The content bellow is available only in French.

publié dans Autres publications le 22 février 2016

L’innovation « fiente de poulet » dans les cacaoyères : réseaux familiaux et migratoires en Côte d’Ivoire

François Ruf/Josué Kiendré

AvicultureCacaoEngraisCôte d’Ivoire

Depuis la fin des années 1990, en dehors de tout programme de développement, tant public que privé, une poignée de planteurs villageois de l’Ouest de la Côte d’Ivoire découvrent l’utilité de la fiente de poulet pour leurs cacaoyers chétifs, plantés sur des sols peu favorables. Au cours des années 2010, au moins 30% des planteurs à l’ouest du Sassandra utiliseraient de la fiente de poulet et au moins 15% de la production nationale dépends de cette fertilisation. Les premières observations concluent à « un début de révolution agro-écologique initiée par les planteurs villageois ».

Comment expliquer une adoption aussi soutenue, en quelques 15 années, sans aucune aide extérieure ? S’agit-il bien d’une révolution agro-écologique ou d’un simple épisode? Les structures de l’Etat, l’Industrie chocolatière, les bailleurs de fonds doivent-ils prendre le train en marche ? Pourquoi y aurait-il urgence à accompagner et soutenir ces innovations villageoises ? Les questions sont abordées en plusieurs étapes. Ce premier papier se concentre sur l’émergence de la filière et son évolution, apportant une première contribution à l’hypothèse centrale : la fumure animale en général et la fiente de poulet en particulier amorcent une révolution agraire dans la cacaoculture, un changement radical performant de nature à reconstruire une écologie locale.

Cet article est le premier d’une série visant à apporter les éléments nécessaires à la construction d’un grand projet d’aide à l’investissement villageois dans les élevages de poulets, proposés à l’Industrie et aux bailleurs de fonds institutionnels.

Lire l’article (10 p.) en cliquant sur l’icône PDF ci-dessous.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser