publié dans Ressources le 29 mars 2024

Les indicateurs du changement climatique ont atteint des niveaux record en 2023: OMM

OMM

Changement climatiqueGestion durable des ressources naturellesSécurité alimentaire et nutritionnelleMondeEtude, rapport

Accéder à la ressource

Le rapport sur l’état du climat mondial en 2023, publié en mars 2024, de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) confirme que 2023 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, des records ont de nouveau été battus, voire dans certains cas pulvérisés, s’agissant des niveaux de gaz à effet de serre, des températures de surface, du contenu thermique et de l’acidification des océans, de l’élévation du niveau de la mer, de l’étendue de la banquise antarctique et du recul des glaciers. Le coût de l’inaction climatique est plus élevé que celui de l’action climatique, soulignent les auteurs, qui rappellent que les conditions météorologiques extrêmes compromettent le développement socio-économique.

Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë dans le monde a plus que doublé; il est passé de 149 millions de personnes avant la pandémie de COVID-19 à 333 millions en 2023 (dans 78 pays suivis par le Programme alimentaire mondial). Les conditions météorologiques et climatiques extrêmes n’en sont peut-être pas la cause première, mais elles constituent des facteurs aggravants selon le rapport.

En 2023, les calamités d’origine météorologique ont continué de causer des déplacements de personnes, ce qui montre comment les chocs climatiques ébranlent la résilience et créent de nouveaux risques en matière de protection parmi les populations les plus vulnérables.

Messages clés
  • Le rapport sur l’état du climat mondial confirme que 2023 sera de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée
  • Records battus en ce qui concerne la chaleur des océans, l’élévation du niveau de la mer, la perte de glaces de mer dans l’Antarctique et le recul des glaciers
  • Les phénomènes météorologiques extrêmes portent atteinte au développement durable
  • La transition vers les énergies renouvelables est porteuse d’espoir
  • L’inaction climatique coûte plus cher que l’action climatique

 

Communiqué en français

Rapport en anglais

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser