Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 18 juillet 2005

3. Post-conflit en Sierra Leone : des identités, des relations sociales et une société en profonde recomposition

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

Complément à l’article de Florence Lasbenne « Sierra Leone, un pays en profonde recomposition »
  • Florence Lasbennes, ministère français des Affaires étrangères (florence.lasbennes@diplomatie.gouv.fr)

Après 11 ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La coopération française apporte sa contribution à la reconstruction du pays et de la paix par un projet d’ « appui à la stabilisation des communautés et à la réintégration des réfugiés et personnes déplacées ». Les actions sont ciblées sur les districts de Kono et Kailahun dans la province de l’Est de la Sierra Leone. Cette région a été la plus cruellement touchée par la guerre en raison de sa proximité du Libéria et de ses richesses diamantaires constituant un enjeu important pendant la guerre. Toute la population rurale a été affectée par le conflit. « Il n’est resté qu’un seul choix aux populations civiles : se battre ou partir. »

Se battre ou aider à se battre…

Outre les combattants qui portaient les armes et se livraient à des exactions cruelles, une population importante constituait « les auxiliaires des combattants » assurant notamment l’entraînement des combattants, la logistique et l’entretien des bases arrières. Toutes les factions en conflit ont pratiqué la capture d’enfants, des garçons pour en faire des enfants soldats et des filles pour en faire des esclaves sexuelles.

…et désarmer

Comme l’ont défini les accords de paix signés le 7 juillet 1999 à Lomé par les représentants du gouvernement sierra léonais et du RUF , le programme de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion (DDR) de l’ensemble des ex-combattants sierra léonais a été encadré par une force neutre de maintien de la paix (MINUSIL et ECOMOG ). De septembre 1999 à janvier 2002, 72.500 combattants ont rejoint les centres de désarmement et démobilisation. Les différentes factions se sont organisées pour que la plupart d’entre eux, combattants et auxiliaires, puissent rendre une arme et acquérir ainsi le statut d’ex-combattant ouvrant droit au programme de réinsertion. 55.000 ex-combattants se sont inscrits dans le programme de réinsertion attribuant une indemnité financière d’environ 300 US$ et proposant l’intégration dans un programme de formation professionnelle rémunérée ou l’engagement dans la nouvelle armée sierra léone. Un programme spécifique de prise en charge thérapeutique et de réinsertion dans leur communauté a été mis en place à destination des enfants soldats, désarmés et démobilisés au même titre que l’ensemble des combattants. La fin du programme DDR entraîne le retrait d’une partie importante des troupes de casques bleus en décembre 2004. Un nombre difficile à estimer de combattants – adultes ou enfants, hommes ou femmes – n’a pas intégré le programme DDR et se débrouille par ses propres moyens. Certains ont rejoint leur famille par leurs propres moyens, d’autres tentent une nouvelle vie en ville. La zone diamantaire de Koidou (district de Kono) attire beaucoup d’hommes et d’enfants seuls en rupture de lien social.

Ou partir…

L’un des principaux effets du conflit en Sierra Leone fut le déplacement de vastes groupes de populations, en particulier dans les régions rurales. On estime qu’environ 600 000 personnes ont été forcées de quitter leur lieu de résidence pour vivre dans des camps situés au sein de régions plus sûres du pays (camps de déplacés internes ) ou pour trouver refuge dans les pays voisins (Liberia, Guinée) et ainsi acquérir le statut international de réfugié. D’un point de vue administratif, le statut de déplacé interne n’existe plus en Sierra Leone depuis juillet 2002.

…et revenir

Le « dépeuplement » d’un camp suit une logique de flux. Les premiers à quitter le camp partent souvent par leurs propres moyens trouver ailleurs de meilleures conditions pour leur autonomie. Le HCR organise et accompagne des rapatriements quand la situation dans le pays d’origine se stabilise. La dernière vague de dépeuplement du camp est constituée de ceux pour qui ce nouveau départ est un nouvel exode. On retrouve dans cette population les femmes les plus vulnérables et les plus démunies, celles dont le lignage a été déstructuré dans de telles proportions qu’elles n’ont plus ni maison ni communauté à retrouver au sortir des camps, celles qui sont obligées d’inventer de nouvelles stratégies d’intégration pour survivre, par exemple rejoindre les villes . Dans certains cas, une fraction de population refuse de quitter ces lieux dans lesquels ils ont vécu pendant plusieurs années. La guerre avait déjà marqué une rupture dans la vie de ces populations qui, pour la plupart, n’avaient jamais quitté leur village auparavant. Le fait de quitter le camp vient inscrire un nouveau départ, une autre cassure dans le déroulement de ces vies. Le retour est toujours un moment lourd.

Une société profondément bouleversée en pleine recomposition

Ces 11 ans d’une guerre civile particulièrement cruelle ont provoqué un poly-traumatisme chez la majorité des individus. Le discours de ceux qui évoquent cette période confond souvent les actes vécus, subis ou exercés. Le passé est souvent idéalisé tandis que le présent est fortement marqué par des préoccupations matérielles. Il est difficile pour ces populations de se projeter dans un avenir encore incertain.

Les identités et les positions sociales ont été bouleversées par les migrations forcées, le séjour dans les camps ou la participation aux combats. L’ampleur des déplacements a entraîné un important brassage des populations et la violence des combats a provoqué un grand nombre de pertes en vies humaines. L’une des conséquences est la déstructuration des lignages : la famille élargie se retrouve éclatée, voire amputée d’un certain nombre de ses éléments.

Le conflit a touché aux ressorts tacites du pouvoir et en redistribue les cartes. Dans les camps par exemple, les vieux liens de pouvoir ont perdu de leur légitimité en perdant leur rôle d’allocation et de redistribution des ressources. L’autorité foncière des Paramount chiefs et des chefs de village s’en trouve affaiblie. De plus, les rapports premier arrivant / migrant ultérieur qui structurent les rapports et les liens sociaux (mariages, accès à la terre, pouvoir local, etc.) se reconstituent dans la migration sur les lieux d’exil et dans les camps puis lors du retour au village.

Les personnes contraintes à l’exil ont beaucoup voyagé, ont rencontré des gens qui vivent autrement, ont appris de nouvelles techniques et de nouveaux métiers. Elles reviennent donc différentes et se plient moins facilement aux autorités traditionnelles et aux coutumes. L’influence des sociétés secrètes, fondamentales dans la réalité socio-culturelle sierra léone, se trouve réduite suite à l’éloignement d’une grande partie des populations de leurs terroirs villageois et forêts sacrées. Une frange de la jeunesse n’a pas pu intégrer le processus initiatique de ces sociétés secrètes ce qui inquiète les adultes qui attribuent à ces jeunes la plupart des faits de violence. Les sociétés secrètes demeurent tout de même les instances auprès desquelles se négocient pardon et punition, accord pour les retours ou bannissement .

Les relations de genre, traditionnellement extrêmement défavorables aux femmes, sont très sensibles aux ouvertures permises par les déplacements et le contact avec des organisations étrangères. Les nécessités économiques de survie font passer des économies purement agricoles dans lesquelles le pouvoir des hommes était dominant à des économies de l’échange et de la transformation dans lesquelles certaines femmes trouvent de fortes opportunités d’émancipation . Cependant, un nombre important de femmes se retrouve en situation de grande vulnérabilité (veuves, jeunes filles ayant perdu leurs familles, etc.).

La société civile, profondément bouleversée par le conflit, est donc en pleine évolution. De nouvelles modalités et formes d’organisation du vivre ensemble, qui ne seront plus jamais celles « d’avant », sont en cours de constitution. L’aide extérieure doit donc veiller à ne pas compromettre ce processus délicat mais doit en comprendre les ressorts afin de le faciliter.

Contribuer au processus de paix par des aides à la stabilisation des communautés et à la reconstruction socio-économique

L’enjeu des aides à la réintégration des réfugiés et déplacés et à la reconstruction socio-économique du pays est la participation à la construction et l’enracinement de la paix. Toutefois, mener des projets d’appui à la stabilisation des communautés dans ce contexte social en profonde recomposition au sein d’un pays aux perspectives politiques et économiques incertaines relève d’une gageure. « Contribuer à rééquilibrer le territoire et les rapports sociaux par une aide bien comprise sera peut être périlleux, sans doute insuffisant, pourtant nécessaire, en particulier aux frontières. »

Appréhender le contexte social et ses dynamiques

Agir dans ce milieu social tourmenté sans en saisir les enjeux internes, c’est prendre le risque d’être instrumentalisé, voire de renforcer un système de dominations et d’inégalités qui constitue justement une des causes profondes du conflit. Pour avoir un impact durable, les soutiens au processus de paix se doivent de suivre les lignes de force des sociétés concernées, tout en favorisant l’atténuation des conflits locaux et l’autonomisation des dynamiques endogènes. Il est donc particulièrement important de comprendre les logiques qui sous-tendent les rapports entre les individus, la structuration et le fonctionnement des groupes ainsi que leurs relations. Une attention particulière doit être portée à la manière dont s’articulent décisions individuelles et collectives. Le diagnostic de situation doit également permettre de comprendre si et en quoi les liens sociaux permettent d’organiser la survie matérielle afin de définir les actions à mener. Ce diagnostic des relations et dynamiques sociales est indispensable pour définir les actions et les modalités de mises en œuvre d’un projet d’appui à la stabilisation des communautés en post-conflit tenant compte des réalités sociologiques. Les évolutions, parfois rapides, du contexte (local et national) imposent une actualisation régulière de ce diagnostic et une éventuelle adaptation des modalités opératoires et du ciblage de l’aide.

Mener des actions tenant compte des dynamiques sociales

Autant que faire se peut, les projets doivent tenir compte des alliances et des antagonismes, des lignages et des catégories d’âge. A l’échelon du village, des groupes de travail plus ou moins formalisés se sont reformés spontanément. Ces « associations villageoises » spontanées constituent la base sociologique pour toutes les actions d’appui à la reconstruction socio-économique (micro-crédit en particulier). Les études de diagnostic social en Sierra Leone mettent en évidence le clivage très vif aînés / cadets, ces derniers étant souvent ex-combattants et instrumentalisant la majorité des projets. Dans ce contexte, s’appuyer uniquement sur les jeunes paraît un contresens dangereux. Dans une perspective d’appui à la stabilisation des communautés, il apparaît nécessaire d’associer les deux catégories de populations . Le clivage autochtone / allogène apparaît tout aussi fort et les projets agricoles se doivent de connaître les deux catégories.

Lier Urgence – Réhabilitation – Développement

La relation « urgence – réhabilitation – développement » reste une difficulté méthodologique et opérationnelle majeure . En effet, pour l’urgence, on se situe dans l’immédiateté et le « faire », avec des capacités et des savoir-faire mobilisables de suite. La réhabilitation, quant à elle, demande à ce que d’autres aspects soient pris en compte : le temps, l’implication des autorités locales, des acteurs locaux et des bénéficiaires, l’apprentissage sont des facteurs fondamentaux de relais vers une autonomisation des populations et une ré-appropriation de leur développement.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

2. Kiosque
Inter-réseaux

Commerce inéquitable. Le roman noir des matières premières. Jean-Pierre Boris La gestion décentralisée des ressources pastorales de la commune de Kouri. Association agriculture/élevage, organisation paysanne et négociation dans le Minyankala (Sud-Est du Mali). Peter Hochet Le riz. Enjeux écologiques et économiques. Guy Trébuil et Mahabub Hossain Les liens sociaux au Nord-Mali. Entre fleuves et dunes. Charles Grémont et André Marty

Lire PDF
2. Des centrales d’achat pour l’arachide au Sénégal
Anne Perrin

Anne Perrin La privatisation de la Sonacos a été officialisée le 7 avril 2003. Après des temps incertains, d’aucuns pensent que les choses devraient désormais « être plus claires ». En attendant, des producteurs d’arachide du Sénégal se sont organisés ³. Un programme complémentaire au POGV 4, programme financé par le Fida, a tenté de mieux cibler l’appui à la filière arachidière : le programme complémentaire d’appui aux producteurs d’arachide (Procapa). En 2003, des centrales d’achat ont été…

Lire PDF
Premier test pour la politique agricole de la Cedeao
Roger Blein

Dans les précédents numéros, les grandes orientations de la politique agricole de la Cedeao ont été présentées. Fruit de multiples concertations, cette politique cherche à infléchir les tendances lourdes de l’agriculture ouest-africaine en tentant de lever les obstacles à l’investissement productif et à l’amélioration de la productivité et créer un environnement commercial favorable aux producteurs de la région. Dans ce numéro, nous revenons sur le contenu de cette politique et le premier obstacle qu’elle doit surmonter : définir…

Lire PDF
Niger. La société civile gagne contre « la vie chère »
Issa Garba

Le 4 janvier 2005, la loi portant loi de finances rectificative pour l’année budgétaire 2005 a été promulguée par le président de la République du Niger. Élargissant le champ d’application de la TVA (de 19%) à des produits de première nécessité (farine, lait, eau, électricité, etc.), elle provoqua la colère des Nigériens, et une mobilisation inégalée de la société civile. Mais cette crise sans précédent s’est dénouée, grâce notamment à la coalition contre la vie chère… Quand des…

Lire PDF
1. Une interprofession pour la pêche artisanale au Sénégal : le Conipas
Anne Perrin

Anne Perrin Dans son numéro 29, Grain de sel proposait un article sur les interprofessions. Notre idée était alors d’ouvrir le débat sur un sujet peu traité et pourtant incontournable pour qui souhaite aborder l’organisation et le développement des filières. En mars 2004, GDS a eu la chance de passer une journée avec le 1er vice-président du Conseil interprofessionnel de la pêche artisanale au Sénégal (Conipas) sur le quai de pêche de M’Bour près de Dakar. L’occasion de…

Lire PDF
3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits

La résilience, clé de la survie des sociétés rurales face aux conflits François Grünewald Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla Wilfredo Necochea Casamance : une organisation paysanne se mobilise pour la paix La rédaction Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.

Lire PDF
1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ?
Inter-réseaux

Les zones rurales dans un monde globalisé : conflits et paupérisation, modernité manquée et pièges ethniques Christiane Kayser Cameroun : terres agricoles fertiles de conflits Martin Nzegang Le Cameroun n’est certainement pas le Zimbabwe. Contrairement à ce qui s’est passé dans ce pays, il n’y a pas d’anciens colons blancs, détenteurs de vastes étendues de terres, à déloger sans scrupules. Et pourtant le pays vit sur un volcan en ébullition. Du nord au sud, de l’est à l’ouest…

Lire PDF
2. Défis pour le coton ouest africain : Améliorer qualité et compétitivité au niveau des filières

Version intégrale de l’article (octobre 2004)D’octobre 2003 à mars 2004, nous avons travaillé – dans le cadre du Travail en Groupe d’Elèves (TGE) à l’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF) – sur un sujet proposé par Monsieur Bernard Wolfer de l’Unité Mona de l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) intitulé « Politiques agricoles et négociations à l’OMC : des discours aux réalités ». Notre objectif était de montrer que derrière les discours -…

Lire
2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural

Sierra Leone, un pays en profonde recomposition Florence Lasbennes Après onze ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La province de l’est du pays (districts de Kono et Kailahun) a été la plus cruellement touchée par la guerre en raison de sa proximité du Libéria et de ses richesses diamantaires. Toute la population rurale a été affectée par le conflit. « Il n’est resté qu’un seul choix aux populations civiles : se…

Lire PDF
1. Défis pour le coton ouest-africain
Inter-réseaux

Sur le marché du coton, la concurrence est faussée du fait des subventions. De plus, l’environnement économique est rendu instable par la forte volatilité des prix engendrée par des importations chinoises fluctuantes. Les sociétés rurales africaines et leurs millions de producteurs pauvres, largement dépendants de ce produit, sont les premiers à en pâtir. Afin d’être plus concurrentielle sur le marché mondial, l’Afrique réclame le respect par les États-Unis et l’Union européenne des règles de l’Organisation mondiale du commerce…

Lire PDF
5. Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran, interviewé par Bernard Lecomte (Grad)

1. La réflexion et l’étude de 1999 BL : Qu’est-ce que cela veut dire : « Bien comprendre une situation avant de se lancer » ? DK : On a utilisé ce principe en 99 : mieux comprendre et analyser le conflit casamançais. Il y a des conflits qui ont plusieurs sources. En regardant comment les choses ont fonctionné jusqu’en 99, l’intervention des acteurs, les intérêts de chacun, les problèmes culturels traditionnels, nous nous sommes dit qu’il valait…

Lire
6. Les conflits en milieu rural : les approches possibles de solutions

John O. IGUE, président du Club de veille pour la paix Complément au dossier Les conflits qui affectent l’Afrique et singulièrement sa partie occidentale revêtent plusieurs formes : crises politiques aiguës, litiges frontaliers, difficultés liées à la gestion des ressources naturelles et à la non acceptation par les populations du lieu d’implantation de certains équipements, socio-économiques, etc. En ce qui concerne le monde rural, les conflits courants ont pour origine les litiges liés à la gestion des ressources…

Lire
3. Post-conflit en Sierra Leone : des identités, des relations sociales et une société en profonde recomposition

Complément à l’article de Florence Lasbenne « Sierra Leone, un pays en profonde recomposition » Florence Lasbennes, ministère français des Affaires étrangères (florence.lasbennes@diplomatie.gouv.fr) Après 11 ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La coopération française apporte sa contribution à la reconstruction du pays et de la paix par un projet d’ « appui à la stabilisation des communautés et à la réintégration des réfugiés et personnes déplacées ». Les actions sont ciblées sur les…

7. Sécurité alimentaire : 3 questions à Marie-Cécile Thirion, chargée de mission, ministère français des Affaires étrangères
Anne Perrin

Grain de sel : L’aide alimentaire est une priorité dans l’urgence post-conflit, mais l’aide correspond-elle toujours aux besoins des populations rurales ? Marie-Cécile Thirion : Face aux crises l’aide alimentaire constitue souvent une réponse nécessaire, surtout s’il y a déplacement des populations ou destruction de leur ressources et revenus. Elle est de fait un élément incontournable de la réponse humanitaire. Reste que même dans l’urgence, l’aide doit être adaptée. Or, en situation d’urgence, les donateurs répondent encore trop…

Lire
4. Organizaciones productoras de café y conflictos economicos y sociales en Perú

(Version originale de l’article « Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla » traduit en français par la rédaction)150 mil familias peruanas producen café, en una extensión de 270 mil hectáreas, 90 % de ellas pequeños productores, en fincas que vande 0.5 a 5 has. 42% organizadas en cooperativas y asociaciones de comercialización y servicios. Las tierras se encuentran en la parte oriental de la cordillera de los andes, donde comienza la selva amazónica. Los productores de café en su…

Lire
Grain de sel n°31 : Le monde rural dans les conflits

Editorial Editorial et sommaire Gros sel Gros sel Forum 1. Défis pour le coton ouest-africain Niger. La société civile gagne contre « la vie chère » Premier test pour la politique agricole de la Cedeao Dossier : Le monde rural dans les conflits 1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ? 2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural 3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits Initiatives 1. Une…

Lire