The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 4 août 2006

Formulation des politiques agricoles : quel rôle pour les OP ?

Ibrahim Coulibaly/Nadjirou Sall

Politique agricole et rurale nationale

_ Parmi les acteurs émergents concernés par les politiques publiques, les organisations paysannes sont désormais incontournables. Au Mali et au Sénégal, deux responsables d’organisations paysannes, Nadjirou Sall et Ibrahim Coulibaly, relatent leur expérience…

Entretien avec Nadjirou Sall, secrétaire général de la Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal (Fongs – Action paysanne)

Grain de sel : Quelle a été la participation de votre organisation dans la mise en place de la politique agricole sénégalaise?
Nadjirou Sall : Notre participation a commencé avec le démarrage du processus de concertation pour discuter le projet de loi d’orientation agricole dont la rédaction a été non participative. Nous aurions préféré que le projet de loi soit préparé dans une démarche ascendante, mais cela ne nous a pas gêné car au niveau de la Fongs et à travers le CNCR, nous entretenons une réflexion permanente sur les questions de politiques agricoles et notamment sur le foncier.
Le processus de concertation a été porté par le CNCR et, en tant que membre fondateur, la Fongs y a participé à différents niveaux : lors des réunions organisées par le CNCR sur le projet de loi (Conseil d’administration du CNCR, atelier national de lancement de la réflexion, atelier locaux de concertation, ateliers régionaux d’échanges, séminaire national de validation) ; et dans l’organisation d’ateliers, tant au nom du CNCR (atelier de concertation sur le projet de loi et les filières) qu’au sein du réseau de la Fongs pour l’information, la sensibilisation et la concertation.
Nous faisons donc partie des 3 000 paysans impliqués dans le processus de concertation. À travers ses membres et par ses appuis techniques, la Fongs s’est donc fortement mobilisée tout au long du processus et à tous les niveaux.

GDS : Pour quelle raison souhaitiez vous être associé à la mise en place de la politique agricole de votre pays ? Quel point souhaitiez-vous défendre en priorité ?
NS : Depuis les années 80, la Fongs avait une vieille revendication : l’instauration d’un débat national sur le développement agricole et rural, ouvert à tous les acteurs prenant en compte les points de vue des paysans. Il est donc normal qu’en tant que membre fondateur du CNCR nous nous impliquions fortement dans la concertation.
Ainsi, nous avons défendu en priorité notre vision de l’agriculture paysanne. À travers le CNCR, nous disons que l’agriculture paysanne a une dimension qui ne peut pas être restreinte à la production. Toute la dimension sociale, culturelle, rurale doit être intégrée dans le concept d’ « agriculture familiale paysanne » et nous sommes pour la promotion socio-économique durable des exploitations familiales.

GDS : Quels acquis pouvez-vous mettre au bénéfice de votre participation à la mise en place de la loi d’orientation agricole ?
NS : Le principal acquis est celui du couronnement de notre revendication : la reconnaissance de notre identité paysanne. Le législateur sénégalais a voté une loi qui nous reconnaît en tant qu’acteurs et revalorise ainsi notre métier d’agriculteur. Mais cela n’est pas une fin en soi et on va continuer pour avoir plus d’acquis.

GDS : Quels éléments n’avez-vous pas pu défendre ? Quels sont les points que vous souhaitiez inscrire dans la loi et qui ne l’ont pas été, et pourquoi ?
NS : La problématique foncière n’a pas pu être abordée comme on l’aurait souhaité. La forme dans laquelle cela a été introduit dans le projet de loi a rendu la concertation difficile. Le débat a été remis à plus tard alors que, selon nous, cette question est fondamentale pour l’avenir de l’agriculture et des agriculteurs. Cependant, notre plate-forme est prête à s’engager dans le processus de réflexion car, c’est un sujet sur lequel nous travaillons en permanence. Depuis 2001, la réflexion au niveau local, régional et national a permis d’élaborer des propositions paysannes pour la réforme foncière.

GDS : Quels sont les événements à venir ? Comment votre institution va-t-elle y être impliquée ?
NS : L’élaboration des décrets d’application constitue l’enjeu majeur. La cinquantaine d’engagements pris par l’État dans le texte de loi est regroupée en 7 grandes thématiques. À travers le CNCR, nous sommes chef de file sur le thème de la reconnaissance formelle des métiers de l’agriculture, qui traite la question de la protection sociale. À partir des expériences de nos associations nous contribuons à la formulation des propositions. Nous suivons également les autres thématiques pour les alimenter et nous nous impliquons également dans les travaux de la commission de Réforme foncière chargée de préparer la réforme de la loi sur le domaine national. Notre implication nourrit la concertation, mais elle nourrit également nos pratiques dans notre propre réseau.

Entretien avec Ibrahim Coulibaly, président de la Coordination nationale des organisations paysannes (CNOP)

Grain de sel : Quel rôle votre organisation a-t-elle joué dans la mise en place de la politique agricole malienne ?
Ibrahim Coulibaly : La politique agricole malienne est une demande des organisations de producteurs. Cette demande date de plus d’une dizaine d’années, avant même la création de la coordination nationale des organisations paysannes du Mali (CNOP) qui est le cadre national de concertation des organisations paysannes, dont la création a commencé en 1996. En effet depuis sa création en 1993, l’Association des organisations professionnelles paysannes du Mali (AOPP), première fédération d’organisations paysannes (OP) du Mali, revendique une telle politique concertée entre l’État et les acteurs du secteur rural.
Après la création de l’AOPP nous avons engagé le dialogue avec le ministère de l’Agriculture, pour discuter des problèmes de fond : le foncier rural, le crédit rural, les intrants et les équipements pour la production ; les marchés et les prix rémunérateurs, la responsabilisation des OP, la reconnaissance des services publics qu’elles rendent, etc.
Nous avons profité d’un événement politique, les élections présidentielles de 2002. La question d’une politique agricole concertée est venue au devant de la scène avec comme premier acte l’élaboration d’une loi d’orientation agricole. Lors de la journée paysanne, occasion de rencontre entre le chef de l’État et les OP, cette orientation a été réaffirmée par les autorités politiques ; ainsi le lancement du processus d’élaboration de la loi d’orientation agricole a été fait en février 2005 avec la responsabilisation totale par les autorités politiques de la CNOP pour l’ensemble des concertations et l’élaboration de propositions paysannes.
Pour piloter la réflexion paysanne et formuler des propositions devant avoir leur place dans la loi, la CNOP a alors mis en place un dispositif largement inclusif et participatif pour l’ensemble des acteurs, en particulier les OP. Un comité national d’organisation a été installé avec des démembrements à la base pour l’organisation des concertations. Un budget, un plan d’action et un programme ont été élaborés et soumis au gouvernement qui a financé l’ensemble des activités à plus de 90% sur les ressources nationales ce qui garantissait l’autonomie d’action dans le processus. Lancé officiellement en février 2005, le processus devait se conclure en octobre de la même année. C’était là un désir des autorités politiques ; le temps a été une contrainte assez difficile à gérer mais nous y sommes parvenus.
Tout a ainsi été mis en place pour que chacun participe et donne son avis. Des concertations locales régionales et thématiques ont été organisées, pour aboutir à un atelier national paysan, et à la production d’un document synthétique. Cet atelier, qui a duré 3 jours, a produit un memorandum reflétant l’essentiel des préoccupations du monde paysan malien : la souveraineté alimentaire, le foncier, le financement de l’activité agricole, et la reconnaissance et revalorisation du métier. Le memorandum a été défendu lors d’un atelier de synthèse national où la loi a été débattue, article par article. Outre les ministères de l’Environnement, de l’Agriculture, des domaines de l’État et des Affaires foncières, l’atelier de synthèse regroupait la CNOP et les chambres d’agriculture.

GDS : Pourquoi être impliqué en tant qu’organisation dans ce processus ?
IC : La demande de politique agricole nationale visait à faire face à l’incohérence des interventions publiques sur le secteur rural. Jusqu’alors, on avait affaire à des projets, des programmes en série, mais sans réelle vision pour l’avenir du monde rural malien ni de stratégies lisibles.
Notre objectif premier dans la revendication était donc de doter le secteur rural malien d’une vision d’avenir clair. Il existait dans le discours des politiques des allusions au développement de l’agribusiness, mais sans réellement savoir ce que c’était. Il y avait juste le mythe de l’investisseur étranger qui devait venir développer l’agriculture du pays. Pour nous OP, ceci était un rêve totalement déconnecté de la réalité car la seule réalité qu’il fallait soutenir et développer était l’agriculture familiale qui devait être placée au cœur des préoccupations.

GDS : Quel a été l’impact le plus positif de cette participation ?
IC : Nos préoccupations principales avaient trait à la souveraineté alimentaire, au foncier, au statut des exploitants. Et nous avons obtenu tout ce que nous souhaitions. Des discussions ont bien entendu eu lieu, par exemple sur la formation : cette question devait-elle être gérée par les OP ou par l’État ? Mais aucune confrontation n’est allée jusqu’à la rupture. Notre plus grande satisfaction, c’est le consensus sur la souveraineté alimentaire aujourd’hui accepté par l’ensemble des acteurs qui ont participé au processus, de même que les autorités politiques du pays.

GDS :Quel rôle aurez vous à jouer dans les mois qui viennent ?
IC : La loi maintenant disponible devra être votée le 1er juin 2006. Actuellement, elle est à l’Assemblée nationale. Nous revendiquions 20% du budget de l’État pour l’investissement dans le secteur agricole et réaliser les ambitions de cette loi.
Le ministère de l’Agriculture, à la fin du processus et au vu des résultats auxquels la CNOP était parvenue, a réaffirmé sa volonté de continuer à collaborer de façon rapprochée avec la CNOP ; ainsi nous souhaitons jouer un rôle majeur et proactif dans la suite du processus à travers les décrets d’application.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "34-35 : Numéro spécial 10 ans – Agricultures d’Afrique de l’Ouest : un paysage qui se redessine".

Grain de sel n°34-35 : Agricultures d’Afrique de l’Ouest : un paysage qui se redessine

Editorial Dix ans, déjà! Tendances Plusieurs futurs sont possibles Développement rural et urbanisation, quels enjeux ? Version intégrale : Développement rural et urbanisation, quels enjeux ? D’année en année, une complicité renouvelée L’invité APE : entretien avec Louis Michel, commissaire européen Partie 1 : Evolution des systèmes agraires et de production Introduction Nord-Tahoua (Niger) : le pastoralisme survit aux changements Sud Mali : diversifier ou recentrer sur le coton Café et cacao au Sud Cameroun : évolutions et…

Lire
Regards croisés sur le passé, le présent, l’avenir des OP…
Développement rural et urbanisation, quels enjeux ?
Kano (Nigeria) : intensifier tout en respectant l’environnement
On en parle
Inter-réseaux

Des cartes pour mieux comprendre les enjeux de l’intégration régionale ouest-africaine

Lire PDF
4. Faute de mobylette, Hamadou Harouna continue de pédaler…
Inter-réseaux

Premier portrait publié dans GDS n° 13, novembre 1999, p. 12 : « Il a créé son propre métier : vendeur ambulant d’ouvrages spécialisés »

Lire PDF
3. De taximan à paysan : une histoire cousue de fil blanc ?
Marie-Pauline Voufo

Marie-Pauline Voufo, journaliste à la Voix du paysan, membre du comité de rédaction de Grain de sel Premier portrait publié dans GDS n° 16, novembre 2000, p. 7 : « De taximan à paysan : une reconversion prometteuse »

Lire PDF
2. La laitière des temps modernes » demeure optimiste
Inter-réseaux

Premier portrait publié dans GDS n° 19, novembre 2001, p. 7 : « Cissé Rokiatou Diallo, Une laitière des temps modernes »

Lire PDF
1. Introduction
Inter-réseaux

Grain de sel a toujours souhaité rester au contact de ses lecteurs et « du terrain », une volonté qui s’est concrétisée par la parution régulière de portraits d’acteurs du développement rural, inconnus ou incontournables, politiques ou techniciens … À l’heure du bilan, nous avons cherché à retrouver certains d’entre eux. Que sont-ils devenus ? Leurs projets et ambitions ont-ils rencontré le succès ? En partant à leur recherche, nous nous doutions bien que les choses ne seraient…

Lire
APE et développement ?
Bibiane Mbaye

Bibiane Mbaye, de la plate-forme de la société civile ouest-africaine sur l’accord de Cotonou et de l’organisation non gouvernementale Enda Tiers-monde

Lire PDF
Le développement passe par le commerce
Claude Maerten

Entretien avec Claude Maerten, de la direction générale du Commerce de la Commission européenne L’APE entre pays ACP et Union européenne suit son cours, soulevant de vives critiques. Accord commercial et/ou en faveur du développement ? De l’intégration régionale à la protection des produits sensibles, en passant par les recettes budgétaires des États, Claude Maerten aborde avec nous des questions phares.

Lire PDF
L’APE est-il soluble dans le développement ?
Roger Blein

Roger Blein, Consultant, bureau Issala Les pays ACP et l’UE réforment le régime de leurs échanges commerciaux. Finies les préférences accordées sans contrepartie aux importations ACP en Europe. Le sort des produits agro-alimentaires est au centre des inquiétudes sur ces nouveaux accords de partenariat économique. Rappels, analyses de la Cedeao, et points de vue côtés Commission européenne et société civile ouest-africaine.

Lire PDF
Refonder les politiques agricoles
Ibrahim Assane Mayaki

Ibrahim Assane Mayaki, ancien Premier ministre du Niger, directeur exécutif de la Plateforme pour le développement rural en Afrique de l’Ouest et du Centre (Hubrural) Les politiques agricoles nationales ou régionales remettent les cultures vivrières et la sécurité alimentaire au premier plan. Mais leur crédibilité dépend de la qualité des concertations et des arbitrages entre intérêts contradictoires. Les politiques régionales doivent assurer une interface efficace avec les accords internationaux.

Lire PDF
Formulation des politiques agricoles : quel rôle pour les OP ?
Ibrahim Coulibaly, Nadjirou Sall

_ Parmi les acteurs émergents concernés par les politiques publiques, les organisations paysannes sont désormais incontournables. Au Mali et au Sénégal, deux responsables d’organisations paysannes, Nadjirou Sall et Ibrahim Coulibaly, relatent leur expérience… Entretien avec Nadjirou Sall, secrétaire général de la Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal (Fongs – Action paysanne) Grain de sel : Quelle a été la participation de votre organisation dans la mise en place de la politique agricole sénégalaise? Nadjirou Sall : Notre…

Les collectivités locales, un nouvel acteur dans le monde rural au Bénin
Simon-Narcisse Tomety

Simon-Narcisse Tomety, consultant-chercheur La décentralisation constitue une opportunité pour le renforcement de l’insertion des OP dans les espaces décisionnels aux niveaux national et sous-régional comme dans leurs localités. Qu’en est-il au Bénin ? Narcisse Tomety, consultant-chercheur béninois spécialiste de la décentralisation et de la structuration du monde rural, présente ici son point de vue.

Lire PDF
Au-delà des frontières, le rôle des commerçants en Afrique de l’Ouest
Agnès Lambert

Agnès Lambert, Institut de recherche et d’application des méthodes de développement (Iram) En Afrique de l’Ouest, les commerçants ont toujours opéré dans des espaces dépassant le cadre des frontières nationales, les relations économiques dessinent alors un dynamisme sous-régional – voire international -, insuffisamment pris en compte par les autorités politiques. Plaidoyer en faveur d’une intégration régionale « par le bas ».

Lire PDF
Aperçu sur les chambres d’agriculture du Mali
Bakary Togola

Bakary Togola, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture Le désengagement des États fait place à un contexte institutionnel nouveau. L’émergence de différents acteurs prend du temps, celui de s’inscrire en complémentarité les uns avec les autres. Les chambres d’agriculture du mali en sont un exemple, le président de leur Assemblée permanente nous les présente.

Lire PDF
Regards croisés sur le passé, le présent, l’avenir des OP…
Clobert Tchatat, Marie-Rose Mercoiret, Olivier Durand, Sylvain Kouao, Yamar Mbodj

Entretiens avec Sylvain Kouao, de l’Association nationale des organisations professionnelles agricoles de Côte d’Ivoire (Anopaci), avec Clobert Tchatat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural du Cameroun, avec Marie-Rose Mercoiret, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), avec Yamar Mbodj, de la Cedeao et avec Olivier Durand, de la Banque mondiale. Bilan, limites, perspectives d’avenir : qu’en est-il pour les organisations de producteurs (OP) d’Afrique de l’Ouest ? Nous avons posé trois questions…

Lire PDF
Quels défis pour le mouvement paysan ouest-africain ?
Denis Pesche

Denis Pesche, sociologue, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). À la fin des années 80, on s’interrogeait sur l’existence d’un mouvement paysan en Afrique noire. On estimait alors que, sauf au Sénégal, la situation ne permettait pas de parler de mouvement paysan. Depuis lors, les choses ont bien changé…

Lire PDF
Innover et lever des tabous pour financer l’équipement agricole
Betty Wampfler

Betty Wampfler, Centre national d’études agronomiques des régions chaudes (Cnearc), chercheure associée au Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad) Le financement de l’équipement reste un enjeu majeur pour la modernisation des agricultures familiales du Sud. Insuffisant, archaïque, le parc de matériel agricole africain est loin d’être satisfaisant. Pour autant, l’offre de crédit qui permettrait aux agriculteurs de s’équiper n’est pas au rendez-vous. Différentes raisons expliquent cet état de fait.

Lire PDF
Au Costa Rica, des producteurs innovent dans un contexte difficile
Guy Faure

Guy Faure, agroéconomiste, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) Intervention, puis retrait de l’État… Les producteurs de la région Huetar Norte s’adaptent, en innovant, pour maintenir leur agriculture. Accompagner l’innovation permet d’enclencher des dynamiques individuelles, au bénéfice des producteurs. Une bonne organisation peut aussi permettre des actions collectives qui répondent aux nouvelles exigences des marchés.

Lire PDF
Le Nerica, mythe et réalité…
Aliou Diagne

Aliou Diagne, Centre du riz pour l’Afrique (Adrao) Réduire les importations et les sorties de devises, assurer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté… Voilà les espoirs placés dans ce « nouveau riz pour l’Afrique ». Le Nerica sera-t-il à la hauteur ?

Lire PDF
Inscrire le changement technique dans des politiques cohérentes
Dr Hansjörg Neun

Entretien avec le Dr Hansjörg Neun, directeur du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) La transformation de l’agriculture s’appuiera sur des réformes institutionnelles, des acteurs professionnels structurés et des politiques agricoles et commerciales performantes. Entrevue avec H. Neun.

Lire PDF
Des marchés alimentaires urbains en plein développement
Nicolas Bricas

Nicolas Bricas, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) Les marchés alimentaires urbains sont une source de débouchés pour l’agriculture africaine. Une agriculture qui doit faire preuve d’inventivité, si elle ne veut pas abandonner ces marchés à des importations alimentaires très concurrentielles. Le développement de cultures vivrières commerciales est la preuve d’une réactivité déjà bien réelle.

Lire PDF
Le coton africain franchira-t-il le cap de la crise ?
François Giraudy

François Giraudy, ingénieur agronome, Dagris Le coton africain avait la réputation d’être le plus compétitif au monde. Ces derniers temps, le doute s’insinue. Pourtant, s’il traverse actuellement une crise très sévère, ses atouts restent nombreux.

Lire PDF
L’agriculture ouest africaine peut-elle redevenir compétitive ?
Benoît Faivre-Dupaigre

Benoît Faivre-Dupaigre, Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram). À de rares exceptions près, l’Afrique de l’Ouest semble avoir perdu la bataille internationale de la compétitivité. Les pays d’Asie l’ont supplantée pour nombre de produits tropicaux. Les pays développés viennent la concurrencer sur son propre marché. C’est pourtant en exploitant les opportunités régionales qu’elle peut espérer relancer son agriculture.

Lire PDF
Souveraineté alimentaire : entre autonomie de décision et règles communes
Bruno Buffaria, Mame Ndiobo Diene, Philippe Chedanne

Entretiens avec Mame Ndiobo Diene, du ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique rurale et de la Sécurité alimentaire du Sénégal, avec Bruno Buffaria, de la direction générale de l’Agriculture de la Commission européenne, et avec Philippe Chedanne, de l’Agence française de développement (AFD) Alors que les interdépendances agricoles sont croissantes, de nombreuses voix réclament des politiques agricoles propices à la souveraineté alimentaire. Entre l’autonomie de décision et la nécessité de règles communes, le chemin est étroit. Points de vue…

Lire PDF
Pour en savoir plus
Inter-réseaux

Définitions des termes « système agraire », « systèmes de production » et « sous-systèmes productifs » et carte des principales zones vivrières en Afrique de l’ouest

Lire PDF
Kano (Nigeria) : intensifier tout en respectant l’environnement
Ibrahim Maigari, Maharazu Yusuf

Ibrahim Maigari et Maharazu Yusuf, département de Géographie, université de Bayero (Kano, Nigeria) La région de Kano a connu, au cours des dix dernières années, des évolutions notables tant sur le plan écologique que socio-économique et des systèmes de production. Une constante, la très forte densité de peuplement, n’a pas pour autant menacé la survie de ses populations, qui ont mis en oeuvre des stratégies d’adaptation efficaces.

Lire PDF
Café et cacao au Sud Cameroun : évolutions et contrastes sociaux
Valentine Achancho

Valantine Achancho, ingénieur agronome, expert en développement rural et management de projets La régression relative des cultures de café et de cacao varie d’une zone à l’autre du Sud Cameroun. Mais, partout, les recompositions mettent en évidence différentes catégories d’acteurs, aux intérêts divergents.

Lire PDF
Sud Mali : diversifier ou recentrer sur le coton
Delphine Babin, Mamadou Touré

Mamadou Touré et Delphine Babin, cellule Suivi-Évaluation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) La CMDT livre ici des éléments de l’étude coordonnée par Marc Dufumier, et dessine quelques perspectives dans un contexte marqué par la restructuration de la filière coton : petite révolution agricole et creusement des inégalités…

Lire PDF
Nord-Tahoua (Niger) : le pastoralisme survit aux changements
André Marty, Bernard Bonnet

Bernard Bonnet et André Marty, Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram) L’évolution en cours dans les zones pastorales des pays sahéliens est considérable. Deux sécheresses historiques consécutives ont entraîné de profonds bouleversements, auxquels les éleveurs ont dû s’adapter, tant bien que mal. Pour autant, la pastoralisme demeure la base d’une économie et d’une société…

Lire PDF
APE : entretien avec Louis Michel, commissaire européen
Louis Michel

Le Commissaire européen en charge du Développement et de l’Aide humanitaire présente sa vision du possible développement des pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), inscrite dans un cadre économique mondial. Il introduit le débat sur les APE, et plus encore…

Lire PDF
D’année en année, une complicité renouvelée
Inter-réseaux

Si Grain de sel existe depuis dix ans… c’est aussi grâce à vous ! Au-delà du symbole, cet anniversaire constitue l’occasion de resserrer les liens entre l’association et ses membres : mieux vous connaître pour répondre davantage à vos attentes. À cet effet, un sondage a été réalisé, grâce au bulletin de veille de l’Inter-réseaux.

Lire PDF
Développement rural et urbanisation, quels enjeux ?
Jean-Marie Cour, Ndiogou Fall

Entretiens avec Jean-Marie Cour, économiste, et Ndiogou Fall, président du Réseau des organisations paysannes et des producteurs de l’Afrique de l’Ouest (Roppa) L’urbanisation aura-t-elle raison des agricultures familiales en Afrique de l’Ouest ? Pour ouvrir le débat, nous avons proposé à deux interlocuteurs de choix, défenseurs de thèses opposées, de répondre à quelques questions. Jean-Marie Cour et Ndiogou Fall se sont prêtés au jeu. Entretiens croisés…

Lire PDF
Plusieurs futurs sont possibles
Dominique Gentil

Dominique gentil, socio-économiste Face aux tendances démographiques fortes qui marqueront les prochaines décennies, quelle sera l’évolution du continent africain ? Futurs africains, une réflexion prospective collective, met en évidence quatre scénarios. Parlons d’avenir…

Lire PDF