Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

publié dans Ressources le 1 juin 2012

Les marchés sahéliens sous haute tension

Oxfam

Crise alimentaireSahel

Résumé

Les récoltes de la campagne agricole 2011/12 sont en net recul par rapport à l’année dernière au Sahel et ont été plus tardives qu’à l’ordinaire, allongeant la précédente période de soudure. Facteur aggravant pour la population, les prix des céréales locales n’ont pas baissé dans la période suivant les récoltes, contrairement au cycle généralement observé. Les prix ont atteint en décembre 2011 des niveaux jusqu’à 80% au-dessus de leurs moyennes quinquennales et demeurent à des niveaux élevés, compromettant l’accès des populations vulnérables à une alimentation suffisante. Avec les principales agences mobilisées sur la crise, Oxfam, le ROPPA, RBM, l’APESS, POSCAO et WILDAF estiment à plus de 18 millions le nombre de personnes actuellement en situation d’insécurité alimentaire au Sahel.

Les pays sahéliens ont une production céréalière structurellement déficitaire et sont habituellement approvisionnés par les pays côtiers, à mesure que les disponibilités locales diminuent et que les prix augmentent à l’approche de la période de soudure. Cette année, les marchés ne suffiront pas à approvisionner les zones déficitaires en quantités suffisantes et à des prix abordables pour la population. La dispersion inhabituelle des zones de déficit sur l’ensemble du Sahel, du Sénégal au Tchad, complique notamment l’acheminement des céréales.

Les conflits au nord du Mali et, dans une moindre mesure au Nigeria, ajoutent à la complexité de la crise et aux difficultés à y répondre efficacement. Par ailleurs, les restrictions commerciales imposées par le Mali et le Burkina Faso, les niveaux de prix élevés du maïs, du mil dans plusieurs pays côtiers ou l’augmentation des prix du carburant dans une partie de la région, tendent à réduire les flux de céréales vers les zones déficitaires du Sahel et à en renchérir le coût. A l’approche de la période de soudure, il est probable que les prix des céréales continuent d’augmenter et ce à partir de leurs niveaux déjà anormalement élevés, voire que certaines zones soient en rupture d’approvisionnement, notamment si les conflits s’intensifient dans la région.

De nombreux ménages font par ailleurs face à une érosion de leurs sources de revenus. Les termes de l’échange se dégradent pour les populations pastorales, alors que les couloirs de transhumance traditionnels sont fortement perturbés par les conflits régionaux. Les populations déplacées renforcent la pression sur les rares ressources naturelles encore disponibles et font peser une charge supplémentaire sur les populations d’accueil. L’impact du retour des migrants de Libye notamment va également se faire sentir pour la première fois en période de soudure, réduisant les revenus de 3 millions de personnes au Sahel. De nombreux ménages font également face à une diminution des opportunités de travail occasionnel, du fait des conflits frontaliers ou de la crise de certaines filières de rente, comme c’est le cas de l’oignon au Niger. Ces opportunités de travail représentent pourtant des stratégies d’adaptation essentielles pour la frange la plus vulnérable de la population.

Oxfam, le ROPPA, RBM, l’APESS, POSCAO et WILDAF considèrent que la situation risque de continuer à se dégrader fortement dans les prochains mois et appelle à une mobilisation urgente de ressources pour soutenir les populations déjà touchées par des difficultés d’accès alimentaires. Les États membres, de la CEDEAO et la communauté internationale devraient :

  • Soutenir à court terme le pouvoir d’achat des populations et le fonctionnement du marché régional (en facilitant la circulation des céréales au sein de la région), tout en anticipant les risques de perturbation importante des marchés dans les prochains mois ;
  • A moyen terme, les États membres et la CEDEAO devraient renforcer les capacités de régulation des marchés (nationaux et régionaux), notamment par la mise en oeuvre de la stratégie de stockage de sécurité alimentaire de la CEDEAO.

Pour lire la note complète :
en français : http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bn-sahel-markets-under-pressure-31052012-fr_0.pdf
en anglais : http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bn-sahel-markets-under-pressure-31052012-en.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser