The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 17 juillet 2015

IYFF National Committees: the emergence of key stakeholders for the development of public policies in favor of family farming?

Auxtin Ortiz/Mahamadou Fayinkeh

Agriculture familialeAnalyse, synthèse

National Committees for family farming were created in 52 countries in 2014. According to Auxtin Ortiz of the World Rural Forum, and Mahamadou Fayinkeh, of the National Committee in Gambia, these platforms offer opportunities for public. This article is the English version of the article published in French in Grain de sel n°67-70.

Grain de sel (GDS): What is a National Committee for family farming?
Auxtin Ortiz (AO): It is a platform at national level gathering different stakeholders and working specifically on public policies in favour of family farming. In every National Committee (NC), there are farmers’ groups and GOs working on rural are as and family farming. Most NC also gather research centres, universities or association related to research. In some NC, there are also representatives of international organisations, such as FAO or IFAD, and national public institutions like ministries, which is very positive I think.

GDS: How many National Committees were created?
AO : This is a very dynamic process: some Committees have been recently created like in Guinea Bissau, in Ghana or in Benin; a few (Switzerland, Uruguay) decided that they had finished their work. Last year we achieved a maximum of 52 NC. Today, there are more than 40 National Committees still working.

GDS: How are these Committees created?
AO : The first National Committee was created in Ecuador in July 2012. One day, we received an email here in the secretariat of the World Rural Forum from the national stakeholders in Ecuador. Some organisations in the network of the World Rural Forum (WRF) had decided to create a national platform to implement the International Year of Family F arming at national level. We thought that this was an excellent idea so we decided to spread the information all over the network of the WRF and we started to promote this idea in an active way. Other Committees were then created. For example in Costa Rica , a farmers’ organisation heard about the Committee in Ecuador and decided to do the same. Then came Columbia, Senegal and so on. Most of the time the initiative to create a National Committee comes from a farmers’ organisation. But there were countries we re a ministry took the lead, for example in Brazil, in Uruguay or in the Philippines.

GDS: Were some National Committees more successful than others to influence public policies? If so did you identify a reason for this success?
AO : Some Committees were particularly successful in influencing public policies. For example in Gambia there are new laws on land and seeds that are quite positive. Burkina Faso and Nepal raised the budget in favour of family farming. In Colombia, a specific program for family fam ing was created, with a budget and a several measures. I could underline three key elements for this success, even if it also depends of the national context. In general terms, successful NC are democratic and inclusive: the objectives and the working plan are agreed collectively, as well as the leader of the Committee; and the NC includes all national stakeholders willing in an honest way to contribute in favour of family farming. Another important element is quite abstract but still very true: motivation. The most successful NC were those that gathered very committed institutions: it was the case in Gambia, in Nepal and in Costa Rica for example. Another important element is that the NC is leaded by a farmers’ organisation. This is the case in many countri es, but not all of them. For us it is an important element for success because they know best about their demands and needs.

GDS: How are the NC organised at the regional and international level?
AO : The main level of priority is the national level. Someti mes NC have common initiatives: the Committees of Ecuador and Columbia worked together for example. Here at the Secretariat of the WRF, we promote that NC are connected through different means and we promote regional meetings of NC. We organised for example a regional meeting of NC of Latin America and the Caribbean in November 2014. We want to repeat this experience in Asia, in Africa and in Europe. At the international level, there is also a body from the civil society, called the World Consultative Committee which works to establish the general guidelines of the IYFF+10 campaign.

GDS: How was the National Committee for Family Farming created in Gambia?
Mahamadou Fayinkeh (MF): A national workshop on the role of family farming to feed the market in Gambia was organised in November 2013. It was attended by 24 institutions including farmers, researchers, civil society, the private sector (the marketing, processing, transformation and export industry), policy-makers, the media, University of The Gambia, the Non-Governmental Organization, donor- funded project and fisher-folk. These institutions decided to set the National Coordinating Committee (NCC), constituted of 18 Institutions, to organise the International Year of Family Farming (IYFF) in Gambia.

GDS: How does this Committee work?
MF : The members of the NCC decided to set a working group and a focal point. The working group comprised two representatives from farmers’ organizations, one representative from IFAD, one from the ministry of Agricult ure and one from the private sector. The role of the focal point is to implement and monitor the activities, we all agreed on. It collects the data and information and reports to the NCC. It also negotiates programs related to family farming and public policies with donors and the public sector. The working group is here to support the focal point. When we cannot gather all members of the NCC, the working group can still take important decisions, in the name of the NCC. Every three months, we have a planning meeting and an evaluation meeting. The focal point presents the activities and achievements over the past three months to the NCC. Nacofag (National Coordinating Organization for Farmers Association in The Gambia) is the focal point of the NCC. As the president of Nacofag, I was the National Coordinator of the NCC-IYFF in 2014.

GDS: Did the creation of this Committee help you promote family farming in Gambia?
MF : Yes. It helped us achieve important goals, especially concerning seeds and land. On the issue of seeds, the NCC was able to push the National Assembly to approve the Seed Act, which is in favour of family farming. This Act will establish a Seed Council within which farmers’ organisations obtained 2 seats. The Seed Council will be responsible for e verything related to seed issues. More specifically it will evaluate seed production and seed importation. You will need the approval of the Seed Council to sell seeds in Gambia. As you know, it is a big issue for us; this Act will enable to better protect seed producers. In the context of the NCC, we started working with the support of IPAR (Initiative Prospective Agricole et Rurale) on the evaluation of the Voluntary Guidelines on the Responsible Governance of Tenure of Land, Fisheries and Forests. This instrument can help us modify the policies related to land governance in Gambia and IPAR helps us advocate in that direction (Land use, ownership, and control). The process has enabled us to review the land policy in Gambia.

GDS: Did the NCC decide to conti nue working after 2014?
MF : Yes. We changed the name to Platform for Policy Dialogue and we broadened our objectives. The Platform for Policy Dialogue is here to discuss any issue related to policy and family farming and to implement activities and recomme ndations from the 2014 campaign.

Mahamadou Fayinkeh is the president de Nacofag (National Coordinating Organization for Farmers Associa tion in The Gambia). He is also the chairperson of the Gambian National Committee.
Auxtin Ortiz is the Director of the World Rural Forum.

Click here to read this article in French.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "67-70 : Année internationale de l’agriculture familiale : bilan et perspectives".

Editorial : L’agriculture familiale, au-delà de l’Année internationale
François Doligez, Liora Stührenberg

L’agriculture familiale quitte-t-elle la scène ? Heureusement, non ! Ce n’est pas l’extinction des projecteurs de l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF) qui signe, en ce qui nous concerne, la fin d’un intérêt ancré dans le projet de l’Inter-réseaux depuis ses origines. Au-delà de cette continuité, ce numéro de Grain de sel vient clore travaux et réflexions que les membres, l’équipe technique et les partenaires ont menés durant l’année et se propose d’en restituer un certain nombre d’éléments…

Lire PDF
Les exploitations familiales vues par elles-mêmes
CNCR - Sénégal

Le mouvement paysan sénégalais a entrepris dès les années 1990 de s’intéresser à la situation et aux dynamiques des exploitations familiales. Ce travail a permis de construire une connaissance de l’intérieur de la réalité de ces exploitations. Au total, 2 000 exploitations familiales sont aujourd’hui suivies au Sénégal selon la méthode des bilans simplifiés. Une étude basée sur les résultats de ce suivi a été publiée en août 2014. Cet article reprend une partie de ces résultats. Partant…

Lire PDF
Vers une transformation des systèmes agricoles ouest-africains
Philipp Heinrigs, Thomas Allen

Cet article reprend des travaux de prospective réalisés sur l’Afrique de l’Ouest. Il souligne la tendance à l’augmentation de la taille et à la concentration des exploitations agricoles. Selon les auteurs, cette évolution nécessitera pour l’agriculture familiale une transition vers une vocation plus commerciale. L ’un des enjeux majeurs des prochaines décennies en Afrique de l’Ouest est celui de la transformation des systèmes de production agricole. Ceux-ci devront s’adapter aux évolutions de la demande si la région veut…

Lire PDF
L’agrobusiness est-il en train de tuer l’agriculture familiale ouest-africaine ?
Loic Barbedette

Inter-réseaux a animé début 2015 un débat ayant abouti à la rédaction d’un Bulletin de synthèse qui visait à décortiquer quelques affirmations souvent rebattues sur l’agriculture familiale. Cet article est une contribution du sociologue Loïc Barbedette à ce débat. « L’agrobusiness , dit-on, est en train de tuer l’agriculture familiale ». La critique faite par certains de cette « idée reçue » est juste : l’agrobusiness n’est pas en train de tuer l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest….

Lire PDF
Pourquoi faut-il s’intéresser aux familles en agriculture ?
Hélène Guétat-Bernard, Jean-Michel Sourisseau

Les analyses sur la famille restent peu assimilées par les acteurs et les politiques du développement agricole. Pourtant, les rapports au sein des membres de la famille jouent un rôle essentiel dans la réussite et les capacités de survie des exploitations familiales. Au sortir de l’Année internationale de l’agriculture familiale, on peut se réjouir du nombre d’études produites ou remises en lumière, et de recherches mises en œuvre sur les différentes dimensions et contributions de l’agriculture familiale. On…

Lire PDF
Investissements « privés » dans l’agriculture : contours et enjeux
Augustin Wambo Yamdjeu, Benoît Faivre-Dupaigre

Depuis le milieu des années 2000, on assiste à une implication croissante du « secteur privé » dans le développement et le financement de l’agriculture. Cette dynamique soulève de nombreux débats et interroge la définition — souvent floue — de ce « secteur privé ». Grain de sel (GDS) : Il y a eu un débat cette année sur les rapports entre agriculture familiale et agriculture d’entreprise. Pensez-vous que ces deux modèles peuvent coexister ? Augustin Wambo Yamdjeu…

Lire PDF
Les APE, « une opportunité pour la région » ?
Salifou Tiemtoré

L’Année 2014 était l’année internationale de l’agriculture familiale, mais aussi celle de la signature de l’APE entre la Cedeao et l’UE, après plus de dix ans de négociations et malgré les critiques très vives de nombreuses organisations paysannes et d’ONG. Selon Salifou Tiemtoré, cet APE constitue pourtant une opportunité pour la région. Grain de sel (GDS) : Où en est-on dans le processus de ratification de l’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne…

Lire PDF
Du nouveau pour la sécurisation foncière des agricultures familiales ?
Amel Benkahla, Aurore Mansion, Sandrine Vaumourin

Cet article analyse les avancées obtenues pour les exploitations familiales en matière de sécurisation foncière en Afrique. Il identifie plusieurs défis à venir, comme la régulation des investissements à grande échelle, le renforcement des acteurs de la société civile ou encore l’élargissement de l’offre de sécurisation foncière. La terre et ses ressources sont des facteurs de production essentiels pour les agricultures familiales. Alors que la pression foncière augmente, que les conflits autour de l’accès à l’espace se multiplient,…

Lire PDF
Produire localement : opportunités et enjeux d’une demande croissante
Cécile Broutin, Liora Stührenberg

Cet article interroge les opportunités et les défis de la demande et de la consommation locales en Afrique de l‘Ouest. Permettre à l’agriculture familiale de bénéficier pleinement de la croissance de la demande régionale nécessitera de travailler davantage sur la structuration des filières, l’aval de la production et le commerce. Il existe aujourd’hui en Afrique de l’Ouest une opportunité pour l’agriculture africaine en raison de la forte croissance de la demande locale. Tirer parti de cette croissance nécessitera…

Lire PDF
Emplois agricoles et viabilité des exploitations familiales
Bio Goura Soulé, Roger Blein

L’agriculture familiale est-elle une réponse au sous-emploi des jeunes ? Pas si sûr ! L’amenuisement des facteurs de production par actif est une des sources de la pauvreté. Il faut dès lors accroître la productivité du travail, limiter le nombre d’actifs agricoles et promouvoir l’emploi en amont et en aval de la production pour absorber l’excédent de main d’œuvre agricole. Depuis longtemps, les défenseurs de l’agriculture familiale soutiennent, à juste titre, cette forme d’agriculture en raison de sa…

Lire PDF
Capitaliser les innovations locales et paysannes pour promouvoir l’agriculture familiale
Henri Rouillé d’Orfeuil

L’Année internationale de l’agriculture familiale a été l’occasion de mettre en évidence les capacités d’innovation des agricultures familiales. Pourquoi capitaliser ces innovations et comment permettre leur changement d’échelle ? Grain de sel : Pourquoi capitaliser les innovations paysannes ? Henri Rouillé d’Orfeuil (HRO) : Le changement dans les agricultures provient d’innovations qui peuvent être d’origine scientifique ou paysanne. Dans les pays où la recherche est faible, comme souvent en Afrique, l’innovation est d’abord et essentiellement paysanne. Elle provient…

Lire PDF
Capitaliser les innovations locales et paysannes pour promouvoir l’agriculture familiale (version longue)
Henri Rouillé d’Orfeuil, Hélène Basquin, Isabelle Duquesne

L’Année internationale de l’agriculture familiale a été l’occasion de mettre en évidence les capacités d’innovation des agricultures familiales. Pourquoi capitaliser ces innovations et comment permettre leur changement d’échelle ? Cet article sur les enjeux de capitaliser les innovations conduites par les agricultures familiales est une version augmentée de l’article ci-dessus (publié dans l’édition papier du Grain de sel n°67-70). Il a été enrichi par les apports d’Isabelle Duquesne et d’Hélène Basquin du CFSI. Grain de sel : Pourquoi…

Lire PDF
Accompagner l’agriculture familiale selon une approche paysanne
Nadjirou Sall

L’AIAF a été l’occasion pour plusieurs fédérations paysannes ouest-africaines d’échanger sur leurs expériences d’appui et de conseil aux exploitations familiales. Ces réflexions leur ont permis d’affirmer la pertinence et la plus-value de systèmes d’accompagnement de l’agriculture familiale, d’origine paysanne et de dimension nationale. Dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale, nous — organisations paysannes membres du Roppa — avons voulu réfléchir aux moyens de capitaliser et de poursuivre nos expériences dans l’accompagnement des exploitations familiales (EF)….

Lire PDF
Pourquoi soutenir les agricultures familiales ?
José Tissier

Les agricultures familiales sont les mieux à mêmes de répondre au défi du développement durable et à ses dimensions économique, sociale, environnementale et culturelle. Au-delà de 2014, il reste donc essentiel d’encourager l’élaboration de politiques publiques territorialisées et orientées en faveur des exploitations familiales. En 2014, la communauté internationale a célébré l’agriculture familiale, les agricultures familiales devrait-on dire, tant celles-ci sont diverses (par exemple en ce qui concerne les superficies exploitées ou les niveaux de capitalisation) et susceptibles…

Lire PDF
Avancées et limites des politiques ciblées en Amérique latine
Eric Sabourin, Gilles Massardier, Jacques Marzin, Jean François Le Coq, Marie Gisclard, Mario Samper, Octavio Sotomayor, Sandrine Fréguin-Gresh

Depuis les années 1990, plusieurs pays d’Amérique latine ont engagé des politiques publiques d’appui à l’agriculture familiale. Si ces politiques favorisent la reconnaissance d’agriculteurs jusque-là marginalisés, elles nécessitent un certain nombre d’approfondissements pour pouvoir bénéficier à l’ensemble de la catégorie. Avant les années 1980, les politiques agricoles en Amérique latine n’étaient pas ciblées spécifiquement sur un type d’agriculture. L’État facilitait l’accès aux ressources afin d’accroître la production à travers divers instruments : programmes d’investissements matériels, soutien à l’acquisition…

Lire PDF
Des « politiques duales » pour l’Afrique de l’Ouest ?
Augustin Wambo Yamdjeu, Auxtin Ortiz, Benoît Faivre-Dupaigre, Henri Rouillé d’Orfeuil, Mahamadou Fayinkeh, Nadjirou Sall, Zacharie Mechali

La mise en oeuvre de politiques spécifiques à l’agriculture familiale, à côté d’une politique agricole plus « classique », permettrait-elle de mieux soutenir les exploitations familiales ouest-africaines ? La question des « politiques duales » fait débat. Plusieurs acteurs nous ont donné leur point de vue sur cette question. Un nombre croissant de pays mettent en place des politiques agricoles visant à répondre au « dualisme » de leur agriculture, avec d’une part un volet visant les grandes…

Lire PDF
Les comités nationaux de l’agriculture familiale : de nouveaux acteurs clés ?
Auxtin Ortiz, Mahamadou Fayinkeh

Des Comités nationaux de l’agriculture familiale ont été créés dans 52 pays en 2014. Selon Auxtin Ortiz du Forum rural mondial et Mahamadou Fayinkeh, coordinateur du Comité national de Gambie, ces plateformes sont des leviers importants pour la mise en place de politiques publiques en faveur de l’agriculture familiale. Grain de sel : Qu’est ce qu’un Comité national pour l’agriculture familiale ? Auxtin Ortiz (AO) : C’est une plateforme qui réunit à l’échelle nationale différents acteurs impliqués dans…

Lire PDF
IYFF National Committees: the emergence of key stakeholders for the development of public policies in favor of family farming?
Auxtin Ortiz, Mahamadou Fayinkeh

National Committees for family farming were created in 52 countries in 2014. According to Auxtin Ortiz of the World Rural Forum, and Mahamadou Fayinkeh, of the National Committee in Gambia, these platforms offer opportunities for public. This article is the English version of the article published in French in Grain de sel n°67-70. Grain de sel (GDS): What is a National Committee for family farming? Auxtin Ortiz (AO): It is a platform at national level gathering different stakeholders…

Repenser les alliances entre organisations agricoles
Steven Le Faou, Yann Nédélec

En France, plusieurs dispositifs visent à préserver l’agriculture familiale. Ils sont pourtant remis en question par les règles du commerce international. Soulignant le lien fort entre agriculture familiale et territoire, Yann Nédélec et Stéven Le Faou invitent à repenser l’actuelle gouvernance agricole mondiale. Le concept d’agriculture familiale est universel car il traduit le lien viscéral qu’entretient l’agriculteur avec sa terre. L’agriculture familiale, parce qu’elle est ancrée sur son territoire, n’oppose pas les modèles de production et leur compétitivité…

Lire PDF
Regards croisés sur l’Année internationale de l’agriculture familiale
Augustin Wambo Yamdjeu, Auxtin Ortiz, Benoît Faivre-Dupaigre, Henri Rouillé d’Orfeuil, Mahamadou Fayinkeh, Nadjirou Sall, Zacharie Mechali

L’Année internationale de l’agriculture familiale a-t-elle été un succès ? A-t-elle permis des avancées politiques concrètes, au-delà des déclarations d’intentions formelles ? Plusieurs acteurs livrent leur point de vue sur ces questions. Grain de sel : Quel bilan faites-vous de l’Année internationale de l’agriculture familiale ? Augustin Wambo Yamdjeu (AWY) et Benoit Faivre Dupaigre (BFD) : Cette année de l’agriculture familiale est entrée en résonnance avec l’Année de l’agriculture africaine décrétée par l’Union africaine et qui célébrait les…

Lire PDF
Un cycle d’échange et de réflexions sur l’agriculture familiale
Inter-réseaux

Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site web d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique sur l’agriculture familiale (http://www.inter-reseaux.org/vie-du-reseau/cycles-thematiques/cycle-sur-l-agriculture-familiale/?lang=fr). Deux autres publications en particulier ont été réalisées par Inter-réseaux. Un Bulletin de synthèse ([fr]Bulletin de synthèse n°15 – Agricultures familiales en…

Lire PDF