Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 25 février 2011

Envolée des prix des céréales, une chance pour l’agriculture africaine ?

Les Afriques

Politique agricoleVolatilité et flambée des prix

Accéder à la ressource

A l’heure où la flambée des cours des matières premières entraîne des tensions politico-sociales sur le continent, plusieurs gouvernements réagissent en accentuant les subventions. Elles sont devenues un gouffre financier pour les Etats. D’après les chiffres publiés en septembre par le Ministère des Finances, le Cameroun a dépensé 550 Milliards de FCFA pour l’importation des produits alimentaires en 2009. Avec 120 milliards de FCFA, le riz dont les achats ont décuplés depuis 1992 occupe la première place des dépenses. Par l’intermédiaire de la Caisse de Compensation, les autorités marocaines ont dépensé 2,3 Milliards d’euros en 2010 pour subventionner la farine, le sucre, le blé, le pétrole et le gaz. Le 25 janvier, le Gouvernement a également indiqué qu’il maintenait ces subventions à cause notamment de la flambée des prix sur le marché mondiale et prévoit les dépenses de 1,5 milliards d’euros. Au Sénégal comme dans beaucoup de pays sahéliens, les autorités essayent de réguler les prix sur le marché pour les produits de premières nécessités. D’après le Ministre du Commerce Amadou Niang, l’administration des prix portent sur les produits suivants : riz, savon, oignon, huile, sucre, tomate et lait.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser