Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 6 décembre 2016

Editorial : Vers un retour de l’État

François Doligez/Liora Stührenberg

FinancementAnalyse, synthèse

Entre 1999 et 2000, l’Inter-Réseaux Développement rural a animé un groupe de travail sur le financement des exploitations familiales. En réunissant des membres en France et au Sénégal et en produisant différents documents de travail, la dynamique avait permis de déboucher sur un numéro de Grain de Sel en 2000[[n°16, en ligne sur le site d’Inter-réseaux]] et une synthèse en 2001[[Gentil D., 2001 : Le financement des exploitations agricoles dans les pays en développement, synthèse des groupes de travail (1999-2000), débats et controverses, Document de travail, Inter-Réseaux Développement rural, 17 p. (disponible sur le site IR).]]. Depuis 2013[[L’usage de la bonification d’intérêt pour les crédits agricoles (AFD, Inter-Réseaux, janvier 2013) ; Comment les organisations paysannes peuvent-elles répondre aux besoins de financement des exploitations familiales ? (SOS Faim, AFD, mars 2014) ; Financement ou financiarisation du développement ? Approches globales, nationales et dans le secteur agricole (Gemdev-Cirad-Inter-Réseaux, novembre 2015) ; Fonds de développement agricole : de la nécessaire cogestion à la pérennité des services (Afdi, novembre 2015), Atelier régional de concertation et de réflexion sur le financement du secteur agricole (Roppa, octobre 2016).]], Inter-Réseaux a relancé les échanges sur le thème, en contribuant notamment à plusieurs débats et ateliers : et, 15 ans après, il peut être utile de revenir sur le thème dans un nouveau Grain de Sel. La synthèse de 2001 est construite sur une « mise en tension » entre les deux bouts de la chaine constituée par le financement (agriculture et praticiens du développement agricole d’un côté, banquiers et financiers de l’autre). On s’y réfèrera utilement pour mesurer les évolutions que le secteur a connues depuis lors.

Avant même les interrogations des spécialistes, les débats au sein de l’IR mettaient en évidence les interrogations sur l’estimation de la demande. L’importance du financement agricole pour accompagner l’autofinancement de l’agriculture familiale est reconnue, et réaffirmée, depuis la crise alimentaire de 2007-2008. Mais on peut toujours s’interroger sur les conditions — et les motivations — de l’appel à d’autres acteurs privés (investisseurs, entreprises ou fondations, nationaux et internationaux), plus ouverts à d’autres modèles d’organisation de la production agricole, et sur ses conséquences réelles sur le devenir des agricultures familiales. Bien que la faiblesse de l’offre de crédit agricole demeure un problème reconnu par les membres de l’IR, il demeure indispensable d’approfondir en parallèle, et au cas par cas, les conditions de durabilité de cette dernière et, par-là l’environnement macro-économique conditionnant les revenus, la solvabilité des exploitations familiales et la sécurisation des remboursements des prêts.

Au-delà du crédit, les réflexions dès 2001 mettaient en évidence la diversité des services financiers (épargne, crédit, assurances) dont doivent disposer les acteurs du développement agricole à commencer par les agriculteurs et l’enjeu que cela représente en termes d’innovations et d’évolutions des institutions financières. Il est particulièrement intéressant d’observer, grâce aux contributions du présent dossier, que ce mouvement n’est pas resté cantonné aux acteurs innovants des années 1980-1990, la microfinance, mais s’est élargi à d’autres acteurs financiers comme les banques commerciales ou la banque mobile.

Dans cette dynamique d’innovations, l’importance des autres services d’appui aux agriculteurs et le partenariat avec les organisations professionnelles étaient plutôt mal perçus. Les expériences actuelles montrent, au contraire, que ce « réencastrement » du financement dans un « écosystème » technique et institutionnel, souvent articulé aux filières ou « chaînes de valeur » apparait plutôt comme un gage de réussite. Encore faut-il que cette articulation ne soit pas instrumentalisée par une contractualisation déséquilibrée, fragilisant les agriculteurs familiaux dans leurs rapports avec les acteurs en amont ou à l’aval de leurs propres activités.

Enfin, le rôle de l’État était alors mal perçu des acteurs financiers, portés par la vague de libéralisation financière et soutenant une approche commerciale du secteur (crédit, mais aussi assurance agricole !), financé par les taux d’intérêt prélevés sur ses activités. L’expérience aidant, le rôle de l’État pour sécuriser le crédit et, parfois, bonifier les taux d’intérêt est, malgré un enjeu majeur de renforcement de capacités, désormais reconnu ou, à tout le moins, n’est plus tabou.

Sa capacité à orienter les financements vers une agriculture durable, à même de s’adapter aux changements majeurs (démographiques, climatiques, etc.) des prochaines décennies demeure néanmoins en jeu et l’orientation de la nouvelle génération de banques étatiques, plus que publiques, à vocation agricole et que l’on observe en Afrique subsaharienne sera à suivre de près. Mais sans dialogue et cadre de concertation avec les acteurs, organisations professionnelles d’un côté et partenaires financiers de l’autre, sans coordination entre les instances couvrant plusieurs échelles de la problématique concernées (ministères du commerce, des finances, de l’agriculture, protection sociale, etc.), le financement des exploitations familiales risque de demeurer « orphelin » encore pour longtemps.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "Agriculteurs et accès au financement: quel rôle pour l’État?".

Editorial : Vers un retour de l’État
François Doligez, Liora Stührenberg

Entre 1999 et 2000, l’Inter-Réseaux Développement rural a animé un groupe de travail sur le financement des exploitations familiales. En réunissant des membres en France et au Sénégal et en produisant différents documents de travail, la dynamique avait permis de déboucher sur un numéro de Grain de Sel en 2000[[n°16, en ligne sur le site d’Inter-réseaux]] et une synthèse en 2001[[Gentil D., 2001 : Le financement des exploitations agricoles dans les pays en développement, synthèse des groupes de…

Des agriculteurs en manque de financement ?
Inter-réseaux

Financement agricole, services financiers, microfinance, financement des chaînes de valeur… De quoi parle-t-on précisément ? Nous vous proposons quelques repères sur cette double page. 1. Le financement des dépenses publiques allouées au secteur agricole (le fonctionnement des administrations et services publics agricoles, les biens publics comme les infrastructures, les incitations à une orientation comme les subventions et les bonifications). 2. Le financement des exploitations agricoles : c’est-à-dire les services financiers permettant aux exploitations agricoles de couvrir leurs différents…

Lire PDF
Pourquoi est-il si difficile de financer l’agriculture familiale ?
Betty Wampfler

Cet article dresse un panorama des besoins et des difficultés d’accès au financement des exploitations familiales. Il revient sur les différentes stratégies qui ont été mises en œuvre depuis les indépendances pour permettre à ces agricultures d’accéder au crédit et souligne les défis qui restent à relever. Les agricultures familiales ont un rôle majeur à jouer dans le développement des pays du Sud mais les contraintes à leur développement restent importantes. Les aléas naturels et climatiques se renforcent…

Lire PDF
Un retour des banques dans le financement de l’agriculture ?
Inter-réseaux, Mustapha Ben El Ahmar

Suite aux difficultés rencontrées dans les années 1960- 1970, les banques ont largement déserté le secteur agricole, et plus encore le financement des exploitations familiales. Depuis quelques années, un retour des banques vers l’agriculture semble toutefois se dessiner, sous différentes formes. L’expérience du Maroc en particulier est riche d’enseignements. Les banques et l’agriculture, une histoire compliquée Dans les années 1960 et 1970, les pays ouest-africains ont mené plusieurs politiques visant à faciliter l’accès au financement des agriculteurs. Ils…

Lire PDF
Microfinance en Afrique de l’Ouest : histoire, défis et limites
Alpha Ouedraogo

Depuis ses origines à la fin des années 1950, la microfinance en Afrique de l’Ouest a parcouru beaucoup de chemin. A s’en éloigner en cours de route de ses objectifs initiaux ? Cet article retrace l’histoire de la microfinance en Afrique de l’Ouest, insistant sur les évolutions récentes et les défis qu’elles soulèvent. L’histoire de la microfinance en Afrique de l’Ouest est étroitement liée à la mise en place des coopératives d’épargne de crédit (cf. encadré) en milieu…

Lire PDF
« Financement par et dans les chaînes de valeur » : de quoi parle-t-on ?
Mathilde Gasperi

Cet article interroge le concept de financement par les « chaînes de valeur », présenté comme une solution aux difficultés d’accès au crédit des agriculteurs. Recouvrant des réalités diverses, ce concept résout partiellement la question du financement des exploitants familiaux et ne doit pas éluder la question de la place — essentielle — de l’État dans ce domaine. Le concept de « financement par les chaînes de valeur » (« value chain finance » en anglais) est très…

Lire PDF
Le warrantage paysan : stocker pour accéder au crédit ?
Inter-réseaux

En Afrique, les institutions financières hésitent à prêter aux agriculteurs car ils présentent rarement des garanties suffisantes. Le warrantage permet aux agriculteurs de stocker leur production afin d’obtenir un crédit. Le warrantage dit « communautaire » ou « paysan » existe depuis plusieurs années en Afrique de l’Ouest. Développé au Niger à partir de la fin des années 1990 par la FAO, il s’est répandu dans la région, en particulier au Burkina Faso. Stocker pour se financer. Le…

Lire PDF
Les leçons du fontionnement du financement informel en Algérie
Ali Daoudi

Dans les pays en développement, le crédit agricole ne s’est pas développé pour répondre aux besoins des agriculteurs. En Algérie, seuls 2,2 % d’entre eux ont bénéficié de crédit bancaire en 2015. L’étude des pratiques informelles de financement — largement développées — peut-elle inspirer la mise en place de systèmes de crédit adaptés ? La relation entre développement agricole et accès régulier au financement n’est plus à démontrer ; la transformation des exploitations agricoles est un processus permanent,…

Lire PDF
Des téléphones portables au secours du crédit agricole ?
Ken Lohento, Élise Bouëdron

La téléphonie mobile pourrait-elle révolutionner l’accès au crédit en milieu rural ? De plus en plus d’initiatives visent à améliorer l’accès au financement des agriculteurs par la téléphonie mobile. Cet article passe en revue certaines d’entre elles et interroge le potentiel et les limites des services bancaires mobiles pour le financement des agriculteurs. C’est en Afrique subsaharienne que les services bancaires mobiles sont le plus développés. Selon la Banque mondiale, 10 % des adultes y détiennent un compte…

Lire PDF
L’assurance agricole : un levier en panne ?
Pierre Casal Ribeiro, Yaya Koloma

En réduisant les risques pour les institutions financières, l’assurance agricole doit faciliter l’accès des petits producteurs agricoles au crédit. Pourtant, elle peine encore à se développer en Afrique de l’Ouest. Pourquoi ? Ces deux articles examinent cette question, du point de vue des institutions de microfinance et des producteurs. IMF et assurance agricole : un amour impossible ? L’agriculture a toujours été une activité économique risquée, notamment parce qu’elle est soumise aux aléas de la nature. Des conditions…

Lire PDF
Les organisations paysannes face aux besoins de financement des agriculteurs
Andriamparany Ranoasy, Tahirou Amza

Dans la mesure où les organisations paysannes visent à proposer des réponses aux difficultés rencontrées par leurs membres, la question de l’accès des agriculteurs au financement est cruciale pour elles. Quelles solutions y apportent- elles ? Grain de sel (GDS) : Pourquoi les exploitations familiales ont-elles des difficultés à accéder au financement dans vos pays ? Andriamparany Ranoasy : À Madagascar, la plupart des agriculteurs ne savent pas écrire, ils n’osent donc pas demander un crédit. Seuls environ…

Lire PDF
Financement des exploitations familiales : quel rôle pour l’État ?
Augustin Wambo Yamdjeu, Claude Torre, Erick Sile, Ibrahim Coulibaly

Comment améliorer l’accès au financement des agriculteurs familiaux ? L’État peut-il ou doit-il intervenir dans ce domaine ? Comment ? Sur ces questions, nous avons interrogé un leader paysan, deux responsables des politiques régionales africaines et un représentant d’un partenaire technique et financier actif dans ce domaine en Afrique de l’Ouest. Grain de sel (GDS) : Quel est le principal obstacle aujourd’hui auquel les exploitations familiales sont confrontées quand elles veulent se financer ? Augustin Wambo Yamdjeu &…

Lire PDF
Vu de France : « l’endettement est inhérent au métier de paysan »
Patrick Bougeard

Tandis que les difficultés pour un agriculteur d’accéder au financement reviennent régulièrement dans les débats en Afrique de l’Ouest, c’est de plus en plus de l’endettement des paysans dont il est question en France. Nous vous proposons de lire un entretien sur ce phénomène avec Patrick Bougeard, président de Solidarité Paysans. Selon une étude de 2014 du ministère de l’Agriculture français, le niveau d’endettement des exploitations agricoles moyennes et grandes s’élevait en France à 171 600 euros en…

Lire PDF
Poursuivre la lecture
Inter-réseaux

Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique consacré au financement agricole. Une autre publication en particulier a été réalisée par Inter-réseaux. Un Bulletin de synthèse n°21 : Peut-on parler d’une renaissance de l’APD agricole…

Lire PDF