Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 27 juin 2011

Quand un plein de voiture peut nourrir un africain pendant un an : L’anomie du monde

Agoravox

Sécurité alimentaire et nutritionnelleVolatilité et flambée des prix

Accéder à la ressource

Ces mots de Kissinger cités par le professeur Michel Chossudovsky résument mieux que mille discours l´état des lieux du monde. En effet, cette devise est mise en oeuvre d´une façon magistrale. En effet, le pétrole est sous contrôle et on dit souvent suivez les routes du pétrole pour voir où sont implantées les bases américaines. De plus, à travers la nourriture, on peut tenir en apnée des peuples entiers et les faire basculer, à volonté, dans la famine par bioéthanol interposé. « Qu´en est-il de la récurrence des famines dans l´histoire ? La pénurie alimentaire se fit sentir dès le printemps. En chaque pays le prix du blé enfla : en France, l´hectolitre qui valait 17,15 francs monta à 39,75 francs et même à 43 francs à la fin de l´année… La crise des subsistances se traduisit aussitôt par des désordres populaires… » L´historien Charles Pouthas décrivait la situation agricole européenne entre 1847 et 1848. Parti d´Italie, le vent de révolte gagnait la France puis Vienne, tout l´Empire austro-hongrois et bientôt les Etats allemands et même la Suisse. Phillippe Chalmin fait l´analogie avec le Printemps arabe. En Tunisie, en Egypte, ils vivent la même exaltation. Une situation très difficile, le prix du pain est d´autant plus douloureusement ressenti que le travail manque : plus de la moitié des ouvriers parisiens sont au chômage.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser