Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 7 mars 2007

Retour de Nyéléni. Josie Riffaud, déléguée de la Confédération paysanne au Forum, témoigne…

Josie Riffaud

Josie Riffaud, représentante de la Confédération paysanne à Nyéléni ne s’est pas rendue à Sélingué les mains vides… Elle y a notamment apporté une cinquantaine d’exemplaires du numéro 37 de Grain de sel sur la souveraineté alimentaire. Elle revient du Mali les mains non moins vides, et nous apporte un témoignage vivant et enthousiaste… en quelques mots

Grain de sel : En quelques mots, quelles sont vos impressions, bonnes et moins bonnes, sur la rencontre de Nyeleni ?

Josie Riffaud : Nous avions des objectifs très précis en organisant ce forum : celui de faire un grand bond en avant, de souder des alliances avec nos partenaires organisateurs : féministes, environnementalistes , pécheurs, peuples autochtones, pastoralistes, consommateurs, ONG, et plein d’autres encore … Selon la région d’origine mais aussi selon le type d’organisation pour laquelle on a été délégué, l ‘approche, le degrés d’implication, de compréhension sont souvent très différents. Travailler tous ensemble sur sept thématiques très précises, nous y sommes parvenus grâce à au bon appui méthodologique proposé par le groupe de pilotage. Pour ma part j’ai participé au groupe de travail thématique 5 « conflits et catastrophes : quelle réponse le mouvement pour la Souveraineté alimentaire peut il apporter au niveau local et international ? ». C’était un petit groupe d’une vingtaine de personnes. Les groupes sur les politiques commerciales ou encore sur les modes de productions ont eux attiré beaucoup plus de monde. Les participants à ce groupe de travail venus du Liban, de Palestine, du Congo, de Colombie, d’Égypte, du Tchad, de Haïti … nous ont rendu compte des grandes difficultés rencontrées par leurs peuples et ont notamment, de façon unanime, dénoncé l’aide alimentaire telle qu’ils la subissent aujourd’hui. J’ai été frappée de voir combien les témoignages concordaient sur les effets « nuisibles » de l’aide alimentaire, qui peut être un réel ennemi de la souveraineté alimentaire. Le groupe a réaffirmé la nécessité de laisser aux peuples le soin de déterminer leurs besoins, et de gérer l’aide. Le plus souvent, au nom de l’œuvre humanitaire, les pays occidentaux envahissent les marchés des pays en conflits, et les déstabilisent aussi bien économiquement que culturellement. L’introduction quasi systématique de produits génétiquement modifiés s’ajoute à ces méfaits. Un délégué congolais a également souligné la responsabilité des multinationales qui mettent à profit les situations de grande crise, ainsi que les gouvernements locaux qui agissent contre l’intérêt de leur peuple. C’était un réel défi de rassembler plus de 500 personnes dans ce site au cœur de l’Afrique, loin des infrastructures habituelles. Le site construit spécifiquement a été finalisé au dernier moment. Le fait d’arriver dans un site encore en construction a eu une portée symbolique : nous n’étions pas là pour « consommer de l’altermondialisme », mais pour construire quelque chose ; contribuer à un processus.. Les alliances se sont construites dans le même temps que le site. Cela a conféré à la rencontre une dimension modeste et à la fois beaucoup de force. Un détail qui n’en est pas un, nous avons consommé tout le long des produits locaux, cuisinés sur place de façon traditionnelle par des femmes du village. Je crois que la rencontre se voulait en adéquation avec les enjeux du débat, et cela a été une réussite.

Grain de sel : Que retenez-vous de votre participation à Nyéléni ?

Josie Riffaud : En avant première, le 22 février, les femmes se sont retrouvées pour échanger. Une centaine de Malienne s’était jointe aux déléguées pour la journée rappelant le rôle essentiel des femmes dans l’alimentation mais aussi dans la préservation de la biodiversité mise à mal par l’agriculture de rente et l’agriculture productiviste. Les femmes maliennes ont demandé que leur travail soit reconnu à sa juste valeur, que des moyens de conserver les aliments tels que le lait soient à leur portée, que leur avis soit pris en considération. Souvent en première ligne des victimes de la mondialisation, elles ont souligné leur volonté de participer pleinement aux débats. La rencontre laissera la trace d’une déclaration finale sans concession et sans langue de bois. Le site web régulièrement mis à jour au fil des jours en est le témoin (NDLR : cf. www.nyeleni2007.org). Les délégués venus d’horizons militants et géographiques très variés ont pu échanger leurs témoignages mais aussi leurs agendas pour les mois à venir. Ils se sont engagés notamment à soutenir toutes les luttes en faveur de la Souveraineté alimentaire.

Pour revenir sur le lieu et le site de la rencontre, le village construit pour la rencontre vise à demeurer. Il sera transformé en un lieu de formation destiné aux paysans de l’Afrique de l’Ouest. C’est une belle infrastructure, des cases avec l’électricité et l’eau potable, et un auditorium disposant d’une vue superbe sur le lac de Sélingué.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "37 : La souveraineté alimentaire à l’heure de la libéralisation".

Questions et remarques sur « portraits de conseillers » du GDS 37 :

Par Bernard Pénau

Lire PDF
Rencontre avec Piotr Dabrovski
Piotr Dabrovski

Grand pays agricole, la Pologne est membre de l’Union européenne depuis 2004. Son agriculture, encore familiale pour l’essentiel, semble apprécier l’intégration. Elle découvre aussi l’Afrique, à la faveur de mobilisations internationales comme la campagne lait du Collectif Alimenterre, CFSI et SOS Faim Belgique et Luxembourg.

Lire PDF
Retour de Nyéléni. Josie Riffaud, déléguée de la Confédération paysanne au Forum, témoigne…
Josie Riffaud

Josie Riffaud, représentante de la Confédération paysanne à Nyéléni ne s’est pas rendue à Sélingué les mains vides… Elle y a notamment apporté une cinquantaine d’exemplaires du numéro 37 de Grain de sel sur la souveraineté alimentaire. Elle revient du Mali les mains non moins vides, et nous apporte un témoignage vivant et enthousiaste… en quelques mots Grain de sel : En quelques mots, quelles sont vos impressions, bonnes et moins bonnes, sur la rencontre de Nyeleni ?…

Le conseil de gestion, qu’est-ce que c’est ?
Grain de sel n°37 : La souveraineté alimentaire à l’heure de la libéralisation

Actualité d’Inter-réseaux Actualité de l’Inter-réseaux Editorial Espoirs et limites de la souveraineté alimentaire Gros sel L’invité de Grain de sel : Le réseau SOA Forum Décentralisation foncière à Madagascar APE : Analyse des organisations paysannes « à mi-parcours » Traction animale : quels nouveaux services d’appui ? Dossier : La souveraineté alimentaire à l’heure de la libéralisation Souveraineté alimentaire : des principes aux réalités Politiques rizicoles en Afrique de l’Ouest : petite revue historique et enjeux actuels Souveraineté…

Lire
La lutte contre la désertification comporte des enjeux vitaux mais qui ne sont pas, ou peu, pris en compte.
Marc Bied-Charreton

Marc Bied-Charreton pose la question de l’efficacité de l’aide publique au développement… Lire l’article en fichier pdf [complément du Grain de sel 37]

Lire PDF
On en parle…
Inter-réseaux

Marie Pauline Voufo, journaliste Pétition pour la défense des agriculteurs camerounais : plus de 622 236 signatures recueillies en 4 mois

Lire PDF
Kiosque
Inter-réseaux

– Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie Jared Diamond À quoi sert d’aider le Sud ? Sous la coordination de Serge Michaïlof …Et demain la FAO à l’écoute des peuples paysans et fermiers Mahamadou Maïga Conseiller en agriculture Jacques Remy, Hélène Brives, Bruno Lemery, coord.

Lire
Repères – Lutter contre la désertification, des enjeux vitaux, encore peu pris en compte
Marc Bied-Charreton

Marc Bied-Charreton, président du Comité scientifique français de la désertification(CSFD)

Lire PDF
AGRI infos, le nouveau mensuel du monde rural au Sénégal
Daouda Diagne

Daouda Diagne, responsable de l’information, de la communication et de la formation de la Fongs, Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal. Un nouveau mensuel d’informations agricoles et rurales est né au Sénégal. Douze pages d’information entièrement dédiées au développement rural, voilà de quoi se réjouir ! Dans son premier numéro, AGRI infos mise sur l’optimisme, titrant sur la campagne agricole 2006-2007 prometteuse au Sénégal. Vive la souveraineté alimentaire ! proclame l’édito. Et vive AGRI infos !

Lire PDF
Conseillers en gestion : portraits au Burkina Faso et au Sénégal
Julien Daurios, Malick Sy

Julien Daurios, animateur du réseau gestion, est l’auteur du portrait de Oumarou Yarbanga. Malick Sy, responsable de la formation au CGER Vallée, a recueilli et mis en forme le témoignage de Haby Kane. Ils maîtrisent autant la langue des producteurs que les chiffres pour naviguer dans les méandres de la comptabilité, ce sont des acteurs clés du conseil. Pour continuer notre travail d’information sur le conseil de gestion amorcé dans GDS 36, nous vous proposons des portraits de…

Lire PDF
Nord Ouest Cameroun : une OP réussit la vente groupée de tomates
Forbah David Nuijueh, fongangfouepe

Guillaume Fongang, directeur du Saild Appui, coordonnateur du programme Agriculture durable et compétitive. Forbah David Nuijueh, responsable de la filière Maraîchage de Bambui. Un acheteur et des consommateurs satisfaits, des ventes croissantes comblant les producteurs, une production de qualité, un usage de pesticides modéré… Dans la province du Nord Ouest Cameroun, une organisation de producteurs, Nowefor, s’est lancée dans la commercialisation groupée de tomates. Une réussite bâtie pas à pas, à suivre…

Lire PDF
Vers une souveraineté alimentaire régionale ? Un enjeu difficile au vu de la diversité des situations nationales
Inter-réseaux

Tous les pays d’Afrique de l’Ouest ne sont pas égaux face à la question alimentaire. De nombreux facteurs influent sur leur souveraineté et l’importance des crises alimentaires traversées. Des réalités très contrastées se côtoient au sein même de la sous-région, véritable défi pour la mise en oeuvre d’une stratégie régionale…

Lire PDF
Quelle place pour la souveraineté alimentaire dans les négociations internationales ?
Éric Hazard

Entretien avec Éric Hazard, Enda Prospectives Dialogues Politiques

Lire PDF
Souveraineté alimentaire, quelle prise en compte dans les politiques agricoles ?
Jean-René Cuzon

Jean-René Cuzon, assistant technique du ministère français des Affaires étrangères auprès du département du Développement rural et de l’Environnement de la Commission de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (Uemoa). La satisfaction des besoins alimentaires des populations est une des premières missions des États, et constitue le coeur des politiques agricoles… Les États africains ont répondu différemment aux besoins alimentaires de leurs populations. Aujourd’hui, une redéfinition de leur rôle s’impose, pour des politiques plus efficaces.

Lire PDF
Politiques rizicoles en Afrique de l’Ouest : petite revue historique et enjeux actuels
Benoît Faivre-Dupaigre, lliagre

Benoît Faivre Dupaigre et Laurent Liagre, Institut de recherche et d’applications des méthodes de développement (Iram).

Lire PDF
Souveraineté alimentaire : des principes aux réalités
Roger Blein

Roger Blein, consultant, Bureau Issala. Depuis 1996, la souveraineté alimentaire a conquis des soutiens grandissants dans les OP, les États du Sud, les ONG, etc. Les inquiétudes face à la libéralisation des échanges agricoles et l’échec de la négociation à l’OMC alimentent sa notoriété. Pour autant, ce nouveau concept est-il une réponse aux défis alimentaires ?

Lire PDF
Face au désengagement de l’Etat, quel renouvellement des services d’appui à la traction animale ?
Inter-réseaux

Betty Wampfler, Octobre 2005, 13 p [Complément web]

Lire PDF
Traction animale : quels nouveaux services d’appui ?
Betty Wampfler

Betty Wampfler, Centre national d’études agronomiques des régions chaudes (Cnearc),chercheure associée au Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad-UMR Moisa). Le recours à la traction animale requiert un certain nombre de biens et de services, longtemps apportés par l’État. Au retrait de celui-ci, diverses formes d’appui s’y sont substituées, à différents niveaux. Elles répondent, avec plus ou moins de succès, aux besoins des producteurs…

Lire PDF
APE : Analyse des organisations paysannes « à mi-parcours »
Inter-réseaux

Les accords de partenariat économique (APE) seront-ils mis en oeuvre au 1er janvier 2008 ? À quelques mois de cette échéance, il est permis d’en douter. Pour les OP des pays d’Afrique et des Caraïbes, les régions ne sont pas préparées. Surtout, elles s’inquiètent d’une libéralisation des marchés agricoles alors que les intégrations régionales sont fragiles.

Lire PDF
Décentralisation foncière à Madagascar
Isabelle Droy, Jean-Étienne Bidou, Patrick Rasolofo

Depuis 2003, Madagascar s’est engagé, à travers son programme national foncier, dans un processus de sécurisation foncière. Le fonctionnement du guichet pilote de iadanandriana, sur les hautes terres, à proximité de la capitale, Antananarivo, illustre l’impact d’une politique novatrice sur la petite agriculture familiale.LE PROGRAMME NATIONAL foncier vise à mettre en adéquation les pratiques foncières et le cadre réglementaire, dont la paralysie a, depuis de nombreuses années, amplifié quantité de problèmes ruraux : conflits entre autochtones et migrants…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Le réseau SOA
SOA

Nous avons rencontré, alors qu’ils étaient en route vers le Forum IR/CTA de Bamako, trois représentants du réseau syndical des organisations agricoles de Madagascar (réseau SOA). Fidy Andriamamomjy, responsable du suivi opérationnel du réseau, Evondraza, paysan, président d’une zone de la Maison des paysans de Tuléar, et David Razafindrasambo, apiculteur, membre du Cram, nous ont parlé de leurs structures, de leurs attentes à la veille du forum, et ont répondu à quelques questions…CREE EN 2003, le réseau SOA,…

Lire PDF
Espoirs et limites de la souveraineté alimentaire
Inter-réseaux

LA MOBILISATION des leaders paysans pour la souveraineté alimentaire a le mérite de relancer le débat public sur l’orientation des politiques agricoles et commerciales. Les campagnes de plaidoyer contre les importations qui concurrencent de façon déloyale les productions locales — pomme de terre en Guinée, oignon au Sénégal, etc. — ont montré l’importance de promouvoir le potentiel d’alimentation des populations par les producteurs nationaux et régionaux. Plus généralement, la libéralisation des marchés apparaît incapable de répondre à la…

Lire PDF