Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 18 juillet 2005

6. Les conflits en milieu rural : les approches possibles de solutions

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

John O. IGUE, président du Club de veille pour la paix
Complément au dossier

Les conflits qui affectent l’Afrique et singulièrement sa partie occidentale revêtent plusieurs formes : crises politiques aiguës, litiges frontaliers, difficultés liées à la gestion des ressources naturelles et à la non acceptation par les populations du lieu d’implantation de certains équipements, socio-économiques, etc.

En ce qui concerne le monde rural, les conflits courants ont pour origine les litiges liés à la gestion des ressources naturelles et à l’implantation des équipements socio-économiques. Parmi les ressources naturelles objet des litiges, il y a d’abord la question foncière, ensuite la transhumance peulh autour des pâturages et des points d’eau.

La question foncière met aux prises les populations autochtones et les allochtones autour de la colonisation agricole. Plusieurs pays africains sont concernés par ce type de problème. Pour montrer de quelles manières il se pose, on prendra l’exemple du Bénin dont la superficie totale n’est que de 114.762 km² avec une population de 6.700.000 habitants au dernier recensement de 2002. A partir de ces deux chiffres, la densité moyenne du pays est de l’ordre de 58 habitants au km². Mais celle-ci cache de très fortes disparités régionales qui font que la partie méridionale comprise entre la mer et la latitude d’Abomey, soit environ 1/10 de la superficie nationale, accueille les 2/3 de la population avec une densité moyenne de l’ordre de 150 habitants au km². Cette densité n’est que de 50 habitants au km² dans le Département des Collines et entre 20 et 30 habitants dans les quatre départements du Nord. Cette inégale répartition de la population a des conséquences fâcheuses sur le disponible foncier par habitant qui n’est que de l’ordre de 0,50 hectares dans les Départements du Mono et du Couffo, de 0,60 hectares d ans ceux de l’Atlantique et de l’Ouémé, de 3 hectares dans le Département des Collines, de 2,5 hectares dans celui de la Donga et de l’Atakora et de 5 hectares dans le Borgou et l’Alibori.

À partir de ce disponible foncier inégal, les départements les moins occupés font l’objet de très fortes pressions foncières à partir d’une colonisation agricole spontanée et inorganisée. Il en résulte beaucoup de conflits en milieu rural auxquels les autorités locales ont à faire face constamment.

En dehors du Bénin, on connaît aussi bien les conflits opposant les populations NANUBAS et KONKOMBAS dans la partie Nord-Est du Ghana autour des mêmes enjeux fonciers.

Depuis la sécheresse des années 1970, la transhumance peulh est devenue un phénomène courant entre pays sahéliens et pays côtiers. Celle-ci oppose constamment les agriculteurs aux éleveurs autour des points d’eau et des champs de céréales. Aucun pays n’est épargné de cette forme de litige qui entraînent parfois des combats rangés entre Peulhs et agriculteurs avec souvent beaucoup de morts.

Comment réagit-on donc face à ces différents conflits en milieu rural ? Par une médiation assurée à la fois par les autorités traditionnelles et les responsables de l’administration régionale. Mais cette médiation reste le plus souvent inefficace en raison des influences partisanes liées à des jeux politiques et à la corruption. A partir des dons de bœufs que font les peulhs pour acheter la conscience des médiateurs. L’échec de cette médiation aboutit actuellement à deux solutions face aux conflits en milieu rural :

le départ des populations allochtones des terres illégalement occupées ; la délimitation des zones de parcours des bêtes dans les régions d’accueil des transhumans peulhs.

Les deux approches de solutions posent chacune ses problèmes. Le départ des colons des terres anciennement occupées agit négativement sur la capacité productive des régions d’accueil et poussent les colons à la recherche de nouvelles régions d’installation avec résurgence des mêmes conflits. Quant à la délimitation des zones d’accueil des bêtes dans le cas de la transhumance, celle-ci entraîne la surpâture des zones délimitées et pousse les peulhs à la recherche d’autres zones d’accueil en étendant de conflits à de nouvelles régions.

Dans l’état actuel des problèmes de rapports entre autochtones et allochtones ou entre agriculteurs et éleveurs, aucune solution satisfaisante et durable n’est encore trouvée en dépit des efforts déployés sur le terrain par les autorités traditionnelles et politico-administratives et quelques ONG engagées dans la recherche de la paix en Afrique. Ces solutions sont d’autant plus difficiles à trouver que le monde rural depuis le processus de la démocratisation de l’Etat et de la société est devenu un enjeu important des différents partis politiques dans la conquête de pouvoir. Il en résulte alors une certaine politisation de la paysannerie qui ne facilite pas la médiation pour la paix.

Quoiqu’il en soit, la solution aux conflits qui affectent le monde rural, réside à notre avis dans deux actions vigoureuses que doivent entreprendre les autorités :

Mettre en place un programme de levée des cadastres villageois, afin d’asseoir une véritable politique de gestion des terroirs villageois. A partir de ce programme de gestion des terroirs villageois, doter les collectivités locales des patrimoines fonciers d’une part et dégager des réserves foncières à l’État indépendamment des forêts classées dont beaucoup sont déjà entamées par des colons agricoles d’autre part. Ces réserves foncières appartenant à l’État peuvent être aménagées pour accueillir les jeunes des régions agricoles saturées.

Envisager un programme d’aménagement du territoire à partir duquel on offrirait aux populations rurales de meilleures opportunités d’emploi qui soulagerait la pression sur le foncier rural.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "31 : Le monde rural dans les conflits".

2. Kiosque
Inter-réseaux

Commerce inéquitable. Le roman noir des matières premières. Jean-Pierre Boris La gestion décentralisée des ressources pastorales de la commune de Kouri. Association agriculture/élevage, organisation paysanne et négociation dans le Minyankala (Sud-Est du Mali). Peter Hochet Le riz. Enjeux écologiques et économiques. Guy Trébuil et Mahabub Hossain Les liens sociaux au Nord-Mali. Entre fleuves et dunes. Charles Grémont et André Marty

Lire PDF
2. Des centrales d’achat pour l’arachide au Sénégal
Anne Perrin

Anne Perrin La privatisation de la Sonacos a été officialisée le 7 avril 2003. Après des temps incertains, d’aucuns pensent que les choses devraient désormais « être plus claires ». En attendant, des producteurs d’arachide du Sénégal se sont organisés ³. Un programme complémentaire au POGV 4, programme financé par le Fida, a tenté de mieux cibler l’appui à la filière arachidière : le programme complémentaire d’appui aux producteurs d’arachide (Procapa). En 2003, des centrales d’achat ont été…

Lire PDF
Premier test pour la politique agricole de la Cedeao
Roger Blein

Dans les précédents numéros, les grandes orientations de la politique agricole de la Cedeao ont été présentées. Fruit de multiples concertations, cette politique cherche à infléchir les tendances lourdes de l’agriculture ouest-africaine en tentant de lever les obstacles à l’investissement productif et à l’amélioration de la productivité et créer un environnement commercial favorable aux producteurs de la région. Dans ce numéro, nous revenons sur le contenu de cette politique et le premier obstacle qu’elle doit surmonter : définir…

Lire PDF
Niger. La société civile gagne contre « la vie chère »
Issa Garba

Le 4 janvier 2005, la loi portant loi de finances rectificative pour l’année budgétaire 2005 a été promulguée par le président de la République du Niger. Élargissant le champ d’application de la TVA (de 19%) à des produits de première nécessité (farine, lait, eau, électricité, etc.), elle provoqua la colère des Nigériens, et une mobilisation inégalée de la société civile. Mais cette crise sans précédent s’est dénouée, grâce notamment à la coalition contre la vie chère… Quand des…

Lire PDF
1. Une interprofession pour la pêche artisanale au Sénégal : le Conipas
Anne Perrin

Anne Perrin Dans son numéro 29, Grain de sel proposait un article sur les interprofessions. Notre idée était alors d’ouvrir le débat sur un sujet peu traité et pourtant incontournable pour qui souhaite aborder l’organisation et le développement des filières. En mars 2004, GDS a eu la chance de passer une journée avec le 1er vice-président du Conseil interprofessionnel de la pêche artisanale au Sénégal (Conipas) sur le quai de pêche de M’Bour près de Dakar. L’occasion de…

Lire PDF
3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits

La résilience, clé de la survie des sociétés rurales face aux conflits François Grünewald Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla Wilfredo Necochea Casamance : une organisation paysanne se mobilise pour la paix La rédaction Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.Entretien de Bernard Lecomte (Groupe de réalisation et d’animation pour le développement, Grad) avec Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran.

Lire PDF
1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ?
Inter-réseaux

Les zones rurales dans un monde globalisé : conflits et paupérisation, modernité manquée et pièges ethniques Christiane Kayser Cameroun : terres agricoles fertiles de conflits Martin Nzegang Le Cameroun n’est certainement pas le Zimbabwe. Contrairement à ce qui s’est passé dans ce pays, il n’y a pas d’anciens colons blancs, détenteurs de vastes étendues de terres, à déloger sans scrupules. Et pourtant le pays vit sur un volcan en ébullition. Du nord au sud, de l’est à l’ouest…

Lire PDF
2. Défis pour le coton ouest africain : Améliorer qualité et compétitivité au niveau des filières

Version intégrale de l’article (octobre 2004)D’octobre 2003 à mars 2004, nous avons travaillé – dans le cadre du Travail en Groupe d’Elèves (TGE) à l’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF) – sur un sujet proposé par Monsieur Bernard Wolfer de l’Unité Mona de l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) intitulé « Politiques agricoles et négociations à l’OMC : des discours aux réalités ». Notre objectif était de montrer que derrière les discours -…

Lire
2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural

Sierra Leone, un pays en profonde recomposition Florence Lasbennes Après onze ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La province de l’est du pays (districts de Kono et Kailahun) a été la plus cruellement touchée par la guerre en raison de sa proximité du Libéria et de ses richesses diamantaires. Toute la population rurale a été affectée par le conflit. « Il n’est resté qu’un seul choix aux populations civiles : se…

Lire PDF
1. Défis pour le coton ouest-africain
Inter-réseaux

Sur le marché du coton, la concurrence est faussée du fait des subventions. De plus, l’environnement économique est rendu instable par la forte volatilité des prix engendrée par des importations chinoises fluctuantes. Les sociétés rurales africaines et leurs millions de producteurs pauvres, largement dépendants de ce produit, sont les premiers à en pâtir. Afin d’être plus concurrentielle sur le marché mondial, l’Afrique réclame le respect par les États-Unis et l’Union européenne des règles de l’Organisation mondiale du commerce…

Lire PDF
5. Demba Keïta, secrétaire général de l’Apran, interviewé par Bernard Lecomte (Grad)

1. La réflexion et l’étude de 1999 BL : Qu’est-ce que cela veut dire : « Bien comprendre une situation avant de se lancer » ? DK : On a utilisé ce principe en 99 : mieux comprendre et analyser le conflit casamançais. Il y a des conflits qui ont plusieurs sources. En regardant comment les choses ont fonctionné jusqu’en 99, l’intervention des acteurs, les intérêts de chacun, les problèmes culturels traditionnels, nous nous sommes dit qu’il valait…

Lire
6. Les conflits en milieu rural : les approches possibles de solutions

John O. IGUE, président du Club de veille pour la paix Complément au dossier Les conflits qui affectent l’Afrique et singulièrement sa partie occidentale revêtent plusieurs formes : crises politiques aiguës, litiges frontaliers, difficultés liées à la gestion des ressources naturelles et à la non acceptation par les populations du lieu d’implantation de certains équipements, socio-économiques, etc. En ce qui concerne le monde rural, les conflits courants ont pour origine les litiges liés à la gestion des ressources…

3. Post-conflit en Sierra Leone : des identités, des relations sociales et une société en profonde recomposition

Complément à l’article de Florence Lasbenne « Sierra Leone, un pays en profonde recomposition » Florence Lasbennes, ministère français des Affaires étrangères (florence.lasbennes@diplomatie.gouv.fr) Après 11 ans de guerre civile, le Sierra Leone est déclaré entièrement sécurisé en 2002. La coopération française apporte sa contribution à la reconstruction du pays et de la paix par un projet d’ « appui à la stabilisation des communautés et à la réintégration des réfugiés et personnes déplacées ». Les actions sont ciblées sur les…

Lire
7. Sécurité alimentaire : 3 questions à Marie-Cécile Thirion, chargée de mission, ministère français des Affaires étrangères
Anne Perrin

Grain de sel : L’aide alimentaire est une priorité dans l’urgence post-conflit, mais l’aide correspond-elle toujours aux besoins des populations rurales ? Marie-Cécile Thirion : Face aux crises l’aide alimentaire constitue souvent une réponse nécessaire, surtout s’il y a déplacement des populations ou destruction de leur ressources et revenus. Elle est de fait un élément incontournable de la réponse humanitaire. Reste que même dans l’urgence, l’aide doit être adaptée. Or, en situation d’urgence, les donateurs répondent encore trop…

Lire
4. Organizaciones productoras de café y conflictos economicos y sociales en Perú

(Version originale de l’article « Des coopératives caféières péruviennes contre la guérilla » traduit en français par la rédaction)150 mil familias peruanas producen café, en una extensión de 270 mil hectáreas, 90 % de ellas pequeños productores, en fincas que vande 0.5 a 5 has. 42% organizadas en cooperativas y asociaciones de comercialización y servicios. Las tierras se encuentran en la parte oriental de la cordillera de los andes, donde comienza la selva amazónica. Los productores de café en su…

Lire
Grain de sel n°31 : Le monde rural dans les conflits

Editorial Editorial et sommaire Gros sel Gros sel Forum 1. Défis pour le coton ouest-africain Niger. La société civile gagne contre « la vie chère » Premier test pour la politique agricole de la Cedeao Dossier : Le monde rural dans les conflits 1 – Conflits et monde rural : quelles spécificités ? 2. 2 – Conséquences des conflits sur le monde rural 3. 3 – Des ruraux qui s’organisent pour faire face aux conflits Initiatives 1. Une…

Lire