The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 26 mai 2014

Ouvrage FAO/FIDA, chapitre 14: Analyse de la filière du maïs et compétititité au Burkina Faso : politiques et initiatives d’integration des petits producteurs au Marché

FAO/FIDA

CéréalesFilières agricolesMaïs

La filière maïzicole fait partie des chaînes de valeur de prime importance pour la sécurité alimentaire des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. La filière du maïs est en progression due a l’augmentation de la demande venant du secteur avicole, des boissons et d’autres produits de transformation. Cependant comme la plupart des chaînes d’approvisionnement des produits céréaliers, des obstacles majeurs nuisent au développement de la filière du maïs freinant sa compétitivité et productivité. Ce chapitre propose un examen approfondi de l’analyse de la chaîne de valeur afin de traiter les problématiques susmentionnées à travers le prisme des expériences du Burkina Faso et propose des actions nécessaires à l’amélioration de sa compétitivité.

Nombre d’études ont indiqué que les céréales sèches (maïs, sorgho, mil) ont un potentiel plus grand pour desservir les marchés urbains par rapport a la situation actuelle et peuvent se substituer aux importations améliorant ainsi la sécurité alimentaire du pays. En plus, les filières de céréales peuvent desservir plusieurs secteurs de la demande, à savoir le secteur de l’alimentation animale en forte progression, et la transformation alimentaire y compris les boissons.

La filière maïzicole peut tirer des bénéfices d’une intégration accrue sur l’ensemble de la région ouest-africaine. Une amélioration du commerce régional du maïs aura des effets bénéfiques multiples sur la filière du maïs. En plus des prix plus rémunérateurs aux producteurs, et une amélioration de la qualité des produits, un essor du commerce régional sur le maïs pourra stimuler les investissements publiques et privés y compris en matière de recherche de nouvelles technologies, commercialisation, et les services agricoles ainsi que les infrastructures. Par conséquent, réduire et surmonter les barrières aux échanges dans la région constitue une priorité pour le développement de la filière du maïs.

Un ensemble d’incitations négatives ainsi que des faiblesses institutionnelles entravent les investissements plus vigoureux dans la filière du maïs qui restent au deçà du potentiel pour une filière aussi stratégique pour la sécurité alimentaire du pays.

Le présent chapitre donne une vue d’ensemble de la filière du maïs et de son état actuel de développement au Burkina Faso. La section 2 du chapitre offre une analyse des facteurs influençant sur la demande du maïs, y compris les tendances de la population, urbanisation, revenues, et préférences de consommation. La section trois examine en détail les différents segments de la filière du maïs et en tire les conséquences pour la compétitivité de la filière. La section quatre examine the role de la politique et les conséquences sur le marché à la suite de la libéralisation du marché céréalier. Cette section examine aussi le rôle central du commerce régional comme un moteur puissant pour l’essor de la filière du maïs. Enfin la section passe en revue le rôle des organisations des producteurs comme agent de marché nécessaire pour assurer un développement inclusif de la filière du maïs. La section 5 conclut.

Lire le chapitre (34p.):
http://www.fao.org.webtranslate-widget.systransoft.com/docrep/018/i3222f/i3222f14.pdf

Lire l’ouvrage complet: Reconstruire le potentiel alimentaire de l’Afrique de l’Ouest (650p., 8 Mo):
http://www.fao.org/docrep/018/i3222f/i3222f.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser