The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 21 mars 2006

Entretien avec Gandega Sylli, ministre du Développement rural et de l’Environnement de la République islamique de Mauritanie

Mauritanie

Gandega Silly est actuellement ministre du Développement rural et de l’Environnement de Mauritanie. Il a accepté de répondre aux questions de Grain de sel alors qu’il était de passage à Paris, fin décembre 2005. Le calendrier de publication de la revue étant chargé, nous n’avons pu publier l’entretien dans le dernier Grain de sel, daté décembre 2005-février 2006, et, ne souhaitant pas attendre la prochaine parution (numéro double, publication prévue pour juin 2006), nous vous livrons l’entretien sur notre site. Gandega Sylli y évoque un certain nombre de rendez-vous à venir et d’échéances sur lesquels nous ne manquerons pas de lui donner à nouveau la parole d’ici quelques temps.

GDS : Dans un premier temps, pouvez-vous vous présenter et nous dire quel est l’objet de votre présence à Paris ?

GS : Tout d’abord je tiens à dire que je veux éviter toute langue de bois. Au-delà de mon parcours, ce qui importe c’est la mission que le gouvernement de transition de mon pays a souhaité me confier et les raisons pour lesquelles je suis à Paris.

Si je suis ici à Paris c’est dans le cadre de la 2e réunion du réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel. Le réseau réunit les États sahéliens, les partenaires au développement et le Cilss. C’est actuellement la Mauritanie qui assure (depuis 1,5 ans et pour encore 1,5 années à venir) la mission de coordination du Cilss. En tant que ministre du Développement rural et de l’Environnement du gouvernement de transition mis en place depuis le 9 août dernier en Mauritanie, j’assure la coordination du Cilss.

Dès sa mise en place, ce nouveau gouvernement a demandé la visite du secrétaire exécutif du Cilss pour faire le point sur sa présidence et les enjeux de celle-ci. Reçu par le chef de l’État mauritanien, le Secrétaire exécutif du Cilss a présenté l’agenda de l’institution. En effet, quelques grandes dates nous attendent, avec notamment une réunion du conseil des ministres du Cilss en janvier à Bissau, la préparation du forum mondial de l’eau qui se tiendra en mars 2006 à Mexico et qui doit être précédé par le forum pour la coalition pour l’eau au Sahel en février à Nouakchott.

De mon côté je suis allé au siège du Cilss à Ouagadougou afin de rencontrer l’équipe permanente du Cilss, et à Niamey pour voir le Centre régional Aghrymet. De façon générale, je dois dire que j’ai été impressionné par la qualité des experts africains. D’autre part, j’ai rencontré des équipes soudées avec une collaboration entre expertise nationale et transnationale exemplaire. Cela dit, le Cilss a aussi un besoin urgent de renforcement des capacités, et d’appui à la gouvernance. Une de ses principales difficultés réside dans le fait que le Cilss est dépendant pour son fonctionnement des contributions des États membres. Certes le budget de fonctionnement ne représente que 5% mais il est assuré par ces contributions nationales. Or celles-ci, ne sont pas versées (arriérés) par 4 des 9 États membres (le Niger, le Cap Vert, la Guinée Bissau, le Tchad). Ainsi le budget est-il grevé de 1 M FCFA, ce qui n’est pas rien. Ce problème est le signe d’un problème de gouvernance, mais cela donne aussi une mauvaise image du sérieux de l’institution vis-à-vis de ses bailleurs de fonds, qui eux assurent les 95 % restant.

Il nous faut également être plus réactifs, plus pro-actifs. La rencontre de Mexico par exemple est très proche dans le temps et les pays sahéliens ne peuvent y rester sans voix. Or cela se prépare et la Mauritanie sursoit en partie aux difficultés du Cilss en accueillant à Nouakchott le forum pour la coalition pour l’eau au Sahel.

Concernant plus précisément la réunion du réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel, je retiens avant tout la qualité et la mobilisation des partenaires présents à Paris ; l’organisation et l’accueil français, mais surtout les présentations se sont avérées de grande qualité. Le Cilss et ses partenaires montrent qu’ils sont capables de rassembler une expertise de grande qualité. La rencontre a abouti à des recommandations sur plusieurs points, parmi lesquels : – le système d’information, les statistiques ; – la gestion de l’information par le Cilss (si les ONG ont pris le devant de la scène, c’est aussi parce que le Cilss n’a eu aucun contrôle sur cette information) ; – le suivi de la mise en oeuvre des recommandations à travers un tableau de bord. Pour ce qui concerne les causes de la crise alimentaire, notamment celle qui a touché le Niger, (puisque c’est ce pays qui a été sous les flashs des médias, mais je n’oublie pas les autres pays touchés, même si on en beaucoup moins parlé), elles ont fait l’objet de débats animés.

L’accès à l’alimentation mais également la malnutrition ont beaucoup été discutés, mais il y a aussi eu d’autres problèmes. Le Cilss avait ainsi lancé l’alerte dès novembre ou décembre 2004, suffisamment tôt pour prévenir la crise, mais à cette époque aucun des partenaires n’avait réagi. Pourquoi ? Je ne sais pas, j’aimerais croire que l’alerte n’avait pas été lancée de façon suffisamment claire pour que les partenaires réagissent, mais je n’en suis pas sûr… Un autre élément pour expliquer la crise et son ampleur est l’élément socio-économique. J’entends par là surtout le manque d’instruction des populations, et la malnutrition chronique. Ainsi, malgré les centres d’information, beaucoup d’enfants traités ont malgré tout rechuté. Des indicateurs de santé publique doivent être mieux pris en compte dans de telles crises, mais également en prévention. Il faut intégrer nutrition, qualité de l’alimentation, femmes, questions sanitaires… On ne peut pas se contenter de suivre les productions et les importations céréalières. Par ailleurs, le bilan alimentaire effectué sous divers angles et avec des objectifs certes concordants mais non coordonnés est difficile à analyser et est trop souvent sujet à caution ou à interprétation. Il faut que le Cilss puisse rassembler les diverses analyses en étant l’institution permettant de coordonner la genèse des informations. Cela se travaille aussi bien au niveau de la région qu’aux niveaux des pays entre tous les partenaires. Évitons de confronter les chiffres obtenus par les diverses institutions, en leur demandant de travailler ensemble pour les enquêtes, les suivis les bilans…

Il faut également comprendre que les déficits alimentaires ne peuvent pas être résolus que par les importations et de l’aide alimentaire. Les gens ont mal compris cela.

Il faut insister de façon plus prononcée sur le déficit en matière de disponibilité de l’alimentation et donc sur le développement. La gestion des crises ne devrait être qu’un dernier recours face à un phénomène conjoncturel (comme les criquets), mais pas à des problèmes récurrents (comme la sécheresse ou une production mal développée). La prévention des crises c’est aussi et surtout le développement.

Le problème des flux transfrontaliers également avait été mal pris en compte. Traditionnellement, une partie des récoltes du Niger part pour le Nigeria. On a entre les deux pays un axe commercial particulièrement actif dans les périodes de soudure. Or cette année, le déficit en céréales était tel que les flux revenant au Niger n’ont pas eut lieu. Ou alors les céréales (notamment) sont revenues sur les marchés à des prix inabordables pour les Nigériens. Une idée-force de la rencontre a été le suivi de la mise en œuvre des recommandations En effet on s’est aperçu qu’après chaque réunion des recommandations étaient faites mais que, faute de mécanisme de suivi elles étaient rarement mises en application.

Est-ce le rôle du Programme alimentaire mondial, de la FAO, des États, de suivre son action ?

En réaction et en réponse à ma proposition, le Club du Sahel a accepté d’appuyer la mise en place d’un outil de pilotage pourtant bien classique : un tableau de bord. Qui fait quoi ? Dans quel délai ? Avec quels moyens et pour quel coût ?

Pour moi le succès de notre rencontre de Paris réside dans cette proposition. Si ce mécanisme n’est pas mis en place, nous pourrons dire que la réunion n’a été qu’un coup d’épée dans l’eau.

Le Club du Sahel a par ailleurs été invité officiellement à entrer dans le dispositif. On n’attend pas de lui un apport financier mais un apport en expertise.

Un draft de présentation de l’outil de pilotage doit être préparé avant le prochain conseil des ministres de début 2006 à Bissau, de même qu’un planning d’activités.

La Banque mondiale appuie le volet information du projet, par la réalisation d’enquêtes agricoles dans certains pays sahéliens (sur ce point, un terrain d’entente doit être trouvé). Un document statuant sur le bilan 2005 et le budget 2006 doit être fait d’ici au prochain conseil des ministres, en mars. Un point sera fait sur l’état d’avancement des recommandations émises.

GDS : Quelles sont les prévisions pour l’année à venir ?

GS : Les prévisions pour 2006 sont bonnes pour la région : tous les pays sont excédentaires, à l’exception de la Mauritanie . On note 71% d’augmentation des récoltes par rapport à 2004. Cependant, la campagne 2005-2006, même bonne compensera-t-elle celle de l’an passé ? C’est une question difficile, mais certains indicateurs mis en lumière lors de la réunion du réseau de prévention des crises alimentaires nous conduisent à une relative prudence. C’est cette même prudence qui nous amène en Mauritanie (et au-delà des chiffres) à mettre en avant que la situation alimentaire reste préoccupante à l’intérieur du pays. Même si l’hivernage 2005 a été satisfaisant dans certaines régions du pays. Les populations souffrent toujours des séquelles de la dernière campagne agropastorale et la saison des pluies n’a pas amélioré, de façon significative, leurs moyens d’accès à la nourriture. Les zones agricoles suffisamment arrosées n’ont pu enregistrer les prévisions escomptées notamment à cause d’un décalage du calendrier cultural qui a permis et favorisé les attaques aviaires, mais également les déprédations par les troupeaux. Dans les zones agricoles à déficit pluviométrique, une grande inquiétude demeure quant aux résultas finaux de la campagne agricole.

L’alimentation des populations repose donc pour l’essentiel sur l’accès aux denrées alimentaires importées disponibles sur les marchés, mais à des prix très élevés. Par ailleurs et cela doit être compris comme un facteur d’insécurité alimentaire chronique : beaucoup d’importations sont réexportées. Il nous faut agir sur les commerçants. Et mieux cibler les gens. En Mauritanie toujours, les petits éleveurs n’ont pas été pris en compte. GDS : Il a été question d’une charte sur l’aide alimentaire. Que pensez-vous de l’utilité d’un tel outil ? GS : Il existe une charte sur l’aide alimentaire avec des règles et principes. Mais cette charte, est très peu connue, certains la disent caduque. De nouveaux acteurs de l’aide alimentaire entrent en ligne de compte. La question est de savoir si l’on doit continuer à appliquer la charte telle quelle, ou bien la modifier.

Roger Blein, expert présent à la réunion a présenté quatre scenarii possible. De façon générale, les gens veulent une application raisonnée de cette charte. Pour moi, il importe avant tout de la faire connaître et voir ensuite s’il y a lieu et comment la faire évoluer peut-être vers une convention internationale sur la sécurité alimentaire.

GDS : Sur la Mauritanie, quel est votre diagnostic de la situation après quelques mois passés au ministère de l’Agriculture ?

GS : J’ai donné récemment un entretien à un organe de presse mauritanien qui reprend plus en détail ce que je vais vous dire ici de façon très brève. Le temps passe et la période de transition n’est… que transitoire. Je crois fermement que la Mauritanie a besoin de faire le point sur le secteur rural ; un état des lieux. Ce que j’appelle une « revue du secteur rural ». Qui fait quoi en Mauritanie ? Quels sont les acteurs du développement agricole, de la sécurité alimentaire, de l’environnement… Quels sont les acquis, les bilans, les analyses sectorielles et sous sectorielles. Quelles sont les politiques, qui coordonne et manage ? Qui met en œuvre les actions ? Comment sont utilisés les fonds publics ou partenariaux, avec quels impacts ? Dans quels états sont nos potentialités productives, aussi bien naturelles (sols, eaux…) qu’en ce qui concerne nos infrastructures…

Je pense qu’un diagnostic sérieux et objectif, une photographie de ce que nous sommes et une compréhension de ce qui nous a menés à ce que nous sommes aujourd’hui, nous permettra, après analyse, à une série de recommandations qui nous projettera vers le futur.

C’est pourquoi je vais lancer ce grand chantier. Sur une base participative, associant les services du ministère et l’ensemble des partenaires du secteur, en commençant par les collectivités locales, les organisations paysannes et environnementales, le secteur dit privé, les institutions publiques dont mon département et celles directement concernées, les partenaires au développement, etc.

GANDEGA SYLLI Économiste, spécialiste en management, GS a commencé sa carrière au ministère du Plan et de l’Aménagement du territoire de Mauritanie, puis au ministère des Postes et Télécommunications suite au rattachement de l’aménagement du territoire à ce département, enfin au ministère de l’Intérieur. Il a ensuite rejoint le programme des Nations unies pour le développement où il est resté douze ans comme économiste national principal et conseiller du représentant résident. Il a ensuite pris un départ volontaire de cette institution et rejoint le Centre mauritanien d’analyse de politiques (CMAP) qui a vu le jour avec son appui comme chargé d’études pour les secteurs sociaux et des infrastructures. Il est ministre du gouvernement de transition mauritanien depuis août 2005.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "33 : Mieux vendre . Initiatives locales et négociations internationales".

Entretien avec Gandega Sylli, ministre du Développement rural et de l’Environnement de la République islamique de Mauritanie

Gandega Silly est actuellement ministre du Développement rural et de l’Environnement de Mauritanie. Il a accepté de répondre aux questions de Grain de sel alors qu’il était de passage à Paris, fin décembre 2005. Le calendrier de publication de la revue étant chargé, nous n’avons pu publier l’entretien dans le dernier Grain de sel, daté décembre 2005-février 2006, et, ne souhaitant pas attendre la prochaine parution (numéro double, publication prévue pour juin 2006), nous vous livrons l’entretien sur…

Entretien avec François Traoré, président de l’AProCA
INTERNET : un outil d’amélioration de la visibilité et de la lisibilité des Chambres d’Agriculture et des Organisations Professionnelles Agricoles du Mali
Qu’est-ce que l’agriculture de conservation ?
Patrick Delmas

Voici quelques temps que Grain de sel souhaitait aborder la question controversée des SCV et, plus généralement, de l’agriculture de conservation (AC). Après mûre réflexion, nous vous livrons un article en rubrique « Repères ». Notre objectif ? Donner à chacun une base d’information le plus pratique et neutre possible sur ce sujet. Voir aussi l’article  » L’agriculture de conservation, une alternative ?  » de Florent Maraux, chercheur associé Fida-Cirad (rubrique « contributions à Grain de sel n°33 »)

Lire PDF
Kiosque
Inter-réseaux

– Migrants de l’arachide. La conquête de la forêt classée de Pata. Casamance, Sénégal. Mamady Sidibé La filière riz au Mali : compétitivité et perspectives de marché. P. Baris, J. Zaslavsky, S. Perrin Libéraliser l’agriculture mondiale ? Théories, modèles et réalités. J.-M. Boussard, F. Gérard, M.-G. Piketty. Cirad. Politiques publiques et pauvreté à Madagascar. La filière riz, moteur de croissance ou facteur de crise ? Louis Bockel

Lire PDF
Écrire pour partager les expériences et les savoir-faire
Anne-Sophie Saywell, François Doligez

Anne-Sophie Saywell, Groupe initiatives et François Doligez, Iram. Le Groupe initiatives a souhaité stimuler la production de sa revue Traverses en accueillant des textes provenant d’auteurs du Sud proches de ses conceptions, en les appuyant pour formaliser leurs savoir-faire. C’est l’objet de l’atelier d’écriture qui a rassemblé, à Bamako en octobre, quinze professionnels du développement.

Lire PDF
Sortie de crise pour Kafo Jiginew
Alou Sidibé

Institution de microfinance malienne de réputation mondiale, Kafo Jiginew a passé un été 2005 perturbé. En juin, un rapport mettant en cause la bonne gestion financière du réseau a été diffusé, suivi d’une forte vague de dénigrements. Quelques mois plus tard, la crise s’est apaisée. Alou Sidibé, directeur général, témoigne.

Lire PDF
Le CIC-B : Organiser la filière céréales du Burkina
Kalifa Traoré, Soumabéré Dioma, cicb

Entretien de la rédaction avec Soumaïla Sanou, Soumabéré Dioma et Kalifa Traoré Les interprofessions sont un sujet de travail de l’Inter-réseaux et de GDS pour 2006. Nous avons eu la chance de recevoir, alors qu’ils étaient de passage en France, les dirigeants du Comité interprofessionnel des céréales du Burkina Faso. Une instance jeune certes, mais porteuse de nombreux espoirs pour la filière céréalière.

Lire PDF
Le commerce équitable : filière d’insertion sur le marché international pour les acteurs économiques défavorisés
Céline Lefevre

Céline Lefevre, Tech-Dev.

Lire PDF
Une interprofession pour le riz au Ghana, vers un boom du riz ghanéen ?
Olivier Maes

Olivier Maes, assistant technique

Lire PDF
Clés du succès et défis pour La Florida (Pérou) et Anapqui (Bolivie)
Marc Mees

Marc Mees, coordinateur du Service d’appui aux partenaires, SOS FAIM.

Lire PDF
Après Hong Kong… un représentant du Roppa témoigne et explique ses réticences vis-à-vis de l’accord
Ibrahim Coulibaly

Entretien avec Ibrahima Coulibaly

Lire PDF
Libéralisation agricole, quelles implications pour les pays du Sud ?
Bénédicte Hermelin

Bénédicte Hermelin, Groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret).

Lire PDF
Conférence de l’OMC à Hong Kong : un consensus fragile
Vanessa Alby-Flores

Vanessa Alby-Flores, Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram) La conférence de l’Organisation mondiale du commerce à Hong Kong a débouché sur un accord. Quel accord ? Plus spécifiquement, que s’est-il passé à propos des négociations sur le coton ? Nous vous proposons ci-dessous quelques éléments de réponse, une lecture bien utile en préalable au dossier ci-après…

Lire PDF
Corruption dans le monde. Les pauvres paient plus que les riches
Marie-Pauline Voufo

Marie Pauline Voufo, journaliste. Une enquête de l’ONG Transparency International révèle des données éloquentes sur l’état de la corruption dans le monde : les pays les plus pauvres (en bonne place les pays africains), sont aussi les plus corrompus. Tout porte à croire que corruption et pauvreté font bon ménage. La corruption, sérieuse menace au développement ?

Lire PDF
Niger : Pouvait-on prévoir la crise alimentaire ?
Johny Egg

Entretien avec Johny Egg. En 2005, le Niger a fait la une des médias… crise alimentaire ? famine ? Au final, une seule certitude, malgré une expérience de vingt années de prévention, la crise est apparue dans toute sa gravité. Une évaluation du dispositif national de gestion et de prévention des crises alimentaires au Niger vient d’être effectuée. Son coordinateur, Johny Egg, témoigne. Voir l’article en version intégrale (uniquement sur le site)

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : K.-S. Gopal
K.-S. Gopal

K.-S. Gopal travaille pour le Centre pour l’environnement basé à Hyderabad, en Inde. Il est également chargé des relations internationales pour Vani, une fédération nationale de 2500 ONG indiennes. Voir l’article en version originale (anglais)Voir l’article en version originale (anglais)

Lire PDF
Message de M. MANANGA JEAN HUBERT TOUSSAINT, président du réseau Simba reçu le 7 novembre 2005

Reseau_simba@yahoo.fr Bonjour, J’ai été très marqué par votre article sur la révolution verte. Il s’avère que quelques pays africains surtout anglophones et non producteurs de pétrole ont réalisés des exploits intéressants dans le développement agricole mais en général les pays francophones n’ont pas connu les mêmes succès reléguant l’agriculture au second plan hormis le Cameroun et la Côte d’ivoire. Lors de ma soutenance en année de maîtrise, je faisais allusion de la problématique du développement agricole au Congo…

Lire
Entretien avec Johny Egg publié en rubrique « forum » de GDS 33 : « Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? »
Johny Egg

« Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? »En 2005, le Niger a fait la une des médias. Crise alimentaire ? Famine ? Au final, une seule certitude, malgré une expérience de vingt années de prévention, la crise est apparue dans toute sa gravité. Une évaluation du dispositif national de gestion et de prévention des crises alimentaires au Niger vient d’être effectuée. Son coordinateur, Johny Egg, témoigne. Entretien avec Johny Egg, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique…

Lire
INTERVIEW OF GRIB PRESIDENT: Mr Ralph Mends-Odro

Version originale anglaise de l’entretien réalisé avec le président du Grib le 8/12/06 (cf. GDS 33 p. 22-23)Why and How did you become the President of the GRIB? I contested for the position of President of the GRIB because I knew I had the potential to lead the GRIB and perform effectively and efficiently. My campaign message was simple: i) I am a big time broker in the industry; ii) I had operated for three years at that…

Lire
L’agriculture de conservation, une alternative ?

Un article proposé en complément au « Repères » publié dans GDS 33 : « Qu’est-ce que l’agriculture de conservation ? » Par Florent Maraux, chercheur associé Fida-Cirad (F.maraux@ifad.org) Les agricultures du monde connaissent des bouleversements : mondialisation des échanges et désengagement des États posent aux différentes sociétés le défi de compétitivité; l’instabilité des cours des produits comme le montre la récente crise cotonnière; la forte croissance démographique dans les pays du Sud (3% par an) accentuée par…

Lire
Formations et identités culturelles

Entretien avec Moussa Mbaye coordonnateur Enda Diapol (diapol@enda.sn). Un entretien réalisé en décembre 2005. GDS : Nombreux dénoncent le décalage entre d’un côté les formations dispensées par des ONG occidentales dans les pays du Sud, et de l’autre les réalités socioculturelles de ces pays où les formations sont menées. Qu’en pensez-vous ? Moussa Mbaye : Décalage effectif et tout à fait naturel. Le contraire devrait même étonner, car on ne voit par quelle alchimie les élaborations théoriques et…

Lire
Grain de sel n°33 : Mieux vendre. Initiatives locales et négociations internationales

Actualité d’Inter-réseaux Actualité de l’Inter-réseaux Editorial Sommaire et éditorial Gros sel L’invité de Grain de sel : K.-S. Gopal Forum Niger : Pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? Version intégrale : Entretien avec Johny Egg publié en rubrique « forum » de GDS 33 : « Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? » Corruption dans le monde. Les pauvres paient plus que les riches Conférence de l’OMC à Hong Kong : un consensus fragile Dossier : Mieux vendre. Initiatives locales…

Lire
Clivages organisations paysannes / Institutions de microfinance

Olivier Maes est assistant technique de la coopération française en poste au Ghana. Il a lui-même géré un réseau de microfinance pendant 5 ans aux Comores (Réseau Sanduk), et a souhaité apporter certaines informations importantes mais selon lui omises dans l’article du dossier microfinance (page 15 de GDS 32). Nous le remercions vivement pour cette riche contribution.Les banques de développement étaient destinées à financer les activités agricoles mais leur faillite dans les années 70-80, ne peut pas s’expliquer…

Lire
Maisons de prêt sur gage chinoises

Thierry Pairault

Lire PDF
Les conflits dans le monde rural, quel impact ?

Courts entretiens réalisés à l’occasion de la Fiara le 27 mars 2005, Dakar Entretien avec Sylvain Kouao, Association nationale des producteurs de riz de Côte d’Ivoire (Anopaci), Côte d’Ivoire Entretien avec Koutou Assemian Appolinaire, Anopaci Entretien avec Kalilou Sonko, Ajac, Casamance

Lire PDF
La négation du pouvoir local dans les politiques de l’eau en afrique

– Rosnert Ludovic ALISSOUTIN

Lire PDF
The destructive nature of borehole water extraction technology in pastoral areas of the horn african region
Inter-réseaux

– Abukar O. Abikar and Philippe Carette. The African Reference Group on Water (ARGOW)

Lire PDF
Grands aménagements hydro-agricoles d’Afrique subsaharienne : poursuivre les évolutions institutionnelles
Jean-Claude Devèze

Jean-Claude Devèze, en collaboration avec Jean-François Jullien et Vatche Papazian Chargés de mission, Agence française de développement (AFD), Paris. 2003 Des grands aménagements hydro-agricoles africains ont été l’objet d’importantes interventions qui ont contribué à la promotion d’une agriculture familiale encore en cours d’organisation. Les impératifs en matière d’une part de gestion de l’eau et du foncier, d’autre part de compétitivité internationale se traduisent par des transitions difficiles à conduire, d’où la nécessité de poursuivre des appuis. Il s’agit…

Lire PDF