Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 8 décembre 2005

Clivages organisations paysannes / Institutions de microfinance

Olivier Maes est assistant technique de la coopération française en poste au Ghana. Il a lui-même géré un réseau de microfinance pendant 5 ans aux Comores (Réseau Sanduk), et a souhaité apporter certaines informations importantes mais selon lui omises dans l’article du dossier microfinance (page 15 de GDS 32). Nous le remercions vivement pour cette riche contribution.

Les banques de développement étaient destinées à financer les activités agricoles mais leur faillite dans les années 70-80, ne peut pas s’expliquer directement par le risque crédit lié aux aléas de l’agriculture. C’est avant tout l’insuffisance d’Etat de droit qui a autorisé un grand d’emprunteurs à ne pas rembourser leur crédit sans craindre pour autant d’être poursuivi par le justice et d’être saisi le cas échéant. Par ailleurs, l’étiquette de « mauvais payeur » n’était pas socialement particulièrement négative. L’emprunteur pouvait être considéré comme suffisamment malin pour avoir réussi à échapper au remboursement d’un argent dit « froid ».

La force des IMF a été de construire des instituions bancaires de proximité, de faire en sorte, par le truchement soit des groupes de solidarité, de l’implication des autorités traditionnelles dans la résolution des conflits, soit par l’épargne préalable, voire dans des cas par l’autogestion des IMF, à créer un lien social fort entre les gestionnaires et clients, entre les emprunteurs et prêteurs. Au sein de ces institutions de proximité (souvent à l’échelle villageoise), il est alors devenu plus difficile pour les emprunteurs d’échapper à leur obligation de remboursement, l’étiquette de « mauvais payeur » devenant socialement clairement négative, l’argent s’étant « réchauffé ».

Par ailleurs, toujours pour limiter le risque lié au crédit, les concepteurs des IMF ont milité en faveur de crédits de faible montant et de faible durée. Cette règle a été érigée au rang des « best practices » et c’est la raison pour laquelle les investissements agricoles (achat et aménagement de parcelles, achat d’intrants et d’équipements) ont été le plus souvent écartés du portefeuille des IMF. En outre, le niveau élevé des taux d’intérêt au sein des IMF était peu propice à l’octroi de crédit plus important sur de plus longues durées.

Le problème de financement de l’activité agricole reste donc entier et le risque avec la multiplication des IMF en milieu rural serait de penser que l’on a résolu le problème de financement des agriculteurs. Aujourd’hui, dans de nombreux pays africains, un vide réel s’est installé.

Ce problème doit être urgemment résolu et ceci pour deux raisons : i) face à l’explosion démographique et afin de préserver ce qui reste de souveraineté alimentaire en Afrique, une forte augmentation de la production agricole est devenue une nécessité, ii) à l’heure de la libéralisation des échanges, le secteur agricole africain a besoin de gagner en productivité. Les agriculteurs du sud devraient donc pouvoir accéder à des crédits de montant adéquat et à des taux d’intérêt subventionnés.

Afin de pas dénaturer les IMF et de ne pas prendre le risque de les fragiliser, mieux vaut militer pour la création de nouvelles banques agricoles mais avec cependant un préalable : l’avènement d’Etats de droit en Afrique. Car, si les assurances peuvent prendre en charge les risques inhérents à un crédit agricole, seul un Etat de droit peut poursuivre un emprunteur récalcitrant, le condamner et saisir ses biens. C’est à cette seule condition que l’on maintiendra que l’on créera et maintiendra une activité bancaire agricole. La balle semble donc, une nouvelle fois, dans le camps des pays africains.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "33 : Mieux vendre . Initiatives locales et négociations internationales".

Entretien avec Gandega Sylli, ministre du Développement rural et de l’Environnement de la République islamique de Mauritanie

Gandega Silly est actuellement ministre du Développement rural et de l’Environnement de Mauritanie. Il a accepté de répondre aux questions de Grain de sel alors qu’il était de passage à Paris, fin décembre 2005. Le calendrier de publication de la revue étant chargé, nous n’avons pu publier l’entretien dans le dernier Grain de sel, daté décembre 2005-février 2006, et, ne souhaitant pas attendre la prochaine parution (numéro double, publication prévue pour juin 2006), nous vous livrons l’entretien sur…

Lire
Entretien avec François Traoré, président de l’AProCA
INTERNET : un outil d’amélioration de la visibilité et de la lisibilité des Chambres d’Agriculture et des Organisations Professionnelles Agricoles du Mali
Qu’est-ce que l’agriculture de conservation ?
Patrick Delmas

Voici quelques temps que Grain de sel souhaitait aborder la question controversée des SCV et, plus généralement, de l’agriculture de conservation (AC). Après mûre réflexion, nous vous livrons un article en rubrique « Repères ». Notre objectif ? Donner à chacun une base d’information le plus pratique et neutre possible sur ce sujet. Voir aussi l’article  » L’agriculture de conservation, une alternative ?  » de Florent Maraux, chercheur associé Fida-Cirad (rubrique « contributions à Grain de sel n°33 »)

Lire PDF
Kiosque
Inter-réseaux

– Migrants de l’arachide. La conquête de la forêt classée de Pata. Casamance, Sénégal. Mamady Sidibé La filière riz au Mali : compétitivité et perspectives de marché. P. Baris, J. Zaslavsky, S. Perrin Libéraliser l’agriculture mondiale ? Théories, modèles et réalités. J.-M. Boussard, F. Gérard, M.-G. Piketty. Cirad. Politiques publiques et pauvreté à Madagascar. La filière riz, moteur de croissance ou facteur de crise ? Louis Bockel

Lire PDF
Écrire pour partager les expériences et les savoir-faire
Anne-Sophie Saywell, François Doligez

Anne-Sophie Saywell, Groupe initiatives et François Doligez, Iram. Le Groupe initiatives a souhaité stimuler la production de sa revue Traverses en accueillant des textes provenant d’auteurs du Sud proches de ses conceptions, en les appuyant pour formaliser leurs savoir-faire. C’est l’objet de l’atelier d’écriture qui a rassemblé, à Bamako en octobre, quinze professionnels du développement.

Lire PDF
Sortie de crise pour Kafo Jiginew
Alou Sidibé

Institution de microfinance malienne de réputation mondiale, Kafo Jiginew a passé un été 2005 perturbé. En juin, un rapport mettant en cause la bonne gestion financière du réseau a été diffusé, suivi d’une forte vague de dénigrements. Quelques mois plus tard, la crise s’est apaisée. Alou Sidibé, directeur général, témoigne.

Lire PDF
Le CIC-B : Organiser la filière céréales du Burkina
Kalifa Traoré, Soumabéré Dioma, cicb

Entretien de la rédaction avec Soumaïla Sanou, Soumabéré Dioma et Kalifa Traoré Les interprofessions sont un sujet de travail de l’Inter-réseaux et de GDS pour 2006. Nous avons eu la chance de recevoir, alors qu’ils étaient de passage en France, les dirigeants du Comité interprofessionnel des céréales du Burkina Faso. Une instance jeune certes, mais porteuse de nombreux espoirs pour la filière céréalière.

Lire PDF
Le commerce équitable : filière d’insertion sur le marché international pour les acteurs économiques défavorisés
Céline Lefevre

Céline Lefevre, Tech-Dev.

Lire PDF
Une interprofession pour le riz au Ghana, vers un boom du riz ghanéen ?
Olivier Maes

Olivier Maes, assistant technique

Lire PDF
Clés du succès et défis pour La Florida (Pérou) et Anapqui (Bolivie)
Marc Mees

Marc Mees, coordinateur du Service d’appui aux partenaires, SOS FAIM.

Lire PDF
Après Hong Kong… un représentant du Roppa témoigne et explique ses réticences vis-à-vis de l’accord
Ibrahim Coulibaly

Entretien avec Ibrahima Coulibaly

Lire PDF
Libéralisation agricole, quelles implications pour les pays du Sud ?
Bénédicte Hermelin

Bénédicte Hermelin, Groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret).

Lire PDF
Conférence de l’OMC à Hong Kong : un consensus fragile
Vanessa Alby-Flores

Vanessa Alby-Flores, Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (Iram) La conférence de l’Organisation mondiale du commerce à Hong Kong a débouché sur un accord. Quel accord ? Plus spécifiquement, que s’est-il passé à propos des négociations sur le coton ? Nous vous proposons ci-dessous quelques éléments de réponse, une lecture bien utile en préalable au dossier ci-après…

Lire PDF
Corruption dans le monde. Les pauvres paient plus que les riches
Marie-Pauline Voufo

Marie Pauline Voufo, journaliste. Une enquête de l’ONG Transparency International révèle des données éloquentes sur l’état de la corruption dans le monde : les pays les plus pauvres (en bonne place les pays africains), sont aussi les plus corrompus. Tout porte à croire que corruption et pauvreté font bon ménage. La corruption, sérieuse menace au développement ?

Lire PDF
Niger : Pouvait-on prévoir la crise alimentaire ?
Johny Egg

Entretien avec Johny Egg. En 2005, le Niger a fait la une des médias… crise alimentaire ? famine ? Au final, une seule certitude, malgré une expérience de vingt années de prévention, la crise est apparue dans toute sa gravité. Une évaluation du dispositif national de gestion et de prévention des crises alimentaires au Niger vient d’être effectuée. Son coordinateur, Johny Egg, témoigne. Voir l’article en version intégrale (uniquement sur le site)

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : K.-S. Gopal
K.-S. Gopal

K.-S. Gopal travaille pour le Centre pour l’environnement basé à Hyderabad, en Inde. Il est également chargé des relations internationales pour Vani, une fédération nationale de 2500 ONG indiennes. Voir l’article en version originale (anglais)Voir l’article en version originale (anglais)

Lire PDF
Message de M. MANANGA JEAN HUBERT TOUSSAINT, président du réseau Simba reçu le 7 novembre 2005

Reseau_simba@yahoo.fr Bonjour, J’ai été très marqué par votre article sur la révolution verte. Il s’avère que quelques pays africains surtout anglophones et non producteurs de pétrole ont réalisés des exploits intéressants dans le développement agricole mais en général les pays francophones n’ont pas connu les mêmes succès reléguant l’agriculture au second plan hormis le Cameroun et la Côte d’ivoire. Lors de ma soutenance en année de maîtrise, je faisais allusion de la problématique du développement agricole au Congo…

Lire
Entretien avec Johny Egg publié en rubrique « forum » de GDS 33 : « Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? »
Johny Egg

« Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? »En 2005, le Niger a fait la une des médias. Crise alimentaire ? Famine ? Au final, une seule certitude, malgré une expérience de vingt années de prévention, la crise est apparue dans toute sa gravité. Une évaluation du dispositif national de gestion et de prévention des crises alimentaires au Niger vient d’être effectuée. Son coordinateur, Johny Egg, témoigne. Entretien avec Johny Egg, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique…

Lire
INTERVIEW OF GRIB PRESIDENT: Mr Ralph Mends-Odro

Version originale anglaise de l’entretien réalisé avec le président du Grib le 8/12/06 (cf. GDS 33 p. 22-23)Why and How did you become the President of the GRIB? I contested for the position of President of the GRIB because I knew I had the potential to lead the GRIB and perform effectively and efficiently. My campaign message was simple: i) I am a big time broker in the industry; ii) I had operated for three years at that…

Lire
L’agriculture de conservation, une alternative ?

Un article proposé en complément au « Repères » publié dans GDS 33 : « Qu’est-ce que l’agriculture de conservation ? » Par Florent Maraux, chercheur associé Fida-Cirad (F.maraux@ifad.org) Les agricultures du monde connaissent des bouleversements : mondialisation des échanges et désengagement des États posent aux différentes sociétés le défi de compétitivité; l’instabilité des cours des produits comme le montre la récente crise cotonnière; la forte croissance démographique dans les pays du Sud (3% par an) accentuée par…

Lire
Formations et identités culturelles

Entretien avec Moussa Mbaye coordonnateur Enda Diapol (diapol@enda.sn). Un entretien réalisé en décembre 2005. GDS : Nombreux dénoncent le décalage entre d’un côté les formations dispensées par des ONG occidentales dans les pays du Sud, et de l’autre les réalités socioculturelles de ces pays où les formations sont menées. Qu’en pensez-vous ? Moussa Mbaye : Décalage effectif et tout à fait naturel. Le contraire devrait même étonner, car on ne voit par quelle alchimie les élaborations théoriques et…

Lire
Grain de sel n°33 : Mieux vendre. Initiatives locales et négociations internationales

Actualité d’Inter-réseaux Actualité de l’Inter-réseaux Editorial Sommaire et éditorial Gros sel L’invité de Grain de sel : K.-S. Gopal Forum Niger : Pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? Version intégrale : Entretien avec Johny Egg publié en rubrique « forum » de GDS 33 : « Niger : pouvait-on prévoir la crise alimentaire ? » Corruption dans le monde. Les pauvres paient plus que les riches Conférence de l’OMC à Hong Kong : un consensus fragile Dossier : Mieux vendre. Initiatives locales…

Lire
Clivages organisations paysannes / Institutions de microfinance

Olivier Maes est assistant technique de la coopération française en poste au Ghana. Il a lui-même géré un réseau de microfinance pendant 5 ans aux Comores (Réseau Sanduk), et a souhaité apporter certaines informations importantes mais selon lui omises dans l’article du dossier microfinance (page 15 de GDS 32). Nous le remercions vivement pour cette riche contribution.Les banques de développement étaient destinées à financer les activités agricoles mais leur faillite dans les années 70-80, ne peut pas s’expliquer…

Maisons de prêt sur gage chinoises

Thierry Pairault

Lire PDF
Les conflits dans le monde rural, quel impact ?

Courts entretiens réalisés à l’occasion de la Fiara le 27 mars 2005, Dakar Entretien avec Sylvain Kouao, Association nationale des producteurs de riz de Côte d’Ivoire (Anopaci), Côte d’Ivoire Entretien avec Koutou Assemian Appolinaire, Anopaci Entretien avec Kalilou Sonko, Ajac, Casamance

Lire PDF
La négation du pouvoir local dans les politiques de l’eau en afrique

– Rosnert Ludovic ALISSOUTIN

Lire PDF
The destructive nature of borehole water extraction technology in pastoral areas of the horn african region
Inter-réseaux

– Abukar O. Abikar and Philippe Carette. The African Reference Group on Water (ARGOW)

Lire PDF
Grands aménagements hydro-agricoles d’Afrique subsaharienne : poursuivre les évolutions institutionnelles
Jean-Claude Devèze

Jean-Claude Devèze, en collaboration avec Jean-François Jullien et Vatche Papazian Chargés de mission, Agence française de développement (AFD), Paris. 2003 Des grands aménagements hydro-agricoles africains ont été l’objet d’importantes interventions qui ont contribué à la promotion d’une agriculture familiale encore en cours d’organisation. Les impératifs en matière d’une part de gestion de l’eau et du foncier, d’autre part de compétitivité internationale se traduisent par des transitions difficiles à conduire, d’où la nécessité de poursuivre des appuis. Il s’agit…

Lire PDF