Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 8 septembre 2009

Bilan de l’Initiative Riz de la campagne agricole 2008 – 2009

Ministère de l'Agriculture du Mali

Politique agricole et rurale nationaleRizMali

Résumé

Face à la hausse généralisée des prix des céréales et à la poursuite de cette tendance dans les années à venir, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre un plan d’opération riz pour la campagne 2008-2009 appelé « Initiative Riz » comme réponse structurelle à la crise actuelle du riz. Ce plan d’opération constitue une étape vers la réalisation de la volonté exprimée dans le PDES de Monsieur le Président de la République de faire du Mali une puissance agricole.
L’opérationnalisation de l’Initiative Riz s’appuie sur les stratégies prônées dans la Déclaration de Politique Générale de Monsieur le Premier Ministre, à savoir accroître la productivité par l’intensification agricole et valoriser les filières agricoles en y apportant de la valeur ajoutée.

Le cadre institutionnel de mise en œuvre de l’Initiative Riz comprend un comité de pilotage et de suivi, une cellule technique et des comités régionaux de coordination et de suivi.

Les objectifs de production pour la campagne 2008-2009 qui se chiffraient à 1 618 323 tonnes de paddy ont été réalisés à hauteur de 99,34 soit 1 604 647 tonnes de paddy malgré un démarrage difficile. Ces résultats satisfaisants ont été obtenus par la conjugaison des facteurs suivants : la volonté affichée des autorités, l’accessibilité aux intrants des OP éligibles et non éligibles au crédit bancaire (prix de cession à 12 500 FCFA le sac de 50kg d’engrais), l’engagement de l’administration et une pluviométrie abondante.

Les OP ont bénéficié d’équipements, préfinancés par l’Etat à hauteur de 1,284 milliards de FCFA cédés à crédit pour une durée de 5 ans. Ces équipements sont constitués de 70 motoculteurs, 5 mini rizeries, 36 groupes motopompes, 120 batteuses et 130 décortiqueuses.

Le coût de réalisation de l’opération s’élève à 34, 543 milliards de FCFA répartis entre l’Etat pour 13,147 milliards et les producteurs pour 21, 396 milliards. Le coût prévisionnel est de 42, 65 milliards comprenant 11,41 milliards pour l’Etat et 31, 24 milliards pour les producteurs. Dans le cadre de la gestion de l’Initiative Riz, l’Etat a apporté une dotation initiale de 5 milliards de FCFA et les partenaires ont apporté un appui direct de 3,599 milliards de FCFA.

Le volet commercialisation a connu des difficultés dans sa mise en œuvre. Le dispositif défini dans le schéma de la commercialisation comprenait : les groupements paysans qui détiendront des stocks pour le marché, les opérateurs incités à s’approvisionner auprès des groupements de producteurs, les achats de l’OPAM, les opérateurs économiques et les OP orientés vers l’exportation. Ce schéma n’a pas fonctionné à cause de certains facteurs dont l’insuffisance de communication, la syndicalisation des producteurs afin d’avoir une bonne marge bénéficiaire, l’intervention tardive de l’OPAM, le retard dans l’acquisition des ressources financières, l’environnement sous – régional qui propose des prix élevés.

L’initiative Riz de la campagne 2008-2009 a suscité un véritable engouement auprès de l’ensemble des acteurs de la filière. L’augmentation de la production a permis de garantir la sécurité alimentaire des ménages ruraux producteurs de riz. Les revenus générés ont permis de s’acquitter du paiement des redevances eau et du crédit engrais.
Dans un contexte international marqué par la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité, le consommateur malien bénéficie du prix du riz le plus bas de la sous – région avec un écart variant de 100 et 150 FCFA/kg. Les opérateurs économiques et les autres prestataires de la filière riz ont enregistré une augmentation de leur chiffre d’affaire.

Les résultats de cette première campagne de l’Initiative Riz, permettent de recommander la mise en place d’un système d’approvisionnement en intrants de qualité et d’un bon schéma de commercialisation consensuel impliquant tous les acteurs de la filière.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser