Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 24 juin 2014

Note RECA: Huile de balanites de l’union Zabéry de Téra

RECA Niger

Organisations de producteurs et de productricesNiger

Le Salon de l’Agriculture, de l’Hydraulique et de l’Elevage du Niger, dénommé « SAHEL 2014 », s’est déroulé du 6 au 9 mars 2014 à Niamey et un concours général a été mis en place pour primer les meilleurs produits, innovations et équipements présentés. Le prix du Premier ministre a été attribué aux femmes de l’Union Zabéry de Téra pour la fabrication d’huile de Balanites aegyptiaca (garbey en Zarma ou adaoua en Haoussa) à l’aide d’un concasseur pour extraire l’amande du fruit. Le RECA a rencontré la présidente de l’Union.

Nous avons trouvé une union de femmes dynamique et inventive autour de nouveaux produits. Ce n’est que début mais il y a du potentiel dans ces activités.

Téra se situe à 150 km à l’Ouest de Niamey, à la porte du Burkina Faso, dans la région du Liptako-Gourma. L’union des femmes de Zabéry de Téra est créée depuis plus de 20 ans. Elle regroupe 96 membres, toutes des femmes. La principale activité des membres de cette union est l’extraction des huiles végétales (Balanites, sésame et neem). En plus, les femmes exercent d’autres activités, complémentaires ou parallèles, pour augmenter et diversifier leurs revenus. Il s’agit de la teinture, du travail des peaux, de la transformation des produits céréaliers, de la fabrication de savon, de produits de nettoyage, etc. La présidente de l’union s’est également spécialisée dans la fabrication des produits traitant le diabète et l’ulcère à base de Balanites.

Les femmes arrivent à écouler tous leurs produits car les huiles sont très appréciées par les « personnes riches » qui peuvent s’en procurer. Les « cadres » achètent de faibles quantités, surtout pour des soins. Un acheteur vient prendre l’huile pour la revendre aux Etats unis. Au moment des foires du Burkina, elles vendent d’importantes quantités car les guérisseurs traditionnels du Burkina apprécient ces huiles à cause de leur qualité (pressage à froid).

Les femmes transformatrices consomment ces huiles pour leur alimentation. Elles cassent le goût amère de l’huile de Balanites avec un extrait d’un arbre, mais … veulent garder secret le nom de cet arbre.

Télécharger la note union de Zabéry, 3 pages, 445 Ko:
http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/RECA_actualites_Niger_Note_39_Juin2014.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser