Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 8 août 2016

Le secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique : il ne faut pas « adopter une approche unique et passe-partout » sur les questions foncières

Jeune Afrique

Foncier et politiques foncièresAfrique de l’OuestEntretien

Accéder à la ressource

Carlos Lopes, le secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, estime, dans une interview accordée à Jeune Afrique, qu’ « il est évident que les questions relatives aux droits fonciers se poseront différemment selon le contexte régional ou national ».

Selon lui, la « nouvelle génération des politiques et des lois foncières nationales » doivent être mises en œuvre « en tenant compte des spécificités des pays. Cela peut se faire grâce à des systèmes d’administration des terres innovants qui sont décentralisés, rentables et (…) doivent assurer une couverture complète du territoire national ».

Il y prône également « le développement et le fonctionnement de marchés fonciers solides, qui permettent un transfert transparent et sécurisé des droits fonciers entre utilisateurs des terres, et donc un accès plus facile aux terres pour les agriculteurs (…) ainsi que pour les investisseurs nationaux et étrangers ».

Résumé Hub Rural

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser