique à celle que l’on a connue en Asie dans les années 70. Il faut forger…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Pierre Herry
Pierre Herry

Pierre Herry est membre de l’Association ouest africaine pour le développement de la pêche artisanale (Adepa) depuis sa création, et siège au conseil d’administration de ce réseau. De passage en février à Paris, il nous a présenté l’association ainsi que le « Forum régional permanent des acteurs professionnels de la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest » (FRP). Site Internet de l’Adepa : www.adepawadaf. org Grain de sel : Qu’est ce que l’Adepa ? Pierre Herry : L’Association…

Lire PDF
Actualité d’Inter-réseaux (GDS45)

Adamou Bagna, président du collège des jeunes de la PFPNiger Groupes de travail Inter-réseaux anime depuis plusieurs années un groupe de travail sur le thème « Accès au marché et commercialisation de produits agricoles : initiatives d’OP ». Vous êtes plusieurs centaines de personnes à y avoir contribué. Un riche document de 160 pages rassemble les enseignements de cette démarche de réflexions collectives et est à présent disponible. Nous vous en dirons plus dans notre prochain numéro. Récemment,…

Lire PDF