Qu’est-ce que l’Afrique de l’Ouest met en œuvre pour réaliser le droit à l’alimentation, et quels sont les principaux obstacles qu’il lui reste à surmonter ?

Le Rapporteur spécial avait convoqué plus de 40 députés, acteurs du gouvernement et représentants de la société civile et des institutions nationales des droits de l’homme à Dakar (Sénégal) les 13 et 14 juin derniers afin d’identifier les meilleures méthodes pour appliquer le droit à l’alimentation dans la région.

« L’agriculture, la protection sociale et d’autres secteurs montrent des signes encourageants tendant à une meilleure harmonisation vers des politiques cohérentes qui renforcent l’autonomie des petits exploitants agricoles et favorisent la sécurité alimentaire, » a conclu le Rapporteur spécial au terme de la consultation. « Ce n’est toutefois qu’en considérant l’alimentation comme un droit humain et en plaçant ce droit au cœur de leurs stratégies que les États pourront faire en sorte que les actions mises en œuvre transcendent les différents cycles d’aide, les différents gouvernements et les différents domaines politiques. »

La consultation, coorganisée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), fait suite aux réunions régionales sur le droit à l’alimentation qui se sont tenues en Amérique latine et dans les Caraïbes (Bogotá, Colombie) en 2011, de même qu’en Afrique australe et orientale (Nairobi, Kenya) en 2012.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser