Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 18 juillet 2005

7. Sécurité alimentaire : 3 questions à Marie-Cécile Thirion, chargée de mission, ministère français des Affaires étrangères

Anne Perrin

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

Grain de sel : L’aide alimentaire est une priorité dans l’urgence post-conflit, mais l’aide correspond-elle toujours aux besoins des populations rurales ?

Marie-Cécile Thirion : Face aux crises l’aide alimentaire constitue souvent une réponse nécessaire, surtout s’il y a déplacement des populations ou destruction de leur ressources et revenus. Elle est de fait un élément incontournable de la réponse humanitaire. Reste que même dans l’urgence, l’aide doit être adaptée. Or, en situation d’urgence, les donateurs répondent encore trop souvent par le « geste médiatique » ou le « geste du don », sans prendre en compte la réalité du terrain. De plus, face aux désastres, face aux images colportées par les médias, comment peut-on oser critiquer les envois d’aliments ? Pourtant même en situation de crise, il est essentiel de vérifier les disponibilités locales et régionales, de vérifier les besoins réels des populations en terme d’alimentation mais aussi de sauvegarde des moyens de production (bêtes de somme et de trait, semences…). L’importation d’aliments dans les zones est souvent inévitable mais il faut prendre en compte l’ensemble des facteurs intervenant dans l’alimentation des populations ciblées (modes et temps de préparation, temps de cuisson…). Ainsi, en RDC, les haricots fournis par l’aide alimentaire américaine se sont révélés difficiles à cuisiner avec des temps de cuisson bien plus longs que les haricots locaux surchargeant de travail les femmes et impliquant des temps de déplacement dans les zones non sécurisées plus importants pour chercher plus de bois. D’autre part, ces importations ne doivent pas empêcher, même si c’est parfois à la marge, d’engager des actions d’achats locaux et de relance de la production pour s’inscrire le plus rapidement possible dans le long terme et la reconstruction. Cela est d’autant plus important que la plupart des crises combinent crises conjoncturelles et situations d’insécurité alimentaire endémiques : l’impact d’une mauvaise récolte au Niger prend des proportions dramatiques en raison de la malnutrition chronique des populations qui mine leur capacité de résistance aux chocs. La réponse sera donc certes la re-nutrition des enfants mais aussi le développement de stratégies de lutte contre les carences en micro-nutriments basées sur les ressources alimentaires locales.

GDS : Quels sont les risques liés à l’aide alimentaire ?

MCT : L’aide alimentaire est un instrument dont la gestion est lourde et complexe. Dès lors qu’elle se met en place, toute une logistique doit être installée car le nombre de bénéficiaires ainsi que la nécessité d’assurer une continuité de l’action impliquent des structures spécialisées et la manipulation de volumes de produits importants. Il en découle en générale des budgets colossaux que peu de donateurs peuvent assumer. Les organismes spécialisés dans l’aide alimentaire, surtout après un certains d’implantation dans les zones de crise (ex : Nord de l’Ouganda), sont amenés à développer des systèmes si bien rodés qu’ils ont du mal à évoluer. De plus l’aide alimentaire, comme elle est souvent incontournable en situation de crise, est souvent mise en centre des processus de réhabilitation alors qu’elle n’en est qu’un élément. Ce phénomène est renforcé par la spécialisation des organismes qui la gèrent et au fait qu’elle reste un instrument privilégié pour entrer et rester en contact avec les populations les plus touchées par la crise. La réussite du plan Marshall hante encore les mémoires mais on oublie trop souvent de préciser que l’aide alimentaire était alors loin d’être la seule réponse apportée à la reconstruction de l’Europe après guerre. L’aide alimentaire est nécessaire mais pas suffisante. Elle permet de survivre mais pas de vivre.

GDS : Quels sont aujourd’hui les enjeux pour l’aide alimentaire ?

MCT : Un des enjeux de l’aide alimentaire est justement le retrait de l’aide. Un enjeu qui devient d’autant plus délicat que les crises actuelles perdurent, sont généralisées, larvées, et minent l’activité économique, favorisant la dépendance à l’égard de l’aide, voire la perte de compétence. De plus, les risques sont bien réels de déstabilisation des fragiles équilibres atteints post-crise en cas d’arrêt non préparé de l’aide alimentaire. Non seulement il faut adapter la réponse mais il faut la faire évoluer. Plus les donateurs répondent de façon tardive, plus il est difficile d’adapter l’offre. Bien gérée, l’aide alimentaire constitue une entrée sur laquelle s’appuyer pour progresser vers le développement. À noter que sous l’impulsion des donateurs les plus innovants en matière d’aide alimentaire, les pratiques dans la gestion de cet instrument évoluent. Partie d’une gestion largement axée sur l’offre et les surplus agricoles, l’aide alimentaire s’est progressivement déliée, s’est tournée vers la demande des bénéficiaires avec une diversification des produits et des modalités d’accès. Cette évolution, même si elle n’est pas générale, est reflétée par l’évolution lente mais notable de la convention internationale relative à l’aide alimentaire. Ainsi, la dernière convention promeut certaines bonnes pratiques et permet une diversification des produits éligibles au titre de l’aide alimentaire tels que les micro-nutriments, les semences. Elle valide donc la nécessité d’assouplir cet instrument afin d’en faire un des vecteurs de la reconstruction des systèmes alimentaires. Or les initiatives et la capacité d’innovation ne manquent pas parmi les acteurs de terrain. En pleine incertitude sur le processus de paix au Darfour, différents acteurs se lancent dans la distribution de semences et de produits vétérinaires pour tenter de sauvegarder les outils de production des populations de la région. Cette prise de conscience de l’importance de maintenir un lien entre urgence et développement est illustrée par la proposition du programme alimentaire mondial (Pam) de réorienter l’aide alimentaire française vers une aide au maintien de l’activité agricole dans la zone (achat de semences, de produits vétérinaires et d’animaux de bât), alors même que les besoins en aide alimentaire de la zone en 2005 sont immenses et loin d’être couverts. On ne parle pas encore de « sortie de crise » dans cette région mais ces actions visent à éviter la disparition pure et simple de l’agriculture du Darfour. La complexité des situations, l’ampleur des désastres poussent de plus en plus vers une concertation, voire une coordination des acteurs, même si elle paraît toujours insuffisante.

Marie-cecile.THIRION@diplomatie.gouv.fr

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

2. Kiosque
Inter-réseaux

Commerce inéquitable. Le roman noir des matières premières. Jean-Pierre Boris La gestion décentralisée des ressources pastorales de la commune de Kouri. Association agriculture/élevage, organisation paysanne et négociation dans le Minyankala (Sud-Est du Mali). Peter Hochet Le riz. Enjeux écologiques et économiques. Guy Trébuil et Mahabub Hossain Les liens sociaux au Nord-Mali. Entre fleuves et dunes. Charles Grémont et André Marty

Lire PDF
2. Des centrales d’achat pour l’arachide au Sénégal
Anne Perrin

Anne Perrin La privatisation de la Sonacos a été officialisée le 7 avril 2003. Après des temps incertains, d’aucuns pensent que les choses devraient désormais « être plus claires ». En attendant, des producteurs d’arachide du Sénégal se sont organisés ³. Un programme complémentaire au POGV 4, programme financé par le Fida, a tenté de mieux cibler l’appui à la filière arachidière : le programme complémentaire d’appui aux producteurs d’arachide (Procapa). En 2003, des centrales d’achat ont été…

Lire PDF
Premier test pour la politique agricole de la Cedeao
Roger Blein

Dans les précédents numéros, les grandes orientations de la politique agricole de la Cedeao ont été présentées. Fruit de multiples concertations, cette politique cherche à infléchir les tendances lourdes de l’agriculture ouest-africaine en tentant de lever les obstacles à l’investissement productif et à l’amélioration de la productivité et créer un environnement commercial favorable aux producteurs de la région. Dans ce numéro, nous revenons sur le contenu de cette politique et le premier obstacle qu’elle doit surmonter : définir…

Lire PDF
Niger. La société civile gagne contre « la vie chère »
Issa Garba

Le 4 janvier 2005, la loi portant loi de finances rectificative pour l’année budgétaire 2005 a été promulguée par le président de la République du Niger. Élargissant le champ d’application de la TVA (de 19%) à des produits de première nécessité (farine, lait, eau, électricité, etc.), elle provoqua la colère des Nigériens, et une mobilisation inégalée de la société civile. Mais cette crise sans précédent s’est dénouée, grâce notamment à la coalition contre la vie chère… Quand des…

Lire PDF
1. Une interprofession pour la pêche artisanale au Sénégal : le Conipas
Anne Perrin

Anne Perrin Dans son numéro 29, Grain de sel proposait un article sur les interprofessions. Notre idée était alors d’ouvrir le débat sur un sujet peu traité et pourtant incontournable pour qui souhaite aborder l’organisation et le développement des filières. En mars 2004, GDS a eu la chance de passer une journée avec le 1er vice-président du Conseil interprofessionnel de la pêche artisanale au Sénégal (Conipas) sur le quai de pêche de M’Bour près de Dakar. L’occasion de…

Lire PDF
3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits

La résilience, clé de la survie des sociétés rurales face aux conflits François Grünewald Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla Wilfredo Necochea Casamance : une organisation paysanne se mobilise pour la paix La rédaction Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.

Lire PDF
1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ?
Inter-réseaux

Les zones rurales dans un monde globalisé : conflits et paupérisation, modernité manquée et pièges ethniques Christiane Kayser Cameroun : terres agricoles fertiles de conflits Martin Nzegang Le Cameroun n’est certainement pas le Zimbabwe. Contrairement à ce qui s’est passé dans ce pays, il n’y a pas d’anciens colons blancs, détenteurs de vastes étendues de terres, à déloger sans scrupules. Et pourtant le pays vit sur un volcan en ébullition. Du nord au sud, de l’est à l’ouest…

Lire PDF
2. Défis pour le coton ouest africain : Améliorer qualité et compétitivité au niveau des filières

Version intégrale de l’article (octobre 2004)D’octobre 2003 à mars 2004, nous avons travaillé – dans le cadre du Travail en Groupe d’Elèves (TGE) à l’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF) – sur un sujet proposé par Monsieur Bernard Wolfer de l’Unité Mona de l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) intitulé « Politiques agricoles et négociations à l’OMC : des discours aux réalités ». Notre objectif était de montrer que derrière les discours -…

Lire PDF
2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural

Sierra Leone, un pays en profonde recomposition Florence Lasbennes Après onze ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La province de l’est du pays (districts de Kono et Kailahun) a été la plus cruellement touchée par la guerre en raison de sa proximité du Libéria et de ses richesses diamantaires. Toute la population rurale a été affectée par le conflit. « Il n’est resté qu’un seul choix aux populations civiles : se…

Lire PDF
1. Défis pour le coton ouest-africain
Inter-réseaux

Sur le marché du coton, la concurrence est faussée du fait des subventions. De plus, l’environnement économique est rendu instable par la forte volatilité des prix engendrée par des importations chinoises fluctuantes. Les sociétés rurales africaines et leurs millions de producteurs pauvres, largement dépendants de ce produit, sont les premiers à en pâtir. Afin d’être plus concurrentielle sur le marché mondial, l’Afrique réclame le respect par les États-Unis et l’Union européenne des règles de l’Organisation mondiale du commerce…

Lire PDF
5. Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran, interviewé par Bernard Lecomte (Grad)

1. La réflexion et l’étude de 1999 BL : Qu’est-ce que cela veut dire : « Bien comprendre une situation avant de se lancer » ? DK : On a utilisé ce principe en 99 : mieux comprendre et analyser le conflit casamançais. Il y a des conflits qui ont plusieurs sources. En regardant comment les choses ont fonctionné jusqu’en 99, l’intervention des acteurs, les intérêts de chacun, les problèmes culturels traditionnels, nous nous sommes dit qu’il valait…

Lire PDF
6. Les conflits en milieu rural : les approches possibles de solutions

John O. IGUE, président du Club de veille pour la paix Complément au dossier Les conflits qui affectent l’Afrique et singulièrement sa partie occidentale revêtent plusieurs formes : crises politiques aiguës, litiges frontaliers, difficultés liées à la gestion des ressources naturelles et à la non acceptation par les populations du lieu d’implantation de certains équipements, socio-économiques, etc. En ce qui concerne le monde rural, les conflits courants ont pour origine les litiges liés à la gestion des ressources…

Lire PDF
3. Post-conflit en Sierra Leone : des identités, des relations sociales et une société en profonde recomposition

Complément à l’article de Florence Lasbenne « Sierra Leone, un pays en profonde recomposition » Florence Lasbennes, ministère français des Affaires étrangères (florence.lasbennes@diplomatie.gouv.fr) Après 11 ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La coopération française apporte sa contribution à la reconstruction du pays et de la paix par un projet d’ « appui à la stabilisation des communautés et à la réintégration des réfugiés et personnes déplacées ». Les actions sont ciblées sur les…

Lire PDF
7. Sécurité alimentaire : 3 questions à Marie-Cécile Thirion, chargée de mission, ministère français des Affaires étrangères
Anne Perrin

Grain de sel : L’aide alimentaire est une priorité dans l’urgence post-conflit, mais l’aide correspond-elle toujours aux besoins des populations rurales ? Marie-Cécile Thirion : Face aux crises l’aide alimentaire constitue souvent une réponse nécessaire, surtout s’il y a déplacement des populations ou destruction de leur ressources et revenus. Elle est de fait un élément incontournable de la réponse humanitaire. Reste que même dans l’urgence, l’aide doit être adaptée. Or, en situation d’urgence, les donateurs répondent encore trop…

4. Organizaciones productoras de café y conflictos economicos y sociales en Perú

(Version originale de l’article « Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla » traduit en français par la rédaction)150 mil familias peruanas producen café, en una extensión de 270 mil hectáreas, 90 % de ellas pequeños productores, en fincas que vande 0.5 a 5 has. 42% organizadas en cooperativas y asociaciones de comercialización y servicios. Las tierras se encuentran en la parte oriental de la cordillera de los andes, donde comienza la selva amazónica. Los productores de café en su…

Lire PDF
Grain de sel n°31 : Le monde rural dans les conflits

Editorial Editorial et sommaire Gros sel Gros sel Forum 1. Défis pour le coton ouest-africain Niger. La société civile gagne contre « la vie chère » Premier test pour la politique agricole de la Cedeao Dossier : Le monde rural dans les conflits 1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ? 2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural 3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits Initiatives 1. Une…

Lire PDF